Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Introduction

Introduction

Valéry Kossov, Isabelle Després, Alexeï Evstratov et Laure Thibonnier-Limpek

Texte intégral

1L’invasion de l’Ukraine lancée en février 2022 par le régime de Vladimir Poutine a eu pour conséquence, au‑delà d’un coût humain et de dégâts matériels désastreux, le départ de millions d’Ukrainiens et d’Ukrainiennes, poussé·e·s à l’exil par les horreurs de la guerre. Parmi ces personnes, des enseignant·e·s universitaires, chercheur·e·s, ont également été contraint·e·s à un exil en urgence. Sous les bombardements de l’armée russe, ils et elles se sont retrouvé·e·s dans l’impossibilité d’exercer leur métier, malgré leur détermination de continuer leurs missions. On retrouve notamment leur témoignage dans le compte rendu d’une table ronde en postface de ce numéro spécial.

2D’autre part, en Russie la répression d’État à grande échelle a contraint nombre d’enseignant·e·s-chercheur·e·s à quitter le pays, menacé·e·s parfois par des peines de prison pour avoir exprimé publiquement leur désaccord avec cette invasion, et se trouvant, souvent pour la même raison, face à la fermeture de leurs programmes de recherches ou encore aux licenciements par leurs établissements.

3Les milieux académiques français se sont rapidement mobilisés pour accueillir leurs collègues d’Ukraine et de Russie, fuyant la guerre et la répression, dans le cadre du Programme national d’accueil en urgence des scientifiques en exil (PAUSE). Grâce à ce programme, l’Université Grenoble Alpes (UGA) et d’autres universités ont pu ainsi accueillir plusieurs d’entre eux, qui ont rejoint entre autres les laboratoires ILCEA4, Litt&Arts et LAHRA. Cela a donné lieu à des échanges fructueux entre les chercheurs français, ukrainiens et russes et a permis à ces derniers de poursuivre leurs travaux en France et de partager les résultats de ces recherches.

4Ce numéro varia de la revue ILCEA est ainsi dédié aux travaux que ces chercheurs en exil ont pu mener au sein des laboratoires d’accueil à Grenoble et ailleurs. Relevant de différentes disciplines des sciences humaines et sociales, ces travaux témoignent également de la richesse et de la diversité de l’apport de ces chercheurs dans le domaine des études slaves (et au‑delà), en littérature, histoire ou linguistique.

5Ainsi, l’article de Sergueï Akopov aborde les représentations des espions et des traîtres dans des séries soviétiques datant de la guerre froide. Ces représentations reflètent les peurs et angoisses de la société et des autorités soviétiques dans la confrontation idéologique avec les États‑Unis durant la période dite de la stagnation (« Long 1970s »). Ces anciennes représentations cinématographiques de l’Autre entrent en résonance avec le discours officiel russe contemporain qui utilise ces préconstruits soviétiques pour légitimer l’invasion de l’Ukraine par la recherche d’une sécurité ontologique pour la Russie d’aujourd’hui.

6De son côté, Pavel Arseniev nous replace dans le contexte politique et de la vie intellectuelle russe du début du xxe siècle en présentant ses réflexions sur l’article de Léon Tolstoï « Je ne puis me taire » (Ne mogu molčat’). Ce texte, paru en 1908 après plusieurs tentatives échouées entreprises par l’écrivain pour enregistrer vocalement son message politique à l’aide d’un phonographe, comporte une forte contestation du régime autocratique de l’époque et un réquisitoire adressé aux milieux intellectuels russes qui seraient insensibles à la souffrance du peuple et incapables de remédier à l’injustice et à la violence d’État. À partir du cas de Tolstoï, l’analyse de l’auteur s’étend à une réflexion plus générale sur les particularités des techniques littéraires en ce début du xxe siècle, usant de différents supports en continuité ou en rupture avec des outils traditionnels d’écriture.

7La contribution de Liudmyla Harmash fait revenir le lecteur à l’époque contemporaine et présente une étude de l’image de l’ennemi construite dans des chansons ukrainiennes des années 2022‑2023. Dans son article, l’auteure établit la typologie des représentations de l’ennemi telles qu’elles ressortent des chansons de guerre ukrainiennes d’aujourd’hui, et qui s’inscrivent dans un modèle narratif particulier. L’article met en lumière des traits saillants de ce modèle où l’ennemi est conceptualisé au travers de ses traits linguistiques et culturels avec le recours aux composantes émotionnelles et aux concepts archétypiques et mythopoétiques mettant en avant l’idée de la confrontation des valeurs qui se trouvent au cœur de la guerre avec la Russie.

8L’étude d’Andrei Kostin sort du cadre géographique des contributions réunies dans ce numéro, tout en offrant un parcours diachronique d’un médium singulier, à savoir les livres de coloriage. La question qui guide cette investigation est la suivante : le récit, est‑il indispensable pour colorier ? La tension que suscite dans la réflexion humaniste le couple descriptio/narratio est résolue dans l’article en faveur de l’hypothèse d’un lien interactif qui anime la relation entre l’artiste (anonyme) et la page à colorier.

9Le thème de la guerre est poursuivi dans l’article de Svetlana Maslinskaïa qui explore le sous‑genre du récit historique de la Seconde Guerre mondiale combiné avec des éléments fantastiques, notamment le voyage dans le temps, dans la littérature de jeunesse de l’époque soviétique et postsoviétique. Après avoir distingué deux modèles de représentations de la guerre pour un jeune public dans la littérature de jeunesse soviétique avec leurs objectifs éducatifs et idéologiques, l’auteure se tourne vers une œuvre contemporaine qui s’avère rompre avec les modèles d’écriture soviétiques et délivre un message ambivalent sur la mémoire de la guerre en utilisant les mêmes procédés littéraires. Le jeune public contemporain est ainsi amené à former son propre jugement sur les catégories du bien et du mal en dehors du contenu idéologique que la même forme littéraire peut comporter ou dont elle peut être dépourvue.

10La contribution de Mikhail Velizhev s’inscrit dans les travaux autour de l’« affaire Čaadaev », un moment majeur dans la cristallisation des tendances idéologiques du règne de Nicolas Ier (1825‑1855). L’étude est consacrée à la première réception des Lettres philosophiques de Piotr Tchaadaev, l’un des textes clés de l’histoire intellectuelle russe du xixe siècle et, plus précisément, à l’article « Lettre d’un Russe à Paris (de la Quotidienne) » publié en 1836 dans le journal pétersbourgeois L’Abeille du Nord (Severnaâ pčela). En partant de l’attribution de cet écrit au prince Èlim Meŝerskij, l’investigation philologique situe cet énoncé polémique dans le contexte des discussions politiques de l’an 1836, tout en établissant ses relations avec la première Lettre philosophique de Čaadaev.

11Ievgeniia Bondarenko et Caroline Rossi s’intéressent dans leur contribution à un corpus de mèmes ukrainiens portant sur le conflit actuel. L’article part de l’hypothèse selon laquelle il existe un ensemble de facteurs contextuels culturels susceptibles d’entraver la perception de la valeur sémantique des mèmes. Pour vérifier cette hypothèse, les deux auteures ont mené une expérience en deux étapes afin d’éclairer le mécanisme cognitif de formation des récits de mèmes.

12Dans un article portant sur un grand corpus de mèmes internet ayant servi de référence à l’étude précédente, Ievgeniia Bondarenko cherche à identifier les principaux types de récit mis en œuvre dans un corpus de 1000 mèmes ukrainiens en lien avec le conflit avec la Russie. Elle associe ces types de récits à des conceptions cognitives dynamiques formées dans l’esprit des représentants d’une culture donnée. Chaque type peut être identifié à l’aide de marqueurs multimodaux spécifiques. Les mèmes possèdent ainsi plusieurs fonctions, dont celle, dans le contexte donné, de devenir des outils efficaces de contre-propagande.

13Valeriia Nikolaienko propose une analyse d’un corpus de récits de rêves en adoptant une perspective contrastive anglais-français. L’article se concentre plus particulièrement sur les métaphores oniriques en s’appuyant notamment sur la théorie des métaphores conceptuelles. L’auteure propose ainsi une analyse détaillée de la manière dont les narrateurs conceptualisent et verbalisent les métaphores oniriques subjectivement perçues.

14Le numéro se clôt sur le compte rendu d’une table ronde qui a eu lieu le 15 mai 2023 à l’UGA. La table ronde avait pour but de réunir les contributeurs de ce numéro (à l’exception d’un qui a pu néanmoins participer à distance) afin d’engager une discussion en présence d’un public d’enseignant·e·s-chercheur·e·s sur les conditions de travail en exil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valéry Kossov, Isabelle Després, Alexeï Evstratov et Laure Thibonnier-Limpek, « Introduction »ILCEA [En ligne], 53 | 2024, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ilcea/18549 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ilcea.18549

Haut de page

Auteurs

Valéry Kossov

Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France

Articles du même auteur

Isabelle Després

Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France

Articles du même auteur

Alexeï Evstratov

Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France

Laure Thibonnier-Limpek

Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search