Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53RecensionAgathe Bernier-Monod, Les fondate...

Recension

Agathe Bernier-Monod, Les fondateurs. Reconstruire la République après le nazisme

Lyon : ENS Éditions, coll. « Sociétés, espaces, temps », 2022, 294 p.
Christian Eggers
Référence(s) :

Agathe Bernier-Monod, Les fondateurs. Reconstruire la République après le nazisme, Lyon : ENS Éditions, coll. « Sociétés, espaces, temps », 2022, 294 p.

Texte intégral

1Il s’agit de la version remaniée d’une thèse dirigée par Hélène Miard-Delacroix et soutenue en novembre 2017 à Sorbonne Université (alors Paris IV), sous le titre Les anciens de Weimar à Bonn. Itinéraires de 34 doyens et doyennes de la seconde démocratie parlementaire allemande. Le travail a obtenu le prix de thèse 2017 de l’Assemblée nationale en histoire de l’institution parlementaire, ainsi que le prix Pierre Grappin 2018, décerné par l’Association des germanistes de l’enseignement supérieur (AGES).

2L’ouvrage présente les itinéraires politiques de 34 anciens députés du Bundestag, tous anciens membres du Reichstag de la république de Weimar, que l’on suit pendant une période allant de 1918 à 1957, de leur entrée au Reichstag jusqu’à la fin de la deuxième législature du Bundestag. Au centre se trouve une réflexion sur la continuité entre les parlements de Weimar et de Bonn, incarnée par les biographies de ces 34 députés. La méthode relève donc fondamentalement de la biographie politique, dans une approche de biographies croisées. Les données objectives biographiques sont complétées par des points de vue subjectifs, le but étant d’entremêler les trajectoires et de les confronter. Le groupe comportant quatre femmes, une approche de genre est intégrée afin de s’interroger sur la spécificité des carrières parlementaires féminines.

3La base documentaire, considérable, est avant tout constituée de 23 fonds personnels consultés dans des archives allemandes : Bundesarchiv Coblence et Berlin-Lichterfelde ; Archives des fondations des grands partis politiques (CDU, SPD, FDP) ; Archives de plusieurs Länder, etc. Ces archives sont notamment complétées par les comptes rendus des débats parlementaires du Reichstag et du Bundestag, ou encore par des ouvrages biographiques et les autobiographies des protagonistes. Parmi ces derniers se trouvent des figures de premier plan, comme le président du Reichstag, Paul Löbe (SPD) ; la bourgmestre de Berlin, Louise Schroeder (SPD) ; le ministre fédéral des Expulsés et Réfugiés, Ernst Lemmer (CDU) ; le président du SPD, Kurt Schumacher ; le premier président de la RFA, Theodor Heuss (FDP) ; la militante catholique des droits des femmes et cofondatrice de la CDU, Helene Weber ; ou encore le premier ministre-président du Bade-Wurtemberg, Reinhold Maier (FDP). D’autres députés à la notoriété moins affirmée sont tout au plus connus des spécialistes de cette période, comme Wilhelm Simpfendörfer ou Hans Schlange-Schöningen (CDU), Hermann Louis Brill et Ernst Roth (SPD).

4Le livre comporte deux parties égales, la césure chronologique se situant en 1945. En cela, le titre retenu pour la publication ne reflète qu’imparfaitement le contenu. La première partie, légèrement plus volumineuse (p. 27‑149), retrace les activités de ces démocrates au Reichstag et dans la tourmente de la république de Weimar finissante, puis leurs parcours pendant la période nazie, et finalement leur positionnement au seuil d’une ère nouvelle lorsque pointe la défaite de l’Allemagne nazie. Dans le premier chapitre, « Portrait sociopolitique des anciens du Reichstag », quiconque n’est pas familier de la réalité parlementaire en apprend beaucoup, par exemple sur le fonctionnement des commissions parlementaires ou le déroulement des campagnes électorales. Tout juste regrette‑t‑on un certain flou à propos du mode de scrutin appliqué entre 1919 et 1933, assez complexe, il est vrai, avec son application de la proportionnelle au sein de très grandes circonscriptions. Naturellement, une large place est accordée aux tentatives des protagonistes, après 1930, de défendre la République contre le danger nazi, au sein du parlement, mais aussi en dehors, dans la rue ou sur le terrain juridique. Après la fin de la première république allemande, les trajectoires des députés illustrent l’éventail des choix : parmi les 34, quatre partirent en exil, tous sociaux-démocrates. Quatre autres s’accommodèrent du régime (après 1945, on en trouvera deux à la CDU, et deux au FDP), dont Otto von Bismarck, le petit-fils du chancelier, qui adhéra dès mai 1933 au NSDAP, fit une confortable carrière de diplomate du régime, tout en gardant le contact avec des opposants dont certains prendront part à l’attentat du 20 juillet 1944. D’autres encore — le plus grand groupe — prirent part à des activités d’opposition, voire de résistance, sur la base de motivations et à partir de positions diverses. La compromission initiale avec le nazisme pouvait d’ailleurs mener in fine vers l’opposition, comme l’illustre l’exemple de Marie-Elisabeth Lüders, dirigeante du mouvement des femmes, d’abord engagée après 1933 aux côtés du régime, avant d’être emprisonnée un certain temps, et de cacher pendant la guerre des familles juives dans sa villa berlinoise. Plusieurs des protagonistes connurent les camps, Buchenwald (Hermann Brill) ou Groß-Rosen (Paul Löbe) parmi d’autres. Après la défaite, en phase avec la majorité de la population, ils rejettent généralement l’accusation de « faute collective » et critiquent la dénazification comme injuste et inefficace. Face au besoin pressant d’expliquer les raisons de la « catastrophe allemande » (Friedrich Meinecke), de l’effondrement de la République et notamment de « la rupture complète avec la tradition morale de l’Occident » (Friedrich Meinecke encore) que constitue la Shoah, on constate encore que l’éventail des choix est extrêmement large, notamment à l’égard des leçons à en tirer. À la recherche d’un avenir pour le pays, les uns (Ludwig Bergsträsser, SPD) prônent un retour à une démocratie parlementaire du modèle de Weimar, en s’appuyant sur l’Église catholique et les structures restantes des syndicats, seuls vestiges d’une société civile et d’organisation sociale. D’autres (Heinrich Ritzel, SPD, émigré à Zurich) érigent la Suisse comme modèle, ou encore réclament la réunification de la gauche et l’avènement d’une république populaire (Heinrich Brill, SPD, libéré en 1945 de Buchenwald).

5La deuxième partie de l’étude (p. 153‑258) est celle qui, comme le titre le promet, met en lumière le rôle des anciens du Reichstag en tant que « fondateurs » lorsque furent jetées les fondations de la RFA. Au départ, la posture dominante est une certaine hostilité à l’occupation alliée, vécue souvent comme une humiliation et une souffrance. Néanmoins, la majorité des protagonistes travaillera avec les Alliés dans le but d’atténuer les rigueurs de l’occupation : on les retrouve dès l’immédiat après‑guerre dans les administrations nommées par les vainqueurs, à différents échelons (municipalités, Länder, zones d’occupation). Ils participent à la renaissance et la restructuration des partis politiques, aux travaux des premières assemblées parlementaires (notamment des parlements des Länder), puis à l’élaboration de la Grundgesetz et la mise en place des institutions de la RFA. On les suit ensuite pendant les deux premières législatures du Bundestag, dans leurs relations aux médias, dans leurs rapports avec une nouvelle génération de femmes et hommes politiques, et face aux enjeux dominants : la division du pays, la gestion du passé nazi, la reconstruction économique et politique. Dans un contexte où « Weimar » est une référence à connotation négative pour l’opinion comme au parlement, les anciens du Reichstag sont présentés comme un groupe minoritaire au Bundestag de Bonn dont les membres partagent une socialisation politique commune. « Marqués par la culture parlementaire weimarienne, ils peinèrent à s’adapter au nouveau Parlement » (p. 255). Ils entretiennent des liens transpartisans, et mobilisent à l’occasion la mémoire de Weimar, soit pour, soit contre un projet en cours.

6L’impression générale après la lecture de cette deuxième partie, contrairement à ce que laisse entendre le titre du livre, est celle d’un groupe d’anciens du Reichstag non pas de fondateurs (voire de co‑fondateurs) de la République de Bonn, mais en décalage avec la culture politique de celle‑ci (p. 261). Comme dans la partie sur la période de Weimar, on perçoit d’ailleurs quelques limites, voire des incompréhensions factuelles, lorsque le texte aborde les subtilités des modalités électorales (p. 189), ou encore la géographie politique de l’après‑guerre. « Les représentants des territoires orientaux, comme Hans Schlange-Schöningen (Poméranie) ou Paul Löbe et Marie Ansorge (Basse-Silésie), se retirèrent de la scène politique dans l’incertitude quant au devenir des habitants vivant à l’est de la ligne Oder-Neisse » (p. 257).

7Mais au‑delà de tels détails, la conception même du livre interroge. La démarche adoptée tend forcément à considérer les douze années du nazisme comme une parenthèse. Certes, il s’agit ici avant tout d’une parenthèse dans les biographies ; néanmoins, A. Bernier-Monod a conscience d’avancer en terrain potentiellement miné. « La question de la continuité entre Weimar et Bonn s’avère délicate, car elle semble faire fi de douze années de dictature nazie » (p. 262). L’introduction aborde le débat à propos des continuités et ruptures entre Bonn et Weimar d’une part, et Bonn et l’Allemagne nazie d’autre part, et cite un certain nombre de travaux (la bibliographie n’est pas exhaustive à cet égard). Le groupe témoin des 34 députés aurait justement été choisi parce qu’il permettait « d’interroger la continuité de l’engagement partisan de part et d’autre du nazisme » (p. 18). Dans sa conclusion d’une dizaine de pages, A. Bernier-Monod pose de nouveau cette question de la continuité, sans toutefois vraiment y répondre. Cela tient en partie à son refus, quelque peu surprenant, de traiter de la question des éléments de « restauration » dans la jeune RFA, que la conception de l’étude fait pourtant apparaître comme incontournable.

  • 1 C’est notamment le cas d’Hélène Miard-Delacroix qui a dirigé la thèse dont est tiré le livre : « Au (...)

8On peut en effet lire ce livre comme un plaidoyer en faveur de la thèse de la restauration ; or, Agathe Bernier-Monod ne semble pas en avoir conscience, car pour elle le débat est clos. « En dépit de la tendance autoritaire que revêtit la République fédérale d’Allemagne dans sa première décennie, les spécialistes refusent de qualifier cette période de “restauration” » (p. 22), affirme‑t‑elle de manière catégorique. Pourtant, les « spécialistes » véhiculent généralement une vision plus nuancée de la question et décrivent une réalité où des éléments restauratifs de continuité auraient coexisté avec des éléments d’un nouveau départ (Aufbruch)1. Du reste, A. Bernier-Monod, dans le feu de l’action, opère elle‑même avec la notion de « restauration », ce qui ne manque pas d’étonner le lecteur attentif. « Comment ces anciens députés qui allaient recommencer une carrière à Bonn contribuèrent‑ils à restaurer l’État et à recréer un tissu démocratique dans l’Allemagne occupée ? » (p. 153) On referme le livre avec respect pour le travail accompli, mais aussi avec une curieuse impression d’inachevé. Agathe Bernier-Monod, qui a mené à bien un chantier considérable, n’a peut‑être pas totalement exploité son potentiel face aux « questions […] plurielles » (p. 16) qu’elle a soulevées.

Haut de page

Bibliographie

Kocka Jürgen (2011), « Restauration oder Neubeginn? Deutschland 1945–1949 », J. Kocka (dir.), Arbeiten an der Geschichte. Gesellschaftlicher Wandel im 19. und 20. Jahrhundert, Göttingen : Vandenhoeck und Ruprecht, 256‑279.

Miard-Delacroix Hélène (2003), « Amnésie, amnistie, mémoire : la jeune République fédérale d’Allemagne des années cinquante face au passé nazi », J.‑C. Margotton & M.‑H. Pérennec (dir.), La mémoire. Actes du 35e congrès annuel de l’AGES, Lyon : Presses universitaires de Lyon, 169‑179.

Haut de page

Notes

1 C’est notamment le cas d’Hélène Miard-Delacroix qui a dirigé la thèse dont est tiré le livre : « Au milieu des années soixante-dix, la recherche a montré que la passivité apparente de la population dans les années cinquante masqua un processus plus profond d’adhésion au régime parlementaire et à ses institutions qui se réalisa alors même que l’on semblait assister à une relative restauration. » (Miard-Delacroix, 2003) Pour un aperçu plus exhaustif du débat, voir Kocka (2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Eggers, « Agathe Bernier-Monod, Les fondateurs. Reconstruire la République après le nazisme »ILCEA [En ligne], 53 | 2024, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ilcea/18561 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ilcea.18561

Haut de page

Auteur

Christian Eggers

Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France
christian.eggers@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search