Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Hypermémorisation et influence de...

Hypermémorisation et influence des traumas de guerre pendant l’enfance au travers de l’œuvre de James Graham Ballard

Hypermnesia and Influence of Childhood War Trauma through the Work of James Graham Ballard
Éric Binet

Résumés

L’hypermnésie traumatique est un sujet complexe qui a été abordé dans de nombreux ouvrages contemporains de fiction et de non-fiction. Les effets de la violence et de la guerre sur les enfants y sont parfois décrits. L’œuvre de James Graham Ballard (1930-2009) permet d’explorer l’impact de la mémoire traumatique pendant l’enfance au travers de son expérience durant son internement dans un camp de prisonniers en Chine pendant la Seconde Guerre mondiale. Ses écrits centrés sur la violence, l’isolement social et la technologie illustrent comment les traumatismes de l’enfance peuvent hanter les personnages de ses romans, à la fois confrontés à des situations extrêmes et en quête d’une paix intérieure, d’un sens de la vie. Ainsi, son œuvre ne peut se résumer à une vision sombre et dystopique du monde, de la même manière qu’on ne peut limiter les influences sur son travail littéraire à son expérience de captivité enfant. Son hypermnésie a sans doute aussi à voir avec un choix stylistique et une réflexion sur la manière dont les traumatismes peuvent affecter la mémoire et la perception de la réalité, notre identité.

Haut de page

Texte intégral

1La place prépondérante de la mémoire traumatique et de l’hypermnésie dans les œuvres littéraires contemporaines n’a de cesse de se développer, offrant aux écrivains une possibilité infinie d’explorer les conséquences psychologiques des traumatismes vécus par leurs personnages, voire parfois de leurs propres traumatismes. Occupant donc un espace important dans la littérature contemporaine en tant que concept pour étudier la mémoire, l’identité et la perception de soi, des écrivains utilisent l’hypermnésie comme un outil narratif pour plonger les lecteurs au cœur des expériences de personnages affectés de souvenirs violents, singuliers, avec des détails parfois à la limite de l’inimaginable et de l’insupportable. Ces explorations littéraires remettent en question la nature de la mémoire, tout en mettant en évidence sa subjectivité et sa capacité à influencer la construction de l’identité et la perception de la réalité. Différentes recherches sur l’hypermnésie et la littérature, comme celles de Parker et al. (2012), Thompson (2016), ont contribué à la compréhension de l’hypermnésie d’un point de vue littéraire et psychologique. Cette notion fascinante d’hypermnésie, condition dans laquelle les individus possèdent une mémoire extraordinairement précise et détaillée, offre aux écrivains un terrain fertile pour étudier la complexité de la mémoire et ses implications sur la perception de soi, la construction narrative et la compréhension des traumatismes vécus par les personnages.

2L’un des exemples les plus frappants de l’utilisation de l’hypermnésie dans la littérature contemporaine se trouve dans le roman Blindness de J. Saramago (1995). Dans ce livre, l’auteur observe les conséquences d’une épidémie de cécité soudaine sur la société, certains personnages développant une forme d’hypermnésie qui amplifie leur perception du monde et des événements qui les entourent. Cette utilisation de l’hypermnésie permet à Saramago de plonger profondément dans la psyché des personnages et de mettre en évidence les implications psychologiques et émotionnelles de la mémoire (Smith, 2015). Seulement, il n’existe pas de lien direct entre ce roman et des traumatismes spécifiques vécus par l’auteur lui-même. Or, si cette interprétation est spéculative, il arrive que l’influence d’expériences personnelles traumatiques puisse directement se refléter à travers des personnages décrits, des situations explorées dans un roman, voire l’ensemble d’une œuvre littéraire.

3Écrivain britannique, James Graham Ballard (1930-2009) fait partie des auteurs dont les expériences passées, notamment des traumatismes de l’enfance, ont influencé le travail littéraire, en particulier son exploration des thèmes de la violence, de la modernité, de l’isolement. Ainsi, l’expérience de la guerre pendant son enfance a été rapportée par Grover (2009) ou Philmus (1997) pour expliquer sa vision sombre et dystopique du monde moderne. Cet article se propose d’analyser l’importance de la mémoire traumatique et de l’hypermnésie dans l’œuvre de James Graham Ballard, en mettant l’accent sur leur rôle dans la construction narrative et la représentation des traumatismes. À travers des références bibliographiques, des extraits de ses textes, nous examinerons comment l’utilisation de son hypermnésie traumatique n’est pas seulement le reflet d’événements traumatiques qui ne serait qu’une précision mémorielle pathologique, mais se trouve bien à la croisée d’un choix stylistique et thématique.

1. Hypermnésie et traumatisme dans la littérature contemporaine

4La littérature contemporaine a souvent utilisé des concepts liés à la mémoire pour sonder les profondeurs de l’expérience humaine. En utilisant l’hypermnésie comme outil narratif, des écrivains ont suscité une profonde réflexion sur la nature de la mémoire et sa relation avec la réalité. Ces récits remettent en question la notion traditionnelle de mémoire comme simple enregistrement factuel du passé, en mettant en évidence sa subjectivité et sa capacité à se transformer au fil du temps. Ces explorations littéraires de l’hypermnésie offrent aux lecteurs une perspective originale et captivante de la mémoire humaine et de ses implications sur nos choix, sur la perception de soi ou sur la nature de la réalité elle-même (Jones, 2020).

5L’hypermémorisation désigne la capacité de se souvenir de manière très précise d’événements passés, même très anciens. Selon Parker, Cahill et McGaugh (2006), l’hypermnésie est une faculté rare qui va au-delà des aptitudes mnésiques normales, permettant aux individus de se souvenir de détails insignifiants de leur vie quotidienne avec une précision surprenante. Des écrivains contemporains utilisent la mémoire traumatique et l’hypermnésie pour créer un plongeon émotionnel et captiver ainsi les lecteurs. Comme l’explique Ryan (2018), « ces techniques permettent de donner aux lecteurs une expérience plus authentique des émotions vécues par les personnages et d’établir une connexion émotionnelle plus profonde » (Ryan, 2018 : 154). Ce recours à l’hypermnésie peut donc être exploité dans la narration pour créer une expérience immersive et saillante, à la fois plus authentique et plus profonde. En amplifiant les souvenirs et les détails, l’hypermnésie plonge les lecteurs dans une profondeur d’expérience sensorielle et émotionnelle. La représentation réaliste de la mémoire traumatique dans la littérature contemporaine favorise ainsi une meilleure compréhension des traumatismes. Selon Davis (2019), ce procédé permettant aux auteurs de dépeindre une mémoire traumatique suscite l’empathie « la mémoire traumatique permet aux lecteurs de vivre les événements avec les personnages et d’élargir leur compréhension des conséquences psychologiques des traumatismes » (Davis, 2019 : 18). L’abondance de l’hypermnésie traumatique dans des œuvres littéraires met souvent en scène des personnages forts et vulnérables, doués pour se rappeler les effrois du passé mais impuissants quand il s’agit d’échapper à leur influence au présent. Dans les romans d’E. Ferrante, la mémoire fonctionne comme une hypermnésie traumatique qui rend les personnages anxieux et incapables de vivre pleinement dans le présent (DiBattista, 2016). Ces personnages portent en eux des souvenirs douloureux qui ont une influence persistante sur leur vie actuelle et leur identité. L’hypermnésie traumatique peut être observée dans la façon dont ces personnages se souviennent avec une précision et une intensité remarquables des détails de leurs expériences traumatisantes, et comment ces souvenirs continuent de les hanter et de les influencer dans leur vie quotidienne. Les techniques narratives se servant de la fragmentation, la répétition et l’analepse exposent le plus souvent la mémoire traumatique dans les fictions.

6Cette façon dont la mémoire traumatique peut façonner la perception du monde et la construction narrative se retrouve en particulier dans le cas où les traumatismes sont intervenus pendant l’enfance. Plusieurs auteurs contemporains ont écrit des romans portant sur l’impact des traumatismes de l’enfance et la manière dont ils se manifestent à travers la mémoire traumatique. Mayberry (2007) a analysé l’œuvre de T. Morrison et souligne comment la mémoire traumatique fonctionne comme une force dans ses romans, obligeant les personnages à confronter leur passé et à affronter les horreurs de l’histoire, en particulier ceux qui ont subi des traumatismes dans leur enfance. Utilisant des métaphores et des images poétiques pour représenter la mémoire traumatique dans ses romans, Mayberry écrit à ce propos : « Les images poétiques dans les romans de Morrison créent une sensation d’angoisse et de confusion qui correspond à la façon dont les souvenirs traumatiques sont stockés dans l’esprit des personnages » (Mayberry, 2007 : 178). Dans une perspective similaire, Schomer (2012) examine comment T. Morrison et J. Kincaid explorent les traumatismes de l’enfance dans leur fiction. Schomer observe que les personnages de Morrison et Kincaid sont hantés par les traumatismes de leur enfance tout au long de leur vie, où chaque image reste gravée dans la mémoire comme si c’était hier, les empêchant de trouver la paix intérieure. De même, Grafe (2013), dans son livre The Art of Forgetting: Disgrace and Oblivion in Roman Polanski’s The Ghost Writer, Don DeLillo’s Libra, and Cormac McCarthy’s Blood Meridian, s’intéresse également à la mémoire traumatique dans la littérature contemporaine en se concentrant sur les traumatismes de l’enfance. Grafe met en évidence comment les traumatismes vécus pendant l’enfance ont un impact profond et durable sur la psyché des personnages, créant ainsi une hypermnésie traumatique qui se manifeste par une mémoire détaillée et persistante. Ces études littéraires soulignent l’importance de comprendre les conséquences des traumatismes de l’enfance dans la littérature contemporaine. Les auteurs tels que T. Morrison, R. Polanski, D. DeLillo, C. McCarthy et J. Kincaid décrivent chacun à leur manière les effets durables des traumatismes en mettant en lumière la façon dont la mémoire traumatique, y compris l’hypermnésie, influence la vie et la psyché des personnages. Ils dépeignent des personnages forts mais vulnérables, incapables d’échapper à l’influence du passé, et cherchant à trouver un équilibre entre leur passé traumatique et leur vie présente. Là aussi, selon Nadal et Calvo (2014), la métafiction et le récit discontinu permettent aux écrivains d’illustrer la mémoire traumatique de manière non linéaire, reflétant la dimension dissociative, compartimentée, et ainsi la façon dont les souvenirs traumatiques sont stockés dans l’esprit des personnages. L’enfance a créé une toile complexe de réminiscences difficiles à distinguer les unes des autres. De ce point de vue, la singularité du style narratif de Ballard se révèle à travers son œuvre, permettant de parcourir ces thèmes récurrents en dévoilant les questions profondes qu’il soulève.

2. Les traumatismes de guerre dans l’œuvre de Ballard

7Ballard est un écrivain britannique encore bien méconnu, contrairement aux films inspirés de ses œuvres. En effet, plusieurs de ses livres ont été adaptés au cinéma, avec des succès internationaux, en particulier l’adaptation réalisée par Spielberg en 1987 avec Empire du soleil ou Crash filmé par Cronenberg en 1996, et dernièrement en 2016 High Rise (IGH Immeuble de Grande hauteur) réalisé par Ben Wheatley. Décrit comme un auteur de science-fiction, Ballard se plaisait plutôt à se considérer comme un écrivain de fiction-réelle, excellant dans son analyse prophétique et subversive de notre civilisation. Si certains de ses ouvrages peuvent être jugés comme redondants, avec des personnages aux mêmes traits psychologiques — dont des psys mégalomanes — c’est sans doute parce que l’écriture a servi à Ballard d’extraordinaire tuteur de résilience. « Chacun de mes personnages représente un moi alternatif » répétait souvent Ballard, qui n’hésite d’ailleurs pas à en appeler certains de son nom, mais, « ce James Ballard n’est pas moi, même s’il fait partie de moi », insistait-il (Korthals-Altes, 2001). Son œuvre, réputée post-apocalyptique ou d’anticipation, s’inspire en tout point d’une histoire de vie particulièrement dramatique, empreinte de morts et d’atrocités, dont aucun de ses écrits n’a totalement réussi à rendre compte. Cependant, contrairement à de nombreuses personnes souffrant d’un syndrome de répétition traumatique, il a réussi à exprimer ouvertement et pleinement l’expérience qu’il a traversée, et les reviviscences dont il a souffert ensuite. Un de ses derniers livres, globalement autobiographique, La bonté des femmes paru en 1991, revient sur l’incroyable destinée qui fut la sienne, démarrant par une enfance dorée en Chine, jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale et l’invasion de la Chine par le Japon. Cette entrée dans la guerre le marqua probablement toute sa vie durant. Une scène traumatique « hors-temps », un miracle en réalité, a sans doute enclavé Ballard dans son enfance. Une énigme sans solution, véritable labyrinthe dont sa mémoire est restée prisonnière toute sa vie durant. Le film de Spielberg, démarre quand le petit James a 11 ans. Mais Spielberg ignore une scène traumatique originelle que Ballard a vécu 4 ans plus tôt.

8En août 1937, un bombardement aérien fit 1 200 morts et plus de 2 000 blessés, en touchant l’un des deux plus grands magasins de Shanghai. En réalité, les 3 bombes avaient été larguées, non par les Japonais, mais par un aviateur chinois, qui, en voulant atteindre le navire amiral japonais Idzuma, a raté sa cible, à cause d’un épais brouillard recouvrant la ville. Le petit James a alors 7 ans, il se trouve à ce moment-là en vélo et va retrouver un ami de son âge. Sa voiture se trouve en plein milieu de ce quartier surpeuplé bombardé. Dans son roman autobiographique — la bonté des femmes — Ballard décrit une scène surréaliste au cours de laquelle il se retrouve avec son ami d’enfance, tous deux parmi les rares survivants de ce bombardement. À l’arrière de la voiture, la gouvernante est décapitée à côté de son ami. À l’extérieur de la voiture, des centaines de cadavres. Nous touchons à la création d’un présent éternel que Ballard n’a ensuite jamais quitté. Les contours de l’emprise de ce présent traumatique se retrouvent dans chacun de ses livres, comme un perpétuel retour, minute après minute, d’une mémoire engluée dans la fange traumatique. Un écran traumatique s’est imposé à sa mémoire, nouant les fils du temps à cet instant.

9De ce point de vue, c’est un auteur qui rend compte de différentes manières d’historiciser un trauma, d’envisager plusieurs modalités de récit autour du trauma, en particulier des traumas de guerre pendant l’enfance. Cet écrivain offre au lecteur la possibilité de mesurer le va-et-vient entre une écriture cathartique, et une écriture parfois persécutive, violente, comme si elle entrainait une effraction, un nouveau trauma. Souvent alors avec une diminution de cohérence discursive. Mais son œuvre traite des thèmes plus larges comme l’isolement, la désolation, la confrontation aux environnements extrêmes, la société moderne et la technologie ayant détruit toute forme de lien. En révélant les failles et les dysfonctionnements de la société contemporaine, comme le suggère Philmus (1997), il a en même temps mis en évidence les aspects les plus sombres de la psyché humaine.

  • 1 En français, Ballard, J. G. (2005). Le festin nu. Denoël.

10Dans certains de ses romans, Ballard a exploré plus spécifiquement les thèmes de la mémoire, de l’identité et de la perception de la réalité. Par exemple, dans son roman Empire du soleil (1984), en partie autobiographique, il raconte l’histoire d’un jeune garçon pendant la Seconde Guerre mondiale et sa capacité à se souvenir en détail des événements de son enfance. Ce roman examine les liens complexes entre la mémoire, l’identité et les traumatismes vécus pendant la guerre. Mais ce garçon n’est autre que lui-même. La guerre a été une expérience de désintégration de la société, nourrissant cette vision sombre et dystopique du monde. En abordant le thème de l’hypermnésie dans d’autres œuvres, comme dans Super-Cannes (2000), il explore les conséquences psychologiques de la mémoire hyper-détaillée sur les personnages. Il utilise souvent des éléments de science-fiction pour créer des mondes futuristes qui amplifient les aspects de la mémoire et de la psyché humaine. Un autre ouvrage de Ballard aboutit à une forme de déconstruction du discours (Hougue, 2020), The Atrocity exhibition (1990)1. Ses textes consistent alors en un montage de courts paragraphes divisés en quinze chapitres, chacun suivi d’une série de notes. Neuf de ces chapitres sont eux-mêmes subdivisés en paragraphes d’en-tête (comme un sous-chapitre), dont quatre sont construits en éditions alternées : les longues phrases en italique sont périodiquement interrompues par les paragraphes eux-mêmes, qui constituent eux-mêmes le texte intégral. L’absence de distinction entre les événements de vie et les fantasmes du protagoniste, mêlée à une instabilité des repères temporels et spatiaux (brusques changements de lieux), effacent les limites du réel et du virtuel, plongeant le lecteur dans un univers insaisissable, une lecture non linéaire.

  • 2 Korthals-Altes H. (2001). Entretien J. G Ballard. L’Express.

11Pour revenir aux effets de l’univers concentrationnaire pendant l’enfance, la préadolescence, il ne fait aucun doute que ses livres sont tous imprégnés de cette confrontation. Tels des kaléidoscopes, ils reflètent à chaque fois une trame renouant les fils égarés des souvenirs brisés. Ils illustrent l’expression d’une détresse péritraumatique, la préoccupation permanente de Jim de sa propre survie ou et de celle des autres… On y retrouve une incarnation de la dimension sur-réaliste de la logique à l’origine du trauma, (« La guerre a pour effet de tout disloquer. Après un bombardement, les paysages sont surréalistes. Les meubles se retrouvent dans la rue, un bout de fauteuil dans un arbre. La logique de guerre est la même que celle des tableaux surréalistes : celle de défaire le monde pour le recomposer ensuite, comme un collage. Et il me semble parfois que ce monde recomposé est plus réel ! »2), celle qui pousse un enfant à finalement confondre réalité externe et réalité interne. Sa façon d’envisager l’évolution de l’humanité ne ressemble donc en rien à une épopée dans l’espace. Sa vision désenchantée de l’Occident depuis les années soixante anticipe une réalité toujours plus actuelle où la mise en scène de la violence gratuite (et de la sexualité) à la télévision, comme ailleurs, grignote toujours un peu plus notre imaginaire. La nouvelle le massacre de Pangbourne (1988), décrivant une copropriété ultrasécurisée où les enfants disparaissent — pendant que leurs parents sont assassinés —, est une nouvelle allégorie (ou prémonition) des effets de l’univers concentrationnaire sur la psychologie infantile. Sa fascination obsédante pour nos paysages urbains clos, ultra-sécurisés (quartiers luxueux, zones pavillonnaires, stations balnéaires ou même hôpitaux psychiatriques…) où émerge une violence sociétale toujours plus perverse et camouflée, semble réactualiser, dans son imagination, l’effet meurtrier du souffle d’une bombe.

3. La construction de l’identité à travers l’hypermémorisation dans l’œuvre de Ballard

12Durant les guerres, les enfants sont des victimes de première ligne. Nombre d’entre eux sont aussi déplacés de force ou en fuite, vivant un stress intense et délétère, de façon continue et prolongée. Piégés dans des zones de guerre, ils se retrouvent confrontés à un niveau extrême de violence. Sans oublier l’absence de soins, l’extrême pauvreté et la destruction des écoles, de leur maison, etc. Autant de situations traumatiques qu’ils vont vivre chroniquement et qui finissent rapidement par entrainer toute une psychopathologie (Trouble de Stress Post Traumatique, dépression et pensées suicidaires, troubles dissociatifs…). Une psychopathologie aggravée lorsque les impacts des traumatismes psychologiques se succèdent. Suite aux bombardements de Londres au cours de la Seconde Guerre mondiale, D. Burlingham et A. Freud avaient déjà montré les troubles massifs de ces « enfants sans familles ».

13Quel rapport avec Ballard ? Jim, jeune britannique de 11 ans, voit le 8 décembre 1941 l’armée impériale japonaise faire main basse sur l’enclave internationale de Shangaï. Perdant brutalement les conditions de son enfance dorée et protégée dans une microsociété repliée sur elle-même, il voit sa vie basculer, découvre la mort et la misère sans être soutenu. Dans un camp de prisonniers surveillé par des Japonais, il va apprendre à survivre pendant 3 ans au rythme de la confrontation à la maladie, à la faim qui lancine et ronge. Voyant son existence passer de l’opulence et des fêtes luxueuses à l’emprisonnement, il se retrouve seul face à un monde d’adultes hyperviolents, une forme de concours de cruauté dans une errance pleine de désolation. Comme dans un cauchemar éveillé, cet enfant entre chaque jour un peu plus profondément dans un enfer concentrationnaire pourtant réel, celui des traumas de guerre.

14Cet internement à l’âge de 12 ans dans le camp de prisonniers de Longhua, proche d’un aéroport militaire, aggrava un peu plus sa chute dans un univers où la traumatisation complexe devint le cœur et l’intrigue de déviances, incontrôlables, mais mises en scènes de façon détaillée dans ses écrits. Chaque matin annonce une nouvelle journée, est-ce la dernière à vivre ? C’est cette quête, cette motivation profonde de recherche du sens de la vie, que décrit Ballard dans Empire du soleil. Une histoire de captivité qui raconte une tentative fluctuante de donner un sens en réponse aux non-sens des événements de la vie. Les descriptions de l’espace concentrationnaire — dans plusieurs de ses ouvrages — confirment que ce n’est pas tant le caractère « objectif » de l’expérience vécue qui marque chaque enfant, mais bien la façon dont chacun la perçoit, l’évalue, lui donne un sens. L’ensemble des réactions de stress varient suivant un large éventail de réactions émotionnelles qui dépendent non seulement de la nature objective de l’expérience, mais aussi de la nature subjective que l’enfant en a (Burgin et al., 2022).

15À propos de sa libération du camp de Longhua à l’âge de 15 ans, Ballard écrivait ceci : « Il s’était passé tant de choses que je n’avais pu encore ni me rappeler ni oublier […] Le sentiment que j’avais de moi-même avait changé ; j’avais l’impression d’avoir égaré une partie de mon esprit quelque part entre Longhua et Shanghai » (Ballard, 1984 : 122). Plus tard, son arrivée en Angleterre pour démarrer des études de médecine, composées à l’époque de travaux pratiques de dissection, l’enfonça probablement un peu plus dans une reviviscence de son passé traumatique. « […] Mais le passé perdurait. De plus en plus, les cadavres de la salle de dissection me rappelaient les membres arrachés que j’avais vus dans l’avenue Édouard-VII » (Ballard, 1984 : 233). Son projet de devenir psychiatre s’arrêta au terme de la dissection du corps d’une femme ayant duré plusieurs mois. C’est à cette même époque qu’il fit la rencontre de son épouse et future mère de ses trois enfants. Le décès, tout aussi brutal qu’accidentel, de son épouse — alors que ses enfants étaient encore en bas âge — acheva de fragiliser un peu plus la quête d’équilibre et de sérénité qui était la sienne. Veuf à 35 ans, cette énième confrontation à la mort initia aussi sa carrière d’écrivain. Sans doute était-ce la dernière manière d’être acteur de sa vie malgré les conditions extrêmes vécues. Comme le souligne Pringle (1985), « La mort de sa femme a eu un impact profond sur Ballard, qui a exploré la thématique de la perte dans son œuvre littéraire. Pour Ballard, la mort est une force omniprésente qui peut frapper à tout moment, reflétant la fragilité de l’existence humaine » (Pringle, 1985 : 45).

16En effet, Ballard l’avait concédé dans une interview dans le Missippi Review en 1991, « j’ai très tôt réalisé que tout pouvait basculer d’un jour à l’autre sans raison, que l’on ne pouvait se fier aux apparences. J’ai alors pris la résolution de traiter la réalité comme un film où nous sommes tous des acteurs ne sachant pas quel “script” nous attend ! » (Lewis, 1991 : 31). Sans hier, ni demain, pourrait-on rajouter. Comme des flashbacks, ses romans appartiennent au temps traumatique où la chronologie est abolie, comme une déclinaison imposée par sa mémoire d’un présent traumatique perpétuel. Mais cette fixation temporelle n’éloigne pas les yeux de Ballard du corps. Au contraire, avec les mêmes procédés narratifs où les identités se disloquent, il en explore toutes les séquelles physiques. Cette exploration touche même à la fascination dans son roman Crash dont le thème central tourne autour d’une sexualité cultivant le mariage sanguinaire de la chair et du métal, ritualisé par des reconstitutions d’accidents de voitures. C’est alors l’occasion pour le narrateur, en mêlant corps déformés, sexe et mort, de voir à la fois l’endroit où il va mourir, et celui où il est déjà mort : « Mon premier et bref voyage sur le lieu de l’accident avait ravivé […] la notion de ma propre mort, j’avais l’impression de visiter le lieu de ma propre mort » (Ballard, 1973 : 132). Comment ne pas voir, là, un témoignage du bombardement auquel il avait assisté à l’âge de 7 ans.

17Parfois, suite à l’effet désorganisateur d’un trauma, la mémoire est éteinte, réprimée, les bribes de souvenirs sont disparates. Mais, il arrive aussi que les processus mnésiques s’hyperactivent, que les reviviscences se succèdent les unes aux autres comme si elles étaient corrélées à l’hypervigilance ayant pu servir à un moment pour survivre, se sauver. Ainsi, selon Van der Kolk (2014), la mémoire traumatique est une forme de mémoire qui se distingue par son caractère intrusif, où les souvenirs liés aux traumatismes sont involontairement réactivés dans la conscience du sujet. Il semble que l’œuvre de Ballard soit une illustration (avec des velléités à la fois ludiques et vivantes), de ce phénomène de réactivation active du souvenir, en particulier pendant l’enfance. De nombreux personnages de Ballard font face à des environnements hautement technologiques, et souffrent d’isolement social. Mais là ne se trouve pas la spécificité de son œuvre, comme le souligne Baudrillard (1981), « Dans l’œuvre de Ballard, la technologie est utilisée pour créer une fausse réalité qui devient indissociable de la réalité elle-même. La frontière entre le réel et le simulacre est brouillée, et les personnages sont piégés dans un monde artificiel où la violence et la mort ont perdu toute signification » (Baudrillard, 1981 : 218). Aussi ses personnages peuvent-ils être aussi bien des marginaux, des solitaires ou des fous cherchant à se libérer de la folie de la société dans laquelle ils vivent. Cette société moderne et post-moderne, aseptisée et ultra-sécurisée aux yeux de Ballard, qu’il n’a eu de cesse de dénoncer en considérant la technologie à la fois comme une source de libération et une menace pour l’humanité, la violence et la désolation ayant remplacé la civilisation. Pour Bruni (2014), la prose de Ballard crée des atmosphères étranges et inquiétantes qui reflètent les troubles psychologiques de ses personnages : « La prose de Ballard est souvent délibérément plate, dénuée de toute émotion apparente, mais c’est précisément cette qualité qui rend les moments de violence ou de terreur encore plus effrayants » (Bruni, 2014 : 49). Utilisant des images visuelles et des descriptions précises pour créer une atmosphère d’angoisse et de désespoir, voire surréaliste (Baxter, 2009), sa prose est donc remarquablement visuelle, utilisant des images puissantes pour dépeindre la douleur, la mort et la destruction. Ce n’est sans doute pas un hasard si, dans son premier roman Le monde englouti (1962), puis dans d’autres plus tard, Ballard fait référence à un futur post-apocalyptique où les personnages sont confrontés à des souvenirs de plus en plus précis de leur vie passée, tandis que leur environnement se dégrade progressivement. Pour le lecteur pris dans le vacarme des fragments mémoriels, c’est à la fois le passage périlleux d’un plan à un autre : d’une représentation du chaos, à un remède, à travers les actions des personnages. Ces personnages se retrouvent souvent dans des scènes rejouant une forme de réexpérimentation morbide qui fait dire à Grover (1994) : « Ballard utilise les accidents de voiture comme une métaphore de la violence et de la sexualité refoulées de la société moderne. Les personnages de ses romans sont obsédés par les accidents, cherchant à retrouver le frisson de l’expérience traumatique pour se reconnecter à leur propre humanité » (Grover, 1994 : 254). On retrouve là une forme de fascination pour les situations extrêmes et les environnements dystopiques. Dans Crash (1973), Ballard met en scène des personnages obsédés par les accidents de voiture, qui cherchent à revivre des moments traumatiques de leur vie grâce à la simulation de collisions. Cette hypermémorisation est décrite comme une forme de fuite de la réalité, mais aussi comme un moyen de surmonter les traumatismes. Ainsi, est-il utile de le rappeler, l’utilisation de l’hypermnésie dans les textes ballardiens ne se limite pas à l’expérience de la guerre. La combinaison qu’il réalise à partir de sa mémoire personnelle et de son imagination pour créer un monde fictionnel dépasse le cadre de l’expérience traumatisante de l’internement, par exemple. C’est dans son usage créatif et imaginatif de ses expériences traumatisantes que Ballard, comme d’autres auteurs (Kalsched, 1996), a pu donner vie à un monde fictionnel reflétant la nature aliénante de la vie moderne. L’œuvre littéraire de Ballard peut donc se comprendre, en soi, comme un processus de défense psychologique pour surmonter les adversités de son enfance, en mettant en lumière la richesse de la psyché humaine de l’homme moderne.

4. Conclusion

18La littérature contemporaine a souvent utilisé des concepts liés à la mémoire pour sonder les profondeurs de l’expérience humaine, en particulier dans les cas de confrontations aux aspects douloureux de l’existence. En s’intéressant à l’hypermnésie, les écrivains ont ouvert de nouvelles voies pour comprendre la mémoire humaine et les conséquences des traumatismes vécus par leurs personnages. Ces récits sur des épreuves existentielles permettent aux lecteurs de se plonger dans la complexité des souvenirs et de susciter une empathie plus profonde envers les personnages qui les portent. Ainsi, l’hypermnésie dans la littérature contemporaine offre une perspective fascinante sur la mémoire et ses implications sur l’identité, la perception de soi et la compréhension des traumatismes. En s’aventurant dans les abîmes de la mémoire humaine, les écrivains contemporains nous invitent à réfléchir sur la nature de la réalité, la subjectivité de la mémoire et les liens entre les souvenirs et la construction narrative. Dans ses livres, comme dans sa vie, J. G. Ballard a néanmoins démontré que les souffrances passées, la confrontation à la mort, n’entravent pas toujours la capacité à vivre pleinement dans le présent, n’annihile pas la capacité de création. L’œuvre ballardienne peut aussi se comprendre comme une invitation à transcender les limitations imposées par les traumatismes et à trouver un sens à la vie malgré les épreuves rencontrées. Mieux même, à l’encontre de ceux pour qui il n’y a qu’à travers l’oubli qu’un individu peut se libérer du poids des souvenirs pour se concentrer sur l’expérience présente, l‘hypermémorisation est pour Ballard constitutive du fonctionnement de l’être humain et de son rapport au monde. Sans être exclusivement une focalisation intense sur les événements passés, elle est un élément constitutif de l’authenticité d’un individu, lui permettant justement de rester libre face aux attentes et aux représentations conventionnelles qui lui sont imposées par la société. C’est dire aussi l’importance de prendre en compte le questionnement du sens de la vie lorsque la vision du monde, en particulier pendant l’enfance, est remise en question, bouleversée. Ce mélange d’hyper-réalité et de surréalisme, à la croisée du rêve et de la réalité, peut rendre l’univers ballardien difficilement accessible. Mais n’est-ce pas là le génie de Ballard d’avoir su approcher de si près la dimension schizophrénique — dissociative diraient certains — enfermante ou cloisonnante de la condition humaine face au côtoiement de la mort ? En réussissant à mettre en mots l’étonnement de survivre lorsqu’un Eden est devenu un Enfer, Ballard nous donne la preuve, face aux tragédies de l’enfance et au passé trépassé, qu’il est finalement peut-être possible de parvenir à redonner au fleuve du temps un peu de sa vivacité. L’écriture comme remède pour vivre pleinement le présent n’a pas été inventée par Ballard, plusieurs de ses livres en sont néanmoins de saisissants modèles de création de sens.

Haut de page

Bibliographie

Ballard James Graham (1962), Le monde englouti, Paris : Denoël.

Ballard James Graham (1973), Crash, Paris, France : Denoël.

Ballard James Graham (1975), Ascenseur pour le futur (High-Rise), Paris : Denoël.

Ballard James Graham (1984), Empire du soleil (Empire of the Sun), Paris : Denoël.

Ballard James Graham (1988), Le massacre de Pangbourn (Running Wild), Paris : Mille et une nuit.

Ballard James Graham (1993). Le festin nu (The Atrocity Exhibition), Paris : 10/18.

Ballard James Graham (1996), La bonté des femmes (The Kindness of Women), Paris : 10/18.

Ballard James Graham (1998), Le massacre de Pangbourne (The Day of Creation), Paris : Denoël.

Ballard James Graham (2000), Super-Cannes, Paris : Denoël.

Ballard James Graham (2005), Le festin nu (The Atrocity Exhibition), Paris : Denoël.

Ballard James Graham (2006), Royaume désuni (Kingdom Come), Paris : Denoël.

Baudrillard Jean (1981), Simulacres et simulation, Paris : Galilée.

Baxter Jeannette (2009), J. G. Ballard’s Surrealist Imagination: Spectacular Authorship, Londres : Routledge.

Bruni Jacky (2014), The Novels of J. G. Ballard, Jefferson, États-Unis : McFarland.

Bürgin David, Anagnostopoulos Dimitris, board and policy of ESCAP, Vitiello Benedetto, Sukale Thorsten, Schimd Marc & Fegert Jörg (2022), « Impact of war and forced displacement on children’s mental health-multilevel, needs-oriented, and trauma-informed approaches », European Child & Adolescent Psychiatry, 31, 845-853.

DiBattista Maria (2016), « Elena Ferrante’s Invention of the Self », PMLA, 131(5), 1431-1446.

Grafe Anton (2013), The Art of Forgetting: Disgrace and Oblivion in Roman Polanski’s The Ghost Writer, Don DeLillo’s Libra, and Cormac McCarthy’s Blood Meridia, Amsterdam, Hollande : Rodopi.

Grover Sarling (1994), « The Psychopathology of Inner Space: J. G. Ballard’s Crash », Critique: Studies in Contemporary Fiction, 35(4), 249-261.

Grover Sarling (2009), « The Psychopathology of Inner Space: J. G. Ballard’s Crash », S. Mustafa & A. V. Ratnam (dir.), J. G. Ballard, Londres, Angleterre : Macmillan, 59-74.

Hougue Clémentine (2020), « Le chapitre face au collage et au montage : dos Passos, Burroughs, Ballard », Itinéraires, 2022(1), <https://journals.openedition.org/itineraires/7403>.

Jones Ron (2020), « Foe: A Case Study of Metanarrative Anxiety », Journal of Narrative Theory, 50(1), 35-57.

Kalsched Donald (1996), The Inner World of Trauma: Archetypal Defenses of the Personal Spirit, Londres, Angleterre : Routledge.

Korthals-Altes Henriette (2001), « Entretien J. G. Ballard », L’Express, <https://www.lexpress.fr/culture/livre/j-g-ballard_807391.html>.

Lewis Jeremy (1991), « An Interview with J. G. Ballard », Mississippi Review, 20(1-2), 27-40.

Mayberry Rachel (2007), « Memory and Trauma in the Novels of Toni Morrison », Journal of Narrative Theory, 37(2), 173-191.

Nadal Marita & Calvo Monica (2014), Trauma in contemporary literature, narrative and representation, Londres, Angleterre : Routledge.

Parker Elisabeth, Cahill Larry & McGaugh James (2006), « A case of unusual autobiographical remembering », Neurocase, 12(1), 35-49.

Philmus Robert M. (1997), J. G. Ballard, Woddbridge, États-Unis : Twayne Publishers.

Pringle David (1985), Science Fiction: The 100 Best Novels, New York, États-Unis : Xanadu Publications.

Ryan Marie-Laure (2018), Narrative as Virtual Reality 2: Revisiting Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, États-Unis : Johns Hopkins University Press.

Saramago Jose (1995), Blindness, New York, États-Unis : Harcourt Brace & Company.

Schomer Anna (2012), « Haunted by the Past: Child Abuse and the Memory of Trauma in the Fiction of Toni Morrison and Jamaica Kincaid », Journal of Caribbean Literatures, 9(2), 67-84.

Smith Edward (2015), « Hyperthymesia in Fiction: Exploring the Limits of Remembering in José Saramago’s Blindness », Studies in the Novel, 47(4), 500-517.

Thompson Matthew (2016), « Remembering the Self: Memory and Identity in Julian Barnes’s The Sense of an Ending », Studies in the Novel, 48(4), 529-545.

Van der Kolk Bessel (2014), The body keeps the score: Brain, mind, and body in the healing of trauma, Londres, Angleterre : Penguin Books.

Haut de page

Notes

1 En français, Ballard, J. G. (2005). Le festin nu. Denoël.

2 Korthals-Altes H. (2001). Entretien J. G Ballard. L’Express.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Binet, « Hypermémorisation et influence des traumas de guerre pendant l’enfance au travers de l’œuvre de James Graham Ballard »ILCEA [En ligne], 54 | 2024, mis en ligne le 02 mars 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ilcea/19109 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ilcea.19109

Haut de page

Auteur

Éric Binet

Maître de conférences, École de Psychologues Praticiens, équipe de recherche « Vulnérabilité, Capabilité et Rétablissement », Paris
ebinet@psycho-prat.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search