Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Les histoires par lesquelles nous...

Les histoires par lesquelles nous survivons : une analyse cognitive des mèmes ukrainiens dédiés à la guerre

The Stories-We-Survive-By: A Cognitive Case Study of Ukrainian War Memes
Ievgeniia Bondarenko
Cet article est une traduction de :
Історії, з якими ми виживаємо: когнітивне дослідження українських військових мемів [ru]

Résumés

Cet article vise à identifier les principaux types d’histoires écolinguistiques par lesquelles nous survivons, tels qu’ils sont mis en œuvre dans un corpus de 1000 mèmes Internet ukrainiens sélectionnés au hasard, qui se concentrent sur la guerre actuelle avec la fédération de Russie. En m’appuyant sur la théorie écolinguistique, j’identifie les histoires par lesquelles nous survivons comme des conceptions cognitives dynamiques formées dans l’esprit des représentants d’une culture particulière pour assurer sa stabilité. Cela fait des mèmes de possibles outils efficaces de contre-propagande ou des moyens à haute validité écologique pour assurer l’intégrité d’une image du monde nationale. D’autre part, les histoires qui s’incarnent dans ces mèmes Internet sont des formes de réaction sociale équivalentes à une compensation psychologique causée par le traumatisme de la guerre. En termes de typologie, on distingue les histoires avec lesquelles nous survivons qui sont idéologiques, métaphoriques, cadrantes, identifiantes, axiologiques, aléthiques, lacunaires et saillantes. Cet article démontre aussi que du point de vue de leurs fondements cognitifs, ces histoires sont ancrées dans quatre types principaux d’opérations cognitives. L’opération d’attention/saillance, pour former des histoires lacunaires ou des histoires saillantes ; l’opération d’évaluation/comparaison, qui est la base commune aux histoires métaphoriques et aux histoires-cadres ; l’opération de mise en perspective épistémologique, sur laquelle se fonde la formation d’histoires idéologiques et aléthiques ; et les histoires identifiantes et axiologiques sont interprétées au sein des opérations gestaltistes. Je démontre également que chaque type d’histoire peut être identifié à l’aide de marqueurs multimodaux spécifiques.

Haut de page

Texte intégral

1Le développement rapide de l’écolinguistique, qui a acquis depuis au moins deux décennies les caractéristiques d’une nouvelle direction paradigmatique des études de langues (voir, par exemple, Fill & Mühlhäusler, 2001), est interprété par ses adeptes comme l’un des résultats d’une recherche minutieuse de moyens et d’outils pour la survie de l’humanité ou d’une société donnée.

2Dans le contexte du violent conflit militaire dans lequel se trouve actuellement l’Ukraine, la question de la protection et de la préservation de l’intégrité de l’information est cruciale. En effet, les actions militaires actives sont généralement précédées puis accompagnées d’une puissante préparation informationnelle visant à les justifier auprès de la population du pays agresseur, ainsi qu’aux yeux de la communauté internationale. Une telle préparation acquiert le caractère d’une guerre hybride, définie comme une combinaison de stratégie militaire et de confrontation informationnelle et politique (Hoffman, 2007). Parmi les nombreux leviers, on note une large implication de fake news (infox) et autres récits destructeurs (Appel, Marker & Gnambs, 2019). Les fonctions principales d’une telle guerre de l’information de la part de l’agresseur sont la destruction de la réputation, de l’identité historique et culturelle, ainsi que l’homogénéisation du champ d’information de la partie opposée au conflit.

3Dans ce cadre, l’écolinguistique, qui interprète la propagande comme un colmatage toxique du champ de l’information (Haig, 2001 : 217) me semble opportune et utile, afin d’envisager la résistance à cette influence destructrice. Selon E. Haig, l’écolinguistique a apporté une impulsion à la contre-propagande. Dans le contexte du développement rapide des réseaux sociaux et applications de messageries diverses, l’information n’est que très partiellement institutionnelle. En d’autres termes, ce ne sont plus seulement les institutions compétentes qui assument la responsabilité de l’affrontement informationnel, mais aussi de larges cercles de la société, capables de générer de manière indépendante et spontanée du contenu approprié.

4Nous faisons ici l’hypothèse que même si, dans l’environnement informationnel actuel, la contre-propagande est marquée par la variabilité de ses sources, ses fonctions restent les mêmes. L’objectif de cet article est de montrer que compte tenu des principaux objectifs de la propagande, ils peuvent être interprétés avec les outils de l’écolinguistique pour résister au colmatage du champ d’information de l’Ukraine, dans le but de préserver son intégrité nationale et culturelle et de rendre perceptible l’unification de la société, à travers le développement d’un système de valeurs commun et durable.

1. Le mème comme histoire nourricière (story we live by)

5En raison de ses qualités naturelles et de ses fonctions en tant que phénomène capable d’impliquer un très large public, la propagande dispose d’un grand nombre de canaux et de formats de mise en œuvre. L’un d’entre eux est le mème.

6De nombreuses caractéristiques du mème Internet ont été décrites, et la nomenclature a été corrigée à plusieurs reprises par R. Dawkins (2006 ; Solon, 2013) complétée par B. Wiggins et G. Bowers (2014) et L. Shifman (2014). Ces quatre auteurs ont décrit l’existence d’une variété de mèmes Internet, en distinguant leurs caractéristiques essentielles, parmi lesquelles la reproduction créative d’idées originales (« volées ») et l’intertextualité sont pertinentes pour les fonctions de contre-propagande (Wiggins & Bowers, 2014 : 8). Formellement, les mèmes apparaissent comme des macros visuelles, qui peuvent éventuellement être accompagnées d’un élément verbal, par exemple un concept, un hashtag ou une phrase célèbre, ainsi que dans leurs formes les plus récentes, des gifs ou des images animées.

7Dans le cadre de la paradigmatique écolinguistique proposée par A. Stibbe dans sa monographie de 2015 (republiée en 2021, c’est à la seconde édition que nous ferons ici référence), nous considérons qu’il est possible d’interpréter un mème comme un moyen d’incarner l’histoire qui nourrit les survivants (stories-we-survive-by), mais aussi les structures cognitives qui sous‑tendent notre connaissance du monde, en lien avec les besoins urgents actuels de l’humanité (Stibbe, 2021 : 5), et dans notre cas, ceux d’une communauté culturelle dont l’existence même est actuellement remise en question. De telles histoires sont quelque peu différentes des histoires nourricières classiques (story-we-live-by), c’est-à-dire des histoires qui sont déjà fermement ancrées dans les mentalités (Stibbe, 2021 : 4), et donc telles qu’elles ne sont pas sujettes au changement. A. Stibbe interprète ces histoires comme des structures cognitives ancrées dans l’esprit des représentants d’une culture ; et affectant directement leur perception du monde (pour un aspect donné). Ces concepts relativement nouveaux entrent en résonnance avec l’idée plus ancienne d’une image nationale-culturelle du monde, dont la base cognitive serait un système de structures conceptuelles caractéristiques des représentants d’une certaine nation (Musolff, 2017).

2. Aspects cognitifs de la contre-propagande

8Prendre en compte les aspects cognitifs du phénomène, c’est interpréter la tâche de contre-propagande comme un ensemble d’opérations mentales visant à former une image nationale et culturelle cohérente du monde (Taylor & MacLaury, 1995 ; Musolff, 2017). Je considère l’image nationale et culturelle du monde comme un système de dominantes culturelles (Sharifian, 2017 ; Colagè & D’Errico, 2020), qui sont dans une relation hiérarchique et dynamique. La nature de cette relation, comme le montrent les études de terrain, est en constante évolution : certaines dominantes deviennent plus importantes, d’autres passent au second plan en fonction du contexte. Ainsi, par exemple, l’un des domaines les plus importants au cours des dernières années d’avant-guerre en Ukraine était le domaine du Conseil suprême (le parlement monocaméral ukrainien), interprété au travers d’un certain nombre de métaphores corporelles (Musolff, 2021 : 119‑122). Actuellement, l’essentiel est la lutte armée pour la préservation de l’intégrité territoriale et nationale-culturelle de l’État, qui se concrétise dans une grande variété de ressources médiatiques, y compris les mèmes (Horbyk & Orlova, 2022). La contre-propagande, en revanche, s’appuie fortement sur la base cognitive de l’adversaire, dirigeant son influence contre lui. Parmi les nombreuses opérations cognitives impliquées dans sa dévaluation ou sa destruction complète, il y a la paraphrase cognitive ou extralinguistique (Mendoza-Ibanez & Lozano-Pilacio, 2019). L’essence d’une telle paraphrase est la restructuration conceptuelle de la base de données primaire (script) de la propagande, qui est détournée en faveur de l’adversaire. La paraphrase est souvent interprétée comme la base cognitive de l’humour, mais dans la pratique, ce n’est pas toujours le cas. Dans une confrontation politique, cette paraphrase conduit à la création d’un nouveau sens. À titre d’exemple, on sait que l’un des domaines les plus impliqués dans la propagande anti-ukrainienne est l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, qui, selon la tradition soviétique, est appelée la Grande Guerre patriotique.

9La paraphrase dans ce cas consiste à changer l’importance des concepts, où, par exemple, le rôle du vainqueur est attribué exclusivement à l’URSS et à la Russie dans sa composition, le rôle de l’Europe et des États‑Unis est réduit au silence ou même interprété de manière absurde comme de la sympathie pour le régime allemand. La paraphrase de ce modèle aborde également les leçons historiques promues par chaque camp. Leur incarnation ressemble à une confrontation entre les slogans « ça pourrait recommencer » (« Можем повторить » en russe) et « Plus jamais ça » (« Ніколи знову » en ukrainien). De tels slogans ont des caractéristiques virales, c’est-à-dire qu’ils se propagent rapidement sur les réseaux, les messageries et autres moyens de communication non institutionnels, et ils s’illustrent souvent dans des mèmes. Outre leur aspect linguistique et culturel, nous voyons dans la typologie cognitive des histoires incarnées dans les mèmes un prolongement de la théorie bien connue de R. Langacker sur le fonctionnement cognitif : l’opération cognitive désigne selon lui le processus et le résultat de la modélisation de la réalité dans l’esprit d’une personne, selon les lois de son activité cognitive (Langacker, 2000 : 5). Suivant les travaux de Langacker, W. Croft et A. Cruse distinguent quatre opérations cognitives principales : l’attention/saillance, qui implique des opérations avec attention et effets visuels de perception ; l’évaluation/comparaison (jugement/comparaison), où interviennent les concepts de catégorie et de cadre, de métaphore, de fond/figure ; la perspective, qui utilise les concepts de point de vue, de culture générale, d’empathie et d’objectivité/subjectivité ; ainsi que la Gestalt, où sont construits les concepts de limitations du sujet, de schémas topologiques/géométriques, d’échelle, de dynamique et de caractère d’interaction des phénomènes, de leur essence et de leur connexion (Croft & Cruse, 2004 : 46).

10Selon la méthodologie de l’écolinguistique, qui implique la prise en compte d’un nombre important de facteurs affectant les processus linguistiques, A. Stibbe élargit la nomenclature des récits, qu’il appelle lui‑même des histoires, et inclut non seulement des facteurs logiques, mais aussi sociaux, tels que l’idéologie, dans leur typologie. Ainsi, Stibbe propose la typologie d’histoires suivante : idéologiques (idéologies), métaphoriques (métaphores), histoires-cadres (cadrages ou framing), identifiantes (identités), axiologiques (évaluations), aléthiques (convictions), lacunaires (effacement) et saillantes (saillance) (Stibbe, 2021 [2015]).

11Les mèmes incarnant des histoires sur la guerre en Ukraine constituent sans aucun doute un objet de recherche pertinent pour l’écolinguistique. En adaptant les histoires avec lesquelles nous vivons à des tâches de contre-propagande, il est possible de suggérer des regroupements selon les opérations cognitives qui servent de contexte pertinent à ces histoires.

12Nous considérons que l’objectif principal du présent travail est l’identification de moyens mémétiques permettant d’incarner divers types d’histoires sur la guerre en Ukraine, qui constituent des histoires avec lesquelles nous survivons. Pour répondre à cet objectif, il nous faut : 1) caractériser les fonctions du mème de guerre au sein du paradigme écolinguistique ; 2) découvrir l’essence des opérations cognitives, qui sont à la base de chaque type d’histoire ; 3) identifier la correspondance entre la nomenclature des histoires et le type d’opération cognitive incarnée dans le mème, ainsi que distinguer des marqueurs typiques pour chaque type d’histoire incarnée dans le mème.

13Le corpus utilisé ici est constitué de 1000 mèmes en anglais et en ukrainien consacrés à la guerre en Ukraine, sélectionnés sur les chats Telegram, les mèmes de la terminologie des armées d’Ukraine, Laughter at the Time of War et dans le chat Instagram de SaintJavelin en utilisant une méthode d’échantillonnage aléatoire basée sur un critère thématique unique.

3. La dimension fonctionnelle des histoires par lesquelles nous survivons

14En adoptant une vision fonctionnelle des mèmes nous pouvons les analyser dans le cadre de la vision fonctionnelle du monde qu’ils véhiculent, c’est-à-dire une formation cognitive qui a une double nature interprétative-régulatrice. D’une part, les mèmes contribuent effectivement à l’interprétation de la réalité, c’est-à-dire qu’ils mettent en œuvre la fonction interprétative d’une vision du monde. D’un autre côté, ils peuvent servir de motivateurs pour certaines actions, c’est-à-dire réguler le comportement du public cible (Appel, Marker & Gnambs, 2019). On le voit, les fonctions des mèmes comme moyens de concrétiser une vision du monde et comme outils de (contre-)propagande sont avérées.

15Dans ce cadre, la fonction interprétative des mèmes doit être considérée avant tout comme compensatoire. Les défis civilisationnels des temps modernes, auxquels l’humanité est actuellement confrontée, nécessitent de trouver des moyens qui, selon les lois de la psyché humaine, atténuent la toxicité de l’environnement naturel et social d’une personne. Dans la sphère sociale, une personne est influencée de manière agressive par la réalité environnante et les médias, qui sont une source d’informations principalement négatives sur la guerre. Cela provoque ce qu’on appelle la compensation, un phénomène décrit en psychologie comme « activation consciente ou inconsciente du mécanisme du psychisme, qui consiste à tenter de surmonter […] les défauts pour rétablir l’équilibre perturbé […] en créant une réaction dirigée de manière opposée » (Hjelle & Ziegler, 1992 : 73 ; ma traduction figure dans l’article original ukrainien dont cette version est une traduction).

16Par analogie, un mécanisme de compensation collective fonctionne dans la sphère sociale sous la forme d’une augmentation sans précédent de l’utilisation de moyens de communication virtuels, principalement via les réseaux Internet. Par conséquent, l’une des formes de mise en œuvre de mécanismes cognitifs culturellement déterminés de notre perception du monde (une histoire incarnée dans un même) se généralise également naturellement, ce qui produit une forme d’auto‑ironie sur l’image 1, où le texte situé sur un tas de gravats indique « ma vie », et celui qui se trouve sous l’étalage de fruits « ma collection de mèmes ».

Image 1. – Un mème comme illustration d’une fonction sociale compensatoire.

Image 1. – Un mème comme illustration d’une fonction sociale compensatoire.

17Les mèmes contiennent souvent des allusions ironiques ou des composants humoristiques qui renforcent leur effet compensatoire. Cependant, la particularité des mèmes à orientation de contre-propagande est qu’ils peuvent ne pas contenir d’humour ou d’ironie, mais au contraire, ils peuvent évoquer des émotions négatives : la haine, le regret, le chagrin, ou des émotions positives, comme l’amour ou la sympathie. Les effets de ce type de mèmes sont également importants : ils remplissent non seulement une fonction interprétative (c’est-à-dire interpréter les événements de la guerre d’une certaine manière) provoquant une réaction émotionnelle, mais aussi une fonction régulatrice, c’est-à-dire susceptible de motiver certaines actions : aider l’armée, rejoindre les rangs des forces armées, fournir un abri aux réfugiés ou aux animaux blessés, etc.

18Ainsi, l’orientation fonctionnelle des mèmes de contre-propagande sur la guerre est caractérisée comme interprétative, lorsqu’il s’agit d’une composante compensatoire, qui se réalise entre autres à travers une réaction humoristique ou ironique, et comme régulatrice, lorsque les mèmes sont destinés à une rétroaction active sous la forme d’un spectre de réactions (émotions) qui conduisent à des actions spécifiques. Nous considérons la fonction régulatrice (Appel, Marker & Gnambs, 2019) comme une incarnation directe des objectifs de contre-propagande.

4. Les histoires par lesquelles nous survivons : une analyse cognitivo-fonctionnelle

19La classification de A. Stibbe a été créée dans le cadre de l’analyse critique du discours, qui constitue en fait le fondement méthodologique de l’écolinguistique (Stibbe, 2014). Ce fait explique en grande partie l’éclectisme des critères permettant de distinguer les histoires par lesquelles nous survivons. Cependant, identifier les constructions ou les opérations cognitives qui incarnent les récits analysés permet de surmonter cet arbitraire discursif.

20Nos analyses se fondent sur le corpus de mèmes sélectionnés par nos soins que nous avons décrit ci‑dessus, et c’est à partir de leur nature cognitive et fonctionnelle que nous considérerons les histoires avec lesquelles nous survivons de ce corpus, présentées ici sur la base d’exemples précis.

4.1. L’histoire idéologique

  • 1 Nous reprenons ici la conception très large de Kress, sur laquelle s’appuie Stibbe : il peut s’agir (...)

21Une histoire est idéologique lorsqu’elle s’incarne dans un discours institutionnel1 de toute nature qui circule au sein de groupes sociaux (Kress, 2010 : 110). Une caractéristique de ces histoires est la présence de maximes directives, qui sont généralement fournies sous une forme explicite, comme sur l’image 2.

Image 2. – Histoire idéologique dans un mème Internet (le texte du mème peut être traduit ainsi : « Je n’autoriserai aucune résurrection du Christ sans l’accord du QG »).

Image 2. – Histoire idéologique dans un mème Internet (le texte du mème peut être traduit ainsi : « Je n’autoriserai aucune résurrection du Christ sans l’accord du QG »).

22Dans ce mème, qui emprunte un cadre au célèbre film Major Payne, il y a une mise en œuvre de la perspective opérationnelle (épistémologique), où un jeu est impliqué par la connaissance institutionnelle des communicants, qui savent que le quartier général (QG) opérationnel des forces armées de l’Ukraine appelle les médias et les utilisateurs des réseaux sociaux à respecter la soi‑disant hygiène de l’information, et en l’occurrence à ne pas diffuser d’informations non vérifiées sur les événements du front.

23Sous l’aspect écolinguistique, le mème démontre un potentiel compensatoire sous la forme d’une exagération délibérée du secret des informations bien connues sur fond de besoin perçu d’autocensure.

4.2. L’histoire-cadre

24Les histoires-cadres se forment lorsqu’un certain phénomène (dans notre cas — la guerre en Ukraine ou un fait distinct qui y est lié) est considéré comme une zone cible au sein d’une autre zone de la source, c’est-à-dire qu’il y a une mise en œuvre de l’opération cognitive d’évaluation/comparaison. Les histoires-cadres sont typiques des mots ou des images déclencheurs, c’est-à-dire des éléments qui suggèrent des signes du pays source. Dans le mème sur l’image 3, le raton laveur accroupi est considéré comme un aide militaire de l’ouest (Highmars). L’histoire qui se déroule ressemble à celle‑ci. Le raton laveur, qui, quittant Kherson avec les troupes russes, a été emmené par un collaborateur du directeur du zoo de la ville, demande à recevoir 50 lance-roquettes Hymars afin de se venger de lui.

Image 3. – Une histoire-cadre dans un mème Internet.

Image 3. – Une histoire-cadre dans un mème Internet.

25Le mème montre un désir de compenser les émotions négatives provoquées par le pillage et l’inquiétude pour le sort de l’animal, qui, selon le mème, en tant que natif typique de Kherson, est un fervent partisan de l’Ukraine (vêtu d’une chemise typique). L’élément déclencheur ici est la composante verbale de Highmars, qui elle‑même est devenue un mème.

26Ce type d’histoire est également une implémentation de l’opération d’évaluation/comparaison. L’histoire dessine métaphoriquement le domaine abstrait du but (l’état mental des Ukrainiens) dans le domaine concret de la source (une construction instable). Le mème (voir image 4) montre une structure faussement fixée, qui repose sur une seule figure. Ce chiffre fait référence à un fragment vidéo enregistré par un opérateur de drone militaire ukrainien sur le champ de bataille et publié sur Internet ou dans des discussions par messagerie. En règle générale, ces plans, bien que difficiles, démontrent les succès de l’armée ukrainienne, évoquent de fortes émotions et ont donc un effet puissant sur l’état mental du public. Ici, cependant, il est ajouté que la vidéo est accompagnée de musique relevant du genre rap léger (funk), ce qui ne change cependant pas l’ambiance générale de la vidéo d’information, mais ne fait que la renforcer. Les déclencheurs sont également disponibles dans les histoires de ce type. Dans ce cas, il s’agit de l’image d’une brique qui peut tomber et détruire toute la structure à tout moment.

Image. 4. – Une histoire métaphorique dans un mème Internet (État mental des Ukrainiens (en haut) ; une vidéo de l’opérateur de drones militaires accompagné d’une musique de Phonk (en bas)).

Image. 4. – Une histoire métaphorique dans un mème Internet (État mental des Ukrainiens (en haut) ; une vidéo de l’opérateur de drones militaires accompagné d’une musique de Phonk (en bas)).

27Le mème incarne le désir de compensation à travers l’auto‑ironie, face au sentiment d’instabilité mentale et émotionnelle provoqué par l’action militaire.

4.3. Histoire axiologique

28Une telle histoire incarne une opération gestaltiste. Dans ses limites, une évaluation nationale et culturelle d’un certain phénomène comme quelque chose de bon ou de mauvais est fournie. Nous considérons la Gestalt comme la base cognitive des récits axiologiques basés sur sa définition des psychologues. Elle apparaît comme une unité composée de composants mais qui n’est pas leur somme, créant un tout au‑delà du structurel (Croft & Cruse, 2004 : 63). Une telle image unifiée plutôt que structurelle est, par exemple, l’image des valeurs du monde d’une certaine communauté nationale et culturelle. Son représentant, en règle générale, a besoin d’une comparaison intuitive ou d’une extrapolation d’un certain phénomène dans le contexte du système de valeurs afin de déterminer s’il est bon ou mauvais. A. Stibbe parle à cet égard de l’influence des stéréotypes culturels dans l’évaluation des phénomènes de réalité (2015 : 85).

29Cependant, dans les histoires avec lesquelles nous survivons, les plus importants sont les stéréotypes opposés, à savoir l’adaptabilité, la flexibilité de l’image axiologique du monde sous l’influence de la propagande ennemie. Des marqueurs axiologiques devraient naturellement être présents dans de tels récits, même s’ils ne sont pas toujours explicites. C’est par exemple le cas d’Oleksandr Matsievskyi, un prisonnier de guerre, dont l’exécution a été filmée et publiée sur Internet afin d’intimider le public ukrainien. Ce personnage a été classé parmi ce que l’on a appelé les saints militaires, héros nationaux et est devenu un mème. L’évaluation de ce soldat en tant que saint s’est formée en raison de son attitude digne lors de son exécution et de ses mots « Gloire à l’Ukraine ! », qui sont devenus les derniers de sa vie, mais ne se sont pas arrêtés là. Ces mots figurent également sur le même (dans la bulle, en jaune). La nature axiologique de cette histoire se forme en raison de la corrélation de la figure spécifiée avec le système de valeurs nationales en tant que Gestalt (image 5).

Image 5. – Histoire axiologique dans un mème Internet.

Image 5. – Histoire axiologique dans un mème Internet.

30Dans ce cas, la composante verbale du commentaire « Gloire aux héros ! » est une paraphrase d’une salutation bien connue adressée à un individu, car c’est ainsi que l’on obtient l’effet de la réponse collective de la nation à son exécution. La signification écolinguistique de ce mème est qu’il s’agit d’un moyen de compenser pour la société le traumatisme causé par la destruction terroriste de citoyens ukrainiens.

4.4. Histoire identitaire

31Une telle histoire (identities) se réalise également dans le cadre d’une opération gestaltiste, lorsqu’on explique à une personne les avantages d’avoir certaines choses, traits et qualités psychologiques ou sociaux qui lui manquaient jusqu’à présent dans le cadre d’une image nationale-culturelle dans le monde comme une Gestalt. D’un autre côté, l’auto‑ironie est également probable dans les mèmes, lorsque certaines qualités sont reconnues comme n’étant pas suffisamment épanouissantes ou méritant d’être affichées. Ces choses ou traits au sein de l’histoire identificatoire sont définis dans un certain cercle fermé et donc désirable de personnes, et leur acquisition garantit l’inclusion dans ce « club fermé ».

32Dans le cas des mèmes sur la guerre en Ukraine, la nation est en réalité un « club fermé ». Chez A. Stibbe, ces histoires sont expliquées comme des histoires d’identité humaine (2015: 108), ce qui correspond pleinement à l’essence de la compréhension de l’identité nationale. Un exemple d’histoire d’identification est le mème de l’image 6, qui explique de manière ironique ce qu’est l’identité nationale d’un Ukrainien pendant la guerre. L’amitié, la bienveillance et la sincérité habituelles dans le cas où le pays est détruit se transforment en monstruosité, haine et militantisme.

Image 6. – Une histoire d’identification dans un mème Internet.

Image 6. – Une histoire d’identification dans un mème Internet.

33Le caractère compensatoire de l’histoire est assuré en équilibrant le traumatisme causé par l’agression militaire.

4.5. Histoire aléthique

34Ce type d’histoire (lié à des convictions) est mis en œuvre au sein d’une opération de mise en perspective. De telles opérations mentales offrent à l’auteur la possibilité de choisir sa propre position (point de vue), ce qui permet de déterminer le degré de probabilité de ce qui est décrit dans l’histoire, c’est-à-dire de ses preuves (Aikhenvald, 2004). En conséquence, l’attitude face au fait varie d’absolument vraie à absolument fausse. Les mèmes incarnant des histoires aléthiques occupent une place particulière, car ils sont un moyen de réfuter les contrefaçons et sont donc un outil direct de contre-propagande. Les mèmes incarnant des histoires aléthiques contiennent généralement des signes d’ironie ou d’humour car ils utilisent une paraphrase cognitive. En règle générale, les marqueurs de telles histoires sont des composants du récit de l’adversaire, des phrases mnémoniques, des images, etc. Dans ce contexte, par exemple, il existe un argument bien connu en faveur d’une agression militaire contre l’Ukraine comme moyen d’empêcher la prolifération d’armes biologiques (insectes venimeux, oies de guerre, pigeons, etc.). Le mème sur l’image 7 est une paraphrase de ce récit, repris de manière comique. Holub est représenté comme un combattant du régiment « Azov » doté de munitions complètes et d’une radiocommande, ce qui est une réinterprétation du faux récit.

  • 2 « Oiseau » en ukrainien.

Image 7. – Histoire aléthique dans un mème Internet (Régiment d’Azov, soldat Ptychka2).

Image 7. – Histoire aléthique dans un mème Internet (Régiment d’Azov, soldat Ptychka2).

35Le mème sert de compensation à la demande du public de réfuter les contrefaçons répandues pour justifier une agression armée.

4.6. Une histoire lacunaire

36Cette histoire (qui se caractérise par l’effacement) peut être décrite dans le cadre de l’opération de saillance. Une telle opération implique en effet de nuancer certains faits ou circonstances qui semblent sans importance ou inexistants. Le mème de l’image 8, où certains faits semblent sans importance sur fond de faits plus significatifs, illustre bien ce procédé.

Image 8. – Une histoire lacunaire dans un mème Internet.

Image 8. – Une histoire lacunaire dans un mème Internet.

37Ce geste célèbre est une paraphrase d’un fragment du corps exhumé, la main d’un soldat de l’armée ukrainienne près d’Izioum après la libération de la ville. Le geste et le bracelet aux couleurs nationales sont caractéristiques, c’est-à-dire qu’ils constituent une affirmation explicite de l’indépendance des Ukrainiens. Cependant, le fait qu’il s’agisse d’un fragment d’un corps exhumé, qu’une personne soit décédée, reste négligé ou plutôt éclipsé.

38L’effet compensatoire se forme sur le fond de la blessure et du deuil, en raison du déplacement de l’information de fond par le message du geste et de la couleur.

4.7. Une histoire marquante

39De telles histoires, au sein de l’opération de saillance, mettent au contraire en avant certains aspects de la situation comme étant les plus importants.

40Notons que le fait même de la guerre occupe une place majeure sur la scène mondiale, et que l’écolinguistique a maintes fois souligné l’importance de résister à la propagande ennemie. Presque tous les mèmes consacrés à la guerre en Ukraine constituent une histoire marquante. Cependant, dans ce type d’histoire, certains aspects de la guerre, notamment la guerre de l’information, gagnent en importance. Les marqueurs de telles histoires deviennent des images ou des mots mémétiques. Par exemple, dans le mème de l’image 9, la carte de l’Ukraine est présentée comme l’incarnation d’un seul concept fondamental de la conscience nationale des Ukrainiens, la liberté (свобода, et parfois seulement бода), bien qu’il en existe bien d’autres.

Image 9. – Une histoire marquante dans un mème Internet.

Image 9. – Une histoire marquante dans un mème Internet.

41Ainsi, ici, la proéminence est assurée par des moyens d’expression minimaux, qui fonctionnent grâce à l’inclusion des associations nécessaires. La fonction compensatoire d’un tel mème s’inscrit dans le contexte du déni de l’identité des Ukrainiens par l’hyperbolisation de ce qui est le plus précieux ou le plus agréable pour eux.

5. Conclusion

42Au terme de cette étude consacrée aux mèmes Internet sur la guerre en Ukraine, nous avons montré qu’ils fonctionnaient comme des outils de contre-propagande, et nous en avons interprété plusieurs types dans le cadre de la théorie écolinguistique. Il apparaît alors que l’objectif principal de ces mèmes est de protéger le public ukrainien des agressions extérieures en garantissant l’intégrité et la stabilité dynamique de l’image nationale, de la culture et de la vision du monde ukrainiennes.

43La vision du monde est ici interprétée comme une formation cognitive dynamique, un réseau conceptuel global au sein duquel s’effectuent certaines opérations cognitives qui constituent le fondement de ces mèmes. Sur cette base, et étant donné le but et la structure interne du mème, il est considéré comme un moyen d’incarner des histoires qui nous aident à survivre. À la suite de A. Stibbe, je définis ces histoires comme des constructions cognitives dynamiques particulières (contrairement aux histoires avec lesquelles nous vivons) qui existent dans l’esprit des porteurs d’une certaine culture et sont destinées à préserver leur identité nationale et culturelle.

44Sous une forme généralisée, je considère qu’il est opportun de regrouper ces histoires à partir de l’opération cognitive sur laquelle elles se fondent, ce qui apporte un peu d’ordre dans la compréhension des critères de distinction de ces histoires (tableau 1). Le tableau 1 ci‑dessous définit les types et marqueurs d’histoire multimodaux observés dans les mèmes, en lien avec ces opérations cognitives.

Tableau 1. – Types d’histoires avec lesquelles nous survivons, associés aux opérations cognitives qui les sous‑tendent et aux marqueurs repérés dans les mèmes sur la guerre en Ukraine.

Opération cognitive

Type d’histoire     

Un marqueur historique multimodal

attention / importance

lacunaire

éléments paraphrasés ou implicites marqueurs explicites de l’attention

évaluation / comparaison

cadre

les mots ou les images sont des déclencheurs qui suggèrent des signes du domaine source

métaphorique

déclencher des mots ou des images qui suggèrent des signes d’une zone spécifique de la source

perspectives

idéologique

maximes directives (explicites)

aléthique

phrases mémétiques, images du récit de l’adversaire

Gestalt

axiologique

marqueurs axiologiques (explicites)

identifier

des mots ou des images qui manifestent des signes d’appartenance à un certain cercle ou à une certaine société (nation)

45D’un point de vue fonctionnel, on constate également que les histoires avec lesquelles nous vivons, incarnées dans les mèmes Internet, remplissent une fonction compensatoire, similaire à la compensation en psychologie, qui régule le déséquilibre dans l’interaction entre une personne et son environnement social.

46Les facteurs qui nécessitent une compensation sont les conséquences de l’agression militaire : traumatismes, instabilité émotionnelle et mentale et guerre de l’information (besoin d’autocensure, diffusion de fausses informations sur l’Ukraine et déni de l’identité nationale).

Haut de page

Bibliographie

Aikhenvald Alexandra (2004), Evidentiality, Oxford : Oxford University Press.

Appel Markus, Marker Caroline & Gnambs Timo (2019), « Are Social Media Running Our Lives? A Review of Meta-Analytic Evidence », Review of General Psychology, 24(1), 60‑74, <https://doi.org/10.1177/1089268019880891>.

Colagè Ivan & D’Errico Francesco (2020), « Culture: The Driving Force of Human Cognition », Topics in Cognitive Science, 12(2), 654‑672, <https://doi.org/10.1111/tops.12372>.

Croft William & Cruse D. Alan (2004), Cognitive Linguistics, Cambridge / New York / Melbourne / Madrid / Le Cap / Singapour / São Paulo : Cambridge University Press.

Dawkins Richard (2006), The Selfish Gene, Oxford : Oxford University Press.

Evans Vyvyan (2009), How Words Mean, Oxford : Oxford University Press.

Fill Alwin & Mühlhäusler Peter (dir.) (2001), The Ecolinguistics Reader. Language. Ecology and Environment, Londres / New York : Continuum.

Haig Edward (2001), A Study of the Application of Critical Discourse Analysis to Ecolinguistics and the Teaching of Eco-Literacy, <http://plum.itc.nagoya-u.ac.jp/index.html> (23 mai 2023).

Hjelle Larry A. & Ziegler Daniel J. (1992), Personality Theories. Basic Assumptions, Research and Applications, New York / St Louis / San Francisco / Auckland / Bogota / Caracas / Lisbonne / Londres / Madrid / Mexico / Milan / Montréal / New Delhi / Paris / San Juan / Singapour / Sydney / Tokyo / Toronto : McGraw-Hill.

Hoffman Frank (2007), Conflict in the 21st Century: The Rise of Hybrid Wars, Arlington, Virginia : Potomac Institute for Policy Studies, <www.potomacinstitute.org/images/stories/publications/potomac_hybridwar_0108.pdf> (23 mai 2023).

Horbyk Roman & Orlova Dariya (2022), « Transmedia Storytelling and Memetic Warfare: Ukraine’s Wartime Public Diplomacy », Place Branding and Public Diplomacy, <www.academia.edu/100672263/Transmedia_storytelling_and_memetic_warfare_Ukraines_wartime_public_diplomacy> (23 mai 2023).

Kress Gunther (2010), Multimodality: A Social Semiotic Approach to Contemporary Communication, Londres : Routledge.

Langacker Ronald (2000), Grammar and Conceptualization, Berlin / New York : Mouton de Gruyter.

Mendoza-Ibanez Francisco J. R. de & Lozano-Pilacio Ines (2019), « A Cognitive‑Linguistic Approach to Complexity in Irony: Dissecting the Ironic Echo », Metaphor and Symbol, 34(2), 127‑138, <https://doi.org/10.1080/10926488.2019.1611714>.

Musolff Andreas (2017), « Metaphor and Cultural Cognition », F. Sharifian (dir.), Advances in Cultural Linguistics, Singapour : Springer, 325‑344.

Musolff Andreas (2021), National Conceptualisations of the Body Politics. Cultural Experience and Political Imagination, Singapour : Springer.

Sharifian Farzad (2017), Cultural Linguistics, Amsterdam / Philadelphie : John Benjamins.

Shifman Limor (2014), Memes in Digital Culture, Cambridge, Mass. / Londres, Angleterre : MIT Press.

Solon Olivia (2013), « Richard Dawkins on the Internet’s Hijacking of the Word ‘Meme’ », Wired, <www.wired.co.uk/article/richard-dawkins-memes> (23 mai 2023).

Stibbe Arran (2014), « An Ecolinguistic Approach to Critical Discourse Studies », Critical Discourse Studies, 11(1), 117‑128, <https://doi.org/10.1080/17405904.2013.845789>.

Stibbe Arran (2021), Ecolinguistics: Language, Ecology and the Stories We Live By [2015], Londres / New York : Routledge.

Taylor John R. & MacLaury Robert E. (dir.) (1995), Language and the Cognitive Construal of The World, Berlin / New York : Mouton de Gruyter.

Wiggins Bradley E. & Bowers G. Bret (2014), « Memes as Genre: A Structurational Analysis of the Memescape », New Media & Society, 17(11), 1886‑1906, <https://doi.org/10.1177/1461444814535194>.

Haut de page

Notes

1 Nous reprenons ici la conception très large de Kress, sur laquelle s’appuie Stibbe : il peut s’agir aussi bien de l’institution scolaire, médicale, scientifique, légale, que de l’église ou encore de la famille.

2 « Oiseau » en ukrainien.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1. – Un mème comme illustration d’une fonction sociale compensatoire.
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/19661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Image 2. – Histoire idéologique dans un mème Internet (le texte du mème peut être traduit ainsi : « Je n’autoriserai aucune résurrection du Christ sans l’accord du QG »).
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/19661/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Image 3. – Une histoire-cadre dans un mème Internet.
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/19661/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Image. 4. – Une histoire métaphorique dans un mème Internet (État mental des Ukrainiens (en haut) ; une vidéo de l’opérateur de drones militaires accompagné d’une musique de Phonk (en bas)).
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/19661/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Image 5. – Histoire axiologique dans un mème Internet.
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/19661/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Image 6. – Une histoire d’identification dans un mème Internet.
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/19661/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Image 7. – Histoire aléthique dans un mème Internet (Régiment d’Azov, soldat Ptychka2).
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/19661/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Image 8. – Une histoire lacunaire dans un mème Internet.
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/19661/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Image 9. – Une histoire marquante dans un mème Internet.
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/19661/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ievgeniia Bondarenko, « Les histoires par lesquelles nous survivons : une analyse cognitive des mèmes ukrainiens dédiés à la guerre »ILCEA [En ligne], 53 | 2024, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ilcea/19661 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ilcea.19661

Haut de page

Auteur

Ievgeniia Bondarenko

Université nationale de Kharkiv, Ukraine
ievgeniia.bondarenko.2014@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search