Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Mentions explicites de la métapho...

Mentions explicites de la métaphore dans les récits de rêves anglophones et francophones : une perspective cognitive

Explicit Metaphors in English- and French-Language Dream Reports: A Cognitive Perspective
Експліцитні метафори в англомовних та франкомовних переказах сновидінь: когнітивна перспектива
Valeriia Nikolaienko
Cet article est une traduction de :
Експліцитні метафори в англомовних та франкомовних переказах сновидінь: когнітивна перспектива [ru]

Résumés

L’objectif de cet article est de décrire la perception des métaphores oniriques par des narrateurs anglophones et francophones qui racontent leurs rêves. Le corpus anglophone se compose de 51 récits de rêves avec le mot‑clé metaphor et le corpus francophone comporte 38 récits avec le mot‑clé métaphore provenant de journaux de rêves en ligne. L’analyse se concentre sur la manière dont les narrateurs conceptualisent et verbalisent les métaphores oniriques subjectivement perçues. Les métaphores sont décrites selon le critère de leur identification par le narrateur après le rêve pendant son interprétation ou pendant le rêve sous la forme d’un blend onirique spécifique. Les métaphores sont également classées selon le niveau du domaine, du cadre et de l’espace mental, en fonction des moyens verbaux choisis par les narrateurs. La corrélation entre la structure conceptuelle métaphorique et la manière dont elle est projetée et verbalisée par le narrateur en fixant un élément symétrique (domaine, cadre ou espace mental) a été analysée.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Partant du constat très répandu de la nature métaphorique des rêves, l’intérêt des linguistes pour les récits de rêves se concentre en particulier sur les métaphores oniriques du point de vue de la théorie contemporaine de la métaphore conceptuelle (Bolognesi & Bichisecchi, 2014 ; Lakoff, 1993, 1997). Ces études sont interdisciplinaires (Bolognesi & Bichisecchi, 2014 ; Rasmussen, 2002) et prennent en compte la nature métaphorique des rêves du point de vue de la psychologie. La compréhension contemporaine postfreudienne de la nature métaphorique des rêves souligne en effet l’individualité des opérations métaphoriques de l’esprit onirique et l’impossibilité de les aborder du point de vue du symbolisme universel. Ainsi, la recherche sur les métaphores conventionnelles dans les récits oniriques donne des résultats convaincants sur le rôle de la métaphore conceptuelle pour la pensée et la conceptualisation de l’expérience (Bolognesi & Bichisecchi, 2014 ; Lakoff, 1993, 1997), mais laisse de côté le processus d’émergence et de fonctionnement des métaphores oniriques, qui ne sont pas toujours conventionnelles et dont le contenu est exclusivement accessible subjectivement au narrateur. Ainsi, l’importance de notre étude réside dans la nécessité de prêter attention à la perception subjective de la nature métaphorique des rêves par les narrateurs et aux moyens de conceptualiser et de verbaliser les métaphores oniriques subjectivement perçues.

2L’objectif de cette étude est d’étudier la conceptualisation de la métaphore onirique par les narrateurs et d’identifier des points communs dans les moyens de projection d’éléments (mapping) liés aux métaphores qu’ils ont identifiées dans leurs propres rêves. Pour atteindre cet objectif, il nous fallait : 1) définir les critères de systématisation des fragments avec le mot‑clé metaphor/métaphore dans le corpus ; 2) annoter les fragments selon les critères suivants : i) identification de la métaphore pendant/après le rêve et ii) projection de la métaphore au niveau du domaine, du cadre ou de l’espace mental.

2. Fondements théoriques de l’étude

2.1. Mécanisme cognitif de la métaphore et du rêve

3La physiologie du rêve reste un sujet de recherche ouvert. Les chercheurs considèrent le rêve comme une expérience hallucinatoire, le plus souvent de nature visuelle et motrice et caractérisée par des événements illogiques ou inattendus et une diminution du sens de soi (Hobson, Pace-Schott & Stickgold, 2000 : 7). Le rêve est également associé à la capacité du cerveau à produire et à traiter des scénarios narratifs en général (Farkas, 2021). L’analyse des rêves par les psychologues cliniciens s’appuie sur l’idée que le contenu des rêves est métaphorique (Blechner, 2013 ; Rasmussen 2002). La métaphore et l’hyperassociation en rêve peuvent être dues aux processus de consolidation de la mémoire et d’intégration du matériel émotionnel dans la mémoire pendant le rêve (Malinowski & Horton, 2015). Les métaphores représentant des aspects de la vie réelle dans les rêves sont reconnues par la communauté scientifique, mais sont rarement étudiées en raison de la complexité méthodologique de la conception d’une telle étude (Malinowski & Horton, 2015). Les métaphores sont comprises comme les productions du cerveau de l’individu, en vertu de quoi seule une personne qui a eu un rêve peut l’analyser, et donc l’application du symbolisme onirique universel à l’analyse des métaphores de rêve paraît problématique (Freud, 1900 ; Lakoff, 1993). Ainsi, il faut mettre l’accent sur le récit comme le produit de la compréhension par un sujet de sa propre expérience onirique. Cette étude se concentre sur la manière dont les narrateurs conceptualisent les structures mentales perçues comme métaphoriques après le réveil et sur les moyens par lesquels les narrateurs décrivent ce qu’ils considèrent comme des métaphores oniriques. Le corpus ayant été créé à partir du mot‑clé metaphor/métaphore, l’analyse porte sur les structures conceptuelles oniriques identifiées comme des représentations métaphoriques par les narrateurs de rêves eux‑mêmes. Dans cette analyse, je me concentre sur la manière dont ils décrivent verbalement la métaphore identifiée dans leurs propres rêves par la projection d’éléments individuels, et ne tire pas de conclusions sur le contenu des rêves en tant que tel ou sur leur nature métaphorique.

2.2. Théorie de la métaphore conceptuelle pour l’étude du matériel onirique

4Le modèle cognitif-conceptuel contemporain de la métaphore (Lakoff & Johnson, 2008 [1980] ; Kövecses, 2020) reconnaît les structures cognitives plutôt que les structures linguistiques comme le locus de la métaphore, ce qui ouvre une nouvelle perspective sur les métaphores incarnées et extraverbales dans les rêves. Lakoff (1993) attire l’attention sur le potentiel de la théorie de la métaphore conceptuelle pour expliquer les métaphores conventionnelles qui deviennent incarnées dans le rêve ; il trouve une confirmation convaincante que la métaphore est une opération mentale inhérente qui est manifestée dans les rêves. Cependant, ce n’est que de manière partielle que l’approche lakoffienne met en évidence le travail métaphorique du cerveau pendant le sommeil paradoxal, car elle laisse de côté la perception subjective du contenu du rêve, où la métaphore peut être non conventionnelle, et n’être accessible qu’au rêveur. Toutefois, bien que les mécanismes de la métaphore et de l’intégration conceptuelle soient profondément ancrés dans le travail de la conscience rêveuse (Blechner, 2001 ; Lakoff, 1993, 1997), il est prouvé que les outils de la théorie de la métaphore conceptuelle sont applicables au matériau onirique pour pouvoir également rendre compte de métaphores personnelles et non conventionnelles (Bolognesi & Bichisecchi, 2014). Le processus métaphorique des rêves est extrêmement productif, ce qui permet de se débarrasser des limites des métaphores conventionnelles et de créer des significations pour lesquelles il n’y a pas de mots ou de moyens de description adéquats dans la langue (Blechner, 2001: 29), et rend le matériel onirique très prometteur pour l’analyse.

2.3. Raconter les rêves : une pratique linguistico-culturelle

5La psychologie traditionnelle contemporaine considère les métaphores du rêve comme un phénomène dû à l’expérience personnelle d’un rêveur, à sa mémoire et sa culture (Blechner, 2013). Cela rend impossible la création d’un guide universel pour l’interprétation des métaphores du rêve. Bien que l’influence de Freud et de Jung sur la psychologie occidentale soit difficile à dépasser, et que les références à leurs théories restent inévitables pour de nombreux travaux actuels, l’accent contemporain de l’interprétation des rêves s’est déplacé vers l’analyse des expériences oniriques propres au rêveur, par‑delà les tentatives jungiennes d’offrir un dictionnaire universel de l’imagerie onirique (Shamdasani, 2003 : 161‑162). Certaines métaphores de rêve ne sont accessibles et identifiables que par les rêveurs eux‑mêmes. Par conséquent, les commentaires du narrateur et l’analyse introspective des métaphores du rêve sont le matériau le plus précieux à la fois pour étudier les métaphores du rêve et pour enquêter sur la perception des métaphores par les rêveurs.

6L’interprétation ordinaire, non professionnelle des rêves dépend des connaissances des rêveurs dans le domaine de la psychologie et des croyances spirituelles. Par exemple, les narrateurs connaissant bien le domaine de la psychologie ou ayant lu des travaux sur la cognition et le rêve ont tendance à percevoir leurs rêves comme des significations incontrôlables, extra-rationnelles mais dont l’organisation fait sens. À leur tour, les gens qui croient à la nature surnaturelle ou prophétique des rêves ou à leur inspiration par la divinité les perçoivent comme un message ou un signe. Cependant, bien que les conceptualisations individuelles de l’expérience onirique diffèrent d’un individu à l’autre, on observe désormais la convergence de la perception naïve du rêve vers une première perception scientifique générale.

7Certaines langues disposent des propriétés propices à la transmission des aspects spécifiques de l’expérience onirique, notamment si l’évidentialité onirique y est codée grammaticalement (Aĭkhenvalʹd, 2018). L’anglais et le français n’en font pas partie, car ils ne disposent pas d’outils grammaticaux particuliers pour marquer l’expérience onirique. En outre, l’expérience du rêve diffère de la perception habituelle, car elle est basée sur l’imagerie (Ramond, 2002 ; Vandendorpe, 2005), et donc le récit des rêves par des moyens verbaux est un défi linguistique pour les rêveurs/narrateurs. Il leur faut conceptualiser cette expérience subjective de manière à ce qu’elle soit sujette à la narration, c’est-à-dire choisir les événements et les détails saillants, établir des relations de causalité, etc. On peut donc émettre l’hypothèse que l’identification de métaphores dans leurs propres rêves aide les narrateurs dans le processus de conceptualisation du rêve, en lui donnant un sens en dehors du rêve et en leur permettant d’interpréter ce sens.

2.4. Structure conceptuelle de la métaphore

8La structure conceptuelle traditionnelle considérée pour décrire la métaphore en linguistique cognitive est le domaine, mais les chercheurs travaillent également avec les concepts de schéma-image, de cadre, d’espace mental (ou scénario) pour modéliser les structures de la métaphore conceptuelle (Kövecses, 2017, 2020). Selon le modèle des niveaux de métaphore de Kövecses, quatre niveaux sont impliqués dans les métaphores conceptuelles, respectivement, du plus schématique au moins schématique : le niveau du schéma-image, le domaine, le cadre et l’espace mental (ou scénario) (Kövecses, 2017, 2019, 2020). Dans cette étude, je me concentre sur le processus de la projection d’éléments (mapping) des métaphores identifiées dans leurs rêves par les narrateurs. Tous les « niveaux » peuvent être impliqués simultanément pour une seule métaphore (Kövecses, 2017), mais les choix verbaux de l’orateur pour identifier la métaphore pourraient mettre en relief un niveau spécifique. Ainsi, réalisant qu’une métaphore peut avoir différents niveaux, dans cette étude, j’enregistre le niveau de métaphore auquel le narrateur lui‑même effectue explicitement la projection.

9Dans le modèle des niveaux de métaphore défini par Kövecses (2017 : 324), le plus haut niveau de schématisme est attribué au niveau du schéma-image. Les caractéristiques clés du schéma-image comprennent une structure indivisible composée de seulement quelques parties, un pattern, une signification mentale préconceptuelle (par exemple, contenant ou verticité). Les schémas-images sont des composantes primitives de structures plus complexes (Lakoff & Johnson, 2008 [1980] : 256).

10Kövecses considère le domaine comme un niveau de métaphore défini par Langacker comme « une zone holistique de conceptualisation par rapport à laquelle les unités sémantiques peuvent être caractérisées » (Langacker, 1987 : 488). Langacker fait équivaloir les concepts ou les complexes conceptuels à des domaines (1987 : 488), sans faire de distinction claire entre eux, et note que les unités conceptuelles activent un certain domaine et peuvent en même temps servir de domaine à d’autres unités (1987 : 148). Les domaines sont propositionnels et constituent le niveau le moins schématique suivant le niveau des schémas-images, car ils peuvent dénoter des concepts qui comprennent souvent un schéma-image comme composant : journée, corps, etc. (Kövecses, 2017 : 325).

11Les cadres sont moins schématiques que les domaines parce qu’ils impliquent des informations conceptuellement plus spécifiques que les domaines et ont des emplacements de rôle qui peuvent être remplis avec des significations plus spécifiques (Kövecses, 2017 : 325). Pour Fillmore (1982 : 115), un cadre est une « petite situation abstraite », c’est-à-dire une structure sémantique avec différents rôles sémantiques de constituants.

12Kövecses distingue la nature la moins schématique de l’espace mental, qui est une structure discursive ou un package conceptuel qui se construit pendant le déroulement du discours (Fauconnier & Turner, 2002 : 40). Les espaces mentaux comprennent des éléments plus schématiques et sont des constructions concrètes basées sur la connaissance générale (Kövecses, 2017 : 326).

13Dans cette étude, j’analyse la verbalisation des métaphores dans la narration des rêves, en déterminant à quel niveau le narrateur effectue la projection la plus explicite.

3. Métaphores explicitement identifiées dans les récits de rêves

3.1. Méthodologie

14Pour cette étude du corpus complet, 51 récits de rêves en anglais qui comprennent le mot metaphor (22 975 mots), et 38 récits (39 fragments avec le mot‑clé, 42 199 mots) en français qui comprennent le mot métaphore ont été sélectionnés dans des journaux de rêves en ligne. Les récits en anglais ont été sélectionnés sur le site <dreamjournal.net> à l’aide d’une recherche par mots‑clés. De même, les récits en français ont été collectés sur plusieurs sites web consacrés aux récits de rêves : <www.attrape-songes.com> (25 récits), <www.reve-interprete.com> (4 récits), <racontezvosreves.com> (1 récit), <interpretation-reve.fr> (1 récit), <reves.ca> (1 récit) et des sujets spécialisés sur les forums : <forum.doctissimo.fr> (3 récits), <disneyfrozen.forumactif.org/t410p25-racontez-vos-reves> (1 récit), <www.forum-depression.com> (1 récit) et <www.psychanalyse-en-ligne.org> (1 récit). La sélection a été effectuée manuellement à l’aide d’une recherche par mots‑clés.

15Les fragments sélectionnés ont été annotés selon trois critères : 1) si le locuteur opérait avec une métaphore pendant un rêve ou identifiait la métaphore après l’éveil dans le cadre de l’interprétation du rêve ; 2) à quel niveau le locuteur projette explicitement des éléments (la projection [mapping] explicite est absente / se situe au niveau du domaine / au niveau du cadre / au niveau de l’espace mental) ; et 3) si la métaphore est disponible pour une interprétation de l’extérieur, autrement dit, si elle est culturellement pertinente, ou est exclusivement un produit subjectif de l’état onirique du narrateur.

16Il convient de noter que l’objectif de cette étude couvre les choix linguistiques des locuteurs et leur conceptualisation de l’expérience onirique, avec le but d’explorer les moyens de surmonter l’unicité perceptuelle de l’expérience et de transmettre l’expérience onirique multimodale et gestaltiste. Les somnologues nous mettent en garde contre l’inadéquation des récits de rêve pour se former une idée de l’expérience de rêve elle‑même (Hobson, Pace-Schott & Stickgold, 2000 : 10). Cependant, leurs arguments montrent l’intérêt linguistique de ces récits, car ils mettent en avant leur statut en tant que conceptualisation de l’expérience onirique qui tente de transmettre cette expérience par les moyens linguistiques disponibles.

3.2. Résultats de létude

17Il a été constaté qu’un nombre considérable de références aux métaphores trouvées dans les récits de rêves se rapportent à des structures métaphoriques perçues par les narrateurs comme telles lors d’expériences de rêve (images ou représentations dotées d’un sens non conventionnel). Souvent, les locuteurs évitent complètement d’expliciter la projection métaphorique, ils ne citent qu’un seul domaine, un cadre ou un espace mental, ou se demandent si un élément dans un rêve a une signification métaphorique sans nommer le domaine source ou cible. Les deux sous‑corpus démontrent la présence de la projection explicite à différents niveaux de métaphores identifiées, ce qui paraît ou ce qui est contre-intuitif étant donné l’incertitude générale dont les narrateurs témoignent quant à la signification et à l’interprétation des structures conceptuelles métaphoriques. Enfin, à l’appui des cadres analytiques existants, la grande majorité des récits sont marqués par la spécificité des métaphores et leur compréhensibilité uniquement pour la personne qui a fait le rêve. Cela signifie que la métaphoricité de l’élément onirique est perçue exclusivement de manière subjective et qu’elle échappe à la connaissance conventionnelle. Un plus petit nombre de métaphores identifiées par les locuteurs sont compréhensibles sans contexte, car elles sont basées sur des connaissances culturelles générales (par exemple, la métaphore des obstacles sur le chemin est basée sur des connaissances communes).

Tableau 1. – Résultats de l’analyse du corpus anglophone (51 récits, 51 mots‑clés de metaphor).

 
Métaphore identifiée dans un rêve ou au réveil

Dans un rêve

Au réveil

Pas clair

 

28

19

4

 

 
Niveau de projection explicite

Aucune

Domaine

Cadre

Espace mental/ scénario

9

17

+1 métonymie  

15

10

 
Métaphore personnelle ou culturelle

Pas clair

Personnel

Culturelle  

 

5

33

13

 

Tableau 2. – Les résultats de l’analyse du corpus francophone (38 récits, 39 mots‑clés métaphore).

 
Métaphore identifiée dans un rêve ou au réveil

Dans un rêve

Au réveil

Pas clair

 

13

22

4

 

 
Niveau de projection explicite

Aucune

Domaine

Cadre

Espace mental/ scénario

11

8

10

10

 
Métaphore personnelle ou culturelle

Pas clair

Personnel  

Culturelle  

 

11

25

3

 

18Un des défis méthodologiques auquel la présente étude est confrontée dans la modélisation des métaphores identifiées par les auteurs dans leurs récits de rêve est l’identification des domaines cible et source. Le passage du concret à l’abstrait est classique pour la projection d’après la théorie de la métaphore conceptuelle, puisque les métaphores sont considérées comme un mécanisme qui aide à comprendre les concepts abstraits complexes en les comparant avec des objets concrets. Les métaphores dans un rêve ne sont pas consciemment construites, elles sont un produit de l’activité cérébrale pendant le sommeil. Le rêve est perçu comme une expérience passive et, par conséquent, les métaphores qu’il contient agissent comme un matériau que le locuteur peut interpréter comme si elles étaient produites par un auteur extérieur. Ainsi, lorsque les locuteurs identifient des métaphores dans leurs récits de rêves, en disant que c’est la métaphore de X, ils décrivent l’opération inverse de la projection d’une image particulière à sa base métaphorique, c’est-à-dire qu’ils reproduisent le processus de compréhension de la métaphore plutôt que sa production. Il faut cependant noter que la théorie moderne de l’intégration conceptuelle utilise le concept d’espace émergent (Fauconnier & Turner, 2008), qui supprime en grande partie la question de l’identification des domaines cible et source dans la projection métaphorique dans les récits de rêves. Les travaux issus de cette théorie montrent que la compréhension de la métaphore, c’est-à-dire le processus de la projection métaphorique entre les domaines, est symétrique mais non directionnelle (Gentner & Bowdle, 2008). Ainsi, pour faciliter la description de nos données, le domaine source dans cet article a été considéré comme les réalisations oniriques spécifiques identifiées par le narrateur, et le domaine cible a été considéré comme un domaine de la réalité du narrateur, souvent abstrait.

3.3. Métaphores « à l’intérieur » et « à l’extérieur » des rêves

19La première différence majeure dans les types de structures mentales que les narrateurs anglophones et francophones identifient explicitement comme des métaphores dans les récits de rêves est que certaines métaphores sont réalisées en tant que telles pendant le rêve et peuvent même être incompréhensibles pour le narrateur non endormi (concepts dotés d’une pensée onirique d’une signification différente) — ceux‑ci étaient au nombre de 28 sur 51 dans le corpus anglophone et de 13 sur 39 dans le corpus francophone. Dans le même temps, d’autres métaphores ne sont identifiées que dans le processus de récit, de réflexion et de tentatives d’interprétation des rêves après réveil — 19 sur 51 ont été trouvées dans le corpus anglophone et 22 sur 39 dans le corpus francophone. Cependant, une comparaison quantitative des niveaux de cartographie n’est pas possible en raison de la petite taille de l’échantillon ; l’accent a donc été mis sur l’analyse qualitative.

(1)
At some point, we decided to try to escape the house. We made it outside and as we were running away, the woman caught sight of us and gave pursuit. She caught up to my mom and niece, but I was a good distance ahead of them. I then realized that if I gave up my family, I would successfully flee the woman. I also realized it was a metaphor of my life. If I gave up my family, I could get ahead. I said, “I’ll go for it”. And sprinted ahead. My mom and niece disappeared, but the woman still continued to pursue me.
(Les exemples sont donnés avec l’orthographe de l’auteur.)

20Dans l’exemple (1), le narrateur a identifié la métaphore pendant le sommeil, comme en témoignent les temps grammaticaux et un adverbe déictique (then realized, also realized). Le narrateur compare en effet le scénario du rêve avec sa situation de vie, l’appelant explicitement une métaphore (metaphor of my life) et il explique son interprétation (If I gave up my family, I could get ahead), qui conditionne la suite du rêve. La métaphore existante peut être représentée comme la vie est un voyage/poursuite, avec un mapping laisser sa famille derrière soi / avancer et réussir dans la vie.

(2)
The “panels” started sliding out onto the asphalt, one by one! I surprised myself by jumping out after them. I slowly realized that “panels” is the word I use for my jewelry displays, and that this was a metaphor for leaving behind Jack’s world (of painfully loud drumming and cleaning buildings) in order to build some business of my own.

21Une conceptualisation similaire est présente dans (2), où le narrateur voit la métaphore en rêvant, mais cette métaphore continue à avoir un sens pour elle après l’éveil. Il convient de noter que la conceptualisation contient une métaphtonymie (Goossens, 1990) ou un amalgame métaphorique (Pérez-Sobrino, 2017), puisque le domaine de la production de bijoux est représenté métonymiquement par des palettes pour les bijoux, et s’engager dans la production de la bijouterie est représenté métaphtoniquement comme sauter sur des palettes pour les bijoux, ce qui au niveau du schéma-image éloigne le narrateur de son partenaire.

22En même temps, dans les récits de rêves, les métaphores identifiées pendant le rêve peuvent ne pas être pleinement comprises par le narrateur qui ne dort pas, comme dans (3), ou faire partie du rêve, produit de la pensée onirique sans signification évidente par rapport à la vie réelle, comme dans (4) :

(3)
A little while later [it was night time], the curly haired guy came to the door and asked if I wanted to race him to the pool [one of those community pools]. It was understood between us that this race was more of a metaphor for our deep feelings for each other, though.

(4)
Le voleur était vraiment très classe et efficace, il dit à Jack de loin pendant que ce dernier rentre dans sa base : « Mon équipier n’hésitera pas à appuyer sur la gâchette. » Jack monte au deuxième étage et voit un explosif avec une silhouette humaine,
apparemment « Mon équipier n’hésitera pas à appuyer sur la gâchette » était une métaphore désignant cet explosif.

23Une caractéristique spécifique du mécanisme métaphorique onirique est la sélectivité du profil conceptuel du domaine source. D’après Kövecses (2011), dans le transfert métaphorique on profile une signification principale (main meaning focus) dans le domaine source — la connaissance conventionnelle centrale que la communauté linguistique confère à un concept, c’est-à-dire les caractéristiques prototypiques qu’il incarne. Ainsi, les connaissances culturelles sont centrales dans les opérations métaphoriques (Musolff, 2017). C’est cette focalisation prototypique de la signification principale qui est transférée au domaine cible. Dans les récits de rêves, on peut souvent observer que les métaphores identifiées par les locuteurs ne reflètent pas de conventions socio‑culturelles sur le domaine, mais des perceptions personnelles spécifiques, ou des caractéristiques périphériques du domaine, mises en évidence exclusivement par la conscience onirique. Pour cette raison, les métaphores des rêves sont individuelles et la plupart d’entre elles ne sont pas interprétables sans la participation de la personne qui a eu/vu le rêve.

24Enfin, dans l’exemple (5), le narrateur identifie la métaphore après l’éveil, analyse le rêve et réfléchit sur sa signification possible :

(5)
J’ai voulu analyser moi‑même. J’ai l’impression que ces rêves étaient comme des métaphores pour dire : pour le premier rêve si je rejoins un groupe qui se rebelle contre la société/le divin et que je m’y attache, je risque de m’enfoncer avec eux dans leur chute. Pour le deuxième, ça peut m’avertir qu’une fois choisi un camp, je ne pourrais pas en échapper.

25Il faut noter que l’interprétabilité de la métaphore est déterminée non seulement par la subjectivité de l’expérience onirique vécue, mais aussi par les contextes culturels et linguistiques :

(6)
Having finally found a safe place to carefully place away the eggs, I decided to take this time as a way to familiarize the ship’s interior design. Based on the design, the ship is pretty much like a whale in terms of shape, with the interior (so far) has a large “center” (hypothetically located on the “stomach”) with some stairs as well as several rooms of different floors and levels. Aside from the original occupants of the now-destroyed house, there are plenty of other civilians as well, suggesting that the ship serves as an evacuation shelter. After it flies from the danger zone, it went to a highland forest residence somewhere safe, finally giving us some rest.

The dream is basically a metaphor of what will happen today (the struggles and hardships from earlier finally receiving our sweet fruits of labour).

Then I woke up.

26Un fragment du récit (6) illustre l’importance de l’interprétation individuelle des métaphores en tant que produit de la pensée onirique d’un individu avec son éventail de connaissances et d’associations culturelles. Par exemple, dans (6), du point de vue de la culture occidentale, on s’attendrait à l’histoire biblique de Jonas et du Léviathan, ou à la référence à Moby Dick comme première association, pour l’interprétation du fait de « rester dans l’estomac d’une baleine ». Cependant, le narrateur ignore ces deux versions possibles et continue de profiter du sentiment de sécurité à l’intérieur de la baleine, traitant son séjour dans ce navire en forme de baleine comme la fin d’un dur labeur. Hypothétiquement, un sentiment de sécurité peut être dû à un sentiment général d’être dans un contenant au milieu du danger ou à des associations avec les films Matrix. Ce qui est certain, c’est le rôle du contexte culturel dans l’interprétation des métaphores oniriques. Des travaux récents (voir par exemple Kövecses, 2019) mettent en évidence les contextes situationnels, discursifs, conceptuels-cognitifs et corporels qui influencent l’utilisation des métaphores dans la communication. Dans ce cas, c’est le contexte conceptuel et cognitif qui détermine la perception de la métaphore par le narrateur, en fonction du contexte culturel, qui guide le profilage des associations individuelles.

27La connaissance linguistique influence également la production et l’interprétation des métaphores oniriques, car dans les rêves, les métaphores conventionnelles reflétées dans la langue peuvent acquérir une signification visuelle incarnée (Lakoff, 1993 ; Bolognesi & Bichisecchi, 2014). L’influence des stimuli linguistiques sur l’activation des régions du cerveau humain motrices ou perceptives correspondantes est prouvée (Lakoff, 2012), ce qui souligne le rôle des métaphores corporelles/incarnées dans la conceptualisation de l’expérience et explique le mécanisme général de leur incarnation figurative dans les rêves.

28L’exemple (7) illustre une formation métaphorique complexe, intégrant l’expression idiomatique métaphorique coup de foudre, mais où le narrateur n’interprète pas les métaphores de manière très cohérente, en suivant une logique associative et sans expliquer le contenu narratif et métaphorique du rêve. Il effectue plutôt une projection des domaines individuels :

(7)
Je suis avec ma famille, à un moment nous nous retrouvons dans la rue.
Il faisait un peu sombre dehors, et d’un coup il s’est mit a il y avoir des flash lumineux à répétition provenant du ciel. Comme de la foudre… Puis des missiles apparaissent dans le ciel au loin, par milliers. Un véritable mur de missiles. Les explosions se rapprochent, j’arrive à être épargnée en me collant à un mur. Puis, je réalise que ce mur est un camp, une grande porte s’ouvre et je vois plein de nazis sortir en rang, près à attaquer et capturer… Du coup, concernant l’interprétation, on retrouve dans le rêve l’éloignement de la famille. La foudre qui tombe du ciel, je me demandais si ce n’était pas la métaphore du « coup de foudre ». Ensuite les missiles, je les verrai comme une métaphore au sexe masculin. Et les nazis, comme une obligation…

29Dans le deuxième cas, dans l’exemple (6), le narrateur voit les missiles comme une référence au sexe masculin, en utilisant le mot métaphore, bien que d’un point de vue conceptuel, le symbole phallique puisse être appelé symbole ou, dans le cas des missiles, métaphtonymie.

(8)
Early summer, an unfamiliar wide tree-lined alley. It’s crowded and people are carrying lots of weird things, although they all seem to have some special significance. A middle-aged woman is carrying a pair of brown leather gloves as big as herself, which reminds me of a saying “to lend a helping hand” and in a sudden ‘Eureka!’ moment I realise that all these people represent metaphors. The left side of the alley is higher than the right, so I climb up there and see if I can recognise any more of them. I see a tall man carrying a pair of huge pink ears and realise it mean’s “I’m all ears”. There were more metaphors, but I forgot them after waking.

(9)
I hear that Xochi was somehow decapitated. I suppose it’s a metaphor as in, he “lost his head”.

30Les exemples (8) et (9) illustrent l’incarnation visuelle dans le rêve de métaphores linguistiques conventionnelles et d’expressions bien établies qui sont également enracinées dans la connaissance de la langue par le narrateur, à la fois en termes de production et d’interprétation.

3.4. Niveaux métaphoriques dans les projections explicites des narrateurs

31Dans cette étude, l’accent est mis sur la façon dont les narrateurs eux‑mêmes verbalisent les métaphores identifiées comme telles dans les rêves, et à quel niveau ils établissent (le cas échéant) des parallèles entre les domaines. Les corpus ont été analysés d’après la théorie des niveaux métaphoriques de Kövecses (2017), et on a trouvé dans le corpus anglophone : 9 métaphores sans projection explicite, 17 avec un domaine explicitement identifié (+ une métonymie), 15 avec un cadre explicitement identifié, et 10 explicitement basées sur l’espace mental/scénario ; et dans le corpus francophone : 11 métaphores sans mapping explicite, 8 avec un domaine identifié, 10 avec un cadre identifié, et 10 basées sur l’espace mental/scénario.

3.4.1. Projection des métaphores oniriques au niveau du domaine

32Certains narrateurs ont explicitement nommé le domaine lorsqu’ils ont identifié la métaphore dans leur rêve, et cette identification est devenue la base pour attribuer le processus de projection dans ces fragments à l’opération à travers le domaine. Par exemple :

(10)
I’m with a bunch of friends in the middle of the desert, and there’s talk of nuclear destruction. I’m walking up and down sand dunes, which are acting as some sort of metaphor for the challenges we face in life.

33Dans l’exemple (10), la métaphore peut être projetée comme un domaine en disant les difficultés de la vie sont les dunes de sable. L’exemple a été attribué à la projection au niveau du domaine, car c’est le domaine qui est désigné par le narrateur comme l’élément qui forme la métaphore (sand dunes, which are acting as some sort of metaphor for the challenges we face in life). Tout à fait logiquement, cette métaphore se déploie au niveau du cadre comme surmonter les obstacles physiques est surmonter les difficultés de la vie, où les obstacles physiques sont des difficultés de la vie, mais le narrateur lui‑même ne réalise pas une telle projection au niveau du cadre explicitement, restant au niveau du domaine.

(11)
C’était un savon non liquide donc mi‑dur car je pouvais le croquer. Je pense qu’il avait des formes arrondies agréable à voir. A priori quand je commence à le manger je suis plutôt content. Je pense peut‑être que ce savon est la métaphore pour moi d’un bonheur obsolète, aseptisé et consensuel et finalement indigeste. Quand je le recrache je ne pense pas au refus du bonheur lui‑même mais plutôt à un raz le bol, à une saturation du type de bonheur qu’il représente.

34De même, dans (11) le narrateur identifie le domaine comme la base d’une métaphore (ce savon est la métaphore pour moi d’un bonheur obsolète) qui peut être modélisée comme le bonheur indigeste est le savon. Ensuite, le narrateur clarifie la projection au niveau du cadre (Quand je le recrache je ne pense pas au refus du bonheur lui‑même mais plutôt à un raz le bol, à une saturation du type de bonheur qu’il représente), mais directement la métaphore est identifiée explicitement au niveau du domaine.

(12)
Je lis des poèmes sur les oiseaux et je comprends que
les oiseaux sont une métaphore des soldats de l’armée. Je me souviens d’extraits du genre : « Et l’oiseau retourna dans les ténèbres rejoindre ses compagnons. »

35Dans (12), le narrateur identifie le domaine, les oiseaux sont les soldats. Ensuite, en même temps, il y a une citation avec une métaphore qui incarne le cadre.

(13)
I am hanging out with a dog that sings. First we sing some kind of Xmas carol. Then we are singing the mantra “Om Namaha Shiva” together. It sounds pretty good! [The dogginess was a metaphor for a loyal kind of person.]

36Dans l’exemple (13), la projection est réalisée au niveau du domaine, et la personne loyale est un chien.

(14)
i was in an antique store filled with memories- like a metaphor for a mind. all sorts of memories- toys food anything special to the person is stored in their personalized museum of memories- maybe hinting to experiences.

37Dans l’exemple (14), on indique explicitement la métaphore au niveau du domaine, l’esprit est un magasin dantiquités, ou lesprit est un contenant. Le narrateur étend ensuite la métaphore à les souvenirs sont des objets (all sorts of memories- toys food anything special to the person is stored in their personalized museum of memories- maybe hinting to experiences).

3.4.2. Projection des métaphores oniriques au niveau du cadre

38La distinction entre un domaine et un cadre, souvent utilisée comme concepts proches, a suivi l’explication de Kövecses (2017). Le cadre implique une action, comme dans l’opposition la société est la création physique dun bâtiment (domaine) : la construction dune société est la construction dun bâtiment (avec des outils et des ingrédients) (cadre) (Kövecses, 2017).

(15)
On se trouve sur
un plateau volant au milieu d’engrenages comme dans le générique de la série Game of Throne. Avec le recul, j’ai le sentiment que ceci était une métaphore pour dire qu’un processus était en marche.

39En (15), le narrateur ne nomme pas explicitement le domaine/cadre source (un plateau volant au milieu d’engrenages), mais s’y réfère contextuellement par un pronom (ceci), et identifie le cadre cible (métaphore pour dire qu’un processus était en marche) — lengrenage qui fait tourner est une action dans le processus. La métaphore est verbalisée par l’indication du cadre cible.

(16)
A disembodied guiding male voice suddenly speaks out to me from within the room and firmly tells me to take three black bin bags and dispose of all of the most obvious rubbish laying about. The idea is to try and get rid of the worst of the clutter before the real cleaning begins. He then adds that I should start using an old style shopping basket the kind made from a criss-cross of wires. He explains that the holes in the basket will allow small insignificant objects to fall through leaving just the larger more important objects behind in the basket. It seems like such a clever idea and it strikes me as being a kind of metaphor suggesting that I should learn to discard or let go of (or let them fall away from me) small minor worries, issues and problems and focus on larger more challenging issues.

40Dans l’exemple (16), le narrateur explique la métaphore en décrivant l’action (metaphor suggesting that I should learn to discard or let go of (or let them fall away from me) small minor worries, issues and problems). Donc, le narrateur fait la projection au niveau du cadre. Le cadre et les domaines constitutifs dans ce cas peuvent être modélisés comme lesprit est un panier, les préoccupations sont des objets et (cadre) filtrage des préoccupations par lesprit est filtrage des objets physiques.

3.4.3. Projection des métaphores oniriques au niveau de l’espace mental/scénario

41La façon la plus générale de la projection explicite est de référer la métaphore à l’espace mental — gravitant vers la symétrie des composants d’entrée de la métaphore, les locuteurs projettent l’ensemble de l’espace du rêve ou son fragment d’un scénario à l’aspect de la vie réelle sans attribution explicite de domaines ou de cadres :

(17)
Un énorme téléviseur (comme ceux que les gens regardaient dans les années 50 ou 60) est posée sur une sorte de version miniature du totem que j’ai vu la nuit précédente. Des lambeaux de tissus colorés et de fourrures, ainsi que plusieurs objets ressemblant à des attrape-rêves sont accrochés à celui‑ci. / Cette vision me fait monter les larmes aux yeux, de manière inexplicable. […] le scénario prenait une dimension plus fantastique et je comprenais qu’une ancienne tribu de natifs vivait ici il y’a longtemps, avant d’être isolée par les nouveaux arrivants et leurs pratiques. Au final, leur culture et leur peuple a fini par disparaître, au profit de ceux qui se sont installés ici à leur place. Mais leurs esprits ont demeuré et ont cherché à venger en possédant des gens faibles et en les poussant à commettre des meurtres. La télé écrasant le totem était une sorte de métaphore pour me faire comprendre la finalité de tout ça.

42Dans l’exemple (17), le narrateur évite la projection explicite (La télé écrasant le totem était une sorte de métaphore pour me faire comprendre la finalité de tout ça), mais explique la métaphore au niveau scénario/espace mental, qui est également présente dans le contexte précédant la métaphore identifiée (Au final, leur culture et leur peuple a fini par disparaître, au profit de ceux qui se sont installés ici à leur place). Dans ce récit, le narrateur n’identifie pas d’éléments spécifiques de la projection, mais souligne une certaine symétrie au niveau de l’ensemble de l’espace onirique et de l’histoire globale indiquée par le récit onirique. Le narrateur n’établit pas explicitement de relations symétriques plus granulaires au niveau des domaines ou des cadres.

(18)
I opted to be a failure and hand in a test with nothing but chicken scribbles on it thatn to just straight out cheat off someone else’s work. Maybe this is a metaphor for what is happening to me right now in real life in regards to my current ongoing programming assignment.

43Dans (18), le narrateur établit également un parallèle de manière très générale, mais il pointe l’ensemble de l’espace mental du rêve, qui est considéré comme une métaphore de la situation dans la vie du narrateur. Dans le même temps, les constituants de cette situation (au niveau du domaine ou du cadre) ne sont pas indiqués.

(19)
Je me demande encore là si
mon cerveau n’essayait pas de me faire là une critique métaphorique de la société où l’ont vit.... x) mais je cherche sans doute trop loin.

44Dans le commentaire final du récit du rêve en (19), le narrateur relie également l’entier scénario du rêve à l’état de la société en général, en réalisant une projection au niveau de l’espace mental. Le narrateur n’établit pas de liens entre des éléments spécifiques du rêve et la société réelle.

3.4.4. Projection des métaphores oniriques au niveau du schéma-image

45Aucun cas d’indication explicite du niveau de schéma-image n’a été trouvé dans le corpus.

(20)
I was running with chimps in red and blue polo shirts i was with them i was me though i had a camp uniform shirt, we were running towards a chin link fence it was a 6ft fence, no barbwire, i remember running and jumping up to the top of the fence and standing the were at least 50 chimps the camp counselors were chasing us they were white ladies, never got a close up of their faces, but i was having fun, the main thing i was interested in in the dream was leaping, and succeeding in that leap and alway used it as a metaphor… the rest puzzles me.

46Le récit dans (20) semble suggérer l’existence d’une métaphore ontologique. Plus spécifiquement, le locuteur verbalise la métaphore au niveau du cadre (the main thing i was interested in in the dream was leaping, and succeeding in that leap and alway used it as a metaphor). Cependant, le contenu de la métaphore semble être lié à la métaphore d’orientation conventionnelle good is up que le narrateur essaie de verbaliser, mais se sent peut‑être mal à l’aise en raison d’une certaine asymétrie de projection de l’orientation sur le cadre dans le rêve. Les métaphores peuvent projeter les éléments d’un schéma-image sur un domaine cible, et telles métaphores d’orientation qui donnent aux concepts une orientation spatiale, selon Kövecses (2010), fournissent la structuration conceptuelle la plus faible, ce qui est un défi pour la conceptualisation par le locuteur.

(21)
Next, I was with my now former “best” friend, and another friend (who doesn’t exist irl) on her sofa, about to watch a horror movie. I get this feeling of wondering if I want to stay because I still like her or if it’s just easier to sit there under the slightly stained bed sheet she’s draped over us. It’s not quite warm enough for me. I’m not sure if I was aware that we weren’t friends any more in the dream, but noticed the implied metaphor as soon as I woke up.

47Les domaines de la température et de l’émotion sont liés l’un à l’autre par la métaphore conventionnelle de lémotion est la température/chaleur, et lattachement/amitié est la chaleur (Kövecses, 2003). Dans ce cas, avec la métaphore primaire qui lie une expérience subjective avec une expérience physique, le narrateur évite également la projection explicite, hypothétiquement parce qu’il ne peut pas trouver un domaine symétrique pour le concept abstrait d’amitié.

4. Conclusions et perspectives pour la poursuite de la recherche

48La théorie des métaphores conceptuelles offre des outils efficaces pour analyser les métaphores oniriques en termes de choix faits par les locuteurs de moyens verbaux pour identifier et expliquer les métaphores dans leurs rêves. Lorsque les narrateurs sont confrontés à la nécessité de verbaliser leur expérience onirique et de conceptualiser une métaphore, ils peuvent mener ou éviter la projection d’éléments explicites de la métaphore, et noter si la métaphore a été exclusivement comprise par eux intuitivement pendant le rêve, ou s’ils comprennent la métaphore après l’éveil. Dans les cas où les narrateurs effectuent une projection explicite des domaines oniriques d’une métaphore, une analyse de la nature de leur identification de la métaphore montre des tentatives d’établir des correspondances entre les domaines, les cadres ou les espaces mentaux symétriques. Quant au niveau du schéma-image, les narrateurs n’évoquent pas explicitement les projections dans nos corpus.

49La corrélation quantitative des niveaux de la projection n’est pas considérée dans cet article en raison de la petite taille des corpus, mais la perspective de l’étude est d’élargir les corpus par l’inclusion de références implicites à la métaphore (sans les mots‑clés de metaphor/métaphore). L’étude des modes de conceptualisation des métaphores, par les narrateurs, dans leurs propres rêves nous permet de résumer la perception extrascientifique du concept de métaphore comme une certaine congruence entre deux domaines/cadres/espaces mentaux.

50Enfin, les exemples analysés illustrent que la grande majorité des métaphores oniriques sont presque uniquement accessibles subjectivement ou profondément immergées dans les connaissances culturelles et linguistiques du rêveur/narrateur. Cette connaissance prend en rêve des formes figuratives et incarnées.

Haut de page

Bibliographie

Aĭkhenvalʹd Aleksandra (dir.) (2018), The Oxford Handbook of Evidentiality, Oxford : Oxford University Press.

Blechner Mark J. (2013), The Dream Frontier [2001], Londres : Routledge.

Bolognesi Marianna & Bichisecchi Roberto (2014), « Metaphors in Dreams: Where Cognitive Linguistics Meets Psychoanalysis », Language and Psychoanalysis, 3(1), 4‑22.

Farkas Alíz (2021), « Narrative Properties of Dreams », P. Gaál-Szabó, S. Kmeczkó, A. Csillag & O. Veres (dir.), Memory, Trauma, and the Construction of the Self, Debrecen : Reformed Theological University Partium, 83‑95.

Fauconnier Gilles & Turner Mark B. (2002), The Way We Think: Conceptual Blending and the Mind’s Hidden Complexities, New York : Basic Books.

Fauconnier Gilles & Turner Mark B. (2008), « Rethinking Metaphor », R. W. Gibbs (dir.), The Cambridge Handbook of Metaphor and Thought, Cambridge : Cambridge University Press, 53‑66.

Fillmore Charles (1982), « Frame Semantics », Linguistics in the Morning Calm, Séoul : Hanshin Publishing Company, 111‑135.

Freud Sigmund (1953), « The Interpretation of Dreams » [1900] (J. Strachey, trad.), The Standard Edition of the Complete Works of Sigmund Freud, Londres : Hogarth Press.

Gentner Dedre & Bowdle Brian (2008), « Metaphor as Structure-Mapping », R. W. Gibbs (dir.), The Cambridge Handbook of Metaphor and Thought, Cambridge : Cambridge University Press, 109‑128.

Goossens Louis (1990), « Metaphtonymy: The Interaction of Metaphor and Metonymy in Expressions for Linguistic Action », Cognitive Linguistics, 1(3), 323‑342, <https://doi.org/10.1515/cogl.1990.1.3.323>.

Hobson J. Allan, Pace-Schott Edward F. & Stickgold Robert (2000), « Dreaming and the Brain: Toward a Cognitive Neuroscience of Conscious States », Behavioral and Brain Sciences, 23(6), 793‑842.

Kövecses Zoltán (2003), Metaphor and Emotion: Language, Culture, and Body in Human Feeling, Cambridge : Cambridge University Press.

Kövecses Zoltán (2010), Metaphor: A Practical Introduction, Oxford : Oxford University Press.

Kövecses Zoltán (2011), « Recent Developments in Metaphor Theory: Are the New Views Rival Ones? », Review of Cognitive Linguistics, Spanish Cognitive Linguistics Association, 9(1), 11‑25, <https://doi.org/10.1075/rcl.9.1.02kov>.

Kövecses Zoltán (2017), « Levels of Metaphor », Cognitive Linguistics, 28(2), 321‑347.

Kövecses Zoltán (2019), « Metaphor universals in literature », Argumentum, 15, 264‑276.

Kövecses Zoltán (2020), Extended Conceptual Metaphor Theory, Cambridge : Cambridge University Press.

Lakoff George (1993), « How Metaphor Structures Dreams: The Theory of Conceptual Metaphor Applied to Dream Analysis », Dreaming, 3(2), 77‑98.

Lakoff George (1997), « How Unconscious Metaphorical Thought Shapes Dreams », UC Berkeley Previously Published Works, <https://escholarship.org/uc/item/5f85g4bf>.

Lakoff George (2012), « The Neural Theory of Metaphor », R. W. Gibbs (dir.), The Cambridge Handbook of Metaphor and Thought, Cambridge : Cambridge University Press, 17‑38.

Lakoff George & Johnson Mark (2008), Metaphors We Live By [1980], Chicago : University of Chicago Press.

Langacker Ronald (1987), Foundations of Cognitive Grammar, Stanford : Stanford University Press.

Malinowski Josie E. & Horton Caroline L. (2015), « Metaphor and Hyperassociativity: The Imagination Mechanisms behind Emotion Assimilation in Sleep and Dreaming », Frontiers in Psychology6, <https://doi.org/10.3389/fpsyg.2015.01132>.

Musolff Andreas (2017), « Metaphor and Cultural Cognition », F. Sharifian (dir.), Advances in Cultural Linguistics, Singapour : Springer, 325‑344, <https://doi.org/10.1007/978-981-10-4056-6_15>.

Pérez-Sobrino Paula (2017), Multimodal Metaphor and Metonymy in Advertising, Amsterdam / Philadelphie : John Benjamins.

Ramond Charles (2002), « Récits et images du rêve », communication présentée au colloque Le rêve, entre science et philosophie, Université Paris 1.

Rasmussen Brian M. (2002), « Linking Metaphor and Dreams in Clinical Practice », Psychoanalytic Social Work, 9(2), 71‑87, <https://doi.org/10.1300/J032v09n02_08>.

Shamdasani Sonu (2003), Jung and the Making of Modern Psychology: The Dream of a Science, Cambridge : Cambridge University Press.

Vandendorpe Christian (2005), « Le rêve entre imagerie et narrativité », C. Vandendorpe (dir.), Le récit de rêve, Québec : Nota Bene, 35‑55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valeriia Nikolaienko, « Mentions explicites de la métaphore dans les récits de rêves anglophones et francophones : une perspective cognitive »ILCEA [En ligne], 53 | 2024, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ilcea/19749 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ilcea.19749

Haut de page

Auteur

Valeriia Nikolaienko

Université nationale de Kharkiv, Ukraine
v.o.nikolaienko@karazin.ua

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search