Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54RecensionVéronique Lagae, Nadine Rentel et...

Recension

Véronique Lagae, Nadine Rentel et Stéphanie Schwerter (dir.), La traduction en contexte migratoire : aspects sociétaux, juridiques et linguistiques

Berlin : Frank & Timme, 2022, 273 p.
Aurélien Talbot

Texte intégral

1La recherche concernant la traduction et l’interprétation de service public (TISP) ou en milieu social (TIMS), ou encore la médiation linguistique et culturelle (MLC), c’est-à-dire les diverses situations de traduction et d’interprétation regroupées aussi bien sous l’expression anglaise « community translation and interpreting », n’a pas cessé de se développer ces dernières années, comme le remarquent Sylvie Monjean-Decaudin (192) et Elisabeth Navarro (248), deux des contributrices du volume dirigé par Véronique Lagae, Nadine Rentel et Stéphanie Schwerter, intitulé La traduction en contexte migratoire : aspects sociétaux, juridiques et linguistiques, paru en 2022 chez Frank & Timme, (collection TransÜD – Arbeiten zur Theorie und Praxis des Übersetzens und Dolmetschens).

2Le choix d’aborder ce domaine de recherches sous l’angle des rapports entre « la traduction et les phénomènes migratoires » (x) est plus rare, bien que le dernier prix de la Société française de traductologie, attribué à Alexis Nouss pour son livre Le déportement. Petit traité du seuil et du traduire (Hermann, 2021), rappelle combien ces rapports forment l’actualité de tout un pan des recherches en traductologie. Mais le volume qui nous occupe évoque uniquement le côté « pragmatique » de ces recherches contrairement aux travaux d’Alexis Nouss ; un volet littéraire de cette réflexion a par ailleurs également paru sous la direction de deux des éditrices que l’on retrouve ici (Stéphanie Schwerter, Frédérique Anselle & Nadine Rentel (dir.), Traduire l’expérience migratoire : perspectives littéraires, Berlin, Peter Lang, 2023).

3Les chapitres du versant pragmatique de cette enquête sur les rapports entre traduction et migration évoquent principalement des activités d’interprétation orale plutôt que de traduction écrite, cette dernière modalité n’étant mentionnée qu’à la marge. Cela découle naturellement des contextes de médiation linguistique étudiés par la plupart des chapitres du livre : un centre d’hébergement covid-19 de l’ONG Médecins Sans Frontières à Bruxelles ; un centre d’accueil pour demandeurs d’asile en Italie ; les tribunaux correctionnels maltais ; les instances en charge des demandes d’asile en France ; un service bénévole de médiation linguistique à Zwickau ; des hôpitaux en Allemagne ; cinq centres d’accueil de réfugiés en Andalousie. Seul un chapitre concerne exclusivement la traduction écrite, choisissant d’examiner le traitement de la siglaison de quatre termes administratifs liés au domaine des migrations dans un corpus de presse hispanique aux États-Unis.

4Nous reviendrons sur chacun de ces huit chapitres portant sur des contextes spécifiques et se fondant sur des données issues d’enquêtes et d’études de cas menés à travers cinq pays européens (Allemagne, Belgique, France, Espagne, Malte) et un pays américain (États-Unis), mais nous souhaiterions d’abord présenter les cinq autres chapitres du volume qui proposent une perspective plus générale sur « la traduction en contexte migratoire ».

5En effet, après une brève introduction signée par les directrices de l’ouvrage, un chapitre d’ouverture de Margarete Flöter-Durr interroge la notion de migration au miroir de celles de réfugié, d’espace et de limite. Cette approche très théorique se retrouve dans un autre chapitre rédigé dans ce volume par la même auteure et qui vise à conceptualiser la « difficulté fondamentale […] de l’intelligibilité de la loi et des procédures pour les réfugiés » (176), en mobilisant des références à la fois linguistiques et philosophiques, pour aboutir à diverses recommandations que les traducteurs-interprètes sont invités à suivre pour « réduire le fossé sémantique et établir une communication efficace » (185).

6Suivant une démarche analogue, tournant le dos aux « approches descriptives fonctionnelles » (151) et puisant librement dans des références issues de diverses disciplines, Beatrice Costa s’inspire des réflexions de Kierkegaard sur l’articulation entre éthique et subjectivité, angoisse et liberté, pour avancer que la « tâche de l’interprète » confronté au témoignage d’une victime de crime contre l’humanité consiste non pas à « s’aggrip[er] coûte que coûte à un principe de neutralité qui fait fi de toute dimension émotionnelle », mais à rechercher au contraire, selon une expression aux échos meschonniciens, « la subjectivation maximale des discours » (164).

7Ces perspectives théoriques sont encore enrichies par la réflexion juritraductologique et engagée de Sylvie Monjean-Decaudin qui revient sur l’application « incertaine » (195) du droit fondamental à l’assistance linguistique en contexte de migration. Cet article forme un pendant pratique aux observations spéculatives de Margarete Flöter-Durr : après avoir rappelé les définitions que les Nations unies confèrent aux termes de « migrant », de « réfugié » et d’« apatride » (193-194) de même que les « dispositions internationales et/ou régionales » (190) établissant le droit fondamental à l’assistance linguistique, Monjean-Decaudin se focalise sur la situation au sein de l’Union européenne et plus particulièrement en France pour suggérer des voies d’amélioration afin de mieux prendre en compte ce droit fondamental.

8Un chapitre de nature épistémologique, signé par Elisabeth Navarro, clôt l’ouvrage et complète les divers points de vue théoriques proposés. L’expression « interprétation de service public » constituant un descripteur d’activité, l’auteure propose un « descripteur scientifique » (249) susceptible de rendre compte, de manière complémentaire, des différents paramètres en jeu dans la situation d’interprétation en contexte de migration. Il s’agit ainsi d’insister sur l’activité de médiation de l’interprète qui co-construit la communication et dont les compétences ne sont pas seulement linguistiques, mais aussi « sémiotiques interculturelles » (261).

9L’idée que l’interprète-médiateur, en contexte migratoire, est bien davantage qu’une simple courroie de transmission linguistique constitue l’un des thèmes récurrents des diverses études de cas que comporte le volume.

10Anne Delizée, chercheuse et interprète de dialogue, qui a été elle-même recrutée en tant que médiatrice interculturelle par Médecins Sans Frontières dans un centre d’hébergement covid-19 à Bruxelles, revient sur ce cadre d’exercice à l’aide d’une méthodologie ethnographique pour mettre en question le discours traditionnel sur la neutralité et l’impartialité de l’interprète. Elle emprunte aux réflexions de Michel Foucault sur les rapports intrinsèques entre savoir et pouvoir pour souligner combien l’interprète, dans ces situations, devient un collaborateur à part entière doté d’« agentivité » (41). La recherche-action de cette auteure la conduit ainsi à appeler à ne pas « éluder la discussion sur le pouvoir du tiers traduisant » (41), l’urgence des situations auxquels l’interprète est confronté dans ces contextes ne semblant pas laisser d’autre choix qu’un « modus operandi collaboratif » qui constituerait « la seule réaction à même de relever le défi de la crise » (42).

11La co-construction est aussi au cœur des pratiques reflétées dans le chapitre d’Astrid Carfagnini sur les médiateurs interlinguistiques et interculturels intervenant « au sein des centres italiens qui accueillent des migrants en situation irrégulière » (47). Ce chapitre présente quelques-uns des résultats d’un projet au cours duquel des données ont été récoltées en suivant une nouvelle fois une approche ethnographique (bien que l’auteure ne représente pas ici l’une des interprètes-médiatrices faisant l’objet des observations comme dans le chapitre précédent d’Anne Delizée) et en réalisant une série d’entretiens avec 13 professionnels. Inspirée par la théorie des Communautés de pratiques d’Étienne Wenger, Astrid Carfagnini cherche ici à montrer, à l’aide d’exemples issus d’entretiens, l’engagement des médiateurs dont seule la « relation collaborative » avec tous les prestataires de services permettrait de « co-construire une relation de confiance avec l’intervenant étranger » — condition indispensable, selon elle, pour réussir le processus d’accompagnement du migrant.

12La démarche ethnographique fonde encore le chapitre suivant qui interroge l’éthique des interprètes judiciaires dans le contexte spécifique des tribunaux correctionnels à Malte. Les auteurs reviennent sur les principes éthiques que ces interprètes doivent observer selon la législation maltaise en la matière, à savoir l’exactitude et l’impartialité. Par rapport à ces prescriptions où le rôle de l’interprète est censé constituer « the equivalent of the conduit, not in its pejorative sense of “word for word” or verbatim translation, but as an ideal » (70), les auteurs reviennent sur les entraves qui compliquent la réalisation de cet objectif et cherchent à en analyser les raisons à partir des données recueillies, arrivant à la conclusion que « accuracy and impartiality can no longer be considered the sole responsibility of the interpreter » (79). Le fait qu’il s’agit ici strictement d’interprètes et non de médiateurs, dans un contexte qui n’est pas celui de centres d’accueil, contrairement aux deux chapitres précédents, contribue sans doute à expliquer le caractère moins « engagé » de cette recherche. On pourra noter, en outre, la perspective, à certains égards plus classique, sur l’éthique proposée par ce chapitre par rapport à celui de Béatrice Costa, ce qui est sans doute lié à la volonté descriptiviste de la méthode ethnographique employée.

13Le chapitre de Charles-Guillaume Demaret évoque le cas des interprètes anglais-français intervenant auprès de l’Office français de protection des réfugiés (OFPRA) et de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA). L’auteur étant lui-même employé d’ISM Interprétariat, le principal organisme proposant actuellement des prestations d’interprétation à ces deux instances, sa recherche émane directement du terrain, ce qui permet une perspective très concrète, y compris en ce qui concerne les aspects financiers (« il est assez difficile de pouvoir vivre uniquement du métier d’interprète de service public », p. 98). Après avoir analysé le cadre et les besoins des deux structures concernées, l’auteur revient sur les difficultés rencontrées pour trouver des interprètes anglais-français donnant satisfaction dans ce contexte. Puis, sur la base du processus de recrutement et de formation mis en place à ISM Interprétariat, le chapitre propose des pistes « pour une meilleure formation » (83).

14Outre la question de la formation et des compétences des interprètes de service public et des médiateurs interculturels, l’ouvrage aborde aussi les dimensions émotionnelles et psychologiques associées à l’interprétation en milieu social. Le chapitre de Nadine Rentel rend ainsi compte des « tensions psychologiques et conflits de rôles » éprouvés par des interprètes bénévoles travaillant pour un service de médiation linguistique mis en place dans le cadre d’un « projet de coopération entre la Faculté de Langues Étrangères Appliquées et de Communication Interculturelle et la ville de Zwickau » (107). À partir d’entretiens semi-structurés menés avec quatre bénévoles de ce service, l’auteure relève les « tensions et conflits éthiques » (124) que rencontrent ces interprètes, conduisant à des « troubles physiques et psychologiques » (124). Les « stratégies de résolution des conflits » (118-120) mis en œuvre par ces mêmes interprètes sont analysées. Ce chapitre met en évidence combien il peut être difficile d’instaurer un processus de co-construction, de collaboration active, fondé sur un climat de confiance, dans le cadre de ce trilogue où l’interprète-médiateur, en posture de « balancier » (Carfagnini, 46 ; Delizée, 41), peut jouer un rôle « pivot » (Carfagnini, 49) — expressions qu’Anne Delizée et Astrid Carfagnini emploient dans leurs chapitres respectifs pour illustrer l’objectif crucial, selon elles, de la collaboration dans ce type de contextes.

15S’intéressant également aux aspects émotionnels et psychologiques, le chapitre suivant de Thomas Johnen se fonde sur un corpus de 49 conversations entre des interprètes non professionnels et des patients dans des hôpitaux en Allemagne (enregistrées dans le cadre d’un projet consacré à l’interprétation en contexte hospitalier) pour « analyser de manière qualitative comment des interprètes non-professionnels gèrent des situations menaçantes de la face » (131), que ces interprètes soient des infirmiers ou des membres bilingues de la famille du patient. Le chapitre se conclut par la recommandation « d’inclure aussi dans la formation des médecins la conversation par l’intermédiaire d’un interprète » de même que de sensibiliser les « infirmiers bilingues » (147) à ces enjeux. La question de la qualité de l’interprétation, des limites liées au recours à des interprètes ad hoc ainsi que de la professionnalisation du métier d’interprète-médiateur, déjà rencontrée dans le chapitre de Charles-Olivier Demaret, est sous-jacente ici aussi, mais elle est en fait présente en filigrane dans l’ensemble de l’ouvrage.

16Le recours, ou non, à des interprètes professionnels est ainsi au cœur du chapitre de Mariana Relinque et d’Estela Martín-Ruel consacré à l’usage des langues véhiculaires dans l’accueil des demandeurs d’asile dans le sud de l’Espagne. Les auteures notent avec pertinence qu’aucun des textes officiels européens et espagnols garantissant l’accès aux services de traducteurs et d’interprètes dans le cadre de la protection internationale « ne spécifie la formation ni l’expérience que doivent avoir ces interprètes et traducteurs » de sorte que « le critère de sélection est arbitraire et débouche souvent sur des personnes non qualifiées, sans garanties éthiques ni professionnelle » (209). Or, selon les résultats obtenus à partir d’une étude qualitative fondée sur des entretiens semi-directifs dans cinq centres d’accueil de demandeurs d’asile en Andalousie, les langues véhiculaires seraient utilisées « pour des situations de la vie quotidienne et informelles » (218) tandis que lorsque les enjeux sont plus importants (consultations avec des avocats, des psychologues), « les centres d’accueil embauchent des interprètes par le biais d’agences de traduction externes » (219). Avec pertinence, là encore, les auteures relèvent que ces centres d’accueil n’ont toutefois pas accès aux « CV des interprètes » (non transmis par les agences) si bien que rien ne permet de s’assurer de leur formation et de leur langue maternelle. Le chapitre se conclut en soulignant combien l’usage d’une langue véhiculaire contribue à instaurer des situations d’inégalité linguistique et de vulnérabilité pour les demandeurs d’asile et appelle à « signaler les problèmes et les inconvénients qu’entraîne l’usage d’une langue véhiculaire » (220).

17Le chapitre de Mercedes Banegas Saorín, comme déjà évoqué, introduit un contrepoint par rapport à l’ensemble des autres chapitres dans la mesure où il s’attache à l’analyse du traitement des sigles et acronymes de quatre instances liées au domaine de l’immigration aux États-Unis dans un corpus de journaux hispaniques publiés dans ce pays, dont la langue serait révélatrice d’un « espagnol états-unien » qui serait « en train de construire sa propre norme linguistique » (225). La comparaison avec le traitement de ces sigles dans la presse en Espagne permet à l’auteure de conclure que la presse espagnole privilégie la glose ou une traduction plus libre, du fait certainement que les lecteurs d’Espagne sont moins familiers des instances en question, tandis qu’on observe des traductions plus uniformisées dans les journaux hispaniques aux États-Unis. Le chapitre se conclut en suggérant la création de « serveurs terminologiques à disposition des professionnels de la communication » (244).

18L’ensemble des chapitres brièvement présentés ci-dessus offrent ainsi un plan de coupe très riche sur l’interprétation et la médiation en contexte migratoire. Les échos qui se tissent d’un chapitre à l’autre permettent d’éclairer plusieurs aspects de ces activités sous divers angles. Dans ce large panorama, le lecteur pourra regretter, ou se réjouir, qu’aucune place ne soit réservée à l’incidence des technologies, qu’il s’agisse du recours possible à la visio-interprétation ou à l’interprétation automatique (le logiciel de traduction médicale BabelDr, développé en collaboration avec la Faculté de traduction et d’interprétation de Genève pour les Hôpitaux universitaires de Genève constitue un exemple de dispositif de traduction automatique spécifiquement conçu pour répondre à ce type de besoins). Enfin, à l’issue de la lecture de ce volume consacré au versant pragmatique des recherches sur les rapports entre la traduction et les phénomènes migratoires, la question de la professionnalisation de l’interprétation de service public ou de la médiation linguistique et culturelle reste en suspens alors que la part de bénévoles ou d’interprètes ad hoc semble demeurer prépondérante dans ce cadre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Talbot, « Véronique Lagae, Nadine Rentel et Stéphanie Schwerter (dir.), La traduction en contexte migratoire : aspects sociétaux, juridiques et linguistiques »ILCEA [En ligne], 54 | 2024, mis en ligne le 04 mars 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ilcea/19838 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ilcea.19838

Haut de page

Auteur

Aurélien Talbot

Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search