Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Introduction. De la béance au res...

Introduction. De la béance au ressassement du trauma : le défi de la transmission

David Crémaux-Bouche, Laurent Gallardo, Laurence Garino Abel et Catherine Orsini-Saillet

Texte intégral

1La triade conceptuelle que composent la mémoire, l’indicible et le trauma donne lieu, dans les arts contemporains, à des manifestations multiples et variées en pleine évolution à en juger par l’essor des littératures du moi comme expression d’une volonté de représenter, d’écrire la vie en la confrontant à ce qui ne peut être dit. Cathy Caruth définit, en effet, le trauma individuel comme une « blessure […] qui s’adresse à nous en tentant de nous dire quelque chose à propos […] d’une vérité qui n’est pas accessible à la connaissance autrement. Cette vérité, qui apparaît et interpelle à retardement, peut être reliée […] à ce qui est de l’ordre du connu, mais également à ce qui demeure inconnu dans nos propres actions et nos propres paroles » (Caruth, 1995, traduction de Anne-Martine Parent).

2Force est de constater que ce qui ne peut être dit de la mémoire personnelle est souvent la manifestation de ce qui n’est pas socialement admis dans un contexte normatif donné. La mémoire traumatique et les difficultés pour exprimer cette blessure ne cessent alors de troubler le consensus social, comme si l’indicible individuel délimitait toujours les contours d’une parole publique. En prenant une forme artistique, le trauma individuel accède alors à la catégorie d’événement. Le propos littéraire d’Annie Ernaux est, à ce titre, exemplaire : « Je n’ai pas cherché à m’écrire, avoue-t-elle, à faire œuvre de ma vie : je me suis servie d’elle […] comme d’une matière à explorer pour saisir et mettre au jour quelque chose de l’ordre d’une vérité sensible » (2011 : 7). L’expression du trauma individuel se charge ainsi d’une dimension qui dépasse la sphère personnelle pour « désingulariser sans cesser d’individualiser » comme le dit Hélène Merlin-Kajman (2016 : 271). On remarque à cet égard que le roman d’Annie Ernaux précisément intitulé L’événement n’est pas juste l’histoire d’un avortement. Son sujet est éminemment politique : conférer au trauma une forme littéraire et l’exposer à la vue de tous permet à la romancière de dévoiler une société française engoncée dans ses principes, ses tabous, ses préjugés de classe, qui relègue les femmes à l’indicible. Une telle représentation agit comme un travail de la pensée qui questionne la hiérarchie sociale et sa normalisation afin de comprendre comment se sont formées ces règles qui s’imposent à nous, en politique comme en art.

3La révélation de cette vérité, dont parle Annie Ernaux, déborde d’autant plus sur le champ social qu’elle est parfois liée à un événement traumatique situant l’individu face à la nécessité d’en rendre compte. Le témoignage participe alors d’un partage du sensible qui confère à l’expression de la douleur une portée politique mais aussi artistique. De ce fait, les rapports entre mémoire, indicible et trauma ouvrent de nombreuses lignes de fuite pour penser et repenser les arts contemporains à l’aune de cette plongée dans l’intime qui débouche incessamment sur la scène sociale car, comme l’affirme Georges Didi-Huberman, « il y a, chez [celui qui témoigne], un désir de [le faire] pour regarder, comprendre ou écrire ce que l’on éprouve soi-même autant qu’un devoir de témoigner pour observer, analyser ou élucider comment va le monde autour de soi » (2022 : 12).

4Une question déroutante et lancinante émerge alors : par ce geste, qui consiste à faire entrer le trauma dans le domaine du langage et de la représentation, c’est-à-dire à lui conférer une dimension sociale, le témoin ne prend-il pas aussi le risque de rendre l’invivable tolérable et, en dernière instance, justifiable ? On se souvient de la terrible injonction d’Adorno, selon laquelle « après Auschwitz, écrire un poème est barbare » (1986 : 23). Elie Wiesel rappelle, quant à lui, que « Auschwitz nie toute littérature, comme il nie tous les systèmes, toutes les doctrines ; le remplacer par des mots, n’importe lesquels, c’est le dénaturer » (1982 : 75).

5Ce que l’expérience-limite des camps d’extermination nazis révèle, c’est donc l’incommensurable paradoxe entre la nécessité de faire mémoire et l’expérience de l’indicible. Toute proportion gardée, le sujet aux prises avec le trauma se situe au centre de cette double tension : comment rendre compte de l’exceptionnalité d’un événement qui, telle une béance, défait l’ordre du langage ? La mémoire s’en trouve alors « empêchée », pour reprendre le terme de Paul Ricœur (2000 : 83), soit par une impossibilité personnelle de dire, soit par une expérience qui outrepasse les limites du dicible. Ainsi, pour Judith Butler, « la question du rapport entre l’invivable et le langage devient celle de la capacité problématique du récit à représenter le traumatisme, dès lors que le traumatisme se définit […] par une rupture de continuité » (2021 : 34). C’est la raison pour laquelle elle s’interroge sur la manière d’appréhender cette difficulté : « existe-t-il des formes de description, ou des formes non-narratives, susceptibles d’évoquer le traumatisme, d’entrer en résonance avec lui, ou encore d’introduire la distance qui permette de s’en dissocier et d’en donner une transcription linguistique ? » (2021 : 34).

6En suivant la réflexion de Butler, on pourrait supposer que, dans le domaine littéraire et cinématographique, il ne s’agit pas tant de surmonter cette mémoire empêchée que de représenter cet empêchement de la mémoire en rendant compte de la rupture de continuité que le traumatisme implique. L’évocation du trauma aurait ainsi le pouvoir d’interroger les limites de la représentation. Quand elle y parvient, elle s’éloigne de cette littérature du « sale petit secret » qui, selon Gilles Deleuze, « se ramène à une triste masturbation narcissique et pieuse » (1977 : 58). Les contributions ici réunies questionnent la résilience qui, selon Butler, « sert à refouler la réalité du traumatisme, et à attribuer trop rapidement une puissance de résurrection là où elle n’est clairement plus possible » (2021 : 36). Elles montrent que la représentation du trauma est apte à rendre compte de la coexistence paradoxale, stupéfiante, éprouvante, de la survie et de l’invivable, sans pour autant dissoudre celui-ci dans le vivable. On se souvient du commentaire de Maurice Blanchot (1969 : 199) à propos de L’espèce humaine de Robert Antelme :

Je dois parler [écrit Blanchot]. Revendication infinie qui s’impose avec une force irrépressible. Et c’était aussi une découverte bouleversante, une surprise très douloureuse. […] Rien de plus grave que ce pouvoir-parler. Et cependant, dit Robert Antelme, c’était impossible. À peine commencions-nous à raconter, que nous suffoquions.

7L’indicible, parce qu’il est lié au trauma provoqué par l’expérience-limite, donne toujours lieu à des modes de représentation relevant d’une poétique de la trace comme présence d’une absence ou absence d’une présence.

8Les premières contributions rendent précisément compte de cette tension dialectique. À travers l’écriture littéraire, la présence d’une absence prend chez Natalia Ginzburg la forme de l’outrance du silence. Dans « Une retenue infinie : le deuil et la douleur dans l’œuvre autobiographique de Natalia Ginzburg », Laura Antonietti analyse la manière dont l’écrivaine italienne élabore et sublime le traumatisme de la mort de son mari Leone Ginzburg, tué en 1944 par les nazis. Alors que l’on pourrait penser que l’élaboration du deuil et le dépassement du chagrin prennent un temps physiologique (comme l’a écrit Ginzburg elle-même), le choix de ne pas parler de la mort de Leone répond à un long processus créatif qui mêle la réflexion sur son métier d’écrivaine et sur la relation entre création littéraire et douleur. L’absence est également un élément constitutif de la poésie d’Isabel Pérez Montalbán, comme l’affirme Lina Iglesias dans « La mort de la mère : un traumatisme à l'œuvre dans la poésie d’Isabel Pérez Montalbán ». Tandis que la voix poétique cherche à s’auto-engendrer dans un douloureux ressassement, la structure des recueils et le réseau sémantique placé sous le signe de la mort, plus particulièrement celui du suicide de la mère, ne cessent de rappeler cette filiation perdue. En butant incessamment contre ce lien rompu, le moi ne parvient qu’à laisser affleurer une voix fragile et à peine perceptible, tel un difficile accouchement poétique incapable de dépasser la béance laissée par cette éprouvante histoire personnelle. L’étude de Paola Ghinelli, « Le traumatisme indicible dans l’écriture autofictionnelle de Michela Marzano », montre, quant à elle, comment, dans Légère comme un papillon, la représentation du trauma se fait énigme. La narratrice autofictionnelle ne donne aucune explication sur son anorexie — qu’elle semble avoir dépassée — et se/nous lance dans une quête herméneutique à partir d’un récit fragmentaire et fragmenté, organisé sans cohérence apparente. En s’appuyant sur les trauma studies, Paola Ghinelli étudie ce puzzle que la narratrice ne parvient pas à recomposer. Elle interprète l’effet de suspension et l’anorexie comme les symptômes d’un trauma dont l’origine remonte à un secret de famille hérité des générations passées et face auquel la narratrice se dérobe.

9Par ailleurs, quand les mots semblent manquer, l’image devient un biais praticable pour qu’apparaisse l’empreinte indélébile du trauma. La représentation s’avère alors intermédiale, l’absence d’écriture étant palliée par l’image et l’absence d’image suppléée par les mots. Dans « Traduire le trauma : hantises de Sebald et Celan dans Thésée, sa vie nouvelle de Camille de Toledo », Aurélie Moïoli analyse le suicide par pendaison du frère du narrateur, Thésée. Le recours à la traduction (allemand/français) et à l’intermédialité (texte/image) permet de retracer une mémoire transgénérationnelle douloureuse qui ne point que par ricochet. Le non-dit, l’indicible et le ressassement étant au fondement même de la destinée du protagoniste, le trauma procède ici par coupures, par décrochages visuels et par tremblements graphiques ou traductifs pour suggérer l’impossibilité d’aboutir à un récit unifié ainsi qu’à une réparation. Si, chez Camille de Toledo, ces éléments formels et visuels rendent compte des béances et d’une discontinuité propres à l’indicible, que le langage ne parvient pas à résoudre ou à combler, à l’inverse, chez Wes Anderson, une ébauche du dicible semble possible. En effet, en abordant « L’expression du trauma dans les films de Wes Anderson », Hugo Jordan propose un parcours au terme duquel surmonter l’indicible serait envisageable, dans trois films du réalisateur nord-américain qui placent le trauma à l’ouverture des récits : La Famille Tenenbaum (2001), La Vie aquatique (2004) et À bord du Darjeeling Limited (2007). Il distingue trois étapes qui tendent vers une réparation des blessures psychiques : d’abord, le recours aux objets symboliques et à la collection, puis le retour du refoulé qui conduit à la confrontation avec le trauma et enfin le passage à l’écriture — scripturale ou cinématographique — qui, bien que partielle ou sibylline, apparaît comme une phase préalable indispensable. C’est ainsi que se dessine, discrètement, la possibilité de résoudre la discontinuité.

10La question du deuil, déjà présente dans les contributions précédemment citées, est également au cœur de l’écriture autofictionnelle de l’écrivain Aharon Appelfeld. Dans « Configuration de l’indicible : l’élaboration du deuil de la mère à travers la fiction chez Aharon Appelfeld », Jiaojiao Xia s’intéresse aux lésions et failles corporelles des différents personnages et aborde la question de la somatisation littéraire du deuil maternel en optant pour une approche psychanalytique. Elle explique comment la récurrence obsessionnelle de personnages souffrants dans les différentes autofictions traduit les difficultés du romancier à surmonter le trauma provoqué par le deuil de la mère. Pour sa part, Éric Binet dévoile, dans « Hypermémorisation et influence des traumas de guerre pendant l’enfance au travers de l’œuvre de James Graham Ballard », à quel point l’univers narratif de ce maître de la science-fiction, marqué par la violence, l’isolement social et la dépendance à la technologie, est aussi sous l’influence de traumas de guerre qui hantent l’auteur depuis l’enfance. Loin de se résumer à une vision sombre et dystopique, l'œuvre rend ainsi compte de la manière obsédante dont le traumatisme enfantin affecte la mémoire et la perception de la réalité. Comme chez Aharon Appelfeld, la représentation littéraire devient alors l’expression d’un infini ressassement, où se joue et se rejoue la nécessité de transcender les limitations imposées par l’expérience douloureuse pour trouver un sens à la vie malgré les épreuves rencontrées. Le secret peut également engendrer des représentations obsédantes, qui consistent en un ressassement du trauma. C’est l’expérience que fait, dans le roman mexicain Pedro Páramo, le fils du personnage éponyme, Juan Preciado, quand, en marchant sur les pas de son père, il voit apparaître des fantômes transgénérationnels qui répètent la scène traumatique, et que Pénélope Laurent interprète comme autant de représentants psychiques de l’écrivain à l’œuvre. Sa contribution — « Crypte et fantômes à Comala. L’indicible trauma et la création romanesque dans Pedro Páramo » — croise l’analyse textuelle, la théorie psychanalytique du trauma et de la créativité pour montrer comment le parcours du fils, dernier maillon d’une chaîne de traumas et de deuils intrafamiliaux, évoque, de façon métaphorique, le cheminement créatif de l’écrivain, Juan Rulfo, en train de produire son œuvre.

11Enfin, le trauma aux prises avec l’indicible pose nécessairement la question de sa réception et de sa transmission. Dans le contexte de l’Allemagne contemporaine, c’est l’héritage laissé par les aïeux qui ont vécu le nazisme qui pose problème : que « signifie être Allemand, hier et aujourd’hui ? ». Cette question est au cœur du récit autofictionnel d’Anne Weber, publié en allemand et en français. Elle y entreprend un « voyage dans le temps » en suivant les traces de son arrière-grand-père, le pasteur et philosophe Florens Christian Rang. Myriam Geiser, dans son article « Traumatisante filiation : l’écriture post-mémorielle franco-allemande d’Anne Weber dans Ahnen Vaterland (2015) », pointe l’intérêt du recours à une poétique franco-allemande spécifique impliquant des procédés créatifs d’auto-traduction, un emploi innovant de modèles génériques et une perspective transculturelle. Elle dégage ainsi les stratégies post-mémorielles d’une écriture centrée sur le traumatisme de la filiation face à l’indicible de la Shoah et aux non-dits de l’histoire familiale. L’approche narrative de la responsabilité transgénérationnelle des descendants passe ici par le prisme d’une mémoire multidirectionnelle. La problématique réception de l’héritage traumatique est aussi celle des lecteurs comme le souligne Pauline Doucet en s’appuyant sur le roman Insensatez, associé à la littérature testimoniale ou de mémoire, et qui met en scène un narrateur-lecteur. Son article « Lire l’indicible comme expérience aliénante dans Insensatez de Horacio Castellanos Moya » s’intéresse à la manière dont l’auteur salvadorien place au cœur de l’intrigue les mots de la violence, et, dans un renversement spéculaire, affirme la violence des mots. Les mots, la violence et la folie sont les trois thèmes qui s’entremêlent dans ce récit pour présenter la lecture des témoignages de l’indicible comme une expérience transgressive et aliénante (dans tous les sens du terme) qui inquiète irrémédiablement le sentiment d’identité et d’humanité du lecteur intra et extra-fictionnel.

Haut de page

Bibliographie

Abraham Nicolas & Torok Maria (1987), L’écorce et le noyau, Paris : Flammarion.

Adorno Theodor W. (1986), Prismes : critique de la culture et société, Paris : Payot.

Blanchot Maurice (1969), L’entretien infini, Paris : Gallimard.

Butler Judith & Worms Frédéric (2021), Le vivable et l’invivable, Paris : PUF.

Caruth Cathy (1995), Trauma: Explorations in Memory, Baltimore : The Johns Hopkins University Press.

Deleuze Gilles & Parnet Claire (1977), Dialogues, Paris : Flammarion.

Didi-Huberman Georges (2022), Le témoin jusqu’au bout, Paris : Éditions de Minuit.

Ernaux Annie (2011), Écrire la vie, Paris : Gallimard.

Merlin-Kajman Hélène (2016), Lire dans la gueule du loup : essai sur une zone à défendre, la littérature, Paris : Gallimard.

Ricœur Paul (2000), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris : Seuil.

Wiesel Elie (1982), Un Juif, aujourd’hui, Paris : Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Crémaux-Bouche, Laurent Gallardo, Laurence Garino Abel et Catherine Orsini-Saillet, « Introduction. De la béance au ressassement du trauma : le défi de la transmission »ILCEA [En ligne], 54 | 2024, mis en ligne le 04 mars 2024, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ilcea/19855 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ilcea.19855

Haut de page

Auteurs

David Crémaux-Bouche

Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France
david.cremaux-bouche@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Laurent Gallardo

Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France
laurent.gallardo@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Laurence Garino Abel

Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France
laurence.garino-abel@univ-grenoble-alpes.fr

Catherine Orsini-Saillet

Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France
catherine.orsini-saillet@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search