Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Texte intégral

1Dans la société actuelle, l’évolution des technologies de l’information et de la communication, la mobilité professionnelle, les énormes avancées technologiques et la mondialisation économique ont entraîné de nouvelles exigences communicatives dans le monde professionnel. Ces nouveaux besoins communicationnels ont fait émerger dans l’enseignement supérieur des formations en langues toujours plus spécialisées, dans des domaines tels que l’économie, le droit, l’ingénierie, la santé, les arts ou les sciences, entre autres. Cette montée en spécialisation est par ailleurs étroitement liée à la professionnalisation croissante des formations universitaires survenue ces dix dernières années, l’objectif étant de faciliter l’insertion professionnelle des étudiants.

2Face à cet essor des formations professionnalisantes, nous constatons la nécessité d’approfondir la réflexion sur la pédagogie à mener pour ce type d’enseignements. Le présent numéro, ILCEA 32, s’inscrit dans une perspective de développement nécessaire d’une didactique des langues sur objectifs spécifiques étant donné le rôle fondamental des langues de spécialité dans la professionnalisation des formations.

3Les dix articles rassemblés dans le présent numéro relèvent de plusieurs aires linguistiques et culturelles et se donnent pour objectif de stimuler la réflexion sur trois questions fondamentales dans le domaine de la didactique des langues de spécialité :

  1. Les méthodes et les pratiques favorisant le développement d’une compétence de spécialité permettant aux étudiants d’interagir de façon efficace dans le monde professionnel de la langue et de la culture cibles.

  2. Les pratiques pédagogiques en lien avec l’usage des corpus de spécialité.

  3. Les apports des nouvelles technologies dans l’enseignement des langues de spécialité.

4Trois articles portent sur la didactique de l’espagnol de spécialité dans le cadre des masters Langues étrangères appliquées (LEA) en France. Ces études montrent la volonté croissante d’offrir des formations linguistiques professionnalisantes dans la filière LEA afin de faire face aux nouveaux défis du monde du travail. Ainsi Sara Álvarez Martínez se penche sur l’espagnol pour la négociation et analyse les apports de deux techniques de pédagogie active (le jeu de rôle et l’étude de cas basé sur la simulation) dans le développement de la compétence communicative de spécialité. Toujours dans le domaine de l’économie et du commerce, César Ruiz Pisano dresse un état des lieux des concepts liés à l’économie alternative pour étudier ensuite l’intégration de ces savoirs économiques dans l’enseignement de l’espagnol en adoptant une perspective actionnelle et réfléchie. Ana Escartín Arilla nous emmène vers un des autres domaines saillants de l’enseignement supérieur en LEA, la coopération internationale, domaine encore très peu exploré du point de vue de la langue de spécialité. C’est pourquoi l’auteure met l’accent sur la nécessité, voire l’urgence, d’élaborer des programmes didactiques destinés à l’acquisition de compétences communicatives dans le domaine de l’espagnol pour la coopération internationale en insistant sur l’importance de la phase d’analyse des besoins dans le processus d’élaboration de matériels didactiques.

5Les articles d’Ann Bertels, Sophie Dufour, Chantal Perpette, Sabrina Royer et Danjel Živković se situent dans le domaine du français sur objectifs spécifiques (FOS), mais dans trois contextes différents : la Belgique, la France et la Serbie. Ainsi, en prenant en compte les contraintes du système universitaire belge, Ann Bertels se plonge sur la difficulté d’établir des programmes visant l’apprentissage du français des affaires dans l’enseignement supérieur et propose une approche longitudinale privilégiant des activités communicatives et interactives afin de préparer les étudiants à la vie professionnelle. Par ailleurs, il s’agit d’un article se situant au carrefour des questions 1 et 3, car l’auteure nous présente un modèle de didactique hybride qui combine cours en présentiel et apprentissage en ligne.

6Danjel Živković, quant à lui, remet en question l’intérêt de l’anglais comme lingua franca dans le commerce international et développe l’impact qu’une maîtrise de la langue française peut avoir pour le développement des entreprises étrangères sur les marchés francophones. L’auteur met par ailleurs en évidence le rôle des stratégies linguistiques pour les activités professionnelles et il présente les perspectives d’apprentissage/enseignement du FOS dans un contexte économique en Serbie.

7C’est l’article de Sabrina Royer qui permet de quitter l’univers commercial et économique pour s’installer dans le secteur de l’hygiène et de la propreté. En effet, l’auteure s’interroge sur la place que les discours argumentatifs ont dans l’action au travail, la manière dont on argumente et les contextes où ce type de discours a lieu. Cette réflexion permet, tout d’abord, d’éclaircir les différentes typologies et matrices argumentatives présentes dans les discours professionnels dans le secteur mentionné ; elle permet ensuite de fournir quelques pistes didactiques pour former les allophones à comprendre le schéma argumentatif au travail.

8Sophie Dufour et Chantal Parpette remettent à l’ordre du jour un des aspects les plus importants non seulement dans la didactique du FOS mais aussi des autres langues : la présence de données authentiques dans les formations de langues sur objectifs spécifiques. En effet, ces auteures redéfinissent la notion d’authentique dans le cadre du FOS en prenant en compte la nécessité pour les apprenants allophones de se familiariser avec la dimension institutionnelle, voire historique, des situations traitées. Dans cet article, S. Dufour et C. Parpette analysent la relation que les discours authentiques, notamment oraux, entretiennent avec leur contexte d’origine, l’impact de leur transfert dans le contexte des formations linguistiques, et les stratégies nées dans le champ du FOS pour créer une nouvelle approche des situations et des données authentiques.

9L’intérêt d’une approche par corpus pour l’enseignement des langues de spécialité est abordé par Marjan Alipour et Éric Poirier, qui nous font connaître des pratiques pédagogiques canadiennes en lien avec l’utilisation de corpus de spécialité. Dans le cadre de la formation de traducteurs, Marjan Alipour s’intéresse à la création d’activités basées sur un corpus lié au domaine de la pollution de l’eau dans le but d’aider les futurs traducteurs à appréhender et à distinguer les sens des termes pour pouvoir les utiliser correctement selon le contexte. Éric Poirier, quant à lui, présente une méthode inédite offrant une nouvelle approche pour découvrir et compiler des normes de la traduction pragmatique réellement utilisées au moyen de méthodes issues de la linguistique de corpus et de la traductologie fondée sur des corpus bilingues. Ces normes de traduction essentielles à l’enseignement des compétences ont la particularité d’être fondées sur l’usage et prennent appui sur des solutions de traduction éprouvées.

10Le dernier article composant ce numéro se situe au carrefour des trois problématiques mentionnées plus haut puisque María García Antuña présente l’intérêt des nouvelles technologies non seulement pour développer de nouvelles pratiques didactiques dans le domaine des langues de spécialité mais aussi pour constituer des corpus spécialisés pouvant être exploités du point de vue didactique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sara Álvarez Martínez, « Introduction », ILCEA [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ilcea/4727

Haut de page

Droits d’auteur

© ILCEA

Haut de page
  • OpenEdition Journals