Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Une approche longitudinale pour l’enseignement du français des affaires

A Longitudinal Approach to Teaching Business French
Ann Bertels

Résumés

Cette contribution décrit l’approche des cours de français des affaires enseignés à la Faculté d’économie et de gestion de la KU Leuven (Belgique). En raison de la situation linguistique particulière en Belgique, les cours de FLE et plus particulièrement ceux de français de spécialité occupent une place importante dans le curriculum académique. En tant que professeurs de français des affaires, nous avons décidé d’adopter une approche longitudinale privilégiant des activités communicatives et interactives, et d’introduire une progression vers des activités d’apprentissage préparant à la vie professionnelle. Le nombre d’heures en présentiel étant limité, nous avons également conçu un modèle didactique hybride qui combine présentiel et apprentissage en ligne. Un site portail permet aux étudiants d’accéder à des exercices de grammaire adaptatifs ainsi qu’à des exercices de vocabulaire en fonction de leur niveau de maîtrise du français. L’outil d’aide à la rédaction propose la correction assistée pour la rédaction de textes économiques.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Dans cet article, nous expliquons l’approche longitudinale adoptée dans les cours de français des affaires enseignés à la Faculté d’économie et de gestion de la KU Leuven (Belgique). Cette contribution ne se veut pas un article de recherche fondamentale en didactique des langues, mais elle vise plutôt à nourrir la réflexion sur l’apprentissage semi-autonome en français langue étrangère et en français de spécialité. Elle se distingue donc par son approche pratique et concrète, permettant de répondre à un besoin d’informations et d’inspiration.

2La Belgique est un pays officiellement trilingue (néerlandais – français – allemand) et se caractérise dès lors par une situation linguistique particulière. Comme de nombreux étudiants néerlandophones travailleront plus tard dans une entreprise bilingue, voire multilingue, située à Bruxelles, une bonne connaissance du français s’impose. On ne s’étonnera pas que les cours de FLE et plus particulièrement ceux de français de spécialité occupent une place importante dans le curriculum universitaire en Flandre. La Faculté d’économie et de gestion de la KU Leuven a opté pour des cours obligatoires de français des affaires au cours des deux premières années (BAC1 et BAC2) en groupes d’environ 25 étudiants. En troisième ou quatrième année (BAC3 ou M1 selon la filière), les étudiants peuvent suivre un cours à option supplémentaire.

3En tant que professeurs de français des affaires, nous étions confrontés à un double problème : d’une part la répartition des cours de français sur trois années académiques consécutives et d’autre part le nombre d’heures en présentiel limité.

4Le premier défi à relever résidait dans la conception d’un programme cohérent et progressif réparti sur plusieurs années. Nous avons décidé d’adopter une approche longitudinale et de privilégier des activités communicatives et interactives. Nous avons également introduit une progression vers des activités d’apprentissage préparant le mieux possible à la vie professionnelle en milieu bilingue ou francophone.

5Pour faire face au deuxième défi du nombre d’heures de cours limité, nous avons conçu un modèle didactique hybride qui combine présentiel et apprentissage en ligne, à l’aide de plusieurs outils d’apprentissage semi-autonome. Le tuteur automatisé PAZAPA permet aux étudiants de faire des exercices de grammaire adaptatifs, afin de combler leurs lacunes en grammaire, ainsi que des exercices de vocabulaire ciblé. L’aide à la rédaction INLATO propose la correction assistée pour la rédaction de textes. Cette application en ligne décompose le texte rédigé par les étudiants en différentes couches grammaticales et lexicales, et propose des informations leur permettant d’apporter des corrections à leur texte. Le projet d’échange linguistique Tandem permet de motiver les étudiants pour l’apprentissage du français (des affaires) et de favoriser les échanges interculturels. Par ailleurs, plusieurs dictionnaires d’apprentissage du français des affaires sont à leur disposition pour des informations linguistiques, lexicales et contextuelles supplémentaires, ainsi que pour l’apprentissage des collocations, notamment les tomes du dictionnaire contextuel du français économique (DICOFE) (Verlinde, Folon, Binon & Van Dyck, 2003) et le dictionnaire du français des affaires (DAFA) (Binon, Verlinde, Van Dyck & Bertels, 2000).

6Dans cet article, nous expliquons comment nous avons relevé les deux défis. La section suivante décrit l’approche longitudinale particulière qui caractérise les cours de français des affaires à la KU Leuven. Dans la troisième section, nous présentons les outils que nous y avons intégrés, à la lumière d’outils existants et de quelques travaux théoriques.

2. Une approche longitudinale pour le français des affaires

2.1. Les cours de français 1

7En première année (BAC1), les cours de français visent une introduction au vocabulaire de base du français des affaires, au discours et au vocabulaire de l’économie, plus particulièrement au « français de la vie économique ». Les étudiants apprennent à développer leurs compétences orales et écrites, à acquérir le vocabulaire économique de base et à se préparer aux activités de communication interactives des cours de français des années suivantes.

8Les étudiants de première année acquièrent le vocabulaire économique à l’aide de dossiers thématiques, basés sur des documents authentiques (des articles de journaux, des extraits vidéo et audio de la presse économique) et sur des analyses de corpus économiques. Les dossiers thématiques sont axés sur l’entreprise et sa position sur le marché (cf. DICOFE tome A) (Verlinde, Folon, Binon & Van Dyck, 2003) et le commerce (cf. DICOFE tome B) (Verlinde, Folon, Binon & Van Dyck, 2003).

9Les dictionnaires contextuels du français économique ne sont pas des dictionnaires classiques : ils sont conçus comme des dictionnaires d’apprentissage. Les pages de gauche ou pages paires (cf. fig. 1) présentent le vocabulaire thématique et la terminologie, avec des informations morphologiques et des tableaux de dérivation, ainsi que des définitions, synonymes et antonymes, et des informations sur les combinaisons de mots et les collocations pertinentes. Les pages de droite ou pages impaires (cf. fig. 2) se lisent comme de petites histoires en économie et montrent l’emploi des termes en contexte. Pour les étudiants, il est plus facile de retenir une histoire cohérente que des mots isolés ou des listes de combinaisons de mots sans contexte particulier.

Figure 1. – DICOFE tome B Le commerce : exemple d’une page paire.

Figure 1. – DICOFE tome B Le commerce : exemple d’une page paire.

10Dans les cours de français 1, nous adoptons une approche terminologique et communicative qui permet de réactiver le vocabulaire en travaillant sur les quatre compétences orales et écrites. Nous proposons des exercices d’écoute axés sur le nouveau vocabulaire (vidéos et extraits audio) et permettant d’acquérir des stratégies d’écoute. Les exercices de rédaction, notamment la rédaction de rapports économiques et la description de représentations graphiques, visent la maîtrise du vocabulaire des fluctuations et la manipulation courante des chiffres. Finalement, la présentation orale d’une entreprise fictive en équipe permet de développer les compétences orales. L’évaluation permanente comprend deux tests de vocabulaire, un test d’écoute et une présentation d’entreprise.

Figure 2. – DICOFE tome B Le commerce : exemple d’une page impaire.

Figure 2. – DICOFE tome B Le commerce : exemple d’une page impaire.

2.2. Les cours de français 2

11L’objectif des cours de français 2 (en BAC2) est de permettre aux étudiants de fonctionner adéquatement et de façon autonome dans un milieu francophone et plus particulièrement dans un milieu d’affaires. À cet effet, ils acquièrent le vocabulaire spécifique de l’entreprise à l’aide de quatre dossiers thématiques, à savoir (1) les ressources financières, (2) les ressources humaines, (3) les finances publiques et la fiscalité, et (4) la banque et les placements. Ces dossiers s’appuient sur les tomes C et D du DICOFE, axés respectivement sur les finances et l’emploi (Verlinde, Folon, Binon & Van Dyck, 2003). La démarche des cours est interactive et participative. Pour pouvoir consacrer le peu d’heures de cours en présentiel à des activités de communication orale ou écrite, les étudiants sont censés préparer certaines activités seul ou en équipe.

12À l’approche terminologique et communicative adoptée dans les cours de français 1, s’ajoute ici une approche actionnelle. Les cours de français 2 permettent aux étudiants de réactiver le nouveau vocabulaire et de travailler sur les quatre compétences, à l’aide d’activités de communication variées, notamment des discussions thématiques et des exercices d’écoute et de rédaction. Les cours visent également l’apprentissage par le projet, puisque les étudiants sont amenés à présenter une entreprise francophone en équipe. À cet effet, ils contactent l’entreprise par e-mail, ils se rendent sur place pour une visite d’entreprise avec interview et ils recueillent les informations nécessaires pour leur présentation d’entreprise. Les différentes étapes de ce projet permettent de réactiver le vocabulaire spécifique de l’entreprise dans des situations de communication orale et écrite bien réelles et avec des locuteurs natifs. L’évaluation permanente comprend deux tests de vocabulaire, un test d’écoute et un test de rédaction, une participation à un débat et une présentation d’entreprise.

2.3. Les cours de français 3

13En troisième année ou en dernière année (BAC3 ou M1), les étudiants en économie ont l’occasion de suivre un cours à option supplémentaire. Les cours de français 3 leur permettent de réactiver leurs connaissances du français des affaires avant de se lancer sur le marché de l’emploi. Les activités sont davantage orientées vers la communication professionnelle et s’inscrivent dans une perspective communicative. Les étudiants pourront, en étudiant le français, acquérir des savoir-faire qui leur seront utiles dans d’autres domaines, dans d’autres langues, voire dans leur langue maternelle, comme tenir une réunion, conduire un entretien de vente et de réclamation et rédiger des lettres de vente, de réclamation et d’excuse. Les étudiants apprennent aussi à postuler en français : ils rédigent leur CV et une lettre de motivation en réponse à une offre d’emploi réelle et ils simulent un entretien d’embauche faisant suite à leur lettre de motivation et CV. Puisqu’en entreprise, la communication courante avec les collègues, collaborateurs et clients est également importante, les étudiants sont amenés à présenter un sujet d’actualité polémique et à modérer un débat.

14Les cours de français 3 se caractérisent par une approche communicative et actionnelle : ils permettent aux étudiants non seulement de réactiver le vocabulaire acquis en français 1 et 2, mais aussi d’acquérir des savoir-faire utiles en entreprise, notamment la réunion, la gestion des plaintes, savoir convaincre. L’approche se veut également autonomisante et responsabilisante : les étudiants acquièrent progressivement plus d’autonomie et ils assument plus de responsabilités pendant la réalisation des tâches et des activités de communication. Nous recourons à diverses formes d’enseignement avec des tâches individuelles, à deux, en groupe et avec le professeur. Les épreuves orales et écrites de l’évaluation permanente sont axées sur la mise en pratique et la maîtrise des savoir-faire ; elles évaluent toutes les activités de communication abordées pendant les cours.

3. Au-delà du présentiel

15Puisque le nombre d’heures en présentiel est limité à environ une heure de cours en classe par semaine et que nous constatons que le niveau de maîtrise du français des jeunes néerlandophones se détériore d’année en année, nous avons conçu un modèle didactique hybride qui combine présentiel et apprentissage en ligne (Nissen, 2007 et 2014 ; Freund, 2016). Il propose des exercices en ligne ainsi qu’une aide à la rédaction et il permet aux étudiants de rafraîchir et d’améliorer leurs connaissances à leur rythme et en fonction de leurs besoins. Les étudiants font les exercices petit à petit, ou pas à pas, d’où le nom PAZAPA. L’outil s’inscrit dans le contexte de la formation ouverte et à distance (FOAD) et de l’enseignement assisté par ordinateur (EAO) (Demaizière, 2007) et il est axé sur l’idée d’individualisation (Dejean-Thircuir & Nissen, 2013). À côté de l’apprentissage en ligne, nous avons également élaboré un projet Tandem pour encourager et faciliter des échanges linguistiques et interculturels.

3.1. Les exercices en ligne PAZAPA

16PAZAPA est un environnement d’apprentissage du français en ligne (Verlinde, Nouwen, Eggermont, Slootmaekers, Ostyn & Bertels, 2016). Sous forme de tuteur automatisé1, il permet aux étudiants de faire des exercices de grammaire et de vocabulaire en ligne, et de travailler sur les quatre compétences (cf. fig. 3). Les exercices de grammaire et de vocabulaire constituent le noyau dur de l’environnement d’apprentissage, indiqué au milieu de la figure 3. Les pages sur les quatre compétences sont en construction. La composante Taalprikkels, visualisée à droite, est un service mail quotidien qui pose une question sur des fautes fréquentes et qui affiche la bonne réponse après un clic. Le service est disponible en plusieurs langues, dont le français, l’allemand et l’espagnol. La composante Interactive Language Toolbox sera expliquée ci-dessous (cf. 3.2. L’aide à la rédaction INLATO).

Figure 3. – PAZAPA : composantes de l’environnement d’apprentissage.

Figure 3. – PAZAPA : composantes de l’environnement d’apprentissage.

3.1.1. Exercices de vocabulaire

17Pour les étudiants en économie, PAZAPA vocabulaire propose des exercices lexicaux du français des affaires, plus particulièrement les exercices de vocabulaire des cours de français 1 et 2. Il s’agit notamment de phrases à compléter ou à traduire du néerlandais au français et d’exercices sur les mots dérivés et sur les synonymes et antonymes. Ces exercices font intervenir le vocabulaire de spécialité des différents dossiers thématiques. Plutôt que d’afficher tout simplement toutes les solutions des exercices de vocabulaire, nous avons choisi d’intégrer une activité d’apprentissage supplémentaire, par le biais de PAZAPA vocabulaire. En faisant les exercices de vocabulaire en ligne, les étudiants ont l’occasion de refaire, mais cette fois-ci de façon interactive, les exercices des différents dossiers thématiques traités pendant les cours en présentiel. Comme les solutions des exercices sont uniquement disponibles par l’intermédiaire des exercices en ligne, les étudiants sont obligés de parcourir les exercices électroniques pour se préparer au test de vocabulaire. La réactivation des connaissances de vocabulaire de spécialité grâce à cette étape d’apprentissage semi-autonome supplémentaire permet un meilleur ancrage des connaissances et une meilleure maîtrise du vocabulaire de spécialité.

3.1.2. Exercices de grammaire

18PAZAPA grammaire se décline en 20 exercices qui correspondent à une sélection de 20 items de grammaire qui posent souvent problème aux apprenants, notamment l’expression de temps et de lieu, le subjonctif, la conjugaison des verbes et les temps du passé. Les étudiants de première année en économie ont donc l’occasion de rafraîchir leurs connaissances de grammaire à leur rythme, afin de combler leurs lacunes en grammaire. Par item de grammaire, les étudiants disposent d’une fiche théorique et d’un exercice d’une dizaine de phrases faisant intervenir l’item en question. Les phrases des exercices de grammaire s’inspirent de données de corpus, mais elles contiennent également le vocabulaire de base de la spécialisation des étudiants. De ce fait, les étudiants de première année en économie seront confrontés progressivement au vocabulaire économique de base (entreprise, production, concurrence, commerçant…)2. L’intégration du vocabulaire de base de la spécialisation constitue la différence principale entre PAZAPA grammaire et les autres exercices de grammaire disponibles en ligne, tels que Le point du FLE3 ou Bien écrire.org4.

19Les étudiants font les exercices de grammaire de leur choix parmi la sélection de 20 items, en suivant le parcours indiqué par les icônes en vert, orange et rouge (cf. fig. 4). Le but est d’obtenir pour chaque exercice un score équivalent ou supérieur à 70 %. La boule rouge dans la colonne « mon parcours » indique les exercices à faire. Le triangle orange indique les exercices avec un score insuffisant, c’est-à-dire inférieur à 70 %. Le carré vert s’affiche à côté des exercices réalisés avec succès. Lorsque les étudiants ont terminé un exercice, ils reçoivent du feedback ciblé, c’est-à-dire du feedback sur leurs erreurs uniquement et pas toute la liste d’explications sur l’item grammatical en question. Les étudiants ont la possibilité de refaire un exercice sur leurs erreurs : le score total sera alors le score combiné des deux exercices. Le triangle de signalisation dans la colonne « mes problèmes » permet aux étudiants de revoir les items pour lesquels ils ont commis une erreur. Le point d’interrogation donne accès aux fiches théoriques avec les informations essentielles, « pour tout savoir » sur l’item en question. Finalement, la flèche bleue dans la dernière colonne du tableau de bord permet de refaire les exercices pour un nouvel essai afin d’obtenir le carré vert, dans « mon parcours ». Le but est de terminer avec succès au moins 17 des 20 exercices et donc d’obtenir 17 carrés verts.

20PAZAPA grammaire prévoit aussi un système de suivi pour l’étudiant et le professeur. Le suivi côté étudiant s’affiche en bas du tableau de bord de l’étudiant et montre ses résultats par rapport à ceux des autres étudiants. Cette petite compétition s’avère souvent très motivante. En plus, les étudiants reçoivent deux mails de réactivation, en décembre et en mai, avec leurs résultats et le nombre d’exercices terminés avec succès. Le système de suivi pour le professeur consiste en un tableau avec tous les résultats visuels (boules rouges, triangles orange, carrés verts) de tous ses étudiants. Cet aperçu montre non seulement les étudiants ayant atteint l’objectif des 17 carrés verts, mais aussi les items qui posent le plus de problèmes à la plupart des étudiants.

Figure 4. – PAZAPA : tableau de bord des exercices de grammaire.

Figure 4. – PAZAPA : tableau de bord des exercices de grammaire.

21Les exercices de grammaire sont conçus principalement pour faciliter la remédiation : ils permettent aux étudiants de rafraîchir leurs connaissances de grammaire et de combler leurs lacunes, afin d’améliorer leur niveau de français en général. Les exercices de grammaire ne font pas partie de l’évaluation proprement dite des cours de français 1, qui visent à évaluer la maîtrise du vocabulaire de spécialité et les activités de communication. Bien sûr, pour mener à bien la présentation d’entreprise ou la rédaction d’un texte économique, par exemple, les étudiants sont censés maîtriser la grammaire de base.

22Actuellement, nous travaillons sur l’intégration des données de PAZAPA grammaire, parmi d’autres critères, dans un projet axé sur les analytiques de l’apprentissage. Les premières expérimentations menées auprès des étudiants de première année en économie indiquent que les étudiants ayant atteint l’objectif des 17 carrés verts pour les exercices de grammaire ont nettement plus de chances d’obtenir un meilleur score pour le cours de français (≥ 7/20) que ceux n’ayant pas atteint cet objectif. Bien que les connaissances de grammaire ne soient pas évaluées explicitement, elles semblent contribuer de façon significative au résultat final. Nous envisageons des expérimentations supplémentaires pour évaluer l’impact d’autres critères, tels que le niveau de français des étudiants et leur formation antérieure.

3.2. L’aide à la rédaction INLATO

23L’équipe des professeurs de français de l’ILT a également développé l’outil INLATO ou Interactive Language Toolbox. INLATO est conçu comme une aide à la rédaction, qui propose la correction assistée pendant la rédaction de textes (Rymenams, Verlinde, Marx, Rosselle & Gerard, 2012). L’outil est disponible en accès libre5, avec une interface en anglais, français et néerlandais. Il va plus loin que les correcteurs orthographiques et grammaticaux génériques intégrés habituellement dans les logiciels bureautiques, qui ne permettent pas de détecter les erreurs spécifiques produites par des apprenants de langue étrangère (Leacock, Chodorow, Gamon & Tetreault, 2010). Les correcteurs commerciaux comme Antidote6 ou Cordial7 prennent en considération les besoins spécifiques des apprenants de langue étrangère, mais n’arrivent pas non plus à détecter correctement toutes les erreurs (Burston, 2008). L’outil INLATO s’inscrit dans la lignée des correcteurs en ligne et des aides à la rédaction plus spécifiques, comme Bon Patron8, mais il se distingue par sa visée didactique.

24D’une part, INLATO est une base lexicale en ligne, c’est-à-dire un dictionnaire et un site portail redirigeant l’utilisateur à d’autres dictionnaires et à des corpus en ligne. L’utilisateur peut entrer un mot pour trouver des définitions, traductions, synonymes, antonymes, combinaisons de mots, etc. La fenêtre de saisie permet aussi d’entrer une combinaison de mots et d’explorer notamment des exemples issus du web et de corpus parallèles.

25D’autre part, INLATO est une application en ligne pour la révision d’un texte rédigé. L’outil décompose le texte de l’utilisateur en plusieurs composants linguistiques et guide l’utilisateur de façon systématique à travers les différentes couches grammaticales ou lexicales de son texte. Le didacticiel n’affiche pas tout de suite la version corrigée du texte, mais il aide l’utilisateur à réviser son texte de façon autonome et propose des informations grammaticales ou lexicales pour résoudre un problème. Le didacticiel détecte les erreurs et les mots ou contextes à haut risque d’erreur, qui méritent une vérification supplémentaire. Les étudiants ne font pas de simple copier/coller de la correction suggérée ; ils sont amenés à réfléchir et à trouver la solution à partir des informations grammaticales ciblées qui leur sont présentées. Le logiciel offre un guidage, mais laisse suffisamment d’initiative aux étudiants, ce qui s’appuie sur les travaux de Mangenot (2012). Cela permet d’insister tout particulièrement sur les points de grammaire difficiles pour les apprenants de FLE ou sur les fautes fréquentes qui posent problème aux apprenants néerlandophones, en l’occurrence nos étudiants de la KU Leuven.

26L’utilisateur entre son texte rédigé dans la fenêtre de saisie et démarre la correction assistée, qui se fait en six étapes. La première étape est axée sur les mots, principalement sur l’orthographe, la morphologie et les interférences avec l’anglais et le néerlandais (cf. fig. 5). Le texte entré par l’utilisateur est affiché à gauche, en bas de l’écran. Les erreurs à corriger sont indiquées en rouge, par exemple group dans l’exemple de la figure 5, une erreur due à l’interférence avec l’anglais. Les mots à contrôler sont indiquées en orange, soit en raison d’une orthographe erronée (differentes, reçevoir), soit en raison d’une malformation morphologique (registré). Le lien à droite de l’écran, à côté de la forme à contrôler, permet à l’utilisateur de découvrir lui-même l’orthographe ou la variante morphologique correcte. Il apporte les corrections dans son texte affiché à gauche et lance la deuxième étape du contrôle, à partir de la version corrigée dans la première étape de la correction assistée.

27La deuxième étape repose sur les mêmes principes, mais elle effectue un contrôle au niveau de la phrase : les accords sujet-verbe et la place des compléments. Lors de la troisième étape, le didacticiel vise à confronter l’apprenant aux fautes fréquentes, par exemple « Il est important que… » versus « C’est important. », qui tous deux se traduisent en néerlandais par « Het is belangrijk (…). » La quatrième étape est axée sur le nom, avec les accords nom-adjectif et la place de l’adjectif. L’étape suivante vise à contrôler les verbes et amène l’apprenant à réfléchir sur les emplois du gérondif, les emplois du subjonctif, les emplois des temps du passé (la différence entre l’imparfait et le passé composé) et les emplois des auxiliaires (cf. fig. 6 pour les étapes 4 et 5).

Figure 5. – INLATO : première étape de la correction assistée : mots.

Figure 5. – INLATO : première étape de la correction assistée : mots.

Figure 6. – INLATO : étapes 4 et 5 de la correction assistée : nom et verbe.

Figure 6. – INLATO : étapes 4 et 5 de la correction assistée : nom et verbe.

28La dernière étape est indispensable pour des apprenants de FLE, puisqu’elle contrôle l’emploi des prépositions et les combinaisons de mots qui posent souvent problème aux apprenants. Après avoir parcouru les six étapes et avoir apporté les corrections suggérées par le didacticiel, l’utilisateur dispose de la version corrigée de son texte et du rapport de la correction assistée qui lui montre les erreurs et les formes contrôlées, ainsi que les corrections apportées.

29L’objectif de ce didacticiel est double : d’une part, assister la correction d’erreurs par un feedback ciblé et, d’autre part, faciliter l’apprentissage de la langue. La consultation régulière des informations grammaticales et lexicales ciblées, en plusieurs étapes, a une influence positive sur le processus d’apprentissage de la langue étrangère (Cordier-Gauthier & Dion, 2003). Cet outil s’adresse principalement à des apprenants de niveau intermédiaire. Le professeur de langue reste toutefois indispensable. La rédaction de textes à un niveau avancé génère des erreurs de rédaction plus complexes et souvent plutôt discursives, qui requièrent une correction plus personnalisée.

30L’outil INLATO est utilisé par les étudiants depuis l’année académique 2011-2012. L’efficacité de ce didacticiel a été mesurée à l’aide d’une étude consistant en trois étapes ((pre)test immediate posttest delayed posttest). Environ 200 étudiants néerlandophones de la Faculté d’économie, de niveau B1-B2 en français, ont participé à cette étude d’efficacité. Ils devaient traduire du néerlandais au français six textes, à peu près 300 mots chacun, contenant des mots ou des patrons grammaticaux pour lesquels l’outil INLATO prévoit un feedback ciblé. Le groupe expérimental (107 étudiants) a utilisé l’outil et le feedback correctif pour le test de traduction ; le groupe de contrôle (105 étudiants) a fait les traductions sans recours à l’outil. Les résultats de l’étude ont montré un impact positif de l’utilisation de l’outil sur la qualité des textes à traduire, ainsi que sur l’apprentissage à court terme. Pour les détails de l’étude d’efficacité, on pourra se référer à Rymenams, Verlinde, Marx, Rosselle et Gerard (2012).

3.3. Le projet d’échange Tandem

31Afin de stimuler les échanges entre les deux communautés linguistiques en Belgique, les étudiants de français 2 ont l’occasion de participer à un projet d’apprentissage en tandem avec un locuteur natif. Le projet Tandem associe un étudiant néerlandophone de la KU Leuven apprenant le français à un étudiant francophone de l’UCL à Louvain-la-Neuve apprenant le néerlandais. Tous deux sont en deuxième année des études d’économie ou ingénieur de gestion. Le projet Tandem vise l’apprentissage mutuel, parce qu’il permet d’apprendre une langue et de faire profiter un autre étudiant de ses propres connaissances.

32En octobre, les professeurs de français de la KU Leuven et leurs collègues de néerlandais de l’UCL organisent le speed dating, une soirée rencontre ou match up pour créer les paires d’étudiants. Ainsi, les étudiants des deux universités peuvent entrer en contact et trouver un partenaire Tandem. Pendant l’année académique, ils se contactent régulièrement, par mail, téléphone ou Skype ou sur Facebook. Bien évidemment, ils réalisent un certain nombre d’activités ensemble, telles que visiter une ville, publier un blog sur une passion partagée ou un loisir, regarder une émission télévisée dans la langue cible et en discuter, commenter l’actualité économique de leur région ou de la Belgique, suivre un cours avec le partenaire dans la langue cible et discuter des programmes d’études et des cours, ou même faire du shopping. Les étudiants n’utilisent pas les deux langues en même temps, soit ils parlent tous les deux le français, soit le néerlandais, le but du projet étant d’améliorer les compétences et les connaissances en langue cible. Les étudiants se font donc corriger par leur partenaire, qui est locuteur natif de leur langue cible.

33À deux reprises, ils remettent une description et une évaluation de leurs échanges et activités, fin décembre et fin avril. Le premier petit rapport envoyé en décembre permet éventuellement aux professeurs d’intervenir si un des tandems se voit confronté à des problèmes de contact. Fin avril, les étudiants remettent par mail un portfolio numérique avec un calendrier des activités réalisées et les preuves (photos, tickets, captures d’écran), ainsi qu’une liste de ce qu’ils ont appris à tous les niveaux, à savoir le vocabulaire, la grammaire, la prononciation, la culture de l’autre, etc. Ils réalisent également un diaporama PowerPoint ou Prezi qui visualise de manière intéressante les différentes activités réalisées (photos, petite vidéo). Finalement, pendant la soirée de clôture début mai, les étudiants du projet Tandem assistent à la présentation orale du diaporama des meilleurs tandems et ils élisent le tandem d’or.

34Les activités réalisées dans le cadre du projet Tandem font partie de l’évaluation permanente et remplacent une des épreuves orales. Les étudiants qui participent au projet Tandem apprécient beaucoup cette opportunité d’améliorer leurs compétences et ils considèrent ce projet comme un enrichissement personnel, non seulement au niveau de la langue, mais aussi au niveau des connaissances et de la culture en général.

4. Conclusion

35Les cours de français de spécialité occupent une place importante dans le curriculum universitaire de la Faculté d’économie et de gestion de la KU Leuven, avec des cours de français des affaires obligatoires dans les deux premières années et un cours à option supplémentaire en troisième ou quatrième année. En tant que professeurs de langue, nous avons donc décidé d’adopter une approche longitudinale, axée non seulement sur l’acquisition progressive du vocabulaire du français des affaires, mais aussi sur la réactivation du vocabulaire et des combinaisons de mots et sur la mise en contexte progressive.

36Notre approche se veut également communicative et actionnelle. Les situations de communication réalistes visent à préparer les étudiants à la vie professionnelle en milieu bilingue ou francophone et les présentations d’entreprise ainsi que le projet Tandem leur permettent d’acquérir des expériences langagières par projets avec des locuteurs natifs. Finalement, nous adoptons une approche sur corpus, tant pour les exercices de grammaire et de vocabulaire en ligne, que pour l’outil d’aide à la rédaction et de correction assistée. Cette approche longitudinale, communicative, actionnelle et basée sur corpus porte ses fruits, puisqu’il ressort des évaluations d’étudiants qu’ils sont enthousiastes et motivés de suivre les cours de français des affaires.

Haut de page

Bibliographie

Binon Jean, Verlinde Serge, Van Dyck Jan & Bertels Ann (2000), Dictionnaire d’apprentissage du français des affaires, Paris : éditions Didier.

Burston Jack (2008), « BonPatron: An Online Spelling, Grammar, and Expression Checker », CALICO Journal, 25(2), 337-347.

Cordier-Gauthier Corinne & Dion Chantal (2003), « La correction et la révision de l’écrit en français langue seconde : médiation humaine, médiation informatique », Apprentissage des langues et systèmes d’information et de communication, 6(1), 29-43.

Dejean-Thircuir Charlotte & Nissen Elke (2013), « Évolutions technologiques, évolutions didactiques », Le Français dans le monde, Recherches et applications, « Mutations technologiques, nouvelles pratiques sociales et didactique des langues », 54, 28-40.

Demaizière Françoise (2007), « Didactique des langues et TIC : les aides à l’apprentissage », Alsic, 10(1), <http://journals.openedition.org/alsic/220> (13 mars 2018).

Freund Frédérique (2016), « Pratiques d’apprentissage à distance dans une formation hybride en Lansad – Le juste milieu entre contrôle et autonomie », Alsic, 19(2), <http://journals.openedition.org/alsic/2972> (13 mars 2018).

Leacock Claudia, Chodorow Martin, Gamon Michael & Tetreault Joel (2010), Automated Grammatical Error Detection for Language Learners, San Rafael : Morgan & Claypool.

Loiseau Mathieu, Potolia Anthippi & Zourou Katerina (2011), « Communautés Web 2.0 d’apprenants de langue avec parcours d’apprentissage : rôles, pédagogie et rapports au contenu », Actes de la conférence EIAH 2011 : À la recherche des convergences entre les acteurs des EIAH, <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00598762/document> (13 mars 2018).

Mangenot François (2012), « Écrire avec l’ordinateur : du traitement de texte au web social », Le Français dans le monde, Recherches & applications, 51, 107-117.

Nissen Elke (2007), « Quelles aides les formations hybrides en langues proposent-elles à l’apprenant pour favoriser son autonomie ? », Alsic, 10(1), 129-144, <http://alsic.revues.org/617> (13 mars 2018).

Nissen Elke (2014), « Les spécificités des formations hybrides en langues », Alsic, 17, <http://journals.openedition.org/alsic/2773> (13 mars 2018).

Rymenams Sara, Verlinde Serge, Marx Steven, Rosselle Mieke & Gerard Laetitia (2012), « SOS français : conception et évaluation d’un didacticiel d’aide à la rédaction interactif », F. Neveu (dir.), Actes du 3e Congrès mondial de linguistique française (CMLF), Lyon, 377-393, <https://doi.org/10.1051/shsconf/20120100182> (13 mars 2018).

Verlinde Serge, Folon Jacques, Binon Jean & Van Dyck Jan (2003), Dictionnaire contextuel du français économique (DICOFE), tome A : L’entreprise, tome B : Le commerce, tome C : Les finances, tome 4 : L’emploi, Anvers : Garant.

Verlinde Serge, Nouwen Nathalie, Eggermont Carmen, Slootmaekers An, Ostyn Stéphane & Bertels Ann (2016), « Le tuteur automatisé PAZAPA », communication présentée au Congrès mondial de la Fédération internationale des professeurs de français (FIPF), Université de Liège, Liège.

Haut de page

Notes

1 <https://ilt.kuleuven.be/PAZAPA_extern> (13 mars 2018) : ce site est en accès libre et permet à des utilisateurs non-KU Leuven d’accéder aux exercices de grammaire. Il suffit d’introduire un identifiant au choix (p. ex. abc123) lors de la première connexion pour récupérer ses données lors d’une prochaine connexion.

2 Les étudiants en droit, par exemple, retrouveront le vocabulaire juridique de base (avocat, procès, cour d’assises…).

3 <www.lepointdufle.net/ressources_fle/exercices_de_grammaire.htm> (13 mars 2018).

4 <www.bienecrire.org/exo_grammaire.php> (13 mars 2018).

5 <https://ilt.kuleuven.be/inlato/> (13 mars 2018).

6 <www.antidote.info> (13 mars 2018).

7 <www.cordial.fr> (13 mars 2018).

8 <www.bonpatron.com> (13 mars 2018).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. – DICOFE tome B Le commerce : exemple d’une page paire.
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/4729/img-1.png
Fichier image/png, 538k
Titre Figure 2. – DICOFE tome B Le commerce : exemple d’une page impaire.
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/4729/img-2.png
Fichier image/png, 558k
Titre Figure 3. – PAZAPA : composantes de l’environnement d’apprentissage.
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/4729/img-3.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 4. – PAZAPA : tableau de bord des exercices de grammaire.
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/4729/img-4.png
Fichier image/png, 1021k
Titre Figure 5. – INLATO : première étape de la correction assistée : mots.
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/4729/img-5.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Figure 6. – INLATO : étapes 4 et 5 de la correction assistée : nom et verbe.
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/4729/img-6.png
Fichier image/png, 3,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ann Bertels, « Une approche longitudinale pour l’enseignement du français des affaires », ILCEA [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/ilcea/4729

Haut de page

Auteur

Ann Bertels

KU Leuven, ILT (Belgique)
ann.bertels@kuleuven.be

Haut de page

Droits d’auteur

© ILCEA

Haut de page
  • OpenEdition Journals