Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

AccueilAppels à contributionAppels clos41 / 2020 - Les métamorphoses du ...

41 / 2020 - Les métamorphoses du travail : innovation / régression

Appel à contribution pour le numéro 41 de la revue ILCEA.
Christian Leblond (Université Grenoble Alpes)

La revue ILCEA de l’Université Grenoble Alpes consacrera son numéro 41 (mise en ligne novembre 2020) au thème des métamorphoses du travail en inscrivant délibérément la réflexion dans un ensemble de champs pluridisciplinaires. La formule « métamorphoses du travail » est empruntée à l’économiste français André Gorz, pionnier d’une réflexion sur la condition du travailleur au vingtième siècle.

Selon Gorz, le caractère aliénant du travail s’est accéléré à partir des années 1970, ce qui l’amène à questionner le thème de la libération du travail par la transformation sociale dans une société post-industrielle voire post-capitaliste. Le thème de la « libération par le travail » cède alors la place, dans une vision éco-socialiste, marquée par l’objectif d’une réduction massive de la durée du travail, au projet utopique d’un dépérissement de la valeur-travail, d’une « sortie du travail » et donc d’une ré-écriture presque ontologique de l’identité du travailleur.

Le sous-titre que nous proposons à la réflexion, « innovation – régression » appelle à une mise à jour de la réflexion sur le travail à l’heure où l’économie mondiale a subi en quelques décennies des mutations d’une ampleur sans précédent. Le Fordisme continentalisé régi par la logique des blocs et dominé à l’Ouest par le consensus keynésien a vécu. Un type d’organisation du travail inspiré par la Grande Dépression et la Guerre Froide a cédé la place un univers déroutant, un « mondial sans territoire » (Wladimir Andreff) dans lequel des firmes déterritorialisées orchestrent une circulation des biens intermédiaires et des biens de consommation, dissociant dangereusement les travailleurs et les consommateurs.

Mais l’innovation n’affecte pas que les flux de marchandises sur une planète devenue « plate ». Sans négliger le rôle emblématique des porte-conteneurs géants qui sillonnent les océans, les évolutions technologiques dans le champ de l’information et de la communication ont ouvert la voie à une économie de la connaissance, des produits immatériels issus du travail cognitif, et à terme à une humanité en mutation où l’homo economicus est peu à peu supplanté par un homo numericus (Beretti) en construction, tandis que se profile déjà la lointaine notion d’une humanité augmentée par l’apport des innovations numériques.

Les avancées indéniables de l’informatique sous-tendent à la fois les produits (l’emblématique smartphone) mais aussi les structures des nouveaux marchés de biens et de capitaux, qui dépendent des cotations électroniques à la milliseconde ou d’innovations de plus en plus complexes et opaques comme les produits financiers dérivés, sans parler de la technologie blockchain.

Mais ces innovations affectent aussi le marché du travail avec des effets très contrastés. Certains souligneront le fait que les innovations techniques et économiques ont permis une Grande Transformation (au sens de Polianyi) du capitalisme mondial qui a sorti de la pauvreté des dizaines de millions de travailleurs en Inde et en Chine, en induisant des transformations somme toute assez marginales dans les pays riches (Philippe Askenazy). D’autres soutiendront que nous vivons les dernières heures du modèle libéral occidental avec la fin programmée du salariat qui commence par les contrats dit « zéro heure » et finit – pour simplifier – par une « ubérisation » généralisée.

Si les nouvelles technologies de l’information et de la communication permettent une désintermédiation heureuse, alors se dessine un monde d’auto-entrepreneurs prospères sortis de la condition du prolétaire, de start-ups agiles, acteurs émancipés d’une économie collaborative plus que concurrentielle, voire d’une économie « solidaire et sociale ». Mais on peut redouter que l’évolution des techniques et des pratiques, sur la base d’une dérégulation mondiale, transforme la main-d’oeuvre des pays industrialisés en travailleurs pauves (working poor – par opposition avec les chômeurs indemnisés), en les mettant en concurrence avec la vaste « armée de réserve » des chômeurs de la planète – pour reprendre un lexique marxiste.

Nous appelons donc à des contributions pour ce numéro de la revue ILCEA qui apportent sur les métamorphoses du travail leur éclairage technique, ergonomique, juridique, économique, historique, géographique et interculturel dans un esprit d’ouverture pluridisciplinaire. Les champs ouverts sont donc très larges et la profondeur historique des contributions peut être très variable. Il est possible d’adopter le cadre européen du vingtième siècle, pour se demander ce qui reste actuellement de la distinction entre le capitalisme rhénan ordo-libéral et le capitalisme anglo-saxon. Mais on peut également rechercher des définitions éclairantes du libéralisme dans un cadre cultuel plus éloigné dans le temps et dans l’espace, comme le monde arabe médiéval, le Japon de l’ère Meiji ou la Chine millénaire.

Néanmoins, pour conférer à ce recueil d’article sur les métamorphoses du travail une cohérence de projet intellectuel, il nous semble indispensable de ne pas séparer la description des mutations que nous sommes en train de vivre d’une réflexion articulée sur la problématique innovation/régression, dans la continuité du débat entre l’héritage libéral des Lumières et les traditions plus critiques de ce qui constitue la modernité.

Les propositions sont à présenter brièvement sous la forme d’un texte de 5 000 signes environ en français ou en anglais et à envoyer à l’adresse suivante : Christian.Leblond@univ-grenoble-alpes.fr accompagnée d’une notice biographique et d’un bref CV de l’auteur avant le 15 février 2019 – délai de rigueur.

  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search