Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

42 / 2021 - Le « politiquement correct » : tabous, normes, transgressions

Date limite d’envoi des propositions de contribution (500 mots) : 1er juin 2019

Ce numéro est coordonné par Dominique Dias, Marie-Laure Durand et Emmanuelle Prak-Derrington.

La revue électronique ILCEA mettra en ligne son numéro 42 en janvier 2021, co-dirigé par Dominique Dias (Université Grenoble Alpes), Marie-Laure Durand (Université Paul Valéry Montpellier 3) et Emmanuelle Prak-Derrington (ENS Lyon). Celui-ci sera consacré au « politiquement correct ».

  • 1 Wolinski, 1996.
  • 2 Mot d’ordre de fin d’année de la Fondation 30 millions d’amis (2007, https://www.30millionsdamis.fr (...)

L’expression « politiquement correct » est dérivée de l’anglais américain Political Correctness (PC) ou politically correct. Utilisée massivement par les mouvements contestataires à partir des années 1960 aux États-Unis, importée en Europe dans les années 1990 (Wirthgen, 1999 ; Appignanesi, 1994), elle a acquis aujourd’hui le statut de formule (Krieg-Planque, 2009), et se décline en « écologiquement correct », « sexuellement correct »1, voire « animalement correct »2, etc. Contrairement à ses avatars, qui renvoient avant tout à des normes de comportements au sein des domaines spécifiés par l’adverbe (l’écologie, la sexualité, etc.), la formule « politiquement correct », traduite parfois en français par « rectitude politique » (Boulanger, 2000 : 308) renvoie d’abord à une rectitude langagière : « se dit d’un discours, d’un comportement d’où est exclu tout ce qui pourrait desservir socialement un groupe minoritaire » (Nouveau Petit Robert 2001, s.vcorrect). On constate un net clivage dans son utilisation : d’un côté, les défenseurs du PC qui promeuvent les formes d’interventionnisme dans la langue comme autant de manières de visibiliser et de valoriser des groupes perçus comme sous-représentés ou discriminés (« personne en situation de handicap » au lieu de « handicapé ») ; de l’autre côté, ses détracteurs, qui voient dans le PC au mieux une forme de langue de bois bien-pensante ou de « néoconformisme », au pire une tentative de manipulation et de désinformation (Volkoff, 2001 : 50) (« les dommages collatéraux » pour désigner les victimes civiles dans le langage militaire).

Ce clivage se retrouve dans toutes les manifestations du PC, et a pu être décrit comme « le visage de Janus du PC » (Schafroth, 2010) : une face négative, qui frappe d’interdit certaines formes verbales, considérées comme inadéquates ou idéologiquement intolérables ; une face positive, qui produit de nouvelles formes (périphrases, néologismes, euphémismes, etc.) plus aptes à rendre visibles les droits de minorités linguistiquement peu perceptibles (Schafroth, 2010 : 101). En France, l’actuelle polémique autour de l’écriture inclusive, fournit sans doute l’exemple le plus visible de ce caractère bifrons. Le PC met en œuvre une sorte de purisme sociétal, qui vient bien souvent s’inscrire en faux contre le purisme de la langue (sur la langue et le purisme, voir Paveau/Rosier, 2008).

Le PC apparaît difficile à théoriser : ce n’est pas un concept linguistique (Kilian et al, 2010 ; Wierlemann, 2002), mais il porte bel et bien sur des discours et des usages langagiers. La notion, bien que complexe et multiforme, nous confronte cependant toujours à la fonction considérée comme essentielle du langage, celle de dénoter le monde, la société, de transmettre des informations : la fonction référentielle. Ainsi, ce que l’on range commodément sous cette étiquette socio-historiquement datée s’inscrit dans le prolongement de phénomènes bien plus anciens, qui tous ressortissent à la problématique de la désignation : le recours aux métaphores, aux euphémismes, aux emprunts, aux périphrases, etc. Le PC nous renvoie à la dialectique plus ancienne de la tabouisation et de son contournement, c’est-à-dire l’euphémisation (Uria, 1997 ; Reutner, 2009), le terme étant proposé par Reutner comme étiquette générique pour toutes les formes de contournement du tabou verbal. Au fil des époques, on assiste à un déplacement et à une reconfiguration des normes. Certaines périodes, plus que d’autres, cristallisent les passions sur la langue et favorisent la tabouisation : on peut penser par exemple au courant de la préciosité à l’âge baroque.

Les contributions pourront porter, entre autres, sur les aspects suivants liés à la pratique du PC.

  • Les différentes formes d’interdits culturels et sociaux qui ont pris la forme d’interdits verbaux (voir Reutner, 2009) et la propriété du langage à ne pas exprimer les choses « directement » (Weinrich, 1970). L’interdit dont sont frappées certaines dénominations et l’instauration prescriptive de nouvelles désignations imposent des parcours référentiels susceptibles de modifier la conception et la perception du réel.

  • On pourra par conséquent s’interroger sur la façon dont le PC, en instaurant de nouvelles normes linguistiques, prétend modifier les normes sociétales. Quand cette modification est motivée par une volonté délibérée de tromper et de masquer, le PC s’inscrit alors dans la problématique du doublespeak (Lutz, 1989 : 6).

  • Enfin, la transgression du tabou conduit à poser la question du politiquement incorrect. Qu’elle prenne la forme d’écarts discursifs ou bien qu’elle soit réalisée sur le mode de l’humour, cette transgression peut être à la fois perçue comme une libération dangereuse de la parole ou comme l’expression d’une nécessaire impertinence.

L’objectif de ce numéro est de montrer les limites de l’étiquette PC, et de poser la question du tabou, des normes linguistiques et de leur transgression. Les approches contrastives et/ou transdisciplinaires seront les bienvenues.

Date limite d’envoi des propositions de contribution (500 mots) : 1er juin 2019
Coordination :
Dominique Dias : dominique.dias[at]univ-grenoble-alpes.fr
Marie-Laure Durand : marie-laure.durand[at]univ-montp3.fr
Emmanuelle Prak-Derrington : emmanuelle.prak-derrington[at]ens-lyon.fr

Bibliographie

Appignanesi Lisa (1994), « Liberté, Egalité, Fraternité: PC and the French », S. Dunant (dir.), The War of Words: The Political Correctness Debate, Londres : Virago.

Boulanger Jean-Claude (1986), Aspects de l’interdiction dans la lexicographie française contemporaine, Tübingen : Niemeyer.

Dieckmann Walther (2006), « Sprachkritik – ein Haus mit vielen Wohnungen. Spielarten wortbezogener Sprachkritik », Der Deutschunterricht, H. 5, p. 17-26.

Gauger Hans-Martin (1995), Über Sprache und Stil, Munich : Beck.

Janich Nina (2005), « Sprachkultur und Sprachkultiviertheit – ein methodisch-kulturalistischer Theorieentwurf », Aptum. Zeitschrift für Sprachkritik und Sprachkultur, 1. Jg., H. 1, p. 14-38.

Kilian Jörg, Niehr Thomas & Schiewe Jürgen (2010), Sprachkritik. Ansätze und Methoden der kritischen Sprachberatung, Berlin, New-York : De Gruyter.

Krieg-Planque Alice (2009), La notion de « formule » en analyse du discours : cadre théorique et méthodologique, Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté.

Lutz William (1996), The New Doublespeak: why no one knows what anyone’s saying anymore, New York : Harper Collins.

Paveau Marie-Anne, Rosier Laurence (2008), La langue française : passions et polémiques, Paris : Vuibert.

Reutner Ursula, Schafroth Elmar (dir.) (2012), Political Correctness. Aspects politiques, sociaux, littéraires et médiatiques de la censure linguistique, Francfort-sur-le-Main : Peter Lang.

Reutner Ursula (2009), Sprache und Tabu. Interpretationen zu französischen und italienischen Euphemismen, Tübingen : Niemeyer.

Schafroth Elmar (2010), « Die Janusköpfigkeit der Political Correctness. Dargestellt am Beispiel der sprachlichen Feminisierung in Quebec und Frankreich und an anderen Phänomenen », Zeitschrift für Kanada-Studien 30.2, p. 101-124.

Uría Varela Javier (1997), Tabú y eufemismo en latín, Amsterdam : A.M. Hakkert.

Volkoff Vladimir (2001), Manuel du politiquement correct, Monaco : Editions du Rocher.

Von Polenz Peter (1973), « Sprachkritik und Sprachnormenkritik », G. Nickel (dir.) Angewandte Sprachwissenschaft und Deutschunterricht, Munich : Hueber, p. 118-167.

Weinrich Harald (1970), Linguistik der Lüge. Kann Sprache die Gedanken verbergen? Heidelberg : L. Schneider.

Weinrich Harald (2014), Linguistique du mensonge, Traduit par Hélène Lucas, Limoges : Lambert-Lucas.

Wierlemann Sabine (2002), Political Correctness in den USA und in Deutschland, Berlin : E. Schmidt.

Wirthgen Andrea (1999), « Political Correctness. Die „korrigierte“ Sprache und ihre Folgen », Linguistik Server Essen (LINSE), [En ligne] http://www.linse.uni-due.de/linse/esel/pdf/pol_correct.pdf

Haut de page

Notes

1 Wolinski, 1996.

2 Mot d’ordre de fin d’année de la Fondation 30 millions d’amis (2007, https://www.30millionsdamis.fr/actualites/article/206-animalement-correct/).

Haut de page
  • OpenEdition Journals