Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

43 / 2021 - Écritures nomades dans l’espace hispanophone contemporain

Date limite d’envoi des propositions : 4 mai 2019

La revue ILCEA de l’Université Grenoble Alpes (https://journals.openedition.org/ilcea/) consacrera son numéro 43 au thème des écritures nomades dans la littérature contemporaine de langue espagnole.

De tout temps, les créateurs et/ou leurs créations ont circulé, mais notre post-modernité a accéléré ces processus, instaurant la figure de l’écrivain nomade, qui se déterritorialise et/ou se reterritorialise constamment, dont les sujets d’écriture sont de plus en plus décentrés, où la dimension locale, régionale ou nationale est estompée ou brouillée. Les questions d’appartenance se complexifient au point que cette notion est devenue, plus que jamais, plurivoque. Dans le monde hispanique, les exemples se multiplient : Andrés Neuman, écrivain « hispano-argentin » ; Fernanda Trías ou Karla Suárez, écrivaines « uruguayenne » et « cubaine » respectivement, mais ayant de fait vécu plus de temps ailleurs (États-Unis, France, Colombie pour la première; Italie, France et Portugal pour la seconde) ; la jeune écrivaine mexicaine Valeria Luiselli, établie à New York et publiant en Espagne, ou le mexicain Juan Villoro, vivant entre Barcelone et Mexico…

Ce numéro souhaite offrir un regard sur ce phénomène, qui travaille en profondeur toute la création contemporaine1. Les contributions permettront d'éclairer les différentes déclinaisons du nomadisme circonscrit ici au fait littéraire. En effet, le nomadisme pose de nombreuses questions visant l'ensemble de l'arc herméneutique. Ainsi, on le retrouvera lié aux conditions de création d'une œuvre et reflété dans la diégèse de manières diverses. Le nomadisme peut également, à l'ère des nouvelles technologies, se décliner sous la forme de la déterritorialisation par rapport à ce qui était l'espace privilégié des œuvres, à savoir le livre imprimé : blogs, revues littéraires en ligne ou des façons plus extrêmes de faire de la littérature, comme des écrits hyper brefs sous forme de tweets (cf. l'écrivain mexicain Alberto Chimal) ou le projet « Literatura Huiqui » qui se veut un « espace consacré à la création collective, ouverte et expérimentale »2. Ces nouvelles modalités du fait littéraire mettent en évidence une série de problèmes liés non seulement à la circulation et à la diffusion des œuvres mais aussi à leur réception et à la transgression / reformulation des frontières génériques, etc.

Ce numéro est coordonné par Raúl CAPLÁN et Margarita REMÓN-RAILLARD (ILCEA4, Université Grenoble-Alpes) et Sandra HernÁndez (LCE, Université Lyon2).

Les propositions (en français ou en espagnol) sont à envoyer à l'adresse suivante (raul.caplan@univ-grenoble-alpes.fr (cc. margarita.raillard@univ-grenoble-alpes.fr) et doivent comporter un titre, un résumé d'un maximum de 2 500 caractères (espaces compris), l'affiliation institutionnelle, accompagnée d'un bref curriculum académique de l'auteur.

Les auteurs auront confirmation de l'acceptation de leur proposition fin mai 2019. La date limite de remise des articles est fixée au 30 septembre 2019.

Notes

1 Cf. Zilá Bernard et Norah Dei-Cas Giraldi (éds.), Glossaire des mobilités culturelles, Trans-Atlántico, Literaturas, n°8, Peter Lang, Bruxelles, 2014.

2 http://literaturawiki.org/index.php?title=P%C3%A1gina_principal

Haut de page
  • OpenEdition Journals