Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

AccueilNuméros37Goûts et couleurs dans la civilis...

Goûts et couleurs dans la civilisation arabo-musulmane à travers le ẓarf (raffinement) et les ẓurafā’ (raffinés) : le cas du Muwaššā d’al-Waššā’ (m. 325/937)

Taste and Color in the Arab-Islamic Civilization through ẓarf (Refinement) and ẓurafā’ (Refined): Case Study of Muwaššā d’al-Waššā’ (d. in 325/937)
Ahyaf Sinno

Résumés

Depuis longtemps, l’attention des chercheurs s’est portée dans la civilisation arabo-musulmane sur un mouvement caractérisé par un ensemble d’attitudes dénotant chez ses adeptes (hommes et femmes) beaucoup de subtilité, de délicatesse et de finesse, que le terme ẓarf (raffinement) résume. Cela s’est manifesté, plus particulièrement, à des époques et dans des régions diverses du monde arabo-musulman (Syrie, Iraq, Espagne musulmane, milieux urbains…).

On partira de la langue arabe elle-même afin de cerner les différentes acceptions du ẓarf et en faire ressortir des repères linguistiques, avant de présenter l’auteur et son livre pour en dégager la structure. À la lumière de ces données, on étudiera dans un premier temps l’idéal des raffinés tel qu’il se présente dans le Muwaššā, à travers les notions d’adab, de muruwwa et de ẓarf, puis l’on examinera dans un second temps les manifestations du raffinement dans les domaines qu’ils privilégient.

En effet, l’analyse des textes du Muwaššā, traitant du ẓarf, en émanant, ou utilisés par les ẓurafā’ (raffinés), qu’il s’agisse de poésie ou de prose, permettra de mettre en relief les manifestations du ẓarf, à des niveaux aussi divers que les comportements, les caractéristiques intellectuelles et morales des raffinés, mais aussi les vêtements et les étoffes, la parure, les bijoux et les pierres précieuses, les parfums, ainsi que les aliments et les boissons dont ils faisaient usage.

C’est à travers ces analyses, que l’on pourra mesurer, en particulier, la part des couleurs, des odeurs, et des goûts chez les « raffinés », dans un monde arabo-musulman profondément ancré dans le milieu méditerranéen.

Haut de page

Texte intégral

1Dans l’Islam dit « médiéval », il existe un mouvement culturel caractérisé par un ensemble d’attitudes dénotant beaucoup de subtilité, de délicatesse et de finesse que le terme ẓarf (raffinement) résume. Cela s’est manifesté, plus particulièrement, à des époques et dans des régions diverses du monde arabo-musulman : Baghdad en était le centre, mais avec l’affaiblissement du califat abbasside et la naissance d’États locaux, ayant chacun sa propre capitale, le raffinement n’a pas manqué de s’étendre peu à peu à l’Espagne musulmane, à Alep, à Šīrāz…

  • 1 Al-Waššā’, Kitāb al-Muwaššā, éd. R. E. Brünnow, Leyden, Brill, 1886.
  • 2 Mhammed Ferid Ghazi, « Un groupe social : “Les Raffinés” (Ẓurafā’) », Studia Islamica, no 11, 1959, (...)
  • 3 Ibn al-Waššā’, Das Buch des buntbestickten Kleides, trad. allemande D. Bellmann, Brême, Kiepenheuer (...)
  • 4 Voir J. E. Montgomery, « Ẓarīf », Encyclopédie de l’Islam, 2010, <http://dx.doi.org/10.1163/9789004 (...)

2De bonne heure, l’attention des chercheurs s’est portée sur ce mouvement. C’est à Rudolf Ernst Brünnow (1858-1917) que revient le mérite d’avoir édité, en 1866, le Muwaššā d’al-Waššā’, d’après le manuscrit unique de Leyde1 ; à Mhammed Ferid Ghazi d’avoir publié en 1959, un article de valeur sur les ẓurafā’ (raffinés)2, et à D. Bellmann d’avoir publié en 1984, la première traduction du Muwaššā dans une langue européenne, à savoir l’allemand3. À ces pionniers, on peut ajouter d’autres chercheurs dont les contributions figurent dans les grands ouvrages bibliographiques4.

3En évitant les développements historiques qui ne cadrent pas avec la thématique de ce numéro, on partira de la langue elle-même, pour cerner les différentes acceptions du ẓarf et en dégager des repères linguistiques, puis l’on présentera l’auteur, al-Waššā’, et l’on tentera de faire ressortir le plan-structure de son livre. L’ensemble de ces données préliminaires constituera pour nous un socle sur lequel nous nous fonderons pour établir l’idéal des raffinés tel que présenté par al-Waššā’, puis exposer les manifestations de ce raffinement dans trois domaines : les couleurs, les odeurs, et les goûts en matière d’aliments et de boissons.

1. Préliminaires

4Le ẓarf trouve-t-il son origine linguistique dans l’arabe du désert (ʿarabiyya) ? Quelle est la place occupée par le ẓarf dans la vie et l’œuvre d’al-Waššā’ ? Et qu’en est-il du plan-structure du Muwaššā, ouvrage qu’il consacre à notre sujet.

1.1. Les différentes acceptions du ẓarf dans la ʿarabiyya

5Nous mènerons nos investigations principalement à partir de dix grands dictionnaires :

    • 5 Éd. Mahdī al-Maḫzūmī et Ibrāhīm al-Sāmarrā’ī, Beyrouth, Dār wa maktabat al-hilāl, s.d.

    Al-Ḫalīl b. Aḥmad al-Farāhīdī (m. 175/791), et éventuellement al-Layṯ b. al-Muẓaffar (m. 187/803) : Kitāb al-ʿAyn (vol. VIII, p. 157)5 ;

    • 6 Éd. Muḥammad Ḥasan Āl Yāsīn, Le Caire, ʿĀlam al-kutub, 1414/1994.

    Al-Ṣāḥib Ibn ʿAbbād (m. 385/995) : Al-Muḥīṭ fī-l-luġa (vol. X, p. 23-24)6 ;

    • 7 Éd. Zuhayr ʿAbd al-Muḥsin Sulṭān, 2e éd., Beyrouth, Mu’assasat al-Risāla, 1406/1986.

    Ibn Fāris (m. 395/1004) : Al-Muǧmal (vol. I, p. 604)7 ;

    • 8 Éd. ʿAbd al-Salām Muḥammad Hārūn, Beyrouth, Dār al-Fikr, 1399/1979.

    Idem, Muʿǧam Maqāyīs al-luġa (vol. III, p. 474-475)8 ;

    • 9 Éd. Aḥmad ʿAbd al-Ġafūr al-ʿAṭṭār, 2e éd., Beyrouth, Dār al-ʿilm li-l-malāyīn, 1399/1979.

    Al-Ǧawharī (m. vers 400/1009-1010) : Al-Ṣiḥāḥ, Tāǧ al-luġa wa ṣiḥāḥ al-ʿarabiyya (p. 1398)9 ;

    • 10 Le Caire, Dār al-Kutub al-miṣriyya, 1341/1922-1923.

    Al-Zamaḫšarī (m. 538/1144) : Asās al-Balāġa (vol. II, p. 89)10 ;

    • 11 Baghdad, Publications du ministère de la Culture et de l’Information, Dār al-Rašīd (coll. Al-Maʿāǧi (...)

    Al-Ṣaġānī (m. 650/1252) : Al-ʿUbāb al-zāḫir wa-l-lubāb al-fāḫir (Ḥarf al-Fā’, p. 405-406)11 ;

    • 12 Beyrouth, Dār Ṣādir, Dār Bayrūt, 1388/1968.

    Ibn Manẓūr (m. 711/1311-1312) : Lisān al-ʿarab (vol. IX, p. 228-229)12 ;

    • 13 Le Caire, Al-Hay’a al-Miṣriyya al-ʿĀmma li-l-kitāb, 1399/1979 (reproduction de la 3e édition égypti (...)

    Al-Fīrūzābādī (m. 817/1415) : Al-Qāmūs al-muḥīṭ (vol. III, p. 165)13 ;

    • 14 Éd. Muṣṭafā Ḥiǧāzī, Koweit, Publications du ministère de l’Information (coll. Al-Turāṯ al-ʿarabī), (...)

    Muḥammad Murtaḍā al-Zabīdī (m. 1205/1791) : Tāǧ al-ʿArūs min ǧawāhir al-Qāmūs (vol. XVI, p. 111-114)14.

6L’analyse des articles consacrés à la racine Ẓ R F des sources précédentes fait apparaître quatre significations du terme ẓarf :

  1. La grâce et l’élégance (non pas au sens physique) et la finesse de l’esprit ;

  2. La vivacité d’esprit et l’intelligence ;

  3. L’excellence, la beauté de l’expression et l’éloquence ;

  4. La beauté du visage, de l’aspect.

7Il est possible d’ajouter une acception à particularité géographique : il s’agit de l’habileté, dans l’usage des habitants du Yémen.

8L’analyse permet aussi de relever quelques remarques éclairantes mentionnées dans ces dictionnaires :

    • 15 يُوصَف به الفِتيان الأزوال والزَّولات (Al-ʿAyn). Comp. Kazimirski, Dictionnaire arabe-français, Par (...)

    Le terme ẓarf s’applique à la description de jeunes hommes ou de jeunes femmes adultes qui ont de l’esprit, ou qui sont plaisants, généreux, braves, courageux (Al-Ḫalīl b. Aḥmad, Al-ʿAyn)15. Il est donc impropre d’appliquer ce terme à un šayḫ (vieux) ;

    • 16 Ibid., s.v. C’est nous qui soulignons.
    • 17 Ǧawharī, Siḥāḥ, 1398 ; Saġānī, ʿUbāb, Ḥarf al-Fā’, p. 405-406 (تَظرَّف فُلان إذا تكلّف الظَّرف).
    • 18 Mhammed Ferid Ghazi, ouvr. cité, p. 51.

    La Ve forme verbale taẓarrafa signifie, selon de Dictionnaire de Kazimirski, « vouloir paraître fin ou gracieux, vouloir passer pour spirituel, ingénieux, chercher à briller par l’esprit jusqu’à l’affectation16 ». Ces définitions correspondent, en général, à ce que l’on trouve dans les dictionnaires arabes17. Certes, la Ve forme tafaʿʿala peut indiquer une affectation, mais l’on peut remarquer, dans le Muwaššā l’emploi du terme mutaẓarrif, et de son féminin mutaẓarrifa, sans aucune nuance d’affectation. Ce que l’on y trouve, c’est plutôt l’idée d’une acquisition du ẓarf (comme dans taʿallama = apprendre), ou, selon M. F. Ghazi, faire preuve de ẓarf18 ;

    • 19 Ibn Fāris, Maqāyīs al-luġa, vol. III, p. 475 (وما أحسبُ شيئًا من ذلك من كَلام العَرَب).
    • 20 Notons, toutefois, que le vocable ẓarīf figure déjà dans un commentaire du verset coranique 74, de (...)

    Ibn Fāris écrit dans les Maqāyīs : « Je ne pense que rien de cela [= ce qui a été mentionné dans l’article] ne saurait appartenir à la langue que parlaient les Arabes19. » Il faudra comprendre que, d’après lui, ces significations n’appartiendraient pas à la fuṣḥā, mais seraient du domaine du « muwallad », c’est-à-dire des mots, locutions ou significations introduits dans l’usage, à une époque moderne par rapport à la ʿarabiyya du désert20 ;

    • 21 Zabīdī, Tāǧ al-ʿArūs, vol. XVI, p. 113.

    Zabīdī, dans Tāǧ al-ʿarūs, rapporte une citation intéressante d’un texte d’al-Rāġib al-Iṣfahānī (début ve-xie siècle), où le ẓarf est défini comme un ensemble de qualités psychiques (nafsiyya), corporelles (badaniyya), et extérieures (ḫāriǧiyya)21. Le Muwaššā est de nature à les illustrer.

1.2. Al-Waššā’ et son œuvre

  • 22 Il n’est pas de notre propos d’étudier la vie et l’œuvre d’al-Waššā’. Seules nous intéressent ici l (...)
  • 23 Régis Blachère, Histoire de la littérature arabe des origines à la fin du xve siècle de J.‑C., Pari (...)

9De nombreuses annales et de nombreux ouvrages biographiques généraux ou spécialisés n’ont pas manqué de mentionner notre auteur22. Mais les informations recueillies dans ce genre d’ouvrages ne permettent pas de faire le portait des personnages qui y figurent, car les biographies (tarāǧim), comme l’avait montré Régis Blachère23, sont à base d’anecdotes, de jugements subjectifs, et d’extraits en prose et en vers. Il reste que des annales et des dictionnaires biographiques gardent le silence sur Waššā’ ou font peu de cas de lui, en raison de l’impact faible qu’il a laissé, dans un domaine de la culture (la grammaire) où il s’est essayé, ou bien dans la société de son temps en général.

  • 24 Sur les autres Waššā’, voir : Al-Masʿūdī, Murūǧ al-Ḏahab wa Maʿādin al-Ǧawhar, éd. Barbier de Meyna (...)

10Il n’est pas difficile de découvrir que trois personnes — notre auteur mis à part — ont porté aussi le nom d’al-Waššā’24, ce qui engendrera quelques flottements, ou confusions, dans son nom, son surnom même, ou dans les ouvrages qui lui sont attribués.

  • 25 Ḫaṭīb Baġdādī, ouvr. cité, vol. II, p. 63.
  • 26 Samʿānī, ouvr. cité, vol. XIII, p. 343. Voir aussi Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, vol. XIII, p. 369.
  • 27 Al-Nadīm, ouvr. cité, vol. I, p. 263. Il le classe dans la catégorie des grammairiens et des lexico (...)

11Il s’agit selon toute vraisemblance d’Abū-l-Ṭayyib Muhammad b. Aḥmad b. Isḥāq b. Yaḥyā al-Aʿrābī al-Waššā’, mais avec des variantes comme « Muḥammad b. Isḥāq25 », ou bien « Ibn al-Waššā’26 ». « Al-Aʿrābī » implique qu’il fut d’origine bédouine. Il serait né en 255/869 à Baghdad, ou même avant cette date, et il est mort dans la même ville en 325/937. On le décrit comme un homme de lettres raffiné (ẓarīf), mais aussi comme un grammairien éclectique qui s’est inspiré des deux courants grammaticaux, celui de Baṣra et celui de Kūfa. En effet, parmi ses maîtres, l’on cite deux prestigieux grammairiens : Abū-l-ʿAbbās Ṯaʿlab (m. 291/904) de Kūfa, et Abū-l-ʿAbbās al-Mubarrad (m. 286/900) de Baṣra. Par ailleurs, on s’accorde à dire qu’il a fait de l’enseignement27.

  • 28 À propos de Munya al-Kātiba, et en plus des renvois cités, supra, dans les éléments bio-bibliograph (...)

12Parmi ses disciples, on cite une femme, Munya, la servante de Ḫallāfa, l’épouse du quinzième calife abbasside al-Muʿtaḍiḍ (256-279/872-892). Cette disciple a transmis, d’après son maître al-Waššā’, une tradition attribuée au prophète Muḥammad28.

  • 29 Ibn al-Sāʿī, ouvr. cité, p. 98, Ṣafadī, ouvr. cité, vol. II, p. 32-33 et Yāqūt, ouvr. cité, vol. V, (...)
  • 30 Ramaḍān ʿAbd al-Tawwāb, « Introduction au livre d’al-Waššā’ », Al-Mamdūd wa-l-maqsūr, Le Caire, Mak (...)

13Une liste importante de livres est attribuée à Waššā’ par al-Nadīm dans le Fihrist, et par Qifṭī dans l’Inbāh29. Lorsque l’on essaye d’établir la liste complète des ouvrages d’al-Waššā’, on remarque qu’elle atteint un nombre important (une trentaine)30. Mais cinq livres nous sont parvenus, et ont été publiés.

  • 31 Selon l’ordre alphabétique. Nous signalons ici les éditions utilisées, sauf pour (d) et (e) auxquel (...)

14Ce sont les suivants31 :

    • 32 Éd. Yaḥyā Wahīb al-Ǧabbūrī, 1re éd., Beyrouth, Dār al-Ġarb al-ʾislāmī, 1411/1991.

    Al-Fāḍil fī ṣifat al-’adab al-kāmil32, florilège de 45 chapitres, composé de récits, d’anecdotes, et de textes divers en vers et en prose, caractérisés par la beauté stylistique et la concision ;

    • 33 Éd. Ramaḍān ʿAbd al-Tawwāb, Le Caire, Maktabat al-Ḫānǧī (coll. Rawā’iʿ al-turāṯ al-luġawī), 1979.

    Al-Mamdūd wa-l-maqsūr33, un précis de grammaire sur la question des termes se terminant par « ā » (maqsūr) ou par « ā’ » (mamdūd) ;

  1. Al-Muwaššā dont nous traiterons ci-dessous ;

    • 34 Le Caire, 1900 (impression lithographique). On mentionne une édition de ce livre parue, semble-il, (...)

    Tafrīǧ al-Muhaǧ wa sabab al-wuṣūl ’ilā-l-faraǧ34, sur la dissipation des soucis ;

    • 35 Baghdad, imp. Al-Šābandar, 1332/1913.

    Waṣāyā mulūk al-ʿarab [fī-l-ǧāhiliyya]35, sur les recommandations faites par les hauts personnages arabes.

15Quant au Muwaššā, il a fait l’objet de plusieurs éditions. Selon les données dont nous disposons, il est possible de signaler chronologiquement les éditions suivantes :

    • 36 Al-Waššā’, Kitāb al-Muwaššā, éd. Rudolph E. Brünnow, Leyden, Brill, 1886.

    Leyde, 1886 (1302 H.)36 : l’édition est faite d’après le manuscrit unique de Leyde ; le texte est clair et bien présenté ; il existe des index pour les noms propres et les vers ; les notes et les corrections sont très limitées (p. ix-xiv) ;

    • 37 Al-Waššā’, Kitāb al-Ẓarf wa-l-ẓurafā’, 1re éd. [égyptienne], Le Caire, Muhammad Amīn al-Ḫānǧī, [132 (...)
    • 38 Aḥmad Amīn, « Al-Ẓarf wa-l-ẓurafā’ », Al-Ṯaqāfa, no 4, 24 janvier 1939, p. 7 (note, pour l’édition (...)

    Le Caire, 1907? (1324 H.)37 : l’éditeur a changé le titre de l’ouvrage afin jeter plus de lumière sur le contenu ; l’édition est fondée sur celle de Leyde ; Aḥmad Amīn la qualifie de peu de valeur (waḍīʿa)38 ;

    • 39 Al-Waššā’, Kitāb al-Ẓarf wa-l-ẓurafā’, ʿalā nafaqat Muṣṭafā Fahmī, Le Caire, imp. al-Taqaddum, 1334 (...)

    Le Caire, 1915-1916 (1334 H.)39 : cette édition reprend la précédente ;

    • 40 Al-Waššā’, Kitāb al-Muwaššā aw al-Ẓarf wa-l-ẓurafā’, 2e éd., éd. Kamāl Muṣṭafā, Le Caire, Al-Ḫānǧī, (...)

    Le Caire, 1953 (1372 H.)40 : l’éditeur scientifique se fonde sur les trois éditions précédentes, apporte les corrections nécessaires, et ajoute en bas de page des explications fort utiles ; il ajoute un index des noms propres et une table détaillée des matières, mais mal présentée ;

    • 41 Al-Waššā’, Al-Muwaššā aw al-Ẓarf wa-l-ẓurafā’, Beyrouth, Dār Ṣādir – Dār Bayrūt, 1385/1965.

    Beyrouth, 1965 (1385)41 : le texte est bien présenté, mais les explications en bas de page sont insuffisantes ; les personnes citées dans le corps du texte ne sont pas identifiées ;

    • 42 Al-Waššā’, Al-Ẓarf wa-l-ẓurafā’, 1re éd., éd. Fahmī Saʿd, Beyrouth, ʿĀlam al-kutub, 1407/1986. (Cet (...)

    Beyrouth, 1986 (1407)42 : l’intérêt de cette édition réside surtout dans l’identification des auteurs des citations, et la présentation des personnes mentionnées dans le texte.

Finalement, les éditions (a), (d) et (f) se complètent, mais comme les pages suivantes se fondent essentiellement sur une étude textuelle du Muwaššā, l’intérêt se portera principalement sur (a) et (d). C’est sur cette base que l’on s’efforcera de dégager le plan-structure du livre.

1.3. Plan-structure du Muwaššā43

  • 43 Les renvois au Muwaššā se feront sous la forme abrégée : Muw. Lorsque nous renvoyons aux chapitres, (...)
  • 44 Selon nos normes, on dirait que les parties sont peu équilibrées au niveau du nombre de pages, et n (...)

16À première vue, le plan structure du livre n’est pas assez clair : 55 ou 56 chapitres se succèdent, et la prose rimée dont l’auteur use dans les titres n’est pas de nature à remédier à ce manque de clarté. Le livre se compose, selon l’édition de Leyde de deux parties (ǧuz’) d’inégale longueur44 :

  • 45 Les chapitres 37 et 38 de l’édition de Brünnow constituent un seul chapitre dans l’édition (f). En  (...)

Parties (ǧuz’)

Nombre de chapitres (bāb)

Nombre de pages

1re partie

19 (chap. 1 à 19)

83 (7-89)

2e partie

37 (chap. 20 à 56)45

102 (92-193)

17On peut dégager de la succession des chapitres de la première partie trois axes principaux :

— Axe I (chap. 1-9) : il porte sur l’adab.

— Axe II (chap. 10-13) : il porte sur la muruwwa.

— Axe III (chap. 14-19) : il porte sur le raffinement (ẓarf), l’amour (ḥubb, ʿišq), et l’amour passion (hawā).

  • 46 À la manière de Ǧāḥiẓ (m. 255/868), Buḫalā’, éd. Ṭāha al-Ḥāǧirī, Le Caire, Dār al-Maʿārif (coll. Ḏa (...)
  • 47 En réalité, l’auteur traite dans ce chapitre de questions opposées : fidélité et infidélité masculi (...)

18Quant à la deuxième partie, elle commence par une préface concise (p. 91, éd. Brünnow), où l’auteur essaye d’établir un lien entre les deux parties du livre. Dans la première partie, nous dit l’auteur, on trouve « un choix de ce qu’il y a de meilleur dans les branches de l’adab [ici culture] » (ašyā’ min ʿuyūn funūn al-adab), et plusieurs chapitres où règne le sérieux (ǧidd) ; cependant, dans la deuxième partie, il mélangera le sérieux et l’amusant (hazl) : ce sera là un repos (tarwīḥ) pour l’esprit du lecteur46. Par ailleurs, la première partie s’est achevée par le chapitre 19 qui traite des femmes fidèles (al-wafiyyāt min al-nisā’)47, alors que la deuxième commencera, au chapitre 20 (p. 92, éd. Brünnow), par le contraire c’est-à-dire les femmes esclaves infidèles (ḏawāt al-ġadr min al-imā’). L’auteur se propose ainsi comme il l’affirme à la fin de sa préface, de joindre ce qui se ressemble, et de séparer celui-ci de ce qui lui est différent.

19De cette deuxième partie, trois axes peuvent aussi être dégagés.

— Axe I (chap. 20-22) : il porte sur les méfaits des femmes esclaves (chap. 20), sur la rupture de la relation amoureuse en cas d’infidélité (chap. 21), et comporte une invitation à s’abstenir de s’engager dans l’amour passion pour ne pas s’exposer à des conséquences douloureuses (chap. 22). C’est là, donc, une contrepartie de ce qui a été traité dans le chapitre final de la première partie.

  • 48 Dans cet axe, on ne saurait traduire le mot ziyy par costume ; comp. les titres des chap. 23-30.

— Axe II (chap. 23-35) : il porte sur la manière de faire (ziyy)48 des raffinés (ẓurafā’).

  • D’abord, leur manière de faire dans la tenue vestimentaire (vêtements, souliers, bagues et chatons, parfums chez l’homme (chap. 23-26), puis les différences dans ce domaine chez les femmes par rapport aux hommes (chap. 27-28) ;

  • ensuite, leur manière de faire dans la nourriture et les boissons (chap. 29-30) ;

  • puis, leur manière de faire dans les cadeaux : ce qu’il faut éviter d’offrir pour raison de superstition (taṭayyur, le fait de tirer mauvais augure de quelque chose), et ce qui est recommandé d’offrir, spécialement des roses et des pommes (chap. 31-33) ;

  • puis, leur manière de faire pour se nettoyer les dents (chap. 34) ;

  • et enfin, un chapitre vient clôturer cet axe en exposant des manières de faire et des comportements qui n’ont pas été signalés auparavant (chap. 35).

— Axe III : il s’agit ici d’un florilège de textes empruntés ou produits par les raffinés (ẓurafā’) (chap. 36-56). Deux rubriques peuvent être dégagées :

  • 1re rubrique (chap. 36-39) : elle regroupe des textes de correspondance (mukātabāt), dont des textes de reproches mutuels (muʿātabāt) (chap. 36). Une bonne part est consacrée à la correspondance poétique (lettres en vers) qui sacrifient à la manière classique de rédiger des lettres en prose quant aux formules utilisées (les salutations, la formule ammā baʿd = après, l’indication du destinateur et du destinataire…) (chap. 36-39).

  • 2e rubrique (chap. 40-56) : dans cette rubrique figurent de petits textes (maximes, phrases…) écrits ou gravés sur des objets et dans des endroits divers ; il y a souvent un rapport entre le texte et l’endroit en question. L’auteur leur consacre un grand nombre de chapitres, mais de modeste étendue. Sans vouloir être exhaustif, on peut en proposer la classification suivante, selon l’objet ou l’endroit :

  – pour les femmes en particulier, sans exclure les hommes : les membres ou les parties du corps, comme le front et joue (chap. 50), la paume et le pied (chap. 49) ; les vêtements : les manches, le bas des tuniques, les bordures des robes (chap. 42), les bandeaux (chap. 43), les ceintures et les mouchoirs ou les serviettes (chap. 44) ; les chaussures (chap. 48) ; les bijoux, et spécialement le chaton d’une bague (chap. 40) ;

  – la maison et les meubles : le salon et les portes (chap. 47) ; les meubles et ce qui sert à garnir la maison : coussins, rideaux, tapis (chap. 45), lits, lits d’apparat et moustiquaires (chap. 46) ;

  – les récipients et les ustensiles : bouteilles, coupes à boire, tasses… (chap. 52-53) ; plateaux où l’on arrange les fleurs, et notamment les roses et le jasmin (chap. 51) ;

  – les instruments de musique : luth, tambour, tambourin, flûte, hautbois (surnāyāt)… (chap. 54) ;

  – des objets divers : les pommes en particulier (chap. 41, 51) ; le calame (roseau taillé pour écrire, chap. 55) ; la monnaie métallique : dirhams et dinars (chap. 56)…

  • 49 Ces versets et traditions ont été recensés par Fahmī Saʿd, dans les index du Muwaššā, édition de Be (...)

Dans ces deux rubriques, les textes sources de Waššā’ sont de petits récits ou des textes littéraires en prose, mais le plus souvent des pièces de poésie assez courtes, mais parfois développées. Il est intéressant de noter qu’il a eu recours à sept passages coraniques qui viennent renforcer certains comportements ou certaines attitudes (la modestie, la patience, par exemple), ainsi qu’à 36 passages de la tradition islamique qui s’inscrivent dans le cadre de l’adab au sens d’éthique ou d’étiquette (prendre soin de son hygiène dentaire, s’abstenir de manger dans les souks, garder le secret…)49.

20C’est à la lumière des données préliminaires qui ont précédé, que nous allons traiter de l’idéal des raffinés (ẓurafā’) tel qu’il se présente dans le Muwaššā.

2. L’idéal des raffinés (ẓurafā’) d’après le Muwaššā

21Cet idéal est fondé sur trois notions que résument les termes : adab, muruwwa et ẓarf. Quelles en sont les composantes d’après le Muwaššā ?

2.1. Adab (chap. 1-9)

22Notons d’abord que la démarche suivie dans cet axe est assez normative et didactique. L’analyse du lexique est révélatrice à ce propos :

  • Yaǧib = il faut (titre du chap. 1).

  • Nahy = interdire, défendre, prohiber (titres des chap. 2, 8 et 9).

  • Amr = ordonner (titres des chap. 3 et 9).

  • Ḥaṯṯ = Inciter (titre du chap. 4).

  • Iġrā’ ʿalā = inspirer un désir, exciter à (titre du chap. 4).

  • Raġba = désir ardent (titre du chap. 4).

Les deux derniers termes sont moins « forts » que les précédents. Dans l’axe de la muruwwa, on remarque une seule incitation (ḥaṯṯ, dans le titre du chap. 13), alors que, dans l’axe du ẓarf, les titres des chapitres sont narratifs ou descriptifs.

23Pour ce qui est de l’adab, on voit bien dès la préface du livre, que l’auteur insiste sur la relation étroite qui existe entre le ẓarf, la muruwwa et l’adab. L’adab est utilisé dans deux sens : un sens moral et le sens de bonnes manières, d’étiquette réglant les bonnes manières. Il implique un certain nombre de comportements à adopter ou à condamner. Des comportements à adopter : bien choisir ses amis (iḫwān), se montrer accueillant à leur égard, leur tenir compagnie (ṣuhba), les entourer d’affection (maḥabba) surtout s’ils sont intègres sur le plan religieux, et éviter tout différend avec eux. En contrepartie, il est nécessaire de se soustraire, avec ses amis, à certains écueils : les badineries, les plaisanteries et le manque de réserve (mumāzaḥa, mufākaha, tabaḏḏul) ; l’amitié exagérée que l’on peut vouer à quelqu’un ; les visites sans intervalles que l’on fait à ses amis…

24Il reste que cet adab peut être acquis (taʿallum) principalement dans la compagnie de personnes douées de la qualité d’adab, mais aussi en se cultivant grâce à la lecture, et la transmission des récits et des vers utiles à cet effet. L’attitude à respecter par l’apprenant consiste à prendre la parole quand il faut ; il répondra aux questions qu’on lui pose, puis gardera le silence jusqu’à ce que l’occasion se présente de nouveau.

25Pour al-Waššā’, l’adab est en relation étroite avec la muruwwa.

2.2. Muruwwa, ou murū’a (chap. 10-13)

  • 50 Pour l’époque qui nous intéresse, le terme futuwwa s’applique aux vertus du jeune homme, fatā ; com (...)
  • 51 Il est aisé de constater que le concept de muruwwa avait évolué du temps de Waššā’. Régis Blachère (...)

26Cette relation étroite entre l’adab et la muruwwa fait de celle-ci un pilier sur lequel prennent appui les udabbā’, et le fondement même du ẓarf et de la futuwwa50. En effet, la muruwwa est une condition nécessaire de l’adab, ce qui n’est pas le cas de l’adab pour la muruwwa. Celle-ci exige en elle-même des qualités essentielles, comme l’intégrité religieuse (ṣalāḥ al-dīn), la bonne moralité (ḥusn al-ḫuluq), la générosité (saḫā’ al-nafs), l’endurance (al-ṣabr), le sérieux (razāna) en société, s’abstenir de nuire aux gens et passer outre leurs fautes (al-ʿiffa ʿan al-nās wa-l-taǧāwuz ʿanhum)51 (chap. 10).

27Waššā’ insiste particulièrement, pour ce qui est de l’adab et de la muruwwa, sur la sincérité (ṣidq), car le mensonge y est considéré comme une honte (ʿār) (chap. 11). Il incite à respecter son propre engagement (wafā’ bi-l-ʿahd), et à garder le secret (chap. 12-13).

28Bref, l’auteur, comme il le précise, a traité de l’adab et de la muruwwa, car il incombera au raffiné (ẓarīf) de les mettre en pratique (p. 50).

2.3. Ẓarf (chap. 14-19)

29L’auteur consacre au ẓarf en soi un chapitre relativement long (p. 51-82). Les chapitres qui lui font suite sont consacrés à l’amour passion (ḥubb, hawā). Nous verrons un peu plus loin la relation étroite entre les chapitres constituant ce troisième axe d’une part, et les deux axes précédents de l’autre (adab et muruwwa).

  • 52 À ce propos, voir les paroles attribuées à ʿUmar b. al-Ḫaṭṭāb, p. 52.

30D’après Waššā’, le pilier (ʿimād) du raffinement (ẓarf) pour les raffinés (ẓurafā’), les hommes de savoir (ahl al-maʿrifa), et les udabā’ réside dans quatre éléments : la sollicitude envers son voisin (ḥifẓ al-ǧiwār) ; défendre ses propres droits et ceux d’autrui, et s’acquitter intégralement de ses obligations (al-wafā’ bi-l-ḏimār) ; se détourner de l’opprobre et de l’ignominie (al-anafa min al-ʿār) ; enfin, s’efforcer de ne pas commettre de faute ou de péché (ṭalab al-salāma min al-awzār). D’après une autre énumération, nul ne saurait être ẓarīf s’il ne réunit en sa personne les quatre qualités suivantes : la pureté de la langue (faṣāḥa), l’éloquence (balāġa)52, la chasteté (ʿiffa) qui consiste à s’abstenir des plaisirs charnels illicites, et la pureté d’âme et de mœurs (nazāha) (p. 51, fine).

  • 53 "الظَّريف الذي قد تأدّب وأَخَذ من كلّ العُلوم فصارَ وِعاءً لها، فهو ظريف". (p. 52)

31D’autres éléments sont mentionnés çà et là, comme la douceur du caractère (riqqat al-ṭabʿ). On tombe aussi sur une définition du ẓarīf qui a recours à l’étymologie : « Le raffiné (ẓarīf) est celui qui a acquis la culture nécessaire (ta’addaba), et qui a puisé des connaissances dans toutes les disciplines ; il en devient le récipient (wiʿā’ [= ẓarf]) ; c’est alors qu’il est qualifié de (ẓarīf)53. » (p. 52) Une autre liste ne manque pas d’attirer l’attention ; quatre qualités viennent aussi fonder le ẓarf : la pudeur (ayā’), la générosité (karam), la chasteté (ʿiffa) et le scrupule pieux (waraʿ) ; certes, la générosité et la chasteté se répètent, la pudeur peut cadrer avec la chasteté, mais le scrupule pieux est du domaine de la stricte religion, et il est en rapport direct avec la crainte révérencielle de Dieu (taqwā) (p. 52).

32De ces énumérations, on peut extraire un ensemble d’exigences qui caractérisent le raffiné (ẓarīf) : d’abord des exigences au niveau de la personne (qualités religieuses, morales, intellectuelles, physiques…), ensuite des exigences dans la relation du ẓarīf à autrui. Le ẓarīf se trouve ainsi entouré de toutes les garanties d’intégrité possibles, ce qui pousse Waššā’ à faire du ẓarf « la [vertu] la plus noble dont font usage les hommes de savoir (ʿulamā’), [vertu] que convoitent les udabā’, et dont ils se parent et s’embellissent chez leurs amis intimes ». Toutefois Waššā’ fait remarquer qu’il existe deux sortes de ẓarf : un ẓarf inné qui répond à une disposition naturelle (maṭbūʿ), et un ẓarf acquis par apprentissage, à la suite d’un effort soutenu (p. 58-59).

33Dans le même chapitre traitant du ẓarf, Waššā’ consacre plusieurs développements à l’amour passion, et notamment à la passion que l’on peut éprouver et ce qu’elle a de positif (p. 55, § 2-60), ainsi qu’aux signes de l’amour par lesquels on reconnaît un amoureux (p. 65, lig. 3 fine ; p. 66, lig. 2). Ensuite, il nous fournit une liste des grands amoureux chez les Arabes (p. 68-69), et rapporte de nombreux récits et pièces de poésie relatifs à l’amour et aux amoureux.

34Une question se pose : pourquoi Waššā’ traite-il de l’amour dans l’axe du ẓarf ? Selon toute probabilité, c’est en raison de la relation qui existe, chez les ẓurafā’, entre l’amour passion et la chasteté, cette dernière étant un élément essentiel du ẓarf, comme nous venons de le voir. Aussi, les chapitres suivants du même axe, celui du ẓarf, vont traiter de l’amour passion en soi et de sa relation avec la chasteté. Dans ces chapitres (15 à 19), les points suivants sont examinés :

  • D’abord (chap. 15), il est question de ceux qui sont consumés par l’amour ardent (waǧd) ou qui meurent en raison du manque (faqd) qu’ils éprouvent à la suite de l’absence de l’être aimé. Une situation pénible pareille peut mener les amants à mourir ensemble (p. 80), ou aboutir au suicide (p. 83-85).

  • Ensuite (chap. 16), il est question de la description de l’amour, du chagrin (karb) et de l’amertume qu’il engendre. Ici, une opposition est mise en relief entre la douceur et les agréments de l’amour d’une part, et la tristesse (kamad), la peine (nakad) et les longs soupirs (ṭūl al-ḥasarāt) qui en découlent.

    • 54 "لأنّه يُهينُ الكَريم، ويُذِلّ العَزيز، ويُدَلِّه العاقل، ويَحُطّ منزلة الشَّريف"

    Puis (chap. 17), il est question de la nature et des conséquences de l’amour passion. C’est une dure épreuve (balā’), car « il humilie l’honorable, avilit le puissant, fait tourner la tête au raisonnable, et abaisse le noble54 » (p. 88). À ce propos, un rapprochement formel est fait entre deux vocables de l’arabe : Al-Hawā et Al-Hawān. Le premier indique l’amour passion, alors que le second désigne l’humilité, le mépris, le dédain où l’on peut tomber (p. 88).

    • 55 "مَن تَعَشَّقَ فعَفَّ فهو شَهيد". « Taʿaššaqa » (Ve forme verbale) suppose une certaine action : de (...)

    Pour terminer son exposé (chap. 18), Waššā’ ajoute quelques traits distinctifs de l’amour passion d’après des connaisseurs sincères (ahl al-ṣidq). Certains affirment que l’on peut invoquer Dieu (duʿā’) en faveur des amoureux, compte tenu de ce qu’ils endurent (p. 89-90). D’autres prétendent que les amoureux ne sauraient être tenus responsables d’avoir commis une faute ou un péché, cela parce qu’ils ont aimé, et que leurs péchés leurs seront pardonnés en raison de leur dure épreuve (balā’). D’autres encore allèguent, en se fondant sur une tradition attribuée au prophète Muḥammad, que « celui qui tombe amoureux (taʿaššaqa) et préserve sa chasteté [puis meurt] est un martyr (šahīd)55 ».

  • Enfin, un dernier thème (chap. 19) vient clore cet ensemble constitué par notre troisième axe, le ẓarf : il s’agit des amoureux qui ont su conserver leur chasteté, tout en restant fidèles à leur amour. Ce chapitre qui marie amour et chasteté établit le lien que nous avons signalé rapidement ci-dessus, entre le ẓarf supposant la chasteté et l’amour, traités dans le même axe.

35Trois points méritent d’être mentionnés :

  • Ce qui compte le plus en amour c’est le regard (naẓar) que l’on jette sur son partenaire, c’est le fait de se rencontrer (iǧtimāʿ), de tenir compagnie à la personne aimée (mu’ānasa), de s’entretenir avec elle (ḥadīṯ) et de réciter des vers (šiʿr) (p. 99).

  • Le cœur volage (tanaqqul) n’est pas l’affaire de ceux qui aiment (muḥibbūn), des udabā’, ou des ẓurafā’ ; ce dont ils se soucient c’est l’amour sincère (wadād ḫāliṣ), la pureté permanente du cœur (al-ṣafā’ al-dā’im) et l’observation du pacte de l’amour (riʿāyat al ʿuhūd) (p. 101).

    • 56 "وإنّ الغَدرَ من النساء طَبعٌ، والمَطْلَ منهنّ غريزةٌ، وهو في النساء أكثرُ من الرجال."

    À la fin du chapitre, le ton change, et l’affirmation suivante résume la nouvelle situation : « la trahison chez les femmes est un caractère inné ; différer l’accomplissement des promesses est, en elles, une nature ; la trahison est plus répandue chez les femmes que chez les hommes56. » (p. 102 et suiv.)

36Dans ce tableau, où ẓarf, muruwwa, adab, amour passion et chasteté se marient, quelle place est réservée aux couleurs, aux odeurs et aux goûts (aliments et boissons) ?

3. Les manifestations du raffinement : couleurs, odeurs et goûts

37L’élaboration d’un lexique exhaustif du Muwaššā mérite une monographie à part. L’analyse du livre n’en sortira que gagnante. Ici un choix s’impose, mais il sera de nature à jeter un peu plus de lumière sur la notion de raffinement (ẓarf).

3.1. Couleurs

38Les couleurs seront examinées sous trois angles : les vêtements, les souliers et les chaussettes, les bagues et les bijoux des raffiné(e)s.

3.1.1. Vêtements

  • 57 Muw., chap. 23, p. 161.

39Dans leur tenue vestimentaire, les raffinés recherchent l’harmonie des couleurs. Par ailleurs, ils n’apprécient pas les vêtements dont l’étoffe est saturée de teinture, ou teinte avec du safran et de l’ambre ; cependant, ils portent des vêtements confectionnés avec une pareille étoffe, dans des endroits précis, à savoir la maison, les lieux où l’on peut danser ou faire des parties de plaisir. Les étoffes teintes au safran sont plutôt le propre des femmes, et plus spécialement des esclaves chanteuses, ou des femmes esclaves57.

40Quant aux femmes raffinées, elles ne portent pas de vêtements de certaines couleurs ou étoffes : les couleurs unies, comme le blanc propre aux hommes, et porté par les femmes en état de séparation ; tel est aussi le cas du lin, sauf si sa couleur est naturelle. Il en est de même d’autres couleurs : le noir, le rouge, le rosé, le vert, le jaune et le bleu, sauf si de telles couleurs sont naturelles, comme c’est le cas avec différentes sortes de soie (ḥarīr) : soie grège (qazz), soie écrue, grossière (ḫazz), soie rouge (lāḏ), ou bien avec les étoffes de soie à ramage, et particulièrement le brocart (dībāǧ), et les étoffes ornées ou comportant un dessin en couleur (wašy).

  • 58 Peuplade habitant le Sawād d’Irāḳ, c’est-à-dire les plaines cultivées de la Basse-Mésopotamie, et l (...)
  • 59 Muw., chap. 27, p. 163-164.

41Dans ces choix, certains critères sociaux sont pris en considération : les vêtements de couleur noire, verte ou rosée sont portés par les femmes nabatéennes58 et les femmes esclaves. Quant aux vêtements de couleur bleue, elles font partie de ce que portent les veuves59.

3.1.2. Souliers et chaussettes

  • 60 Ibid., chap. 24, p. 161.
  • 61 Ibid., chap. 28, p. 164.

42Les raffinés préfèrent en général pour leurs souliers le noir et le rouge, le jaune et le bleu. Mais pour les bottines (ḫifāf) spécialement, ils dénigrent le rouge. Pour les bas et les chaussettes (ǧawārib), ils optent pour la soie écrue (ḫazz), ou la soie grège (qazz), donc pour des couleurs qui ne sont pas tout à fait blanches60. Quant au choix des femmes raffinées, il porte sur les souliers garnis de poil, ou doublés de peau à poil à l’intérieur (niʿāl mušaʿʿara), ou bien sur les souliers vernis (madhūna) minces au milieu (muḫaṣṣara)61.

3.1.3. Bagues, bijoux et pierres précieuses

  • 62 « Ce nom comprend les pierres précieuses rouges, bleues, jaunes, violettes, comme le saphir, la chr (...)
  • 63 Muw., chap. 25, p. 162.
  • 64 Ibid., chap. 28, p. 165.

43On remarque une prédilection, chez les raffinés pour la coraline rouge (ʿaqīq aḥmar), la turquoise verte (fayrūzaǧ aḫḍar), l’argent (fiḍḍa) et la jacinthe (yāqūt62)… Mais les raffinés ne portent pas un anneau en or : celui-ci est réservé aux femmes, aux enfants, et aux femmes esclaves63. Les femmes raffinées ne portaient point aux doigts des bagues dont le chaton était en coraline rouge ou en turquoise, ou bien des anneaux en argent ou en fer, car cela était réservé à l’homme. Quant aux colliers, ils étaient de différentes variétés : colliers de giroflée (qaranful), de béryl pur (billawr naqī), de perles (lu’lu’), d’ambre jaune (caraba, kārbā), et de différentes sortes de jacinthe et de joyaux64

3.2. Odeurs

  • 65 Ibid., chap. 23, p. 162-163.

44Les parfums utilisés par les raffinés sont à base de musc broyé (misk mashūl), d’eau de rose diluée (mā’ ward maḥlūl), d’eau de giroflée fermentée, de bois d’aloès (ʿūd) parfumé à l’ambre gris (muʿanbar)… Mais, pour se parfumer, ils n’ont pas recours au camphre (kāfūr) en raison de sa « froideur » (bard), ni à la galia (ġāliya), parfum de couleur noire composé de musc, d’ambre et d’autres aromates, car c’est le propre des jeunes garçons et des filles esclaves. Ils n’utilisent point, non plus, ce parfum de couleur jaune dont le safran est la base, appelé mā’ al-ḫulūq, car c’est l’apanage des femmes, et tout parfum à odeur forte ou d’une couleur qui laisse une trace sur la peau ou les vêtements65.

  • 66 Ibid., chap. 38, p. 164.
  • 67 Ibid., chap. 38, p. 165.

45Quant aux femmes raffinées, elles utilisent, pour se parfumer, le santal (sandal, bois odoriférant des Indes), la giroflée, le safran (zaʿfarān), le camphre, le ḫulūq ou mā’ al-ḫulūq que nous venons de décrire, les huiles de violette (banafsaǧ), de lilas (zanbaq) et de noix de muscade (bān)66… Il reste à noter que les femmes raffinées utilisent tous les parfums des hommes, mais que ceux-ci n’utilisent aucun parfum de femme67.

3.3. Goûts (alimentation et boissons)

  • 68 Ibid., chap. 29, p. 167-171 (chapitre essentiel à ce propos).

46Nous avons choisi quatre domaines qui nous ont paru assez éclairants parce qu’ils distinguent les raffinés en matière de goûts68 : l’étiquette à suivre à table, les aliments qu’ils répugnent à consommer, les amuse-gueules et le vin.

3.3.1. Étiquette

47Dans les milieux raffinés, une étiquette s’impose à table. Plusieurs points méritent d’être évoqués ici :

  • s’abstenir de toute avidité et de toute gourmandise (šarah, naham) ;

  • manger à petites bouchées (taṣġīr al-luqam) et ne pas remplir sa cavité buccale de nourriture (lā yamla’ūn bi-l-luqam afwāhahum) ;

  • s’abstenir de mastiquer rapidement (lā yuʿaǧǧilūn al-maḍġ) et de manger simultanément en utilisant les deux coins de la bouche (lā ya’kulūn bi ǧānib al-šidqayn) ;

  • s’abstenir de se lécher les doigts ;

  • s’abstenir de se disposer à l’avance pour l’arrivée des plats (lā yataḥaffazun li maǧī’ al-mā’ida) ;

  • s’abstenir de passer outre la place qu’on leur octroie (lā yataʿaddawna mawāḍiʿahum) ;

  • éviter de trop rire et de trop parler (lā yukṯirūn min al-ḍaḥik wa-l-kalām) ;

    • 69 Ibid., chap. 29, p. 167-169. D’autres points d’étiquette peuvent être relevés aussi : les raffinés (...)

    s’abstenir de prendre pendant le jour plus d’un repas (lā ya’kulān fī-l-nahār akṯar min akla)69.

3.3.2. Les aliments que les raffinés répugnent à manger

    • 70 Ibid., p. 168.

    En matière de viande, les raffinés ne mangent pas le nerf (ʿaṣaba), le muscle (ʿaḍala), le qadīd (viande coupée en longues tranches, torréfiée à l’air ou au soleil, puis salée et conservée) et les abats : l’estomac (kirš), le poumon (ri’a), le rein (kulwa), le pancréas (ṭiḥāl)70.

    • 71 Notons que les raffinés ne mangent pas tout ce qui a précédé d’une nuit (bā’it) et tout ce qui a ét (...)

    Les raffinés ne mangent pas les petits poissons salés (ṣiḥnā’, ṣiḥnā’a, ṣiḥnāt)71 que l’on mange en général pour ouvrir l’appétit.

    • 72 Ibid., p. 169.

    Il en est de même des céréales qui excitent les gaz (tahīǧ al-riyāḥ) et engendrent le ballonnement (intifāḫ) et le grouillement du ventre (qarqara)72.

    • 73 Ibid., p. 170.

    Parmi les végétaux, les raffinés ne consomment pas la laitue (ḫass) difficile à manger, ni le concombre (deux variétés : ḫiyār et qiṯṯā’) car il est de nature « froide », ni les carottes (ils répugnent à les toucher), ni les asperges (hilyūn). Ils évitent la chicorée et les endives (hindibā), le radis et le raifort (fuǧl), les oignons et l’ail73.

    • 74 Ibid., p. 169.
    • 75 Ibid., p. 170.

    On peut signaler d’autres nourritures condamnées par les raffinés, comme les cornichons (kawāmīḫ), les sauterelles (ǧarād), le homard ou les grosses écrevisses de mer (irbiyān), en raison de leur laideur (qubḥ)74. Par ailleurs, ils évitent tout ce qui comporte un noyau : les olives, les abricots (mišmiš), les jujubes (ʿunnāb), le aw (pêches, ou prunes en Grande Syrie), le melon (biṭṭīḫ)75.

3.3.3. Les amuse-gueules

  • 76 Ibid., chap. 30, p. 171-172.

48Les raffinés ne consomment pas beaucoup d’amuse-gueules (nuql) et ne mangent pas tout ce qui leur est offert. Ce qu’ils préfèrent le plus, ce sont les noisettes salées (mamlūḥ al-bunduq), les pistaches dépourvues de leur écorce (muqaššar al-fustuq), le coing de Balḫ (safarǧal balḫī) et les pommes de Grande Syrie (tuffāḥ šāmī). Cependant, ils n’adoptent pas comme amuse-gueules ce qu’ils considèrent comme vil (ašyā’ raḏila), comme les fèves (bāqillā), les glands (ballūṭ), les dattes non mûres qu’on fait frire (busr maqluww), les dattes noires que l’on appelle qarīṯā’, le froment (ḥinṭa), le pouliot (ġubayrā’, sorte de menthe), la caroube de Grande Syrie (ḫarnūb šāmī)76.

  • 77 Ibid., chap. 33, p. 181-183.

49Un point mérite d’être noté : les raffinés ont une prédilection pour les pommes. Ils comparent la pomme aux joues de la bien-aimée ; ils peuvent offrir une pomme en cadeau, s’adresser à elle et lui divulguer leurs secrets d’amour. Waššā’ a consacré aux pommes tout un chapitre où il mentionne de nombreux extraits de poésie77.

3.3.4. Le vin

  • 78 Ibid., p. 171.

50D’après Waššā’, les raffinés à qui il adjoint ceux qui sont dotés de muruwwa ou d’adab, consomment les vins de meilleure qualité (aǧwad) et les plus limpides (aṣfā). Ils préfèrent le mušammas (vin qui a été exposé au soleil), le zabībī (vin fait de raisins secs par infusion), le muʿassal (hydromel), le maṭbū (raisiné ou vin cuit), le ṭilā’ (vin produit à partir du moût cuit jusqu’au deux tiers)… Mais ils dédaignent le vin que boit la populace (ʿāmma), le bas-peuple (sūqa, raʿāʿ) et les domestiques (atbāʿ), comme le vin noir (al-šarāb al-aswad), le vin trouble (ḫālaṭahu al-kadar) et le sirop de dattes (dūšāb)78.

51Comme on le constate, il est possible de tirer du Muwaššā un code des couleurs, des odeurs et des goûts. Cela est en rapport avec un idéal fondé sur une éthique dont les éléments sont en relation étroite, à savoir l’adab, la muruwwa et le ẓarf. Cet idéal suppose une éducation du raffiné, morale, intellectuelle, sentimentale et sociale à la fois. Cela, sans mésestimer la part importante de l’amour dans sa relation avec le ẓarf. Ensuite, cette éthique est accompagnée d’une étiquette qui gère les comportements du raffiné et ses différentes manières de s’habiller, de manger et de boire. Ainsi, on perçoit, par exemple, à travers l’étude des couleurs, des odeurs et des goûts chez les raffinés, des critères de distinction qui se situent à plusieurs niveaux : le sexe (hommes / femmes), l’appartenance sociale, ainsi que les lieux et les circonstances. Toutefois, les critères de sexe et d’appartenance sociale restent les plus apparents.

52Le Muwaššā appartient à l’adab en général, dans sa triple signification : adab – éthique, et adab – étiquette comme on l’a vu, mais aussi adab – culture et littérature. En tant qu’adab – éthique et adab – étiquette, il ne manque pas de nous rappeler la partie consacrée à l’adab – éthique et à l’adab – étiquette par Buḫārī, dans son recueil canonique des Traditions islamiques, compte tenu de la vision et des préoccupations religieuses du Muwaššā. Et, en tant que livre d’adab – culture et littérature, il ne manque pas de nous rappeler l’œuvre d’un prédécesseur, al-Ǧāḥiẓ, ainsi que la présence d’un arrière-plan social qui renvoie à l’opposition ḫāṣṣa (élite) – ʿāmma (populace), ḫāṣṣa (élite) à laquelle appartient le raffiné (le ẓarīf), ainsi que la présence de deux genres qui se conjuguent tout au long du livre : la prose et la poésie.

53Il y a lieu, enfin, d’attirer l’attention sur le danger de certaines confusions ou simplifications : certes, il existe des points de ressemblance entre l’amour des raffinés et l’amour chaste des anciens poètes de la tribu arabe de ʿUḏra, ou bien des bribes communes au raffinement et à certains milieux ḥiǧāzien ou damascains où des membres de l’aristocratie arabe, des chanteurs et des chanteuses ainsi que des poètes menaient, bien avant, une vie facile et s’adonnaient à l’amusement. De même, il est possible d’aller plus loin encore pour relever par ci et par là des points communs entre le raffinement et la préciosité du xviie siècle en France. Ce sont là des prises de position hâtives, qui ne tiennent pas compte ni de la nature du raffinement (ẓarf) en tant que mouvement, ni des différences de milieu et de temps, ni des longues évolutions et brassages ethniques, ni, surtout, de la culture environnante. C’est tout cela qu’il faudra prendre en considération dans la genèse de l’idéal et de l’esthétique des raffinés. Ajoutons qu’en examinant la littérature qui nous est parvenue sur le ẓarf, on constate que les éléments dont nous disposons sont rares et éparpillées, et qu’il sera hasardeux de fonder des affirmations sur des données partielles.

54Tout cela prouve que le dernier mot sur le raffinement (ẓarf) est loin d’avoir été dit, et qu’il reste beaucoup de pain sur la planche.

Haut de page

Notes

1 Al-Waššā’, Kitāb al-Muwaššā, éd. R. E. Brünnow, Leyden, Brill, 1886.

2 Mhammed Ferid Ghazi, « Un groupe social : “Les Raffinés” (Ẓurafā’) », Studia Islamica, no 11, 1959, p. 39-71.

3 Ibn al-Waššā’, Das Buch des buntbestickten Kleides, trad. allemande D. Bellmann, Brême, Kiepenheuer, 1984.

4 Voir J. E. Montgomery, « Ẓarīf », Encyclopédie de l’Islam, 2010, <http://dx.doi.org/10.1163/9789004206106_eifo_SIM_8125>. Voir aussi la bibliographie ci-dessous.

5 Éd. Mahdī al-Maḫzūmī et Ibrāhīm al-Sāmarrā’ī, Beyrouth, Dār wa maktabat al-hilāl, s.d.

6 Éd. Muḥammad Ḥasan Āl Yāsīn, Le Caire, ʿĀlam al-kutub, 1414/1994.

7 Éd. Zuhayr ʿAbd al-Muḥsin Sulṭān, 2e éd., Beyrouth, Mu’assasat al-Risāla, 1406/1986.

8 Éd. ʿAbd al-Salām Muḥammad Hārūn, Beyrouth, Dār al-Fikr, 1399/1979.

9 Éd. Aḥmad ʿAbd al-Ġafūr al-ʿAṭṭār, 2e éd., Beyrouth, Dār al-ʿilm li-l-malāyīn, 1399/1979.

10 Le Caire, Dār al-Kutub al-miṣriyya, 1341/1922-1923.

11 Baghdad, Publications du ministère de la Culture et de l’Information, Dār al-Rašīd (coll. Al-Maʿāǧim wa-l-fahāris, 41), 1981.

12 Beyrouth, Dār Ṣādir, Dār Bayrūt, 1388/1968.

13 Le Caire, Al-Hay’a al-Miṣriyya al-ʿĀmma li-l-kitāb, 1399/1979 (reproduction de la 3e édition égyptienne de 1301-1302/1883-1884).

14 Éd. Muṣṭafā Ḥiǧāzī, Koweit, Publications du ministère de l’Information (coll. Al-Turāṯ al-ʿarabī), 1408/1987. Un autre ouvrage peut être consulté à profit : Ibn al-Ǧawzī, Taqwīm al-lisān, éd. ʿAbd al-ʿAzīz Maṭar, 1re éd., Le Caire, Dār al-Maʿārif, 1966, p. 154.

15 يُوصَف به الفِتيان الأزوال والزَّولات (Al-ʿAyn). Comp. Kazimirski, Dictionnaire arabe-français, Paris, Maisonneuve et Cie, 1860, vol. II, p. 133.

16 Ibid., s.v. C’est nous qui soulignons.

17 Ǧawharī, Siḥāḥ, 1398 ; Saġānī, ʿUbāb, Ḥarf al-Fā’, p. 405-406 (تَظرَّف فُلان إذا تكلّف الظَّرف).

18 Mhammed Ferid Ghazi, ouvr. cité, p. 51.

19 Ibn Fāris, Maqāyīs al-luġa, vol. III, p. 475 (وما أحسبُ شيئًا من ذلك من كَلام العَرَب).

20 Notons, toutefois, que le vocable ẓarīf figure déjà dans un commentaire du verset coranique 74, de la sourate XVIII (La Caverne), d’après Ibn Ǧubayr, Compagnon de Muhammad. Voir Buḫārī, Ṣaḥīḥ, Damas-Beyrouth, Dār Ibn Kaṯīr (Kitāb al-Tafsīr, no 4726), 1423/2002, p. 1176. Dans ce contexte, la traduction par Houdas de ẓarīf par « élégant » (au lieu de « agréable » ou « à l’aspect agréable ») paraît discutable. Voir El-Bokhâri, Les Traditions islamiques, trad. française O. Houdas, Paris, Ernest Leroux, 1903-1914, Titre 65 : De l’interprétation du Coran, vol. III, p. 374. Voir aussi d’autres passages anciens dans Ibn al-Aṯīr, Al-Nihāya fī Ǧarīb al-Ḥadīṯ, éd. Aḥmad b. Muḥammad al-Ḫarrāṭ, Qatar, Ministère des Biens de main morte et des Affaires islamiques, s.d., vol. VI, p. 260. 1.

21 Zabīdī, Tāǧ al-ʿArūs, vol. XVI, p. 113.

22 Il n’est pas de notre propos d’étudier la vie et l’œuvre d’al-Waššā’. Seules nous intéressent ici les données qui permettent de mieux comprendre l’objet de notre étude. Nous nous limiterons à fournir des éléments de bio-bibliographie. Ce surnom provient du verbe waššā qui signifie : colorier, teindre des étoffes, d’où des étoffes à dessins ; l’augmentatif waššā’ indique le métier de celui qui vend du wašy (bayʿ al-wašy), sorte d’étoffe, en soie ou en soie mêlée de coton (ibrīsam), dont on confectionne des vêtements. Elle devait probablement comporter des dessins coloriés. Le participe passif muwaššā, que l’auteur applique à son livre dans un sens figuré, indique à l’origine cette sorte d’étoffe ou de vêtement. Cf. Samʿānī, ouvr. cité, vol. XIII, p. 340 ; R. Dozy, Dictionnaire détaillé des noms de vêtements chez les Arabes, Beyrouth, Librairie du Liban, 1980 (reproduction de l’éd. d’Amsterdam, Jean Müller, 1845), p. 133-134, 437-438 ; Kazimirski, ouvr. cité, vol. II, p. 1545-1546.

Ouvrages de références :
— Raven (W.), « Al-Washshā’ », Encyclopédie de l’Islam, en ligne sur <http://dx.doi.org/10.1163/9789004206106_eifo_SIM_7880> (consulté le 21 avril 2018).
— Brockelmann (Carl), Tārīḫ al-adab al-ʿarabī, vol. II, traduction arabe par ʿAbd al-Ḥalīm al-Naǧǧār, 4e éd., Le Caire, Dār al-maʿārif, p. 337-338.
— Sezgin (Fuat), Tārīḫ al-turāṯ al-ʿarabī, vol. VIII, t. 1, traduction arabe par ʿĀrafa Muṣṭafā, Riyad, Ǧāmiʿat al-Imām Muḥammad b. Saʿūd al-ʾislāmiyya, 1408/1988, p. 313-314 (notice sur al-Waššā’) ; vol. II, t. 1 (1411/1991), traduction arabe par Maḥmūd Fahmī Ḥiǧāzī, p. 132 ; vol. II, t. 4 (1411/1991), traduction arabe par ʿĀrafa Muṣṭafā, p. 93-94, 112.
— Sezgin (Fuat), Geschichte des arabichen Schrifttums, vol. IX, Leiden, Brill, 1984, p. 164-165.
— Ziriklī (Ḫayr al-Dīn), Al-Aʿlām, 15e éd., Beyrouth, Dār al-ʿilm li-l-malāyīn, 2002, vol. V, p. 309.
— Kaḥḥāla (ʿUmar Riḍā), Muʿǧam al-mu’allifīn, 1re éd., Beyrouth, Mu’assasat al-Risāla, 1414/1993, vol. III, p. 48 et 124 (même personne).

Annales, biographies générales, bibliographies :
— Al-Nadīm, Kitāb al-Fihrist, éd. Ayman Fu’ād al-Sayyid, Londres, Mu’assat al-Furqān, 1430/2009, vol. I, p. 263-264.
— Al-Ḫaṭīb al-Baġdādī, Tārīḫ madīnat al-salām, éd. Baššār ʿAwwād Maʿrūf, Beyrouth, Dār al-ġarb al-ʾislāmī, 1422/2001, vol. II, p. 63-64.
— Al-Samʿānī, Al-Ansāb, éd. ʿAbd al-Raḥmān b. Yaḥyā al-Ma’lamī al-Yamānī, Hayderabad, Al-Fārūq al-Ḥadīṯa, 1962, vol. XIII, p. 343.
— Ibn al-Ǧawzī, Al-Muntaẓam fī tārīḫ al-mulūk wa-l-’umam, éd. Muḥammad ʿAṭā et Muṣṭafā ʿAbd al-Qādir ʿAṭā, revu et corrigé par Naʿīm Zarzūr, Beyrouth, 2e éd., Dār al-kutub al-ʿilmiyya, 1415/1995, vol. XIII, p. 369-370.
— Ibn al-Sāʿī, Al-Durr al-ṯamīn fī asmā’ al-muṣannifīn, éd. Aḥmad Šawqī Banbīn et Muḥammad Saʿīd Ḥanašī, 1re éd., Tunis, Dār al-Ġarb al-islāmī, 1430/2009, p. 97-98.
— Ḏahabī, Tārīḫ al-islām wa wafayāt al-mašāhīr wa-l-aʿlām, éd. Baššār ʿAwwād Maʿrūf, Beyrouth, Dār al-Ġarb al-islāmī, 1424/2003, vol. VII, p. 514.
— Al-Ṣafadī, Al-Wāfī bi-l-wafayāt, éd. Sven Dedering, 2e éd., Wiesbaden, Franz Steiner, 1394/1974, vol. II, p. 32-33.
— Ibn Kaṯīr, Al-Bidāya wa-l-nihāya, éd. Ibrāhīm al-Zaybaq, 2e éd., Damas-Beyrouth, Dār Ibn Kaṯīr, 1431/2010, vol. XII, p. 128.
— Ḥāǧī Ḫalīfa, Kašf al-ẓunūn ʿan asāmī al-Kutub wa-l-funūn, éd. Gustave Flügel, Leipzig, 1837-1858, index.
— Ismāʿīl Pacha al-Baġdādī, Hadiyyat al-ʿārifīn asmā’ al-mu’allifīn wa āṯār al-muṣannifīn, Beyrouth, Dār Iḥyā’ al-turāṯ al-ʿarabī, s.d. (reproduction de l’édition d’Istamboul, 1951).

Biographies de grammairiens :
— Ibn al-Anbārī, Nuzhat al-alibbā’ fī ṭabaqāt al-udabā’, éd. Muḥammad Abū-l-Faḍl Ibrāhīm, Le Caire, Dār al-fikr al-ʿarabī, 1418/1998, p. 260.
— Yāqūt al-Rūmī al-Ḥamawī, Muʿǧam al-udabā’, éd. Iḥsān ʿAbbās, 1re éd., Beyrouth, Dār al-Ġarb al-islāmī, 1993, vol. V, p. 2303-2304.
— Al-Qifṭī, Inbāh al-ruwāt ʿalā anbāh al-nuḥāt, éd. Muḥammad Abū-l-Faḍl Ibrāhīm, 1re éd., Le Caire – Beyrouth, Dār al-Fikr al-ʿarabī – Mu’assasat al-kutub al-ṯaqāfiyya, 1406/1986, vol. III, p. 61-62.
— Ibn Qāḍī Šuhba, Ṭabaqāt al-nuḥāt wa-l-luġawiyyīn, éd. Muḥsin Ġayyāḍ, al-Naǧaf, Maṭbaʿat al-Nuʿmān, 1973, p. 70.
— Al-Suyūṭī, Buġyat al-wuʿāt fī ṭabaqāt al-luġawiyyīn wa-l- nuḥāt, éd. Muḥammad Abū-l-Faḍl Ibrāhīm, 2e éd., s.l., Dār al-Fikr, 1399/1979, p. 18, 53.

23 Régis Blachère, Histoire de la littérature arabe des origines à la fin du xve siècle de J.‑C., Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient Adrien Maisonneuve, 1952-1966, vol. I, p. xiixiii.

24 Sur les autres Waššā’, voir : Al-Masʿūdī, Murūǧ al-Ḏahab wa Maʿādin al-Ǧawhar, éd. Barbier de Meynard et Pavet de Courteille, revu et corrigé par Charles Pellat, Beyrouth, Publications de l’Université libanaise, vol. I, p. 13 ; Al-Samʿānī, ouvr. cité, vol. XIII, p. 340-344 ; Ḏahabī, Siyar Aʿlām al-Nubalā, éd. Šuʿayb al-Arnā’ūṭ…, 11e éd., Beyrouth, Muʿassasat al-Risāla, 1417/1996, vol. XIII, p. 149-150 ; vol. XIV, p. 149-150 ; p. 148, 256-257 ; Brockelman, ouvr. cité, vol. II, p. 337. Ziriklī, ouvr. cité, vol. II, p. 122 ; vol. VII, p. 110. Kaḥḥāla, ouvr. cité, vol. I, p. 489 ; vol. IV, p. 69-70.

25 Ḫaṭīb Baġdādī, ouvr. cité, vol. II, p. 63.

26 Samʿānī, ouvr. cité, vol. XIII, p. 343. Voir aussi Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, vol. XIII, p. 369.

27 Al-Nadīm, ouvr. cité, vol. I, p. 263. Il le classe dans la catégorie des grammairiens et des lexicographes qui « mélangent les deux écoles » (ممّن خَلَطَ المذهبَين). Ḫaṭīb Baġdādī, ouvr. cité, vol. II, p. 63.

28 À propos de Munya al-Kātiba, et en plus des renvois cités, supra, dans les éléments bio-bibliographiques, voir : Al-Ḫaṭīb al-Baġdādī, ouvr. cité, vol. XVI, p. 631 ; Ibn al-Sāʿī, Nisā’ al-Ḫulafā’, éd. Muṣṭafā Ǧawād, Le Caire, Dār al-Maʿārif, s.d., p. 103-104 ; ʿUmar Riḍā Kaḥḥāla, Aʿlām al-nisā’ fī ʿālamay al-ʿarab wa-l-islām, Beyrouth, Mu’assasat al-Risāla, s.d., p. 117.

29 Ibn al-Sāʿī, ouvr. cité, p. 98, Ṣafadī, ouvr. cité, vol. II, p. 32-33 et Yāqūt, ouvr. cité, vol. V, p. 2003-2004, ont repris la liste d’al-Nadīm, ouvr. cité, vol. I, p. 362-264. Voir aussi Qifṭī, ouvr. cité, vol. III, p. 62.

30 Ramaḍān ʿAbd al-Tawwāb, « Introduction au livre d’al-Waššā’ », Al-Mamdūd wa-l-maqsūr, Le Caire, Maktabat al-Ḫānǧī (coll. Rawā’iʿ al-turāṯ al-luġawī), 1979, p. 15-23 ; Yaḥyā Wahīb al-Ǧabbūrī, « Introduction au livre d’al-Waššā’ », Al-Fāḍil fī ṣifat al-’adab al-kāmil, 1re éd., Beyrouth, Dār al-Ġarb al-islāmī, 1411/1991, p. 11-13. À propos des livres qu’il cite de lui-même dans son Muwaššā, voir les index de l’édition du Muwaššā établie par Fahmī Saʿd, 1re éd., Beyrouth, ʿĀlam al-kutub, 1407/1986, p. 378.

31 Selon l’ordre alphabétique. Nous signalons ici les éditions utilisées, sauf pour (d) et (e) auxquels nous n’avons pas eu accès. Cf. Muḥammad ʿĪsā Ṣāliḥiyya, Al-Muʿǧam al-Šāmil li-l-turāṯ al-ʿarabī al-maṭbūʿ, al-Munaẓẓama al-ʿarabiyya li-l-tarbiya wa-l-ṯaqāfa wa-lʿulūm, Maʿhad al-maḫṭūṭāt al-ʿarabiyya, Le Caire, 1995, vol. V, p. 337-338.

32 Éd. Yaḥyā Wahīb al-Ǧabbūrī, 1re éd., Beyrouth, Dār al-Ġarb al-ʾislāmī, 1411/1991.

33 Éd. Ramaḍān ʿAbd al-Tawwāb, Le Caire, Maktabat al-Ḫānǧī (coll. Rawā’iʿ al-turāṯ al-luġawī), 1979.

34 Le Caire, 1900 (impression lithographique). On mentionne une édition de ce livre parue, semble-il, à Dār al-Firdaws, à Beyrouth, en 1997.

35 Baghdad, imp. Al-Šābandar, 1332/1913.

36 Al-Waššā’, Kitāb al-Muwaššā, éd. Rudolph E. Brünnow, Leyden, Brill, 1886.

37 Al-Waššā’, Kitāb al-Ẓarf wa-l-ẓurafā’, 1re éd. [égyptienne], Le Caire, Muhammad Amīn al-Ḫānǧī, [1324-1325/1907 ?].

38 Aḥmad Amīn, « Al-Ẓarf wa-l-ẓurafā’ », Al-Ṯaqāfa, no 4, 24 janvier 1939, p. 7 (note, pour l’édition de 1907).

39 Al-Waššā’, Kitāb al-Ẓarf wa-l-ẓurafā’, ʿalā nafaqat Muṣṭafā Fahmī, Le Caire, imp. al-Taqaddum, 1334/1915-1916.

40 Al-Waššā’, Kitāb al-Muwaššā aw al-Ẓarf wa-l-ẓurafā’, 2e éd., éd. Kamāl Muṣṭafā, Le Caire, Al-Ḫānǧī, imp. al-Iʿtimād, 1372/1953.

41 Al-Waššā’, Al-Muwaššā aw al-Ẓarf wa-l-ẓurafā’, Beyrouth, Dār Ṣādir – Dār Bayrūt, 1385/1965.

42 Al-Waššā’, Al-Ẓarf wa-l-ẓurafā’, 1re éd., éd. Fahmī Saʿd, Beyrouth, ʿĀlam al-kutub, 1407/1986. (Cette édition refondue fait suite, dans la même maison, à l’édition de 1979 qui reprend l’édition (b) ci-dessus. Muḥammad ʿĪsā Ṣāliḥiyya, ouvr. cité, vol. V, p. 338.)

43 Les renvois au Muwaššā se feront sous la forme abrégée : Muw. Lorsque nous renvoyons aux chapitres, il s’agit de ceux de l’édition de Leyde et de l’édition du Caire de 1953, puisque la subdivision en chapitres y est la même, mais lorsque nous renvoyons aux pages, il s’agit de celles de l’édition du Caire exclusivement.

44 Selon nos normes, on dirait que les parties sont peu équilibrées au niveau du nombre de pages, et non équilibrées au niveau du nombre de chapitres.

45 Les chapitres 37 et 38 de l’édition de Brünnow constituent un seul chapitre dans l’édition (f). En effet, un simple titre sépare les deux chapitres de l’édition de Brünnow, et le mot « bāb » (chapitre) ne figure pas à cet endroit dans les deux éditions. S’agit-il d’une erreur de copiste ? On ne saurait le dire car nous n’avons qu’un seul manuscrit à notre disposition. Il reste que la différence n’est pas de taille ; toutefois, le nombre 55 (chapitres) peut sembler plus harmonieux que le nombre 56 dans une culture arabo-musulmane.

46 À la manière de Ǧāḥiẓ (m. 255/868), Buḫalā’, éd. Ṭāha al-Ḥāǧirī, Le Caire, Dār al-Maʿārif (coll. Ḏaḫā’ir al-ʿarab, 23), s.d., p. 5-7, et Risāla fī-l-ǧidd wa-l-hazl, dans Rasā’il al-Ǧāḥiẓ, éd. ʿAbd al-Salām Muḥammad Hārūn, Le Caire, Maktabat al-Ḫānǧī, 1384/1964, p. 227-278. Voir aussi : Ibn Qutayba (276/889), Adab al-Kātib, éd. Muḥammad Muḥyī al-Dīn ʿAbd al-Ḥamīd, 3e éd., Le Caire, al-Maktaba al-tiǧāriyya al-kubrā, 1377/1958, p. 11-12, et ʿUyūn al-Aḫbār, Beyrouth, Dār al-kitāb al-ʿarabī, s.d. (reproduction de l’éd. du Caire, Dār al-kutub al-miṣriyya, 1343/1925), vol. I, p. lām.

47 En réalité, l’auteur traite dans ce chapitre de questions opposées : fidélité et infidélité masculines, fidélité et infidélité féminines. Cependant, on le voit à la fin du chapitre corroborer la trahison féminine qu’il considère comme inhérente à la nature de la femme (p. 114, paragraphe final, éd. du Caire, 1953).

48 Dans cet axe, on ne saurait traduire le mot ziyy par costume ; comp. les titres des chap. 23-30.

49 Ces versets et traditions ont été recensés par Fahmī Saʿd, dans les index du Muwaššā, édition de Beyrouth, 1986, p. 377-378.

50 Pour l’époque qui nous intéresse, le terme futuwwa s’applique aux vertus du jeune homme, fatā ; comme on le voit, il n’a pas encore remplacé le terme muruwwa qui s’applique aux vertus de l’homme mûr. Pour suivre la complexité du terme, voir C. Cahen et F. Taeschner, « Futuwwa », Encyclopédie de l’Islam (consulté en ligne le 29 août 2019).

51 Il est aisé de constater que le concept de muruwwa avait évolué du temps de Waššā’. Régis Blachère écrivait : « Pour le bédouin — et cela demeurera vivace longtemps après la prédication de Mahomet — la règle dans la conduite personnelle et collective est inscrite dans un mot, muruwwa, dont le champ conceptuel est signifié par : bravoure, générosité, constance dans l’épreuve, magnanimité (ḥilm) devant l’injure, fidélité aux engagements pris. » (R. Blachère, ouvr. cité, vol. II, p. 402.) Waššā’ peut bien souscrire à ces valeurs, mais il leur a ajouté d’autres puisées dans les prescriptions de l’islam et les valeurs sociales qui ont vu le jour par la suite jusqu’à la fin du premier quart du ive siècle de l’hégire.

52 À ce propos, voir les paroles attribuées à ʿUmar b. al-Ḫaṭṭāb, p. 52.

53 "الظَّريف الذي قد تأدّب وأَخَذ من كلّ العُلوم فصارَ وِعاءً لها، فهو ظريف". (p. 52)

54 "لأنّه يُهينُ الكَريم، ويُذِلّ العَزيز، ويُدَلِّه العاقل، ويَحُطّ منزلة الشَّريف"

55 "مَن تَعَشَّقَ فعَفَّ فهو شَهيد". « Taʿaššaqa » (Ve forme verbale) suppose une certaine action : devenir amoureux, témoigner de l’amour à quelqu’un. Cette tradition est considérée comme apocryphe ; Ibn Qayyim al-Ǧawziyya, Zād al-maʿād fī hady khayr al-ʿibād, éd. Šuʿayb al-Arnna’ūṭ et ʿAbd al-Qādir al-Arnna’ūṭ, Beyrouth – Koweit, Mu’assasat al-Risāla – Maktabat al-manār al-islāmiyya, 1415/1994, vol. IV, p. 275 et suiv.

56 "وإنّ الغَدرَ من النساء طَبعٌ، والمَطْلَ منهنّ غريزةٌ، وهو في النساء أكثرُ من الرجال."

57 Muw., chap. 23, p. 161.

58 Peuplade habitant le Sawād d’Irāḳ, c’est-à-dire les plaines cultivées de la Basse-Mésopotamie, et les marais entre Baṣra et Kūfa. Rédaction, Graf, D. F. et T. Fahd, « Nabaṭ », Encyclopédie de l’Islam, en ligne sur <https://referenceworks.brillonline.com/entries/encyclopedie-de-l-islam/nabat-COM_0829> (consulté le 2 septembre 2019).

59 Muw., chap. 27, p. 163-164.

60 Ibid., chap. 24, p. 161.

61 Ibid., chap. 28, p. 164.

62 « Ce nom comprend les pierres précieuses rouges, bleues, jaunes, violettes, comme le saphir, la chrysolithe, la topaze, l’améthyste. » (Kazimirski, ouvr. cité, vol. II, p. 1632.)

63 Muw., chap. 25, p. 162.

64 Ibid., chap. 28, p. 165.

65 Ibid., chap. 23, p. 162-163.

66 Ibid., chap. 38, p. 164.

67 Ibid., chap. 38, p. 165.

68 Ibid., chap. 29, p. 167-171 (chapitre essentiel à ce propos).

69 Ibid., chap. 29, p. 167-169. D’autres points d’étiquette peuvent être relevés aussi : les raffinés ne hument pas le bouillon gras en l’absorbant (lā yataḥassawna-l- maraq) ; ils ne cherchent pas dans le plat les endroits où abonde la graisse (lā yattabiʿūn mawāḍiʿ al-dasam) ; ils ne sucent pas les extrémités des os ( yamuṣṣun aṭrāf al-ʿiẓām) ; ibid., p. 168.

70 Ibid., p. 168.

71 Notons que les raffinés ne mangent pas tout ce qui a précédé d’une nuit (bā’it) et tout ce qui a été réchauffé (musaḫḫan) ; ibid., p. 168.

72 Ibid., p. 169.

73 Ibid., p. 170.

74 Ibid., p. 169.

75 Ibid., p. 170.

76 Ibid., chap. 30, p. 171-172.

77 Ibid., chap. 33, p. 181-183.

78 Ibid., p. 171.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ahyaf Sinno, « Goûts et couleurs dans la civilisation arabo-musulmane à travers le ẓarf (raffinement) et les ẓurafā’ (raffinés) : le cas du Muwaššā d’al-Waššā’ (m. 325/937) », ILCEA [En ligne], 37 | 2019, mis en ligne le 04 novembre 2019, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ilcea/8394 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ilcea.8394

Haut de page

Auteur

Ahyaf Sinno

Université Saint-Joseph, Beyrouth (Liban)

Haut de page

Droits d’auteur

© ILCEA

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search