Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

AccueilAppels à contributionAppels clos44 / 2021 - Peinture, identité na...

44 / 2021 - Peinture, identité nationale et style international en Europe autour de 1900

Appel à contributions pour le numéro 44 de la revue ILCEA – date limite d’envoi des propositions de contributions : 30 novembre 2019.
Eugenia Afinoguénova (Marquette University) et Pierre Géal (Université Grenoble Alpes / ILCEA4)

Au cours de la seconde moitié du xixe siècle, alors que la circulation des œuvres et des artistes, dans le monde occidental, se fait plus intense, tandis que les tendances esthétiques et les styles paraissent s’affranchir des frontières, le prisme national, loin d’être délaissé, joue bien souvent un rôle de premier plan (plus ou moins consciemment), dans le regard porté sur la production artistique. Ces espaces de confrontations pacifiques que constituent les expositions universelles et internationales offrent le meilleur exemple d’une approche explicitement structurée autour de la notion communément admise, malgré l’imprécision de ses contours, d’école nationale. Si une telle approche paraît logique s’agissant de lieux d’exposition destinés à mettre en scène les différences nationales, il est par contre beaucoup plus surprenant qu’elle soit fréquemment convoquée dans des contextes où l’internationalisme semble de rigueur : la naissance des avant-gardes se fait pourtant dans le cadre d’une interaction complexe entre le national et l’international et, malgré leur cosmopolitisme notoire, elles n’échappent pas, au début du xxe siècle, aux conséquences de l’exacerbation nationaliste qui touche alors la plupart des pays occidentaux (Joyeux-Prunel). Par son caractère artificiel même, l'opposition entre les fauvistes et les peintres de "Die Brücke", par exemple, trahit l'influence des critères nationalistes sur l'histoire de l'art (Lebensztejn).

La carrière et l’œuvre de Joaquín Sorolla (1863-1923) illustrent parfaitement la conjonction, d'une part, d’une modernité stylistique, parfois audacieuse mais jamais avant-gardiste, par laquelle ce peintre s’insère pleinement dans la production artistique internationale dominante de son temps, et, d'autre part, d’un enracinement national revendiqué. D’un côté, la proximité évidente et consciente, au-delà des frontières, avec Bastien-Lepage, Zorn, Sargent, ou Krøyer ; de l’autre, un héritage hispanique (Vélasquez) assumé et une sensibilité croissante aux notions d’identités nationale et régionale, qui sont au cœur de la vaste commande de la Hispanic Society (Visión de España) à laquelle il consacre plus de sept ans, à la fin de sa vie. Stimulée par l’apparition des « nationalismes périphériques » et par la crise morale que déclenche la perte des dernières colonies — le « Désastre » de 1898 —, la réflexion sur l’identité nationale intensifie alors le rapport à la tradition et à l’histoire, mais aussi au paysage (Vega). Des polémiques se développent, telles celle qui vise à opposer l’Espagne noire de Zuloaga à l’Espagne blanche de Sorolla, peintres et écrivains se trouvant ainsi appelés à prendre position et à s’engager dans une introspection identitaire. Loin de fonctionner en vase clos, cette quête de l'identité passe également par la circulation européenne, mais aussi transatlantique (par exemple par le biais du collectionnisme nord-américain), de l'imaginaire régionaliste et nationaliste (Hoganson, Kagan).

S’il possède en Espagne ses propres caractéristiques, le regain nationaliste, alimenté par les tensions internationales et se construisant aussi par réaction face à l’expansion d’un mouvement ouvrier marqué par l’internationalisme, concerne, autour de 1900, la plupart des pays européens. La crise morale que connaît l’Espagne ne diffère pas sensiblement de la crainte de la décadence qui se répand alors chez bon nombre d’intellectuels européens. En quête d’une essence nationale, beaucoup considèrent que l’expression culturelle d’une nation est déterminée, comme l’écrivait Taine, par la combinaison d’une race, d’un milieu et d’un moment. La conception organiciste de la nation, héritière de l’idée romantique de Volksgeist, conduit à mettre en exergue les identités régionales en tant qu’elles permettent d’articuler le sentiment national à l’exaltation des petites patries Storm. Un tel phénomène, sans doute particulièrement sensible dans les nations récemment unifiées, s’observe même dans un pays tel que la France, où le nationalisme est pourtant traditionnellement perçu comme fortement centralisateur (Chanet).

La contribution de la peinture — qu'elle soit ou non d'avant-garde, du sud ou du nord de l'Europe — à cette réflexion sur les identités nationales au tournant du xxe siècle pourra être abordée à partir des questions suivantes :

  • La notion de style national/international : outre les artistes, quels sont les acteurs du champ artistique qui participent au processus de construction de cette notion et à cette lecture de la production artistique ? (critiques, écrivains, commissaires d'expositions, conservateurs de musées, historiens d'art…) Comment ce processus fonctionne-t-il ? (polémiques, diffusion de stéréotypes, classifications…) Cette confrontation ne pouvant se résumer à une opposition entre carcan patriotique et ouverture émancipatrice, comment les peintres conçoivent-ils leur insertion dans une école nationale et, tour à tour ou simultanément, comment jouent-ils des références à des traditions étrangères ?

  • Quelles sont les modalités de la contribution de la peinture à l'élaboration d'un imaginaire national ? (paysage, histoire, coutumes, ethnotypes…)

  • Comment s'exprime dans la production picturale et dans sa réception l'articulation entre nationalisme et régionalisme, qui peuvent entrer dans un rapport de complémentarité ou, au contraire, d'opposition ?

  • La contribution de la peinture à l'élaboration d'un imaginaire national peut-elle être déliée de la question du style national ?

  • De quelles façons est mis en scène le rapport de la peinture à l'identité nationale/internationale ? (lieux d'exposition, lieux de création, ateliers-musées…)

Le processus de soumission se passe en plusieurs étapes :

  • Les auteurs auront une réponse sur l’acceptation ou le refus de leur proposition le 15 décembre 2019.

  • Les articles seront ensuite à envoyer pour le 15 mars 2020.

  • Les auteurs auront un retour au printemps 2020 après envoi à deux évaluateurs.

  • La publication aura lieu en novembre 2021.

Bibliographie

Chanet Jean-François (1996), L'École républicaine et les petites patries, Paris : Aubier.

Hoganson Kristin (2002), "Cosmopolitan Domesticity: Importing the American Dream, 1865–1920", The American Historical Review, 107(1), 55-83.

Joyeux-Prunel Béatrice (2015), Les avant-gardes artistiques. Une histoire transnationale. 1918-1945, Paris : Gallimard.

Kagan Richard L. (2019), The Spanish Craze: America's Fascination with the Hispanic World, 1779–1939, University of Nebraska Press.

Lebensztejn Jean-Claude (1999), Annexes - de l'oeuvre d'art, Bruxelles : La Part de l'œil.

Storm Eric (2010), The culture of regionalism: Art, architecture and international exhibitions in France, Germany and Spain, 1890-1939, Manchester : Manchester University Press.

Vega Jesusa (2016), Pasado y tradición. La construcción visual del imaginario español en el siglo XIX, Madrid : Ediciones Polifemo.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search