Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Articles« Si vous avez de bons yeux »

Articles

« Si vous avez de bons yeux »

Hommage à François Lissarrague
Élise Lehoux et Vasiliki Zachari

Texte intégral

François Lissarrague lors de la fête pour lui annoncer la sortie du livre La cité des regards (juillet 2015).

© Élise Lehoux

1François Lissarrague, professeur émérite de l’EHESS, était un des fondateurs d’Images Re-vues. Il nous a quitté brutalement le 15 décembre 2021. Ce texte vise à lui rendre hommage par le biais de son activité au sein de la revue et de son enseignement à l’EHESS.

2Membre du comité scientifique d’Images Re-vues, dévoué, François Lissarrague se rendait toujours disponible pour évaluer des articles, discuter avec l’équipe de rédaction sur divers points scientifiques et pour participer aux activités de la revue, comme le séminaire.

3Ce texte est tissé de témoignages personnels de ses élèves, également membres du comité de rédaction de la revue, portant sur l’enseignement et la méthode de François Lissarrague. Il accompagne la republication de son article « Graphein : écrire et dessiner » dans ce même numéro.

  • 1 Ses dessins accompagnent l’article de Jean-Louis Durand, « Du rituel comme instrumental », dans Mar (...)
  • 2 François Lissarrague, Un flot d’images. Une esthétique du banquet grec, Paris, Adam Biro, 1987.
  • 3 François Lissarrague, « Un rituel du vin : la libation », dans Oswyn Murray, Manuela Tecusan (éd.), (...)
  • 4 François Lissarrague, « Le peintre des demi-palmettes : aspects iconographiques », dans John Oakley(...)
  • 5 John Boardman, Les vases athéniens à figures noires, Paris, Thames & Hudson, 1996 ; ibid., Les vase (...)
  • 6 François Lissarrague, « Le peintre des demi-palmettes », p. 125.

4Vasso Zachari a d’abord connu François Lissarrague comme créateur d’images à travers ses dessins dans La cuisine du sacrifice1 en préparant son mémoire de licence sur les scènes sacrificielles sur les vases attiques. Dans un deuxième temps, elle l’a rencontré comme chercheur d’images à travers certaines de ses publications scientifiques, notamment son livre phare sur le banquet, Un flot d’images. Une esthétique du banquet grec2 et ses articles sur la libation « Un rituel du vin : la libation3 » et sur le Peintre de demi-palmettes, « Le Peintre de demi-palmettes : aspects iconographiques4 ». Malgré les difficultés au niveau linguistique pour une allophone, il y avait quelque chose de séduisant et fascinant dans ses textes qui sortait du cadre habituel d’interprétation des images, comme on l’apprenait à l’université selon les manuels de John Boardman5, qui suivait une approche centrée sur l’attributionnisme, dans le sillage de John Beazley. François Lissarrague était un chercheur qui s’intéressait plutôt à l’exception qu’à la règle, comme le montre le cas du Peintre des demi-palmettes, qui « ne brille ni par ses qualités artistiques, ni par son importance dans l’histoire de la peinture de vases. Il mérite, pourtant, par son originalité et ses particularismes, que l’on s’arrête un moment sur son œuvre6 ». À travers ses études, François Lissarrague parvenait à faire comprendre que tout a du sens et ce sens a sa propre valeur. Grâce à ces lectures inspirantes, le nom « Lissarrague » d’une résonnance exotique, est devenu synonyme d’une approche originale sur les images attiques. La suite de ces rencontres s’inscrit à Paris à l’EHESS au centre Louis Gernet devenu ANHIMA où Vasso Zachari est venue poursuivre ses études. En l’absence d’un Google images à l’époque, elle ignorait complétement à quoi ressemblait François Lissarrague. Ce fut une agréable surprise de découvrir un professeur très simple dans sa manière d’être et son apparence (avec ses chaussettes en rayures dont les couleurs vives se distinguaient autour de sa cheville), accueillant et bienveillant qui a pris le temps de la guider dans la bibliothèque Gernet-Glotz en lui montrant les rayons de livres dont elle aurait besoin pour ses recherches. De la même façon, il se rendait disponible à accueillir à chaque rentrée tou·te·s ses étudiant·e·s.

  • 7 Élise Lehoux, Mythologie de papier. Donner à voir l’Antiquité entre France et Allemagne (xviiie siè (...)
  • 8 François Lissarrague a notamment traduit en français en 1988 l’ouvrage de Francis Haskell et Nichol (...)

5Élise Lehoux a rencontré François Lissarrague, à l’université de Nantes où une spécialiste d’histoire militaire du monde grec, Isabelle Pimouguet-Pedarros, a évoqué son travail original sur l’esthétique des armes sur les vases grecs et sa démarche anthropologique dans un cours de Licence. L’évocation de son travail, bien que très brève, avait suffi à la convaincre de le contacter pour travailler avec lui à un mémoire de recherche, en co-tutelle avec Pauline Schmitt-Pantel pour le Master 1, puis en Master 2 et enfin à entrer en thèse avec lui, à l’EHESS. Découvrant grâce à lui le champ de la « réception de l’Antiquité », les thématiques de recherche ont progressivement évolué, d’un premier sujet dédié à l’iconographie grecque vers la réception des images dans les livres de mythologie entre xviiie et xixe siècle, afin de questionner la « mise en images, en livres et en savoirs de la mythologie gréco-romaine », entre France et Allemagne7. À la suite de travaux fondateurs travaux d’Arnaldo Momigliano, Francis Haskell8 et Alain Schnapp, François Lissarrague était très intéressé par l’histoire des collections mais aussi par l’ensemble des dispositifs visuels, originaux et souvent uniques, qui ont vu le jour à la fin de l’époque moderne, notamment dans l’espace germanique, alors que l’on cherchait à pallier l’absence d’objets originaux antiques. F. Lissarrague voyait dans les livres, les dessins, les matériaux pédagogiques, autant de tentatives pour donner à voir l’objet, le représenter, le copier, le transformer, l’interpréter en proposant une nouvelle forme graphique, depuis le passage de l’objet en trois dimensions à une feuille plane, en deux dimensions. Il était très sensible notamment de l’immense entreprise de collecte de matériel pédagogique et scientifique au xixe siècle par l’archéologue allemand Eduard Gehard, le Gerhard’scher Appart, dont il appréciait beaucoup aller voir les archives à l’Antikensammlung à Berlin. Il était très curieux des bibliothèques de cette époque et recommandait autant d’aller en archives, que de découvrir les musées ou les châteaux, comme celui néoclassique des Humboldt à Tegel, près de Berlin.

  • 9 Ernst Gombrich, L’art et l’illusion. Psychologie de la représentation picturale, Paris, Phaidon, 20 (...)
  • 10 Jacques Aumont, L’image, Paris, Nathan, 2000.
  • 11 Hans Belting, Pour une anthropologie des images, Paris, Gallimard, 2004.
  • 12 Jean-Claude Schmitt, La Raison des gestes dans l'Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990.
  • 13 Jérôme Baschet, L’iconographie médiévale, Paris, Gallimard, 2008.
  • 14 Jean-Pierre Vernant, Mythe et pensée chez les Grecs. Études de psychologie historique, Paris, La Dé (...)
  • 15 Jean-Louis Durand, Sacrifice et labour en Grèce ancienne. Essai d’anthropologie religieuse, Paris, (...)
  • 16 Françoise Frontisi-Ducroux, Le Dieu-masque, une figure du Dionysos d'Athènes, Paris-Rome, La Découv (...)
  • 17 Alain Schnapp, Le chasseur et la cité. Chasse et érotique en Grèce ancienne, Paris, Albin Michel, 1 (...)

6Quel que soit la voie par laquelle chacun a pu rencontrer le travail de François Lissarrague, ces approches se retrouvaient partagées, discutées au sein de son séminaire. Son séminaire hebdomadaire, « Anthropologie et images : l’expérience grecque », était ritualisé et s’ouvrait chaque année par l’explication de son intitulé. « Anthropologie » pour évoquer l’anthropologie historique. Dans le sillage de J.-P. Vernant, L. Gernet ou C. Lévi-Strauss, cette démarche, cette façon de poser des questions et de mettre à distance, met l’homme au centre de la réflexion et s’attache à comprendre les catégories mentales de ses activités au sein de la société où il appartient. Les images, envisagées dans leur très grande diversité, ne sont pas considérées comme des illustrations littérales d’une représentation sociale, comme un mythe, ou d’une activité de la vie quotidienne, mais sont envisagées comme des sources, des figures autonomes, qui permettent d’expliquer pour partie la société qui les a produites. Le sous-titre situe le contexte de l’étude du côté de l’expérience des artistes et artisans, créateurs et spectateurs d’images. L’attention est alors portée sur la façon dont les Grecs observent les différentes facettes de leur société et la façon dont ils les représentent sur leurs productions tout en expérimentant différentes formes de représentations verbales et visuelles. Enfin, cette « expérience » se situe dans un contexte géographique et chronologique précis : la cité grecque archaïque et classique. Cette distance dans le temps et l’espace, permet d’envisager les Grecs comme des « autres ». Lors de ces séances introductives, François Lissarrague décrivait l’environnement intellectuel dans lequel s’inscrivait son travail : Ernst Gombrich9, pour comprendre qu’on regarde les images avec son cerveau (et ses mains, en apprenant à dessiner), Jacques Aumont10 qui aborde les problèmes théoriques sur l’image, Hans Belting pour l’anthropologie des images du côté allemand11, Jean-Claude Schmitt12 et Jérôme Baschet13 pour les images du Moyen Âge. Suivaient ensuite les travaux incontournables sur l’anthropologie historique autour de Jean-Pierre Vernant14 et ses amis du centre Louis Gernet : Jean-Louis Durand15, Françoise Frontisi-Ducroux16, Alain Schnapp17 pour n’en citer que quelques-uns. La bibliographie se poursuivait avec les manuels et les introductions générales sur la céramique attique, afin de prendre en compte les aspects stylistiques et techniques. Puis, tout au long de l’année, F. Lissarrague débutait bien souvent chaque séance de séminaire en présentant une publication récente et inspirante en lien avec les images, l’anthropologie ou l’histoire de l’art.

7François Lissarrague pensait avec les images et avait une mémoire visuelle incroyable, grâce à laquelle il construisait chacune de ses présentations. À chaque séance ou conférence, il arrivait sans notes, avec ses pages de diaporama imprimées, comme seul fil conducteur de sa pensée.

François Lissarrague lors d’une visite au Cabinet des Médailles (mai 2012).

© Vasso Zachari

8Les visites aux musées étaient le deuxième volet de son enseignement. Il a accompagné ses étudiant·e·s, ami·e·s et collègues à d’innombrables reprises au Cabinet des Médailles, au Louvre, ainsi que dans d’autres musées en France et ailleurs, tant dans les salles que dans les réserves. Ce sont dans ces salles et devant ces vitrines que son enseignement prenait tout son sens puisqu’on passait d’une image plate projetée sur un écran à une image réelle sur un objet à trois dimensions. Dès que cela était possible, il invitait à prendre les vases dans les mains, les manipuler avec les précautions nécessaires, les regarder de près et en discuter. Il nous incitait à utiliser torche et miroir pour apercevoir des détails inaperçus à l’œil nu, à regarder et re-regarder de près, prendre des notes, photographier les vases et retourner les voir comme si c’était la première fois. « Si vous avez des bons yeux » était une expression familière aux interlocuteurs et interlocutrices de François Lissarrague, les invitant à regarder attentivement un détail, l’image globale, son support, son contexte.

9En dehors du monde des antiquisants, le rayonnement et l’enseignement de François Lissarrague a marqué différentes générations d’étudiant·e·s et de spécialistes. Il s’est également beaucoup inspiré des travaux de ses collègues à l’EHESS et au-delà. François était toujours à l’écoute des autres sans jugement et trouvait les mots justes pour inviter à considérer d’autres aspects et compléter les arguments discutés. L’enseignement et le partage de son savoir passait par le dialogue. Dans son sillage, Images Re-vues essaye également de perpétuer ces principes de dialogues, d’échanges, de travail collectif, dans une perspective transpériodique et interdisciplinaire. François n’a cessé de mettre en pratique dans son travail et son enseignement ce goût du partage et de la transmission, avec une très grande générosité et humanité.

Haut de page

Notes

1 Ses dessins accompagnent l’article de Jean-Louis Durand, « Du rituel comme instrumental », dans Marcel Detienne et Jean-Pierre Vernant, La cuisine du sacrifice en pays grec, Paris, Gallimard, 1979, p. 167-181.

2 François Lissarrague, Un flot d’images. Une esthétique du banquet grec, Paris, Adam Biro, 1987.

3 François Lissarrague, « Un rituel du vin : la libation », dans Oswyn Murray, Manuela Tecusan (éd.), In Vino Veritas, Londres, British School at Rome, 1994, p. 126-144.

4 François Lissarrague, « Le peintre des demi-palmettes : aspects iconographiques », dans John Oakley, William Coulson, Olga Palagia (éd.), Athenian Potters and Painters. The Conference Proceedings, Oxford, Oxbow Books, 1997, p. 125-139.

5 John Boardman, Les vases athéniens à figures noires, Paris, Thames & Hudson, 1996 ; ibid., Les vases athéniens à figures rouges. La période archaïque, Paris, Thames & Hudson, 1997 ; ibid., Les vases athéniens à figures rouges. La période classique, Paris, Thames & Hudson, 2000.

6 François Lissarrague, « Le peintre des demi-palmettes », p. 125.

7 Élise Lehoux, Mythologie de papier. Donner à voir l’Antiquité entre France et Allemagne (xviiie siècle-milieu du xixe siècle), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2018.

8 François Lissarrague a notamment traduit en français en 1988 l’ouvrage de Francis Haskell et Nicholas Penny, Taste and the Antique. The lure of classical sculpture (Pour l’amour de l'antique. La statuaire gréco-romaine et le goût européen : 1500-1900).

9 Ernst Gombrich, L’art et l’illusion. Psychologie de la représentation picturale, Paris, Phaidon, 2002.

10 Jacques Aumont, L’image, Paris, Nathan, 2000.

11 Hans Belting, Pour une anthropologie des images, Paris, Gallimard, 2004.

12 Jean-Claude Schmitt, La Raison des gestes dans l'Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990.

13 Jérôme Baschet, L’iconographie médiévale, Paris, Gallimard, 2008.

14 Jean-Pierre Vernant, Mythe et pensée chez les Grecs. Études de psychologie historique, Paris, La Découverte, 2005.

15 Jean-Louis Durand, Sacrifice et labour en Grèce ancienne. Essai d’anthropologie religieuse, Paris, La Découverte, Rome, École française de Rome, 1986.

16 Françoise Frontisi-Ducroux, Le Dieu-masque, une figure du Dionysos d'Athènes, Paris-Rome, La Découverte-École française de Rome, 1991.

17 Alain Schnapp, Le chasseur et la cité. Chasse et érotique en Grèce ancienne, Paris, Albin Michel, 1997.

Haut de page

Table des illustrations

Légende François Lissarrague lors de la fête pour lui annoncer la sortie du livre La cité des regards (juillet 2015).
Crédits © Élise Lehoux
URL http://journals.openedition.org/imagesrevues/docannexe/image/14634/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende François Lissarrague lors d’une visite au Cabinet des Médailles (mai 2012).
Crédits © Vasso Zachari
URL http://journals.openedition.org/imagesrevues/docannexe/image/14634/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Lehoux et Vasiliki Zachari, « « Si vous avez de bons yeux » »Images Re-vues [En ligne], 20 | 2023, mis en ligne le 20 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/imagesrevues/14634 ; DOI : https://doi.org/10.4000/imagesrevues.14634

Haut de page

Auteurs

Élise Lehoux

Articles du même auteur

Vasiliki Zachari

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search