Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Pélage : archéologie et utilisati...

Retable de Saint Pélage. Cathédrale de Malaga

Pélage : archéologie et utilisations de l’image d’un point de vue queer

Pelagius: Archaeology and Uses of the Image from a Queer Perspective
Javier Cuevas del Barrio
Traduction de Victoria Trianes
Cet article est une traduction de :
Pelayo: arqueología y usos de la imagen desde la perspectiva queer

Résumés

Cet article présente l’utilisation de l’image de Pélage au cours de trois périodes historiques précises : le Moyen-Âge, lorsque le martyre du saint a été écrit ; le xvie siècle, lors de la réalisation des images du retable de Saint Pélage de Becerril de Campos, coïncidant avec la proclamation de la Pragmatique contre la sodomie par les Rois Catholiques ; puis la guerre civile espagnole et le premier franquisme, quand le retable arrive à Malaga et la figure de Pélage se voit attribuer de nouvelles significations au sein de médias comme la bande dessinée et le cinéma. Au niveau méthodologique, cet article propose des lectures homosexuelles/queer de l’image de Pélage. Il établit le lien avec la tradition anglo-saxonne de Queer Iberia, une tradition qui revisite la littérature ibérique produite au Moyen-Âge d’un point de vue queer en se basant sur Américo Castro.

Haut de page

Notes de l'auteur

La traduction de cet article bénéficié du soutien du Projet de recherches national"Prácticas de subjetividad en las artes contemporáneas. Recepción crítica y ficciones de la identidad desde la perspectiva de género” [Pratiques de la subjectivité dans les arts contemporains. Réception critique et fiction de l’identité dans une perspective de genre] (HAR2016-75662-P, http://arteygenero.com), dirigée par María Teresa Méndez Baige

Texte intégral

1Cet article approfondit la manière dont les images ont servi à différents moments historiques à exprimer la norme et la dissidence sexuelle. L’objet d’étude est le retable de Saint Pélage, réalisé au xvie siècle à Becerril de Campos (Palencia, Espagne).

2Selon les sources contemporaines du martyre (xe siècle), Pelage a été martyrisé et son corps démembré parce qu’il ne cédait pas aux désirs libidineux du calife Abd al-Rahman III. Les sources écrites sont à l’origine des panneaux représentant le martyre que le Maître de Becerril a réalisés au xvie siècle pour un retable situé dans l’église de Saint Pélage de Becerril de Campos (Palencia) (Fig. 1). En 1945, après la Guerre Civile espagnole et pendant le premier franquisme, les panneaux ont été transportés de Becerril à la Cathédrale de Malaga.

  • 1 Voir Images Re-Vues, nº 15, 2018, Trajectoires biographiques d’images, coordonné par Bérénice Gaill (...)

3La problématique présentée par cette étude est liée à « la vie des images » et à la manière dont elles acquièrent de nouvelles significations selon le contexte dans lequel elles se trouvent. Nous sommes, donc, face à ce que certains auteurs appellent la « trajectoire biographique des images »1. Cet article aborde cette problématique à trois périodes historiques différentes : le xe siècle (rédaction des sources qui narrent le martyre de Pélage), le xvie siècle (création des images qui illustrent ce martyre), et 1945 (époque du transfert des panneaux d’une église à l’autre).

  • 2 Mark Jordan, La invención de la sodomía en la teología cristiana [L’invention de la sodomie dans la (...)
  • 3 Gregory S. Hutchenson, The Sodomitic Moor. Queerness in the Narrative of Reconquista, Glenn Burger (...)
  • 4 Josiah Blackmore et Gregory S. Hutcheson, Queer Iberia. Sexualities, Cultures, and Crossings from t (...)

4Ces trois périodes servent à structurer notre analyse autour de trois points fondamentaux. Dans un premier temps, nous étudierons sous le prisme homosexuel/queer les sources à partir desquelles ces images ont été créées, en nous appuyant sur des auteurs comme Mark Jordan2 ou Gregory Hutchenson3, provenant tous les deux de la tradition anglo-saxonne de Queer Iberia4. Celle-ci, se basant sur Américo Castro, revisite la littérature ibérique produite au Moyen-Âge d’un point de vue queer.

  • 5 Federico Garza, Quemando mariposas. Sodomía e imperio en Andalucía y México siglos XVI-XVII [Brûler (...)

5Dans un second temps, nous approfondirons les liens entre ces images du xvie siècle et les persécutions contre la sodomie (Pragmatique contre la sodomie, 1497) qui se sont produites en Espagne et en Nouvelle-Espagne aux mêmes dates, en nous référant à des auteurs comme Federico Garza5.

6Dans un troisième temps, nous nous concentrerons sur les nouvelles significations que les images composant le retable de Saint Pélage ont acquises au moment de leur arrivée à Malaga, en 1945, après la guerre civile et pendant le premier franquisme. Le nouveau cadre spatio-temporel dans lequel se situent les images (au sens lacanien) entraîne l’apparition de nouvelles significations que nous analyserons grâce à deux éléments de la culture populaire: la bande dessinée et le cinéma.

Pélage et Abd al-Rahman dans l’historiographie de l’art traditionnel : un exemple de l’« amour contre nature »

Fig. 1Fig. 1

Fig. 1

Vue générale du retable de Saint Pélage. Cathédrale de Malaga

Issu de http://malagacatedral.com/​

  • 6 Javier Cuevas del Barrio, « El retablo de San Pelayo del Maestro de Becerril y la construcción de l (...)

7Le retable de Saint Pélage se compose de onze peintures sur des panneaux intégrés à un retable baroque en bois (Fig. 1). Sur les onze peintures, huit illustrent le martyre de Saint Pélage. Cette œuvre, réalisée entre 1530 et 1540, est considérée le chef-d’œuvre du Maître de Becerril, un auteur peu connu mais dont le style s’apparente à celui de Juan de Flandes et de Pedro Berruguete6.

8Les panneaux illustrent le martyre de Saint Pélage au xe siècle. Les sources contemporaines relatives à la mort du jeune Pélage font référence aux batailles qui eurent lieu dans le nord de la péninsule ibérique entre les royaumes chrétiens et le califat de Cordoue. Parmi ces batailles, celle de Valdejunquera, dans l’actuelle Navarre, est bien documentée. L’armée d’Abd al-Rahman III y affronta les royaumes de León et de Navarre. C’est dans ce contexte que l’évêque Hermogio, oncle de Pélage, fut capturé. Pour acheter sa liberté, il remit son neveu Pélage avec l’intention de négocier ensuite sa libération, stratagème qui échoua. Selon les sources, alors que Pélage était dans la prison de Cordoue, le calife Abd al-Rahman III lui fit des propositions libidineuses qu’il refusa, ce qui fut la cause de son martyre.

  • 7 Diego Angulo, « El Maestro de Becerril » [« Le Maître de Becerril »], Archivo español de arte, Madr (...)

9L’importance de cette œuvre dans le panorama de l’histoire de l’art espagnol a entraîné de nombreuses études, celles notamment de Diego Angulo, Ana Ávila ou Carlos Alcalde7.

Fig. 2Fig. 2

Fig. 2

L’évêque Hermogio offrant son neveu comme otage. Retable de Saint Pélage. Cathédrale de Malaga

Issu de http://bibliotecavirtual.malaga.es

10L’étude réalisée par Diego Angulo au cours des années trente et quarante du siècle dernier l’a mené à situer d’un point de vue stylistique l'œuvre du Maître de Becerril sous l’influence de Juan de Flandes et de Pedro Berruguete. Des études iconographiques telles celles d’Ana Ávila ou de Carlos Alcalde, ont suivi ces premières analyses formelles et stylistiques réalisées par Angulo. Ces analyses se sont concentrées sur le panneau qui représente « L’évêque offrant son neveu comme otage » (Fig. 2). Cette scène illustre le moment où Pélage fut présenté à Abd al-Rahman III ; elle eut lieu dans un contexte architectural dont le Maître de Becerril tira parti pour inclure une décoration sculpturale à caractère mythologique. Dans cette décoration, encadrée par un tympan semi-circulaire, plusieurs silhouettes apparaissent.

Fig. 3Fig. 3

Fig. 3

Détail de l’évêque Hermogio offrant son neveu comme otage. Retable de Saint Pélage. Cathédrale de Malaga. Issu de http://bibliotecavirtual.malaga.es

11À gauche, une femme caresse un cygne des deux mains (Fig. 3). Cette scène a été interprétée comme la recréation du mythe de Léda avec le cygne, décrit dans les Métamorphoses d’Ovide et figurant une relation sexuelle « contre nature », équivalente à la passion du calife pour Pélage.

12Au centre, une femme nue, debout, porte un poignard dans la main droite. Cette image a été interprétée de diverses manières, bien que la version la plus acceptée soit celle du suicide de Lucrèce, personnage pris comme modèle de chasteté dans la littérature espagnole du xvie siècle.

  • 8 Angulo, « El Maestro de Becerril », art. cit., p. 15.
  • 9 Ávila, Imágenes y símbolo op. cit., p. 221-235.
  • 10 Carlos Alcalde, « Las leyendas de la antigüedad clásica », art. cit., p. 51-53.

13La scène de droite représente une autre femme, nue, assise, caressant le museau d’un chien. Cette scène représentait pour Angulo Céphale regrettant avec son chien Lélape les conséquences de la jalousie de son épouse Procris8 ; pour Ana Ávila, il s’agit de Diane, déesse de la chasse, toujours accompagnée d’un chien, qui était symbole de chasteté et de pureté9 ; pour Alcalde, c’est le mythe de Crimissos et Ségeste, un exemple de l’amour entre une femme et un chien10.

14Une inscription figure sous le tympan : Pasiphe Menerv (Fig. 3). Elle fait référence à Pasiphaé, épouse du roi de Crète, dont l’amour pour le taureau donna naissance au Minotaure. Nous sommes encore face à un exemple d’amour « contre nature ». Les dernières interprétations de ce panneau affirment que l’inscription de Minerve identifie la femme qui caresse le chien avec cette déesse et elles considèrent que La Célestine a servi d’inspiration pour le peintre.

15Ainsi, l’historiographie de l’art traditionnel a interprété la scène, d’un point de vue iconologique, comme une opposition entre la vertu chrétienne de la chasteté (représentée par Lucrecia et faisant allusion à Pélage) et le vice de l’amour « contre nature », présenté par les mythes de Léda et le cygne, Crimissos et Égeste, et Pasiphaé et le taureau, faisant allusion à Abd al-Rahman III. De plus, Pasiphaé, tout comme Léda, Ségeste et le calife, représentent l’être humain dominé par l’animal ; tandis que Minerve représente la raison qui domine les passions, de nouveau en rapport avec les figures de Lucrecia et Pélage.

Le point de vue homoérotique : Queering Pélage

  • 11 Josiah Blackmore et Gregory S. Hutcheson (eds.), Queer Iberia. Sexualities, Cultures, and Crossings (...)
  • 12 Gregory S. Hutcheson, « La Iberia queer, nuevamente »[Queer Iberia, de nouveau], Scriptura, nº 19-2 (...)
  • 13 Juan Goytisolo, « Contra una lectura anémica de nuestra literatura: a propósito de Queer Iberia » [ (...)

16Face à la lecture hégémonique qui interprète la relation entre Pélage et Abd al-Rahman comme un exemple « d’amour contre nature », nous proposons, en tenant compte de la littérature érotique d’al-Andalus, une lecture du point de vue de l’amour homoérotique/queer. Pour ce faire, nous retiendrons Queer Iberia11, un texte qui aborde les études de la sexualité ibérique prémoderne et qui surgit de l’un des débats les plus importants de l’historiographie hispanique du xxe siècle : celui qui opposa Claudio Sánchez-Albornoz et Américo Castro autour de la définition de l’identité culturelle espagnole. Si la thèse de Castro, exilé en 1938, a trouvé un terrain plus favorable aux États-Unis qu’en Espagne, c’est parce que l’historien était menacé par l'Espagne unique et catholique créée par le régime franquiste12. Comme Juan Goytisolo l’a signalé après la publication de Queer Iberia, l’école castriste et cette publication ont des caractéristiques communes : la déstabilisation des récits normatifs sur l’histoire espagnole et sur l’archéologie des identités extrêmement complexes du passé, ainsi que la prise de conscience du fait que ces identités constituent en grande partie le moteur génératif des configurations de la normativité13.

17Pour réaliser ce projet, il est nécessaire d’examiner les sources documentaires qui décrivent le martyre de Pélage d’après une perspective queer. À cet égard, nous tiendrons compte de deux sources chrétiennes du xe siècle, rédigées cinquante ans après sa mort par Raguel et Hrotsvita de Gandersheim.

  • 14 Nous avons suivi l’édition de la Passion de St Pélage de Celso Rodríguez, La Pasión de S. Pelayo.

18Le récit de Raguel a été écrit à Cordoue et a probablement eu un usage liturgique. Selon cette source, Abd al-Rahman III fit des propositions indécentes à Pélage quand il était en prison à Cordoue. Les mots exacts de Raguel ont été : « comme le roi [Abd al-Rahman III] désirait se livrer à des attouchements », Pélage répondit : « Bas les pattes sale type. Tu penses que je suis efféminé comme les tiens ? »14. Après ce refus, Pélage fut martyrisé à mort.

  • 15 Cette approche binaire arabes/chrétiens peut être expliquée d’un point de vue anthropologique par l (...)

19Pour Raguel, Pélage représente la vertu chrétienne de la chasteté, alors qu’Abd al-Rahman serait du côté du vice, de la luxure. Il s’agit donc d’une approche binaire qui différencie la vertu, la chasteté chrétienne, du vice, la luxure islamique. Selon cette vision chrétienne des pratiques sexuelles dissidentes dans les territoires qui formaient l’Ibérie médiévale, les « arabes » se livraient non seulement à la luxure, mais pratiquaient aussi la répugnante sodomie. L’identification du sodomite avec l’arabe s’est étendue ultérieurement au juif, au converti, à l’hérétique et, bien sûr, à partir de 1492, aux « indiens » d’Amérique. Elle fut à la base de la construction de l'identité nationale espagnole, définie par l'intersection géographique, religieuse et culturelle, qui s'établit entre les royaumes chrétiens du nord de la Péninsule Ibérique et la présence musulmane en al-Andalus15.

  • 16 Juan Martos et Rosario Moreno, Hrotsvita de Gandersheim. Obras Completas (Hrotsvita de Gandersheim (...)

20L’autre source chrétienne du martyre de Pélage est l'œuvre de Hrotsvita de Gandersheim, religieuse et écrivaine du xe siècle. Son texte pélagien se base sur deux thèmes récurrents : la chasteté et l’exaltation du martyre. Quand l’auteure prit connaissance du récit de Pélage, elle se sentit rapidement attirée par lui, car la vie de Pélage était un exemple d’exaltation du martyre et de la chasteté face à un vice contre-nature, la sodomie. Hrotsvita décrit Abd al-Rahman « possédé par le vice des sodomites » et souligne son amour passionné pour les « jeunes au beau visage » qu’il « voulait attirer à son propre amour »16. Cette volonté d’attirer Pélage vers son propre amour doit être lue de manière polyédrique, comprenant non seulement un comportement sexuel mais aussi un processus de transformation religieuse. « Attirer à son propre amour » laisserait aussi sous-entendre la conversion à la foi musulmane de Pélage par l’influence d’Abd al-Rahman.

  • 17 Antonio Arjona, La sexualidad en la España musulmana [La sexualité en Espagne musulmane], Cordoba, (...)

21Les sources chrétiennes médiévales expliquent comment Pélage est assimilé à la chasteté, mais un point de vue propre à l’al-Andalus et queer nous offre d’autres perspectives. Dans les deux sources, Pélage est invité à la cour d’Abd al-Rahman III pour le servir, ce qui renvoie à une image qui apparaît constamment dans la littérature érotique d’al-Andalus. C’est celle de l’échanson, un jeune imberbe qui, par sa beauté et sa manière de servir le vin, rendait les hommes amoureux. Les exemples de cette figure dans la littérature hispano-musulmane sont nombreux, le plus connu étant celui décrit dans Le collier de la colombe par Ibn Hazm de Cordoue17. Dans ce texte célèbre, l’auteur narre l’histoire de l’échanson ‘Ayib et du vizir Ibn al-Asfar. À un moment précis du récit, lorsqu’il est harcelé par le vizir, l’échanson ‘Ayib lui donna un coup de poing. Al-Asfar, au lieu de se fâcher, se montra satisfait. Cette scène du Collier de la colombe est assez similaire à celle de la Passion de Pélage. Néanmoins, le coup de Pélage à Abd al-Rahman est interprété comme un acte de courage et, donc, comme une preuve de sa chasteté, alors que certaines sources hispano-musulmanes révèlent qu’il aurait pu être une manifestation de l’amour qui est propre à la littérature érotique d’al-Andalus.

  • 18 Mark D. Jordan, « Saint Pelagius, Ephebe and Martyr », Josiah Blackmore et Gregory S. Hutcheson, Qu (...)
  • 19 Selon les versions médiévales, le martyre de Pélage consista à arracher ses membres avec des tenail (...)

22Mark Jordan a réalisé des lectures queer intéressantes des images de Pélage et d’Abd al-Rahman18. D’une part, il a mis en relation le mythe de Zeus et Ganymède avec la légende de Pélage. Si Zeus séquestra Ganymède pour qu’il serve du vin dans l’Olympe, Abd al-Rahman voulait éloigner Pélage du christianisme pour qu’il le serve dans son harem, un rôle idéal pour les jeunes séduisants et bien-aimés. D’autre part, Jordan lui-même reconnaît dans la description du démembrement de Pélage19. les échos de la mort d’Orphée dans les Métamorphoses d’Ovide. Selon cet auteur-là, certaines parties du mythe de la mort d’Orphée sont devenues des allégories chrétiennes. La partie du mythe d’Orphée rattachée à Pélage n’est pas celle relative à Eurydice, mais le démembrement d’Orphée, à cause de son refus à entretenir des relations sexuelles avec des femmes après la seconde mort d’Eurydice. La légende de Pélage serait, selon l’hypothèse de Jordan, une inversion du mythe d'Orphée, démembré en raison de son refus du désir homosexuel. Pélage est ainsi devenu l’Orphée chrétien à la suite de son démembrement, non pas à cause de sa chasteté, mais parce qu’il avait explicitement refusé le désir envers une personne du même sexe.

Les pratiques sodomites et l'image du xvie siècle

23Les panneaux du retable de Saint Pélage furent réalisés dans les années 1530 par le Maître de Becerril pour l’église de Saint Pélage de Becerril de Campos (Palencia). Bien qu’y soit représentées les scènes du martyre de Pélage qui, comme nous l’avons précédemment dit, sont basées sur des textes du xe siècle, leur réalisation coïncide avec les persécutions contre les sodomites qui se produisirent en Espagne et en Nouvelle-Espagne au début de l’époque moderne.

24Les panneaux du retable de Saint Pélage font partie d’une série d'œuvres influencées par « l’Autodafé présidé par Saint Dominique de Guzmán » de Pedro Berruguete, réalisé entre 1493 et 1499, appartenant actuellement à la collection du Musée du Prado (Fig. 4).

Fig. 4Fig. 4

Fig. 4

Pedro Berruguete, Autodafé présidé par Santo Domingo de Guzmán, 1493-1499, Musée du Prado, Madrid. Issu de www.museodelprado.es

25Diego Angulo a associé l'œuvre de Berruguete et celle du Maître de Becerril sur la base de leurs caractéristiques stylistiques, mais comme nous pouvons le constater, elles doivent aussi être mises en relation pour avoir été réalisées dans le contexte d’une importante persécution de la sodomie en Espagne et en Nouvelle-Espagne. Cette persécution commença le 22 juillet 1497, quand la reine Isabelle et le roi Ferdinand proclamèrent la première Pragmatique à Medina del Campo contre la sodomie.

  • 20 F. Garza, Quemando mariposas.. op. cit., p. 66-67. Dans ce texte incontournable, Garza analyse les (...)

26Comme Federico Garza l’a souligné, cette Pragmatique aggravait les sentences et les peines décrétées contre les suspects de sodomie20. Dans le cas d’un verdict de culpabilité, conformément à cette Pragmatique, les tribunaux avaient recours au gourdin et au bûcher, ce qui constitue le sujet du tableau de Berruguete.

  • 21 John Boswell, Cristianismo, tolerancia social y homosexualidad [Christianity, Social Tolerance, and (...)
  • 22 F. Garza, Quemando mariposas... op. cit., p. 204.

27Sur le plan visuel, l’œuvre du Maître de Becerril met en avant le fait que les moralistes du début des Temps Modernes avaient associé les musulmans à la sodomie21. En ce sens, la conquête du Mexique fut la continuation de la reconquête espagnole au détriment des infidèles représentés alors par les musulmans22.

  • 23 G. Hutcheson, “The Sodomitic Moor”, op. cit., p. 99-122.

28Gregory S. Hutcheson argumente que, durant cette période, l’un des recours préférés pour marquer la bassesse des infidèles d’un côté, et la pureté des espagnols de l’autre, consistait à parler de « l’arabe sodomite ». C’est justement dans ce contexte de la modernité précoce en Espagne que la sodomie commence à être considérée comme un péché exclusif de l’autre « race »23.

Pélage, 1945 : un seul signifiant, de nouvelles significations

29L’arrivée du retable de Saint Pélage à la Cathédrale de Malaga, provenant de Becerril de Campos (Palencia), s’est produite en 1945 pendant le processus d’achat de biens meubles que le diocèse de Malaga organisa pour décorer à nouveau la Cathédrale et d’autres églises du diocèse endommagées par la guerre civile.

  • 24 Nous faisons référence à la temporalité rétroactive définie par Georges Didi-Huberman à partir du c (...)

30Ce fait a été expliqué par l’historiographie locale à travers la description des relations entre les diocèses de Palencia et de Malaga. Néanmoins, nous voulons aller plus loin et montrer que les images du martyre de Pélage acquirent de nouvelles significations dans le contexte politique, historique et culturel dans lequel elles furent insérées. Nous partons d’une archéologie de l’image selon la perspective warburgienne, nous appuyant sur les concepts de Nachleben d’Aby Warburg et de Nachträglichkeit de Freud, utiles pour comprendre le fonctionnement rétroactif des images24.

31Les représentations de Pélage dans la culture espagnole des années 30 et 40 du xxe siècle donnent rétroactivement de nouvelles significations aux images réalisées par le Maître de Becerril au xvie siècle.

32C’est dans le contexte de la Guerre Civile et du premier franquisme que l’image de Pélage a été prise comme symbole du sacrifice et de la mort intégrée au sein de discours de personnalités telles que le général Millán-Astray ou Queipo de Llano. Celui-ci, dans une émission radiophonique, en 1936, avertissait ses partisans :

Tout efféminé ou inverti qui dira une quelconque infamie contre ce Mouvement, tuez-le comme un chien.

  • 25 Miguel A. López, Robar la historia. Contrarrelatos y prácticas artísticas de oposición (Voler l’his (...)

33Face à la lecture hégémonique qui considère Pélage comme un symbole du sacrifice et de la mort, comme un guerrier du Christ, la lecture queer que nous proposons fait de lui un exemple d’homoérotisme et de camaraderie dans le contexte des forces armées. Prenant à l’appui des exemples extraits du cinéma des années quarante, nous remettons ainsi en question « les représentations patriarcales du conflit et le caractère colonial des récits fondateurs de l’État-nation »25.

34Une fois de plus, comme cela s’est fait lors de la construction des pratiques sexuelles normatives dans les territoires chrétiens de la péninsule ibérique médiévale, associant l’image d’Abd al-Rahman III à la sodomie, Queipo de Llano assimile « tout efféminé ou inverti » à l’Autre, aux opposants au Mouvement fasciste et, de ce fait, devenu susceptible d’être éliminé. De plus, on y retrouve comme en écho la réponse de Pélage dans le texte de Raguel : « Tu penses que je suis efféminé comme les tiens ? ».

35C’est dans le contexte de la guerre civile espagnole et du premier franquisme que le retable arrive à Malaga ; le signifiant « Pélage » regroupe alors des images diverses et des références historiques, politiques et culturelles. Il était habituel que, dans le contexte imaginaire de l’époque, deux personnages historiques soient mis en relation lorsqu’on faisait référence à Pélage : d’un côté, Pélage, le conquérant du viiie siècle, premier monarque du royaume des Asturies, considéré par l’historiographie espagnole depuis le milieu du xixe siècle comme une figure fondamentale pour comprendre le processus de « Reconquête », et qui fut associé pendant la Guerre Civile et la dictature subséquente à Franco ; de l’autre, Saint Pélage, martyre chrétien du xe siècle, qui constitue l’objet de notre analyse.

36Pélage fut pendant la Guerre Civile et la première période franquiste un élément récurrent. Pelayos (Pélage) était le nom qu’on donnait aux enfants qui faisaient partie des groupes de volontaires carlistes, c’étaient les membres les plus jeunes de l’organisation carliste qui participa à la Guerre Civile dans le camp nationaliste. Ces jeunes garçons reçurent avec ferveur l’évêque de Malaga lors de son entrée dans la ville après la prise de celle-ci :

  • 26 Boletín Oficial del Obispado de Málaga, année LXX, nº 1, janvier-avril 1937, p. 37.

Le 15 mars 1937, l'évêque fait son entrée dans la ville. En arrivant à la place de l’Obispo, les différentes forces réalisèrent un défilé et elles furent toutes très applaudies, surtout celles du corps des volontaires carlistes et les pelayos 26.

37En outre, en 1938, en pleine Guerre Civile espagnole et après le Décret d’Unification, les bulletins et les revues pour la jeunesse de ces organisations ont fussionné avec ceuxes édités par la Phalange espagnole (dont les membres étaient appelés flechas), ce qui a donné lieu à la revue Flechas y Pelayos (Flèches et Pélages).

  • 27 L’évêque d’Alcalá de Henares, Juan Antonio Reig Pla, a récemment publié sur son site web un guide p (...)

38Le nom Pelayos, faisant allusion au saint médiéval, le proposait en fait comme modèle aux jeunes garçons de l’Espagne nationale-catholique. Dans les années trente, il était habituel en Europe que les partis ou les régimes politiques encadrent l’enfance et la jeunesse dans des organisations spécifiques. Dans le cas espagnol, les enfants Pelayos recevaient une formation militaire et l’endoctrinement nécessaire pour devenir dans le futur les croisés de la cause franquiste27.

Fig. 5Fig. 5

Fig. 5

Couverture de quatre numéros différents de la revue Pelayos, 1937.

  • 28 Noelia Fernández “¿Quiénes son los malos? Propaganda, kalogathia y caricatura en los tebeos de la G (...)

39À la fin de l’année 1936, l’Assemblée Nationale Carliste de Guerre chargea Valentí Castanys de réaliser la revue Pelayos (Fig. 5) afin de chercher des enfants sympathisants carlistes connus comme les “pelayos”28. L’utilisation de bandes dessinées comme propagande est due aux tentatives d’endoctrinement idéologique et d’encadrement paramilitaire que les plus petits ont subi pendant la guerre, un moyen de les attirer plus facilement et de s’assurer leur fidélité au régime dans l’après-guerre.

Pélage, Abd al-Rahman et la camaraderie dans les films des années quarante

  • 29 Alberto Mira, De Sodoma à Chueca, op. cit., p. 290.

40En plus de son apparition dans les manifestations de la culture populaire telles les bandes dessinées, le signifiant « Pélage » regroupe d’autres références dans la culture espagnole du premier franquisme, liées au concept de « camaraderie » présent dans les forces armées espagnoles après la guerre civile. Comme le souligne Alberto Mira, malgré la répression exercée contre l’homosexualité pendant et après le conflit de guerre, les homosexuels n’ont pas disparu, et leur culture a été reconstruite de manière « précaire, lente, mais bien organisée » entre 1939 et 197529.

  • 30 Ibid., p. 330.
  • 31 À part l’étude de Roman Gubern, voir l’entrée « Homoérotisme » rédigée par Diego Fraile Gómez, en M (...)

41Certains films considérés comme « cinéma de croisade » par Roman Gubern révèlent un certain homoérotisme, non pas à cause d’une quelconque intentionnalité de la part de leurs auteurs, mais par la manière dont ils ont été interprétés30. Nous adoptons en ce sens une définition large du terme homoérotisme incluant de nombreux types de sentiments qui peuvent naître entre des personnes du même sexe, en insistant tout particulièrement sur la réception et l’interprétation des images31.

  • 32 Un autre film à retenir en ce sens, réalisé à la même époque, est ¡A mí la Legión! (1942).
  • 33 Diana Roxana Jorza, « Triunfalismo nacional y mística guerrera en ¡Harka! y ¡A mí la Legión! » [Tri (...)

42Parmi ces films, certains sont particulièrement intéressants pour nous, tel ¡Harka! (1941), car ils montrent l’importance du Maroc et de la Légion espagnole dans l’imaginaire de l’Armée Nationale Espagnole32. L’argument principal de ¡Harka! est l’histoire de Santiago Valcárcel et de Carlos Herrera, les deux affectés au Maroc par l’armée. Diana Jorza a souligné la manière dont le mélodrame soutient le pouvoir persuasif du discours militariste. De même, dans ces films, les « pulsions affectives en faveur d’un guerrier mystique » sont mises en évidence33. Ce type de films montre parfaitement la façon dont la mentalité militaire franquiste construisait l’idée d’amitié masculine autour d’une ligne fine entre « l’homosexualité » condamnable et la camaraderie acceptable. Cette camaraderie très ambiguë permet de comprendre la fonction des images, telle celle de Pélage, qui incarnaient les valeurs militaires.

Fig. 6Fig. 6

Fig. 6

Affiche et photogramme du film ¡Harka! de 1941.

  • 34 Alberto Mira, De Sodoma à Chueca, op. cit., p. 332.

43Comme Mira l’affirme, des films comme ¡Harka! (Fig. 6), réalisés après la Guerre Civile, ont un grand intérêt « car ils reproduisent des éléments du vieux modèle de camaraderie, comprenant la misogynie et le sentimentalisme, sans établir la distance homophobe »34.

44Le contexte marocain fut ensuite le prétexte pour articuler à nouveau un homoérotisme lié au monde arabo-musulman, comme cela avait été fait des siècles auparavant en associant Abd al-Rahman III aux pratiques sodomites ou à travers les Pragmatiques de 1497, qui aboutirent à la persécution de la sodomie en Espagne et en Nouvelle-Espagne, comme en témoignent les panneaux du retable de Saint Pélage ou l'acte de foi présidé par Saint Dominique Guzmán de Berruguete.

  • 35 Ibid., p. 335.

45Dans la scène finale de ¡Harka!, après le décès de son camarade, Herrera déchire la photographie de sa femme, Amparo, décidé à retourner au Maroc pour s'occuper de la Harka. Comme le signale Mira, bien que l'abandon de l’ordre hétérosexuel bourgeois ne doive pas forcément conduire à l’homoérotisme, c’est l’une des conséquences possibles de la très proche camaraderie35.

46L’analyse de ¡Harka! implique une interprétation de la réalité sexuelle et affective en Espagne pendant l’après-guerre et le premier franquisme d’un point de vue post-colonial. Etant donné que l’arrivée du retable à Malaga en 1945, la sortie du film ¡Harka! en 1941 et la publication de la bande dessinée Pelayos en 1936 se produisent dans le contexte de la relation coloniale avec le Maroc. Si l’on considère la lecture post-coloniale de l’orientalisme européen faite par Edward Said, l’orientalisme espagnol compose une image des hommes marocains, capables de toutes les perversions, basée sur le fanatisme, la violence barbare et la sexualité ultra virile.

En guise de conclusion

47Revisiter l’histoire de l’Espagne d’un point de vue queer implique d’apporter des arguments à propos des influences queer et islamiques dans la définition culturelle de certaines figures saillantes, selon la perspective de l’école d’Américo Castro et la thèse de Queer Iberia. Face à la définition monolithique de l’Espagne comme étant « unique, grande et libre », est proposée ici une vision de l’Ibérie transculturelle et queer.

48Nous avons interprété les textes du xe siècle à propos du martyre de Pélage d’après cette perspective pour aborder ensuite la première vague de construction de l’identité nationale au xvie siècle qui coïncida avec l’expansion coloniale et avec une hostilité marquée envers les sujets convertis et les mauresques. C’est dans ce contexte que la Pragmatique contre la sodomie fut mise en place en 1497. Ce fait nous a permis d’observer les images qui composent le retable de Saint Pélage dans le contexte de la persécution de la sodomie et le lien qui en fut établi avec la culture arabo-musulmane. C’est à cause de cela que le retable de Saint Pélage doit être compris aussi bien comme une illustration des sources médiévales que comme l’illustration d’un contexte dans lequel les pratiques sodomitiques étaient poursuivies, tout en étant liées au processus de construction de l’identité nationale espagnole face à l’autre musulman.

  • 36 Susan Martin-Márquez, Desorientaciones. El colonialismo español en África y la performance de ident (...)

49La lecture du retable de Saint Pélage que nous avons proposée révèle comment l’interprétation de l’héritage médiéval d’après une perspective queer réunie à une vision post-coloniale fait jaillir une « représentation d’identité nationale » qui implique des questions liées au genre, à la sexualité, à la religion et à l’ethnie. Ces interprétations sous-tendent un état de « désorientation », un terme employé par Susan Martin36.

50De cette manière, nous considérons que, même si Pélage est un personnage historique qui a été interprété suivant une perspective queer par des auteurs tels Jordan ou Hutchenson, en tant que signifiant, il acquiert de nouvelles significations dans le cadre spatio-temporel de la ville de Malaga en 1945. C’est dans ce nouveau cadre, au-delà des références historiques et historico-artistiques du personnage, que Pélage acquiert de nouvelles significations en rapport avec les Pelayos, une faction militaire qui a participé à la guerre civile, un idéal militaire comme on peut le noter dans les bandes dessinées de l’époque (Flechas y Pelayos), ainsi qu’en relation avec le concept de camaraderie qui est observé dans les films du premier franquisme tel ¡Harka!, où l'amitié et l’idéal militaire peuvent être interprétés du point de vue homoérotique.

51C’est pourquoi les images du retable de Saint Pélage renvoient à un passé lointain mais aussi à un passé plus récent dans lequel Pélage regroupait des idéaux militaires tout en diffusant des sentiments homoérotiques.

Haut de page

Notes

1 Voir Images Re-Vues, nº 15, 2018, Trajectoires biographiques d’images, coordonné par Bérénice Gaillemin et Élise Lehoux. https://journals.openedition.org/imagesrevues/4095

2 Mark Jordan, La invención de la sodomía en la teología cristiana [L’invention de la sodomie dans la théologie chrétienne], Barcelone, Laertes, 2002.

3 Gregory S. Hutchenson, The Sodomitic Moor. Queerness in the Narrative of Reconquista, Glenn Burger et Steven F. Kruger (eds.), Queering the Middle Ages, Minnesota, University of Minnesota Press, 2001, p. 99-122.

4 Josiah Blackmore et Gregory S. Hutcheson, Queer Iberia. Sexualities, Cultures, and Crossings from the Middle Ages to the Renaissance, Durham, Duke University Press, 2011.

5 Federico Garza, Quemando mariposas. Sodomía e imperio en Andalucía y México siglos XVI-XVII [Brûler les papillons. Sodomie et empire en Andalousie et au Mexique, XVIe-XVIIe siècles] Barcelone, Laertes, 2002.

6 Javier Cuevas del Barrio, « El retablo de San Pelayo del Maestro de Becerril y la construcción de la norma sexual a través de la imagen » [« Le retable de Saint Pélage du Maître de Bacerril et la construction de la norme sexuelle par l’image »], IIIe Congrès International de recherche sur les arts visuels. ANIAV 2017, Valence, Université Polytechnique, 2017. http://dx.doi.org/10.4995/ANIAV.2017.5665

7 Diego Angulo, « El Maestro de Becerril » [« Le Maître de Becerril »], Archivo español de arte, Madrid, 1937, 15-24 ; Diego Angulo, « Nueva obra del Maestro de Becerril » [“Nouvelle œuvre du Maître de Becerril”], Archivo español de arte, Madrid, 1940, p. 478 ; Carlos Alcalde, « Las leyendas de la antigüedad clásica, alegorías morales en el Retablo de San Pelayo del Maestro de Becerril » [Les légendes de l’antiquité classique, allégories morales dans le Retable de Saint Pélage de Becerril], Boletín de arte, 22, 2001, p. 45-53 ; Ana Ávila, Imágenes y símbolos (Images et symboles), Barcelone, Anthropos, 1993.

8 Angulo, « El Maestro de Becerril », art. cit., p. 15.

9 Ávila, Imágenes y símbolo op. cit., p. 221-235.

10 Carlos Alcalde, « Las leyendas de la antigüedad clásica », art. cit., p. 51-53.

11 Josiah Blackmore et Gregory S. Hutcheson (eds.), Queer Iberia. Sexualities, Cultures, and Crossings from the Middle Ages to the Renaissance, Durham, Duke University Press, 2011.

12 Gregory S. Hutcheson, « La Iberia queer, nuevamente »[Queer Iberia, de nouveau], Scriptura, nº 19-20, 2008.

13 Juan Goytisolo, « Contra una lectura anémica de nuestra literatura: a propósito de Queer Iberia » [« Contre une lecture anémique de notre littérature : à propos de Queer Iberia »], ABC Cultural, 10 février 2001, p. 7-10.

14 Nous avons suivi l’édition de la Passion de St Pélage de Celso Rodríguez, La Pasión de S. Pelayo.

Edición crítica, con traducción y comentarios (La Passion de St Pélage. Édition critique, avec traduction et commentaires), Saint-Jacques-de-Compostelle, Université, 1991, p. 67-69.

15 Cette approche binaire arabes/chrétiens peut être expliquée d’un point de vue anthropologique par la célébration des fêtes des maures et des chrétiens. Bien que ces fêtes doivent être comprises de manière unitaire, il y a trois zones géographiques différenciées : le Levant, l’Aragon et l’Andalousie. Pour plus d’informations, voir Salvador Rodríguez, « Les fêtes des maures et des chrétiens en Andalousie », Gaceta de Antropología , 3, 1984, p. 1-10.

16 Juan Martos et Rosario Moreno, Hrotsvita de Gandersheim. Obras Completas (Hrotsvita de Gandersheim Œuvres complètes), Huelva, Université, 2005, p. 58-59.

17 Antonio Arjona, La sexualidad en la España musulmana [La sexualité en Espagne musulmane], Cordoba, Université, 1990. Ibn Hazm, Le collier de la colombe, version et introduction d’Emilio García, Madrid, Alianza, 2001.

18 Mark D. Jordan, « Saint Pelagius, Ephebe and Martyr », Josiah Blackmore et Gregory S. Hutcheson, Queer Iberia. Sexualities, Cultures, and Crossings from the Middle Ages to the Renaissance, Durham, Duke University Press, 2011, p. 23-47.

19 Selon les versions médiévales, le martyre de Pélage consista à arracher ses membres avec des tenailles.

20 F. Garza, Quemando mariposas.. op. cit., p. 66-67. Dans ce texte incontournable, Garza analyse les descriptions des chroniqueurs, théologiens et moralistes du XVIe siècle en Espagne et en Nouvelle-Espagne. Les descriptions de la sodomie ont été les éléments centraux dans les discours coloniaux de l’Espagne impériale. La liste des théologiens est très longue, mais nous pouvons citer quelques-uns tels Fray Pedro de León, Alonso de Castro, ou tels les représentants de la seconde scolastique espagnole (Francisco de Vitoria, Gabriel Vázquez, Fernando Vázquez de Menchaca), constituant la base théorique et intellectuelle de la Contre-réforme.

21 John Boswell, Cristianismo, tolerancia social y homosexualidad [Christianity, Social Tolerance, and Homosexuality (1980)], Barcelone, Muchnik, 1992, p. 350- 359

22 F. Garza, Quemando mariposas... op. cit., p. 204.

23 G. Hutcheson, “The Sodomitic Moor”, op. cit., p. 99-122.

24 Nous faisons référence à la temporalité rétroactive définie par Georges Didi-Huberman à partir du concept warburgien de Nachleben et celui freudien de Nachträglichkeit. Ce deuxième terme a été traduit en espagnol comme rétroactivité ou action différée (de l’anglais, Deferred Action). Dans la traduction de Luis López-Ballesteros des textes de Freud, il est traduit comme « postérieurement » ou « a posteriori » alors que dans la traduction d’Amorrortu, il apparaît comme « action retardée », « postérieurement » et « effet à retardement » (Freud, 1996b). Dans les Écrits de Jacques Lacan, il est traduit comme « a posteriori » ou « postérieurement » (Lacan, 1995). Nous avons choisi le terme « rétroactivité » tout en étant conscients des diverses nuances qui marquent la traduction du terme allemand. Pour une vision plus large de la temporalité rétroactive à partir de Warburg et Freud, voir Georges Didi-Huberman, L’image survivante. Histoire de l’art et temps des fantômes selon Aby Warburg, Madrid, Abada, 2009.

25 Miguel A. López, Robar la historia. Contrarrelatos y prácticas artísticas de oposición (Voler l’histoire. Contre-récits et pratiques artistiques d’opposition), Santiago du Chili, Metales Pesados, 2017.

26 Boletín Oficial del Obispado de Málaga, année LXX, nº 1, janvier-avril 1937, p. 37.

27 L’évêque d’Alcalá de Henares, Juan Antonio Reig Pla, a récemment publié sur son site web un guide pour cesser d’être homosexuel dans lequel il recommande l’étude de la vie de Saint Pélage.

28 Noelia Fernández “¿Quiénes son los malos? Propaganda, kalogathia y caricatura en los tebeos de la Guerra Civil a través de un ejemplo: Un miliciano rojo” (« Qui sont les méchants ? Propagande, kalos kagathos et caricature dans les bandes-dessinées de la Guerre Civile à travers un exemple : Un milicien rouge »), Boletín de arte, n.º 36, 2015, p. 87.

29 Alberto Mira, De Sodoma à Chueca, op. cit., p. 290.

30 Ibid., p. 330.

31 À part l’étude de Roman Gubern, voir l’entrée « Homoérotisme » rédigée par Diego Fraile Gómez, en María Rosón, Esther Ortega et Lucas R. Platero, Barbarismos queer y otras esdrújulas (Barbarismes queer et autres accentuations), Barcelone, Bellaterra, 2017.

32 Un autre film à retenir en ce sens, réalisé à la même époque, est ¡A mí la Legión! (1942).

33 Diana Roxana Jorza, « Triunfalismo nacional y mística guerrera en ¡Harka! y ¡A mí la Legión! » [Triomphalisme national et guerrière mystique dans ¡Harka! et ¡A mí la Legión! ], Bulletin of Spanish Studies, LXXXIX : 7-8 (2012), p. 49-59.

34 Alberto Mira, De Sodoma à Chueca, op. cit., p. 332.

35 Ibid., p. 335.

36 Susan Martin-Márquez, Desorientaciones. El colonialismo español en África y la performance de identidad, [Désorientations. Le colonialisme espagnol en Afrique et la représentation d’identité], Barcelone, Bellaterra, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Vue générale du retable de Saint Pélage. Cathédrale de Malaga
Crédits Issu de http://malagacatedral.com/​
URL http://journals.openedition.org/imagesrevues/docannexe/image/8168/img-1.png
Fichier image/png, 734k
Titre Fig. 2
Légende L’évêque Hermogio offrant son neveu comme otage. Retable de Saint Pélage. Cathédrale de Malaga
Crédits Issu de http://bibliotecavirtual.malaga.es
URL http://journals.openedition.org/imagesrevues/docannexe/image/8168/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Fig. 3
Légende Détail de l’évêque Hermogio offrant son neveu comme otage. Retable de Saint Pélage. Cathédrale de Malaga. Issu de http://bibliotecavirtual.malaga.es
URL http://journals.openedition.org/imagesrevues/docannexe/image/8168/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. 4
Légende Pedro Berruguete, Autodafé présidé par Santo Domingo de Guzmán, 1493-1499, Musée du Prado, Madrid. Issu de www.museodelprado.es
URL http://journals.openedition.org/imagesrevues/docannexe/image/8168/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 5
Légende Couverture de quatre numéros différents de la revue Pelayos, 1937.
URL http://journals.openedition.org/imagesrevues/docannexe/image/8168/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Fig. 6
Légende Affiche et photogramme du film ¡Harka! de 1941.
URL http://journals.openedition.org/imagesrevues/docannexe/image/8168/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Javier Cuevas del Barrio, « Pélage : archéologie et utilisations de l’image d’un point de vue queer », Images Re-vues [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 03 octobre 2020, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/imagesrevues/8168

Haut de page

Auteur

Javier Cuevas del Barrio

Docteur en Histoire de l’Art à l’Université de Malaga (UMA) avec mention européenne, Javier Cuevas est professeur au Département d’Histoire de l’Art de l’UMA. En parallèle, il dirige le projet collectif « Cruising Torremolinos, Mémoire, image et identités LGBT/queer depuis les années soixante jusqu’à aujourd’hui » (https://cruisingtorremolinos.com/) et fait des recherches au sein du projet R&D « Pratiques de subjectivité dans les arts contemporains » (http://arteygenero.com). Il a par ailleurs réalisé des séjours de recherche au Département d’Histoire de l’Art de l’Université de Californie à Berkeley (2019), au Warburg Institute de Londres (2017) et à la Bibliothèque Borrominienne de Rome (2008).

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Images Re-vues est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search