Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  Barbier 1883, p. 51.
  • 2  Barbier 1883, p. 56.

1Lorsqu’on apporta à M. Bise, bibliothécaire de son état, un manuscrit qui venait d’être trouvé dans les combles du château de Chambéry, la découverte fut inattendue et pour le moins inespérée. Sous la plume de Victor Barbier1, l’événement prend même des allures de mystère : « Le conservateur actuel de la bibliothèque, M. Carret, m’a affirmé avoir entendu dire à son prédécesseur, M. Bouchet, dont il a été le collaborateur pendant dix ans, que le Bréviaire d’Amédée VIII avait été trouvé dans les combles du château de Chambéry après la Révolution et remis au prédécesseur de celui-ci, M. Bise, qui avait immédiatement compris la haute valeur de ce manuscrit sans cependant consigner de qui il le tenait. » Ainsi le Bréviaire d’Amédée VIII – ou plutôt de Marie de Savoie – entra dans les fonds de la bibliothèque municipale de la ville au début du xixe siècle, sous la cote no 4. Toujours selon Victor Barbier, ce fut encore un miracle si le manuscrit ne rejoignit pas immédiatement les collections du roi d’Italie : « Lorsqu’en 1824 le roi Charles-Félix visita la bibliothèque, les syndics de la ville eurent la pensée de lui offrir le Bréviaire d’Amédée VIII. M. Bise, le conservateur de ce précieux monument, partagé entre l’amour qu’il avait pour son roi et l’amour qu’il avait pour ses livres, fut tellement saisi de cette proposition qu’il manqua de se trouver mal, et il ne respira librement que lorsqu’il entendit le roi refuser avec une si touchante délicatesse le don de MM. les syndics2. »

  • 3  Le manuscrit mesure 30,5 sur 23 cm. Pour une description complète du manuscrit, voir p. 305-323. U (...)
  • 4  I + 733 (dont f. 655bis) + B ff., erreurs de foliotation : on passe du f. 369 au f. 380, du f. 564 (...)
  • 5  Quaternions à l’exception des cahiers 1 (ternion auquel a été collé un feuillet blanc, f. 8), 40 ( (...)

2Les érudits savoyards ont d’emblée compris qu’ils avaient acquis un ouvrage inestimable tant sur le plan historique qu’artistique. En dépit d’un séjour prolongé dans des combles, son parfait état de conservation avait laissé intactes la blancheur du parchemin et l’extraordinaire profusion décorative que le manuscrit déployait de page en page. Car dans le Bréviaire de Marie de Savoie3, les enlumineurs ne se sont pas contentés d’orner la page frontispice, ils ont enluminé, avec une constante prodigalité, tous les feuillets marquant les divisions principales du texte. Sur les sept cent vingt-quatre feuillets4, soit quatre-vingt-douze cahiers5 qui le composent, outre la page frontispice qui met en scène la destinataire dans une grande miniature, cent six feuillets sont marqués par des initiales historiées où l’iconographie religieuse rappelle la nature de l’office ou des lectures à réciter, et cent cinquante-cinq sont signalés par des initiales ornées. Les sous-divisions du texte sont annoncées par des initiales champies, lettres d’or sur fond tricolore rehaussé de blanc. Appliquant l’or jusqu’au décor secondaire, les enlumineurs ont en outre développé dans les bordures, prenant appui sur des antennes émergeant des initiales historiées et courant le long d’une des deux colonnes de texte, tout un univers profane d’oiseaux fantastiques, de petites scènes champêtres animées par des putti et d’animaux en style naturaliste.

  • 6  Victor Barbier, membre de l’Académie de Savoie, retrace dans sa notice (la première éditée du manu (...)

3Quelques années suffirent aux historiens locaux pour constater que ce bréviaire au luxe inouï n’était pas celui d’Amédée VIII6, figure emblématique d’une Savoie médiévale à son apogée, mais celui de sa fille Marie, qui épousa en 1428 Filippo Maria Visconti, duc de Milan.

  • 7  Toesca (1912) 1966,  p. 220.

4En 1912, Pietro Toesca7 reconnaît dans l’enlumineur principal celui qui a peint le manuscrit des Vitae Imperatorum de Suétone conservé à la Bibliothèque nationale de France (ms It. 131), un enlumineur anonyme milanais, actif dans le deuxième quart du xve siècle, particulièrement apprécié par le seigneur de Milan et son entourage. À la suite de ce savant, les historiens de l’art ne cesseront de citer le Bréviaire de Chambéry comme un témoin majeur de l’art lombard du xve siècle. Plusieurs fois, le manuscrit est exposé : à Milan en 1958 puis en 1988, à Paris en 1984, à Chambéry en 1998, à Troyes en 2004. Pas un ouvrage, pas un article traitant de l’enluminure lombarde au Moyen Âge ne l’omet.

  • 8  Voir la notice du manuscrit élaborée à l’occasion du catalogage scientifique des manuscrits médiév (...)
  • 9  Leroquais 1934, t. I, p. 255-260.
  • 10  Toesca 1951b, n. 9, p. XIV.
  • 11  Stones 1969, p. 7-12.

5Pourtant, confrontant l’abondante bibliographie avec une analyse minutieuse du manuscrit8, nous nous sommes rapidement aperçue que jamais l’ouvrage n’avait été étudié dans sa globalité codicologique, stylistique et iconographique. À l’image de sa couverture photographique très partielle, variant peu au fil des publications (une dizaine de planches différentes tout au plus, sur les cent six feuillets enluminés), le Bréviaire de Marie de Savoie n’était bien souvent évoqué que comme un manuscrit de luxe, illustrant parfaitement le style de l’enlumineur préféré de Filippo Maria Visconti, ou encore comme un bel exemple de l’art animalier, spécialité des enlumineurs lombards. Seule l’hétérogénéité de la facture qu’avait relevée Victor Leroquais9, dans sa notice publiée en 1934 dans Les bréviaires manuscrits des bibliothèques publiques de France, a réellement fait l’objet d’une recherche particulière de la part des historiens de l’art. Si la contribution de Belbello de Pavie, identifié par Pietro Toesca10 en 1951, a fait l’unanimité de la critique, celle des différents collaborateurs ayant travaillé à la manière du Maître des Vitae est entrée dans le grand débat et les querelles de spécialistes lancés par l’article d’Alison Stones11 en 1969 sur la distinction du corpus du Maître des Vitae de celui de son alter ego, le Maître Olivétain. Le nombre de manuscrits pouvant être affiliés à l’un ou l’autre des enlumineurs augmentant et changeant sans cesse, nous nous sommes confrontée à une littérature de plus en plus abondante sur le sujet. Loin d’éclaircir la situation, celle-ci a créé une véritable nébuleuse autour du Maître des Vitae et par là même autour du Bréviaire de Marie de Savoie.

6La difficulté des historiens de l’art à s’entendre sur l’attribution de telle enluminure à tel artiste reflétait à notre avis une problématique plus vaste, liée à la façon dont le métier d’enlumineur s’organisait à Milan en cette première moitié du xve siècle. En effet, comment expliquer l’uniformité d’un style difficilement différenciable et attribuable, sinon en comprenant comment se transmettaient les savoir-faire, les schémas de composition et autres motifs iconographiques d’un enlumineur à l’autre, la façon dont se répartissaient les tâches entre un chef d’atelier et ses collaborateurs. Quel rôle avait pu jouer un artiste comme le Maître des Vitae, dont la manière influencera toute la production milanaise du xve siècle ? Quels étaient ses liens avec la cour et les différents réseaux intellectuels et artistiques lombards, son accès à la commande, sa formation, ses filiations et sa postérité ? L’attribution, étape certes nécessaire à la connaissance du milieu de l’enluminure, nous semblait mener à une impasse ; peut-être fallait-il désormais éclairer le sujet sous un angle plus pragmatique jusque là ignoré des historiens de l’enluminure lombarde : les méthodes de production et les rouages de la commande.

7Le Bréviaire de Marie de Savoie, commande princière d’un luxe et d’une abondance ornementale hors du commun, n’a pu être qu’un travail de collaboration organisé. Aussi devient-il le lieu idéal pour observer et comprendre comment les tâches ont pu être distribuées entre les différents enlumineurs.

  • 12  Guilbert 1988.

8Afin de confronter les résultats obtenus, nous avons choisi d’examiner, parmi le corpus du Maître des Vitae, les manuscrits dont le décor était aussi abondant. Un problème s’est posé aussitôt, lié en partie à la complexité induite par une vision trop orientée sur l’attribution : les fluctuations du corpus. Il s’est donc avéré nécessaire de réexaminer la question et de procéder à un nouveau classement des œuvres attribuées au Maître des Vitae lui-même ou à son atelier. Classement certes provisoire et inévitablement orienté vers le but que nous nous étions fixé, mais qui nous a permis d’asseoir nos hypothèses sur un socle plus stable : un noyau d’une vingtaine de manuscrits où la main du Maître apparaît sans conteste.
Explorant les pistes liées au milieu de production, à la répartition des tâches et aux autres problèmes d’organisation, une question nous préoccupait cependant : pourquoi couraient dans les marges du Bréviaire de Marie de Savoie tous ces putti, ces animaux en style naturaliste, ces deux goitreuses se querellant avec leurs quenouilles ou encore cet homme arborant la guivre des Visconti et assassinant un pauvre manant allongé sur le sol ? Lorsque pour la première fois nous avons pu feuilleter page après page le Bréviaire de Marie de Savoie, la vivacité et la variété de ces motifs avaient d’emblée attiré notre attention, bien plus que les scènes religieuses circonscrites dans les initiales historiées procédant de l’iconographique traditionnelle des bréviaires. Ces motifs marginaux nous rappelaient en outre un univers familier, celui des manuscrits à marginalia du nord de la France de la fin du xiiie siècle12.

9Aussi étonnant que cela puisse paraître, les cent cinquante-quatre motifs peuplant les marges du Bréviaire n’avaient fait l’objet d’aucune étude, ni de la part des historiens de l’enluminure lombarde, ni de celle des spécialistes des manuscrits à marginalia.

  • 13  Mentionné dans l’inventaire de 1426 (Pellegrin 1955a, p. 117).

10Nous avons fait le constat que très peu de manuscrits lombards présentaient, en cette première moitié du xve siècle, ce type de décor. Le corpus constitué atteignait à peine cinq manuscrits dans une fourchette chronologique s’étalant sur plus d’une trentaine d’années, tous issus soit du corpus du Maître des Vitae ou de ses collaborateurs proches, soit de son successeur le Maître d’Ippolita Sforza et des personnalités artistiques lui étant affiliées. Comment expliquer la rareté de ces manuscrits lombards à marginalia, sinon en tentant de comprendre quelle avait pu être leur source iconographique, les raisons ayant suscité un tel choix et quelle place avait pu jouer une commande aussi prestigieuse que le Bréviaire dans leur élaboration et leur postérité, même restreinte ? Les résonances septentrionales relevées dans les marges de notre manuscrit nous ont alors menée à un ouvrage qui, au moment où le Maître des Vitae élabore le Bréviaire, se trouvait dans la bibliothèque de Pavie13. Aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote Fr. 95, l’Histoire du Saint Graal, dont les marges s’animent d’une multitude de motifs, a sans aucun doute été la source d’inspiration de l’enlumineur. Ainsi, à sa manière, le Maître des Vitae poursuivait-il une tradition ancrée depuis la fin du xive siècle à Milan, celle d’un engouement pour l’enluminure française.

  • 14  Berlin, Staatsbibliothek, ms Theol. Lat. Fol. 475 (voir p. 326-327).
  • 15  Venise, Accademia, inv. 2-8, 11-14 (voir p. 255-267).

11La découverte d’un bréviaire conservé à Berlin14, daté des années 1460, reproduisant certaines scènes de putti et un grand nombre d’animaux exactement à l’identique de ceux du Bréviaire de Marie de Savoie, a été fondamentale pour la poursuite de notre étude. Autant de similitudes à trente ans d’intervalle ne pouvaient qu’induire l’usage d’un medium dans la transmission des motifs. Des modèles avaient dû circuler entre le Maître des Vitae et son successeur. Peut-être s’agissait-il du carnet d’animaux conservé à Venise15, où diverses espèces étaient reprises trait pour trait soit dans le Bréviaire de Marie de Savoie, soit dans le Bréviaire de Berlin ?

12Ainsi, étudiant avec les marginalia de notre manuscrit la problématique des répertoires de motifs et de leur transmission, revenions-nous à l’organisation et aux méthodes de travail des enlumineurs à Milan.

13Enfin, au-delà de la cité lombarde, pouvions-nous nous interroger sur la postérité des motifs marginaux à l’extérieur des limites de l’atelier ? Apparemment ces derniers restent bien circonscrits dans le cercle proche du Maître des Vitae. Pourtant, suivant la trace de quelques animaux, plusieurs pistes nous ont conduite à l’atelier d’un artiste célébré par ses contemporains, le grand peintre véronais Pisanello. Les spécialistes admettent depuis longtemps l’influence qu’exerça l’enluminure lombarde sur l’artiste. Pouvions-nous, en dépit d’une complexité extrême, liée à la fluctuation du corpus des dessins du peintre et aux problèmes inhérents au processus de copie, préciser davantage cette influence lombarde en désignant l’atelier du Maître des Vitae comme lieu probable d’inspiration ? Si contact il y avait eu entre l’enlumineur attitré de Filippo Maria Visconti et l’artiste de passage, l’influence avait-elle pu être réciproque ?

14Le Bréviaire de Marie de Savoie, à la fois exceptionnel par son luxe, sa profusion décorative et son système ornemental à marginalia, s’est révélé être un remarquable laboratoire d’observation pour appréhender le milieu de la production des manuscrits enluminés à Milan dans le deuxième quart du xve siècle et ses multiples ramifications.
Mais au-delà de cette enquête stylistique et iconographique, c’est aussi le portrait d’une femme oubliée par l’histoire, que son bréviaire laisse émerger. Une femme qui, malgré elle, s’est trouvée au cœur des conflits entre les Savoie et les Visconti.

Notes

1  Barbier 1883, p. 51.

2  Barbier 1883, p. 56.

3  Le manuscrit mesure 30,5 sur 23 cm. Pour une description complète du manuscrit, voir p. 305-323. Une couverture photographique complète est disponible sur www.enluminures.culture.fr.

4  I + 733 (dont f. 655bis) + B ff., erreurs de foliotation : on passe du f. 369 au f. 380, du f. 564 au f. 566.

5  Quaternions à l’exception des cahiers 1 (ternion auquel a été collé un feuillet blanc, f. 8), 40 (ternion contenant la fin du Temporal f. 313 à 318), 91 (binion : f. 729 à 732) et 92 (bifeuillet : f. 733-734).

6  Victor Barbier, membre de l’Académie de Savoie, retrace dans sa notice (la première éditée du manuscrit) l’historique de l’identification. Il note que le bréviaire a été de tout temps désigné sous le nom de Bréviaire d’Amédée VIII bien que personne ne sache d’où provient cette affirmation. Il rapporte ensuite que le marquis de Beauregard et Léon Ménabréa s’empressèrent de démentir cette fausse tradition, reconnaissant les armes des Visconti (Barbier 1881, p. 51-57). Perpéchon ou Leroquais dans leurs notices précisent encore « Bréviaire dit d’Amédée VIII » (Perpéchon 1901, p. 707et Leroquais 1934, p. 255).

7  Toesca (1912) 1966,  p. 220.

8  Voir la notice du manuscrit élaborée à l’occasion du catalogage scientifique des manuscrits médiévaux conservés à Chambéry : Heid-Guillaume et Ritz 1998, p. 30-41.

9  Leroquais 1934, t. I, p. 255-260.

10  Toesca 1951b, n. 9, p. XIV.

11  Stones 1969, p. 7-12.

12  Guilbert 1988.

13  Mentionné dans l’inventaire de 1426 (Pellegrin 1955a, p. 117).

14  Berlin, Staatsbibliothek, ms Theol. Lat. Fol. 475 (voir p. 326-327).

15  Venise, Accademia, inv. 2-8, 11-14 (voir p. 255-267).

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Ritz-Guilbert, « Introduction », in Des drôleries gothiques au bestiaire de Pisanello. Le Bréviaire de Marie de Savoie, Paris, INHA/CTHS (« Les Essais de l'INHA »), 2010.

Référence électronique

Anne Ritz-Guilbert, « Introduction », in Des drôleries gothiques au bestiaire de Pisanello. Le Bréviaire de Marie de Savoie, Paris, INHA/CTHS (« Les Essais de l'INHA »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 17 juin 2011, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/inha/2919

Droits d’auteur

Tous droits réservés