Navigation – Plan du site

Extrait de la deuxième partie (chapitre I) « Le Bréviaire de Marie de Savoie, un manuscrit à plusieurs mains », p. 75-93.

Texte intégral

  • 1  Mugnier 1894, p. 27-76.
  • 2 Toesca 1912, p. 531 (rééd., 1966, p.220).
  • 3  Paris, BNF, ms It. 131 (Vitae imperatorum de Suétone) ; Paris, BNF, ms It. 118 et 119 (Tite-Live)  (...)
  • 4  Paris, BNF, ms It. 131. La numérotation des planches et des figures suit celle de la publication p (...)

1Si François Mugnier1 a largement contribué à faire connaître le Bréviaire de Marie de Savoie en publiant en 1894 une description minutieuse des enluminures et en le replaçant dans un contexte historique milano-savoyard, il fallut attendre l’ouvrage fondamental de Pietro Toesca2 en 1912, La Pittura e la miniatura nelle Lombardia dai piu antichi monumenti alla metà del Quattrocento, pour comprendre de quel milieu artistique le manuscrit était issu. Dans un chapitre consacré à l’enluminure lombarde de la première moitié du xve siècle, le savant fait en effet émerger aux côtés de Michelino da Bessozo et des Zavatarri la personnalité d’un artiste actif à Milan entre 1430 et 1447, autour duquel il rassemble un petit groupe de manuscrits3, dont notre bréviaire. Il désigne l’enlumineur demeuré anonyme du nom de sa plus ancienne œuvre datée, les Vitae Imperatorum de Suétone, manuscrit commandé par Filippo Maria Visconti en 1431 et conservé à la Bibliothèque nationale de France4 (pl. V).

V. Suétone, Vitae imperatorum, l’empereur Julien l’Apostat et un astrologue, Maître des Vitae Imperatorum, 1431. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. It.131, f. 81 v.

  • 5  Parmi ses émules, il cite Ambrogio da Marliano.
  • 6  Le Maître du Filocolo, par exemple.
  • 7  Toesca 1912, p. 533, n. 3.
  • 8  Leroquais 1934, t. I, p. 255-260.

2Pietro Toesca a d’emblée pressenti l’importance du Maître des Vitae pour l’enluminure lombarde de cette époque, tant sur le plan de la qualité que sur celui de la quantité de ses œuvres : non seulement l’enlumineur a accès de façon privilégiée à la commande princière et ses principaux commanditaires sont le seigneur de Milan lui-même ou des gens influents de son entourage, mais encore il est à la tête d’un « atelier » prolifique et influent5. Pietro Toesca met déjà en évidence quelques personnalités distinctes bien que particulièrement proches6 et dresse dans une note7 une liste importante de manuscrits dont le style est fortement redevable à l’enlumineur. Dans cette première étape de connaissance du milieu de l’enluminure lombarde et de son principal représentant pour la première moitié du xve siècle, Pietro Toesca n’évoque pas encore la participation au Bréviaire de Marie de Savoie du deuxième champion de l’enluminure milanaise, celui qu’on nommera bientôt Belbello de Pavie, dont il individualise cependant, quelques pages plus loin, la production. C’est à Victor Leroquais8 que l’on doit d’avoir relevé le caractère hétérogène de la facture du Bréviaire de Marie de Savoie. Le liturgiste français repère en effet une différence notable dans l’exécution des feuillets 435 à 438v (pl. VI ; fig. 15).

VI. Bréviaire de Marie de Savoie, office de saint Anastase, Belbello de Pavie, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 436v.

15. Bréviaire de Marie de Savoie, office de sainte Émérentienne, Belbello de Pavie, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 437, détail.

  • 9  Toesca 1951b, n. 9, p. XIV.
  • 10  Manuscrit en deux parties conservées à la Bibliothèque nationale de Florence : Banco Rari 397 et L (...)

3En 1951, Pietro Toesca9, analysant la participation de Belbello de Pavie au célèbre Offiziolo Visconti10, revient à l’étude du Bréviaire de Marie de Savoie et propose d’attribuer à l’enlumineur les quatre feuillets relevés par Victor Leroquais.

  • 11  Arte Lombarda 1958.
  • 12  Cipriani 1957, p. 45-53.
  • 13  Il serait, pour l’historienne de l’art, l’enlumineur du manuscrit de la Vaticane Vat. Lat. 1903, o (...)
  • 14  Arslan 1963, p. 25-66.

4La grande exposition11 qui se déroule à Milan en 1958, où le bréviaire de Chambéry est présenté au public pour la première fois, relancera l’étude de l’enluminure lombarde, venant conforter et étendre les bases qu’avait magistralement jetées Toesca un demi-siècle plus tôt. Grâce à des travaux annexes comme ceux d’Élisabeth Pellegrin sur les bibliothèques d’humanistes lombards ou son incontournable étude de la bibliothèque de Pavie, des manuscrits sont identifiés et le champ d’investigation, élargi. Tandis qu’on voit le corpus du Maître des Vitae s’étoffer, on constate une tendance chez les historiens de l’art à faire émerger, à partir de son corpus, des personnalités distinctes de ce dernier. Déjà Renata Cipriani12 en 1957 avait tenté d’individualiser Giovanni da Vaprio, un enlumineur documenté dans les comptes de la Fabrique de Milan entre 1426 et 1449 et auteur présumé de diplômes copiés le plus souvent pour Vitaliano Borromeo entre 1430 et 144613 dans un style parfaitement similaire à celui du Maître des Vitae. En ce qui concerne le Bréviaire de Marie de Savoie, la vision « monolithique » d’une œuvre à deux mains évolue : Edoardo Arslan14 signale en 1963 la présence d’une troisième main travaillant dans le style du Maître des Vitae.

  • 15  Stones 1969, p. 7-12.
  • 16  Toesca 1969.
  • 17  De Marchi 1991, p. 113-130.

5En 1969, un article paru dans le Burlington Magazine à propos d’une miniature italienne de la collection Gambier-Parry de l’université de Londres va révolutionner l’univers du Maître des Vitae. Alison Stones15 y révèle la personnalité d’un nouvel enlumineur, le Maître Olivétain, dont le nom apparaît sur un fragment de la collection Cini conservé à Venise. Elle regroupe autour de lui tout une série de fragments éparpillés dans diverses bibliothèques. Dorénavant la critique ne cessera d’hésiter quant aux attributions entre le Maître des Vitae et son alter ego, le Maître Olivétain. Pour Ilaria Toesca16, comme plus tard pour Andrea de Marchi17, la différence qu’on peut observer entre les deux mains est à mettre sur le compte d’une évolution dans le temps de la manière propre du Maître des Vitae. Au contraire, Miklos Boskovits, Milvia Bollati et Luisa Tognoli Bardin entérinent la différenciation en séparant les deux artistes dans le catalogue d’exposition Arte in Lombardia tra gotico e rinascimento qui se déroule à Milan en 1988.

  • 18  Cadei 1984, p. 146-163.
  • 19  Dix sièclesd’enluminure italienne 1984, p. 148, 149.

6Les partisans de la thèse lancée par Alison Stones évoquent la présence simultanée des deux enlumineurs dans plusieurs manuscrits. Sous cet angle, le Bréviaire de Marie de Savoie est à nouveau examiné. Pour Antonio Cadei18, la page frontispice du f. 9 cristallise tous les problèmes : la Vierge est de la main du Maître des Vitae, alors que le cortège de saints est l’œuvre du Maître Olivétain. Il voit en outre le David priant du f. 319v comme une œuvre autographe du Maître Olivétain. Mais la dichotomie de facture entre Maître des Vitae et Maître Olivétain au sein même du manuscrit de Chambéry ne remporte pas tous les suffrages. Le catalogue de l’exposition Dix siècles d’enluminure italienne19 qui se tient à Paris en 1984 ne mentionne aucunement l’hypothèse de l’auteur italien.

  • 20  Cappugi 1985, t. I, p. 285-296.
  • 21  Cappugi 1985, p. 287.
  • 22  Cappugi1992, p. 159-168.

7Jusqu’à la fin des années 1990, les avis se succèdent et souvent se contredisent. Elisabetta Cappugi20, dans son article sur le manuscrit de L’Enfer de Dante, évoque succinctement la participation de plusieurs enlumineurs pour l’élaboration du Bréviaire de Marie de Savoie : outre le Maître des Vitae, Belbello de Pavie et le Maître Olivétain auquel elle n’attribue pas les mêmes enluminures qu’Antonio Cadei, elle mentionne « diversi discepoli e apprendisti di queti maestri21 » [divers disciples et apprentis de ces maîtres], précisant un peu plus loin qu’ils sont au moins deux, peut-être trois ou quatre. L’auteur revient ensuite sur ses observations et ses attributions antérieures dans un article monographique22 entièrement consacré au Bréviaire (le premier depuis les notices de François Mugnier et Victor Leroquais). Pour elle, mis à part Belbello de Pavie, l’ensemble des enluminures peut être réparti en trois groupes correspondant à des personnalités différentes. Le Maître des Vitae aurait exécuté les initiales historiées des feuillets 319v, 346v, 353, 340, le guépard de la marge du f. 319v et les goitreuses du f. 712v. Un collaborateur dans l’obédience du Maître Olivétain serait responsable du saint Paul de la page frontispice et de toutes les initiales historiées représentant les saints en buste. Le troisième artiste, auteur du fragment Cini, donc le Maître Olivétain, aurait enluminé le Christ de l’initiale historiée de la page frontispice et les initiales des feuillets 377v (musiciens du psaume Exultet), 241v (la Cène), 742v (Annonciation) et 543 (saint Christophe).

  • 23  Melograni 1990, p. 273-314, n. 144.

8À peine deux ans plus tard, Anna Melograni23 remet en cause les conclusions d’Elisabetta Cappugi. Elle reconnaît, outre la participation de Belbello de Pavie (f. 436v-438v), celle du Maître des Vitae dans la totalité du psautier (f. 319, 319v, 340, 346v, 353, 359, 367v, 385, 394v), aux f. 413v (sainte Lucie fig. 8) et 421 (saint Martin), le reste étant l’œuvre de deux ou trois collaborateurs moins experts, dont le plus doué est celui qui a enluminé l’initiale historiée représentant saint Paul dans la page frontispice.

8. Bréviaire de Marie de Savoie, office de saint Nicolas, Maître des Vitae Imperatorum (?),vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 413v.

  • 24  Melograni 1992.

9Elle ajoute qu’elle ne croit pas que ce dernier puisse être le Maître Olivétain dont parle Antonio Cadei. Notons que l’historienne de l’art reviendra sur son opinion puisqu’en 199224 à propos des antiphonaires de Voghera, elle cite notre bréviaire comme un « manuscrit contact » entre Maître des Vitae et Maître Olivétain.

10Comme nous pouvons le constater, l’historiographie souligne à quel point la différenciation et l’attribution des mains qui ont enluminé le Bréviaire de Marie de Savoie sont un exercice complexe et pour ainsi dire impossible. Cette difficulté est en réalité inhérente à un problème plus vaste. Il faut admettre qu’on sait finalement peu de chose sur le métier d’enlumineur à Milan en cette première moitié du xve siècle. Comment s’organisait la production des manuscrits enluminés ? Qui étaient les enlumineurs ? La plupart, comme le Maître des Vitae, sont anonymes, et les comptes de la cour et les archives qui auraient pu nous renseigner sur eux sont détruits ou muets. On ignore tout, en outre, de l’apprentissage de ces artistes et lesquels pouvaient finalement prétendre directement à la commande. Nous verrons plus loin en examinant le corpus du Maître des Vitae que sa participation dans un manuscrit se limite parfois à un seul feuillet et que le reste est à la charge de collaborateurs. Sans doute, dans ce cas, la commande lui incombait-elle, mais qu’en est-il des manuscrits où sa main n’apparaît pas, alors que tout rappelle sa manière : style, schémas de composition, vocabulaire ornemental, motifs iconographiques ou mises en page ? Les associations qu’on pressent autour du Maître des Vitae sont-elles ponctuelles à l’occasion d’une grande commande ou bien régulières, et peut-on parler alors, même si cela n’implique pas forcément une unité de lieu, d’atelier ? Il est clair que la participation de Belbello de Pavie au Bréviaire de Marie de Savoie entre dans la première catégorie, mais qu’en est-il des autres collaborateurs ?

11La connaissance des rouages de la commande, de l’organisation du travail, de ses implications dans la participation des aides et de la répartition de leurs tâches, des méthodes de transmission des savoir-faire et des schémas ou autres motifs iconographiques nous permettrait sans doute de comprendre pourquoi la manière du Maître des Vitae s’est diffusée pendant plus d’un quart de siècle et a dominé tout autre forme stylistique au point de rendre difficile les attributions définitives et la distinction des différents acteurs, avec le risque évidemment de dissocier des entités artistiques et des personnalités à part entière.

  • 25  Le Maître Olivétain pourrait en effet être identifié avec le « frater Jeronimus miniator de Mediol (...)
  • 26  Ce graduel a fait récemment l’objet d’une vente aux enchères. Voir Bollati 2008.
  • 27  Pour le corpus du Maître Olivétain, voir la liste proposée par Anna Melograni (Melograni 1994) et (...)

12Si l’on revient sur le problème du Maître Olivétain par exemple, les hésitations et querelles de spécialistes, loin d’éclaircir nos connaissances sur le milieu de l’enluminure milanaise, ont surtout contribué à rendre confuse une production déjà difficile à cerner par sa profusion. Les spécialistes se sont essentiellement attachés à définir le style de l’enlumineur par rapport à celui du Maître des Vitae, ce qui en soit est un exercice périlleux et souvent subjectif. « Moins vigoureux », « moins incisif », « plus doux », « plus élancé » sont les termes les plus fréquemment utilisés et ils pourraient tout aussi bien caractériser l’évolution dans le temps de la manière d’un seul et même artiste. Anna Melograni25, qui a retrouvé dans les archives de l’ordre olivétain le nom d’un enlumineur attesté entre 1429 et 1449, un certain Girolamo da Milano, et proposé de l’identifier avec l’auteur du fragment de la collection Cini, tente de reconstituer la chronologie de la carrière de l’artiste par rapport à celle du Maître des Vitae. Mais il n’existe pas d’étude approfondie et globale sur l’originalité propre du moine olivétain, ses choix iconographiques, ses schémas de compositions privilégiés, ce qui en définitive constitue sa personnalité artistique. Peut-être faut-il mettre cette lacune sur le compte de la nature même du corpus rassemblé autour de lui, constitué uniquement, à l’exception de la règle de saint Benoît et d’un graduel26, de fragments qui hors de leur contexte codicologique sont par essence même difficiles à interpréter27. Il nous semble donc périlleux de comparer des ouvrages « d’atelier », tel le Bréviaire de Marie de Savoie, avec le corpus d’un artiste à la personnalité si peu définie et dont la principale caractéristique est comme la plupart des collaborateurs du Maître des Vitae d’avoir un style pratiquement similaire à ce dernier.

  • 28  Nous reprenons, en les développant, les hypothèses que nous avions proposées dans la notice du cat (...)

13La critique est unanime, et il n’y a aucun doute pour nous sur le fait que le Bréviaire de Marie de Savoie est un manuscrit exécuté à plusieurs mains28 et que le Maître des Vitae en est le maître d’œuvre. Les enlumineurs, à l’exception de Belbello de Pavie, se sont tous efforcés de travailler à la manière de ce dernier. Certains sont doués, d’autres moins. Malgré l’uniformité de style, des personnalités émergent, originales. Aussi nous a-t-il paru intéressant de différencier les mains, non dans un souci d’attribution, mais plutôt pour comprendre comment se répartissaient les tâches, quel était le rôle du Maître des Vitae dans l’organisation, quelle part de créativité il laissait à ses collaborateurs et comment expliquer la participation de Belbello de Pavie limitée à quatre feuillets.

Maître et collaborateurs

  • 29  Voir tableau p. 309. Nous avons indiqué dans la colonne « I. Historiée (enlumineur) » le nom des t (...)
  • 30  Heid-Guillaume et Ritz 1998, fig. 34.

14La main du Maître des Vitae29 apparaît sans conteste dans toute la totalité du Psautier (f. 319, 319v, 340, 345v, 346v, 353, 359, 367v, 385, 394v) (pl. II, IV, VIII) ainsi que dans le feuillet qui marque le début de l’office de sainte Lucie (f. 42130).

II. Bréviaire de Marie de Savoie, Psautier avec mention de dédicace et Dieu en majesté, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 319.

IV. Bréviaire de Marie de Savoie, psaume 26, David désignant ses yeux sous le regard de Dieu, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 340.

VIII. Bréviaire de Marie de Savoie, psaume 97, franciscains au lutrin, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 385.

  • 31  La technique employée par le Maître des Vitae est de manière générale la peinture gouachée. Trois (...)

15Le remarquable éclat qui émane de ces quelques pages révèle un dessin ferme, serré et vigoureux, des coloris raffinés mais soutenus que l’on peut sans difficulté comparer avec le manuscrit éponyme31 (pl. V).

16On reconnaît la même précision analytique du graphisme jusque dans le rendu des touffes d’herbes en forme d’étoile. Lorsque l’empereur Julien l’Apostat consulte l’astrologue au f. 81vdes Vitae Imperatorum, la scène se déroule sur un parterre d’herbes similaire à celui où se tient David au f. 340 du Bréviaire (pl. IV).

17Le Maître a pour habitude de modeler les visages et les carnations de ses personnages par des ombres légèrement vertes. Dans le Bréviaire de Marie de Savoie, il en a accentué l’effet pour la figure de l’insensé du psaume 52 (f. 353) ou celles des franciscains au lutrin (f. 385)(pl. VIII).

18Dans le psautier, le Maître des Vitae ne s’est pas contenté d’enluminer les initiales historiées. Il exécute aussi la plupart des illustrations marginales, que ce soit les animaux, singe de ménagerie (f. 319) (pl. II), chien courant après un lièvre (f. 319v) (pl. XXIII), guépard (f. 319v) (fig. 3), paon (f. 340) (pl. IV), sauterelle verte (f. 346v), ou encore les putti.

XXIII. Bréviaire de Marie de Savoie, chien poursuivant un lièvre, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 319v, détail.

3.Bréviaire de Marie de Savoie, guépard, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 319v, détail.

19Il n’a pas son pareil pour suggérer l’épaisseur d’une fourrure ou la délicatesse des nus enfantins. Il suffit de mettre côte à côte le putto de sa main du f. 353 (fig. 5), aux formes rebondies, jouant de la cornemuse assis sur un coussin dans l’herbe étoilée, et celui d’un collaborateur au f. 594v (fig. 6), à l’ossature maladroitement saillante, assis lui aussi sur un coussin posé dans une herbe aux formes floues, pour en être convaincu.

5. Bréviaire de Marie de savoie, putto assis sur un coussin et jouant de la crnuemuse, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 353, détail.

6. Bréviaire de Marie de Savoie, putto assis sur un coussin, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, autour de 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 594v, détail.

20Sa virtuosité dans le rendu du mouvement et de la robe tachetée du guépard bondissant dans la marge du f. 319v (fig. 3) n’est en rien comparable à la manière du collaborateur qui a peint sans grand effet volumétrique, tranquillement posé sur un réceptacle d’herbe au f. 511 (fig. 4), un autre spécimen de la même espèce.

4. Bréviaire de Marie de Savoie, guépard, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 511, détail.

21Seules les illustrations marginales du f. 367v, oiseaux et putti, et la libellule du f. 385 (pl. VIII) sont d’une qualité inférieure.

22Si le Maître des Vitae s’est chargé de la majorité des motifs animés des feuillets cités, a-t-il aussi réalisé le décor ornemental ? De toute évidence, il a enluminé lui-même le corps des initiales qu’il a historiées. Qu’elles soient roses, vertes ou bleues, la précision du trait est constante, frappante même par rapport à celles des collaborateurs. Composé d’éléments architecturaux de style gothique ou de feuilles d’acanthe stylisées, elles sont toutes traitées en camaïeu, créant un effet de relief particulier. Sa participation au décor purement ornemental ne semble pas se limiter aux initiales. Une observation nous incite à penser qu’il s’est chargé lui-même d’une bonne partie de l’exécution des rinceaux et motifs végétaux. En effet, nous pouvons observer aux feuillets 319, 319v, 353, 359, 367v, 385, 394v et 421 (soit huit feuillets sur les douze de sa main), une forme de rinceau originale qui n’apparaît nulle part ailleurs dans le manuscrit. Au lieu d’être tracés finement à la plume comme des filigranes (pl. VII) ces rinceaux sont épais et colorés, bleus ou roses, un fin rehaut blanc venant souligner le centre (pl. VIII).

VII. Bréviaire de Marie de Savoie, office de saint Saturnin, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 409.

  • 32  Cambridge, Fitzwilliam Museum, ms 28 (Cambridge 2005, no 55, p. 143,144).

23Moins sinueux que les rinceaux fins, ils forment des « branches » recevant des motifs peu variés de vignettes à la française, feuilles trilobées ou arrondies et dentées du type de la feuille de violette. Regroupées par variétés, ces feuilles s’accrochent au rinceau en quinconce. Cette forme de rinceaux épais a été reprise par le Maître des Vitae pour orner la page frontispice du Pontifical de Pizolpasso conservé à Cambridge32 (pl. XV).

XV. Pontifical de Pizolpasso, page frontispice, Maître des Vitae Imperatorum, entre 1433 et 1438. Cambridge, Fitzwilliam Museum, ms. 28, f. 1.

  • 33  Nous n’avons pas d’explication à cette mise en valeur particulière de ce psaume et du Quicumque.

24Le psautier, contrairement au Temporal, au Sanctoral et au Commun des saints, ne comprend pas d’initiales ornées. Le début de chaque psaume et des hymnes est marqué par une initiale champie sauf pour le psaume 37 au f. 345v (fig. 7) et le Credo au f. 334v33 qui sont ornées. Or ces lettres ornées sont totalement différentes de celles de reste du manuscrit présentant généralement dans leur champ de larges feuilles de vignes stylisées de couleurs différentes.

7. Bréviaire de Marie de Savoie, initiale ornée avec ange tenant des rinceaux, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 345v.

25Les antennes des initiales du psautier sont en outre ornées d’un motif de croissant de lune assez peu fréquent dans le Bréviaire (fig. 31).

31. Bréviaire de Marie de Savoie, office de saint Pierre, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 450.

31. Bréviaire de Marie de Savoie, office de saint Pierre, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 450 (détail).

26L’originalité de ces initiales s’explique-t-elle par le fait qu’elles sont de la main du Maître des Vitae ? Apparemment, l’enlumineur pourrait s’être chargé de la décoration du psautier dans son entier, à peine secondé par un collaborateur. L’étude stylistique des initiales champies sur lesquelles nous reviendrons semble confirmer cette hypothèse de l’entité psautier comme unité codicologique (cahiers 41 à 51) de décoration.

27L’office de sainte Lucie (f. 421), qui est indubitablement de la main du Maître des Vitae, s’intercale sans raison apparente au sein du Sanctoral. Encore une fois l’enlumineur s’est chargé de la totalité du décor de la page, rinceaux épais et dragons sont tracés avec la même minutie graphique que le visage de la sainte. L’unité ornementale se résume dans ce cas précis à la page, le feuillet de l’office de saint Thomas au f. 424 et l’initiale ornée du f. 420 qui appartiennent au même cahier (52), ont été enluminés par un collaborateur.

  • 34  Melograni 1990, no 144.

28C’est avec plus de circonspection que nous attribuerons au Maître des Vitae le saint Nicolas (f. 413v) (fig. 8) qu’avait signalé Anna Melograni34 comme autographe.

29Certes, le corps de l’initiale a toutes les caractéristiques de celles du Maître des Vitae : précision du trait, camaïeu de couleur et impression de relief, mais la qualité du graphisme du saint est légèrement inférieure.

30Le problème de la page frontispice (pl. I) est certainement plus complexe encore.

I. Bréviaire de Marie de Savoie, page frontispice avec scène de présentation et armoiries, début du Temporal, saint Paul et Christ en buste, Maître des Vitae Imperatorum et collaborateurs, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 9.

31Les deux initiales historiées ne sont pas du Maître des Vitae, ni du moine olivétain ayant signé l’initiale Cini de Venise ou d’un de ses collaborateurs comme l’avait proposé Elisabetta Cappugi. Elles sont du collaborateur principal que nous désignerons dorénavant sous ce terme et qui est responsable de la majorité des portraits de saints en buste du Sanctoral. Il se caractérise par des visages assez larges, marqués dans le prolongement des ailes du nez par deux profonds sillons brun rouge. La teinte des carnations de ses figures masculines est souvent foncée. S’il utilise comme le Maître des Vitae la couleur verte pour modeler ses visages, cette couleur est employée avec moins de subtilité, brouillant parfois l’effet escompté.

32Est-ce le collaborateur principal qui a enluminé la scène de présentation ? Nous n’avons pas de certitude à ce sujet, même si ce dernier peut tout aussi bien, surtout pour les figures féminines, remplir davantage les joues et éclaircir sa palette. En revanche, il est fort probable que ce n’est pas le Maître des Vitae qui a peint cette scène. En effet, si la Vierge peut, par sa posture assise sur un trône monumental, s’apparenter à une figure du Maître des Vitae, l’effet éclatant et lumineux qui émane avec force des figures du psautier lui fait manifestement défaut. Le constat se répète pour la figure de Marie de Savoie et celles des personnages qui forment le cortège céleste. Le Maître se serait-il contenté de dessiner la composition d’ensemble de la scène et de laisser au collaborateur principal le soin de la mettre en couleurs ? Nous pourrions encore citer le corps de l’initiale où figure saint Paul. La structure architecturale habitée de putti semble directement issue de l’imaginaire du Maître des Vitae alors que la facture est loin d’atteindre sa qualité. Cette distribution des rôles paraît étonnante. Pourquoi le chef d’atelier, celui à qui la commande a sans aucun doute été faite, ne s’est-il pas chargé de la page frontispice lui-même, celle qui à nos yeux est la plus importante ?

  • 35  Voir p. 164.

33Nous n’avons pas repéré dans le corpus du Maître des Vitae d’autres exemples où ce dernier n’aurait pas, ou partiellement pas, enluminé lui-même la page frontispice. Au contraire même, dans le bréviaire Latin 760 de la BNF35, il ne peint que la page frontispice (fig. 9).

9. Bréviaire, page frontispice, Maître des Vitae Imperatorum et collaborateur, vers 1440. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. Lat. 760, f. 7.

34Certes, dans le Bréviaire de Marie de Savoie, le Psautier tient la place d’honneur. Nous avons évoqué dans le chapitre consacré à la mention de dédicace combien cette section était primordiale. D’une part, c’est la partie d’un bréviaire la plus souvent ouverte car la plus lue. D’autre part, sans doute pour cette même raison et parce que le début du psautier correspond au centre matériel du codex, c’est précisément cet emplacement que le commanditaire a choisi pour faire copier la mention de dédicace où son nom apparaît en toutes lettres. Il fallait un enlumineur expérimenté, le chef d’atelier, pour magnifier la page et créer à cette occasion une iconographie originale : un Dieu en majesté en tête de l’hymne. Le Maître des Vitae s’est réservé un morceau de choix en enluminant le psautier, mais cela n’explique évidemment pas pourquoi il ne participe pas plus activement à la page frontispice.

35Deux autres initiales dont le style et la composition sont assez déconcertantes pourraient trouver une explication dans un procédé à peu près similaire : composition et premier jet du Maître des Vitae, mise en couleurs du collaborateur principal. Il s’agit de l’initiale historiée figurant saint Jean à Patmos, où embarcations, herbe étoilée, position du corps de l’apôtre sont certainement issus de l’inspiration du Maître, tandis qu’on retrouve dans le visage les mêmes traits que ceux de saint Paul. La deuxième initiale est celle de la Création d’Adam et Ève, où la facture est très inférieure à la mise en scène.

36Si les qualités graphiques et picturales du Maître des Vitae, caractérisées par une précision presque analytique du trait et l’usage des couleurs, individualisent totalement sa personnalité artistique, il en va bien différemment de ses collaborateurs.

37Lorsqu’il s’agit de les différencier, tous les critères semblent faussés. Certes, il n’y a pas de doute pour affirmer que le collaborateur principal qui a enluminé le saint Paul (pl. I) a aussi réalisé le saint Thomas (fig. 10) et la figure de Joachim au f. 416v.

10. Bréviaire de Marie de Savoie, office de saint Thomas, saint Thomas, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 424.

38S’il a fait celle de Joachim et de sainte Anne et l’ange de la même scène, il est probablement celui qui a réalisé le saint Saturnin (pl. VII), très proche de sainte Agnès (pl. III).

III. Bréviaire de Marie de Savoie, office de sainte Agnès, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 430v.

39Pourtant sainte Agnès ne présente plus les mêmes critères caractéristiques que le saint Paul initial. Faut-il en déduire la participation de deux personnalités distinctes, mais quasi-jumelles ?

40Finalement la difficulté rencontrée s’apparente un peu à celle créée par l’émergence du Maître Olivétain dont le style moins « fort » que celui du Maître des Vitae est décidément repérable un peu partout là où l’influence de ce dernier s’exerce mais non son pinceau. Les enchaînements successifs de rapprochements deviennent alors risqués, et bien souvent on s’aperçoit que les extrémités de la chaîne ainsi constituée n’ont plus rien en commun. C’est probablement pour ces raisons que le monde de l’enluminure lombarde de la première moitié du xve siècle apparaît davantage comme un nœud inextricable, que comme un réseau bien cartographié d’enlumineurs s’associant ou non, au gré de la commande. Les fluctuations de style que l’on remarque dans le Bréviaire de Marie de Savoie sans pouvoir vraiment les analyser de façon cohérente reflètent finalement une réalité complexe, similaire à celle qui se passe à un niveau plus large.

41Néanmoins, ce qui caractérise le Bréviaire et le rend assez exceptionnel au sein du corpus du Maître des Vitae et plus largement dans la production lombarde de manuscrits enluminés, à savoir le nombre important de ses enluminures, peut nous permettre de dégager quelques explications possibles à ces fluctuations de style, moins liées à la personnalité artistique peu marquée d’un enlumineur qu’aux contraintes de la commande. En effet, le Bréviaire de Marie de Savoie est une entreprise absolument gigantesque et l’on observe par exemple, surtout dans la deuxième partie du manuscrit, une baisse substantielle de la qualité des enluminures. Les saints Jean et Paul du f. 519v (fig. 11, détail), par exemple, sont nettement bâclés.

11. Bréviaire de Marie de Savoie, office de saint Jean et saint Paul, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 519 (détail).

42Si on les compare avec les saints Nazaire et Celse, formellement très proches du f. 546, il semble qu’il leur manque les ombres sur le visage, que les cheveux sont réduits à leur plus simple expression, comme plaqués sur le haut de la tête sans aucune transition, et que les pupilles ont rapidement été posées sans le dessin préalable des orbites. On pourrait presque se demander si les saints Jean et Paul ont été achevés, s’il ne leur manque pas une dernière touche de peinture. L’analyse de l’iconographie religieuse que nous développerons dans un deuxième temps nous incite à penser qu’il fallait que l’ouvrage soit exécuté rapidement ; sinon pourquoi tant de portrait de saints, posant toujours de la même façon, alors que s’offrait un choix varié de scènes narratives mais certainement plus longues à peindre ? Ainsi, soit les collaborateurs initiaux durent, pour aller plus vite et terminer l’ouvrage dans les temps, négliger la qualité des enluminures, soit le Maître des Vitae fit appel, au cours de la réalisation, à un enlumineur moins expérimenté mais disponible pour augmenter la cadence. L’apparition à partir du f. 489v d’une couleur verte inconnue jusque là, utilisée en aplats presque sans rehauts plus clairs pour les corps des initiales, comme nous pouvons l’observer dans l’initiale du saint Félix du f. 491 et les palmes des martyrs que portent les saint Jean et Paul au f. 519v, semblerait plutôt indiquer l’arrivée d’un nouveau venu en cours de réalisation, mais cela n’exclut pas pour autant la première solution d’un enlumineur pressé par le temps.

43Toujours avec cette même difficulté à trancher dans la différenciation des mains entre l’hypothèse de phases différentes d’un même artiste ou celle de l’intervention d’artistes distincts, nous citerons encore dans la même veine que l’enlumineur principal celui qui a peint le portrait de saint Saturnin au f. 409 (pl. VII).

44La qualité saute aux yeux même si elle n’émane pas du Maître des Vitae lui-même. Ici, l’artiste n’utilise pas la couleur verte pour ombrer le visage, et le dessin est plus précis. En revanche, les plis des vêtements sont moins souples. L’explication de cette différence ténue de style s’explique peut-être par l’emplacement de l’initiale dans le manuscrit. L’office de saint Saturnin est celui qui inaugure le Sanctoral. Il est logique qu’on en prenne soin. Le fond bleu parsemé d’étoiles à filaments d’or est non seulement raffiné mais il est unique dans le manuscrit.

45Si la place de l’initiale est déterminante et influe sans aucun doute sur le rendu stylistique, l’iconographie l’est tout autant. On observe effectivement des différences entre les portraits de saints en buste d’une échelle assez grande sur fond monochrome rehaussé, et les scènes narratives aux personnages minuscules intégrés dans des paysages ou des scènes d’intérieur. Là encore, points communs et divergences stylistiques sont difficilement interprétables. Faut-il par exemple individualiser l’enlumineur qui a exécuté la scène de Présentation au Temple avec ses visages lisses et pleins au f. 443 (pl. XIX) et le différencier du collaborateur principal, ou bien mettre la différence de style perceptible sur le compte de l’échelle ?

XIX. Bréviaire de Marie de Savoie, Présentation au Temple, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 443.

  • 36  Milan, Biblioteca Braidense, ms AG XII 3.

46La monotonie de l’iconographie religieuse, cinquante-sept portraits de saints en buste, n’incite évidemment pas à la créativité des collaborateurs et permet difficilement à l’historien de l’art de déceler une véritable personnalité artistique parmi eux. Si tous se sont efforcés de peindre à la manière du chef d’atelier, la plupart ont également repris ses schémas de composition ou ses motifs. Nous avons évoqué plus haut le putto assis sur des coussins qui imitait celui du Maître des Vitae. Il n’y en a pas moins de cinq à peu près semblables dans le manuscrit. En outre, le collaborateur qui s’est chargé de la Présentation au Temple (pl. XIX) reprend par exemple de façon quasiment identique le schéma qu’avait déjà utilisé le Maître des Vitae au f. 47v (fig. 34) du Missel offert par Filippo Maria Visconti en 1431 à San Stefano in Brolo36.

34. Missel de San Stefano in Brolo, Présentation au Temple, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1431. Milan, Biblioteca Braidense, ms. AG XII 3, f. 47v, détail.

Notes

1  Mugnier 1894, p. 27-76.

2 Toesca 1912, p. 531 (rééd., 1966, p.220).

3  Paris, BNF, ms It. 131 (Vitae imperatorum de Suétone) ; Paris, BNF, ms It. 118 et 119 (Tite-Live) ; Paris, BNF, ms It. 2017 (Divine comédie de Dante) ; Paris, BNF, ms It. 81 (Dittamondo) ; Chambéry, BM, ms 4 (Bréviaire de Marie de Savoie).

4  Paris, BNF, ms It. 131. La numérotation des planches et des figures suit celle de la publication papier (note de l’éditeur).

5  Parmi ses émules, il cite Ambrogio da Marliano.

6  Le Maître du Filocolo, par exemple.

7  Toesca 1912, p. 533, n. 3.

8  Leroquais 1934, t. I, p. 255-260.

9  Toesca 1951b, n. 9, p. XIV.

10  Manuscrit en deux parties conservées à la Bibliothèque nationale de Florence : Banco Rari 397 et Landau Finaly 22 (Bollati et Manzari 2003).

11  Arte Lombarda 1958.

12  Cipriani 1957, p. 45-53.

13  Il serait, pour l’historienne de l’art, l’enlumineur du manuscrit de la Vaticane Vat. Lat. 1903, ouvrage que nous pensons être de la main du Maître des Vitae, mais exécuté à la fin de sa carrière. L’individualisation de cet enlumineur a été plus ou moins oubliée. Le récent Dizionario biografico dei miniatori italiani (Bollati 2004) ne mentionne pas son nom.

14  Arslan 1963, p. 25-66.

15  Stones 1969, p. 7-12.

16  Toesca 1969.

17  De Marchi 1991, p. 113-130.

18  Cadei 1984, p. 146-163.

19  Dix sièclesd’enluminure italienne 1984, p. 148, 149.

20  Cappugi 1985, t. I, p. 285-296.

21  Cappugi 1985, p. 287.

22  Cappugi1992, p. 159-168.

23  Melograni 1990, p. 273-314, n. 144.

24  Melograni 1992.

25  Le Maître Olivétain pourrait en effet être identifié avec le « frater Jeronimus miniator de Mediolano » des Familiarum Tabulae de l'ordre olivétain : en 1429 il est ordonné au monastère de Santa Maria di Baggio près de Milan ; en 1431, il est à San Girolamo di Quarto à Gênes ; en 1433, à Venise ; en 1434, à Padoue ; en 1437, à Bologne et Pistoa ; en 1439, année de l'initiale Cini, il est au Monastère de Quarto ; en 1449, son nom apparaît dans l'obituaire de l'abbaye (Melograni 1994).

26  Ce graduel a fait récemment l’objet d’une vente aux enchères. Voir Bollati 2008.

27  Pour le corpus du Maître Olivétain, voir la liste proposée par Anna Melograni (Melograni 1994) et la récente étude de Milvia Bollati (Bollati 2008).

28  Nous reprenons, en les développant, les hypothèses que nous avions proposées dans la notice du catalogue des manuscrits de Chambéry (Heid-Guillaume et Ritz 1998, p. 30-43).

29  Voir tableau p. 309. Nous avons indiqué dans la colonne « I. Historiée (enlumineur) » le nom des trois enlumineurs les plus significatifs ayant exécuté les initiales historiées.

30  Heid-Guillaume et Ritz 1998, fig. 34.

31  La technique employée par le Maître des Vitae est de manière générale la peinture gouachée. Trois manuscrits à notre connaissance font appel à une autre technique de couleurs aquarellées (Paris, BNF, ms Lat. 760 ; Milan, Biblioteca trivulziana, cod. 543 ; Paris, BNF, ms It. 81).

32  Cambridge, Fitzwilliam Museum, ms 28 (Cambridge 2005, no 55, p. 143,144).

33  Nous n’avons pas d’explication à cette mise en valeur particulière de ce psaume et du Quicumque.

34  Melograni 1990, no 144.

35  Voir p. 164.

36  Milan, Biblioteca Braidense, ms AG XII 3.

Table des illustrations

Crédits V. Suétone, Vitae imperatorum, l’empereur Julien l’Apostat et un astrologue, Maître des Vitae Imperatorum, 1431. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. It.131, f. 81 v.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Crédits VI. Bréviaire de Marie de Savoie, office de saint Anastase, Belbello de Pavie, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 436v.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Crédits 15. Bréviaire de Marie de Savoie, office de sainte Émérentienne, Belbello de Pavie, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 437, détail.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Crédits 8. Bréviaire de Marie de Savoie, office de saint Nicolas, Maître des Vitae Imperatorum (?),vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 413v.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Crédits II. Bréviaire de Marie de Savoie, Psautier avec mention de dédicace et Dieu en majesté, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 319.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Crédits IV. Bréviaire de Marie de Savoie, psaume 26, David désignant ses yeux sous le regard de Dieu, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 340.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Crédits VIII. Bréviaire de Marie de Savoie, psaume 97, franciscains au lutrin, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 385.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Crédits XXIII. Bréviaire de Marie de Savoie, chien poursuivant un lièvre, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 319v, détail.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Crédits 3.Bréviaire de Marie de Savoie, guépard, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 319v, détail.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Crédits 5. Bréviaire de Marie de savoie, putto assis sur un coussin et jouant de la crnuemuse, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 353, détail.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Crédits 6. Bréviaire de Marie de Savoie, putto assis sur un coussin, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, autour de 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 594v, détail.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Crédits 4. Bréviaire de Marie de Savoie, guépard, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 511, détail.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Crédits VII. Bréviaire de Marie de Savoie, office de saint Saturnin, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 409.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Crédits XV. Pontifical de Pizolpasso, page frontispice, Maître des Vitae Imperatorum, entre 1433 et 1438. Cambridge, Fitzwilliam Museum, ms. 28, f. 1.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Crédits 7. Bréviaire de Marie de Savoie, initiale ornée avec ange tenant des rinceaux, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 345v.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Crédits 31. Bréviaire de Marie de Savoie, office de saint Pierre, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 450.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Crédits 31. Bréviaire de Marie de Savoie, office de saint Pierre, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 450 (détail).
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Crédits I. Bréviaire de Marie de Savoie, page frontispice avec scène de présentation et armoiries, début du Temporal, saint Paul et Christ en buste, Maître des Vitae Imperatorum et collaborateurs, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 9.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Crédits 9. Bréviaire, page frontispice, Maître des Vitae Imperatorum et collaborateur, vers 1440. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. Lat. 760, f. 7.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Crédits 10. Bréviaire de Marie de Savoie, office de saint Thomas, saint Thomas, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 424.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Crédits III. Bréviaire de Marie de Savoie, office de sainte Agnès, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 430v.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Crédits 11. Bréviaire de Marie de Savoie, office de saint Jean et saint Paul, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 519 (détail).
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Crédits XIX. Bréviaire de Marie de Savoie, Présentation au Temple, collaborateur du Maître des Vitae Imperatorum, vers 1434. Chambéry, bibliothèque municipale, ms. 4, f. 443.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Crédits 34. Missel de San Stefano in Brolo, Présentation au Temple, Maître des Vitae Imperatorum, vers 1431. Milan, Biblioteca Braidense, ms. AG XII 3, f. 47v, détail.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/2943/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 305k

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Ritz-Guilbert, « Extrait de la deuxième partie (chapitre I) « Le Bréviaire de Marie de Savoie, un manuscrit à plusieurs mains », p. 75-93. », in Des drôleries gothiques au bestiaire de Pisanello. Le Bréviaire de Marie de Savoie, Paris, INHA/CTHS (« Les Essais de l'INHA »), 2010.

Référence électronique

Anne Ritz-Guilbert, « Extrait de la deuxième partie (chapitre I) « Le Bréviaire de Marie de Savoie, un manuscrit à plusieurs mains », p. 75-93. », in Des drôleries gothiques au bestiaire de Pisanello. Le Bréviaire de Marie de Savoie, Paris, INHA/CTHS (« Les Essais de l'INHA »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 18 décembre 2010, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/inha/2943

Droits d’auteur

Tous droits réservés