Navigation – Plan du site
Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895) - Mercedes Volait, Jérôme Delatour, Thomas Cazentre et Maryse Bideault
Introduction

Une restitution unique du Caire historique et pittoresque du second xixe siècle

Mercedes Volait
p. 7-9

Texte intégral

  • 1 Nissam Perez, Focus East, Early photography in the Near East (1839-1885), New York, Harry N. Abrams (...)
  • 2 La collection avait été déposée au Harvard Semitic museum mais n’a plus été vue après la réorganisa (...)
  • 3 Fouad Debbas avait bien voulu me transmettre l'inventaire pièce à pièce qui en avait été dressé.

1Le nom de Facchinelli n’est pas inconnu des spécialistes de la photographie au Moyen-Orient. Il figure en bonne place dans le répertoire publié par Nissam Perez en 19881. La connaissance de son parcours ou de son œuvre photographié est néanmoins restée succincte voire se révèle aujourd’hui largement caduque sur le plan factuel. Ses dates d’activité se sont avérées plus tardives que celles supposées jusqu’ici et situées entre 1869 et 1880. Quant au lien présumé entre son arrivée en Égypte et l’inauguration du Canal de Suez, il est apparu purement spéculatif. L’information principale provenait d’une collection de vues du Caire aujourd’hui perdue, ayant appartenu au regretté Fouad Debbas et, avant cela, à l’érudit Arthur Rhoné (1836-1910)2. Celle-ci incluait un lot de trois cent quarante trois clichés rassemblés sous le titre de « Photographies du Caire sélectionnées, arrangées et annotées entre 1879 et 1883 par Arthur Rhoné », dont plusieurs dizaines peuvent être attribuées à Facchinelli par recoupement des dimensions, des titres et des numéros relevés sur les clichés3.

  • 4 Mercedes Volait, « Arthur-Ali Rhoné (1836-1910), du Caire ancien au vieux-Paris, ou le patrimoine a (...)
  • 5 Trois d’entre eux sont titrés « Voyage en Égypte, 1865, Arthur Rhoné », et le quatrième « Musée de (...)
  • 6 Album acquis à la vente Beaussant-Lefèvre du 25 janvier 2002 à Paris (lot n° 38).
  • 7 Marie-Laure Crosnier Leconte et Mercedes Volait, L’Égypte d’un architecte : Ambroise Baudry (1836-1 (...)
  • 8 Odile Parisis-Barubé, La Province antiquaire. L’invention de l’histoire locale en France (1800-1870(...)

2On sait en effet qu’Arthur Rhoné, ami des monuments cairotes comme des monuments parisiens, passa sa vie à documenter, en dilettante, le patrimoine du Caire après avoir eu l’occasion de découvrir la ville en 1865, puis d’y séjourner trois mois en 1879 et à nouveau d’octobre 1881 à juin 1882. Il constitua d’épais portefeuilles de photographies, de dessins et d’estampes assortis de légendes développées afin de rédiger son grand œuvre, L’Égypte à petites journées : Le Caire d’autrefois, publié après sa mort en 19104. Quatre de ces portefeuilles sont parvenus à ce qui était alors le Cabinet d’égyptologie du Collège de France 5. Un autre album regroupant exclusivement des photographies réalisées par Facchinelli, deux cents au total, porte significativement le titre de Sites et monuments du Caire choisis et catalogués par Ambroise Baudry, architecte du gouvernement, pour son ami Arthur Rhoné, Le Caire, Facchinelli photographe, 1873-1893, et se trouve désormais dans les archives Alinari à Florence6. Frère d’un artiste en vue du Second Empire (le peintre Paul Baudry), et actif en Égypte entre 1871 et 1886, Ambroise Baudry était un excellent connaisseur des monuments du Caire, dont il accompagna les toutes premières campagnes d’inventaire et de restauration. Les deux hommes œuvrèrent de concert à la mise en place du Comité de conservation des monuments de l’art arabe, structure créée en 1881 au Caire pour inventorier et restaurer dans les règles de l’art les richesses artistiques des quartiers anciens. Devenu cousin par alliance d’Arthur Rhoné la même année, Baudry collabora étroitement, près de trente ans durant, à la lente gestation de L’Égypte à petites journées7. Commencée comme relation de voyage et poursuivie comme un travail de remémoration, cette description à la fois savante et sensible de la capitale égyptienne est caractéristique d’une protohistoire de l’art et de l’architecture fondée sur l’objet matériel et le document visuel, tel que l’antiquarisme en avait esquissé le canon depuis le milieu du xixsiècle8. Les images commandées à Facchinelli constituent des sources importantes, et Rhoné a pris soin de les dater.

3Ainsi savait-on Facchinelli affilié au petit groupe d’aficionados impliqué dans la défense patrimoniale du Caire historique et attaché à en étudier les moindres recoins et curiosités. L’album Sites et monuments du Caire situe ses prises de vue entre 1873 et 1893, si l’on se fie aux dates portées sur sa page de garde. Mais on ignorait à peu près tout du photographe lui-même, de sa biographie professionnelle et de sa technique photographique ; on manquait en outre d’une vue d’ensemble de sa production.

  • 9 La mention est portée à la suite de son nom lorsqu’il est fait Chevalier de l’ordre de la Couronne (...)
  • 10 À l’issue de l’enquête menée par Maryse Bideault L’iconographie du Caire dans les collections patri (...)
  • 11 Dans le cadre du legs Max Karkégi. 11 clichés supplémentaires ont été acquis en 2015 par la BnF.
  • 12 En particulier à Londres, dans les collections du Victoria and Albert Museum ; à Genève, dans les a (...)
  • 13 Dans les registres de la paroisse du Mouski tenus par l’ordre des Franciscains de Terre Sainte.

4Plusieurs éléments fortuits ont conduit à systématiser l’enquête sur la vie et le travail de cet « artiste », ainsi qu’on le qualifia9. L’attribution en 2011 à Facchinelli d’un lot de photographies répertoriées comme anonymes dans les collections Jacques-Doucet de la bibliothèque de l’INHA10, alors qu’un ensemble de cent soixante et onze de ses photographies entrait par don à la Bibliothèque nationale de France en 201211 et que d’autres gisements conséquents étaient identifiés ici et là12, était une invite à poursuivre les recherches et à tenter d’établir son catalogue. L’acquisition en 2013 par la Bibliothèque de l’INHA d’un nouvel album de cent quatre vingt six vues clairement créditées au photographe, puisqu’il portait le titre de Raccolta artistica di fotografie sull' architettura araba, ornati ecc. dal XII° al XIII° secolo fotografia italiana del Cav. B. Facchinelli, Cairo (Egitto), MDXXXLXXXVII [sic : XXX pour CCC, soit 1887], en a été l’élément déclencheur. La découverte peu après de sa sépulture au cimetière Terra Santa du Caire et l’identification de mentions dans des registres paroissiaux conservés sur place13 apportèrent de nouveaux indices pour reconstituer son état-civil.

5L’exposition présentée en salle Roberto Longhi du 21 avril au 8 juillet 2017 livre les résultats du travail accompli. L’enquête n’est certes pas terminée, bien des énigmes et des zones d’ombre subsistent. Mais l’on cerne mieux désormais le personnage. On a appris les convictions indépendantistes, qui conduisirent Facchinelli sur les bords du Nil, comme bien d’autres partisans italiens avant lui, venus servir à son instar le nouveau pouvoir égyptien. Le Risorgimento et la formation de l’État moderne égyptien jouent ici un rôle plus déterminant que le déploiement colonial en Méditerranée, auquel on tend spontanément à associer ces expatriations européennes. On saisit la diversité de son commerce photographique, qui va du portrait-carte de visite au reportage journalistique, en passant par les vues touristiques ; il lui arrivait même de vendre des vues pittoresques de l’Égypte produites par d’autres photographes. L’activité prit-elle place en parallèle ou à l’issue du service effectué au sein de l’état-major égyptien ? Cela reste à vérifier. On perçoit une façon singulière de travailler dans les rues du Caire et une capacité à s’y fondre pour en restituer la vie : il semble faire partie du décor, ses enfants surgissent subrepticement dans le cadre. On découvre un opérateur original en un temps de mutations techniques, esthétiques, éditoriales de la photographie. Sa production nous paraît aujourd’hui riche d’expériences visuelles, jouant sur les temps d’exposition, les alternances d’ombre et de lumière, le grand angle et les cadrages inattendus. Ces essais, en leurs ratés mêmes, conduisent, comme par inadvertance, à la production d’images irréelles, dont certaines dotées d’une extrême poésie, tel « ce jeune homme pensif » debout dans une rue rendue déserte par la grâce d’un temps de pose prolongé (fig. 1). La connaissance que Facchinelli avait du Caire, où il vécut vraisemblablement plus de 20 ans, était suffisamment précieuse et rare pour que ses images aient continué à vivre, bien après lui, dans nombre de publications spécialisées, même si les clichés reproduits lui sont rarement crédités. Dans bien des cas, ses photographies sont l’unique trace de monuments qui ne sont plus – à l’instar de tant de vieilles demeures – ou un exceptionnel enregistrement de leur état avant restauration, et c’est le cas de plusieurs monuments évoqués ici. Elles décrivent la vie sociale des monuments du Caire au xixsiècle, la fortune de leur ornement et mobilier dans la création picturale et architecturale. Autant de raisons de continuer à scruter son œuvre et à en savourer les qualités plastiques et documentaires.

1. Rue de la Citadelle, s. d.

1. Rue de la Citadelle, s. d.

Londres, Victoria and Albert Museum, Prints and Drawings Department, inv. 1062-1917, ancienne collection Henry Wallis. Don Harold Wallis, Esq., 28 août 1917.

Notes

1 Nissam Perez, Focus East, Early photography in the Near East (1839-1885), New York, Harry N. Abrams, 1988, p. 161-162.

2 La collection avait été déposée au Harvard Semitic museum mais n’a plus été vue après la réorganisation en 1995 du musée et le transfert de ses collections photographiques à la Bibliothèque des beaux-arts de l’université d’Harvard ; Jeffrey Spurr, Harvard Semitic Museum Photographic Archives, février 2002. URL: https://hcl.harvard.edu:8001/libraries/finearts/hsm_inventory.pdf. Consulté le 12 mars 2018.

3 Fouad Debbas avait bien voulu me transmettre l'inventaire pièce à pièce qui en avait été dressé.

4 Mercedes Volait, « Arthur-Ali Rhoné (1836-1910), du Caire ancien au vieux-Paris, ou le patrimoine au prisme de l'érudition dilettante », Socio-Anthropologie, n°19, 2006, p. 17-30. URL: https://journals.openedition.org/socio-anthropologie/543. Consulté le 12 mars 2018.

5 Trois d’entre eux sont titrés « Voyage en Égypte, 1865, Arthur Rhoné », et le quatrième « Musée de Boulaq ».

6 Album acquis à la vente Beaussant-Lefèvre du 25 janvier 2002 à Paris (lot n° 38).

7 Marie-Laure Crosnier Leconte et Mercedes Volait, L’Égypte d’un architecte : Ambroise Baudry (1836-1908), Paris : Somogy, 1998.

8 Odile Parisis-Barubé, La Province antiquaire. L’invention de l’histoire locale en France (1800-1870), Paris : CTHS, 2011, ch. 8 : « Méthodes et formes sensibles d’une approche antiquaire du local », passim.

9 La mention est portée à la suite de son nom lorsqu’il est fait Chevalier de l’ordre de la Couronne d’Italie, le 16 mai 1880, Turin, Archivio Storico dell'Ordine Mauriziano, Ordine della Corona d’Italia, Decorazioni, Regi Decreti 1880, volume 2, fol. 62.

10 À l’issue de l’enquête menée par Maryse Bideault L’iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises en 2010, voir : https://inha.revues.org/4617

11 Dans le cadre du legs Max Karkégi. 11 clichés supplémentaires ont été acquis en 2015 par la BnF.

12 En particulier à Londres, dans les collections du Victoria and Albert Museum ; à Genève, dans les archives de la Fondation Max van Berchem et dans les collections du Musée d’art et d’histoire ; à Paris, dans la documentation du Département des Arts de l’Islam du musée du Louvre, mais aussi au Caire, dans la collection Creswell de l’American University in Cairo, ainsi qu’en mains privées.

13 Dans les registres de la paroisse du Mouski tenus par l’ordre des Franciscains de Terre Sainte.

Table des illustrations

Titre 1. Rue de la Citadelle, s. d.
Crédits Londres, Victoria and Albert Museum, Prints and Drawings Department, inv. 1062-1917, ancienne collection Henry Wallis. Don Harold Wallis, Esq., 28 août 1917.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/7775/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 431k

Pour citer cet article

Référence papier

Mercedes Volait, « Une restitution unique du Caire historique et pittoresque du second xixe siècle », in Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895), Paris, INHA (« Les catalogues d’exposition de l'INHA »), 2017, p. 7-9.

Référence électronique

Mercedes Volait, « Une restitution unique du Caire historique et pittoresque du second xixe siècle », in Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895), Paris, INHA (« Les catalogues d’exposition de l'INHA »), 2017, [En ligne], mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/inha/7775

Auteur

Mercedes Volait

Directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire InVisu de l'INHA. Spécialiste de l'histoire architecturale et patrimoniale du Caire au xixe siècle.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés