Navigation – Plan du site
Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895) - Mercedes Volait, Jérôme Delatour, Thomas Cazentre et Maryse Bideault
Une ville en mutation

Contre les ravages du « vandalisme restaurateur »

Mercedes Volait
p. 32-33

Texte intégral

1Ce sont ces interventions peu respectueuses du bâti historique et plus encore les restaurations radicales entreprises au cours des années suivantes dans les grands sanctuaires qui sont à l’origine de la vaste campagne de défense des monuments du Caire lancée par un groupe d’amateurs européens et égyptiens à la fin des années 1870.

1. Portrait-carte d’Arthur Rhoné, 1886.

1. Portrait-carte d’Arthur Rhoné, 1886.

Bnf, Société de géographie.

  • 1 Arthur Rhoné, Coup d’œil sur l’état du Caire ancien et moderne, Paris, Imprimerie A. Quantin, 1882 (...)
  • 2 Louis Réau, Histoire du vandalisme : les monuments détruits de l'art français, Paris, Hachette, 195 (...)

2De retour au Caire au début de 1879, Arthur Rhoné découvre combien la ville visitée en 1865 a changé. Il est atterré par la reconstruction des mosquées en « style gothique italien », soit « quelque chose comme ce romantique tant aimé des horlogers et des ébénistes de 1830, époque sans doute la plus basse de nos arts décoratifs1 ». Il est chagriné plus encore par les restaurations dénaturantes qu’ont subies plusieurs grands sanctuaires, dont la mosquée al-Mu’ayyad. Le ravage des ans n’est pas seul en cause ; le « vandalisme restaurateur », concept forgé dans les années 1830 par Charles Forbes, comte de Montalembert, pour dénoncer les restaurations excessives des églises catholiques voulues par le clergé2, représente une menace plus pressante encore.

  • 3 Arthur Rhoné, Coup d’œil, op. cit. (note 1), p. 28.

3Forts de ce constat, les meilleurs connaisseurs des monuments du Caire allient leurs forces pour tenter de sensibiliser l’opinion internationale à leur cause. Tandis qu’Arthur Rhoné adresse en 1881 à la Gazette des beaux-arts son vibrant plaidoyer pour la défense des monuments du Caire et plus encore pour leur restauration savante et sensible sous l’égide d’un Comité des monuments historiques, « fonctionnant comme celui de Paris, c’est-à-dire pourvu d’une autorité suffisante3 » afin de contrebalancer l’élan modernisateur des services édilitaires, le publiciste Gabriel Charmes fait paraître dans le Journal des débats un appel similaire, fondé sur le même argumentaire :

  • 4 Gabriel Charmes, « L’Art arabe au Caire », Journal des débats, I, 2 août 1881.

« [le zèle restaurateur] fait courir aux mosquées arabes, un péril plus grand encore que l’indifférence d’autrefois. Le temps détruit avec lenteur, surtout et sous un climat où les œuvres les plus fragiles subsistent par la grâce de l’atmosphère durant des siècles ; les restaurateurs maladroits détruisent avec une rapidité effrayante4 ».

  • 5 Mercedes Volait, Fous du Caire : excentriques, architectes et amateurs d’art en Égypte (1867-1914),(...)
  • 6 Amelia Edwards, « The destruction of Cairo », The Academy, 21 octobre 1882, p. 301-302.
  • 7 William Morris, « Report of the Committee », Annual Report of the Society for the Protection of Anc (...)
  • 8 Décret publié dans la première livraison des Procès-verbaux du Comité de Conservation des Monuments (...)

4Rhoné (fig. 1) et Charmes, secondés par Baudry, reçoivent l’appui de fonctionnaires européens du gouvernement égyptien, dont l’architecte allemand Julius Franz, employé par le ministère des biens religieux et le Britannique Edward Thomas Rogers, qui officie alors au ministère des Finances. Ils sont également soutenus par des amateurs locaux, tel l’architecte Hussein Fahmy ou l’historien Yacoub Artin5. En Angleterre même, l’égyptologue Amelia Edwards6, liée à Arthur Rhoné, parvient à mobiliser la Society for the Protection of Ancient Buildings fondée par William Morris. Appartenant à la mouvance Arts and Crafts, ses membres sont d’autant plus acquis à une régulation drastique des restaurations au Caire que l’« Anti-scrap » (anti-décapage) est leur crédo7. Le 18 décembre 1881, un décret khédivial institue un Comité de conservation des monuments de l’art arabe chargé d’inventorier les monuments « arabes » – par opposition à « égyptiens », c’est-à-dire antiques – « présentant un intérêt artistique ou historique », de veiller à leur entretien et de surveiller leur restauration8. L’occupation britannique du pays à partir de l’été 1882 entrave ses premiers mois de fonctionnement, mais le Haut-commissaire britannique Dufferin, nommé au Caire en octobre 1882, est bien obligé de constater que le sujet captive l’opinion internationale :

  • 9 Cité par Paula Sanders, « The Victorian Invention of Medieval Cairo: A Case Study of Medievalism an (...)

« There is no subject in which the literary, scientific, and artistic world of Europe is more interested than that of the antiquities of Egypt, whether medieval or pre-historic9 ».

5Une politique de restauration systématique des monuments cairotes atteint son plein développement dans les décennies suivantes.

Notes

1 Arthur Rhoné, Coup d’œil sur l’état du Caire ancien et moderne, Paris, Imprimerie A. Quantin, 1882 (2e édition revue et augmentée, après une première édition parue dans la Gazette des beaux-arts, novembre 1881], p. 4.

2 Louis Réau, Histoire du vandalisme : les monuments détruits de l'art français, Paris, Hachette, 1959.

3 Arthur Rhoné, Coup d’œil, op. cit. (note 1), p. 28.

4 Gabriel Charmes, « L’Art arabe au Caire », Journal des débats, I, 2 août 1881.

5 Mercedes Volait, Fous du Caire : excentriques, architectes et amateurs d’art en Égypte (1867-1914), Forcalquier, L’Archange Minotaure, 2009, ch. 5 passim.

6 Amelia Edwards, « The destruction of Cairo », The Academy, 21 octobre 1882, p. 301-302.

7 William Morris, « Report of the Committee », Annual Report of the Society for the Protection of Ancient Buildings, VI, Londres, 1883, p. 7-30.

8 Décret publié dans la première livraison des Procès-verbaux du Comité de Conservation des Monuments de l'Art Arabe. Fascicule premier, exercice 1882-1883, 1892, p. 8-9. URL: https://www.persee.fr/doc/ccmaa_1110-6824_1892_num_1882_1_7615.

9 Cité par Paula Sanders, « The Victorian Invention of Medieval Cairo: A Case Study of Medievalism and the Construction of the East », Bulletin of the Middle East Studies Association, 37, n° 2, 2003, p. 179-198.

Table des illustrations

Titre 1. Portrait-carte d’Arthur Rhoné, 1886.
Crédits Bnf, Société de géographie.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/7783/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

Pour citer cet article

Référence papier

Mercedes Volait, « Contre les ravages du « vandalisme restaurateur » », in Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895), Paris, INHA (« Les catalogues d’exposition de l'INHA »), 2017, p. 32-33.

Référence électronique

Mercedes Volait, « Contre les ravages du « vandalisme restaurateur » », in Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895), Paris, INHA (« Les catalogues d’exposition de l'INHA »), 2017, [En ligne], mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/inha/7783

Auteur

Mercedes Volait

Directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire InVisu de l'INHA. Spécialiste de l'histoire architecturale et patrimoniale du Caire au XIXe siècle.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés