Navigation – Plan du site
Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895) - Mercedes Volait, Jérôme Delatour, Thomas Cazentre et Maryse Bideault
Une ville en mutation

Une esthétique du fragment : moucharabiehs et ornements architecturaux

Thomas Cazentre
p. 50-52

Texte intégral

  • 1 Voir deux catalogues d’expositions récents : Rémi Labrusse (dir.), Purs décors ? Arts de l’Islam, r (...)

1Facchinelli se distingue des autres photographes d’architecture de son époque par sa manière de privilégier le fragment au détriment de la vue d’ensemble des édifices. Sa production vient alimenter une sorte d’encyclopédie visuelle de l’ornement islamique, genre qui, jusque-là, avait plutôt été une spécialité de dessinateurs (que l’on songe aux énormes corpus d’Émile Prisse d’Avennes, Pascal Coste, Jules Bourgoin…). En cette fin de siècle où la mode orientaliste se répand dans l’architecture et les arts décoratifs, il existe une soif de motifs exotiques ou anciens à imiter ou à réinterpréter, que ce soit pour le pastiche ou pour l’invention d’un langage moderne1. Cette curiosité se combine avec celle des premiers historiens de l’art islamique. Guidé par Ambroise Baudry ou Max van Berchem, Facchinelli s’est employé à satisfaire cette clientèle certes restreinte, mais au sein de laquelle il avait peu de concurrents.

1. Palazzo dei Kaliffi, tirage sur papier albuminé, s. d.

1. Palazzo dei Kaliffi, tirage sur papier albuminé, s. d.

BnF, département des Estampes et de la photographie, collection Max Karkégi.

2S’il sait, à l’occasion, fixer lui aussi, à la manière de Lékégian, Sébah ou Bonfils, des paysages urbains indistincts (ruelles fuyant vers un dôme ou un minaret, enfilades d’immeubles toutes en excroissances et décrochements), c’est dans la décomposition de ces architectures en éléments singuliers qu’il se distingue. Cette démarche n’est d’ailleurs pas contraire au génie propre de l’architecture cairote, qui s’applique moins à donner à un bâtiment une cohérence organique qu’à le faire ressortir au sein d’un espace urbain extrêmement dense et contraint, par une combinatoire d’éléments saillants et spectaculaires. L’ostentation et la magnificence du détail l’emportent sur la symétrie et la subordination de la partie au tout. Pour un édifice religieux, ce sont la coupole, le minaret, le portail, disposés de manière à être visibles depuis la rue, si possible de loin ; pour les maisons, la décoration est concentrée au rez-de-chaussée de la façade tandis que les étages supérieurs sont animés par des encorbellements, des ouvertures ou des écrans de bois qui les masquent.

2. Frise épigraphique sur fond de rinceaux, madrasa du sultan Hasan, s. d.

2. Frise épigraphique sur fond de rinceaux, madrasa du sultan Hasan, s. d.

Bibliothèque de l'INHA, Photothèque, Archéologie Égypte I, 012, n° 34.

  • 2 Voir André Raymond (dir.), Le Caire, Paris, Citadelles et Mazenod, 2000, p. 338.

3De ce point de vue, aucun élément ne signe plus fortement le décor urbain du Caire à cette époque que le moucharabieh en bois tourné, principal apport ottoman à l’architecture domestique égyptienne2. Son omniprésence dans les représentations de la ville par les voyageurs occidentaux dès la fin du xviiie siècle renvoie certes à une réalité objective, mais aussi à une fascination particulière, née à la fois de la pure beauté plastique de ces dispositifs et des fantasmes qu’ils peuvent nourrir en suggérant des intérieurs invisibles ou des regards dissimulés. De ce point de vue, Facchinelli ne se distingue pas vraiment des autres photographes, sinon par la quantité de vues qu’il consacre aux moucharabiehs, des plus monumentaux (l’énorme loggia à étage du « Palazzo dei Kaliffi », fig. 1) aux plus gracieux ou fantaisistes. On peut aussi y voir une forme de prospection à l’intention des collectionneurs, tant ces assemblages fragiles, mal entretenus (ce qui apparaît sur de nombreux clichés, véritables constats de délabrement voire de péril) et détruits au fur et à mesure de la modernisation de la ville (au point qu’ils ont aujourd’hui presque disparu du paysage urbain), faisaient partie des pièces les plus recherchées par les amateurs, pour être réemployées dans des constructions néo-mameloukes au Caire (villas Delort de Gléon, Baudry, Saint-Maurice…) et en Europe.

4Les détails de décoration architecturale en pierre (reliefs sculptés, mosaïques de marbres plaqués, jeux de polychromie dans la maçonnerie…) constituent une autre part importante du corpus de Facchinelli. Il semble avoir cherché à documenter assez méthodiquement les différents styles représentés au Caire, depuis les monuments les plus vénérables (mosquée d’Ibn Tulun, mosquée al-Aqmar, mausolée des califes abbassides…) jusqu’à l’époque ottomane. Plus encore que pour les moucharabiehs, porteurs d’une puissance plastique propre, on a affaire à l’une des parties les plus strictement documentaires et prescrites de sa production. Photographies au cadrage souvent maladroit parce que contraint, s’efforçant d’isoler au mieux un chapiteau, le départ d’un arc, une tranche de frise… (fig. 2) Seuls certains détails de façade produisent occasionnellement un effet esthétique original, par leur frontalité et la brutalité avec laquelle le cadre découpe une tranche d’architecture, la transformant en composition quasi abstraite.

Note de fin

1 Voir deux catalogues d’expositions récents : Rémi Labrusse (dir.), Purs décors ? Arts de l’Islam, regards du xixe siècle, collections des Arts décoratifs, Paris, Musée des Arts décoratifs, 2007 ; Rémi Labrusse et Salima Hallal (dir.), Islamophilies. L’Europe moderne et les arts de l’Islam, Lyon, musée des Beaux-Arts, 2011.

2 Voir André Raymond (dir.), Le Caire, Paris, Citadelles et Mazenod, 2000, p. 338.

Table des illustrations

Titre 1. Palazzo dei Kaliffi, tirage sur papier albuminé, s. d.
Crédits BnF, département des Estampes et de la photographie, collection Max Karkégi.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/7791/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 2. Frise épigraphique sur fond de rinceaux, madrasa du sultan Hasan, s. d.
Crédits Bibliothèque de l'INHA, Photothèque, Archéologie Égypte I, 012, n° 34.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/7791/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Cazentre, « Une esthétique du fragment : moucharabiehs et ornements architecturaux », in Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895), Paris, INHA (« Les catalogues d’exposition de l'INHA »), 2017, p. 50-52.

Référence électronique

Thomas Cazentre, « Une esthétique du fragment : moucharabiehs et ornements architecturaux », in Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895), Paris, INHA (« Les catalogues d’exposition de l'INHA »), 2017, [En ligne], mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/inha/7791

Droits d’auteur

Tous droits réservés