Navigation – Plan du site
Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895) - Mercedes Volait, Jérôme Delatour, Thomas Cazentre et Maryse Bideault
Une ville en mutation

Le Caire au temps de son « haussmannisation »

Mercedes Volait
p. 28-31

Texte intégral

  • 1 Émile Béchard, Album photographique comprenant soixante et une vues exécutées d'après les construct (...)

1La ville que Facchinelli découvre à son arrivée en Égypte, vraisemblablement dès 1873, est en pleine mutation. Le recueil de photographies composé par Émile Béchard l’année suivante en livre l’exacte idée1. À la lisière occidentale de la cité historique, un nouveau centre a été conçu au flanc d’un jardin artificiellement vallonné par un paysagiste français, Jean-Pierre Barrillet Deschamps, avec rocailles, kiosque à musique, plan d’eau, restaurant et éclairage au gaz distribué par des luminaires en forme de tulipiers (fig. 1). Un opéra achevé en 1871 lui est adjacent, ainsi qu’un « Théâtre français » et un cirque pour spectacles équestres. Sur d’anciens vergers remblayés et viabilisés à l’ouest de cet ensemble, un nouveau Caire sort de terre, sur le modèle des quartiers de plaisance parisiens ; de longues rues boisées s’entrecroisent en diagonale et débouchent sur des places circulaires desservant des parcelles destinées à recevoir des habitations ceintes de jardins. Les terrains à bâtir sont concédés gratuitement à quiconque s’engage à construire sans délai. Les dignitaires de la cour égyptienne, les fonctionnaires européens de haut rang et les banquiers de la place représentent les premiers concessionnaires. Un système d’adduction d’eau est aménagé – la Société des eaux du Caire, alors sous-direction française, est chargée des travaux de voirie de ce nouveau quartier créé en hommage au souverain égyptien, le khédive Ismail.

1. Émile Béchard, Vue de l’Opéra depuis les jardins de l’Azbakiyya.

1. Émile Béchard, Vue de l’Opéra depuis les jardins de l’Azbakiyya.

Dans Album photographique comprenant soixante et une vues exécutées d'après les constructions élevées au nouveau Caire sous le règne de S.A. le Khédive Ismail-Pacha, Paris/Le Caire, A. Lenègre, 1874, f.  56.

BnF, département des Estampes et de la photographie.

  • 2 Mercedes Volait, Architectes et architectures de l’Égypte moderne (1830-1950). Genèse et essor d’un (...)

2Béchard détaille une à une les premières constructions, qu’il s’agisse d’habitations privées ou d’édifices publics. Son album donne également à voir les destructions qu’occasionne l’ouverture de percées dans le tissu historique environnant (fig. 2). Celle tracée sur 2 km entre les jardins de l’Azbakiyya et la citadelle au sud de la ville entraîne dans son sillage la démolition de trois cent quatre-vingt-dix-huit constructions, dont une mosquée, et l’amputation des édifices empiétant sur le passage du tracé2. La politique d’embellissement urbain s’accompagne enfin du badigeonnage à nouveaux frais des constructions historiques (fig. 3). La pratique du badigeon n’était pas nouvelle. En 1844, le photographe Girault de Prangey rapportait qu’un badigeonnage complet du Caire avait été ordonné par les services sanitaires à des fins d’hygiène :

  • 3 « Lettre du Caire de Girault de Prangey à Jules Gailhabaud », Revue de l’Orient. Bulletin de la soc (...)

« Une ordonnance sauvage du conseil de Santé d’Égypte a prescrit de badigeonner la belle ville du Caire tout entière, la seule ville d’Orient qui ait conservé cette originalité saisissante, cette couleur si merveilleuse qu’on chercherait vainement ailleurs aujourd’hui. Encore quelques mois et l’œuvre barbare sera accomplie, car l’ordonnance impitoyable s’exécute rapidement : un tiers de la ville, les plus beaux quartiers sont déjà hideux ; on ne peut les reconnaître. Les auteurs du projet s’attendent, dit-on, à voir crier les peintres3… »

2. Émile Béchard, Une rue en construction.

2. Émile Béchard, Une rue en construction.

Dans Album photographique comprenant soixante et une vues exécutées d'après les constructions élevées au nouveau Caire sous le règne de S.A. le Khédive Ismail-Pacha, Le Caire/Paris, A. Lenègre, 1874, f. 43.

Bnf, département des Estampes et de la photographie.

3. Anonyme, Mosquée Khayrbak badigeonnée, avec son minaret encore intact en 1865 (il est amputé de son dernier étage dans une image datée de 1869), s. d.

3. Anonyme, Mosquée Khayrbak badigeonnée, avec son minaret encore intact en 1865 (il est amputé de son dernier étage dans une image datée de 1869), s. d.

Bibliothèque de l’INHA, archives Ballu.

3Les daguerréotypes de Girault de Prangey livrent en effet les images d’édifices bariolés dont les assises de pierre ou les ornements sont soulignés en teintes alternativement claires et foncées, jaune sable et rouge sang d’après les aquarelles contemporaines.

  • 4 Gabriel Charmes, « L’Art arabe au Caire », Journal des débats, I, 2 août 1881.

4L’opération est reconduite en 1869, cette fois à des fins esthétiques, afin de préparer la ville à accueillir les têtes couronnées d’Europe attendues pour l’inauguration du canal de Suez. Les puristes notent avec effroi que non seulement les mosquées ont été couvertes d’un « affreux badigeon », mais qu’en outre le ministre des Biens religieux y a fait « peindre de vrais marbres d’une délicatesse admirable en faux marbres ornés de fleurs de cabarets4 ». L’usage du pochoir pour décorer de motifs répétés les murs extérieurs et intérieurs des édifices résidentiels ou religieux, visible sur des vues de Facchinelli (fig. 4), date vraisemblablement de cette période.

4. Cour de la maison Qaytbay, sikkat al-Maridani, s. d.

4. Cour de la maison Qaytbay, sikkat al-Maridani, s. d.

Musée du Louvre, documentation du département des Arts de l’Islam.

Notes

1 Émile Béchard, Album photographique comprenant soixante et une vues exécutées d'après les constructions élevées au nouveau Caire sous le règne de S.A. le Khédive Ismaïl-Pacha, Le Caire, Paris, A. Lenègre, 1874.

2 Mercedes Volait, Architectes et architectures de l’Égypte moderne (1830-1950). Genèse et essor d’une expertise locale, Paris, Maisonneuve et Larose, 2005, p. 108-110.

3 « Lettre du Caire de Girault de Prangey à Jules Gailhabaud », Revue de l’Orient. Bulletin de la société orientale, vol. III, 1844, p. 56.

4 Gabriel Charmes, « L’Art arabe au Caire », Journal des débats, I, 2 août 1881.

Table des illustrations

Titre 1. Émile Béchard, Vue de l’Opéra depuis les jardins de l’Azbakiyya.
Légende Dans Album photographique comprenant soixante et une vues exécutées d'après les constructions élevées au nouveau Caire sous le règne de S.A. le Khédive Ismail-Pacha, Paris/Le Caire, A. Lenègre, 1874, f.  56.
Crédits BnF, département des Estampes et de la photographie.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/7805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 2. Émile Béchard, Une rue en construction.
Légende Dans Album photographique comprenant soixante et une vues exécutées d'après les constructions élevées au nouveau Caire sous le règne de S.A. le Khédive Ismail-Pacha, Le Caire/Paris, A. Lenègre, 1874, f. 43.
Crédits Bnf, département des Estampes et de la photographie.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/7805/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 3. Anonyme, Mosquée Khayrbak badigeonnée, avec son minaret encore intact en 1865 (il est amputé de son dernier étage dans une image datée de 1869), s. d.
Crédits Bibliothèque de l’INHA, archives Ballu.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/7805/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 4. Cour de la maison Qaytbay, sikkat al-Maridani, s. d.
Crédits Musée du Louvre, documentation du département des Arts de l’Islam.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/7805/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 712k

Pour citer cet article

Référence papier

Mercedes Volait, « Le Caire au temps de son « haussmannisation » », in Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895), Paris, INHA (« Les catalogues d’exposition de l'INHA »), 2017, p. 28-31.

Référence électronique

Mercedes Volait, « Le Caire au temps de son « haussmannisation » », in Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895), Paris, INHA (« Les catalogues d’exposition de l'INHA »), 2017, [En ligne], mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/inha/7805

Auteur

Mercedes Volait

Directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire InVisu de l'INHA. Spécialiste de l'histoire architecturale et patrimoniale du Caire au XIXe siècle.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés