Navigation – Plan du site
Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895) - Mercedes Volait, Jérôme Delatour, Thomas Cazentre et Maryse Bideault
Une ville en mutation

Facchinelli, photographe de la vie urbaine : l’involontaire

Thomas Cazentre
p. 64-66

Texte intégral

1Cette immersion dans la vie urbaine, ce refus de l’apprêt et de la mise en scène, caractéristiques du regard de Facchinelli, signent bien au-delà des seules scènes de rue, une large part de sa production, peut-être la meilleure, en tout cas la plus séduisante aujourd’hui. Ses images rompent avec une tradition de la photographie d’architecture remontant au daguerréotype, qui privilégiait une vision excluant autant que possible l’élément humain – au point que les graveurs qui traduisaient ces photographies pour les livres et les revues s’employaient à y réintroduire des personnages. Au-delà des contraintes techniques, il s’agissait aussi d’un parti pris de représentation : isoler autant que possible l’édifice de son environnement (par le cadrage voire la retouche) pour exalter sa monumentalité et ses proportions, et choisir des moments de solitude ou des temps de pose suffisamment longs permettant d’évacuer tout parasitage. Il n’est pas étonnant, de ce point de vue, que les monuments les plus représentés du Caire aient été la madrasa du sultan Hasan et les complexes funéraires des nécropoles est et sud (Qaytbay, Farag ibn Barquq…) : pour leur beauté propre, certes, mais aussi pour leur situation isolée aux marges de la vie urbaine.

2Facchinelli est parfaitement capable, à l’occasion, de souscrire aux codes de cette esthétique monumentale, comme en témoignent certaines vues admirablement composées de l’album de 1887 ; mais le cœur même de sa production procède d’une tout autre démarche : d’une part, sans doute poussé par ses commanditaires, il photographie tous les bâtiments historiques, même les plus malaisés, les plus enclavés, les plus dégradés, les plus chargés de scories ; d’autre part, il se refuse à expurger ces bâtiments de la vie qui les anime et souvent les dévore. Dans quelques cas, la présence humaine est délibérée, des assistants du photographe ou de simples figurants occasionnels posant à côté du sujet architectural pour en donner l’échelle, selon un usage largement répandu. Mais, le plus souvent, les personnages figurent sur l’image simplement parce qu’ils vivent là ou y passent, et que le photographe n’a pas éprouvé le besoin de les évacuer ou de les effacer. Dans les rues, le flux des hommes, des bêtes, des voitures s’écoule, laissant sur la plaque de verre des spectres et des traînées transparentes (fig. 1), ou des silhouettes floues, à l’exception de quelques figures immobiles : un mendiant assis sur des marches, un boutiquier dans son échoppe, un chien endormi, des enfants se plantant devant l’objectif. Et, derrière les façades, dans les cours d’anciens palais investis par une population souvent misérable, c’est toute une vie domestique presque paysanne qui se donne à voir, avec sa basse-cour, son mobilier de fortune, son linge pendant, ses aménagements précaires (murs de briques ou planches cloisonnant les espaces, obstruant les baies et les arches des loggias). Même quand les habitants sont absents de l’image, les traces de leur présence quotidienne se lisent partout.

1. Rue al-Hamzawi, s. d.

1. Rue al-Hamzawi, s. d.

Bibliothèque de l'INHA, Photothèque, Archéologie Égypte I, 012, n° 28.

3Si vaine soit-elle, la question de l’intention ne peut manquer d’être posée. Ce parasitage de la représentation architecturale par l’activité humaine relève-t-elle, chez Facchinelli, du choix délibéré, de la désinvolture assumée ou de la nécessité subie ? On serait tenté de répondre : les trois, non pas même alternativement, mais simultanément. Et c’est là sans doute que réside l’originalité profonde de son regard, qui est aussi un rapport à la ville, cette ville du Caire qu’il ne représente pas comme une collection discrète de monuments et de vues pittoresques, mais comme un gigantesque corps vivant, soumis à l’action du temps, travaillé par l’activité humaine, en perpétuelle transformation et recomposition.

Table des illustrations

Titre 1. Rue al-Hamzawi, s. d.
Crédits Bibliothèque de l'INHA, Photothèque, Archéologie Égypte I, 012, n° 28.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/7814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Cazentre, « Facchinelli, photographe de la vie urbaine : l’involontaire », in Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895), Paris, INHA (« Les catalogues d’exposition de l'INHA »), 2017, p. 64-66.

Référence électronique

Thomas Cazentre, « Facchinelli, photographe de la vie urbaine : l’involontaire », in Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895), Paris, INHA (« Les catalogues d’exposition de l'INHA »), 2017, [En ligne], mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/inha/7814

Auteur

Thomas Cazentre

Conservateur au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France, en charge des collections de photographie du XIXe siècle.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés