Navigation – Plan du site
Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895) - Mercedes Volait, Jérôme Delatour, Thomas Cazentre et Maryse Bideault
Une ville en mutation

Facchinelli et le cliché : l’imagerie orientaliste et touristique

Thomas Cazentre
p. 67-69

Texte intégral

1À l’instar de Constantinople et de Jérusalem, autres cités tôt fréquentées par les voyageurs européens et ayant focalisé les premières fascinations de l’Orient, Le Caire a inspiré, dès le xviiie siècle, et avec une nette accélération après l’expédition d’Égypte, toute une imagerie qui n’a pas tardé à avoir ses lieux communs. La photographie, à partir de Maxime Du Camp au début des années 1850, vient s’insérer au sein de cette tradition iconographique et alimenter à son tour cette galerie de clichés : le même petit groupe de monuments emblématiques photographiés toujours à peu près sous le même angle, les mêmes panoramas pris des mêmes points élevés et les inévitables « rues du Caire », le plus souvent anonymes, mais qui sont en pratique toujours les trois ou quatre mêmes, facilement identifiables par le dôme ou le minaret qui en constituent le point de fuite ; sans compter, comme on l’a vu, les stéréotypes humains, culturels et sociaux. Cela dit sans vouloir railler à peu de frais le conformisme des photographes cairotes : il est, dans chaque ville, des sujets qui s’imposent, par leur situation, leur photogénie propre, leur importance artistique, historique ou symbolique (combien, à la même époque, de clichés parisiens ou romains !). Mais le fait est que l’on pourrait aligner ainsi de nombreux exemples de vues répétées, avec des variantes infimes, par les différents photographes. Facchinelli arrive dans la photographie du Caire au moment où cette production de clichés atteint son paroxysme, quantitativement parlant, et il vient y apporter sa contribution, représentant à son tour, par exemple, la cour de la madrasa du sultan Hasan ou la rue Bab al-Wazir de manière quasi identique à celle de Bonfils, Sébah et tant d’autres, et sans démériter.

2Mais la fin des années 1880 marque aussi le point où cette imagerie s’apprête à migrer de la photographie artistique (les grands tirages de formats 24x30 ou 21x27 cm, destinés à être rassemblés en albums) vers un support nouveau, infiniment plus économique, coloriable et adapté à une première massification du tourisme à la faveur du développement des réseaux de transport et de courrier : la carte postale. De ce point de vue, Facchinelli offre le cas intéressant d’une production de transition : ses grands tirages (de l’album de 1887) relèvent encore de l’ancien régime photographique ; en revanche, certains de ses tirages en format 13x18 cm anticipent de quelques années la carte postale, et l’on trouve aisément, dans le tout-venant de la production commerciale des décennies suivantes, des rapprochements flagrants : les femmes allant remplir leurs cruches dans le Nil, les felouques aux voiles déployées, les visiteurs tentant l’ascension de la grande pyramide (fig. 1), l’obélisque d’Héliopolis… Sa mort précoce, juste au moment où le marché de la carte postale prit son essor, l’a sans doute empêché de profiter de ce débouché nouveau, pour lequel il avait déjà accumulé la matière visuelle (contrairement à Lékégian, par exemple, qui a parfaitement négocié cette transition). Il reste que, si cette position historique assez particulière peut contribuer à expliquer l’hétérogénéité de la production Facchinelli, elle n’en épuise pas le mystère : comment peuvent cohabiter, dans un corpus finalement assez restreint, resserré dans le temps et techniquement homogène, une documentation visuelle parfois aride à l’intention des architectes, historiens d’art et collectionneurs, des stéréotypes illustratifs manifestement destinés à séduire une clientèle touristique, et des manifestations d’une poésie urbaine inédite et radicalement moderne dans son affranchissement des codes.

1. Ascenzione delle Piramidi, tirage sur papier albuminé, s. d.

1. Ascenzione delle Piramidi, tirage sur papier albuminé, s. d.

BnF, département des Estampes et de la photographie, collection Max Karkégi.

Table des illustrations

Titre 1. Ascenzione delle Piramidi, tirage sur papier albuminé, s. d.
Crédits BnF, département des Estampes et de la photographie, collection Max Karkégi.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/7815/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Cazentre, « Facchinelli et le cliché : l’imagerie orientaliste et touristique », in Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895), Paris, INHA (« Les catalogues d’exposition de l'INHA »), 2017, p. 67-69.

Référence électronique

Thomas Cazentre, « Facchinelli et le cliché : l’imagerie orientaliste et touristique », in Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli photographe (1875-1895), Paris, INHA (« Les catalogues d’exposition de l'INHA »), 2017, [En ligne], mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/inha/7815

Auteur

Thomas Cazentre

Conservateur au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France, en charge des collections de photographie du XIXe siècle.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés