Navigation – Plan du site
position de recherche

Vacances au bled de descendants d’immigrés algériens.
Pratiques, trajectoires, appartenances

Jennifer Bidet
p. 139-148

Texte intégral

Enjeux scientifiques et extrascientifiques : renouveler le regard sur la « deuxième génération », Thèse de doctorat en sociologie et en anthropologie, sous la direction de Jean-Yves Authier, Université Lumière Lyon 2, 2013.

  • 1 Pour une analyse critique de l’expression « deuxième génération » ou « jeunes d’origine immigrée », (...)
  • 2 Les principales analyses de cette enquête se trouvent dans, Tribalat, M. (1995), Faire France : une (...)
  • 3 La controverse éclate d’abord au sein de la discipline démographique, à travers les critiques porté (...)

1Construction langagière de la sphère politique, relayée par la sphère scientifique, la « deuxième génération » a d’abord été prise pour objet d’étude comme population témoin des capacités d’assimilation ou d’intégration des sociétés d’immigration1. Les premières grandes enquêtes statistiques françaises qui permettent d’isoler des descendants d’immigrés dans les années 1990 (enquête Mobilité Géographique et Insertion Sociale, INED, 1992) s’interrogent explicitement sur le degré et la vitesse d’assimilation, c’est-à-dire alors de la progressive indifférenciation des pratiques (langue maternelle, religion, choix du conjoint) entre les populations issues de migrations et la population d’ascendance directe française2. Cette approche est progressivement critiquée dans la sphère scientifique à la fin des années 19903. Tout d’abord en raison de l’autonomisation de la catégorie « descendants d’immigrés » dans la statistique publique et autour des questions de « statistiques ethniques ». Ensuite, par l’imposition de problématique par la sphère politique que le paradigme intégrationniste de l’étude de l’immigration semble subir : est alors remise en cause l’idée que seuls les immigrés et leurs descendants seraient responsables de leur plus ou moins bonne intégration dans la société française. Cette vision univoque de l’intégration est également questionnée par les responsables politiques français à la fin des années 1990 et au début des années 2000 quand, notamment sous la pression de l’Union européenne, sont votées des lois destinées à lutter plus activement contre les discriminations.

  • 4 Le développement de cette approche transnationale des migrations est associée aux travaux des anthr (...)

2Pour contrebalancer une vision de l’immigration dominée par les questions d’intégration, des travaux se sont développés à partir des années 1990 sur la question des circulations et du maintien de relations des migrants avec leur pays d’origine autour de notions telles que le « transnational » ou la « diaspora ». La focale n’est plus alors sur la place de l’immigré dans la société d’accueil et sa plus ou moins grande adaptation, elle porte davantage sur les compétences des migrants à créer et activer des réseaux leur permettant de tirer profit de leur situation d’entre-deux, d’être à la fois là-bas et ici, d’être doublement présents4.

  • 5 Portes, A., Zhou, M. (1993), « The new second generation. Segmented assimilation and its variants » (...)
  • 6 Pour une discussion critique de l’usage du terme « identité » en sciences sociales, terme notamment (...)

3Si dans le modèle assimilationniste le plus simple, le maintien de relations trop intenses avec le pays d’origine par les parents constitue un frein à la « bonne intégration » de leurs enfants dans la société française, en revanche, dans les modèles plus élaborés, assimilation et transnationalisme constituent les deux faces d’une même pièce. Dans la société américaine, des chercheurs comme Alejandro Portes et Min Zhou identifient ainsi un mode d’intégration propre à certains groupes migrants consistant en une intégration économique dans la classe moyenne qui s’accompagne d’une préservation délibérée de la spécificité ethnique par la pratique de l’endogamie et la solidarité communautaire. Cette « intégration sur le mode du pluralisme culturel » s’appuie sur le maintien de relations fortes avec la culture d’origine et non pas sur l’abandon des relations avec le pays d’origine5. En décalage par rapport à ces partis-pris, nous proposons dans notre thèse de ne pas nous interroger tant sur le degré d’intégration des personnes rencontrées ou la combinaison qu’ils opèrent entre intégration économique et particularismes culturels, que sur la manière dont la diversité des formes prises par le séjour passé en Algérie renseigne sur la pluralité des trajectoires sociales et des modes d’affiliation6 à ce qui est présenté comme leur « pays d’origine » des membres de cette catégorie discutable de « deuxième génération ».

Problématique de la recherche : les descendants d’immigrés algériens vus depuis le pays d’émigration à l’occasion de leurs séjours de vacances

  • 7 L’enregistrement, par l’enquête, de sentiments d’appartenance à travers des questions de représenta (...)

4Ma recherche doctorale en sociologie a porté sur les pratiques de vacances en Algérie de descendants d’immigrés algériens dans l’optique de saisir, par une pratique matérielle, les questions d’appartenance souvent posées – dans la sphère scientifique mais aussi politique et médiatique – à propos de cette catégorie de la population française. Les appartenances ne sont pas appréhendées ici uniquement à travers des pratiques symboliques (comme la pratique de la langue du pays d’origine ou la religion des parents) ou par le biais de déclarations (du type « vous sentez-vous Français ? Algérien ? »)7, mais à travers la description et l’analyse de pratiques matérielles mises en œuvre à l’occasion de ces séjours de vacances. Plutôt que de ne voir dans la fréquence des séjours algériens qu’un indicateur d’une forte intériorisation des valeurs de la culture d’origine ou une revendication d’appartenance au pays d’origine en réaction à un sentiment de discrimination en France, nous avons étudié ces séjours dans le détail de leurs évolutions et de leur déroulement, de la place qu’ils occupent dans les trajectoires sociales des enquêtés, des relations sociales qu’ils occasionnent sur place. Quand le paradigme de l’intégration s’intéresse aux formes plus symboliques de lien avec le pays d’origine (à travers la pratique de la langue, de la religion, les formes de conjugalité, etc.), le paradigme du transnational s’intéresse avant tout aux pratiques matérielles effectivement maintenues en relation avec le pays d’origine des migrants.

  • 8 Par exemple un député en charge des questions d’émigration et un directeur de cabinet du ministre d (...)

5La recherche s’appuie principalement sur une enquête qualitative menée à la fois en France (dans la région lyonnaise) et en Algérie (particulièrement dans la région de Sétif, première région d’émigration représentée à Lyon), réunissant des entretiens ethnographiques et des observations in situ des pratiques et des relations de vacances. L’enquête s’est déroulée entre mai 2008 et août 2011, alternant les phases de terrain dans la région lyonnaise (en continu, sur l’ensemble de la période) et en Algérie (été 2009, 2010 et 2011, cinq mois en tout). Elle propose de combiner une ethnographie des pratiques présentes avec une perspective longitudinale sur l’évolution de ces pratiques, appréhendée du point de vue des individus et de leur famille, et du point de vue de l’État algérien. Celui-ci a été saisi à partir du dépouillement d’un journal édité par un organe dépendant directement de l’État algérien à destination des émigrés (l’Amicale des Algériens en Europe, qui a publié un journal au format variable entre 1965 et 1989), et d’entretiens effectués auprès de responsables algériens8 (réalisés aux mois de juin, juillet et août 2011).

6Au terme de ce travail, il apparaît que les pratiques de vacances sont révélatrices de modes variés de relation aux « origines », entre pratiques mémorielles d’inscription dans une lignée familiale et/ou une histoire nationale, et entretien au présent de sociabilités familiales ou amicales à travers des pratiques de loisir partagées. Ces variations sont mises en perspective dans la thèse par rapport à d’autres dimensions de l’appartenance que celle renvoyant au registre de l’ethnicité (qu’elle renvoie au registre du national, du racial, du culturel ou encore du religieux), des appartenances plus classiques en sociologie comme la catégorie sociale, le sexe, l’âge, la situation conjugale.

Résultats et portée de la recherche : contre le discours unifiant de l’intégration, l’analyse de la variation des appartenances sociales

7L’étude ethnographique des vacances passées en Algérie, à partir d’observations réalisées à l’occasion de trois séjours passés sur place et d’une cinquantaine d’entretiens approfondis, nous a permis d’identifier différentes manières de passer ses vacances algériennes pour des descendants d’immigrés algériens majeurs. Nous revenons avec plus de détail sur cette dimension de notre travail, en laissant de côté le travail socio-historique effectué sur l’évolution du discours de l’État algérien à l’égard de ses « émigrés » et des séjours temporaires passés en Algérie.

Les vacances au bled comme entre-soi amical entre « jeunes de France »

8Un premier type peut être représenté par Selim, jeune homme de 19 ans, habitant un quartier d’habitat social de l’Essonne, venant tout juste d’abandonner sa terminale en filière professionnelle. S’il passe une partie de ses vacances dans la maison de ses parents à Sétif, Selim passe surtout son temps avec ses amis qu’il désigne comme « ceux de France », dans les cafés de Sétif ou dans les stations balnéaires, notamment à Oran, où il se paie quelques nuits dans des hôtels de luxe. En vacances, il adopte un mode de vie qu’il affirme en décalage avec les modes de vie locaux : lever et coucher tardif, repas pris à l’extérieur, dans les snacks, il n’hésite pas à porter des bermudas au-dessus des genoux, en contraste avec les normes vestimentaires dominantes. Il aspire également à d’autres séjours de vacances ailleurs qu’en Algérie, dans des destinations prisées par ses aînés dans son quartier ou côtoyés dans les cafés de Sétif. Ainsi, Mourad, qui a sept ans de plus que Selim, profite lui aussi de ses séjours en Algérie pour se rendre sur la côte, retrouver des amis de France (de son quartier ou de sa ville, ou des amis de vacances venant des quatre coins de France). Mais il alterne entre ces séjours estivaux et d’autres voyages, comme en Turquie ou en Thaïlande, destinations valorisées pour l’opportunité qu’elles lui offrent de « bien s’amuser pour pas cher ».

9Pour ce type, généralement recruté dans la fraction la plus jeune de notre corpus, mais aussi parmi les enquêtés habitant des quartiers populaires en France et connaissant des parcours scolaires relativement courts, cette mise à distance du « bled » (dans sa nourriture, ses rythmes, ses habitants même parfois) ne signifie pas qu’ils rejettent et méprisent les origines de leurs parents : nombre d’entre eux sont contents de revenir chaque année et sont fiers d’être des « staifi » (sétifien, en arabe). Ainsi, sur leur profil facebook, ils sont nombreux à accoler cet adjectif à leur prénom dans leur identifiant. Une partie d’entre eux vient trouver en Algérie une forme de compensation à leur situation dominée (dans la sphère scolaire, professionnelle, urbaine) en France. Le différentiel économique leur permet de multiplier les consommations ostentatoires qu’ils ne peuvent pas toujours se permettre en France.

10Le bled constitue pour eux un réel espace de secondarité qui leur permet d’habiter un autre rôle social, de desserrer la contrainte du quotidien et d’affirmer une position sociale plus favorisée. Le bled est ici un espace d’abord vu comme espace de loisirs, partagés entre pairs, permettant une mise à distance temporaire des difficultés scolaires pour certains, ou plus largement des contraintes économiques.

Les vacances au bled comme recréation d’un entre-soi familial centré sur la résidence secondaire

11Un deuxième type peut être représenté par Sabrina, femme de 37 ans, titulaire d’un BEP, mariée avec un immigré algérien, intérimaire dans la logistique, mère de quatre filles ayant entre 1 et 16 ans. Sabrina passe généralement deux mois de vacances tous les étés en Algérie, dans l’appartement construit sur place avec son mari, dans la ville d’origine de ses propres parents mais aussi de ses beaux-parents. Son appartement est un sas aménagé entre la France et l’Algérie : si elle profite des vastes dimensions que lui permet le différentiel économique entre les deux pays, elle a tenu à reproduire une partie des modes d’organisation de son intérieur français. Plutôt que de calquer une occupation souple des différentes pièces de l’appartement sur les manières d’habiter largement diffusée en Algérie, le couple a divisé l’espace entre un espace nocturne (trois chambres scrupuleusement attribuées au couple et aux filles) et un espace diurne (la cuisine et le salon). Son appartement lui permet à la fois de profiter de son séjour pour entretenir les relations avec sa famille sur place (particulièrement sa belle-famille dans la mesure où elle voit fréquemment ses propres parents en France) et de consacrer du temps à sa cellule familiale, constituée de son mari et ses filles. Sabrina vit dans une alternance résidentielle, reconstituant sur place ses habitudes, ayant à cœur d’y reconstruire un quotidien familial. Elle envisage par exemple difficilement de ne partir qu’un mois l’été en Algérie car elle n’aurait, d’après elle, pas le temps de bien s’installer, de ressortir sa vaisselle et sa literie, de reprendre ses marques. Sabrina et sa famille se sentent pleinement appartenir à la société locale de la petite ville où elle passe ses étés : son mari est connu localement, elle a le sentiment de devoir s’adapter aux normes locales pour maintenir sa réputation. C’est la détention, par son mari, d’un capital d’autochtonie qui lui permet de mener à bien son projet de construction (il sait par exemple où se procurer du matériel et sait quels artisans contacter) et c’est ce même capital qu’il fait fructifier en menant à terme son projet de construction. Sur place, le couple va progressivement se retrouver avec le statut de propriétaire non seulement de son appartement mais aussi de tout l’immeuble construit autour, dans lequel Sabrina et son mari projettent de prendre comme locataires des médecins ou des dentistes. Cette situation contraste avec leur vie en France où ils sont locataires, dans le parc social, d’un appartement que Sabrina trouve désormais un peu étroit pour sa famille et un peu sombre, au rez-de-chaussée. Pour autant, Sabrina ne vit pas ses séjours en Algérie comme une compensation à un quotidien dominé en France. Elle apprécie sa vie française, s’investit activement dans la scolarité de ses filles, est bénévole dans le centre de loisirs de son quartier. Elle insiste aussi sur la bonne « intégration » de son mari en France, tant au niveau professionnel (travailleur apprécié par ses employeurs) qu’au niveau local (participation à l’équipe de football du quartier).

12Le bled est alors au sens propre une « deuxième maison » où se transplante, le temps des vacances, le fonctionnement de la famille nucléaire. C’est particulièrement dans les couples transnationaux que se met en place un mode d’habiter alternatif et un statut social construit à cheval entre deux pays, entre le lieu de résidence du quotidien en France et le lieu de vacances.

Les vacances au bled comme « quête identitaire »

13Un dernier type peut être incarné par Férouze, femme de 30 ans, assistante sociale, célibataire. Pour elle, les vacances en Algérie sont davantage synonymes d’immersion dans la famille sur place, dans la résidence principale d’un parent, sans espace privatif et au gré d’un couchage collectif sommaire. Le temps de ses vacances, elle vit soumise aux rythmes de la famille algérienne, avec des réveils assez précoces pour éviter les grosses chaleurs et des siestes dans l’après-midi. Sur place, elle valorise avant tout le temps passé avec sa famille algérienne, du moins une partie de cette famille avec laquelle elle se sent le plus d’affinités. Elle vient voir ses grands-mères, mais elle est aussi heureuse de découvrir des cousines ou des oncles, à travers lesquels elle s’instruit sur l’histoire de sa famille, et notamment sur la jeunesse de ses parents avant leur départ vers la France. Elle apprécie les repas partagés en famille, à la préparation desquelles elle propose (souvent en vain) de participer. Les grands plats collectifs dans lesquels elle mange à la main plutôt qu’avec une fourchette ou une cuillère, font pour elle partie de son immersion sur place. Pour Férouze, ces séjours algériens sont essentiellement des non vacances au service d’un devoir de mémoire.

14D’autres comme Férouze ont connu une trajectoire de (petite) mobilité sociale ascendante, à travers la poursuite d’études supérieures et l’obtention d’un emploi de cadre moyen, voire supérieur. Cette trajectoire, qui s’explique au moins en partie par une socialisation familiale spécifique, peut être vécue comme l’établissement d’un fossé avec le milieu social d’origine, pensé aussi comme milieu culturel (ses « racines » algériennes). Les séjours en Algérie ont alors pour but de réintroduire de la continuité dans cette trajectoire de mobilité sociale. Les personnes comme Férouze viennent alors rechercher une certaine cohérence avec leur vie quotidienne et leur statut social en France : redécouvrir la famille à travers ses propres centres d’intérêt (à l’image de Loubna, doctorante en histoire qui interroge ses tantes sur leur vécu de la guerre d’Algérie), visiter les sites archéologiques ou aller visiter les universités locales pour les personnes ayant accumulé un certain capital culturel dans leur scolarité. Ces enquêtés moins habitués à des séjours réguliers depuis l’enfance peuvent valoriser l’immersion dans les modes de vie locaux, tout en ressentant davantage que le premier groupe le décalage avec la société locale. Une partie d’entre eux, notamment des femmes, ne parvient pas toujours à créer cette cohérence entre leur vie d’ici et celle de là-bas, et s’avère déçue par ces séjours, à l’image de Souad – infirmière, propriétaire de sa maison en France – qui vit difficilement la contrainte familiale sur place et l’absence d’autonomie liée à son statut de femme.

15Le bled est ici l’espace non pas tant uniquement de la famille mais plus largement des « racines » : qu’il soit saisi à l’échelle des relations familiales ou de la visite du pays, il est mobilisé par ces enquêtés pour donner une certaine cohérence à leur trajectoire, et pour donner sens à la migration de leurs parents.

16On voit, à travers ces trois types incarnés dans des portraits, que malgré une histoire commune (des parents immigrés d’Algérie pendant la période des Trente Glorieuses, et partageant une condition sociale relativement homogène durant leur enfance – des pères généralement ouvriers et des mères souvent cantonnées au foyer), les vacances passées en Algérie ne prennent pas les mêmes formes matérielles, s’inscrivent différemment en continuité et en rupture avec la vie en France, et ne révèlent pas les mêmes manières de concevoir ses « origines algériennes ». Si certains cherchent à reconstituer une partie de leur mode de vie quotidien, d’autres au contraire optent plus nettement pour la rupture et le contraste. Et les différences de pratiques qui révèlent différentes manières de vivre ses origines algériennes se comprennent en articulant différentes propriétés sociales : l’âge et la place dans le cycle de vie, la trajectoire scolaire et sociale, la situation conjugale et notamment l’histoire migratoire du conjoint.

Haut de page

Bibliographie

Bidet, J. (2009), « Revenir au bled. Tourisme diasporique, généalogique, ethnique ou identitaire? », in Diasporas. Histoire et Sociétés, n° 14.

Bidet, J., Wagner, L. (2012), « Vacances au bled et appartenances diasporiques des descendants d’immigrés algériens et marocains en France », in Tracés, n° 23, no 2.

Brouard, S., Tiberj, V. (2005), Français comme les autres ? Enquête sur les citoyens d’origine maghrébine, africaine et turque, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Dufoix, S. (2011), La dispersion : une histoire des usages du mot diaspora, Paris, éd. Amsterdam.

Glick-Schiller, N., Basch, L., Szanton-Blanc, C. (1992), Towards a transnational perspective on migration : race, class, ethnicity, and nationalism reconsidered, New York Academy of Sciences.

Hajjat, A. (2011), Les frontières de l’identité nationale : l’injonction à l’assimilation en France métropolitaine et coloniale, Paris, la Découverte.

Noiriel, G. (2006), [1988], Le creuset français : histoire de l’immigration XIXe-XXe siècle, Paris, éd. du Seuil.

Pattieu, S. (2009a), Tourisme et travail : de l’éducation populaire au secteur marchand, 1945-1985, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Périer, P. (2000), Vacances populaires : images, pratiques et mémoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Portes, A., Zhou, M. (1993), « The new second generation. Segmented assimilation and its variants », in The annals of the American academy of political and social science, vol. 530, no 1.

Portes, A. (1999), « La mondialisation par le bas. L'émergence des communautés transnationales », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Vol. 129 n° 1.

Ribert, É. (2006), Liberté, égalité, carte d’identité : les jeunes issus de l’immigration et l’appartenance nationale, Paris, la Découverte.

—, (2009), « À la recherche du «  sentiment identitaire  » des Français issus de l’immigration », in Revue française de science politique, Vol. 59, no 3.

Sayad, A. (1999), La double absence : des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, éd. du Seuil.

—, (2006), L’immigration ou Les paradoxes de l’altérité, Paris, éd. Raisons d’agir

Simon, P. (2000), « Les jeunes issus de l’immigration se cachent pour vieillir. Représentations sociales et catégories de l’action publique », in VEI Enjeux, no 121.

Simon, P., Stavo-Debauge, J. (2004), « Les politiques anti-discrimination et les statistiques : paramètres d’une incohérence », in Sociétés contemporaines, n° 53.

Tribalat, M. (1995), Faire France : une grande enquête sur les immigrés et leurs enfants, Paris, la Découverte.

(1996), De l’immigration à l’assimilation : enquête sur les populations d’origine étrangère en France, Paris, la Découverte.

Venel, N. (2004), « Musulmans et citoyens », Paris, Presses universitaires de France, in Le Monde.

Haut de page

Notes

1 Pour une analyse critique de l’expression « deuxième génération » ou « jeunes d’origine immigrée », voir : Noiriel, G. (1988), « Les jeunes "d’origine immigrée " n’existent pas », in Lorreyte, B. (dir.), Les Politiques d’intégration des jeunes issus de l’immigration : situation française et comparaison européenne, Paris, l’Harmattan, CIEMI ; Guénif Souilamas, N. (2000), Des beurettes aux descendants d’immigrants nord-africains, Paris, Grasset « Le Monde » ; Santelli, E. (2004), « De la « deuxième génération » aux descendants d’immigrés maghrébins. Apports, heurts et malheurs d’une approche en termes de génération », Temporalités, Revue de sciences sociales et humaines, no 2, p. 29-43.

2 Les principales analyses de cette enquête se trouvent dans, Tribalat, M. (1995), Faire France : une grande enquête sur les immigrés et leurs enfants, Paris, éd. La Découverte ; 1996, De l’immigration à l’assimilation : enquête sur les populations d’origine étrangère en France, Paris, éd. La Découverte.

3 La controverse éclate d’abord au sein de la discipline démographique, à travers les critiques portées notamment par Hervé Le Bras aux travaux de Tribalat, M., voir Le Bras, H. (1998), Le démon des origines : démographie et extrême droite, éd. de l’Aube, et plusieurs numéros de la revue Population entre 1998 et 1999. Cette première étape du débat sur les « statistiques ethniques » en France, interne au champ scientifique, amène les chercheurs à réfléchir sur l’usage des catégories ethniques ou nationales en sciences sociales, cf. par exemple Spire, A., Merllié, D. (1999), « La question des origines dans les statistiques en France. Les enjeux d’une controverse », Le Mouvement Social, no 188, p. 119‑130. Au début des années 2000, la controverse va sortir du seul cadre universitaire et académique pour être réinvestie dans la sphère politique et militante. Pour un retour sur la chronologie de ces débats et une analyse, voir Stavo-Debauge, J. (2003), « Les vices d’une inconséquence conduisant à l’impuissance de la politique de lutte contre les discriminations. 1ère partie : Tu ne catégoriseras point! », Carnets de Bord, no 6, p. 19‑37. 2004, « Les vices d’une inconséquence conduisant à l’impuissance de la politique de lutte contre les discriminations. 2ème partie : Apprêter un chemin au droit et confectionner des catégories pour l’action publique », Carnets de Bord, no 7, p. 32‑54. Et Masclet, O. (2012), Sociologie de la diversité et de la discrimination, Armand Colin, Paris.

4 Le développement de cette approche transnationale des migrations est associée aux travaux des anthropologues états-uniennes Glick-Schiller, N., Basch, L., Szanton-Blanc C. (1992), Towards a transnational perspective on migration : race, class, ethnicity, and nationalism reconsidered, New York Academy of Sciences, et du sociologue états-unien Portes, A. (1999), « La mondialisation par le bas. L’émergence des communautés transnationales », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 129, p. 15-25.

5 Portes, A., Zhou, M. (1993), « The new second generation. Segmented assimilation and its variants », in The annals of the American academy of political and social science, vol. 530, no 1, p. 74–96. Pour une application française de ce type d’analyse : Safi, M. (2006), « Le processus d’intégration des immigrés en France : inégalités et segmentation », Revue française de sociologie, vol. 47, n° 1, p. 3-48.

6 Pour une discussion critique de l’usage du terme « identité » en sciences sociales, terme notamment souvent associé à la thématique de l’intégration des populations issues de l’immigration (immigrés, et descendants d’immigrés), voir Avanza, M., Laferté G., (2005), « Dépasser la « construction des identités » ? Identification, image sociale, appartenance », in Genèses, n° 61, p. 134‑152.

7 L’enregistrement, par l’enquête, de sentiments d’appartenance à travers des questions de représentation pose le problème d’imposition de problématique (Bourdieu, 1973) : comment interpréter les réponses à des questions que les individus ne se sont jamais eux-mêmes posés, ou en dehors des situations dans lesquelles ils sont amenés à se les poser ?

8 Par exemple un député en charge des questions d’émigration et un directeur de cabinet du ministre du tourisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jennifer Bidet, « Vacances au bled de descendants d’immigrés algériens.
Pratiques, trajectoires, appartenances
 », Insaniyat / إنسانيات, 70-69 | 2015, 139-148.

Référence électronique

Jennifer Bidet, « Vacances au bled de descendants d’immigrés algériens.
Pratiques, trajectoires, appartenances
 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 70-69 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2017, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/15311

Haut de page

Auteur

Jennifer Bidet

Département de sciences sociales, École Normale Supérieure Paris. Centre Maurice Halbwachs (CHM), Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page