Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Camille SCHMOLL, Migrations en Méditerranée. Permanences et mutations à l’heure des révolutions et des crises

Rim Otmani
p. 167-169
Référence(s) :

Camille SCHMOLL, Migrations en Méditerranée. Permanences et mutations à l’heure des révolutions et des crises., Hélène THIOLLET, Catherine WIHTOL DE WENDEN (dir.), Paris, CNRS EDITIONS, 2015, 382 p.

Texte intégral

1Migrations en Méditerranée est un ouvrage collectif interdisciplinaire qui réunit des sociologues, anthropologues, géographes, politistes et démographes. Ce livre de 382 pages, dirigé par Camille SCHMOLL, Hélène THIOLLET et Catherine WIHTOL DE WENDEN, regroupe une trentaine d’auteurs issus de plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales qui abordent des thèmes transversaux relatifs aux migrations en Méditerranée. Il se présente sous la forme de vingt trois chapitres traitant chacun d’un sujet indépendant, rassemblés en quatre grandes parties. Au-delà des textes choisis, ce livre est enrichi de données statistiques et bibliographiques qui permettent aux lecteurs de mieux saisir les migrations contemporaines dans l’espace méditerranéen. Ce travail collectif est une analyse des mouvements migratoires et des mesures politiques régionales ou internationales. Ces analyses permettent d’appréhender les changements considérables en matière de circulations des populations et de gestion des flux migratoires dans le bassin méditerranéen, l’accent étant mis sur la crise migratoire de cette dernière décennie, sur la complexité de l’interface méditerranéenne et la gestion politique inappropriée.

2Il est tout à fait saisissant de voir qu’à l’ère de la globalisation où de multiples bouleversements sont survenus, cet ouvrage tient une place importante dans les sciences humaines et sociales mettant en lumière les dynamiques migratoires contemporaines au regard des changements sociaux, économiques et politiques. Bien que les hommes aient toujours été mobiles, la Méditerranée est devenue aujourd’hui un espace ouvert aux contrastes multiples qui rendent compte de l’intensité et de la diversité des mouvements migratoires dans un contexte de crises. Force est de constater que les désordres politiques et les instabilités sociales au Maghreb, au Moyen et Proche-Orient ont largement contribué à l’ampleur et à l’accélération des migrations de cette dernière décennie. Face à cette crise migratoire sans précédent, l’Europe et la rive sud de la Méditerranée se retrouvent réunies dans un espace commun où chaque Etat est devenu zone de départ, de transit ou d’accueil et, parfois, les trois en même temps. Aujourd’hui, la Méditerranée est considérée comme zone de rencontres et de fractures, caractérisée surtout par la fermeture des frontières, les expulsions ou la mort de migrants et de réfugiés aux portes de l’Europe.

3La première partie de ce livre, intitulée Un contexte institutionnel en mutation ? structures, institutions, révolutions, interroge les enjeux du système institutionnel européen et la crise des États notamment au Proche-Orient. La deuxième partie, intitulée Borders and boundaries. Espaces, politiques, pratiques du contrôle et de marginalisation, s’attache à montrer l’évolution des politiques de contrôles aux frontières face aux nouvelles vagues migratoires, à la diversité des pratiques de mobilité et à la multiplication des réseaux transnationaux. Elle aborde la problématique des morts aux frontières notamment aux frontières espagnoles. La troisième partie de cet ouvrage, intitulée Politiques des flux, politiques des identités : les migrations à l’épreuve des changements politiques et sociaux, s’intéresse aux politiques migratoires mais surtout aux questions identitaires. Elle explore les migrations d’Europe, d’Afrique subsaharienne, du Maghreb, du Moyen et Proche-Orient. La dernière partie, intitulée Mobilités polymorphes dans un contexte de changement social, présente différents contextes de migration et différents cas de mobilité proposant de dépasser la vision euro-centrée très présente actuellement interrogeant l’évolution des migrations et les changements qui les accompagnent. En résumé, tout l’intérêt de ce travail réside dans les politiques migratoires, notamment européennes, et le lien qui relie des acteurs migrants à des organismes qui font face à une crise humanitaire.

4Toutefois, cet ouvrage dévoile la fragilité de l’Europe, les faiblesses voire les contradictions politiques face aux conflits qui touchent les pays voisins et la montée des xénophobies au sein des sociétés d’accueil. Les auteurs nous livrent des vérités sur les conditions de migration en Méditerranée et nous dévoilent la marginalisation des populations migrantes, leur discrimination, leur exclusion et leur traitement qui va souvent à contre sens avec les textes de lois. En ce sens, ils mettent en avant des politiques d’immigration et d’asile répressives qui luttent activement contre l’immigration de façon générale. Ils proposent une lecture globale des politiques migratoires, des dispositifs de coopération euro-méditerranéens, des accords bilatéraux et des différents partenariats de développement qui visent à déployer ou à externaliser le contrôle des frontières externes de l’Union Européenne. Les textes insistent sur l’omniprésence des contrôles aux frontières qui, bien que renforcés, demeurent insuffisants voire inefficaces.

5Au final, cet ouvrage montre bien l’importance des flux migratoires de ces dernières décennies et révèle des politiques qui se heurtent à des dynamiques sociales, économiques et politiques qui les dépassent. Il dévoile une insuffisance institutionnelle et une réelle absence de politiques d’intégration en Europe. Les auteurs font ressortir les paradoxes de l’Europe, continent des droits de l’Homme, dont les États sont tous signataires de la Convention de Genève de 1951 sur l’asile, de la Convention sur les droits de l’Enfant de 1986 et de l’inscription du droit au regroupement familial comme droit fondamental.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rim Otmani, « Camille SCHMOLL, Migrations en Méditerranée. Permanences et mutations à l’heure des révolutions et des crises », Insaniyat / إنسانيات, 70-69 | 2015, 167-169.

Référence électronique

Rim Otmani, « Camille SCHMOLL, Migrations en Méditerranée. Permanences et mutations à l’heure des révolutions et des crises », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 70-69 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2017, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/15320

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page