Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Annie THÉBAUD-MONY, Philippe DAVEZIES, Laurent VOGEL et Serge VOLKOFF, (dir.). Les risques du travail. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner

Lamya Tennci
p. 135-138
Référence(s) :

Annie THÉBAUD-MONY, Philippe DAVEZIES, Laurent VOGEL et Serge VOLKOFF, (dir.). Les risques du travail. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner. Paris : Éditions la découverte, 2015, 608 pages.

Texte intégral

1Plus de 30 ans après la publication d’un ouvrage portant le même titre les risques du travail. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner, aux éditions la Découverte (Cassou et al., 1985), la nécessité de réactualiser les connaissances autour des questions de la santé au travail s’impose aujourd’hui encore plus que par le passé tant les atteintes à la santé et aux conditions de travail des salariés ne se sont pas atténuées. Elles se sont même accentuées, voire sous de nouvelles formes de risques marqués par la transformation profonde du monde du travail. L’externalisation des risques par le biais de la sous-traitance a favorisé une gestion de la main-d’œuvre de plus en plus précarisée, se trouvant dans une situation d’isolement face à la déliquescence des collectifs de travail et de la perte progressive de leurs droits fondamentaux, y compris ceux liés à la santé, à la dignité et à la justice.

2C’est l’objectif dont se sont fixés les directeurs de cette nouvelle édition des Risques du travail qui regroupe, en 600 pages, environ une centaine d’auteurs et quelques dizaines de spécialistes de disciplines scientifiques et de pratiques professionnelles très diverses : ergonomes, sociologues, médecins, psychologues, juristes, syndicalistes et la liste est encore bien longue.

3Cet ouvrage, sous la direction d’Annie Thébaud-Mony, Philippe Davezies, Laurent Vogel et Serge Volkoff, est la somme de plusieurs contributions conçues comme une précieuse synthèse de l’état des connaissances sur la santé au travail. Il s’adresse autant aux professionnels, qu’aux salariés, à leurs représentants et à tout acteur concerné par les risques du travail. Il fournit non seulement des outils pour une lecture critique de l’abondante littérature qui existe déjà, mais aussi les connaissances et les instruments nécessaires pour agir sur les conditions de travail et prévenir les risques du travail.

4La structuration de l’ouvrage en quatre parties amène une certaine cohérence dans les thématiques. La première partie intitulée Impact de la mondialisation sur l’organisation du travail et l’inégalité sociale face aux risques, examine les liens étroits entre la mondialisation et les processus de mise en danger de la vie d’autrui dans les lieux de travail. On y trouve des analyses précisant les effets des transformations structurelles de l’organisation du travail, marquées essentiellement par « des choix politiques d’organisation productive et de division sociale et internationale du travail » (p. 13) sur la santé des travailleurs. Ces transformations dans l’organisation du travail ont touché autant les secteurs de la grande distribution, que ceux du démantèlement des navires en « fin de vie » classé par l’Organisation internationale du travail parmi les activités les plus dangereuses au monde, ceux de l’industrie textile et de l’électronique, mais également la sous-traitance des activités de maintenance dans l’industrie nucléaire ou chimique. Ces bouleversements du système productif visent principalement une catégorie de travailleurs touchés par « de nouvelles vulnérabilités liées aux conditions d’emploi » (p. 66) en raison de contrats précaires et soumis à de fortes pressions et intensification du travail. Ils sont alors contraints d’accepter des travaux sachant qu’ils peuvent nuire gravement à leur santé. Il en résulte une mise en concurrence des travailleurs entre eux, notamment avec ceux d’autres continents. Plusieurs enquêtes menées tant en France qu’en Europe observent un accroissement des inégalités sociales en matière de santé au travail qui se creusent au sein des catégories les moins qualifiées, les femmes, les travailleurs issus de l’immigration et ceux dont le travail est précaire.

5L’évolution des conditions de travail et la gestion individualisée des troubles de la santé liés au travail caractérisent la deuxième partie de l’ouvrage. A partir des années 1980, de nouvelles formes d’organisation du travail sont mises au-devant de la scène dans un contexte de transformations à la fois techniques, organisationnelles et sociales. Se met en place alors des logiques d’intensification du travail, une forte pression et un contrôle accru de la productivité du salarié, le contraignant à alterner un rythme et des horaires de travail de plus en plus irréguliers et flexibles. Des perturbations du rythme veille/sommeil sont constatées chez les travailleurs occupant un travail posté pour qui le niveau de vigilance et de concentration nécessaire à la réalisation de l’activité de travail est fortement diminué. Des conséquences peuvent être perceptibles en matière d’accidents du travail, mais aussi des risques sur la santé et la vie personnelle du travailleur.

6Les ressorts de la politique néolibérale impactent le travail et son organisation dans ce qu’il a de plus précieux, à savoir la dimension du « sens » et son utilité sociale. Ainsi, pour accroître la performance économique, de nouvelles pratiques de management contemporain se déploient à tous les niveaux : entreprises, hôpitaux, universités, tertiaire, etc. Il s’agit d’une « gestion par les chiffres, concurrentielle, assortie de sanctions matérielles et symboliques […] où celui qui n’est pas performant est menacé de disparition » (p. 173). Face à ces formes « délétères » de l’organisation du travail, de nouveaux maux font surface à l’exemple des troubles musculo-squelettiques, les risques psychosociaux, voire même des manifestations plus dramatiques comme les suicides au travail.

7Les conséquences du travail et de ces transformations sur la santé des salariés est le thème de la troisième partie : « Impacts du travail sur la santé ». Le travail manuel à dominance physique est loin d’avoir totalement disparu. Certes, des améliorations ont été apportées, mais au détriment d’un travail déshumanisé, aux exigences émotionnelles fortes, une dénaturalisation de la qualité du travail au profit de la conformité aux règles et aux procédures avec une moindre marge laissée à l’autonomie du travailleur. Parmi ces pathologies professionnelles, on peut citer les expositions aux différents produits cancérogènes. Les perturbateurs endocriniens (bisphénol A, phtalates, les PCB…) sont également responsables de troubles de la reproduction, infertilité et malformations, voire même des modifications épigénétiques dans la descendance. S’ajoute à cela, les nouvelles formes de souffrance et de pathologies mentales en lien avec les modes d’organisation du travail.

8Enfin, la dernière partie de l’ouvrage qui a pour titre « Agir sur les risques, mode d’emploi » propose d’interroger et de rendre visible les leviers d’action qui gravitent autour de la reconnaissance des risques du travail. Le domaine de la santé au travail demeure aujourd’hui un terrain conflictuel où l’accumulation des connaissances scientifiques est souvent longue et fait l’objet de controverses entre experts en matière de prévention et de législation à préconiser. Les institutions et les acteurs professionnels, chargés de protéger la santé des salariés, rencontrent des faiblesses et des contraintes qui les empêchent d’identifier les risques et la réalité des conditions de travail. Celles-ci sont tributaires des rapports de pouvoir et de subordination entre médecins du travail et leur employeur par exemple, mais aussi le rôle joué par les CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail), l’inspection du travail ou les organisations syndicales. Les situations de ce blocage et les politiques de prévention plus efficaces sont finement analysée dans les différentes contributions. La nécessité est de mettre en valeur une dynamique sociale, en mobilisant toutes les forces concernées par la santé au travail, en premier lieu, le travailleur du fait qu’il est le mieux placé à connaître le travail réel et les contraintes dans la réalisation des tâches quotidiennes. Les efforts engagés pour reconsidérer la spécificité des crimes industriels et le rôle majeur que peut jouer le droit en faveur de la santé au travail par l’établissement d’outils obligeant l’employeur à consigner un document unique d’évaluation des risques, de tenir à jour des fiches de prévention des expositions par exemple, permet de mieux cerner l’action collective et de porter la cause du travailleur à plus de justice sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lamya Tennci, « Annie THÉBAUD-MONY, Philippe DAVEZIES, Laurent VOGEL et Serge VOLKOFF, (dir.). Les risques du travail. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner », Insaniyat / إنسانيات, 80-81 | 2018, 135-138.

Référence électronique

Lamya Tennci, « Annie THÉBAUD-MONY, Philippe DAVEZIES, Laurent VOGEL et Serge VOLKOFF, (dir.). Les risques du travail. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 80-81 | 2018, mis en ligne le 31 juillet 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/19688

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page