Navigation – Plan du site

AccueilNuméros85-86Présentation

Texte intégral

1Ce numéro double de la Revue Insaniyat se donne pour objectif d’explorer la pratique du graffiti, longtemps considérée comme simple gribouillage et/ou simple exutoire dans les espaces publics nord-africains. De ce fait, cette pratique sociolangagière est restée, relativement, marginale dans la littérature scientifique relevant de cette aire géographique.

2Si la pratique du graffiti fait l’objet d’un intérêt scientifique croissant ailleurs, elle demeure incomprise et insaisissable dans le contexte nord-africain et ceci se vérifie au fait qu’elle n’a pas été suffisamment problématisée du point de vue des procédés et stratégies qu’elle convoque et des contenus qu’elle mobilise dans l’espace public. Cette livraison d’Insaniyat vient combler cette lacune en répondant à l’urgence d’examiner en profondeur ce phénomène langagier qui constitue l’une des expressions effectives des mutations linguistiques, culturelles et sociospatiales en Afrique du Nord, tout en mettant en lumière les recherches locales émergentes dans ce domaine.

3Examiner cet objet à l’échelle nord-africaine peut sembler a priori une entreprise ambitieuse et présenter quelques écueils en termes d’approche et d’analyse, tant l’on sait l’hétérogénéité et la complexité qui caractérisent à la fois cette pratique sociolangagière et les sociétés qui la mobilisent comme médium d’expression dans l’espace public. Mais ce choix s’impose de lui-même eu égard à l’importance que ces actes langagiers revêtent et les bouleversements sociopolitiques, linguistiques et culturels qu’ils mettent en scène.

4Traversant l’espace et le temps, les graffiti ne cessent d’interpeller nos regards et nos certitudes et traduisent des besoins expressifs et existentiels exposés sur des supports non conventionnels, donnant ainsi à l’espace public une dimension sémiotisée. Ils ont, également, le mérite d’accompagner les sociétés dans leurs mutations en révélant leurs dynamiques et en signifiant les enjeux qui les sous-tendent. La pérennité de ces marquages scripturaux et leur saillance présentent un intérêt particulier pour la recherche scientifique, surtout les sciences sociales et humaines.

5Les graffiti et le street art s’érigent en mode d’expression sociopolitique et artistique dans les quatre coins de la planète imprimant aux espaces vécus des allures de corps tatoués, parlants et signifiants. Les conflits sociopolitiques, les compétitions sportives, plus particulièrement le football, les démonstrations culturelles, les détresses humaines y trouvent refuge et y laissent leurs empreintes éphémères certes mais percutantes par la charge de leurs discours. Faisant partie prenante des décors urbains et des dynamiques de l’espace public, jadis strictement contrôlés par la doxa, la pratique du graffiti est impliquée de manière décisive dans les mutations sociales locales en les révélant et matérialisant.

6Provoquée par l’envie d’énoncer et propulsée par les mouvements sociaux, politiques et culturels, et les aléas de la vie quotidienne, cette pratique scripturale devient de plus en plus massive dans l’espace public, charriant sur son passage, langues, signes et discours. Ce fait social complexe révèle, à travers les récits urbains et les littératures qu’il étale dans l’espace public, la face cachée de la vie sociale normée.

7Pour cerner les contours de ce nouvel ordre scriptural et discursif constituant en Afrique du Nord, les contributions réunies dans ce numéro visent à en retracer les conditions d’émergence et les trajectoires, d’en visualiser les mécanismes, d’identifier les enjeux qui président à sa diffusion et d’analyser les fonctions qui lui sont assignées. Pour ce faire, les contributeurs ont densément interrogé l’espace public, terrain de prédilection du graffiti, l’unique lieu où ces derniers peuvent advenir et avoir de sens. Ce lieu naturel des graffiti et les multiples supports qu’il offre à cette pratique scripturale, font office d’une scène discursive où se mêlent contestation, revendication, création et expression individuelle et/ou collective.

8Ce numéro double d’Insaniyat se veut donc une contribution visant à développer une réflexion transdisciplinaire sur les spécificités et les fonctions de ce fait langagier en interrogeant sa portée discursive dans les espaces publics nord-africains. Il est aussi une occasion de questionner les méthodes et logiques de constitution des observables, leur tri, leur classification et leur décodage. Les approches méthodologiques mobilisées pertinemment dans les différentes contributions composant cet ensemble thématique, renseignent sur la nécessité de les préciser et les outiller davantage pour fournir des lectures heuristiques de l’objet observé et traité.

9Les contributeurs examinent cette pratique sociolangagière, dont les débats publics et parfois même académiques tendent à en sous-estimer l’importance, comme un objet de recherche à part entière. Les approches préconisées se proposent de déconstruire le sens commun faisant de la parole des murs une expression marginale pour la replacer dans la sphère du questionnement scientifique en l’appréhendant comme une pratique sociale complexe à travers laquelle se révèlent des rapports de pouvoir et des dynamiques ethno-sociolinguistiques et discursives, indispensables à la compréhension du champ social nord-africain dans son ensemble.

10Les contributeurs interrogent plusieurs aspects de la pratique du graffiti. On peut citer d’abord l’intérêt porté aux auteurs, aux fonctions, aux supports et aux sites de dissémination de cette pratique sociolangagière et l’outillage linguistique et iconique qu’elle mobilise dans l’espace public. Ensuite, il a été question de la dimension subversive et contestataire de cette pratique et des campagnes d’effacement qui la guettent en permanence, surtout en temps de crise, en interrogeant ses dimensions énonciatives et réceptives. La réflexion développée dans ce numéro s’achève enfin sur la dimension discursive de cette pratique sociolangagière qui donne corps aux dynamiques pluridimensionnelles des sociétés nord-africaines et des espaces publics qu’elles investissent constamment et densément.

11Se trouvant au croisement de nombreuses préoccupations disciplinaires allant de la socio-anthropologie à la science politique en passant par la sociolinguistique, l’analyse du discours, la sémiologie, la géographie, les études culturelles, visuelles et autres, l’univers du graffiti constitue un champ de recherche fécond. À partir de ce socle transdisciplinaire, les différentes contributions explorent la genèse, les expressions, les outils et les discours des graffiti dans les espaces publics nord-africains. De cet ensemble cohérent, il est possible de dégager trois sous-ensembles centrés respectivement sur les pratiques et les usages du graffiti, la rhétorique et l’esthétique de la contestation, et les dynamiques et stratégies langagières et discursives inhérentes aux graffiti.

12Dans le premier sous-ensemble qui traite des pratiques et usages des graffiti, et en s’appuyant sur des données empiriques constituées, Karim Ouaras se propose d’examiner les graffiti comme une pratique sociolangagière qui participe à réguler les espaces habités, dans le quartier Dar El Hayet (Oran). Le déploiement de cette pratique met en scène des usages qui consistent à dire ces espaces tout en s’y disant. Les graffiti de cette cité populaire opèrent comme un ordre scriptural donnant corps aux dynamiques urbaines à travers lesquelles se révèlent les rapports sociaux.

13Ecrit à quatre mains, l’article de Hadjer Belhamideche et Karim Ouaras appréhende les inscriptions murales comme une pratique sociale ayant ses stratégies et ses fonctions dans l’espace public à Mostaganem. Ces inscriptions véhiculent, également, des revendications et des idéologies en servant de canal d’expression pour les « maux » et les problèmes sociaux.

14Dans le même sillage, Fatima Zahra Sahli se penche sur le rôle des graffiti dans les campagnes de sensibilisation à la sécurité routière. Pour ce faire, elle a choisi d’étudier les graffiti réalisés sur les citernes des camions de transport poids lourd au Maroc. L’objectif de son étude consiste à interroger les représentations des usagers de la route concernant ce procédé langagier à l’aune de l’institutionnalisation des graffiti.

15Dans le deuxième sous-ensemble, dédié à la rhétorique/esthétique contestataire des graffiti, Mohammed Zakaria Ali-Bencherif interroge ces derniers comme une voix du hirak en Algérie. L’auteur explore les forces sociolangagières et sociodiscursives qui mettent le hirak en mur et qui se manifestent à leur tour comme un contre-pouvoir face aux différentes formes de discrimination dans le contexte algérien. Se basant sur une hypothèse de départ d’ordre épistémologique, Enrique Klaus se penche sur les graffiti apparus au Caire au moment de la « Révolution » du 25 Janvier 2011. Cette analyse s’appuie sur le concept foucaldien d’« hétérotopie », permettant à l’auteur de redéfinir le caractère subversif des graffiti et de les constituer en authentiques objets politologiques, en les saisissant non pas à partir des discours dont ils peuvent être porteurs, mais dans la continuité du dispositif sur lequel ils reposent.

16Aussi, dans cette perspective contestataire, Salaheddine Belarbi revient sur les graffiti du hirak du Rif qu’il aborde comme un moyen de fabrique du sens et un instrument dexpression contestataire, revendicatrice et dénonciatrice. Il montre comment le hirak du Rif fait bon usage des graffiti pour exercer une influence sur les récepteurs et faire connaître ses revendications.

17Dans le troisième et dernier sous-ensemble qui examine les rapports se tissant entre graffiti, langues, identités et espaces discursifs, Réda Sebih discute les dynamiques sociolangagières et discursives qui transparaissent dans les graffiti de la Casbah d’Alger. L’objectif de son étude consiste à dégager les types de graffiti à la Casbah, interroger leurs habillages sémiolinguistiques et décoder leurs contenus discursifs, surtout en rapport avec les lieux investis. Abondant dans le même sens, Wafaa Bedjaoui appréhende les graffiti linguistiques et iconiques comme un élément participant à la mise en mots d’une identité urbaine collective chargée d’émotions et de revendications. Son étude porte sur les graffiti de trois quartiers à Alger où se côtoient et se déploient des langues et des stratégies discursives variées.

18Nacer Si Hamdi propose pour sa part une lecture de l’espace urbain de Tizi Ouzou dans ses dimensions sociolinguistique, identitaire, culturelle et politique. Abordant les graffiti comme un phénomène d’appropriation de l’espace, l’auteur analyse la complexité des pratiques et des rapports sociaux qui s’y exercent et s’y tissent.

19Quittant les espaces ouverts, Boualem Bey s’intéresse aux graffiti de la communauté estudiantine de l’Université de Tlemcen qui opèrent comme indicateurs de nombre de problèmes que vit cette communauté. Se basant sur des données de terrain, son étude montre que le graffiti estudiantin est un procédé langagier qui se caractérise par des contenus et des visées discursives multiples et divers.

20Outre ces contributions riches en enseignements, le parcours de recherche de Pierre Bertoncini, anthropologue corse, vient enrichir la présente livraison d’Insaniyat en dressant un état des lieux de la scène du graffiti en Corse. Son intérêt pour cet objet a pris forme dans les années 1990 en interrogeant, entre autres, le lexique et les méthodes des graffiti du FLN et de l’OAS et leur influence durable sur la scène « graffitique » corse. Les origines maghrébines du graffiti corse renseignent sur la profondeur des échanges entre les deux rives de la Méditerranée. L’auteur revient aussi sur les catégories de l’artification du graffiti, de la patrimonialisation de la peinture corse et sur l’évolution de la représentation du street art dans la presse corse.

21Par ailleurs, ce numéro double comporte des rubriques dévolues aux comptes rendus de lecture et aux actualités scientifiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karim Ouaras, « Présentation », Insaniyat / إنسانيات, 85-86 | 2019, 9-13.

Référence électronique

Karim Ouaras, « Présentation », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 85-86 | 2019, mis en ligne le 31 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/21051 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.21051

Haut de page

Auteur

Karim Ouaras

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search