Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88Lectures croiséesAbdelmadjid MERDACI. (2019), Jour...

Lectures croisées

Abdelmadjid MERDACI. (2019), Journal des marches. Chroniques d’outre silence. Essai, publié à compte d’auteur, 234 p. Hachemi DJIAR. (2019), Grandeurs et défis du Hirak citoyen en Algérie, Alger, Editions Houma, 69 p. 2èédition

Fouad Soufi
p. 143-146

Texte intégral

  • 1 Remaoun Hassan (2019), Les mots au Maghreb. Dictionnaire de l’espace public. Oran, Éditions CRASC.
  • 2 Marche n° 1 : Lettre à Meriem, p. 71.

1Dans la notice « hirak » du Dictionnaire de l’espace public, Belkacem Benzenine rappelle que « jamais dans l’histoire de l’Algérie, les espaces publics n’ont été politiquement exploités dans la durée, et avec une telle grandeur et ferveur. (…) Dans une telle situation, les espaces publics sont devenus le reflet d’un état d’esprit général marqué par l’espérance et l’enthousiasme »1. Hachemi Djiar (désormais H. D.) en est tout autant convaincu qui note : « pour la première fois dans son histoire millénaire, la population algérienne voit surgir du plus profond de son âme une exaltation généreuse de la solidarité fraternelle qui la rassemble et l’unit (…) ». C’est, estime-t-il, le retour en force du sentiment national. Abdelmadjid Merdaci (A. M.) relativise. Dans sa Marche n° 1, Lettre à Meriem2, il rappelle ce que furent d’autres marches populaires : celles de juillet 1962 (mais précise-t-il celle de sba’a sénine barakat), le rassemblement à l’appel d’Aït- Ahmed le 2 janvier 1992 en passant par les marches du FIS. Plus loin, il rappelle la marche des arouch de juin 2001. Mais explique-t-il, « toutes ces marches ont en commun d’être clairement identifiées leurs promoteurs et leurs objectifs aussi alors que la répétition de celles du vendredi demeurent énigmatiques et le couvert populaire ne peut suffire à dire qui est qui et qui fait quoi dans l’évènement ».

2Toutefois, il faut se souvenir que « espérance » et « enthousiasme » avaient mobilisé les Algériens d’avril 1936 (sinon même un peu avant) à pratiquement juillet 1937 (sinon même un peu après). Les rues, les places, les salles de cinémas et les stades étaient occupés avec autant de ferveur. C’était le temps du Congrès Musulman Algérien et du Front Populaire, aujourd’hui, exclus de notre histoire pour cause de « crime assimilationniste ! ».

3Il n’en demeure pas moins, qu’effectivement, une immense foule a occupé les principales rues et places d’Alger, notamment, chaque vendredi puis chaque mardi entre février et juillet 2019, surtout. Les nombreuses photographies et vidéos de professionnels et d’amateurs, l’illustrent bien. Mais n’y a-t-il pas eu « aussi une rue du silence ? » insiste A. M.

4À la rentrée sociale de septembre 2019, les manifestants d’Alger étaient nettement moins nombreux.

5Le hirak - puisque c’est ainsi qu’est nommé ce formidable mouvement populaire/ mouvement citoyen - a donné naissance - en Algérie - à plus d’ouvrages en moins d’un an que le 1er Novembre 1954, le 20 août 1955 et le Congrès de la Soummam depuis l’Indépendance. Comparaison n’est pas raison, bien sûr. Seule une étude bibliographique exhaustive pourrait donner les tendances lourdes de cette production livresque (en arabe et en français). Il se trouve toutefois qu’un sondage même incomplet montre qu’il s’agit plus pour les auteurs de participer à l’écriture d’une légende que d’analyser un mouvement fut-il exceptionnel par son ampleur et sa durée. On peut estimer qu’il aurait été publié moins d’une trentaine d’ouvrages depuis avril 2019 : une quinzaine ou plus en français et moins d’une dizaine en arabe.

6Dans cette littérature, les ouvrages d’Abdelmadjid Merdaci et de Hachemi Djiar se distinguent, nettement, des autres à la fois par leur problématique et par leur place dans le débat autour du hirak. Le « Journal des marches » se veut une critique sans complaisance, mais sans animosité, d’un intellectuel militant face à un événement qu’il considère surmédiatisé, « Le hirak est-il une subversion médiatique ? », se demande-t-il. « Grandeur, servitudes et défis du hirak » se présente comme le « fruit du modeste regard » d’un haut cadre de l’État, aujourd’hui conseiller de la Nation. Deux observateurs issus de l’Université d’Alger fin des années 1960 début des années 1970 : un sociologue qui a investi autant la musicologie que l’histoire et un géographe qui avait eu à revenir à l’histoire et à approfondir sa maîtrise des sciences et des pratiques administratives. Nous sommes donc en présence de deux auteurs qui sont sur deux postures différentes mais qui appartiennent à la même génération. Cette génération qui a connu la fin de la Guerre de Libération, qui a vécu les premières années de l’Indépendance et les tâches d’édification nationale. « Du passé ne faisons pas table rase » écrit A. M. qui, tout comme H. D., n’accepte pas « l’insulte à la mémoire de la guerre de libération ».

7L’ouvrage de Hachemi Djiar se présente comme un exposé pédagogique du hirak citoyen : une introduction qui installe les interrogations principales, vingt-deux points précis qui sont autant d’avertissements sur des slogans incertains, sur « le chaos qui fait le lit de la dictature », et une conclusion qui invite les acteurs du hirak à méditer sur « la crise économique qui s’annonce (…), la germination d’un certain extrémisme et les aléas sécuritaires à nos frontières constituent de toute évidence une menace potentielle pour l’ordre démocratique envisagé ».

8Le livre d’Abdelmadjid Merdaci se compose de deux parties. La première, « Les chemins de la liberté », regroupe les textes de trois conférences datant de 2011. La seconde « Le journal des marches » est constitué de quatorze textes aux titres clairs qui expriment bien les positions de l’auteur. En fait, son « Journal de marches. Chroniques d’outre silence » a un sous-titre plutôt éloquent et provocateur : » Tout ce que nous voulons savoir sur le hirak et que nous osons demander ».

9Toutefois dans leurs ouvrages respectifs, nos deux auteurs embrassent l’horizon problématique du hirak de façon tellement large qu’il n’est pas possible de présenter l’ensemble des questions qui sont posées dès le premier chapitre. En revanche, il semble possible d’en suivre le fil conducteur à partir d’une question centrale, celle, faussement simple, des rapports entre les différents sens donné au mot hirak et de leur dynamique historique.

  • 3 Titre du premier ouvrage consacré aux manifestations publié en 2019. La révolution du sourire. Elém (...)

10Nos deux auteurs se posent globalement les mêmes questions. Questions qui n’attendent pas forcément des réponses. Ce questionnement (deux pages chez H. D.) incite aussi à une réflexion critique sur ce que fut (est ?) le hirak. Pourquoi l’usage du mot hirak ? Ce « générique d’importation » (du Rif marocain) (A. M.) Comment et pourquoi le mot hirak a-t-il supplanté l’expression « Révolution du sourire »3 ? Trop proche de la « Révolution du Jasmin » et surtout des révolutions colorées ? A. M. est clair : » Il ne s’agit pas d’une révolution et cela ne prête pas à sourire ! ».

11Mais qui a fait et imposé ce mot de hirak ? Pourquoi et comment le « hirak » ? On retrouve chez nos deux auteurs donc des interrogations quasi-similaires : qui fabrique et diffuse les slogans ? Ces mots d’ordre simplistes : » système dégage », « Irrouhou ga’a », « Yetnahaw ga’a » qui est, selon, A. M. une expression typiquement algéroise qui a gagné curieusement toute l’Algérie. Pourquoi ce hirak s’est-il produit ? Quelle est « la part de la manipulation des esprit et de l’intoxication des masses » (H. D.) Le hirak n’est-il pas « un masque commode pour des acteurs souterrains ? À quoi et à qui sert le hirak », semble lui répondre A. M. « Quelle légitimité du hirak ? » est très certainement pour nos deux auteurs l’interrogation principale.

12Pourquoi la forme qu’il a prise ? (H. D.) la colère envers le système suffit-elle à le changer en profondeur ? Les jeunes ont-il le recul nécessaire pour comprendre les enjeux politiques ? La déstabilisation de l’institution militaire est-elle bénéfique ? L’accusation « Tous pourris » doit être nuancée. Mais A. M. s’interroge de façon lourde et directe sur la spontanéité des marches, sur la manipulation des faits et surtout sur la neutralisation de tout travail d’information. Il consacre un texte sur « l’activisme médiatique au cœur des marches ». A. M. s’interroge sur ce parti-journal et sur l’absence d’enquêtes, sur la classe politique et l’engagement partisan des Algériens et enfin sur « assez généralement algéro-centrée et francophone agréée par les titres privés … ». Aussi, on comprend pourquoi il y a des questions censurées : le peuple, soit, mais quel peuple ? Qui marche ? Pourquoi ? Et ceux qui ne marchent pas ou qui ne marchent plus ? N’y a-t-il pas aussi une rue du silence ?

13Pour nos deux auteurs, plus que jamais la construction problématique d’un avenir commun commande d’interpeller le passé et notamment celui de la Guerre de libération nationale. Ils regrettent les attaques contre le FLN à travers des slogans ambigus comme celui appelant à dégager les 3 B. : « un argument d’injures contre les institutions de l’État » (A. M.).

14A. M. l’écrit en toutes lettres : « du passé (ne) faisons (pas) table rase » en rappelant que nombre de personnalités appelées au secours du hirak sont d’anciens responsables de l’État.

15Ces deux petits livres détonnent par rapport à toute la production intellectuelle livresque et journalistique auquel le hirak a donné naissance. Autant celui de Hachemi Djiar se veut une lecture lucide, neutre et consensuelle du hirak, autant celui de feu Abdelmadjid Merdaci se présente comme le refus d’accepter qu’un mouvement populaire et/ou citoyen soit dévoyé. Mais les deux appellent à une solution pacifique de cette crise politique. Ils auront également un dernier point commun, la mauvaise distribution de leur livre et le silence de la presse.

Haut de page

Notes

1 Remaoun Hassan (2019), Les mots au Maghreb. Dictionnaire de l’espace public. Oran, Éditions CRASC.

2 Marche n° 1 : Lettre à Meriem, p. 71.

3 Titre du premier ouvrage consacré aux manifestations publié en 2019. La révolution du sourire. Eléments pour un manifeste de l’Algérie heureuse, (Intro. de Sarah Slimani), Alger, Editions Franz Fanon (Dix contributions).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Abdelmadjid MERDACI. (2019), Journal des marches. Chroniques d’outre silence. Essai, publié à compte d’auteur, 234 p. Hachemi DJIAR. (2019), Grandeurs et défis du Hirak citoyen en Algérie, Alger, Editions Houma, 69 p. 2èédition », Insaniyat / إنسانيات, 88 | 2020, 143-146.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Abdelmadjid MERDACI. (2019), Journal des marches. Chroniques d’outre silence. Essai, publié à compte d’auteur, 234 p. Hachemi DJIAR. (2019), Grandeurs et défis du Hirak citoyen en Algérie, Alger, Editions Houma, 69 p. 2èédition », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 88 | 2020, mis en ligne le 31 mars 2021, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/23813 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.23813

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search