Navigation – Plan du site

AccueilNuméros89Présentation

Présentation

Fouad Nouar et Fouzia Boughanjour
Traduction de
Sara Benabdelkader
p. 7-11
Traduction(s) :
تقديم

Texte intégral

1Ce numéro propose cinq articles rendant compte de résultats d’enquêtes de terrain, relevant de différents champs dans le domaine des sciences sociales. Il présente, en outre, un hommage à la romancière algérienne Assia Djebbar (1936-2015), rendu par Amara Lakhous. Dans une contribution, où il reconnait l’influence de l’auteure sur son parcours créatif et sa propre expérience d’écriture en exil. Il soumet ainsi à la discussion critique, certaines questions relatives à l’écriture du roman algérien, sa diversité et ses enjeux culturels.

2Cette contribution s’inscrit dans le prolongement des publications d’Insaniyat portant sur les écrits de Assia Djebbar, relatives à la mémoire (Benkada, 2014, p. 100), dans la production des textes littéraires en Algérie (Kassoul, 1999, p. 69), ou aux spécificités de l’écriture de la romancière, intéressée principalement par la femme, (Regaïg, 2006, p. 75).

3Dans la continuité de ses travaux sur la Société de Géographie et d’Archéologie d’Oran en 1878, Saddek Benkada présente les résultats d’une enquête archivistique portant sur l’analyse du fonds documentaire, les cartes géographiques et les plans urbains de cette société dans le cadre du mouvement de propagation de l’idée coloniale. Si les deux contributions précédentes du chercheur portaient sur les aspects de la rupture et la continuité dans l’expérience associative chez « la société savante » durant la période entre 1878 et 1998 (Benkada, 1999), ainsi que son expérience dans le domaine de la publication des périodiques et les bulletins (Benkada, 2000), ce travail de recherche fournit un inventaire du fonds documentaire et discute les premiers signes de la naissance d’une « véritable école de la géographie militaire ».

4Dans un contexte historique similaire, Houcine Taoutaou propose une présentation monographique, historique et architecturale de la zaouïa Taïbia fondée à Constantine à la fin du 18ème siècle. En s’appuyant sur une analyse de données archivistiques, l’auteur met l’accent sur son passé religieux et ses dimensions soufies proches de celles de la confrérie Shâdhiliyya.

5Il consacre ainsi un espace important à l’approche de la fonctionnalité de son architecture et de ses espaces (style architectural, répartition des espaces : lieu de prière, lieu d’enterrement ...). Cet article enrichit les études publiées préalablement dans la revue Insaniyat sur les zaouïas et les voies soufies en Algérie à l’époque coloniale (Kherkhour, 2016, p. 121). Il interpelle, en outre, la réflexion sur les changements qu’ont connu les styles religieux en Algérie (Salhi, 2000, p. 44), les situations d’expression locale sur les confréries (Bellil, 2000, p. 77) et leur relation avec le mouvement national et politique. (Remaoun, 2006, p. 22).

6Dans un contexte différent lié aux débats portant sur le développement et son impact sur la question sociale dans la région du Maghreb, ce numéro propose deux articles qui analysent les résultats de deux enquêtes de terrain distinctes. En premier, Adel Bousnina analyse les représentations des acteurs sociaux sur le développement local en Tunisie, après la révolution et discute ses déterminants en rapport avec la croissance des aspects de la fragilité sociale et les inégalités régionales.

7L’analyse de ces données issues du terrain à l’approfondissement des discussions théoriques portant sur les problématiques du développement, durant les périodes de la transition démocratique (Zafouri, 2012, p. 79), peuvent être comparées à d’autres données de terrain sur les mêmes objets, notamment en ce qui concerne la classe sociale des jeunes et ses aspects vulnérables (Lamloum & Ben Zina, 2015). Cela est d’autant pertinent lorsque Bousnina aborde la décentralisation et l’efficacité limitée du contrat social qui caractérise la Tunisie indépendante.

8Fouad Nouar, quant à lui, analyse la question de l’emploi des titulaires de diplômes universitaires à Oran, à travers une approche sélective du marché du travail caractérisant leurs processus d’insertion professionnelle. Il s’appuie sur les données d’une enquête de terrain menée dans le cadre de la coopération algéro-tunisienne portant sur « l’insertion professionnelle des diplômés universitaires : le cas de l’Algérie et de la Tunisie ». Ce travail met en exergue les aspects des processus d’intégration affectés par la sélectivité pratiquée par les diplômes universitaires et les secteurs d’emploi, le genre ainsi que l’origine sociale et ouvre des perspectives pour la prise de contact avec des thématiques proches qui étudient la qualité du travail et ses défis (Musette, 2012, p. 32) dans leur relation avec la carte de la formation universitaire dans le système LMD en Algérie (Miliani, 2017, p. 139) et les difficultés de conceptualisation des futurs projets ainsi que le devenir professionnel chez les jeunes (Salhi, 2012, p. 48).

9Dans le cadre de la recherche sur les problématiques inhérentes à la situation judicaire des femmes en Algérie, Salima Nadia Bouziane évalue les effets des pratiques relatives au code de la famille et du statut personnel et discute les différences dans l’application de la norme juridique au niveau des tribunaux, lors des traitements des affaires de désobéissance, du droit de garde et du divorce dans ses diverses causes et aspects. Elle s’appuie sur une approche de terrain basée sur la collecte et la sélection des décisions prises par les tribunaux, afin de découvrir les dépassements existant entre la norme juridique -comme étant la langue du législateur-, et l’autorité exécutive du juge. Les données de cet article ouvrent des perspectives pour continuer la réflexion sur la réalité de la structure sociale et judiciaire des relations des deux genres (Benzenine, 2016, p. 25), il permet aussi d’approfondir les discussions sur le double système juridique qui combine les sources de la législation juridique dans le domaine du statut personnel (Shari’a) et les exigences des accords internationaux.

10Au final, ce numéro propose un entretien avec le sociologue libanais Adnan El Amine, qui exprime sa propre lecture de l’état des lieux des sciences sociales dans le monde arabe et présente un ensemble de thématiques relatives aux défis cognitifs liés à la recherche et l’enseignement au niveau des universités arabes (Nouar, 2012, p. 109-114). Il discute l’évaluation de la production scientifique et ses institutions, ainsi que la classification de ses acteurs notamment celle des sciences de l’éducation, proposant ainsi une lecture de la scène politique arabe et libanaise après 2011.

Haut de page

Bibliographie

رمعون حسن، (2006). الاستعمار، الحركة الوطنية والاستقلال بالجزائر : العلاقة بين الديني والسياسي. إنسانيات، 10(31)، ص. 13-29.

كارلي عمر، (2014). الرهانات الاجتماعية للجسد. الحمام المغاربي (في القرنين التاسع عشر والعشرين) بين الدوام والزوال أو الإحياء. إنسانيات، 18(63-64)، ص. 97-142.

المستاري جيلالي، (2006). الجسد المقدس : قراءة في الخطاب الفقهي لابن قيم الجوزية. إنسانيات، 10(31)، ص. 45.

نوّار فؤاد، (2012). مؤتمر مستقبل العلوم الاجتماعية في الوطن العربي. منظم من طرف مركز البحث في الأنثروبولوجيا الاجتماعية الثقافية، مركز دراسات الوحدة العربية والجمعية العربية لعلم الاجتماع، أيام 20، 21، 22 مارس 2012، وهران، إنسانيات، 16(55-56)، ص. 109-114.

صايب ميزات محمد، (2012). بانوراما سوق العمل في الجزائر : اتجاهات حديثة وتحديات جديدة. إنسانيات، 16(55-56)، ص. 31-50.

Benkada, S. (2014). Oran, ou la mémoire exhumée (1962-1994) dans la nouvelle, d’Assia Djebar. Insaniyat, 23(65-66), 93-104.

Benkada, S. (2000). Un Patrimoine culturel : les publications de la Société de Géographie et d’Archéologie d’Oran (1878-1988). Insaniyat, 4(12), 115-128.

Benkada, S. (1999). La « Société savante » ; rupture et continuité d’une tradition associative : le cas de la Société de Géographie et d’Archéologie d’Oran. Insaniyat, 3(8), 119-128.

Bellil, R. (2000). Agents religieux du Gourara et Ahellil à travers quelques récits. Insaniyat, 4(12).

Benzenine, B. (2016). Politique publique et droits des femmes après « le printemps arabe ». Insaniyat, 20(74). 23-47.

Graba, G. (2013). Impact du pluralisme juridique sur les statuts des femmes et sur l’émergence à la citoyenneté. Insaniyat, 17(59). 63-74.

Kassoul, A. (1999). Femmes en textes. Petite histoire de la littérature algérienne d’expression française (1857-1950). Insaniyat, 3(9), 67-72.

Kherkhour, T. (2016). La zawiya de Sidi Mansour : pôle de savoir religieux. Insaniyat, 20(72-73), 115-129.

Lamloum, O. & Ben Zina, M.-A. (dir.), (2015). Les jeunes de Douar Hicher et d’Ettadhamen. Une enquête sociologique. Tunis : Arabesques & International Alert, p. 202.

Loucif, B. (2018). L’écriture du corps et de la mémoire ou standard selon Nina Bouraoui. Insaniyat, 22(84), 67.

Miliani, M. (2017). La réforme LMD : un problème d’implémentation. Insaniyat, 21(75-76), 129-148.

Regaïg, N. (2006). L’histoire sans les femmes, l’histoire des femmes, l’histoire par les femmes dans « loin de Médine » d’Assia Djebar. Insaniyat, 10(31), 71-96.

Salhi, K. (2012). Entre un avenir de rêves et un futur rêvé : l’ambivalence des jeunes dans l’élaboration de leurs projets d’avenir. Insaniyat. 16(55-56). 43-61.

Salhi, M.-B. (2000). Eléments sur une réflexion sur les styles religieux dans l’Algérie aujourd’hui. Insaniyat, 4(11), 43-63.

Zaafouri, A. (2012). Stratégies juvéniles en milieu rural. Insaniyat, 16 (55-56), p. 79-87.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Nouar et Fouzia Boughanjour, « Présentation », Insaniyat / إنسانيات, 89 | 2020, 7-11.

Référence électronique

Fouad Nouar et Fouzia Boughanjour, « Présentation », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 89 | 2020, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/23875 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.23875

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search