Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90Comptes rendus de lectureClaude RAFFESTIN (2019). Pour une...

Comptes rendus de lecture

Claude RAFFESTIN (2019). Pour une géographie du pouvoir

Hayette Nemouchi
p. 121-124
Référence(s) :

Claude RAFFESTIN (2019). Pour une géographie du pouvoir. Lyon : ENS Édition, 249 p.

Texte intégral

1Quarante ans après sa publication en 1980, « Pour une géographie du pouvoir » est réédité par ENS édition avec le soutien du laboratoire de sciences sociales PACTE, UMR 5194 du CNRS de l’université Grenoble Alpes et de Sciences Po Grenoble, ainsi que le département de Géographie de l’université de Genève. Cette réédition maintient le texte original de Claude Raffestin publié en 1980, en l’enrichissant d’une nouvelle préface d’Anne-Laure Amilhat Szary. Après sa publication en 1980, l’ouvrage a été énormément critiqué et décrié par les pairs de la géographie française. Aujourd’hui, la réédition de Pour une géographie du pouvoir répond, manifestement, à une demande intellectuelle et permet, selon Anne-Laure Amilhat Szary, de « mettre à l’honneur la géographie et promouvoir un auteur dont l’inspiration et la portée dépassent très largement ce champ disciplinaire – qu’il revendique pour mieux le dépasser ».

2Plusieurs comptes rendus critiques ont été publiés après la première sortie de l’ouvrage. Dans les annales de géographie (n°514, année 1983. pp. 720-723), Jacques LEVY critique la légèreté de la documentation dans l’analyse de Claude Raffestin. Levy reproche à l’auteur de s’être limité à des généralités dans son investigation relative à certains chapitres. Quanta Chris Kesteloot, sa critique était des plus virulentes. Ce dernier décrit dans l’espace géographique (Année 1983, n°12-4. p. 308-309) un ouvrage décevant, superficiel et n’apportant rien de fondamentalement nouveau. Malgré cette avalanche de critiques négatives à sa sortie, l’ouvrage continue, tout de même, à faire parler de lui et il est réédité en 2019. L’explication revient, sans doute, à la particularité de la notion de « pouvoir » dans les études des sciences sociales en général et de la géographie en particulier. Cette problématique reste complexe et difficilement intégrée dans les champs disciplinaires, essentiellement chez les géographes. Néanmoins « le pouvoir » ou « le politique » constitue une thématique d’actualité qui suscite, aujourd’hui, l’intérêt de toute une nouvelle génération de géographes. Pour notre part, le présent compte rendu va tenter, par curiosité intellectuelle, de décrire la problématique et l’analyse de « pour une géographie du pouvoir ».

3L’objectif principal de l’ouvrage est de définir une notion déterminante pour la société, celle de « pouvoir ». L’auteur privilégie « l’espace » comme approche d’analyse avec, en arrière-plan, une réflexion, largement, alimentée par les travaux de Foucault, de Stourdze, de Guillaume, de Preto, de Rossi-Landi, de Eco et de Balandier. En s’inscrivant dans la géographie humaine, Claude Raffestin conteste l’appartenance de celle-ci à la science des lieux ou de l’espace comme le voulait Vidal De La Blache, « La géographie humaine consiste à expliciter la connaissance de la connaissance et de la pratique que les hommes ont de cette réalité qui est dénommée « espace » ». L’auteur affiche sa volonté de repenser, en profondeur, la géographie du pouvoir. Pour Claude Raffestin « la géographie politique classique est, en fait, une géographie de l’État qu’il fallait dépasser en proposant une problématique relationnelle dont le pouvoir est la clé ». Il est clair que, pour l’auteur, le cœur de la problématique reste la notion de relation entre acteurs (individus, groupes ou institutions); cette dernière est mise en exergue à travers une démarche de cadrage théorique et conceptuel, en abordant quelques grands thèmes : population, territoires et ressources.

4Dans un perpétuel souci de démonstration, l’auteur nous livre un texte, profondément, problématisé et dont l’architecture se présente en quatre grandes parties :

5La première partie de l’ouvrage, est consacrée à la définition de la notion de « pouvoir » : articulée en trois chapitres; cette partie du texte débute par une critique de la géographie politique classique. L’auteur défend la nécessité d’une approche épistémologique pour comprendre l’histoire de la genèse de la géographie politique, car il apparaît plus significatif, pour l’œuvre de Raffestin tout au moins, « de dégager les » moments lourds » de l’épistémologie géographique ». Dans cette première partie, le débat est lancé, aussi, sur la dimension relationnelle de la spatialité et sur les approches réflexives des sciences sociales. L’auteur arrive, à la fin de la partie, à apporter une définition du pouvoir avec ses enjeux et ses champs d’exercice. Pour l’auteur,

« le pouvoir se manifeste à l’occasion de la relation, processus d’échange ou de communication, lorsque, dans le rapport qui s’établit, se font face ou s’affrontent les deux pôles. Les forces dont disposent les deux partenaires (cas le plus simple) créent un champ ».

6Plusieurs schémas et matrices sont introduits en guise d’illustration.

7La deuxième partie de l’ouvrage traite la question de « Population et pouvoir ». De nature très foucaldienne, cette question est abordée dans le but d’explorer la dimension symbolique de la société. L’influence de la population structure, vraisemblablement, la relation à l’espace, notamment, par la langue, la religion, la race et les ethnies. Pour Claude Raffestin, la population constitue une ressource et un acteur essentiel de l’espace qui suscite des enjeux multiples. La notion de ressource est restituée dans le fait société et dans l’histoire. L’auteur apporte une image unidimensionnelle du pouvoir. Qu’il s’agit de langue, de religion ou d’ethnie, les objectifs de l’État sont souvent la recherche ou la préservation de l’homogénéité. Cet état de fait engendre une réaction de la part de la population (acteur-enjeu) résumée dans ce que l’auteur qualifie d’Opposition, de Résistance et de Révolte.

8Dans cette troisième partie de l’ouvrage, l’auteur marque son retour vers la géographie par l’ouverture d’un chapitre qui s’interroge sur ce que c’est que le territoire ? Raffestin se démarque dans cette partie centrale de l’ouvrage, par sa théorie de l’action comme mode de conception du territoire et du pouvoir : « on passe d’une axiomatique pure à une axiomatique commandée par le caractère probabiliste et nécessairement discontinu de l’action ». L’enrichissement va jusqu’à questionner les modalités de découpage de l’espace en passant par les notions de limite, exploration de la frontière ou encore la région. Lorsqu’il s’agit des relations territoriales, Claude Raffestin recourt aux notions « géométrisantes » de maillage, nœud et réseau. Pour l’auteur, il existe « un » procès » du territoire à l’occasion duquel se manifestent toutes sortes de relations de pouvoir qui se traduisent par des maillages, des réseaux et des centralités ». En référence aux thèmes traditionnels de la géopolitique (frontières, circulations, capitales, etc), Claude Raffestin tente de les réinterpréter à partir de la notion de pouvoir comme relation dissymétrique. Á l’exemple de la circulation à laquelle l’auteur rajoute la communication (les médias) considérée, comme instrument de pouvoir.

9L’auteur consacre sa dernière partie du livre à la relation qui existe entre ressources et pouvoirs. Claude Raffestin considère la ressource, non pas comme une chose à acquérir ou à posséder mais, comme une relation qui donne naissance à des pratiques et à des stratégies. Dans sa réflexion, l’auteur établit une distinction sémantique entre matières et ressources en affirmant qu’« il n’y a pas de ressources naturelles, il n’y a que des matières naturelles ». Cette relation entre pouvoir et ressource passe, nécessairement, par le territoire sur lequel s’établissent les différentes stratégies d’acteurs.

10En terminant sur des « remarques finales », l’auteur clôture son essai théorique par la déclaration de certaines réserves. Claude Raffestin affirme avoir établi tout au long de son livre des hypothèses qui sont encore à vérifier. La réflexion à propos du pouvoir dans la géographie humaine serait au niveau de la critique. Á travers cet ouvrage, le géographe genevois nous donne des fondements pour revoir et repenser le politique, à travers une analyse géographique du pouvoir. L’auteur pose beaucoup de questions et propose des axes de réflexions, notamment, sur l’objet de la géographie humaine, qui n’est pas, selon lui « l’espace » mais il serait, plutôt, les différentes pratiques et les connaissances que les hommes ont de cet espace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hayette Nemouchi, « Claude RAFFESTIN (2019). Pour une géographie du pouvoir », Insaniyat / إنسانيات, 90 | 2020, 121-124.

Référence électronique

Hayette Nemouchi, « Claude RAFFESTIN (2019). Pour une géographie du pouvoir », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 90 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/24465 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.24465

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search