Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Animal/Animalité, numéro 81 de la revue Histoire de l’Art, coordonné par Marion Duquerroy et Natacha Pernac

    Image 100000000000029D000003B1F5E0C544.jpg

    Depuis quelques années, la figure animale fait son grand retour sur la scène contemporaine ; en témoigne actuellement et parmi d’autres, Plenty More Fish in the Sea (2016), œuvre créée in situ par l’artiste britannique Claire Morgan dans l’hôpital Saint-Jean d’Angers.

    L’incendie en 2008 de la maison Deyrolles, spécialisée depuis 1831 en entomologie et taxidermie, a été lui-même le moteur de multiples réactions artistiques fortes, hommages à un conservatoire des sciences naturelles qui avait déjà séduit les Surréalistes.

    Si, aujourd’hui, le spectateur assidu des expositions développe une certaine habitude à voir la faune envahir les collections, cela n’a pas toujours été le cas. L’histoire de l’art révèle l’ancienneté des rapports entre l’homme et l’animal, le premier se formant en conscience et corporalité par le regard que l’animal pose en retour sur lui : de l’art pariétal à l’art antique, des bestiaires médiévaux aux cabinets de curiosité, des premières ménageries à la découverte du monde et aux classifications du vivant.

    C’est encore cette place de l’animal dans l’ordre du monde qui est discutée lors du passage au xxie siècle et de l’annonce d’une ère apocalyptique. Les questions aujourd’hui soulevées par le concept d’anthropocène réactivent, elles aussi, la figure animale préservée dans son intégrité physique par la naturalisation, entre autres. Sorte de carottage et d’échantillonnage, l’animal pétrifié, conservé dans des caissons ou de nouveaux cabinets de curiosités, est rarement accompagné d’un discours écologique mais sert encore à parler de l’homme. C’est dans cette société contemporaine annoncée comme sans repère et bouleversée que réapparaissent les figures archaïques de l’homme sauvage, rappelant rites et temps où – prétendument – l’homme et l’animal pouvaient se combiner en créatures chimériques.

    SOMMAIRE

    – Les yeux des crustacés ne clignent pas, préface de Marion Duquerroy

    PERSPECTIVES

    – Imiter les hommes pour mieux servir d’exemple : l’utilisation de fables animales dans le décor monumental des églises et cloîtres romans

    – Portrait du photographe en singe. Une histoire de la photographie à l’épreuve de la bête

    ÉTUDES

    – Héraclès et la peau du lion de Némée d’après les vases attiques du vie et du ve siècle : l’usage contrôlé d’un signe d’animalité

    – Aux frontières de l’Humanité : le Cynocéphale au Moyen Âge

    – Figures de l’animal dans les manuscrits à peintures de La Cité de Dieu : une relecture visuelle ?

    – Bestiaire d’argile : les figures de l’animalité dans la majolique du Cinquecento

    – « Ils rugissent donc ils sont », le combat animalier des statuaires Antoine-Louis Barye et Emmanuel Frémiet

    – Des femmes et des lions. Imaginaire d’un rapport fabuleux dans l’art du xixe siècle en France

    – « Voir les animaux est rassurant, jamais décevant ». Miquel Barceló et la fascination

    – Médium taxidermie : quand les artistes s’emparent des techniques de naturalisation animale

    – Monstres et curiosités dans l’art au xxie siècle : réflexions et fantasmes sur le devenir de l’humanité

    – Transformation animale des corps : le devenir post-humain des personnages de Matthew Barney et David Altmejd

    [ARTICLES PUBLIÉS SUR LE BLOG DE L’APAHAU  http://blog.apahau.org/category/la-revue-histoire-de-lart-2/la-revue/]

    – Du bertuccione de Giorgio Vasari au gatto mammone de Giovanni Battista Passeri : l’évolution du topos du singe-peintre dans la littérature artistique italienne de la première modernité

    Fictions de l’animalité I : L’invention d’une peau chez Nuno Ramos

    PORTFOLIO

    – Lê Kinh Tài

    MÉTHODE

    – Schildkröte – the Turtle’s Shield

    VARIA [PUBLIÉS EN LIGNE SUR LE BLOG DE L’APAHAU]

    – La chapelle des pénitents du Confalon de Lyon : genèse d’une construction (1614-1637)

    – Les Diagonales du fou. Dans L’Œil du labyrinthe de Mario Caiano

    – Suaires mécaniques ? Quelques portraits Jacquard (2005-2013) de Chuck Close (né en 1940)

    INFORMATIONS

    – Résumés/Abstracts

    Revue de recherche et d’information publiée sous l’égide de l’Association des professeurs d’archéologie et d’histoire de l’art des universités (APAHAU), avec le soutien de la direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture, de l’École du Louvre, de l’Institut national d’histoire de l’art et du Centre allemand d’histoire de l’art.