Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Le patrimoine des écoles d’art : regards croisés France/Italie

    Date limite d’envoi des propositions : 31 mars 2019

    Coordination scientifique
    Morwena Joly-Parvex, conservateur du patrimoine au Centre des monuments nationaux, en collaboration avec Hélène Palouzié (DRAC Occitanie) et Sarah Linford (Accademia di Belle Arti di Roma)

    Appel à contributions

    Contexte général

    Le patrimoine mobilier des écoles d’art en France, hormis celui de l’Ecole des Beaux-arts de Paris, est encore largement inconnu, souvent conservé dans des conditions délicates, même si certaines écoles prennent conscience d’être également dépositaires de collections patrimoniales fragiles comme le sont les plâtres, les dessins ou les photographies.

    Les collections dites « pédagogiques » ont cependant peu à peu acquis le statut d’œuvres à part entière depuis plus de dix ans, et des expositions ou travaux universitaires ont permis d’élaborer petit à petit une histoire de l’enseignement des arts qui nous renseigne ponctuellement sur les collections qui ont été mises à la disposition des élèves et des enseignants jusqu’au XXe siècle.

    Parallèlement, après les recherches historiques de Nikolaus Pevsner puis de Daniel Roche sur les académies de province, l’étude des pédagogies académiques s’est poursuivie, ainsi que celle des collections pédagogiques à Paris. Il reste à rassembler les éléments matériels d’une histoire des écoles académiques de province, et celle des écoles d’art actuelles.

    Ce numéro se veut donc être une contribution à l’histoire des écoles d’art en train de se constituer, que ce soit par l’étude de la pédagogie avec l’école des Chartes (« Histoire de la pédagogie de la création artistique XXe-XXIe siècles ») ou l’histoire des écoles d’art en France avant 1805 (programme ACA-RES, soutenu par le Labex Structuration des Mondes Sociaux de l’Université Toulouse – Jean Jaurès), insistant sur les aspects patrimoniaux de conservation des œuvres historiques ou sur la notion de « patrimonialisation » des créations actuelles au sein des écoles d’art.

    Objectifs du numéro

    • 1 - ou dans d’autres institutions, comme à Dijon avec Desvosge au musée des Beaux-arts, ou en dépôt d (...)

    Ce numéro a une double visée : signaler et mettre en valeur les collections patrimoniales encore présentes au sein des écoles1 d’une part, et dessiner d’autre part une véritable histoire critique de la diffusion de ces pièces pédagogiques (moulages antiques, écorchés, objets scientifiques, frises, estampes, photographies, films…) jusqu’au XXe siècle, en comparant le cas des écoles françaises avec celles des académies italiennes.

    La période contemporaine est également au cœur de ce numéro : quelles sont les collections en cours de patrimonialisation dans les écoles d’art et de design ? Quelles sont les œuvres aujourd’hui utilisées au sein des équipes pédagogiques en France comme en Italie ?

    Afin de ne pas trop disperser le propos, le patrimoine des écoles d’architecture n’entre pas dans le champ de ce numéro, de même que celui des écoles de médecine pouvant accueillir des collections tout à fait similaires aux écoles de beaux-arts.

    Le numéro s’articulera autour de plusieurs axes :

    - Le patrimoine des écoles d’art du territoire français s’est-il constitué en rapport ou indépendamment du modèle parisien ? Le modèle italien est-il également influent en dehors de Paris ?

    - L’exemple italien : comment se sont constituées les collections des écoles d’art par rapport aux écoles (accademie) de Rome et de Florence ?

    - Le patrimoine contemporain : quel est le rôle des modèles français et italiens dans les écoles étrangères en cours de constitution ? quel avenir pour le patrimoine des écoles d’art et de design ? quelle valorisation ? quels enjeux ? Quelle réflexion mener sur la « patrimonialisation » en cours, au sein des écoles d’art, de support pédagogiques ou de productions d’élèves ?

    Propositions de contributions

    Les articles proposés peuvent être de différents ordres : soit synthétiques et/ou comparatifs, soit davantage centrés sur la description d’une collection, à condition qu’ils soient largement illustrés.

    Ils doivent contenir une part inédite de recherche, d’hypothèse ou de mise à jour ; ils ne peuvent reprendre la totalité d’un article déjà paru.

    Si vous souhaitez contribuer à ce numéro, nous vous remercions d’envoyer avant fin mars 2019 un résumé de votre proposition de 1 500 signes au maximum, ainsi qu’un court CV par voie postale :

    Ministère de la Culture
    Direction générale des Patrimoines
    Revue In Situ
    6 rue des Pyramides
    75001 Paris
    A l’attention de Françoise Cosler

    Ou par courriel : francoise.cosler@culture.gouv.fr

    Envoyer une copie de votre proposition à :

    morwena.joly-parvex@monuments-nationaux.fr, selinford@gmail.com et helene.palouzie@culture.gouv.fr

    Les textes eux-mêmes sont attendus pour le mois de septembre 2019.

    La taille des articles sera comprise entre 15 000 et 35 000 signes.

    Les recommandations aux auteurs concernant le nombre de pages ou d’images, les droits de l’iconographie, l’insertion de notes et de liens, etc., sont consultables sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/insitu/401

    Notes

    1 - ou dans d’autres institutions, comme à Dijon avec Desvosge au musée des Beaux-arts, ou en dépôt dans les musées des Beaux-arts italiens.

    Haut de page