Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Patrimonialiser les musiques de l’oralité : ambitions, pratiques et expérimentations dans les structures européennes de conservation

    Date limite d’envoi des propositions : 31 juillet 2019

    Coordination scientifique

    Jean-Jacques Castéret, directeur de l’Ethnopôle occitan (Cirdoc – Institut occitan de Cultura) ; Luc Charles-Dominique, professeur d’ethnomusicologie (université de Nice Sophia Antipolis) ; François Gasnault, conservateur du patrimoine mis à disposition du CNRS (LAHIC)

    Appel à contributions

    Contexte général

    Un vaste mouvement de collecte des cultures de l’oralité s’est déployé dans le champ des musiques et des danses dites traditionnelles, en France et en Europe, généralement du début de la décennie 1970 – parfois bien plus tôt –, et jusqu’à la seconde moitié des années 2000. Avant même l’apparition et le triomphe de la patrimonialisation onusienne de l’« immatériel », des musiciens et danseurs amateurs, dont quelques-uns sont devenus des artistes professionnels, mais aussi des militants associatifs et des acteurs culturels ont mis à profit la démocratisation de l’accès aux matériels d’enregistrement pour s’adonner à l’enquête orale. Poursuivant un triple objectif de réhabilitation de la dignité des cultures musicales paysannes, de leur valorisation artistique et de leur restitution, ils ont ainsi réalisé des collectes d’une ampleur sans précédent. En France en particulier, ce mouvement s’est accompagné de la création d’associations, locales ou régionales, principalement vouées à la conservation des archives sonores ainsi constituées, et il a assez vite bénéficié d’une forte reconnaissance institutionnelle, qui s’est notamment traduite par un large subventionnement des opérations de numérisation.

    La « chaîne patrimoniale » qui s’est ainsi vertueusement nouée et, plus largement, l’entrée des musiques populaires dans l’« âge patrimonial » s’inscrivent cependant dans la filiation d’un discours et d’actions eux aussi traversés par les notions d’urgence et de sauvegarde : d’abord portés, en France, par la génération romantique puis par les folkloristes de la iiie République, ils ont été relayés par Claudie Marcel-Dubois et Maguy Andral, pionnières de l’ethnomusicologie du domaine français, dont il faut rappeler que le travail de longue haleine, au fil des quatre décennies centrales du xxe siècle, s’est développé sous les auspices d’un pacte passé entre le CNRS et le musée national des arts et traditions populaires. Sans doute, le « folk music revival », né dans la mouvance associative issue des réseaux de l’éducation populaire, a-t-il été par ailleurs sensible idéologiquement aux aspirations régionalistes et anti-establishment : sa posture initiale a été celle d’une ethnographie sauvage, cherchant sa voie en toute autonomie. Mais progressivement, un dialogue s’est noué avec les institutions scientifiques et davantage encore avec les sphères muséales, archivistiques et bibliothéconomiques : de la formation à l’enquête et des dépôts de sauvegarde dans des centres de ressources, on est passé à l’échange de bonnes pratiques, à la remise massive d’enregistrements aux fins de traitement, à la structuration d’une réflexion méthodologique commune ou encore à la co-construction d’initiatives de valorisation.

    L’analyse des interactions entre individus et organisations, comme celle des réseaux et mobilités à l’œuvre, tant aux plans local que national voire international, ont déjà tenu une place centrale dans les débats d’un colloque qui s’est récemment tenu au musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), en janvier 2019. Toutefois, elles se sont alors surtout attachées aux parcours de chercheurs, aux pratiques de collecte et à l’appréhension de l’ethnographie des « amateurs » par les instances « officielles », légitimes et légitimantes, de la recherche. Le versant patrimonial, même s’il a commencé d’être exploré, appelle des investigations plus approfondies : tel est l’enjeu du présent appel à contributions.

    Objectifs du numéro

    Ce numéro vise à mettre en perspective sur un temps relativement long les ambitions, les intentions et les réalisations d’une pluralité d’acteurs ayant concouru ou concourant toujours, de façon sans doute toujours plus consciente et intentionnelle, au processus de patrimonialisation qui a concerné les pratiques instrumentales et chantantes de tradition orale. Il espère en particulier susciter des contributions émanant de responsables de musées, de bibliothèques-médiathèques et de centres d’archives, tant publics que privés (fondations, associations), opérant principalement en France et en Italie mais aussi dans d’autres pays européens comme dans l’aire culturelle francophone, dès lors que figurent parmi les fonds ou les collections conservés dans leurs établissements des matériaux sonores, photographiques ou textuels, résultant des enquêtes menées sur le terrain par les collecteurs liés au « folk music revival ».

    Ces contributions pourront porter sur les circonstances d’entrée des archives, sur les relations avec les enquêteurs en amont comme en aval de la prise en charge, sur les traitements documentaires mis en œuvre, de leur définition, plus ou moins innovante par rapport aux normes « métier », à la mise à disposition des corpus, ou encore sur les actions de valorisation, classiques (publications, expositions, mises en ligne) ou inédites (restitution au terrain, commande de création, etc.).

    Propositions de contributions

    Les articles proposés devront contenir une part inédite de recherche, d’hypothèse ou de mise à jour ; ils ne sauraient reprendre la totalité d’un article déjà paru. Il est souhaité qu’ils soient largement illustrés, y compris par des exemples sonores et/ou audiovisuels.

    Si vous souhaitez contribuer à ce numéro, nous vous remercions d’envoyer avant fin juillet 2019 un résumé de votre proposition de 1500 signes au maximum, ainsi qu’un court CV par voie postale :

    Ministère de la Culture
    Direction générale des Patrimoines
    Revue In Situ
    6 rue des Pyramides
    75001 Paris
    À l’attention de Françoise Cosler

    Ou par courriel : francoise.cosler@culture.gouv.fr

    Envoyer une copie de votre proposition à :

    jj.casteret@oc-cultura.eu
    l.charles-dominique@wanadoo.fr
    et francois.gasnault@ehess.fr

    Les textes eux-mêmes sont attendus pour le mois de janvier 2020. La taille des articles sera comprise entre 15 000 et 35 000 signes.

    Les recommandations aux auteurs concernant le nombre de pages ou d’images, les droits de l’iconographie, l’insertion de notes et de liens, etc., sont consultables sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/insitu/401.