Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Des collections pour enseigner l’artDévelopper le « talent de voir »

Des collections pour enseigner l’art
7

Développer le « talent de voir »

Les collections de l’école de dessin de Nîmes au xixsiècle
Developping a « sight talent ». The Nîmes drawing school’s 19th century collections
Flore César

Résumés

Créée en 1820, l’école de dessin de Nîmes se destine, tout au long du xixe siècle, à l’enseignement du dessin prioritairement auprès des classes ouvrières. Elle répond à un besoin d’instruction mais aussi à un besoin économique, Nîmes comptant alors parmi les centres manufacturiers les plus importants de France. L’école se voit complétée par un musée par les autorités municipales, une institution dont la vocation première est de répondre à la nécessité pédagogique. Mais l’école de dessin se dote également de collections de modèles propres à être utilisés directement dans les classes, une collection qui n’est aujourd’hui connue qu’à travers ses archives et par le patrimoine de la famille Mérignargues, qui a donné à l’école un professeur et un élève. Particulièrement enrichies dans les années 1880, ces collections consistent principalement en modèles moulés en plâtre représentant statues, bustes, ornements, éléments d’architecture… Elles reflètent un système pédagogique fondé sur l’imitation et la comparaison appuyé sur l’idéal antique. Par ailleurs, l’étude de leur constitution met en avant leur rôle central dans le développement des arts décoratifs à la fin du siècle par l’État, les collections devenant ainsi instruments d’une politique nationale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Plan d’organisation d’une école gratuite de dessin dans la ville de Nîmes, 1822 (Archives départeme (...)

1Arrêtons nos regards sur la ville de Nîmes, fière de ses monuments antiques, intéressante par ses manufactures, favorisée d’un beau ciel, riche d’un sol fertile. Tous ces avantages qui ne se rencontrent réunis dans aucune autre ville, et qui sont si propres à l’étude de la peinture, ont dû frapper plus d’une fois l’attention des autorités, et cependant jusqu’à présent aucun cours gratuit n’a été créé. C’est donc au nom de notre amour pour les arts, de notre respect pour nos monuments, de l’intérêt de nos manufactures que je viens vous communiquer l’idée de l’établissement d’une école de dessin1.

2C’est en ces termes que Simon Durant, architecte de la Ville de Nîmes, se fait le défenseur de l’ouverture d’une école de dessin en 1818. Nîmes lui apparaît comme un emplacement idéal par la présence de ses monuments antiques et par celle de ses industries. Cet établissement vise à contribuer à l’émulation artistique autant qu’au perfectionnement des manufactures, vecteurs économiques majeurs pour la ville. Si le désir et la nécessité de créer une institution d’enseignement des pratiques artistiques à Nîmes paraissent relativement tardifs au regard d’autres villes de province2, cette institution s’est toutefois perpétuée jusqu’à nos jours avec l’École supérieure des beaux-arts de Nîmes.

  • 3 DURANT Simon, « Discours sur l’utilité d’une école de dessin ».
  • 4 Que soient ici remerciés tous les membres de la famille qui nous ont donné accès à ce patrimoine un (...)

3Dès sa création, des collections y sont associées, car « ce sont les bons modèles qui font les bons artistes »3. Ainsi, l’histoire du musée des Beaux-Arts est-elle intimement liée à celle de l’école de dessin, qui se dote par ailleurs de collections propres utilisées dans les salles de classe. Celles-ci semblent avoir disparu aujourd’hui, il est cependant possible d’en retracer les contenus et les usages à travers ses archives. À la mémoire de papier s’adjoint aussi celle de la famille Mérignargues4 : le père, Léopold, enseigne entre 1893 et 1916 à l’école des beaux-arts, tandis que le fils, Marcel, y étudie au début du xxe siècle. Leur fonds d’atelier a été précieusement conservé, un patrimoine singulier qui permet d’offrir un double regard sur les collections de l’école : celui d’un étudiant qui apprend à voir, et celle d’un professeur qui forge des modèles. Au-delà de leur nature même, l’histoire des collections de cet établissement permet de questionner les enjeux de l’enseignement de l’art à l’échelle de l’école, de la ville et au regard de la politique nationale.

Former la jeunesse nîmoise

  • 5 Délibération des consuls, 21 août 1780 (AD Gard, E DEPÔT 36/162). Voir aussi LASALLE-GUICHARD Chris (...)
  • 6 LEFEBVRE Roger, « L’École centrale du Gard sous le Directoire », Comité régional d’histoire de la R (...)
  • 7 NOUGARÈDE Martine, Nîmes et le châle, Nîmes, musée du Vieux Nîmes, 1988, p. 11.

4En 1780 et sous l’impulsion de plusieurs artistes5, les consuls de Nîmes reconnaissent l’intérêt de proposer des cours gratuits de dessin aux enfants des artisans, donnés dans le pavillon de la Fontaine. Entre 1796 et 1802, un cours de dessin est prodigué à l’école centrale du département. Offrant un enseignement scientifique et pratique, l’école fait des arts une de ses priorités, le cours de dessin accueillant près de 130 élèves6. Après sa suppression, le besoin de dispenser un enseignement artistique appliqué à l’industrie est pressant. En 1811, le conseil des prud’hommes fait lecture d’une pétition d’un ouvrier en vue d’ouvrir une école « pour enseigner les règles et les principes de l’art de la fabrication7 ». Elle ne voit le jour qu’en 1820.

L’établissement d’une école de dessin

  • 8 « Projet de l’établissement d’une école gratuite de dessin dans la ville de Nismes », 11 février 18 (...)
  • 9 « Rapport sur l’établissement d’une école de dessin » (AD Gard, 1 T 44).
  • 10 COSSON Armand, « L’industrie textile à Nîmes : la fin d’une hégémonie (1790-1850 », Le Mouvement so (...)

5Le « Projet sur l’établissement d’une école de dessin8 » de Simon Durant, défendu devant l’académie royale du Gard, fait figure de texte fondateur. L’amour pour les arts, le respect des monuments et l’intérêt des manufactures sont les trois arguments sur lesquels s’appuie Durant pour en souligner l’utilité « jamais mieux sentie que dans ce moment où la fabrique d’étoffe de soie, languissante par l’effet des circonstances a besoin pour reprendre quelque activité des puissans secours d’une imagination créattrice9 ». Sa création répond ainsi d’abord à un besoin local, de repositionnement notamment par rapport à l’industrie textile de Lyon, laquelle, selon Durant, doit son hégémonie « au goût exquis de ses dessins ». Nîmes est alors la première cité manufacturière du Languedoc oriental, en particulier grâce au tissage de la soie et à la bonneterie, mais aussi à sa fabrique de châles qui la place au troisième rang national après Paris et Lyon10.

Figure 1

Figure 1

Arrêté de création de l’École de dessin de Nîmes, 1820, conservé aux Archives municipales de Nîmes (1R404).

Reproduction Flore César.

  • 11 « Budget pour l’Académie de dessin en 1837 » (AM Nîmes, 1 R 404).
  • 12 CHAPOULIE Jean-Michel, L’École d’État conquiert la France. Deux siècles de politique scolaire, Renn (...)
  • 13 Lettre d’Adolphe Perrot, directeur de l’école de dessin et conservateur du musée, au maire, 24 sept (...)
  • 14 Dossier « École de dessin pour les garçons » (AN, F/21/8003).

6C’est donc à une nécessité économique que répond l’école de dessin de Nîmes. Officiellement créée par arrêté municipal du 23 novembre 1820 [fig. 1], elle s’adresse d’abord aux enfants de négociants ou de fabricants des manufactures d’étoffes de soie, de maîtres-maçons ou d’ouvriers et s’ouvre par la suite plus largement à toutes les professions industrielles et artisanales, « le sculpteur en bois, le plâtrier, le menuisier, et le serrurier, tout aussi bien que le dessinateur pour la fabrique des étoffes »11. En 1844, une enquête montre que l’école est fréquentée par des ouvriers, des employés de diverses maisons, des dessinateurs et des chefs d’atelier12. Dans les années 1880, cette orientation s’efface : les conditions d’inscription fixent une limite d’âge (12 ans) et la maîtrise de la lecture et de l’écriture. Environ 200 élèves remplissent les rangs de l’école tout au long du siècle, même si un rapport du directeur mentionne avoir jusqu’à 800 étudiants en 188413, une augmentation certainement consécutive à l’ouverture effective aux filles dès 1882 comme aux instituteurs. Faisant écho à un besoin local, l’école est placée tout au long du xixsiècle sous l’autorité de la municipalité puis est subventionnée par l’État à partir de 188014.

Le musée, complément de l’école

  • 15 Lettre d’Adolphe Perrot au maire, 24 septembre 1884 (AM Nîmes, 1 R 405).
  • 16 « Rapport sur l’établissement d’une école de dessin, d’une école de chimie et d’un musée à Nismes » (...)
  • 17 LASALLE-GUICHARD Christine, « La création des musées de Nîmes », p. 86.
  • 18 Lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 24 avril 1823 (AD Gard, 4 T 41).
  • 19 Arrêté préfectoral, 23 avril 1823 (AD Gard, 4 T 41).
  • 20 Lettre d’Alphonse de Seynes au préfet, 8 juillet 1823 (AD Gard, 4 T 41).

7L’instauration d’un musée des Beaux-Arts, au même titre que l’école de dessin, se conçoit comme une réponse à un plan de formation mis en œuvre par la Ville de Nîmes auprès de sa jeunesse. Lors de la création de l’école, une dotation exceptionnelle est prévue afin d’acquérir dessins et plâtres, ainsi que quelques peintures. L’idée de Durant est de centraliser l’ensemble dans un local municipal afin de constituer progressivement « un musée à peu de fraix15 ». Créé officiellement en 1823, soit trois ans après l’école de dessin, l’établissement est considéré comme son « complément16 », ayant pour vocation première d’être un lieu de démonstration de modèles à imiter pour former le goût des élèves17. Installé dans la Maison carrée, cet embryon de musée rassemble des objets et fragments trouvés à Nîmes, mais aussi « des plâtres magnifiques des plus belles statues et groupes antiques » fournis par la Maison du roi18. Pour compléter l’ensemble, une commission est chargée de réunir parmi « les nombreux fragmens de sculpture et d’architecture antique répandus dans le département du Gard […] ceux qui seront les plus propres à orner cet établissement et à concourir à l’étude et au progrès des Beaux-Arts »19. La portée pédagogique de l’institution incite la commission à rassembler des collections pouvant d’abord être utiles aux arts appliqués : « Les vues […] sont celles du bien public, de l’avancement des jeunes gens qui se livrent à la carrière des arts, plutôt que l’ambition d’être à la tête d’une collection brillante, qui ne serait bientôt qu’un objet de pure curiosité20. »

  • 21 Lettre du comte de Forbin au préfet, 13 mars 1822 (AD Gard, 4 T 45). Voir aussi MÉNARD Léon, Histoi (...)
  • 22 Lettre de Jean Vignaud au préfet, 20 février 1822 (AD Gard, 4 T 45).
  • 23 Lettre du comte de Forbin au préfet, 29 novembre 1822 (AD Gard, 4 T 45).
  • 24 Lettre de Jean Vignaud au préfet, 9 mars 1822 (AD Gard, 4 T 45).
  • 25 Lettre du comte de Forbin au préfet, 29 novembre 1822 (AD Gard, 4 T 45).
  • 26 Lettre de Stanislas-Victor Grangent (ingénieur en chef des Ponts et Chaussées du Gard, restaurateur (...)

8L’épisode de l’échange d’un objet antique, en 1822, rend compte de l’importance accordée aux attentes didactiques de la municipalité vis-à-vis de ses collections. Lors de son passage à Nîmes, le comte Auguste de Forbin, alors directeur du musée du Louvre, repère dans le temple de Diane un torse antique qu’il propose d’échanger contre des moulages d’œuvres du Musée royal, ceux-ci « [offrant] pour l’étude des jeunes gens un degré d’utilité plus réel qu’un fragment pour ainsi dire ignoré dans le recoin où on l’avait abandonné21 ». Le directeur, Jean Vignaud, dresse une liste des modèles nécessaires à l’enseignement, comprenant 90 statues, groupes, bustes, masques, torses, têtes, bras, pieds, mains, bas-reliefs et vases22. Mais le directeur des Musées royaux rejette ces demandes, proposant en échange un tableau et quelques plâtres23. Vignaud, contraint d’accepter l’échange, se dit indigné par « la médiocrité de l’envoi24 », consistant finalement en sept plâtres25. L’affaire fait grand bruit, des plaintes s’élèvent contre cet échange jugé inégal, mais c’est bien l’argument pédagogique qui permet au comte de Forbin de récupérer le précieux objet accompagné d’une caisse de fragments de bras et de draperies26. En effet, c’est en ce sens que le préfet forge son argumentaire pour défendre le projet :

  • 27 Extrait d’un procès-verbal de la commission du conseil général, 1822 (AD Gard, 4 T 45).

Vous jugerez, Messieurs, si la ville de Nismes si riche déjà dans ses monuments doit attacher plus de valeur à la possession d’un fragment si mutilé qu’à l’acquisition des chefs-d’œuvre de l’art qui pourront orner notre futur musée et exciter l’émulation des jeunes élèves de l’école de dessin : c’est par l’étude des grands modèles que se forment les artistes ; sans ce point de vue, l’échange proposé vous paraîtra peut-être, comme à moi, avantageux pour ce département27.

  • 28 Lithographie publiée dans NODIER Charles, TAYLOR Justin & CAILLEUX, Alphonse de, Voyages pittoresqu (...)
  • 29 Voir à ce sujet TRARIEUX Pascal, « Les migrations du musée des Beaux-Arts dans la ville », Revue d’ (...)
  • 30 MAURANT Delphine, « Alexandre Colin et l’École de dessin de Nîmes au xixsiècle », mémoire de maît (...)

9En 1829, le musée comprend 83 tableaux et 371 objets, ensemble dont on peut se faire une idée à travers la lithographie de Lancelot-Théodore Turpin de Crissé représentant l’intérieur de la Maison carrée28 [fig. 2]. Les liens entre l’école de dessin et le musée des Beaux-Arts se maintiennent, notamment par une direction qui leur est commune dès 1823. Cette fusion des deux fonctions perdure tout au long du xixsiècle, Alexandre Colin étant le seul à occuper exclusivement le poste de directeur de l’école entre 1834 et 1838. Les liens entre les deux établissements sont aussi soulignés par leur rapprochement géographique, les élèves fréquentant régulièrement le musée29, où se déroulent d’ailleurs les cérémonies de remises des prix de concours30. Les liens entre l’école et le musée se font aussi à travers les collections à double titre. D’une part, le musée acquiert la collection formée par le directeur Vignaud, et d’autre part, acquiert des œuvres d’artistes locaux, tels le sculpteur Auguste Bosc (1827-1879), les peintres Alexandre Colin (1798-1875) ou Melchior Doze (1827-1913), eux-mêmes enseignants à l’école : œil et mains des enseignants ont ainsi valeur de modèles pour la jeunesse nîmoise.

Figure 2

Figure 2

Nismes, intérieur du musée, 1835, lithographie extraite de TAYLOR Isidore (dir.), Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France, Paris, Firmin Didot, 1836 (exemplaire conservé par le réseau des médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole).

Reproduction Flore César.

Le corps enseignant

  • 31 Lettre de Laspeyre au maire, 3 décembre 1892 (AM Nîmes, 1 R 406).
  • 32 Arrêté de nomination de Léopold Mérignargues, 18 février 1893 (AM Nîmes, 1 R 408).

10Le corps enseignant est recruté par la municipalité essentiellement parmi les artistes locaux. Le directeur a en charge tant la gestion de l’établissement que l’encadrement de certains cours. À son ouverture, l’école comprend deux professeurs mais l’équipe enseignante s’accroît progressivement pour compter, sous la direction de Numa Boucoiran entre 1838 et 1870, jusqu’à six professeurs. Favorisant un enseignement spécialisé31, leur sont associés des professionnels, comme un architecte en 1883, un médecin en 1882 ou encore un sculpteur en 1893. S’ouvre à cette date un cours de modelage dont est chargé Léopold Mérignargues32. Sculpteur, ornemaniste, conseiller municipal, membre de la commission des Beaux-Arts de la Ville, il reste en poste jusqu’à sa mort en 1916 [fig. 3].

Figure 3

Figure 3

Plaque signalant la classe de modelage de Léopold Mérignargues lorsqu’il était professeur à l’École des beaux-arts de Nîmes, entre 1893 et 1916.

Reproduction Anaïs Carvalho, 2017 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).

  • 33 Elles ont été déposées aux Archives départementales du Gard et font l’objet d’un inventaire (21 4 J (...)
  • 34 Délibération du conseil municipal, novembre 1832 (AM Nîmes, 1 D 38).

11Du passage de Léopold Mérignargues à l’école, il reste plusieurs traces : en effet, ses descendants ont conservé quasiment intact son atelier de démonstration [fig. 4] et ses archives33 ainsi que l’ensemble du fonds d’atelier de son fils Marcel. Élève à l’école de dessin de Nîmes puis bénéficiant d’une bourse pour continuer ses études à Paris, Marcel poursuit ensuite une carrière de sculpteur. Grâce à la présence de différents modèles figurant parallèlement dans les collections de l’école, mais aussi de dessins et œuvres que Marcel a réalisés pendant sa scolarité à l’école, le patrimoine de cette famille permet aujourd’hui de documenter l’histoire même de l’institution, de son enseignement et de ses collections. En effet, celles-ci n’ont à ce jour pas pu être retrouvées, peut-être parce que l’école a souffert, tout au long de son histoire d’un manque de place et, dès lors, a connu de multiples déménagements. Elle occupe à sa création un local de l’ancien couvent des Ursulines, et vers 1827 est installée dans l’aile nord du théâtre, ce qui lui permet de disposer de salles plus vastes34. En 1891, elle prend place dans l’ancien lycée, avant de déménager dans les bâtiments de l’ancien évêché en 1912.

Figure 4

Figure 4

Atelier de démonstration du sculpteur ornemaniste Léopold Mérignargues où sont aussi conservées les œuvres sculptées de son fils Marcel.

© Photo Flore César, 2017 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).

« Un beau tableau et un beau plâtre mis sous leurs yeux, sont bien plus éloquents que les plus beaux discours »

  • 35 « Plan d’organisation d’une école gratuite de dessin », 1820 (AD Gard, 4 T 44).

12Dès la création, les collections sont appelées à jouer un rôle central dans l’enseignement, Durant considérant même « qu’un beau tableau et un beau plâtre mis sous leurs yeux [des élèves], sont bien plus éloquents que les plus beaux discours35 ». Mais parallèlement au musée sont aussi constituées des collections spécifiques, destinées à être conservées dans l’école, et qui prennent une place croissante tout au long du siècle.

La constitution des collections in situ

  • 36 Extrait du registre des délibérations du conseil municipal, 11 mars 1884 (AM Nîmes, 1 R 404).
  • 37 « Rapport de la commission de peinture et des arts sur l’école de dessin », 26 mars 1882 (AM Nîmes, (...)

13Les archives conservées rendent compte d’acquisitions propres à l’école de dessin, en dehors du fonds du musée. Malheureusement, si le directeur Adolphe Perrot mentionne l’existence d’un inventaire en 188436, celui-ci n’a pu être retrouvé. Seuls les correspondances, les documents administratifs, quelques états de dépenses, les rapports d’inspection, les mentions données çà et là permettent de dresser une vue générale des collections installées à l’intérieur même de l’école. Aucune photographie susceptible de montrer la disposition des œuvres dans les ateliers n’a été retrouvée mais une brève mention, en 1882, dans un rapport de la commission de peinture et des arts, atteste de la présence de modèles dans les salles mêmes : « Les modèles sont conservés dans des meubles nouvellement construits, les plâtres sont disposés dans le meilleur ordre sur les étagères37. »

  • 38 Ibid.
  • 39 Lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 20 juillet 1824 (AM Nîmes, 1 R 404).
  • 40 Lettre du ministre de l’Instruction publique au préfet, 27 janvier 1846 (AD Gard, 4 T 41).

14La collection se constitue par achats successifs, par échanges, mais aussi grâce aux multiples donations de l’État. En dehors de l’acquisition de modèles lors de sa création, l’école ne semble pas, à travers les sources conservées, disposer dans un premier temps de fonds propres pour l’achat d’œuvres. L’arrivée d’Alexandre Perrot, nommé directeur en 1882, permet de donner un nouveau souffle à l’école, notamment grâce à une augmentation du budget annuel de 500 F, somme exclusivement consacrée à l’achat de modèles38. Si les états de dépenses font figurer quelques achats de plâtres, la collection est largement augmentée grâce aux encouragements de l’État, d’abord épisodiques puis récurrents. Dès 1824, faisant notamment suite à l’échange du buste antique, est accordée une collection de moulages de statues antiques du Louvre39 [fig. 5] et en 1846 une collection de modèles d’ornements d’architecture40, abondamment complétée par la suite. Mais c’est surtout à partir des années 1880 que les envois se multiplient, de statues antiques, modernes, aussi bien que de modèles d’ornements, dessins ou livres.

Figure 5

Figure 5

Ensemble de modèles en plâtre de l’atelier des Mérignargues, parmi lesquels un modèle réduit du Gladiateur Borghèse, envoyé par l’État à l’école dès 1824.

© Photo Anaïs Carvalho (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).

Nature et destination des collections

  • 41 Arrêté préfectoral nommant Jean Vignaud directeur, 1er septembre 1820 (AD Gard, 4 T 44).
  • 42 Lettre de Jean Vignaud au préfet, 29 août 1824 (AD Gard, 4 T 44).

15À sa création, ce sont d’abord dessins, estampes et modèles en plâtre qui sont considérés comme essentiels au bon fonct ionnement de l’école. Avant son arrivée à Nîmes en 1820, Jean Vignaud est chargé d’acquérir moulages et dessins41, achats qu’il complète par celui d’un squelette42.

  • 43 « Notes sur l’achat de gravures faites à la foire de Beaucaire », 1822 (AM Nîmes, 1 R 404).
  • 44 REVERDIN Gédéon-François, Premiers élémens du dessin au trait : pour servir d’introduction au Cours (...)
  • 45 BARGUE Charles & GÉRÔME Jean-Léon, Cours de dessin, Paris, Goupil & Cie, 1867-1870.
  • 46 Extrait du registre des délibérations du conseil municipal, 11 mars 1884 (AM Nîmes, 1 R 404).
  • 47 Périodique publié sous la direction de Jules Comte, inspecteur général des écoles d’art.
  • 48 Lettre du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 18 février 1887 (AM Nîmes, 1 R 404)
  • 49 Liste de modèles envoyés pour la section de jeunes gens, 1885 (AM Nîmes, 1 R 405).

16Bases de l’apprentissage, une trentaine de gravures sont acquises dès 1822, rassemblant des œuvres de grands maîtres anciens et modernes : Raphaël, Romain, Poussin, Titien, Carrache, David, Le Brun, Girodet43… Celles-ci sont complétées par des traités de principes du dessin, comme celui du Suisse Gédéon-François Reverdin (1772-1828) Premiers élémens du dessin au trait44. Dans les années 1880, le recours aux manuels de dessin est encouragé par l’État par l’envoi, notamment, du cours de dessin de Charles Bargue45. Considérant qu’« une école des Beaux-Arts doit être pourvue en modèles, renseignements et documents se rapportant à tous les arts et à toutes les industries de l’art46 », le directeur Perrot demande l’acquisition d’un certain nombre d’ouvrages. Dans les années 1880, l’État fait parvenir à l’école plusieurs livres de référence tels que des dictionnaires d’antiquités, des ouvrages de Viollet-le-Duc, des recueils d’ornements et les volumes de la Bibliothèque de l’enseignement des Beaux-Arts47. De par l’essence même de l’institution, des dessins devaient certainement compléter les collections graphiques mais aucune mention dans les archives ne permet de l’affirmer avec certitude. À la fin du siècle, les photographies sont utilisées, en particulier pour le cours d’histoire de l’art mais probablement aussi pour l’étude des plantes [fig. 6]. Le recours aux modèles en relief est tout aussi essentiel : ils rassemblent bras, pieds ou jambes [fig. 7], statues antiques ou modernes [fig. 8, fig. 9], écorchés, modèles anatomiques, éléments architecturaux ou ornementaux comme divers autres objets tels qu’une console Louis XV48, des « modèles en relief de la ville de Paris par Viollet-le-Duc » ou une collection complète de machines en plâtre49.

Figure 6

Figure 6

Anonyme, Branche de figuier, tirage albuminé non daté conservé dans le fonds d’atelier des Mérignargues pour servir de modèle, Archives départementales du Gard, Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues (214 J).

Reproduction Flore César.

Figure 7

Figure 7

Modèle en plâtre conservé dans le fonds d’atelier des Mérignargues.

© Photo Flore César, 2018 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).

Figure 8

Figure 8

Modèle en plâtre adapté de l’œuvre de François Rude Jeune pêcheur napolitain jouant avec une tortue, commercialisé par les Ateliers de moulage du musée du Louvre (n° 1538 en 1929), conservé dans le Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues.

© Anaïs Carvalho, 2019 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).

Figure 9

Figure 9

Marcel Mérignargues, étude d’après le plâtre tiré de l’œuvre de François Rude Jeune pêcheur napolitain jouant avec une tortue, réalisée quand il était étudiant à l’École des beaux-arts de Nîmes, 1903, Archives départementales du Gard, Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues (214 J).

© Photo Flore César.

  • 50 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet, 1828 (AM Nîmes, 1 R 405).
  • 51 Liste de modèles envoyés pour la section des jeunes gens, 1885 (AM Nîmes, 1 R 405).
  • 52 Lettre du ministère de l’Instruction publique au maire, 9 février 1883 (AM Nîmes, 1 R 405).
  • 53 D’après Louis Auzoux (1797-1880), médecin inventeur de modèles anatomiques à base de papier mâché, (...)

17Il est difficile de cerner la destination même des collections. Les documents le précisent parfois, à l’image de modèles à utiliser pour les cours de géométrie et de mécanique envoyés en 1828, parmi lesquels des solides géométriques en zinc, en fil de fer, des colonnes prismatiques, etc.50. L’État accorde en 1885 un moulage de l’Écorché de Houdon [fig. 10] à destination « de la section des jeunes gens51 », ou encore, une collection d’estampes et de photographies attribuée aux cours pour jeunes filles52. Pour le cours d’anatomie, le médecin Mourgue demande l’achat d’un modèle Auzoux53 mais les archives ne permettent pas de savoir si sa demande a été acceptée. L’apprentissage du dessin se fait ainsi par le biais de modèles graphiques ou de modèles en relief consistant principalement en moulages.

Figure 10

Figure 10

Modèle réduit de l’Écorché au bras relevé de Jean-Antoine Houdon (h. 47 x l. 19 x p. 14 cm), conservé dans le Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues.

© Photo Anaïs Carvalho, 2018 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).

Le rôle propre des collections en relief

  • 54 Rapport de 1830 (AM Nîmes, 1 R 404).
  • 55 Lettre de l’inspecteur Charles Chipiez au maire, 12 juin 1883 (AM Nîmes, 1 R 405).
  • 56 Félix Ravaisson fut un temps inspecteur général du ministère de l’Instruction publique mais aussi c (...)
  • 57 Lettre de Turquet au maire de Nîmes, 24 juin 1885 (AM Nîmes, 1 R 405).

18Le rôle des collections en relief est affirmé dans plusieurs documents tout au long du siècle. La pédagogie par l’objet est défendue par les professeurs dès 1830 : « Ce n’est que par des exemples simples, des démonstrations, les plus simples encore, des modèles en relief de toute espèce bien approprié à l’enseignement qu’on parviendra rapidement et presque sans peine à leur faire comprendre les éléments des connaissances qui doivent leur faciliter plus tard celle des vrais principes de l’art »54. En 1881, le règlement de l’école permet d’apprécier la manière dont est alors prodigué l’enseignement et comment sont utilisées les collections. Il apparaît que les estampes sont largement usitées pour les classes de dessin linéaire, des solides, des têtes et des académies. Le recours aux reliefs, fragments, écorchés, têtes, bosses, jambes [fig. 11, fig. 12], bras, semble avoir lieu dans un second temps de l’apprentissage. En 1883, Charles Chipiez, qui inspecte l’école, y déplore l’usage excessif des estampes. Il insiste alors pour que, désormais, l’on utilise presque exclusivement les modèles en relief55, suivant en ce sens la méthode pédagogique de Félix Ravaisson56. En réponse, l’État multiplie les envois de modèles en relief, consistant en statues ou ornements, envois qui influencent la réussite même de l’apprentissage, à en croire les inspecteurs. En 1885, les bons résultats de l’école sont ainsi en grande partie attribués à l’application des nouvelles méthodes d’enseignement, notamment le remplacement des lithographies par des modèles en relief57, permettant d’étudier tout autant la perspective, les proportions, l’anatomie que l’histoire de l’art et l’esthétique. Les collections proposent d’abord d’apprendre à voir.

Figure 11

Figure 11

Modèle réduit de l’Écorché dit « de Michel Ange » (h. 25,5 x l. 13 x p. 15 cm), conservé dans le Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues.

© Photo Flore César, 2018 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).

Figure 12

Figure 12

Marcel Mérignargues, étude de jambe réalisée lorsqu’il était étudiant à l’École des beaux-arts de Nîmes, vers 1901, fusain sur papier conservé aux Archives départementales du Gard, Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues (214 J).

© Photo Flore César.

Développer « le talent de voir »

  • 58 Rapport présenté par Victor Robert lors de la distribution solennelle des prix, 1882 (AM Nîmes, 1 R (...)
  • 59 Lettre de Benoist-Germain président du conseil des Prud’hommes de Nîmes au maire, 18 janvier 1885 ( (...)

19Par le dessin « se fait l’éducation première de l’œil et de la main, et se développe la faculté maîtresse de l’artiste qui est, non de copier servilement la nature, mais de l’interpréter, c’est-à-dire de voir, de choisir, et de mettre en lumière ce qui est saillant, pittoresque et significatif58 ». Les collections sont directement garantes d’une méthode d’enseignement fondée d’abord sur la pratique : comparaison et imitation, aidées de l’imagination, sont les principes de la pédagogie. L’importance qui leur est accordée dès la création de l’école, l’attention apportée au développement parallèle d’un musée, leur enrichissement tout au long du siècle témoignent du rôle fondamental qui est attribué aux collections. Celles-ci doivent permettre « d’éveiller chez les jeunes gens l’esprit d’observation et de développer le talent de voir59 ». Leur nature même manifeste les inclinations données à l’apprentissage ainsi que les idéaux esthétiques en vigueur.

L’enseignement

  • 60 « Arrêté relatif à l’établissement d’une École gratuite de Dessin dans la ville de Nîmes » (AD Gard (...)
  • 61 Circulaire no 5 du ministère de l’Intérieur (AD Gard, 4 T 51).
  • 62 COLIN Alexandre, « Discours de réception à l’Académie royale du Gard », Mémoires de l’Académie roya (...)
  • 63 « Rapport de la commission des Beaux-Arts sur l’École de dessin », 7 décembre 1849 (AM Nîmes, 1 R 4 (...)

20Dès son ouverture et tout au long du siècle, l’enseignement de l’école comprend toutes les branches du dessin tout en s’ouvrant progressivement aux autres disciplines. Trois classes sont créées à partir de 1820 : celle de principes, des rondes-bosses et des têtes et académies. L’enseignement du modèle vivant est prodigué quelques années plus tard. Rapidement, la municipalité décide d’ouvrir des cours complémentaires : un cours de géométrie et de mécanique appliquées aux arts, ou en 1821, un cours de chimie appliquée aux arts industriels60. Faisant suite à la circulaire de février 1828 du ministère de l’Intérieur est aussi ouvert un cours de dessin linéaire61, maintenu jusqu’à la fin du siècle. En 1832, l’architecture et l’ornement sont aussi enseignés. Un rapport souligne qu’il manque une classe dédiée à l’enseignement du dessin de fleurs naturelles, artificielles, de fantaisie et la mise en carte, un cours qui donne lieu à l’ouverture d’un autre établissement : l’école de tissage. Son existence parallèle ne diminue pas l’attachement de l’école de dessin à un enseignement appliqué aux besoins de l’industrie. Une volonté des pouvoirs publics réaffirmée face au directeur Alexandre Colin qui tente, entre 1834 et 1838, d’orienter l’enseignement de l’école plus largement vers les beaux-arts. Considérant que « l’atmosphère industrielle a tout étouffé, tout envahi62 », il projette d’ouvrir une classe dédiée à la peinture. Son entreprise est réfrénée par les pouvoirs locaux, qui imposent la création d’une classe de dessin linéaire supérieur et un cours d’ornement spécial. Cette situation provoque un conflit entre les autorités et le directeur de l’école, ce qui occasionne même son départ. À « l’art pur » est ainsi préféré le savoir technique. Les enseignements se poursuivent en ce sens et au milieu du siècle, ils sont répartis en sept classes : petites têtes, grandes têtes, académie, ronde-bosse, modèle vivant, ornement et dessin linéaire63.

Figure 13

Figure 13

Planche réalisée par Marcel Mérignargues pour le cours d’anatomie donné à l’École des beaux-arts de Nîmes par le Dr Mourgue, 1902-1903, conservée aux Archives départementales du Gard, Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues (214 J).

© Photo Flore César.

  • 64 THERRIEN Lyne, L’Histoire de l’art en France. Genèse d’une discipline universitaire, Paris, Édition (...)

21Dans les années 1880, l’école opère une modernisation de son enseignement, encouragée par l’État. Des cours d’anatomie sont assurés dès 1882 [fig. 13], des cours d’histoire de l’art depuis 1881 [fig. 14], à l’instar d’autres écoles d’art de province64. En 1886, quatre sections sont organisées (dessin et peinture, ornement, architecture, anatomie), montrant une ouverture progressive vers les beaux-arts, comme en témoigne le titre même donné à l’école. À l’image de Colin, qui renomme l’établissement « académie de dessin » entre 1834 et 1838, le titre « d’école municipale des beaux-arts » remplace définitivement celui d’« école de dessin » vers 1888. Pourtant, à cette époque, le caractère d’application technique est revendiqué, les cours étant coordonnés de manière à converger vers des usages décoratifs.

Figure 14

Figure 14

Marcel Mérignargues, tirage argentique d’une enseigne gothique présentée par Mérignargues au concours d’histoire de l’art, 1903.

© Photo Flore César (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture) /.

Les collections, une réponse pour promouvoir une culture de métier ?

  • 65 DURANT Simon, « Discours sur l’utilité d’une école de dessin », p. 9.
  • 66 Lettre de Jean Vignaud au préfet, 11 juillet 1823 (AD Gard, 4 T 41).

22Le choix des collections dépend avant tout de la portée de l’instruction et interroge directement le rapport entre art et industrie, comme le rôle social de l’art. L’argument utilitaire vis-à-vis des industries prévaut dès la création de l’école « en envisageant l’utilité de l’art du dessin sous le rapport de nos manufactures »65 et est largement défendu tout au long du siècle. Est privilégié un enseignement appliqué face à l’étude théorique des pratiques artistiques et de ses enjeux. La typologie des collections se fait le reflet de cette inclination. Jugés d’abord utiles pour les jeunes gens qui se destinent au dessin pour les fabriques, les tableaux de fleurs ou, à défaut, une « collection de gravures coloriées d’études de fleurs par Van Spaendonck, idem Vandael, Redouté »66 semblent indispensables au directeur Vignaud. De même, si l’on en croit les sources, la collection de modèles d’ornements semble être l’une des plus importantes en termes de volume et celle qui est la mieux pourvue par l’État. Motifs de perles [fig. 15], de rais de cœur, palmettes, feuilles d’acanthe sont ainsi envoyés en 1884, complétés par plusieurs rosaces, frises ou motifs de plafond. Le recours aux objets du quotidien est aussi en vigueur pour les cours de composition décorative [fig. 16].

Figure 15 

Figure 15 

Support pédagogique en plâtre représentant les motifs de perles et de pirouettes conservé dans le Fonds d’atelier des Mérignargues. Ces modèles étaient utilisés pour l’enseignement des ornements et étaient diffusés par l’atelier Desachy, à l’exemple de cette copie d’ornements du temple de Jupiter Stator à Rome (iie siècle).

© Photo Flore César, 2018 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).

Figure 16

Figure 16

Marcel Mérignargues, étude de lanterne en fer forgé réalisée lorsqu’il était étudiant à l’École des beaux-arts de Nîmes, vers 1901. Le dessin comporte un tampon de l’école, il est conservé aux Archives départementales du Gard, Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues (214 J).

Reproduction Flore César.

  • 67 DUBOIS Vincent, « Le ministère des arts (1881-1882) ou l’institutionnalisation manquée d’une politi (...)
  • 68 Liste de modèles envoyés pour la section de jeunes gens, 1885 (AM Nîmes, 1 R 405).
  • 69 Les ouvrages d’Albert Racinet, Émile Leconte, Michel Liénard, par exemple, sont attribués en 1884 ( (...)
  • 70 Lettre du directeur de la chambre de commerce au préfet, 27 février 1897 (AD Gard, 4 T 52).
  • 71 LAHAYE Alexis, « Les Beaux-Arts à Nîmes. Musée de peinture et de sculpture », in Association frança (...)
  • 72 Dossier « École de fabrication » (AN, F/17/8003).

23Face au déclin des industries nîmoises à la fin du siècle, les autorités continuent de miser sur le rôle prépondérant de l’école dans le domaine de l’économie, un rôle encouragé/conforté par l’État, qui dote l’école de modèles. Ces envois concrétisent la nouvelle politique gouvernementale de la IIIRépublique, où prime une vision économique de l’art67. Modèles d’ornements des arts décoratifs, collection complète « d’organes de machines en plâtre durci au naturel68 », nombreux recueils d’ornements69 sont adressés à l’école selon les besoins énoncés dans les rapports des inspecteurs du ministère de l’Instruction publique. Les collections se font ainsi instruments de l’enseignement et de ses enjeux sociaux, devant d’abord répondre au but utilitaire d’application à l’art et à l’industrie. L’accent est ainsi donné à la fin du siècle aux arts décoratifs, un cours dédié étant même créé70, couronné en 1900 par l’obtention d’une médaille d’argent à l’Exposition universelle71. Celui-ci répond peut-être à un nouveau besoin après la fermeture de l’école de fabrication de tissus et de dessin industriel de Nîmes en 1890 et l’échec d’un projet de fusion avec l’école des beaux-arts72.

  • 73 VACHON Marius, Les Industries d’art, les écoles et les musées d’art industriel en France (départeme (...)
  • 74 Voir, entre autres : LAURENT Stéphane, L’Art utile ; BÉGUERY Jocelyne, « Le dessin : vers un problé (...)

24Mais au-delà de la volonté affichée de l’école et de l’État, l’impact réel sur l’industrie ne semble pas satisfaire Marius Vachon, membre du conseil supérieur de l’Enseignement technique, qui considère en 1897 que le cours d’art décoratif de l’école n’a « aucun but professionnel ; en raison du peu de temps qu’il fonctionne, il ne m’est pas possible d’en apprécier les résultats pour les industries locales73 ». Parallèlement, il loue la réussite de l’enseignement pratique développé à l’école pratique d’industrie de Nîmes fondée en 1892. Son constat peut expliquer la réorganisation de l’enseignement en 1901, où sont clairement distingués, d’une part, le dessin industriel et géométrique, et d’autre part, le dessin d’imitation. Peut-on y voir ici l’illustration du débat autour de l’enseignement du dessin incarné notamment par Eugène Guillaume et Félix Ravaisson ? Un débat pédagogique qui traduit également l’affrontement théorique et social de l’art même alors d’actualité74. La fin du siècle est ainsi marquée par une double ambition : répondre à des enjeux économiques locaux tout en laissant une place plus large à l’enseignement des beaux-arts. L’organisation des cours en 1901 en est le reflet, comme l’histoire même des collections.

L’exemplarité antique, une valeur universelle

  • 75 Lettre du ministre au préfet, 1820 (AD Gard, 4 T 44).
  • 76 Lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 20 juillet 1824 (AM Nîmes, 1 R 404).
  • 77 Voir à ce propos les modèles en vigueur dans les traités de théorie de l’art des xviie et xviiisi (...)
  • 78 CUZIN Jean-Pierre et al., D’après l’antique, catalogue d’exposition (musée du Louvre, Paris, 16 oct (...)
  • 79 « Rapport présenté par Victor Robert lors de la distribution solennelle des prix », 1882 (AM Nîmes, (...)

25À en croire le ministre de l’Intérieur, l’école de dessin à Nîmes doit son implantation principalement à la présence de ses monuments antiques : « Un établissement de ce genre ne saurait être placé que là où une foule de beaux monumens encore existants en partie et nouvellement restaurés serviront de premiers modèles aux élèves75. » Cet environnement ne peut qu’exciter l’émulation, bien qu’aucune mention d’un enseignement sur le motif n’apparaisse. Aux côtés des vestiges antiques du musée, est très rapidement souligné le rôle central des moulages de chefs-d’œuvre de l’art antique. Lors de la création de l’école, Durant ambitionne d’acquérir au minimum « l’Apollon, la Vénus et le Germanicus », plaçant ces œuvres au rang de modèles incontournables. La liste des plâtres envoyés par l’État en 1824 donne une idée des figures « tutélaires » qui ont valeur d’exempla : Laocoon, Apollon du Belvédère, Germanicus, Gladiateur Borghèse, Vénus de Milo76 La Diane de Gabies, le Faune au chevreau, le Galate mourant, la Minerve, le Cincinnatus sont autant de modèles envoyés par l’État entre 1884 et 1887, complétés par des bustes [fig. 17, fig. 18], masques, modèles architecturaux…Selon les sources, les collections de modèles antiques comptent parmi les plus importantes de l’école, jugées essentielles tant pour la formation de l’ouvrier que celle de l’artiste. Elles incarnent un idéal de beauté, conforme à l’idéal hérité de l’époque moderne77 et développé par l’enseignement académique78 autant qu’elles reflètent une méthode d’apprentissage. Dans la lignée de la méthode intuitive de Ferdinand Buisson et Félix Ravaisson, Victor Robert, de la Société des Arts de Nîmes, défend ainsi la quête du beau idéal par les collections en 1883 lors de la distribution solennelle des prix : « Les génies les moins disposés aux grâces, élevés parmi ces ouvrages comme un air pur et sain prendront le goût du beau, du décent et du délicat ; ils s’accoutumeront à saisir avec justesse ce qu’il y a de parfait ou de défectueux dans les ouvrages de l’art et dans ceux de la nature, et cette heureuse rectitude de leur jugement deviendra une habitude de leur âme79. »

Figure 17

Figure 17

Moulage en plâtre d’un buste de Mercure conservé dans le Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues.

© Photo Flore César, 2018 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).

Figure 18

Figure 18

Marcel Mérignargues, dessin d’un buste de Mercure réalisé lorsqu’il était étudiant à l’École des beaux-arts de Nîmes, vers 1901, fusain sur papier conservé aux Archives départementales du Gard, Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues (214 J).

Reproduction Flore César.

  • 80 Brouillon de réponse au préfet concernant une enquête sur les établissements dédiés aux arts dans l (...)

26Support indispensable à l’enseignement, les collections occupent un rôle central à l’école de dessin, et ce, dès sa création. En témoigne la création d’un musée des Beaux-Arts, d’abord destiné aux élèves. Objets antiques, tableaux, dessins mais aussi estampes et moulages contribuent à former l’œil, une variété de modèles qui lui permet de développer l’invention, l’originalité, le goût80. Mais toute leur diversité ne peut être pleinement appréciée dans la mesure où elles ne sont aujourd’hui essentiellement connues qu’à travers la mémoire de papier et une collection annexe, le fonds d’atelier Mérignargues.

  • 81 FROISSART PEZONE Rossella, L’Art dans tout. Les arts décoratifs en France et l’utopie d’un Art nouv (...)
  • 82 PIEYRE Adolphe, « Les Beaux-Arts à Nîmes », Revue du Midi, 1899, no 1, p. 73-80.

27L’histoire des collections de l’école de dessin de Nîmes rend compte d’enjeux pédagogiques qui sont aussi intimement liés à des enjeux économiques locaux et nationaux. L’école joue un rôle social à l’échelle de la cité, une utilité réaffirmée par l’État et matérialisée par les envois répétés de collections de modèles et d’ouvrages à partir des années 1880. En ce sens, elles se font instrument d’une politique nationale, mais au-delà, elles reflètent un goût particulier, témoignent des idéaux esthétiques dominants tout au long du siècle. L’Antiquité a valeur de modèle, un modèle qui se dote de vertus fédératrices entre beaux-arts et art utile, entre arts majeurs et arts mineurs. Au même titre que le dessin, instrument d’une unité des arts81, le beau est au service tant des artistes que des ouvriers d’art, une aspiration défendue en 1899 par le conseiller municipal Adolphe Pieyre, qui espère que l’école, aidée de la présence des monuments antiques et des musées, contribuera à faire de Nîmes un centre artistique majeur ou, selon ses termes, la « Rome des Gaules82 ».

Haut de page

Notes

1 Plan d’organisation d’une école gratuite de dessin dans la ville de Nîmes, 1822 (Archives départementales du Gard [AD Gard], 1 T 44). DURANT Simon, « Discours sur l’utilité d’une école de dessin », in TRÉLIS Jean-Julien (dir.), Notice des travaux de l’Académie du Gard, « Notice ou aperçu analytique des travaux les plus remarquables de l’Académie royale du Gard depuis 1812 jusqu’en 1822 », Nîmes, Durand-Belle, 1822, p. 8.

2 Voir le programme de recherches ACA-RES : https://acares.hypotheses.org/ [lien valide en novembre 2020].

3 DURANT Simon, « Discours sur l’utilité d’une école de dessin ».

4 Que soient ici remerciés tous les membres de la famille qui nous ont donné accès à ce patrimoine unique. L’inventaire est en cours de réalisation, en collaboration avec Anaïs Carvalho. Voir à ce propos : Marcel Mérignargues, un artiste gardois. La donation aux musées de Roubaix, Mont-de-Marsan, Poitiers, Alès et Nîmes, Nîmes, Conseil général du Gard, 2001.

5 Délibération des consuls, 21 août 1780 (AD Gard, E DEPÔT 36/162). Voir aussi LASALLE-GUICHARD Christine, « La création des musées de Nîmes », Mémoire de l’Académie de Nîmes, 1986, série 7, t. 65, p. 61-101, p. 85.

6 LEFEBVRE Roger, « L’École centrale du Gard sous le Directoire », Comité régional d’histoire de la Révolution française, 1991, no 10, p. 19-43, p. 31.

7 NOUGARÈDE Martine, Nîmes et le châle, Nîmes, musée du Vieux Nîmes, 1988, p. 11.

8 « Projet de l’établissement d’une école gratuite de dessin dans la ville de Nismes », 11 février 1818 (Archives municipales de Nîmes [AM Nîmes], 1 R 404).

9 « Rapport sur l’établissement d’une école de dessin » (AD Gard, 1 T 44).

10 COSSON Armand, « L’industrie textile à Nîmes : la fin d’une hégémonie (1790-1850 », Le Mouvement social, 1985, no 133, p. 5-24 [disponible en ligne], https://www.jstor.org/stable/3778222 [lien valide en novembre 2020]. Voir aussi COSSON Armand, « Entre conservatisme et libéralisme (1815-1870) », in ANDRÉANI Roland (dir.), Nouvelle Histoire de Nîmes, Toulouse, Privat, 2006, p. 187-210 ; NOUGARÈDE Martine, Nîmes et le châle.

11 « Budget pour l’Académie de dessin en 1837 » (AM Nîmes, 1 R 404).

12 CHAPOULIE Jean-Michel, L’École d’État conquiert la France. Deux siècles de politique scolaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 104. Voir aussi NOUGARÈDE Martine, Nîmes et le châle, p. 11-16.

13 Lettre d’Adolphe Perrot, directeur de l’école de dessin et conservateur du musée, au maire, 24 septembre 1884 (AM Nîmes, 1 R 405).

14 Dossier « École de dessin pour les garçons » (AN, F/21/8003).

15 Lettre d’Adolphe Perrot au maire, 24 septembre 1884 (AM Nîmes, 1 R 405).

16 « Rapport sur l’établissement d’une école de dessin, d’une école de chimie et d’un musée à Nismes » (AD Gard, 4 T 44).

17 LASALLE-GUICHARD Christine, « La création des musées de Nîmes », p. 86.

18 Lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 24 avril 1823 (AD Gard, 4 T 41).

19 Arrêté préfectoral, 23 avril 1823 (AD Gard, 4 T 41).

20 Lettre d’Alphonse de Seynes au préfet, 8 juillet 1823 (AD Gard, 4 T 41).

21 Lettre du comte de Forbin au préfet, 13 mars 1822 (AD Gard, 4 T 45). Voir aussi MÉNARD Léon, Histoire civile, écclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, Paris, H.D. Chaubert, 1744-1758, t. VII, pl. VII. Voir également MICHON Étienne, « Statues antiques trouvées en France au musée du Louvre. La cession des villes d’Arles, Nîmes et Vienne en 1822 », Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France, 1871, t. 60, p. 78-173.

22 Lettre de Jean Vignaud au préfet, 20 février 1822 (AD Gard, 4 T 45).

23 Lettre du comte de Forbin au préfet, 29 novembre 1822 (AD Gard, 4 T 45).

24 Lettre de Jean Vignaud au préfet, 9 mars 1822 (AD Gard, 4 T 45).

25 Lettre du comte de Forbin au préfet, 29 novembre 1822 (AD Gard, 4 T 45).

26 Lettre de Stanislas-Victor Grangent (ingénieur en chef des Ponts et Chaussées du Gard, restaurateur de la Maison carrée) au préfet, 16 juillet 1823 (AD Gard, 4 T 41).

27 Extrait d’un procès-verbal de la commission du conseil général, 1822 (AD Gard, 4 T 45).

28 Lithographie publiée dans NODIER Charles, TAYLOR Justin & CAILLEUX, Alphonse de, Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France. Languedoc. Paris, Gide fils / G. Engelmann, 1833-1837, pl. 266.

29 Voir à ce sujet TRARIEUX Pascal, « Les migrations du musée des Beaux-Arts dans la ville », Revue d’histoire moderne et contemporaine de Nîmes et du Gard, 2004, p. 100-109.

30 MAURANT Delphine, « Alexandre Colin et l’École de dessin de Nîmes au xixsiècle », mémoire de maîtrise d’histoire de l’art soutenue à l’université Paul-Valéry (Montpellier), 1995.

31 Lettre de Laspeyre au maire, 3 décembre 1892 (AM Nîmes, 1 R 406).

32 Arrêté de nomination de Léopold Mérignargues, 18 février 1893 (AM Nîmes, 1 R 408).

33 Elles ont été déposées aux Archives départementales du Gard et font l’objet d’un inventaire (21 4 J) réalisé par Carole Renard. Que soient ici remerciés Pascale Bugat et Henri-Luc Camplo, qui nous ont permis de consulter ce fonds.

34 Délibération du conseil municipal, novembre 1832 (AM Nîmes, 1 D 38).

35 « Plan d’organisation d’une école gratuite de dessin », 1820 (AD Gard, 4 T 44).

36 Extrait du registre des délibérations du conseil municipal, 11 mars 1884 (AM Nîmes, 1 R 404).

37 « Rapport de la commission de peinture et des arts sur l’école de dessin », 26 mars 1882 (AM Nîmes, 1 R 405).

38 Ibid.

39 Lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 20 juillet 1824 (AM Nîmes, 1 R 404).

40 Lettre du ministre de l’Instruction publique au préfet, 27 janvier 1846 (AD Gard, 4 T 41).

41 Arrêté préfectoral nommant Jean Vignaud directeur, 1er septembre 1820 (AD Gard, 4 T 44).

42 Lettre de Jean Vignaud au préfet, 29 août 1824 (AD Gard, 4 T 44).

43 « Notes sur l’achat de gravures faites à la foire de Beaucaire », 1822 (AM Nîmes, 1 R 404).

44 REVERDIN Gédéon-François, Premiers élémens du dessin au trait : pour servir d’introduction au Cours complet d’études pour la figure, d’après les plus modèles de l’Antiquité, Paris, Chez Reverdin, 1820.

45 BARGUE Charles & GÉRÔME Jean-Léon, Cours de dessin, Paris, Goupil & Cie, 1867-1870.

46 Extrait du registre des délibérations du conseil municipal, 11 mars 1884 (AM Nîmes, 1 R 404).

47 Périodique publié sous la direction de Jules Comte, inspecteur général des écoles d’art.

48 Lettre du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 18 février 1887 (AM Nîmes, 1 R 404).

49 Liste de modèles envoyés pour la section de jeunes gens, 1885 (AM Nîmes, 1 R 405).

50 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet, 1828 (AM Nîmes, 1 R 405).

51 Liste de modèles envoyés pour la section des jeunes gens, 1885 (AM Nîmes, 1 R 405).

52 Lettre du ministère de l’Instruction publique au maire, 9 février 1883 (AM Nîmes, 1 R 405).

53 D’après Louis Auzoux (1797-1880), médecin inventeur de modèles anatomiques à base de papier mâché, très utilisés dans les écoles de médecine. Lettre d’Alexis Lahaye, directeur de l’école et conservateur du musée, au maire, 1er juin 1892 (AM Nîmes, 1 R 408).

54 Rapport de 1830 (AM Nîmes, 1 R 404).

55 Lettre de l’inspecteur Charles Chipiez au maire, 12 juin 1883 (AM Nîmes, 1 R 405).

56 Félix Ravaisson fut un temps inspecteur général du ministère de l’Instruction publique mais aussi conservateur du département des Antiquités du Louvre. Voir ROUX Claude, L’Enseignement de l’art. La formation d’une discipline, Nîmes, Jacqueline Chambon, coll. « Rayon art », 1999, p. 57-58.

57 Lettre de Turquet au maire de Nîmes, 24 juin 1885 (AM Nîmes, 1 R 405).

58 Rapport présenté par Victor Robert lors de la distribution solennelle des prix, 1882 (AM Nîmes, 1 R 404).

59 Lettre de Benoist-Germain président du conseil des Prud’hommes de Nîmes au maire, 18 janvier 1885 (AM Nîmes, 1 R 405).

60 « Arrêté relatif à l’établissement d’une École gratuite de Dessin dans la ville de Nîmes » (AD Gard, 1 R 404).

61 Circulaire no 5 du ministère de l’Intérieur (AD Gard, 4 T 51).

62 COLIN Alexandre, « Discours de réception à l’Académie royale du Gard », Mémoires de l’Académie royale du Gard, 1834, p. 214-220.

63 « Rapport de la commission des Beaux-Arts sur l’École de dessin », 7 décembre 1849 (AM Nîmes, 1 R 404).

64 THERRIEN Lyne, L’Histoire de l’art en France. Genèse d’une discipline universitaire, Paris, Éditions du CTHS, coll. « CTHS format », 1998, p. 112.

65 DURANT Simon, « Discours sur l’utilité d’une école de dessin », p. 9.

66 Lettre de Jean Vignaud au préfet, 11 juillet 1823 (AD Gard, 4 T 41).

67 DUBOIS Vincent, « Le ministère des arts (1881-1882) ou l’institutionnalisation manquée d’une politique artistique républicaine », Sociétés et Représentations [document électronique], 2001, no 11, « Artistes / politiques », p. 229-261 [disponible en ligne], https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2001-1-page-229.htm [lien valide en novembre 2020]. Voir aussi LAURENT Stéphane, L’Art utile. Les écoles d’arts appliqués sous le Second Empire et la Troisième République, Paris, L’Harmattan, 1998.

68 Liste de modèles envoyés pour la section de jeunes gens, 1885 (AM Nîmes, 1 R 405).

69 Les ouvrages d’Albert Racinet, Émile Leconte, Michel Liénard, par exemple, sont attribués en 1884 (AM Nîmes, 1 R 404).

70 Lettre du directeur de la chambre de commerce au préfet, 27 février 1897 (AD Gard, 4 T 52).

71 LAHAYE Alexis, « Les Beaux-Arts à Nîmes. Musée de peinture et de sculpture », in Association française pour l’avancement des sciences, Nîmes et le Gard, Nîmes, impr. coop. La Laborieuse, 1912.

72 Dossier « École de fabrication » (AN, F/17/8003).

73 VACHON Marius, Les Industries d’art, les écoles et les musées d’art industriel en France (départements), Nancy, Berger-Levrault et Cie, 1897, p. 140.

74 Voir, entre autres : LAURENT Stéphane, L’Art utile ; BÉGUERY Jocelyne, « Le dessin : vers un problématique enseignement artistique », in DENIS Daniel & KAHN Pierre (dir.), L’École républicaine et la question des savoirs, Paris, CNRS éditions, 2003, p. 221-252 [disponible en ligne], http://books.openedition.org/editionscnrs/3043 [lien valide en novembre 2020].

75 Lettre du ministre au préfet, 1820 (AD Gard, 4 T 44).

76 Lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 20 juillet 1824 (AM Nîmes, 1 R 404).

77 Voir à ce propos les modèles en vigueur dans les traités de théorie de l’art des xviie et xviiisiècles : http://www.lexart.fr [lien valide en novembre 2020].

78 CUZIN Jean-Pierre et al., D’après l’antique, catalogue d’exposition (musée du Louvre, Paris, 16 oct. 2000-15 janvier 2001), Paris, Réunion des musées nationaux, 2000.

79 « Rapport présenté par Victor Robert lors de la distribution solennelle des prix », 1882 (AM Nîmes, 1 R 404).

80 Brouillon de réponse au préfet concernant une enquête sur les établissements dédiés aux arts dans le Gard par l’Union centrale des arts décoratifs, 12 mai 1893 (AM Nîmes, 1 R 408).

81 FROISSART PEZONE Rossella, L’Art dans tout. Les arts décoratifs en France et l’utopie d’un Art nouveau, Paris, CNRS éditions, 2005 [disponible en ligne], http://books.openedition.org/editionscnrs/8431 [lien valide en novembre 2020].

82 PIEYRE Adolphe, « Les Beaux-Arts à Nîmes », Revue du Midi, 1899, no 1, p. 73-80.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Arrêté de création de l’École de dessin de Nîmes, 1820, conservé aux Archives municipales de Nîmes (1R404).
Crédits Reproduction Flore César.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Titre Figure 2
Légende Nismes, intérieur du musée, 1835, lithographie extraite de TAYLOR Isidore (dir.), Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France, Paris, Firmin Didot, 1836 (exemplaire conservé par le réseau des médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole).
Crédits Reproduction Flore César.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Figure 3
Légende Plaque signalant la classe de modelage de Léopold Mérignargues lorsqu’il était professeur à l’École des beaux-arts de Nîmes, entre 1893 et 1916.
Crédits Reproduction Anaïs Carvalho, 2017 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Figure 4
Légende Atelier de démonstration du sculpteur ornemaniste Léopold Mérignargues où sont aussi conservées les œuvres sculptées de son fils Marcel.
Crédits © Photo Flore César, 2017 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Titre Figure 5
Légende Ensemble de modèles en plâtre de l’atelier des Mérignargues, parmi lesquels un modèle réduit du Gladiateur Borghèse, envoyé par l’État à l’école dès 1824.
Crédits © Photo Anaïs Carvalho (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Figure 6
Légende Anonyme, Branche de figuier, tirage albuminé non daté conservé dans le fonds d’atelier des Mérignargues pour servir de modèle, Archives départementales du Gard, Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues (214 J).
Crédits Reproduction Flore César.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Figure 7
Légende Modèle en plâtre conservé dans le fonds d’atelier des Mérignargues.
Crédits © Photo Flore César, 2018 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Figure 8
Légende Modèle en plâtre adapté de l’œuvre de François Rude Jeune pêcheur napolitain jouant avec une tortue, commercialisé par les Ateliers de moulage du musée du Louvre (n° 1538 en 1929), conservé dans le Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues.
Crédits © Anaïs Carvalho, 2019 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Figure 9
Légende Marcel Mérignargues, étude d’après le plâtre tiré de l’œuvre de François Rude Jeune pêcheur napolitain jouant avec une tortue, réalisée quand il était étudiant à l’École des beaux-arts de Nîmes, 1903, Archives départementales du Gard, Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues (214 J).
Crédits © Photo Flore César.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Titre Figure 10
Légende Modèle réduit de l’Écorché au bras relevé de Jean-Antoine Houdon (h. 47 x l. 19 x p. 14 cm), conservé dans le Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues.
Crédits © Photo Anaïs Carvalho, 2018 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Figure 11
Légende Modèle réduit de l’Écorché dit « de Michel Ange » (h. 25,5 x l. 13 x p. 15 cm), conservé dans le Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues.
Crédits © Photo Flore César, 2018 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Figure 12
Légende Marcel Mérignargues, étude de jambe réalisée lorsqu’il était étudiant à l’École des beaux-arts de Nîmes, vers 1901, fusain sur papier conservé aux Archives départementales du Gard, Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues (214 J).
Crédits © Photo Flore César.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre Figure 13
Légende Planche réalisée par Marcel Mérignargues pour le cours d’anatomie donné à l’École des beaux-arts de Nîmes par le Dr Mourgue, 1902-1903, conservée aux Archives départementales du Gard, Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues (214 J).
Crédits © Photo Flore César.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Figure 14
Légende Marcel Mérignargues, tirage argentique d’une enseigne gothique présentée par Mérignargues au concours d’histoire de l’art, 1903.
Crédits © Photo Flore César (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture) /.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Titre Figure 15 
Légende Support pédagogique en plâtre représentant les motifs de perles et de pirouettes conservé dans le Fonds d’atelier des Mérignargues. Ces modèles étaient utilisés pour l’enseignement des ornements et étaient diffusés par l’atelier Desachy, à l’exemple de cette copie d’ornements du temple de Jupiter Stator à Rome (iie siècle).
Crédits © Photo Flore César, 2018 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 16
Légende Marcel Mérignargues, étude de lanterne en fer forgé réalisée lorsqu’il était étudiant à l’École des beaux-arts de Nîmes, vers 1901. Le dessin comporte un tampon de l’école, il est conservé aux Archives départementales du Gard, Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues (214 J).
Crédits Reproduction Flore César.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Figure 17
Légende Moulage en plâtre d’un buste de Mercure conservé dans le Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues.
Crédits © Photo Flore César, 2018 (Centre national du microfilm et de la numérisation, ministère de la Culture).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Figure 18
Légende Marcel Mérignargues, dessin d’un buste de Mercure réalisé lorsqu’il était étudiant à l’École des beaux-arts de Nîmes, vers 1901, fusain sur papier conservé aux Archives départementales du Gard, Fonds de l’atelier de sculpture Léopold et Marcel Mérignargues (214 J).
Crédits Reproduction Flore César.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/28782/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flore César, « Développer le « talent de voir » »In Situ [En ligne], 43 | 2021, document 7, mis en ligne le 12 janvier 2021, consulté le 28 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/insitu/28782 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.28782

Haut de page

Auteur

Flore César

Conservatrice des antiquités et objets d’art, Département du Gard

contact@florecesar.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search