Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en cours« Les patrimoines du textile et d...

« Les patrimoines du textile et de la mode », vol. 1, « Les patrimoines textiles »

Date limite d’envoi des propositions : 15 avril 2021

Coordination scientifique

  • Mylène Beaufils, chargée des collections, Musée Industriel de la corderie Vallois, Fabrique des savoirs

  • Géraud Buffa, conservateur en chef du patrimoine, Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel, ministère de la Culture

  • Claudine Cartier, conservateur général honoraire du patrimoine.

Ce numéro de la revue In Situ est consacré aux activités textiles dont la patrimonialisation est directement liée à une crise qui, à partir des années 1970, a conduit une filière industrielle centrale dans l’histoire économique, technologique et culturelle de la France au bord de la disparition.

  • 1 Catherine Quignon, « L’industrie textile française renaît de ses cendres », Le Monde, 7 avril 2019.

Alors que la renaissance de l’industrie textile française est annoncée1, le temps est venu de jeter un regard à la fois rétrospectif sur ce mouvement de patrimonialisation et ses problématiques propres, mais aussi d’ouvrir plus largement ce champ.

Deux numéros de la revue seront consacrés à ce champ patrimonial. Le présent appel à contribution se concentre sur le matériau et ses moyens de production, tandis qu’un second concernera les vêtements et la mode. Pour ce premier numéro, le patrimoine textile est abordé dans toute sa diversité, en prônant une approche globale des problématiques qui lui sont liées. Il s’agit non seulement d’étudier le patrimoine que constituent les moyens de production des tissus, mais aussi les échantillons textiles, rubans, passementerie, tapis, dentelle, cordes, etc., le plus souvent en deux dimensions, relevant soit des produits pour l’ameublement et la décoration, soit des usages vestimentaires ou techniques. Ces objets ont tous en commun d’être constitués de fibres textiles (naturelles, artificielles ou synthétiques), mais aussi ponctuellement d’autres matériaux (filés métalliques, fibre de verre, etc.) qui ont pour particularité d’être filés, tissés, tricotés, noués, tressés ou brodés.

Le champ patrimonial considéré est élargi aux industries connexes liées à ce réseau industriel (les industries en amont de la production textile telles la collecte des matières premières, leur transformation, la fabrication des machines textiles ou la fourniture de pièces détachées, tout comme, en aval, les industries des apprêts, de la teinture, etc.). Ce patrimoine comprend donc les machines élaborant les textiles mais également les machines des usines de confection, et les échantillons (échantillons textiles mais aussi composés chimiques). Ainsi, il englobe à la fois les textiles, les machines textiles et les unités de production dans leur dimension architecturale.

Le champ géographique concerné couvre prioritairement le territoire français – foyer historique de production et d’utilisation textile suffisamment riche –, mais les apports internationaux sont les bienvenus en tant que contrepoints ou pistes de réflexion inédites. Les études patrimoniales mettant en valeur l’échelle du territoire (ville, région…), tout comme la diversité des niveaux de production (du petit artisan à la grande industrie) font partie des problématiques souhaitées. Le champ chronologique concerné s’étend du xviiie siècle à nos jours.

Sur la base d’un état des lieux (axe 1), ce numéro entend identifier de nouvelles perspectives de recherche et de valorisation pour ce patrimoine, et mettre en valeur la diversité des institutions et des fonds concernés, publics comme privés : musées (établissements spécialisés, établissements pluridisciplinaires), archives, patrimoine immatériel, patrimoine associatif, fonds historiques d’entreprises, etc. Trois axes sont ainsi proposés aux contributeurs :

Axe 1. État des lieux de la conservation et de la mise en valeur du patrimoine de l’industrie textile : comment, à quelles fins , avec quelles conséquences ?

L’histoire de la patrimonialisation des textiles, des normes et des pratiques de conservation et de présentation, de la restauration (aussi bien des textiles eux-mêmes que des machines et des bâtiments avec la question de la (re)mise en marche des machines et de leur entretien) est le thème principal de cet axe 1.

Historiquement, il aborde la création des musées d’Art et d’Industrie se rapportant au textile – des études comparatives avec des musées nouvellement créés seraient les bienvenues. De manière plus contemporaine, il rend compte du patrimoine au sein des entreprises encore actives (et tout particulièrement celles bénéficiant du label « Entreprises du patrimoine vivant ») et de son utilisation/réutilisation pour la production actuelle.

L’axe souligne également l’importance des notions ayant renouvelé l’approche patrimoniale ces dernières années. La prise en compte des paysages – touchant aussi bien les fibres végétales que les fibres animales –, doit permettre de restituer les champs ou les alpages dans l’économie patrimoniale globale de la production textile, et de poser par conséquent la difficile question de leur préservation et de leur valorisation. De la même manière, les savoir-faire et les pratiques attachées à ces productions sont des éléments importants du patrimoine culturel immatériel associé aux textiles, patrimoine trop sous-estimé alors même que sa transmission est menacée.

Axe 2. Extension du champ patrimonial des textiles : sources inédites et industries connexes

La diversité du patrimoine textile n’a d’égale que celle des sources de son histoire. Tandis que les grands fonds patrimoniaux sont bien identifiés (musées, archives, bibliothèques, centres de documentation spécialisés), d’autres sources primaires sont encore peu exploitées, y compris dans les institutions publiques : archives des conseils des Prudhommes, de l’Institut national de la protection industrielle, des musées d’Art et d’Industrie, des enseignements techniques… Lorsqu’elles ont pu être sauvées et conservées, les archives privées des entreprises ou des ateliers constituent également une matière première inédite.

  • 2 Bertrand Gille (dir.), Histoire des techniques. Technique et civilisations, technique et sciences, (...)

Par ailleurs, si les industries du tissage, de l’indiennerie, de la dentelle, de la tapisserie, ont été relativement bien décrites (processus de sauvegarde, classement et valorisation), le réseau industriel constitué autour de l’industrie textile reste largement méconnu. Fabricants de pièces détachées, de cordes ou de courroies, constructeurs de machines, fonderies, industries de la teinture et des apprêts sont autant de composantes de la filière textile peu documentées. En envisageant l’industrie textile dans sa globalité, il s’agira de susciter de nouvelles perspectives d’étude et de valorisation de ce patrimoine, mettant en lumière les « systèmes techniques globaux » pour reprendre une idée chère à Bertrand Gille2.

Axe 3. Représentation(s) du patrimoine textile

à l’époque moderne, la représentation du travail et de l’industrie prend une importance considérable dans les productions visuelles. Artistes, observateurs ou simplement témoins, immergés dans la société de leur temps restituent les transformations de l’industrialisation.

Tandis que Rossetti dépeint en 1764 la fabrique de toiles peintes de Jean-Rodolphe Wetter (L’Atelier d’impression, musée d’Orange) et Jean-Baptiste Huet La Manufacture Oberkampf à Jouy en 1807, d’autres artistes se tournent vers l’aspect plus pittoresque du tissage à domicile voire vers la figure de la fileuse. Les enquêtes se succèdent, qu’il s’agisse de la Description des Arts et Métiers, dans la Grande Encyclopédie, ou plus tard de la série Les Grandes Usines de Turgan. Au xxe siècle, la photographie prend le relais et les industriels font appel à des professionnels ou à des agences spécialisées pour leurs catalogues, livres commémoratifs ou stands aux expositions industrielles. Se plaçant au service d’industriels, de magazines ou d’éditeurs, François Kollar, Willy Ronis et bien d’autres immortalisent les usines textiles d’Alsace, du Nord, etc.

Entre propagande à la gloire des entreprises ou des capitaines d’industrie, représentation artistique, témoignage social, documentation technique, la nature et la valeur patrimoniale de ces représentations méritent d’être interrogées, au filtre de l’objectivité, de l’engagement social ou politique du commanditaire comme du producteur.

Propositions de contribution

Les articles proposés devront contenir une part inédite de recherche, d’hypothèse ou de mise à jour ; ils ne sauraient reprendre la totalité d’un article déjà paru. Il est souhaité qu’ils soient illustrés par une iconographie inédite et de qualité, y compris par des exemples sonores et/ou audiovisuels.

Si vous souhaitez contribuer à ce numéro, nous vous remercions d’envoyer avant le 15 avril 2021 un résumé de votre proposition de 1500 signes au maximum, ainsi qu’un court CV par voie postale :

Ministère de la Culture
Direction générale des Patrimoines
Revue In Situ
à l’attention de Laurent Bruel
6 rue des Pyramides
75001 Paris

ou par courriel :

insitu.patrimoines@culture.gouv.fr

Envoyer une copie de votre proposition à :

Mylène Beaufils : mylene.beaufils@metropole-rouen-normandie.fr

Géraud Buffa : geraud.buffa@culture.gouv.fr

Claudine Cartier : claudine.cartier@orange.fr

Les textes des articles correspondant aux propositions retenues sont attendus pour le 30 septembre 2021. Vous pourrez rédiger votre article en français ou dans votre langue d’usage. Ils seront publiés dans leur version originale et dans leur traduction française. La taille des articles sera comprise entre 15 000 et 35 000 signes espaces et notes compris.

Les recommandations aux auteurs concernant le nombre de pages ou d’images, les droits de l’iconographie, l’insertion de notes et de liens, etc., sont consultables sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/insitu/401

Notes

1 Catherine Quignon, « L’industrie textile française renaît de ses cendres », Le Monde, 7 avril 2019.

2 Bertrand Gille (dir.), Histoire des techniques. Technique et civilisations, technique et sciences, Gallimard, coll. « Encyclopédie de la Pléiade », 1993 [1978].

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search