Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Les archives : constitution et id...Conserver et documenter les prati...

Les archives : constitution et identification des sources

Conserver et documenter les pratiques pédagogiques contemporaines des lycées : l’exemple du musée national de l’Éducation

Preserving and documenting contemporary teaching practices in high schools: Example of the Musée national de l’Éducation
Nicolas Coutant

Résumés

Le musée national de l’Éducation, à Rouen, conserve près de 950 000 items, dont une partie non négligeable concerne l’histoire des lycées. Musée d’histoire mais aussi de société, il s’intéresse également aux pratiques contemporaines, en particulier en termes de pédagogie. Il collecte pour cela les témoignages matériels des usages du présent. Cet article présente trois exemples de collectes diversement abouties, concernant les interventions en milieu scolaire (IMS), les conseils de vie lycéenne (CVL) et les travaux personnels encadrés (TPE). Il esquisse les problématiques spécifiques à la collecte du contemporain en milieu scolaire, notamment dans les lycées.

Haut de page

Texte intégral

1Héritier du Musée pédagogique créé par Jules Ferry en 1879, le musée national de l’Éducation, à Rouen, conserve près de 950 000 œuvres et documents traitant de l’histoire de l’éducation du xvie siècle à nos jours, parmi lesquels le patrimoine des lycées occupe une place de premier ordre1. Musée d’histoire mais aussi de société, il s’intéresse aux périodes anciennes comme aux enjeux les plus contemporains de l’éducation, et se trouve donc régulièrement confronté à la patrimonialisation du présent2. Les supports documentant les pratiques pédagogiques les plus récentes trouvent donc toute leur place dans ses collections, comme en témoignent les axes d’acquisition récemment publiés sur son site internet3. Certes, les centres d’archives collectent également, et de manière plus systématique, les traces de ce présent, mais dans une perspective sensiblement différente de celle du musée. Les deux logiques apparaissent finalement complémentaires : astreinte à une pratique règlementaire différente permettant la constitution d’ensembles obéissant à d’autres enjeux, la collection muséale peut intégrer des aspects que ne couvrirait pas forcément le fonds d’archives. C’est notamment le cas, pour le champ éducatif, de la culture matérielle de l’élève et de ses productions, mais aussi des pratiques pédagogiques, auxquelles cet article s’intéressera plus spécifiquement en s’interrogeant sur la manière dont les usages contemporains mis en œuvre dans les lycées peuvent faire patrimoine. L’enjeu est de documenter les pratiques immatérielles des acteurs du lycée en recueillant des témoignages concrets, souvent modestes et parfois numériques, de leur activité. Le propos se fondera sur trois exemples faisant l’objet de processus de patrimonialisation diversement aboutis.

Les lycées bien représentés dans les collections

2Des lycées impériaux aux actuels lycées généraux, sans oublier les lycées techniques et professionnels ainsi que les structures qui les ont précédés, les lycées occupent une place de choix dans les collections du musée national de l’Éducation. Le cadre restreint de cet article ne permet pas de dresser la liste de toutes les typologies d’objets concernés, mais parmi les plus spectaculaires figurent notamment les ensembles de matériel didactique, au premier rang desquels les instruments scientifiques, les moulages en plâtre destinés à l’enseignement du dessin, les modèles botaniques [fig. 3] ou encore certains outils liés à l’enseignement des techniques4. Les travaux d’élèves, dont le musée conserve près de 90 000 exemplaires, permettent par ailleurs d’étudier au plus près les pratiques de classe, qu’il s’agisse d’inconnus ou de personnalités célèbres, à l’instar des copies noircies par le jeune Gustave Courbet5 [fig. 1] au collège royal de Besançon ou de celles corrigées par Simone de Beauvoir, alors professeure au lycée Jeanne-d’Arc de Rouen6 [fig. 2]. Les manuels scolaires viennent bien évidemment compléter ces corpus. Le chercheur travaillant sur l’architecture des lycées trouvera par ailleurs des ressources particulièrement fournies dans le fonds photographique du musée, riche de près de 400 000 items. Dans cet ensemble méritent notamment d’être signalés le fonds de photographies de classe Tourte et Petitin, mais aussi celui de l’Institut pédagogique national (IPN), qui dépêcha de 1954 à 2003 plusieurs photographes, dont certains de renom comme Jean Suquet et Pierre Allard [fig. 4], afin de saisir quantité de situations scolaires et, de manière plus large, éducatives.

Figure 1

Figure 1

Cahier de théâtre de Gustave Courbet, élève au collège royal de Besançon, 1834, conservé au musée national de l’Éducation (inv. 1979.06754).

Reproduction Réseau Canopé, musée national de l’Éducation.

Figure 2

Figure 2

Devoir de philosophie de Clotilde Cousin, élève au lycée Jeanne-d’Arc de Rouen, corrigé par Simone de Beauvoir en 1935, conservé au musée national de l’Éducation (inv. 1982.01000).

Reproduction Réseau Canopé, musée national de l’Éducation.

Figure 3

Figure 3

Modèle de fuschia utilisé dans le cadre de l’enseignement au lycée Corneille de Rouen, docteur Auzoux, 1877, hauteur 72 cm (avec socle), papier mâché / métal / mica / perle de verre / plâtre et pierre, conservé au musée national de l’Éducation (inv. 2009.00532).

© photographe inconnu (Réseau Canopé, musée national de l’Éducation).

Figure 4

Figure 4

Photographie de Pierre Allard représentant la sculpture L’Homme dans l’univers en expansion de Louis Leygue (1905-1992) érigée en 1960 sur le perron d’accueil du lycée d’État de garçons de Reims. Photographie conservée au musée national de l’Éducation (inv. 1978.05290.4069).

© Louis Leygue ; © Pierre Allard (Réseau Canopé, musée national de l’Éducation).

  • 7 Un état des expositions récentes du musée peut être consulté sur le site internet « Expositions du (...)

3Bien d’autres corpus témoignent de l’histoire des lycées et des lycéens mais ces ensembles concernent pour la plupart des périodes déjà anciennes, tout du moins antérieures au début du xxie siècle. Certes, quelques travaux récents interrogent des pratiques et contenus plus contemporains, à l’instar de l’exposition « Métier d’enseignant.e, métier d’élèves » (2020/2021), inscrite dans une démarche socio-historique donnant toute leur place aux enjeux du temps présent, sans oublier certains projets à venir qui ne manqueront pas d’intégrer le cadre du lycée, comme l’exposition « Le vêtement et l’école7 » (prévue en 2022). La patrimonialisation des pratiques contemporaines au sein des lycées demeure toutefois un enjeu de taille pour nourrir ces champs d’étude, et les perspectives ne manquent pas : nouvelles pratiques pédagogiques, évolution de matériels et d’espaces fortement impactés par le développement du numérique (notamment après l’expérience de confinement du printemps 2020), vie scolaire, émergence de nouvelles disciplines comme l’éducation au développement durable ou aux médias et à l’information, etc. Cet article présentera trois expériences actuellement menées par le musée national de l’Éducation, plus particulièrement dans le cadre de pratiques pédagogiques et de la vie scolaire.

Le lycée et les intervenants en milieu scolaire : un exemple de porosité avec l’extérieur

  • 8 HASQUENOPH Bernard, « LGBT : le musée de l’Éducation ouvre le placard », Le Quotidien de l’art, 1er (...)
  • 9 Pour un aperçu plus général des enjeux de l’archivage des mémoires LGBTI+, voir notamment COMOY Pat (...)
  • 10 Signalons que les IMS peuvent être réalisées sur d’autres domaines que la lutte contre les discrimi (...)

4Comme tout établissement scolaire, le lycée n’est pas – ou n’est plus – une structure autonome repliée sur elle-même. Il entretient avec l’extérieur de nombreux rapports, plus ou moins formels, souvent liés à des projets spécifiques. S’ils n’en sont pas moins indispensables à la mission éducative, ses liens ne sont pas toujours bien documentés par le musée, probablement parce qu’ils ne génèrent que peu de traces matérielles. Un travail entamé par le musée en 2017 sur le patrimoine éducatif LGBTI+ a permis d’explorer plus en avant ces pratiques pédagogiques et leurs témoignages concrets8. Développé en écho aux campagnes nationales de lutte contre le harcèlement, ce projet s’intéressant à la manière dont les orientations sexuelles et les identités de genre questionnent les pratiques scolaires s’est structuré de manière inclusive, en cherchant à dépasser l’opposition récurrente entre patrimoines universel et communautaire9. Chercheurs, enseignants, élèves et associations militantes, au premier rang desquelles le Centre LGBTI Normandie, Le Refuge et Laisse Bien Ta Gaieté, constituent ainsi le noyau du comité de pilotage de ce projet. La réflexion a commencé par la reconnaissance des collections déjà conservées traitant de cette thématique, jusque-là non identifiées en raison d’un plan de classement ancien. Le résultat de ce repérage, certes non négligeable mais demeurant relativement modeste, a mis en lumière la nécessité de mener une campagne d’acquisitions active afin de témoigner de l’intérêt croissant des politiques éducatives nationales en faveur de la lutte contre les LGBTIphobes depuis le début des années 2000. Les « interventions en milieu scolaire » (IMS) sont rapidement apparues parmi les actions les plus emblématiques menées par l’institution, notamment au sein des lycées10. Elles témoignent en effet de la porosité de la relation qu’entretient l’établissement avec l’extérieur, mais aussi de la prise en compte d’acteurs associatifs militants comme Le Refuge, SOS Homophobie ou encore Contact, auxquels l’institution scolaire délègue une partie de son discours. Elles constituent en cela un dispositif pédagogique tout à fait spécifique, dont l’entrée dans les collections constitue un enjeu particulièrement intéressant pour le musée, d’autant qu’aucun autre établissement patrimonial ne semble pour le moment se positionner sur ce sujet.

5La présence de la délégation Normandie de la fondation Le Refuge aux côtés du musée a tout naturellement orienté les acquisitions vers les actions qu’elle a pu mener dans un périmètre proche, notamment dans deux lycées professionnels de la région rouennaise : les lycées Colbert et Élisa-Lemonnier du Petit-Quevilly11 (d’autres acquisitions concernant plusieurs collèges ont été réalisées, qui ne concernent pas le champ de cet article). Ces témoignages documentent une pratique propre au Refuge, formalisée par un déroulement spécifique produisant deux types de documents : d’une part les papiers ou post-it sur lesquels les élèves sont invités en début d’intervention à écrire leur définition des termes « homosexualité » et « homophobie » [fig. 5], de l’autre les formulaires remplis par les mêmes élèves en fin d’intervention, où ils évaluent la séance mais aussi répondent à des questions simples sur leur perception du sujet [fig. 6]. S’il s’agit de documents modestes dans leur matérialité, plus encore que les travaux d’élèves déjà conservés par le musée [fig. 7] auxquels ils font écho, leur caractère sériel constitue une source précieuse pour les chercheurs travaillant par exemple sur la réception des sujets LGBTQI+. Le contact direct avec l’intervenant permet par ailleurs de documenter les conditions de l’IMS : comment le lycée a-t-il sollicité Le Refuge ? L’initiative revient-elle à la direction, au personnel enseignant ou d’infirmerie ? Quelle évaluation l’établissement en a-t-il fait ? Comment les élèves l’ont-ils reçue ? Autant d’informations primordiales à collecter pour comprendre la manière dont ces documents témoignent du lien du lycée avec l’extérieur.

Figure 5

Figure 5

Ensemble de papiers définissant l’homophobie rédigés par un groupe d’élèves lors d’une intervention en milieu scolaire (IMS) par la fondation Le Refuge au lycée professionnel Colbert du Petit-Quevilly (Seine-Maritime), 2018, conservé au musée national de l’Éducation (inv. 2018.23.2).

Reproduction Réseau Canopé, musée national de l’Éducation.

Figure 6

Figure 6

Ensemble de questionnaires distribués par la fondation Le Refuge lors d’une intervention en milieu scolaire (IMS) au lycée professionnel Élisa-Lemonnier du Petit-Quevilly (Seine-Maritime), 2018, conservé au musée national de l’Éducation (inv. 2019.47.1).

Reproduction Réseau Canopé, musée national de l’Éducation.

Figure 7

Figure 7

Quand l’homophobie tue, roman-photo réalisé par un groupe d’élèves du lycée professionnel Colbert du Petit-Quevilly (Seine-Maritime), inséré dans Un lycée, trois équipes, seize jeunes se mobilisent ensemble contre les discriminations, 2018, conservé au musée national de l’Éducation (inv. 2018.24.1).

Reproduction Réseau Canopé, musée national de l’Éducation.

La vie scolaire : l’exemple des conseils de vie lycéenne

  • 12 CONDETTE-CASTELAIN Sylvie, « La participation lycéenne et le rapport des élèves à la loi », Spirale (...)
  • 13 Administratifs, techniques, ouvriers et de service.
  • 14 Sur la composition, le fonctionnement et les attributions des CVL, voir « Le conseil des délégués p (...)

6L’exemple des IMS se situe à la limite de la pratique pédagogique et des actions en lien avec la vie scolaire. La prise en compte de celle-ci constitue un autre élément fondamental pour saisir les enjeux internes de fonctionnement d’un lycée. Face à la pluralité des pratiques, le musée a choisi de se concentrer sur les conseils de vie lycéenne (CVL). Créés au sein des établissements en 1998 en réponse aux mouvements lycéens qui agitent la décennie 1990, les CVL s’inscrivent dans une volonté d’intégrer et d’institutionnaliser la participation lycéenne, dans une pratique plus large d’éducation à la citoyenneté cherchant à développer la participation des élèves aux côtés des autres membres de la communauté éducative12. Le CVL est donc un organe clef pour comprendre la vie de l’établissement mais aussi pour mesurer l’évolution des politiques éducatives depuis la toute fin du xxsiècle. Constitués de lycéens élus pour deux ans, d’enseignants ou de personnels d’éducation, de personnels Atoss13 et de représentants des parents d’élèves, ils sont présidés par la direction du lycée, les adultes n’y jouant toutefois qu’un rôle consultatif14. Loin d’être un accessoire, le CVL doit obligatoirement être consulté sur un certain nombre de sujets, notamment sur l’organisation des espaces. Ce point mérite, au passage, l’attention du chercheur travaillant sur les projets d’aménagements architecturaux...

7À la différence d’autres axes d’acquisition, l’intérêt du musée pour les CVL est né de manière fortuite, à la suite d’échanges informels avec une conseillère principale d’éducation du lycée Jeanne-d’Arc de Rouen. Cet épisode souligne au passage la nécessité de ne pas limiter les contacts en vue de collectes patrimoniales aux seuls personnels de direction ou aux enseignants mais de les élargir à l’ensemble de la communauté éducative. La découverte des affiches réalisées en début d’année scolaire 2019-2020 par les candidats à l’élection des membres du CVL [fig. 8 et 9] a permis de rendre cette perspective plus concrète. L’équipe du musée en charge de ce projet a donc rencontré les élèves membres du CVL du lycée Jeanne-d’Arc de Rouen et, après un dialogue destiné à présenter la logique de l’institution, a obtenu le don de onze affiches15. D’une qualité graphique qu’il convient d’ailleurs parfois de souligner, ces documents possèdent un double intérêt. S’ils témoignent d’une pratique de la démocratie représentative au sein des lycées, et par ce biais, d’un mode d’éducation spécifique, ils permettent également d’entrevoir les préoccupations d’une génération. Ces affiches mettent bien évidemment en avant des thèmes propres à l’établissement intéressant les élèves mais s’ouvrent également à des sujets de société majeurs, au premier rang desquels le développement durable et la lutte contre les discriminations. Il s’agit en cela de documents politiques au sens large du terme, précieux témoignages de consciences s’éveillant.

Figure 8

Figure 8

Affiche de profession de foi des élections au conseil de la vie lycéenne du lycée Jeanne-d’Arc de Rouen réalisée par Jeanne Fauquenoi et Camille Giraudon, 2019, conservée au musée national de l’Éducation (inv. 2019.51.2).

Reproduction Réseau Canopé, musée national de l’Éducation.

Figure 9

Figure 9

Affiche de profession de foi des élections au conseil de la vie lycéenne du lycée Jeanne-d’Arc de Rouen réalisée par Tom Richard et Cassandra Sauvage, 2019, conservée au musée national de l’Éducation (inv. 2019.51.3).

Reproduction Réseau Canopé, musée national de l’Éducation.

  • 16 HUSNI Christelle, Réglementation et vie scolaire. Répertoire numérique détaillé des cotes 20120073/ (...)

8La collecte de ces affiches positionne par ailleurs le musée dans un rôle complémentaire de celui joué par les archives. Les Archives nationales conservent ainsi les dossiers produits par le Bureau de la réglementation et de la vie des écoles et des établissements, qui assure notamment le fonctionnement du conseil de la vie lycéenne16. Le positionnement muséal est ici différent : tandis que les archives se concentrent sur la production administrative liée aux CVL, notamment dans sa dimension nationale, le musée intègre avec les affiches produites par les élèves les aspects les plus concrets mais aussi les plus sensibles de l’engagement des lycéens sur le terrain, au sein des établissements. Cet ensemble, résultat d’une démarche expérimentale, permet de créer un premier noyau mais doit bien évidemment être complétée afin de couvrir de manière plus représentative la pratique des CVL, sur les différents territoires et dans la variété des types d’établissements. En cela, il ouvre des perspectives très concrètes en termes de pratiques et de méthode de la collecte auprès des lycées.

L’expérience pédagogique des travaux personnels encadrés

9Dernier exemple d’un patrimoine lycéen en cours de construction : la prise en compte des « travaux personnels encadrés » (TPE). Créés en 2000 à la suite d’une enquête menée quelques années plus tôt auprès de lycéens, cette expérience pédagogique concernant les élèves de première des filières générales s’est arrêtée en 2019 suite à la réforme du lycée menée la même année. L’essentiel de la pratique des TPE consistait en un travail de groupe pour lequel les élèves devaient produire une réalisation faisant l’objet d’une soutenance. Alternative au cours magistral, les TPE avaient pour objectif une première initiation au travail de recherche dans une perspective transdisciplinaire, sur un sujet au choix devant toutefois s’inscrire dans de grandes thématiques préétablies [fig. 10]. L’intérêt de ces travaux pour le chercheur en histoire de l’éducation et plus largement, pour le patrimoine éducatif, est évident. Cette nouvelle typologie témoigne de manière concrète d’une manière d’enseigner mais donnent aussi à voir la manière dont une tranche d’âge s’intéresse un sujet à un moment donné.

Figure 10

Figure 10

L’homosexualité féminine, Léa Mérieult et Émilie Gueneau, travail personnel encadré (TPE) sur le thème « Inégalité et discrimination », lycée Jacques-Prévert de Pont-Audemer (Eure), 2018, conservé au musée national de l’Éducation (inv. 2019.10.1).

Reproduction musée national de l’Éducation.

10L’annonce de la fin de l’expérience en 2019 a poussé le musée à s’interroger sur la manière dont ces TPE avaient été collectés. Seuls 18 d’entre eux (sur 90 000 travaux d’élèves conservés) étaient jusque-là entrés dans les collections, presque tous datés de l’année scolaire 2004-200517. La mise en place d’une collecte s’imposait donc, dans une forme d’urgence due au devenir aléatoire de ces productions fragiles, pour la plupart conservées dans les établissements une fois l’épreuve soutenue par l’élève. Leur patrimonialisation pose toutefois de nombreuses questions d’ordre méthodologique. Comment en effet s’assurer de la représentativité des items collectés, tant en termes de répartition territoriale que de type d’établissement ? Comment procéder pour identifier des TPE de niveaux variables et ne pas surreprésenter les bons élèves ? Au début de l’année 2020, une méthode de collecte raisonnée a été imaginée, qui reste aujourd’hui à mettre en œuvre18. Elle prévoit une répartition géographiquement cohérente par le biais des inspecteurs d’académie – inspecteurs pédagogiques régionaux établissements vie scolaire (IA – IPR EVS) –qui, pour chacune des 26 académies de métropole et des quatre académies d’Outre-mer, pourront jouer le rôle de relais vers des professeurs-documentalistes référents. À leur tour, ceux-ci pourront sélectionner six TPE encore conservés dans leurs établissements. Les critères de sélection prendront en compte le format de la production, les sujets choisis, la filière des élèves ou encore le niveau de qualité. Le carnet de bord des élèves sera également sollicité afin d’éclairer la démarche mise en œuvre. Cette méthode doit encore être affinée, notamment du point de vue des nombreuses questions juridiques qu’elle pose, en particulier en termes de propriété et de diffusion. Elle devrait toutefois permettre au musée de collecter 180 items, ce qui, pour une expérience ayant duré près de vingt ans, semble être quantitativement raisonnable.

11Faire patrimoine des questionnements contemporains des lycées nécessite donc une attention toute particulière aux évolutions des pratiques pédagogiques et de vie scolaire. L’exemple des TPE offre en cela un bon exemple du léger décalage entre pratiques scolaires et patrimoniales : c’est au moment où l’expérience pédagogique s’éteint que le musée prend conscience de la nécessité de la prendre en compte, phénomène bien connu des musées de société. Ce hiatus, peut-être nécessaire pour prendre le recul indispensable à la constitution d’une collection, fait également courir le risque de voir disparaître des témoignages fondamentaux, rendus d’autant plus fragiles par l’apparence modeste de bien des travaux d’élèves. Ce recul apparaît d’autant plus mesurable que la mise en perspective permise par les collections déjà conservées, en resituant l’expérience contemporaine dans le temps long, constitue bien souvent une assurance concernant la pertinence du projet. Ainsi, les témoignages d’IMS ou les affiches des CVL résonnent de manière évidente avec les corpus en lien avec les « éducations à », conservés depuis plusieurs décennies mais qui ont fait une entrée récente dans le plan de classement du musée19. Signe de la prise en compte par les pratiques documentaires de nouveaux angles d’approche pour explorer les collections, ce dernier évolue et s’adapte aux nouvelles formes inventées par la communauté éducative, au premier rang de laquelle les lycées.

12Explorer le contemporain nécessite par ailleurs de reconsidérer la pratique de la collecte, en instaurant notamment un nouveau rapport avec l’ensemble des acteurs de l’éducation. À ce titre, la prise en compte d’un dialogue direct avec les élèves ainsi qu’avec d’autres types de personnels, internes ou extérieurs au lycée, constitue une évolution majeure. De nouvelles méthodes sont encore à imaginer.

Haut de page

Notes

1 Les collections sont consultables sur la base en ligne : https://www.reseau-canope.fr/musee/collections/ [lien valide en février 2021]

2 Sur ce sujet, voir BATTESTI Jacques (dir.), Que reste-t-il du présent ? Collecter le contemporain dans les musées de société, actes du colloque organisé par l’Association des conservateurs des antiquités et objets d’art de France (Cahors, 2016), Bordeaux / Bayonne / Besançon, Le Festin / Musée basque et de l’Histoire de Bayonne / Société des amis du Musée basque / Fédération des écomusées et des musées de société, 2012

3 « Réseau Canopé » [en ligne], https://www.reseau-canope.fr/musee/fr/soutenir/achats-et-dons-au-munae.html [lien valide en février 2021]

4 Sur la collection d’instruments scientifiques, voir STAËLEN Erick, « Manuels et instruments scientifiques à l’école », in BRU Nicolas (dir.), Regards sur le patrimoine mobilier de l’enseignement scolaire et universitaire, Arles, Errance / Actes Sud, coll. « Regards sur », 2017. Sur le rôle des moulages dans l’enseignement du dessin, voir ENFERT Renaud d’, LAGOUTTE Daniel & BOYER Myriam (dir.), Un art pour tous : le dessin à l’école de 1800 à nos jours, catalogue d’exposition (Rouen, musée national de l’Éducation, décembre 2004-septembre 2006), Rouen / Saint-Fons, musée national de l’Éducation / Institut national de recherche pédagogique, 2004. Sur les modèles de botanique, voir EGGINGER Johann-Günther, Belles plantes ! Modèles en papier mâché du Dr Auzoux, catalogue d’exposition (Rouen, musée national de l’Éducation, 25 mai 2018-26 août 2019), Chasseneuil-du-Poitou, Canopé, 2018.

5 Voir https://www.reseau-canope.fr/musee/collections/fr/museum/mne?auteurs%5B0%5D=Gustave+Courbet&typeDeDocument%5B0%5D=travail+d%27%C3%A9l%C3%A8ve [lien valide en février 2021]

6 Voir https://www.reseau-canope.fr/musee/collections/fr/museum/favourites?cont=cont-5ee8cf3fdb6f3 [lien valide en février 2021]

7 Un état des expositions récentes du musée peut être consulté sur le site internet « Expositions du musée national de l’Éducation » [en ligne], https://www.reseau-canope.fr/musee/fr/connaitre/les-expositions.html [lien valide en février 2021]

8 HASQUENOPH Bernard, « LGBT : le musée de l’Éducation ouvre le placard », Le Quotidien de l’art, 1er juin 2018, no 1508 ; ARNOUX Isabelle & COUTANT Nicolas, « Regards queer sur les collections : une démarche inclusive au musée national de l’Éducation » in MACZEK Ewa & MEUNIER Anik (dir.), Des musées inclusifs : engagement, démarches, réflexions, Dijon, OCIM, 2021, p. 263-272, disponible en podcast, 2019 https://www.sondekla.com/user/event/9435 [lien valide en février 2021]. Voir aussi « Éducation et LGBT+ :le musée enrichit ses collections » [en ligne], https://www.reseau-canope.fr/musee/fr/connaitre/actualites-du-munae/actualite/news/detail/News/education-et-lgbt-le-musee-enrichit-ses-collections.html [lien valide en février 2021]

9 Pour un aperçu plus général des enjeux de l’archivage des mémoires LGBTI+, voir notamment COMOY Patrick, « Archives LGBTQI+ : de la “déplacardisation” à l’autonomie », La Gazette des archives, n° 255, 2019, Archives et transparence, une ambition citoyenne, p. 141-152.

10 Signalons que les IMS peuvent être réalisées sur d’autres domaines que la lutte contre les discriminations. À leur sujet, voir « Éduscol, intervenants extérieurs en milieu scolaire » [en ligne], https://eduscol.education.fr/cid50693/intervenants-exterieurs-en-milieu-scolaire.html [lien valide en février 2021]

11 « Le Refuge » [en ligne], https://www.reseau-canope.fr/musee/collections/fr/museum/favourites?cont=cont-5ee8d0fd23794 [lien valide en février 2021]

12 CONDETTE-CASTELAIN Sylvie, « La participation lycéenne et le rapport des élèves à la loi », Spirale. Revue de recherches en éducation, no 34, 2004, Citoyenneté et rapport à la loi, p. 75-91 et BECQUET Valérie, « Dialoguer avec les jeunes : un engagement réciproque ? Les conseils de la vie lycéenne et les conseils de la jeunesse » in BECQUET Valérie & LINARÈS Chantal de (dir.), Quand les jeunes s’engagent. Entre expérimentations et constructions identitaires, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 107-126

13 Administratifs, techniques, ouvriers et de service.

14 Sur la composition, le fonctionnement et les attributions des CVL, voir « Le conseil des délégués pour la vie lycéenne » [en ligne], https://www.education.gouv.fr/le-conseil-des-delegues-pour-la-vie-lyceenne-9851 [lien valide en février 2021]

15 « Affiches électorales pour le CVL du lycée Jeanne-d’Arc de Rouen » [en ligne], https://www.reseau-canope.fr/musee/collections/fr/museum/mne?q=%2BCVL+%2Bjeanne [lien valide en février 2021]

16 HUSNI Christelle, Réglementation et vie scolaire. Répertoire numérique détaillé des cotes 20120073/1-20120073/26, document électronique, Paris, Archives nationales, 2012, p. 4, [en ligne], https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/pdfIR.action?irId=FRAN_IR_050463 [lien valide en février 2021]

17 « TPE » [en ligne], https://www.reseau-canope.fr/musee/collections/fr/museum/favourites?cont=cont-5ee8d233b7741 [lien valide en février 2021]

18 La réflexion a été menée au sein du musée national de l’Éducation par Bertrand Lécureur, professeur d’histoire-géographie et chargé de conservation et de recherche au Munaé.

19 « Le plan de classement du musée » [en ligne] (cliquer sur « mots-clés »), https://www.reseau-canope.fr/musee/collections/fr/museum/mne/search [lien valide en février 2021]

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Cahier de théâtre de Gustave Courbet, élève au collège royal de Besançon, 1834, conservé au musée national de l’Éducation (inv. 1979.06754).
Crédits Reproduction Réseau Canopé, musée national de l’Éducation.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/30883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 2
Légende Devoir de philosophie de Clotilde Cousin, élève au lycée Jeanne-d’Arc de Rouen, corrigé par Simone de Beauvoir en 1935, conservé au musée national de l’Éducation (inv. 1982.01000).
Crédits Reproduction Réseau Canopé, musée national de l’Éducation.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/30883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Figure 3
Légende Modèle de fuschia utilisé dans le cadre de l’enseignement au lycée Corneille de Rouen, docteur Auzoux, 1877, hauteur 72 cm (avec socle), papier mâché / métal / mica / perle de verre / plâtre et pierre, conservé au musée national de l’Éducation (inv. 2009.00532).
Crédits © photographe inconnu (Réseau Canopé, musée national de l’Éducation).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/30883/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Figure 4
Légende Photographie de Pierre Allard représentant la sculpture L’Homme dans l’univers en expansion de Louis Leygue (1905-1992) érigée en 1960 sur le perron d’accueil du lycée d’État de garçons de Reims. Photographie conservée au musée national de l’Éducation (inv. 1978.05290.4069).
Crédits © Louis Leygue ; © Pierre Allard (Réseau Canopé, musée national de l’Éducation).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/30883/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 5
Légende Ensemble de papiers définissant l’homophobie rédigés par un groupe d’élèves lors d’une intervention en milieu scolaire (IMS) par la fondation Le Refuge au lycée professionnel Colbert du Petit-Quevilly (Seine-Maritime), 2018, conservé au musée national de l’Éducation (inv. 2018.23.2).
Crédits Reproduction Réseau Canopé, musée national de l’Éducation.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/30883/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Figure 6
Légende Ensemble de questionnaires distribués par la fondation Le Refuge lors d’une intervention en milieu scolaire (IMS) au lycée professionnel Élisa-Lemonnier du Petit-Quevilly (Seine-Maritime), 2018, conservé au musée national de l’Éducation (inv. 2019.47.1).
Crédits Reproduction Réseau Canopé, musée national de l’Éducation.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/30883/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Figure 7
Légende Quand l’homophobie tue, roman-photo réalisé par un groupe d’élèves du lycée professionnel Colbert du Petit-Quevilly (Seine-Maritime), inséré dans Un lycée, trois équipes, seize jeunes se mobilisent ensemble contre les discriminations, 2018, conservé au musée national de l’Éducation (inv. 2018.24.1).
Crédits Reproduction Réseau Canopé, musée national de l’Éducation.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/30883/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Figure 8
Légende Affiche de profession de foi des élections au conseil de la vie lycéenne du lycée Jeanne-d’Arc de Rouen réalisée par Jeanne Fauquenoi et Camille Giraudon, 2019, conservée au musée national de l’Éducation (inv. 2019.51.2).
Crédits Reproduction Réseau Canopé, musée national de l’Éducation.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/30883/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Figure 9
Légende Affiche de profession de foi des élections au conseil de la vie lycéenne du lycée Jeanne-d’Arc de Rouen réalisée par Tom Richard et Cassandra Sauvage, 2019, conservée au musée national de l’Éducation (inv. 2019.51.3).
Crédits Reproduction Réseau Canopé, musée national de l’Éducation.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/30883/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Figure 10
Légende L’homosexualité féminine, Léa Mérieult et Émilie Gueneau, travail personnel encadré (TPE) sur le thème « Inégalité et discrimination », lycée Jacques-Prévert de Pont-Audemer (Eure), 2018, conservé au musée national de l’Éducation (inv. 2019.10.1).
Crédits Reproduction musée national de l’Éducation.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/30883/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Coutant, « Conserver et documenter les pratiques pédagogiques contemporaines des lycées : l’exemple du musée national de l’Éducation »In Situ [En ligne], 44 | 2021, mis en ligne le 30 avril 2021, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/insitu/30883 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.30883

Haut de page

Auteur

Nicolas Coutant

directeur-adjoint du musée national de l’Éducation (Munaé)

nicolas.coutant@reseau-canope.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search