Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Connaissances et processus de rec...Des trésors cachés en danger. Étu...

Connaissances et processus de reconnaissance, mise en perspective

Des trésors cachés en danger. Études, reconnaissance et valorisation de l’architecture Nachkriegsmoderne (1945-1973) en Autriche

Hidden treasures in danger. Studies, recognition and validation of Nachkriegsmoderne architecture (1945-1973) in Austria
Solène Scherer

Résumés

Si l’architecture fin-de-siècle et celle de « Vienne la Rouge » (1919-1934) ont fait l’objet de travaux scientifiques et bénéficient d’inscriptions sur la liste des monuments nationaux, l’architecture du Nachkriegsmoderne (modernité d’après-guerre) reste encore trop peu le sujet de publications et de protection par le Bundesdenkmalamt (BDA) autrichien. Les associations, les chercheurs indépendants et les fondations semblent sur ce point prendre le relais de l’État en matière de reconnaissance et de valorisation de ces édifices peu appréciés. Cet article a pour objectif de faire le point sur les mesures de protection qui existent aujourd’hui pour ce patrimoine. Il s’agit de mettre en parallèle les démarches publiques et les initiatives privées, afin de comprendre l’importance des acteurs privés pour la sauvegarde de ces bâtiments. Nous évoquerons les enjeux de la reconnaissance de cette architecture et de ce qu’elle représente au sein de la société autrichienne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 BALLESTER José Maria, « Discours d’ouverture », in CONSEIL DE L’EUROPE, Patrimoine architectural du (...)

1En 1989 est organisé à Vienne un colloque international traitant des stratégies de conservation du patrimoine architectural du xxsiècle et de sa mise en valeur. José Maria Ballester, alors directeur de la Culture, du Patrimoine culturel du Conseil de l’Europe, prononce le discours d’ouverture, dans lequel il affirme : « [Cette architecture] nous rappelle, de façon permanente, tout ce que notre identité […] doit à l’œuvre des créateurs et des visionnaires, elle nous rappelle que nous bâtissons chaque jour le patrimoine de demain1. »

  • 2 LEHNE Andreas, « Caractéristiques de l’architecture du xxsiècle et intérêt culturel, social et éc (...)

2Lors de ce colloque, des chercheurs autrichiens présentent les caractéristiques de l’architecture du xxsiècle en Autriche, les enjeux de reconnaissance, d’étude et de protection d’un patrimoine d’une grande diversité et hétérogénéité, ce qui rend particulièrement complexe son traitement. Andreas Lehne, historien autrichien de l’architecture et des monuments, souligne notamment que les édifices d’après-guerre ne jouissent que de peu de reconnaissance puisque l’Autriche n’a pas connu de table rase, contrairement à l’Allemagne. Les bâtiments de cette époque sont « considérés comme étant artistiquement inférieurs à un bel immeuble d’époque, plutôt comme les témoins d’un fier effort de reconstruction2 ». Il précise aussi que les architectures historiciste et Art nouveau n’ont été appréciées que deux ou trois générations plus tard. Selon lui, la nostalgie des années 1950 et 1960 fera des générations futures les protectrices de ce patrimoine. Or, nous voyons bien que trente ans plus tard, ce n’a pas vraiment été le cas.

  • 3 En allemand, « das rotes Wien » ou « rotes Wien ».

3Si l’architecture du début du xxsiècle a été en partie anoblie par la reconnaissance de ses créateurs, Otto Wagner et Adolf Loos pour ne citer qu’eux, et l’intérêt porté pour le contexte socioculturel de la période, comme pour l’architecture de « Vienne la Rouge3 », la production d’autres périodes n’a pas connu cet engouement nostalgique prédit par Lehne.

4Dans cet article, nous reviendrons sur l’architecture Nachkriegsmoderne en Autriche afin d’établir un état des lieux sur les actions de protection et de mise en valeur de ce legs artistique d’après-guerre. En revenant sur les acteurs de ce patrimoine, nous déterminerons son statut au sein du patrimoine culturel autrichien et les enjeux de sa reconnaissance.

La reconnaissance du Nachkriegsmoderne par l’État autrichien

Les spécificités de ce patrimoine bâti

  • 4 Ou du moins à ce que l’architecte Christoph Hackelsberger théorise comme un « modernisme décalé », (...)

5Le terme Nachkriegsmoderne – modernité d’après-guerre – qualifie la production architecturale d’après-guerre. Le mot est apparu à partir des années 1990 dans le monde germanophone, reconnaissant l’appartenance de l’architecture des années 1950 et 1960 au modernisme4. Le terme se retrouve aussi en Allemagne de part et d’autre de l’ancienne frontière, en Suisse et, dans le cas qui nous intéresse, en Autriche.

  • 5 KAPFINGER Dietmar, STEINER Dietmar, STILLER Adolph & SALAZAR Jaime (dir.), Architecture in Austria. (...)
  • 6 Une majorité des architectes en exil sont passés par plusieurs pays, avant d’émigrer en grande part (...)

6Dans la république alpine, cette période a été qualifiée comme celle du « déplacement et progrès5 ». La production architecturale autrichienne de l’après-guerre s’est développée en deux temps : d’abord, le temps de la reconstruction (1945-1958), alors que le gouvernement provisoire devait remettre sur pied un pays dont les équipements avaient été détruits par la violence des conflits. La plupart des architectes du pays s’étaient exilés ou avaient été tués pendant la guerre6 ; après 1945, l’architecture autrichienne doit donc tout rebâtir, bâtiments comme réputation. Si quelques architectes ont pu reprendre leur activité, c’est surtout l’avènement d’une nouvelle génération expérimentant une conception de l’architecture nourrie d’approches positivistes et de critiques du fonctionnalisme qui est à l’œuvre.

  • 7 Le découpage en période est repris de celui présenté au sein de l’ancienne exposition permanente du (...)

7Puis, en 1958, la production architecturale autrichienne connaît un tournant : Karl Schwanzer conçoit le Pavillon autrichien pour l’Exposition internationale de Bruxelles, qui remporte un succès important ; Josef Frank publie Accidentism et Günther Feuerstein rédige Thesen zur Inzidenten Architektur, donnant aux architectes autrichiens et à leur production artistique autant que théorique une nouvelle visibilité sur la scène internationale. Cette seconde période du Nachkriegsmoderne est celle de l’internationalisation, de la rationalisation et des utopies7 (1958-1973).

  • 8 KAPFINGER Dietmar, « From Viennese Singularity to Austrian Diversity », in STEINER Dietmar, STILLER (...)
  • 9 PLATZER Monika, KAISER Gabriele & ARCHITEKTURZENTRUM WIEN, Architecture in Austria in the 20th & 21 (...)
  • 10 Le fédéralisme encourage de plus en plus les écoles régionales, chaque État fédéral imposant d’aill (...)

8La crise pétrolière stoppe net l’élan utopiste des architectes d’après-guerre, les années 1973-1975 marquant la « fin de la bohème8 ». L’Österreichische Gesellschaft für Architektur (ÖGFA ; Société autrichienne d’architecture), créée en 1965, parvient difficilement à opérer la transition entre l’ancienne et la nouvelle avant-garde. La production architecturale autrichienne bascule alors dans une période dite de « collage9 » aux tendances postmodernes, qui se développe loin de Vienne, la capitale10. Commencent aussi à disparaître certains bâtiments construits quelques années plus tôt qui, s’ils étaient considérés comme des innovations techniques et esthétiques dans les années d’après-guerre, sont désormais perçus comme dépassés, voire désuets.

9Cette période de production massive – 1945-1973 – dans un pays à reconstruire, portée par l’émulation intellectuelle d’une jeune génération d’architectes, a laissé un legs important dans le paysage architectural du pays. Pourtant, de plus en plus d’édifices disparaissent et l’héritage artistique mais aussi sociétal de ces années est aujourd’hui menacé, bien qu’il pourrait faire l’objet de mesures de protection au regard de la loi autrichienne.

Quelle protection juridique pour le patrimoine bâti en Autriche ?

  • 11 Sous l’empire des Habsbourg, les efforts pour élaborer une loi de protection n’ont jamais abouti, l (...)
  • 12 Nationalrat, Bundesgesetz vom 25. September 1923, betreffend Beschränkungen in der Verfügung über G (...)
  • 13 Se référer à la loi évoquée dans la note précédente « Gegenstände von geschichtlicher, künstlerisch (...)
  • 14 Elle a été modifiée en 1959, 1978, 1988, 1990, 1995, 1999, 2008 et 2013. L’amendement de 1999 a fai (...)
  • 15 L’Autriche adopte par exemple les mesures prises par la Commission européenne en matière d’exportat (...)

10En Autriche, la première loi de protection des bâtiments au titre de monument historique ne date que du 25 septembre 192311. Cette loi12 définit comme monument un objet représentant un intérêt public, faisant de sa conservation un enjeu selon sa valeur historique, artistique ou culturelle. C’est le Bundesdenkmalamt (BDA), office fédéral des monuments, qui a pour mission de définir ce qui relève de l’intérêt public. Tous les monuments qui sont propriété des institutions publiques – État, Länder ou villes – sont protégés par la loi, et leur intérêt public est reconnu. Il existe toutefois un recours possible des propriétaires auprès du BDA afin de casser ce statut de protection dans la mesure où le contraire n’a pas été établi par le BDA sur demande des propriétaires. Les propriétés privées sont également soumises à l’évaluation du BDA, qui statue sur leur protection et interdit aux propriétaires de les modifier ou de les détruire si elles ont un intérêt public. « L’intérêt public », tel que défini par la loi autrichienne, équivaut à la reconnaissance de leur « valeur historique, artistique ou autrement culturelle13 ». Dans la liste des monuments protégés, il est toujours précisé le type de protection : protection provisoire en vertu d’une présomption légale (§2), protection provisoire par arrêté (§2a), protection par décision officielle (§3). Cette loi a été complétée au fil du temps14 pour inclure d’autres types de biens, notamment les fonds d’archives, et refléter l’évolution des mesures internationales en matière de patrimoine15.

  • 16 RIEGL Alois, Der moderne Denkmalkultus. Sein Wesen und seine Entstehung, Vienne/Leipzig, W. Braumül (...)
  • 17 Notons aussi que certains bâtiments qui sont protégés au titre de monument historique ou artistique (...)

11Ainsi, dans les critères de protection, aucun critère temporel n’est clairement précisé : l’objet reconnu et protégé en tant que monument doit seulement présenter un intérêt public, qui peut être certes déterminé par sa valeur historique ou d’ancienneté16, mais pas nécessairement. Le patrimoine bâti de l’après-guerre semble donc pouvoir tout à fait être considéré au regard de la loi autrichienne comme monument historique, or une poignée d’édifices seulement sont reconnus comme tels17.

12Les édifices Nachkriegsmoderne aujourd’hui protégés par leur inscription sur la liste des monuments en Autriche le sont sous les deux statuts : §2a, comme pour l’église commémorative du Concile (Konzilsgedächtniskirche) Lainz-Speising de Vienne (1967-1968) et l’école des Ursulines (1971-1979) d’Innsbruck [fig. 1], toutes deux conçues par Josef Lackner (1931-2000) ou encore l’église Sainte-Marie (1956) et le jardin d’enfants à Kapfenberg (1964-1967), en Styrie, réalisés par Ferdinand Schuster (1920-1972). Sous le statut §3 sont protégés le lycée fédéral d’Imst (1970-1973), dans le Tyrol, œuvre de Franz Kiener (né en 1926) et Ferdinand Kitt (1887-1961), et depuis 2020, l’ancienne caserne de pompiers de Pöttelsdorf (Burgenland ; 1952), une construction de Julius Kappel (1904-1993).

Figure 1

Figure 1

École des Ursulines (1971-1979), architecte Josef Lackner, Innsbruck (Autriche) 2016.

© Simon Legner, distrib. Wikipedia Commons (sous la licence CC BY-SA 4.0).

Les actions de valorisation des institutions publiques

  • 18 Le « Denkmal des Monats » est une opération de valorisation organisée par le BDA et ses antennes da (...)
  • 19 BUNDESDENKMALAMT, « Denkmal des Monats : Götzis, Tankstelle Im Kobel », Bundesdenkmalamt, mai 2004, (...)

13Forte d’un patrimoine bâti extrêmement riche, l’Autriche a longtemps valorisé davantage les témoignages artistiques baroques ; l’intérêt porté au règne de François-Joseph et à la Vienne 1900 a ensuite permis aux institutions de se développer autour des architectures historiciste et Art nouveau. Ces dernières années, le BDA semble peu à peu faire une place au Nachkriegsmoderne, en choisissant comme « monument du mois18 » des sites protégés. En mai 2004, une station-service « im Kobel » à Götzis (Vorarlberg) [fig. 2], conçue en 1958 par les architectes German Meusburger (1904-1973) et Willi Ramersdorfer (1922-2010), a été mise à l’honneur19.

Figure 2

Figure 2

Station-service « im Kobel » (1958), architectes German Meusburger et Willi Ramersdorfer, Götzis (Autriche), 2011.

© Friederich Böhringer, distrib. Wikipedia Commons (sous la licence CC BY-SA 2.5).

  • 20 BUNDESDENKMALAMT, « Denkmal des Monats : Wiederauferstehung einer Architekturikone der Moderne », B (...)
  • 21 BUNDESDENKMALAMT, « Denkmal des Monats : „Klein Amerika“ – Die USFA Wohnhaussiedlung General-Keyes- (...)
  • 22 BUNDESDENKMALAMT, « Denkmal des Monats : Das Philips-Haus - eine Ikone der Österreichischen Nachkri (...)
  • 23 L’Arbeitsgruppe 4, littéralement le « groupe de travail 4 », était un collectif de quatre architect (...)

14En 2017, le BDA fait la part belle à cette architecture en choisissant trois édifices comme « monument du mois » : la villa Dellacher (1965-1969) à Oberwart (Burgenland), par Raimund Abraham (1933-2010)20, le lotissement « Klein-Amerika » (1949-1951) à Salzbourg21 et l’immeuble Philips à Vienne [fig. 3], construit de 1961 à 1965 sur les plans de Karl Schwanzer (1918-1975)22. Le dernier monument de cette époque qui ait été distingué date de juin 2020, il s’agit du centre pastoral de Steyr (Styrie), une réalisation de Johann Georg Gsteu (1927-2013) et l’Arbeitsgruppe 423.

Figure 3

Figure 3

L’immeuble Philips (1961-1965), architecte Karl Schwanzer, Vienne (Autriche), 2010.

© Thomas Ledl, distrib. Wikipedia Commons (sous la licence CC BY-SA 4.0).

  • 24 L’Architekturzentrum Wien est un musée d’architecture. Créé en 1993 à l’initiative de la Ville et d (...)
  • 25 PLATZER Monika, KAISER Gabriele & ARCHITEKTURZENTRUM WIEN, op. cit.
  • 26 Az W, « Hot Questions – Cold Storage. Die neue Schausammlung des Architekturzentrum Wien » Architek (...)

15Si l’institution étatique de protection du patrimoine reste le BDA, l’organe le plus important de reconnaissance, d’étude et de valorisation du Nachkriegsmoderne est toutefois le centre viennois d’architecture, l’Architekturzentrum Wien (Az W)24. Le musée ouvre en 2004, proposant alors une exposition permanente intitulée « a_schau. Österreichische Architektur im 20. und 21. Jahrhundert », qui retraçait l’évolution et l’apport de l’architecture autrichienne depuis le xxsiècle25. Y étaient expliqués les enjeux de la production architecturale d’après-guerre, tant sur le plan esthétique, technique que sociétal [fig. 4]. L’ayant retirée le 30 juin 2021 après dix-sept ans, l’Az W a lancé des travaux de réaménagement de l’espace, afin de proposer au public une nouvelle exposition, s’appuyant sur des objets de ses fonds. En février 2022, le musée inaugure « Hot Questions – Cold Storage », sa nouvelle exposition permanente. Rompant avec une scénographie chrono-thématique, le musée choisit de présenter aux visiteurs sept « chapitres » répondant à des questions d’actualité, grâce aux modèles, dessins et documents de leurs archives26.

Figure 4

Figure 4

Ancienne exposition permanente « a_schau. Österreichische Architektur im 20. und 21. Jahrhundert », Vienne (Autriche), 2010.

© Pez Hejduk / Architekturzentrum Wien.

  • 27 Az W, « Sammlung: Alles andere als verstaubt! », Architekturzentrum Wien, 2021. https://www.azw.at/ (...)
  • 28 « Heilige Zeiten. Wiener Kirchenbau nach 1945 − Von Rudolf Schwarz bis Heinz Tesar », du 13 déc. 20 (...)
  • 29 « Roland Rainer. (Un)­Umstritten. Neue Erkenntnisse zum Werk (1936–1963) », du 20 oct. 2018 au 7 ja (...)
  • 30 Le projet est porté au Centre d’architecture de Vienne par Monika Platzer, en collaboration avec Ge (...)
  • 31 « Kalter Krieg und Architektur. Beiträge zur Demokratisierung Österreichs nach 1945 », du 17 octobr (...)

16Le musée est en effet dépositaire d’une grande partie des archives professionnelles des architectes du Nachkriegsmoderne et de photographes d’architecture, outre sa collection de projets d’architecture27. Parmi les fonds légués à l’Az W, sont conservées les archives de l’architecte, écrivain et poète Friedrich Achleitner (1930-2019) et celles de Margherita Spiluttini (née en 1947), grande photographe d’architecture du xxsiècle. Cette riche collection permet d’alimenter depuis sa création des expositions temporaires sur la production architecturale dans des contextes sociétaux précis28 ainsi que sur la vie et les travaux de grands architectes de cette période29. Depuis 2019, l’institution est engagée dans le projet de recherche « Reframing Nachkriegsarchitektur in Österreich – BRD – Schweiz 1945–1968 », en partenariat avec des institutions suisses et allemandes30. L’exposition sur l’architecture autrichienne dans le contexte de la guerre froide31 est un des premiers aboutissements de ce projet de recherche. Le musée met aussi en œuvre des actions de sensibilisation sur ce patrimoine, autour des expositions, en proposant des ateliers spéciaux pour les élèves et des interactions ludiques comme dans le cadre de l’accueil de l’exposition « SOS Brutalismus – Rettet die Betonmonster ! » (« Sauve les monstres en béton ! »). Un atelier pour les élèves, « Brutal Genial und Beton(t) Sozial », a été organisé à l’été 2018, ainsi qu’un concours « #brutalism_azw », demandant aux amateurs de prendre en photo des bâtiments des années 1950-1970 afin de les mettre ensuite en parallèle des œuvres présentées dans l’exposition.

17D’autres musées se sont également penchés sur l’architecture d’après-guerre, comme le musée de Vienne (Wien Museum) qui a proposé une rétrospective sur l’architecte Erich Boltenstern (1896-1991) et la culture architecturale après 1945 [fig. 5] ou encore, une rétrospective sur l’Exposition internationale horticole de 1964 à Vienne [fig. 6]. Du 23 septembre 2021 au 9 janvier 2022, le musée propose une exposition sur l’architecture des années 1950-1960 à Vienne. Le musée, lui-même un bâtiment du Nachkriegsmoderne, étant en rénovation, les photographies sont affichées sur les palissades de chantier, accessibles à tous, à tout moment [fig. 7].

Figure 5

Figure 5

Exposition « Moderat Modern Erich Boltenstern und die Baukultur nach 1945 », du 20 octobre 2005 au 29 janvier 2006.

© Musée de la ville de Vienne (Wien Museum).

Figure 6

Figure 6

Exposition « WIG 64 Die Grüne Nachkriegsmoderne », du 10 avril 2009 au 31 août 2009.

© Musée de la ville de Vienne (Wien Museum).

Figure 7

Figure 7

Exposition « Mid-Century Vienna 1950-1965 », du 23 septembre 2021 au 9 janvier 2022.

© Musée de la ville de Vienne (Wien Museum).

18Notons que si aujourd’hui encore, les visites guidées architecturales proposées à Vienne aux touristes se concentrent encore beaucoup sur l’héritage baroque ou le règne de François-Joseph, de plus en plus de guides proposent des tours consacrés à l’architecture d’après-guerre. L’office de tourisme de Vienne promeut un parcours de l’architecture xxsiècle au cours duquel les visiteurs sont invités à découvrir la Stadthalle (1958) de Roland Rainer (1910-2004), le Belvedere 21 de Karl Schwanzer (1958), Pavillon autrichien pour l’Exposition universelle de Bruxelles transformé en musée d’art du xxsiècle, la tour du Danube (1964) d’Hannes Lintl (1924-2003) et Robert Krapfenbauer (1923-2005) ou encore l’église de la Sainte-Trinité (1974-1975) de Fritz Wotruba (1907-1975) [fig. 8]. Ce parcours est l’un des premiers présentés aux touristes dans la nouvelle application mobile ivie32.

Figure 8

Figure 8

L’église de la Sainte-Trinité (1974-1976), architectes Fritz Wotruba et Fritz Gerhard Mayr, Vienne (Autriche), 2014.

© Thomas Ledl, distrib. Wikipedia Commons (sous la licence CC BY-SA 3.0).

19Il semble donc qu’une reconnaissance scientifique, institutionnelle, mais aussi commerciale du patrimoine Nachkriegsmoderne soit engagée depuis quelques années. Toutefois, les actions de valorisation ne suffisent pas à protéger durablement l’architecture d’après-guerre puisqu’elle est toujours menacée et reste minoritairement protégée.

Les limites de l’État dans la protection du Nachkriegsmoderne

Des mesures insuffisantes ? Désintérêts, destructions, disparitions

20À l’instar de la production d’après-guerre d’autres pays, les enjeux de conservation du patrimoine Nachkriegsmoderne sont autant liés aux matériaux de construction des édifices qu’à ce qu’ils représentent au sein de la société. L’état sanitaire des bâtiments représente un défi pour leur sauvegarde : ils vieillissent mal et sont souvent plus coûteux à restaurer qu’à reconstruire. Dans l’immédiat après-guerre où pragmatisme, économie de moyens et rapidité étaient de rigueur, les nouveaux matériaux du xxsiècle ont été surtout utilisés à ces fins.

  • 33 ACHLEITNER Friedrich, « L’architecture du xxsiècle en Autriche », in CONSEIL DE L’EUROPE, Patrimo (...)
  • 34 SCHLOCKER Edith, « Anregende Aufreger. Wenn Kunst und Architektur zu Skandalen und Skandälchen führ (...)

21Dès 1989, Friedrich Achleitner alertait sur la « destruction impitoyable » de l’architecture du xxsiècle, insistant sur l’urgence de mesures à prendre, car « nous ne pouvons attendre cinquante autres années – ou plus – pour l’évaluer33 ». Dès les années 1970 et 1980, des bâtiments d’après-guerre commencèrent à être détruits, comme le Café Greif (1949-1950), de Lois Welzenbacher (1889-1955), à Innsbruck [fig. 9], rasé en 197634. Si le processus de reconnaissance de l’architecture xxsiècle a bien été engagé, il est loin d’être achevé et bien souvent trop lent. Cela cause ainsi la destruction de bâtiments d’architectes renommés.

Figure 9

Figure 9

Café Greif (1949-1950), architecte Lois Welzenbacher, Innsbruck (Autriche), photographie conservée aux Archiv für Bau.Kunst.Geschichte de l‘Université d’Innsbruck (fonds Lois Welzenbacher, 20-2608-2).

© Photographe inconnnu/Archiv für Bau.Kunst.Geschichte de l‘Université d’Innsbruck.

  • 35 MAYR Norbert, « Wenn die Birne die Lösung ist. Ein Baudenkmal von europäischem Rang: die „Stadt des (...)

22Parmi les édifices disparus, ceux qui n’ont pas pu être protégés à temps, certains avaient été reconnus comme des monuments d’intérêt public. En 2002, la « ville des enfants » (1971-1974), grand projet socio-pédagogique de Maria Jacobi conçu avec Anton Schweighofer (1930-2019), a fermé [fig. 10]. Après un long bras de fer entre ses défenseurs et la municipalité viennoise, une partie a été détruite en 2008, le reste du bâtiment transformé en logements. Malgré la demande de protection appuyée par de nombreuses institutions, le BDA n’a pas reconnu le site, son président de l’époque Georg W. Rizzi déclarant que malgré l’importance architecturale du lieu, ses nombreuses modifications dans le temps ne permettaient pas d’y reconnaître l’intérêt public nécessaire à sa préservation35.

Figure 10

Figure 10

Stadt des Kindes (1971-1974), architecte Anton Schweighofer, Vienne (Autriche), 2010.

© Alex Halada / Service de presse de la ville de Vienne.

  • 36 Barbara Neubauer le mentionne dans son discours de prise de fonction au BDA, mais également lors du (...)
  • 37 MAYR Norbert, « Wenn die Birne… », art. cit.
  • 38 MAYR Norbert, « Gut Ding braucht Eile. Anmerkungen zu Baudenkmalen, die offiziell noch keine sind » (...)
  • 39 Ibid., p. 263.

23À sa prise de poste en 2008, la directrice du BDA Barbara Neubauer s’était engagée à sauvegarder et promouvoir l’architecture des années d’après-guerre, mettant l’accent sur la nécessité de dresser un inventaire scientifique systématique36 ; la ministre de la Culture Claude Schmied reconnaissait le retard de l’Autriche et l’insuffisante modernisation de l’appareil institutionnel traitant des monuments37. Douze ans après, même s’il déplore le fait que le BDA soit sous-équipé humainement pour mener à bien l’ensemble des missions d’étude et de protection du patrimoine autrichien dans toute sa diversité, Nobert Mayr, chercheur en architecture et patrimoine, spécialiste de la région de Salzbourg, observe que ces annonces n’ont pas été suivies d’effet, laissant de nombreux bâtiments dignes d’intérêt public sans protection comme les œuvres de Gerhard Garstenauer (1925-2016) dans la région de Salzbourg38. D’autres ont été détruits alors même que le BDA étudiait leur dossier pour une protection éventuelle, comme la Grottenbad Flora de Josef Lackner (1969) à Innsbruck, une piscine souterraine détruite en 201839.

  • 40 La vente et l’exportation à l’étranger des œuvres d’art et des objets anciens sont un problème récu (...)
  • 41 RECHNUNGSHOF, « Bericht des Rechnungshofes betreffend Bundesdenkmalamt », Reihe BUND 2017/23, Vienn (...)
  • 42 « Bundesdenkmalamt: Barbara Neubauer nicht mehr Präsidentin », Die Presse, 3 août 2018, sect. Innen (...)
  • 43 VOLKSANWALTSCHAFT, « Denkmalschutz „Stadt des Kindes“ mangelhafter Feststellungsbescheid des Bundes (...)

24En 2017, la Cour des comptes autrichienne a d’ailleurs épinglé le BDA pour mauvaise gestion, pointant le manque de transparence des procédures de protection, le peu d’examens scientifiques, de contrôles des exportations des biens reconnus comme monuments40 et surtout, le faible taux de protection de sites, comparé aux objectifs fixés par l’administration41. Ce rapport désastreux pour l’institution a entraîné la démission de la directrice Barbara Neubauer42. Le manque de transparence des critères de protection reproché au BDA, à la fois par les associations et la Cour des comptes, explique sans doute en partie la raison pour laquelle une importante part du patrimoine Nachkriegsmoderne a pu être détruit en Autriche sans aucune opposition de l’État. Dès 2002, le Volksanwaltschaft (« médiateur »), organe de contrôle indépendant de l’administration publique autrichienne, avait émis des critiques lors de la destruction de la « ville des enfants » sur l’opacité entourant les levées ou les refus de protection sur certains sites43.

25Malheureusement, la situation ne semble pas s’améliorer et les destructions s’enchaînent. À Linz, l’ancien centre postal de la gare est en cours de destruction. Construit sur les plans de Josef Langhof entre 1947 et 1948, le bâtiment fut en service jusqu’en 2014 [fig. 11]. Depuis un amendement à la loi de protection des monuments en 2000, les bâtiments postaux ne sont plus protégés au titre des monuments historiques, l’édifice est donc voué à la destruction. En 2016, Ulrike Knall-Brskovsky, à la tête de la direction de la délégation du BDA de Haute-Autriche, déclarait :

  • 44 « Im Bahnhofspostamt ist im Inneren durch Umbauten alles Erhaltenswerte kaputt. Schutzwürdig wäre e (...)

À l’intérieur du bureau de poste de la gare, tout ce qui valait la peine d’être conservé a été détruit par les transformations successives. La tour pourrait encore être digne de protection, mais ne mettre sous protection que la tour avec la grande horloge, cela n’apporterait rien. […] Nous sommes vraiment désolés, car ce bâtiment est un exemple typique de l’architecture des années 195044.

  • 45 HOLZLEITNER Wilhelm, « Kein Denkmalschutz mehr: Auch der “Post-Turm” hat ein Ablaufdatum ». LINZA! (...)

26Une partie de l’édifice a déjà été détruite en 2018 [fig. 12], ne laissant que peu de doutes sur le sort réservé au reste du bâtiment, malgré la mobilisation d’associations et d’acteurs privés qui essaient coûte que coûte de protéger le reste de l’édifice. Plusieurs journaux déplorent que face aux promoteurs, la protection des monuments soit levée : « Si un investisseur se présente quelque part, la signification historique d’un bâtiment ne joue plus aucun rôle45. »

Figure 11

Figure 11

Le centre postal de la gare de Linz (1947-1948), architecte Josef Langhof, Linz (Autriche), 28 mai 2017.

© Franz Groß, distrib. Wikipedia Commons (sous la licence CC BY-SA 4.0).

Figure 12

Figure 12

Destruction de l’ancienne halte des bus de Linz (1947-1948), architecte Josef Langhof, Linz (Autriche), 20 novembre 2018.

© Bernhard Holub, distrib. Wikipedia Commons (sous la licence CC BY-SA 4.0).

Les acteurs privés : relais, soutiens, alternatives

27Face aux destructions importantes de monuments et à l’absence de réaction des autorités de l’État, ce sont surtout les acteurs privés qui se mobilisent pour la protection et la sauvegarde de l’architecture Nachkriegsmoderne. Depuis le début des années 1990, les initiatives privées se sont multipliées pour pallier les défaillances du BDA autour de ce patrimoine. Parmi les acteurs que nous avons mentionnés, un certain nombre sont privés, qu’il s’agisse d’associations, d’organisations à but non lucratif, de fondations ou même d’architectes. Ces acteurs se mobilisent pour sensibiliser l’opinion publique au travers de publications, de pétitions et de rencontres scientifiques.

  • 46 L’antenne autrichienne DOCOMOMO Austria a été créée au début des années 1990, en partenariat avec l (...)

28L’un des premiers acteurs a donc été DOCOMOMO Austria46 [fig. 13], dont le travail de recension et de mobilisation a permis la reconnaissance au titre du statut de monument de plusieurs édifices, dont l’école d’Eberau (Burgenland) de Julius Kappel (1952-1954) et l’ancienne École fédérale du textile de Dornbirn (Vorarlberg), bâtiment de Willi Ramersdorfer et German Meusburger (1958).

Figure 13

Figure 13

Liste des bâtiments en danger dans la région de Basse-Autriche, DOCOMOMO Austria, capture d’écran depuis leur site Internet, 2021.

© DOCOMOMO Austria.

  • 47 MAYER Juliane, « Die Rettungsgeschichte der Lignostahl-Häuser von Roland Rainer aus dem Jahre 1964  (...)

29La chercheuse autrichienne Juliane Mayer a retracé en 2009 la mobilisation des différents acteurs du patrimoine xxsiècle pour faire protéger les maisons « Lignostahl » de Roland Rainer (1964), montrant les différents processus engagés par l’association pour faire reconnaître comme patrimoine un édifice, en impliquant des acteurs universitaires, médiatiques, institutionnels47. Le groupe alerte aussi sur le danger qui guette ceux qui ne sont pas protégés – ou qui ne le sont pas suffisamment. Même la salle plénière du Parlement national, reconstruite par Max Fellerer (1889-1957) et Eugen Wörle (1909-1996) entre 1946 et 1956, bien que protégée de facto au titre des monuments pour le reste du bâtiment, est considérée comme en danger par l’organisation [fig. 14].

Figure 14

Figure 14

Intérieur de la salle plénière du Parlement autrichien (1946-1956), architectes Max Fellerer et Eugen Wörle, Vienne (Autriche), 2010.

© Stefan Olah / Parlamentsdirektion.

  • 48 L’association, créée en 2008, a pour objectif « la préservation des bâtiments menacés et le renforc (...)
  • 49 « Tag des Denkmals: Architekten sorgen sich um Baudenkmäler », Die Presse, 22 septembre 2017, sect. (...)

30D’autres associations, comme « Initiative Denkmalschutz48 » – dont le but est de sensibiliser à la sauvegarde du patrimoine culturel autrichien sans distinction de période – se mobilisent autour du patrimoine Nachkriegsmoderne. L’association propose aussi des excursions dans le pays autour des édifices en danger. Son site, très actif, relaie les initiatives locales par des groupes et comités, des revues de presse et des pétitions dans toute l’Autriche. En juin 2017, un nouveau groupe, « Bauten in Not » (Bâtiments en péril), s’est constitué autour d’architectes et de membres d’institutions scientifiques et culturelles, au lendemain du rapport de la Cour des comptes sur le BDA49, afin de plaider auprès de l’institution la cause de bâtiments menacés.

  • 50 Cette société a été fondée en 1965 comme un forum pour les architectes du pays pour promouvoir les (...)
  • 51 ÖSTERREICHISCHE GESELLSCHAFT FÜR ARCHITEKTUR (ÖGFA), « Anlassfall Nachkriegsmoderne », 2014, https: (...)
  • 52 Créée en 1996, cette fondation sert de plateforme aux maisons de l’architecture présentes dans chaq (...)
  • 53 KÜHN Christian, « Verborgene Schätze », Architektur & Bau Forum, 23 mars 2018, p. 1.
  • 54 ARCHITEKTURSTIFTUNG ÖSTERREICH, « Alte (Un)Bekannte », Architekturstiftung Österreich, s.d., Consul (...)

31D’autres organisations s’intéressent à ces questions dans le cadre de leur programme scientifique. C’est le cas de l’Österreichische Gesellschaft für Architektur (Société autrichienne d’architecture)50, qui s’est engagée en 2014 dans une série de conférences sur la question du Nachkriegsmoderne, perçu parfois comme un « héritage indésirable »51. En 2018, l’Architektur Stiftung Österreich (Fondation d’architecture d’Autriche)52 a porté un projet sur les « trésors cachés »53 de l’architecture d’après-guerre, présentant dans un numéro de la revue Architektur & Bau Forum des cas problématiques pour les enjeux de restauration et de protection qu’ils soulèvent. Leur objectif était alors de montrer la pertinence et la nécessité du débat sur ce sujet. Ils mènent aussi une série de publications, « Alte (Un)bekannte » (« Vieux (in)connus ») sur les édifices construits entre 1945 et 1975 dans le pays54.

  • 55 Le MUMOK, ou Museum moderner Kunst Stiftung Ludwig Wien est un musée d’art contemporain privé de la (...)

32Notons également que certains musées privés comme le MUMOK55 conservent dans leurs collections des maquettes, plans et archives d’architectes de cette époque [fig. 15, 16]. Si les fonds n’ont pas encore été tous étudiés et exploités dans des expositions, ils sont au moins assurés d’une certaine protection en tant qu’acquisition des institutions.

Figure 15

Figure 15

Pavillon autrichien à l’Exposition universelle de 1958, architecte Karl Schwanzer, 1958, maquette en bois, carton, plastique, 46 x 98 x 82 cm, conservée au mumok Museum moderner Kunst Stiftung Ludwig Wien (N° M17/0).

© Photographe inconnu (mumok - Museum moderner Kunst Stiftung Ludwig Wien).

Figure 16

Figure 16

Modèle pour le musée du xxe siècle, architecte Karl Schwanzer, 1959, maquette en bois, carton, plastique, 20 x 101 x 94 cm, conservée au mumok Museum moderner Kunst Stiftung Ludwig Wien (N° M21/0).

© Photographe inconnu (mumok - Museum moderner Kunst Stiftung Ludwig Wien).

Droit ou devoir de protection ? Les enjeux de reconnaissance

  • 56 À ce titre, le patrimoine construit pendant les régimes totalitaires représente un cas complexe de (...)

33Comment expliquer les difficultés rencontrées dans la prise en charge de ce patrimoine ? L’architecture du xxsiècle est pour la société autrichienne contemporaine un héritage plus complexe à gérer56.

  • 57 La configuration politique particulière de l’Autriche des années 1950 et 1960 a à la fois encouragé (...)
  • 58 KAISER-MUEHLECKER Gabriele, « Blattlinien - Die österreichischen Architekturzeitschriften. „Der Auf (...)
  • 59 PODBRECKY Inge, « Modern, aber nicht neu. Wiener Architektur nach 1945 », Österreichische Zeitschri (...)

34Le problème de légitimité de l’architecture Nachkriegsmoderne comme élément patrimonial doit se comprendre au regard des débats qui ont eu cours au moment même de sa production. Les architectes reconstructeurs de l’époque étaient alors investis d’un rôle sociopolitique de représentants de la culture nationale autrichienne57. L’interprétation du rôle de l’architecte et de son activité créatrice fut après-guerre l’objet de discussions entre ses principaux acteurs, qui se reflètent dans les publications spécialisées de l’époque et la sélection des édifices mis en avant58. Ces différentes conceptions de la production d’après-guerre et de son rôle expliquent en partie la difficile reconnaissance de ce patrimoine. D’autant plus que la réception internationale était alors relativement faible, ce qui n’a pas aidé à faire reconnaître par un soutien extérieur cette période de production59.

  • 60 EULER-ROLLE Bernd & MAHRINGER Paul, « Die Erhaltung der Architektur des 20. Jahrhunderts in Österre (...)

35Ainsi, si Monika Platzer identifie l’année 1965 comme celle d’un début de « canonisation » de l’architecture autrichienne d’après-guerre, c’est véritablement dans les années 1980 et 1990 que les édifices commencent à jouir d’une reconnaissance institutionnelle. À cette époque sont protégés les premiers bâtiments d’après-guerre au titre de monuments historiques, comme l’hôtel de ville de Villach (Carinthie) de Karl Hayek (1950-1951) en 1982 et la Böhlerhaus (1956-1957) à Vienne de Roland Rainer en 1984. Ce début de reconnaissance dans les années 1980 correspond à l’accélération de la spéculation immobilière dans le pays. La pression de construction est telle que les transformations et les destructions s’enchaînent, même lorsque les architectes sont encore vivants. En 1983, Roland Rainer se plaint des transformations apportées sur la Stadthallenbad (1973-1974) sans son accord. Si de premières mesures de protection sont alors envisagées pour stopper les modifications, rien n’aboutit et l’architecte est contraint de céder60. La position délicate de l’architecte, à la fois acteur, sujet et témoin dans l’écriture de l’histoire de l’architecture, explique aussi peut-être les difficultés à établir l’intérêt public de son œuvre en tant que monument, alors que le recul historique n’était pas encore suffisant.

  • 61 Ibid., p. 12-13.
  • 62 BRUCKMÜLLER Ernst, Nation Österreich: kulturelles Bewusstsein und gesellschaftlich-politische Proze (...)

36Les premières destructions des années 1980 suscitent ainsi les premiers efforts pour la reconnaissance et la protection du patrimoine d’après-guerre : les premières associations de défense du patrimoine sont créées à cette époque. Comme le rappelle l’historien de l’architecture et chef de la section de conservation et restauration au sein du BDA Bernd Euler-Rolle, l’architecture des années 1950-1970 a été contemporaine de la formation et de la définition d’une politique de protection des monuments61. Cette période a donc été celle d’une co-construction, voire d’une redéfinition de l’architecture autrichienne, tant dans sa production que dans sa conservation. Rappelons que l’Autriche était alors en pleine constitution de son identité nationale, après plusieurs décennies de crise62. L’architecture Nachkriegsmoderne a donc peut-être pâti de l’attention portée aux périodes qui l’ont précédée, qui répondaient alors mieux à l’idée que se faisait l’État d’une architecture nationale. Le recul temporel vis-à-vis de l’immédiat après-guerre ainsi que le travail de mémoire qui s’opère dans le pays depuis plusieurs décennies permettront sûrement une réévaluation des valeurs de l’architecture Nachkriegsmoderne et de son importance dans l’histoire (artistique) autrichienne.

Conclusion

  • 63 MAYR Norbert, « Gut Ding braucht Eile. Anmerkungen zu Baudenkmalen, die offiziell noch keine sind » (...)

37Malgré la protection juridique possible au titre de monument historique, le patrimoine d’après-guerre – et même plus généralement le patrimoine du xxsiècle – n’est que peu protégé en Autriche, conduisant ainsi à la perte de plus en plus fréquente d’édifices Nachkriegsmoderne. Ces bâtiments sont pourtant, comme le rappelle Norbert Mayr, des « monuments qui n’en sont pas encore officiellement63 ». Ils témoignent d’un savoir-faire, d’une technicité et d’une esthétique propres à une époque importante du pays. S’il est indéniable que les actions de valorisation autour de ce patrimoine se sont multipliées ces dernières années, les mesures de protection juridique ne semblent pas suivre.

  • 64 PIELER Erika, « Denkmalschutz - Betrachtungen aus juristischer Sicht », Österreichische Zeitschrift (...)
  • 65 UNESCO, « Le Centre historique de Vienne (Autriche) inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en p (...)

38La définition juridique autrichienne, relativement interprétative du monument, tout comme l’absence de loi sur la protection des ensembles urbains, a sans doute accentué la destruction des édifices d’après-guerre dans les villes. De même, les modifications successives des bâtiments encore non protégés semblent un motif suffisant pour ne pas inscrire un édifice sur la liste des monuments, même si son intérêt public et ses qualités esthétiques et historiques ont été démontrés64. Le manque de moyens financiers et humains, en plus de la pression immobilière dans les zones peuplées et touristiques, condamne bien souvent le patrimoine architectural d’après-guerre à la destruction. Malheureusement, la situation ne se cantonne pas aux édifices du xxsiècle. Rappelons par ailleurs que l’Unesco a basculé en 2017 le centre historique de Vienne sur la Liste du patrimoine mondial en péril, suite au projet de construction dans le centre-ville ancien65.

  • 66 Notamment l’Österreichische Zeitschrift für Kunst und Denkmalpflege, journal porté par le BDA.
  • 67 Les universités dispensant des enseignements sur l’architecture en Autriche sont les suivantes : l’ (...)

39Il faut toutefois rester optimiste pour l’avenir : les actions menées par les acteurs publics et privés ont abouti à plusieurs reprises au sauvetage d’édifices menacés et à une meilleure connaissance du patrimoine Nachkriegsmoderne. Les publications scientifiques autrichiennes proposent de plus en plus d’articles sur ce patrimoine et ses enjeux66 ; la conservation des archives d’architectes et leur exploitation par l’Az W garantissent la pérennité de la mémoire de ces années de production. L’architecture xxe fait désormais partie des programmes de formation en architecture des universités autrichiennes67, préparant une nouvelle génération d’architectes et de conservateurs aux enjeux de préservation de ce patrimoine.

Haut de page

Notes

1 BALLESTER José Maria, « Discours d’ouverture », in CONSEIL DE L’EUROPE, Patrimoine architectural du xxsiècle. Stratégies de conservation et mise en valeur, colloque organisé par le Conseil de l’Europe avec le ministère autrichien des Sciences et de la Recherche et le Bundesdenkmalamt, Vienne, 11-13 décembre 1989, Strasbourg, Les Éditions du Conseil de l’Europe, coll. « Patrimoine culturel », 1994, p. 7-9, ici p. 9.

2 LEHNE Andreas, « Caractéristiques de l’architecture du xxsiècle et intérêt culturel, social et économique de sa conservation », in CONSEIL DE L’EUROPE, Patrimoine architectural…, op. cit., 1994, p. 11-16, ici p. 14.

3 En allemand, « das rotes Wien » ou « rotes Wien ».

4 Ou du moins à ce que l’architecte Christoph Hackelsberger théorise comme un « modernisme décalé », traduction littérale du titre de son essai : HACKELSBERGER Christoph, Die aufgeschobene Moderne. Versuch zur Einordnung der Architektur der Fünfziger Jahre, Munich, Deutscher Kunstverlag, 1985.

5 KAPFINGER Dietmar, STEINER Dietmar, STILLER Adolph & SALAZAR Jaime (dir.), Architecture in Austria. A Survey of the 20th Century, Bâle/Boston/Barcelone, Birkhäuser/ACTAR, 1999, p. 106-108.

6 Une majorité des architectes en exil sont passés par plusieurs pays, avant d’émigrer en grande partie aux États-Unis, dans des pays anglo-saxons (Royaume-Uni, Australie, Canada, Nouvelle-Zélande), mais aussi en Israël ou en Amérique latine. Parmi ceux qui ont trouvé la mort pendant la guerre, il y a eu des déportations (Friedl Dicker-Brandeis est mort en 1944 à Auschwitz, Julius Kornweitz est décédé aussi en 1944 à Mauthausen), d’autres ont été emprisonnés (Margarete Schütte-Lihotzky, de 1940 à 1945) ou exécutés (Herbert Eichholzer en 1943), certains se sont suicidés (Otto Breuer en 1938). Parmi les architectes exilés, seule une minorité est revenue s’installer en Autriche (Otto Schönthal, Ernst Anton Plischke, Anton Liebe, Fritz Janeba, Ernst Lichtblau, Clemens Holzmeister par exemple), les autres ont continué leur carrière dans leur pays d’adoption.

7 Le découpage en période est repris de celui présenté au sein de l’ancienne exposition permanente du musée d’Architecture de Vienne « a_schau. Österreichische Architektur im 20. und 21. Jahrhundert ».

8 KAPFINGER Dietmar, « From Viennese Singularity to Austrian Diversity », in STEINER Dietmar, STILLER Adolph & SALAZAR Jaime (dir.), Architecture in Austria..., op. cit., p. 16.

9 PLATZER Monika, KAISER Gabriele & ARCHITEKTURZENTRUM WIEN, Architecture in Austria in the 20th & 21st Centuries, Bâle/Boston/Berlin, Birkhäuser Verlag, 2006.

10 Le fédéralisme encourage de plus en plus les écoles régionales, chaque État fédéral imposant d’ailleurs ses propres règles quant à la création contemporaine, si bien que les disparités se creusent d’une région à l’autre. Les écoles de Graz, celle du Vorarlberg ou celle de Salzbourg ont formé des générations de jeunes architectes. Notons d’ailleurs que chacune de ces villes est la capitale de son État (respectivement la Styrie, le Vorarlberg et l’État de Salzbourg).

11 Sous l’empire des Habsbourg, les efforts pour élaborer une loi de protection n’ont jamais abouti, l’Église et l’aristocratie s’opposant fermement à toute mesure juridique empiétant sur la propriété privée.

12 Nationalrat, Bundesgesetz vom 25. September 1923, betreffend Beschränkungen in der Verfügung über Gegenstände von geschichtlicher, künstlerischer oder kultureller Bedeutung (Denkmalschutzgesetz), Bundesgesetzblatt für die Republik Österreich, n° 103, 05/10/1923, p. 1725, 533/1923.

13 Se référer à la loi évoquée dans la note précédente « Gegenstände von geschichtlicher, künstlerischer oder sonstiger kultureller Bedeutung ».

14 Elle a été modifiée en 1959, 1978, 1988, 1990, 1995, 1999, 2008 et 2013. L’amendement de 1999 a fait perdre la protection systématique des bâtiments fédéraux, postaux et de l’ÖBB, la compagnie ferroviaire nationale. Ce même amendement introduit pour la première fois en 1999 « l’intérêt national », comme synonyme de « l’intérêt public » en matière de protection du patrimoine autrichien, sans que l’un ne remplace l’autre. BGBl. I Nr. 170/1999, art. 1, part. 1, §11.

15 L’Autriche adopte par exemple les mesures prises par la Commission européenne en matière d’exportation de biens culturels, en votant une loi reprenant ces prérogatives en 2016. (Nationalrat, Bundesgesetz über die Rückgabe unrechtmäßig verbrachter Kulturgüter (Kulturgüterrückgabegesetz – KGRG), Bundesgesetzblatt für die Republik Österreich, votée le 17 mars 2016, BGBl. I Nr. 19/2016).

16 RIEGL Alois, Der moderne Denkmalkultus. Sein Wesen und seine Entstehung, Vienne/Leipzig, W. Braumüller, 1903.

17 Notons aussi que certains bâtiments qui sont protégés au titre de monument historique ou artistique ont été reconstruits en partie dans un style Nachkriegsmoderne, comme l’Opéra de Vienne, le Parlement autrichien, l’ancien bâtiment de la Bourse ou le théâtre du Burg.

18 Le « Denkmal des Monats » est une opération de valorisation organisée par le BDA et ses antennes dans les différents États autrichiens.

19 BUNDESDENKMALAMT, « Denkmal des Monats : Götzis, Tankstelle Im Kobel », Bundesdenkmalamt, mai 2004, https://bda.gv.at/aktuelles/artikel/2004/05/goetzis-tankstelle-im-kobel/ [lien valide en décembre 2021].

20 BUNDESDENKMALAMT, « Denkmal des Monats : Wiederauferstehung einer Architekturikone der Moderne », Bundesdenkmalamt, mars 2017, https://bda.gv.at/aktuelles/artikel/2017/03/wiederauferstehung-einer-architekturikone-der-moderne/ [lien valide en décembre 2021].

21 BUNDESDENKMALAMT, « Denkmal des Monats : „Klein Amerika“ – Die USFA Wohnhaussiedlung General-Keyes-Straße in Salzburg », Bundesdenkmalamt, juillet 2017, https://bda.gv.at/aktuelles/artikel/2017/07/klein-amerika-die-usfa-wohnhaussiedlung-general-keyes-strasse-in-salzburg/ [lien valide en décembre 2021].

22 BUNDESDENKMALAMT, « Denkmal des Monats : Das Philips-Haus - eine Ikone der Österreichischen Nachkriegsmoderne wird umgenutzt », Bundesdenkmalamt, novembre 2017, https://bda.gv.at/aktuelles/artikel/2017/11/das-philips-haus-eine-ikone-der-oesterreichischen-nachkriegsmoderne-wird-umgenutzt/ [lien valide en décembre 2021].

23 L’Arbeitsgruppe 4, littéralement le « groupe de travail 4 », était un collectif de quatre architectes, qui dans les années 1950, se sont alliés pour présenter des projets communs. Les membres du groupe, Friedrich Kurrent (1931-), Johannes Spalt (1920-2010), Wilhelm Holzbauer (1930-2019) et Otto Leitner (1930-, membre jusqu'en 1953) n’étant pas tous agréés, le collectif permettait ainsi de proposer quand même des plans à des concours d’architecture.

24 L’Architekturzentrum Wien est un musée d’architecture. Créé en 1993 à l’initiative de la Ville et de l’État de Vienne, il a comme objectif de valoriser l’architecture autrichienne et ses spécificités. Il se situe dans le Museumsquartier, ensemble muséal au centre-ville de Vienne.

25 PLATZER Monika, KAISER Gabriele & ARCHITEKTURZENTRUM WIEN, op. cit.

26 Az W, « Hot Questions – Cold Storage. Die neue Schausammlung des Architekturzentrum Wien » Architekturzentrum Wien 2022, https://www.azw.at/de/artikel/presse/hot-questions-cold-storage/

27 Az W, « Sammlung: Alles andere als verstaubt! », Architekturzentrum Wien, 2021. https://www.azw.at/de/artikel/sammlung/.

28 « Heilige Zeiten. Wiener Kirchenbau nach 1945 − Von Rudolf Schwarz bis Heinz Tesar », du 13 déc. 2007 au 14 fév. 2008 ; « The Austrian Phenomenon. Konzeptionen Experimente. Wien Graz 1958-1973 », du 1er avr. 2004 au 12 juil. 2004.

29 « Roland Rainer. (Un)­Umstritten. Neue Erkenntnisse zum Werk (1936–1963) », du 20 oct. 2018 au 7 janv. 2019 ; « Ottokar Uhl. Nach allen Regeln der Architektur », du 3 mars 2005 au 13 juin 2005 ; « Viel zu modern. Hans Steineder, Architekt (1904-1976) », du 24 fév. 1999 au 5 avr.1999 ; « Rudolf Schwarz. Architekt einer anderen Moderne », du 12 déc. 1998 au 1er fév. 1999 ; « x projekte der arbeitsgruppe 4 - Holzbauer, Kurrent, Spalt (1950 – 1970) », du 4 mars 2010 au 31 mai 2010.

30 Le projet est porté au Centre d’architecture de Vienne par Monika Platzer, en collaboration avec Georg Vrachliotis, de l’Institut de technologie de Karlsruhe (KIT), de Regine Heß, de l’université technique de Munich (TU München) et de Bruno Laurer, de l’école polytechnique de Zürich (ETH).

31 « Kalter Krieg und Architektur. Beiträge zur Demokratisierung Österreichs nach 1945 », du 17 octobre 2019 au 24 février 2020.

32 WIEN TOURISMUS, « Wien modern », Wiener Tourismusverband, 2021, https://www.wien.info/de/sightseeing/architektur-design/wien-modern-365354 [lien valide en décembre 2021].

33 ACHLEITNER Friedrich, « L’architecture du xxsiècle en Autriche », in CONSEIL DE L’EUROPE, Patrimoine architectural…, op. cit., p. 28.

34 SCHLOCKER Edith, « Anregende Aufreger. Wenn Kunst und Architektur zu Skandalen und Skandälchen führen », aut. architektur und tirol, n« Widerstand und Wandel. Über die 70er Jahre in Tirol », 2020, p. 125.

35 MAYR Norbert, « Wenn die Birne die Lösung ist. Ein Baudenkmal von europäischem Rang: die „Stadt des Kindes“ in Wien-Penzing. Jetzt soll sie zum Großteil abgerissen werden – trotz Protesten im In- und Ausland. Der Grund: Profitmaximierung. », Die Presse, 28 juin 2008, sect. Architektur & Design, disponible en ligne https://www.diepresse.com/394537/wenn-die-birne-die-losung-ist [lien valide en décembre 2021].

36 Barbara Neubauer le mentionne dans son discours de prise de fonction au BDA, mais également lors du colloque « MODERNE ZWEI Baukultur 1948-1984 » organisé par DOCOMOMO Austria les 24 et 25 octobre 2008.

37 MAYR Norbert, « Wenn die Birne… », art. cit.

38 MAYR Norbert, « Gut Ding braucht Eile. Anmerkungen zu Baudenkmalen, die offiziell noch keine sind », Österreichische Zeitschrift für Kunst und Denkmalpflege, 3/4 (74), 2020, p. 261-269, ici p. 261-262.

39 Ibid., p. 263.

40 La vente et l’exportation à l’étranger des œuvres d’art et des objets anciens sont un problème récurrent auquel fait face l’administration fédérale depuis le début du xxsiècle. À la chute de l’empire des Habsbourg, de nombreux propriétaires ont vendu des biens meubles et immeubles à l’étranger alors que la situation financière dans le pays était critique. L’une des premières lois autrichiennes de protection des biens patrimoniaux visait ainsi l’encadrement de ces exportations (Nationalversammlung, Gesetz, betreffend das Verbot der Ausfuhr und der Veräußerung von Gegenständen von geschichtlicher, künstlerischer oder kultureller Bedeutung, Staatsgesetzblatt für den Staat Deutschösterreich, N°20, 13/12/1918, p. 128, 90/1918). Plusieurs travaux ont traité de cette situation à l’aube de la Première République autrichienne, parmi lesquels FRODL-KRAFT Eva, « Monumenta deperdita. Die Geschichte eines Glasgemäldeverkaufs », Österreichische Zeitschrift für Kunst und Denkmalpflege, 1965, no 19, p. 186-190, et HUGUENIN-BERGENAT Yves, Kulturgüter bei Staatensukzession. Die internationalen Verträge Österreichs nach dem Zerfall der österreichisch-ungarischen Monarchie im Spiegel des aktuellen Völkerrechts, Berlin/New York, De Gruyter, 2010. Le statut d’inaliénabilité des monuments, tel qu’il existe en France, n’a pas cours en Autriche.

41 RECHNUNGSHOF, « Bericht des Rechnungshofes betreffend Bundesdenkmalamt », Reihe BUND 2017/23, Vienne, Cour des comptes autrichienne, 2017.

42 « Bundesdenkmalamt: Barbara Neubauer nicht mehr Präsidentin », Die Presse, 3 août 2018, sect. Innenpolitik, disponible en ligne https://www.diepresse.com/5474759/bundesdenkmalamt-barbara-neubauer-nicht-mehr-prasidentin [lien valide en décembre 2021].

43 VOLKSANWALTSCHAFT, « Denkmalschutz „Stadt des Kindes“ mangelhafter Feststellungsbescheid des Bundesdenkmalamtes », Punkt 5.2.11. VA 66-WF/02, BMBWK 37.14/8-IV/3/2002, Vienne, Volksanwaltschaft, 2002, p. 51-52.

44 « Im Bahnhofspostamt ist im Inneren durch Umbauten alles Erhaltenswerte kaputt. Schutzwürdig wäre eventuell noch der Turm. Aber nur den Turm mit der großen Uhr unter Schutz zu stellen, das bringt nichts. […] Das tut uns sehr leid, denn dieser Bau ist ein typisches Beispiel für die Architektur der Fünfzigerjahre. » (« Den Post-Gebäuden beim Linzer Hauptbahnhof droht der Abriss », Oberösterreich Nachrichten, 30 juin 2016, https://www.nachrichten.at/oberoesterreich/linz/Den-Post-Gebaeuden-beim-Linzer-Hauptbahnhof-droht-der-Abriss;art66,2276205 [lien valide en janvier 2022].

45 HOLZLEITNER Wilhelm, « Kein Denkmalschutz mehr: Auch der “Post-Turm” hat ein Ablaufdatum ». LINZA! (blog), 18 avril 2020. https://www.linza.at/postturm/ [lien valide en janvier 2022].

46 L’antenne autrichienne DOCOMOMO Austria a été créée au début des années 1990, en partenariat avec l’Institut Ludwig Boltzmann et l’Université technique de Vienne (TU Wien).

47 MAYER Juliane, « Die Rettungsgeschichte der Lignostahl-Häuser von Roland Rainer aus dem Jahre 1964 », Foko - Forschungskolleg Architektur Leopold Franzens Universität Innsbruck, Lange Nacht der Forschung - Beiträge zur Ausstellung, n° 09, 2009, p. 16-18.

48 L’association, créée en 2008, a pour objectif « la préservation des bâtiments menacés et le renforcement de la protection des monuments historiques en Autriche ». « Initiative Denkmalschutz - Gefährdete Kulturgüter erhalten. », Initiative Denkmalschutz, 2021. https://www.initiative-denkmalschutz.at/verein/wir-uber-uns/.

Elle publie un journal tri-annuel Denkma(i)l, depuis 2009. https://www.initiative-denkmalschutz.at/zeitschrift/

49 « Tag des Denkmals: Architekten sorgen sich um Baudenkmäler », Die Presse, 22 septembre 2017, sect. Österreich. https://www.diepresse.com/5289822/tag-des-denkmals-architekten-sorgen-sich-um-baudenkmale

50 Cette société a été fondée en 1965 comme un forum pour les architectes du pays pour promouvoir les réflexions sur la création au regard de la conservation.

51 ÖSTERREICHISCHE GESELLSCHAFT FÜR ARCHITEKTUR (ÖGFA), « Anlassfall Nachkriegsmoderne », 2014, https://oegfa.at/en/loschen/jahresschwerpunkt3/anlassfall-nachkriegsmoderne [lien valide en janvier 2022].

52 Créée en 1996, cette fondation sert de plateforme aux maisons de l’architecture présentes dans chaque État et à la ÖGFA, afin de constituer un réseau des acteurs de l’architecture dans le pays.

53 KÜHN Christian, « Verborgene Schätze », Architektur & Bau Forum, 23 mars 2018, p. 1.

54 ARCHITEKTURSTIFTUNG ÖSTERREICH, « Alte (Un)Bekannte », Architekturstiftung Österreich, s.d., Consulté le 18 mai 2021. https://architekturstiftung.at/zum-nachlesen/alte-un-bekannte

55 Le MUMOK, ou Museum moderner Kunst Stiftung Ludwig Wien est un musée d’art contemporain privé de la fondation Ludwig à Vienne. Il est l’héritier du musée du xxsiècle ou « 20er Haus » – qui était justement établi dans un bâtiment conçu par Karl Schwanzer – inauguré en 1962.

56 À ce titre, le patrimoine construit pendant les régimes totalitaires représente un cas complexe de politique de conservation au titre du témoignage historique. La thèse de Paul Mahringer traite de la question de la gestion de l’héritage des constructions du régime national-socialiste à Linz (MAHRINGER Paul, « Der Umgang mit dem baulichen Erbe der NS-Zeit in Linz. Polyvalenz und Transformation von unbequemen Denkmalen », Université de Vienne, 2013), alors que Friedrich Grassegger a traité la question des monuments de l’État austro-fasciste de Dollfuss (GRASSEGGER Friedrich, « Denkmäler des autoritären Ständestaates », in RIESENFELLNER Stefan (dir.), Steinernes Bewußtsein I. Die öffentliche Repräsentation staatlicher und nationaler Identität Österreichs in seinen Denkmälern, Grenzenloses Österreich, Vienne, Böhlau, 1998, p. 495-546).

57 La configuration politique particulière de l’Autriche des années 1950 et 1960 a à la fois encouragé le rattachement de la jeune génération aux premiers architectes du modernisme, suggérant une certaine continuité culturelle entre les idéaux d’évolution dans cette période d’après-guerre, mais il a aussi favorisé le développement d’une nouvelle tradition autrichienne libre et neutre – à l’image du destin politique choisi par la seconde république. PLATZER Monika & ARCHITEKTURZENTRUM WIEN, Cold War and Architecture. The Competing Forces that Reschpaed Austria after 1945, Zurich, Park Books, 2020, p. 17.

58 KAISER-MUEHLECKER Gabriele, « Blattlinien - Die österreichischen Architekturzeitschriften. „Der Aufbau“ und „Der Bau“ als Leitmedien des institutionellen Fachdiskurses 1946 – 1971 », thèse de doctorat, Vienne, Université technique de Vienne, 2017.

59 PODBRECKY Inge, « Modern, aber nicht neu. Wiener Architektur nach 1945 », Österreichische Zeitschrift für Kunst und Denkmalpflege, 1/2, n° 66, 2012, p. 11-35, ici p. 13-19.

60 EULER-ROLLE Bernd & MAHRINGER Paul, « Die Erhaltung der Architektur des 20. Jahrhunderts in Österreich – Routine und Neuland für Denkmalschutz und Denkmalpflege », Österreichische Zeitschrift für Kunst und Denkmalpflege, 3/4, n°67, 2018, p. 6-18, ici p. 16.

61 Ibid., p. 12-13.

62 BRUCKMÜLLER Ernst, Nation Österreich: kulturelles Bewusstsein und gesellschaftlich-politische Prozesse, Vienne, Böhlau Verlag, coll. « Studien zu Politik und Verwaltung », 1996.

63 MAYR Norbert, « Gut Ding braucht Eile. Anmerkungen zu Baudenkmalen, die offiziell noch keine sind », Österreichische Zeitschrift für Kunst und Denkmalpflege, 3/4 (74), 2020, p. 261-269.

64 PIELER Erika, « Denkmalschutz - Betrachtungen aus juristischer Sicht », Österreichische Zeitschrift für Kunst und Denkmalpflege, 3/4, n° 67, 2018, p. 63.

65 UNESCO, « Le Centre historique de Vienne (Autriche) inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril », Unesco – Centre du patrimoine mondial, 6 juillet 2017, http://whc.unesco.org/fr/actualites/1684/ [lien valide en décembre 2021].

66 Notamment l’Österreichische Zeitschrift für Kunst und Denkmalpflege, journal porté par le BDA.

67 Les universités dispensant des enseignements sur l’architecture en Autriche sont les suivantes : l’Université technique de Vienne, ainsi que l’Académie des beaux-arts et l’Université des arts appliqués, toujours dans la capitale, l’Université des Arts de Linz, l’Université technique de Graz et l’Université d’Innsbruck. Le centre d’architecture de Vienne a apporté son soutien depuis 2005 à treize mémoires et thèses dans les universités viennoises portant sur l’architecture et les architectes du xxsiècle : ARCHITEKTURZENTRUM WIEN, « Forschung: Diplomarbeiten, Masterarbeiten, Dissertationen, Studien », Architekturzentrum Wien, 2020, https://www.azw.at/de/artikel/diplomarbeitenmasterarbeitendissertationenstudien/ [lien valide en décembre 2021].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende École des Ursulines (1971-1979), architecte Josef Lackner, Innsbruck (Autriche) 2016.
Crédits © Simon Legner, distrib. Wikipedia Commons (sous la licence CC BY-SA 4.0).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Figure 2
Légende Station-service « im Kobel » (1958), architectes German Meusburger et Willi Ramersdorfer, Götzis (Autriche), 2011.
Crédits © Friederich Böhringer, distrib. Wikipedia Commons (sous la licence CC BY-SA 2.5).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Figure 3
Légende L’immeuble Philips (1961-1965), architecte Karl Schwanzer, Vienne (Autriche), 2010.
Crédits © Thomas Ledl, distrib. Wikipedia Commons (sous la licence CC BY-SA 4.0).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Figure 4
Légende Ancienne exposition permanente « a_schau. Österreichische Architektur im 20. und 21. Jahrhundert », Vienne (Autriche), 2010.
Crédits © Pez Hejduk / Architekturzentrum Wien.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Figure 5
Légende Exposition « Moderat Modern Erich Boltenstern und die Baukultur nach 1945 », du 20 octobre 2005 au 29 janvier 2006.
Crédits © Musée de la ville de Vienne (Wien Museum).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-5.png
Fichier image/png, 888k
Titre Figure 6
Légende Exposition « WIG 64 Die Grüne Nachkriegsmoderne », du 10 avril 2009 au 31 août 2009.
Crédits © Musée de la ville de Vienne (Wien Museum).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Figure 7
Légende Exposition « Mid-Century Vienna 1950-1965 », du 23 septembre 2021 au 9 janvier 2022.
Crédits © Musée de la ville de Vienne (Wien Museum).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Figure 8
Légende L’église de la Sainte-Trinité (1974-1976), architectes Fritz Wotruba et Fritz Gerhard Mayr, Vienne (Autriche), 2014.
Crédits © Thomas Ledl, distrib. Wikipedia Commons (sous la licence CC BY-SA 3.0).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 9
Légende Café Greif (1949-1950), architecte Lois Welzenbacher, Innsbruck (Autriche), photographie conservée aux Archiv für Bau.Kunst.Geschichte de l‘Université d’Innsbruck (fonds Lois Welzenbacher, 20-2608-2).
Crédits © Photographe inconnnu/Archiv für Bau.Kunst.Geschichte de l‘Université d’Innsbruck.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Figure 10
Légende Stadt des Kindes (1971-1974), architecte Anton Schweighofer, Vienne (Autriche), 2010.
Crédits © Alex Halada / Service de presse de la ville de Vienne.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 11
Légende Le centre postal de la gare de Linz (1947-1948), architecte Josef Langhof, Linz (Autriche), 28 mai 2017.
Crédits © Franz Groß, distrib. Wikipedia Commons (sous la licence CC BY-SA 4.0).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Figure 12
Légende Destruction de l’ancienne halte des bus de Linz (1947-1948), architecte Josef Langhof, Linz (Autriche), 20 novembre 2018.
Crédits © Bernhard Holub, distrib. Wikipedia Commons (sous la licence CC BY-SA 4.0).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre Figure 13
Légende Liste des bâtiments en danger dans la région de Basse-Autriche, DOCOMOMO Austria, capture d’écran depuis leur site Internet, 2021.
Crédits © DOCOMOMO Austria.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-13.png
Fichier image/png, 531k
Titre Figure 14
Légende Intérieur de la salle plénière du Parlement autrichien (1946-1956), architectes Max Fellerer et Eugen Wörle, Vienne (Autriche), 2010.
Crédits © Stefan Olah / Parlamentsdirektion.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 15
Légende Pavillon autrichien à l’Exposition universelle de 1958, architecte Karl Schwanzer, 1958, maquette en bois, carton, plastique, 46 x 98 x 82 cm, conservée au mumok Museum moderner Kunst Stiftung Ludwig Wien (N° M17/0).
Crédits © Photographe inconnu (mumok - Museum moderner Kunst Stiftung Ludwig Wien).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Figure 16
Légende Modèle pour le musée du xxe siècle, architecte Karl Schwanzer, 1959, maquette en bois, carton, plastique, 20 x 101 x 94 cm, conservée au mumok Museum moderner Kunst Stiftung Ludwig Wien (N° M21/0).
Crédits © Photographe inconnu (mumok - Museum moderner Kunst Stiftung Ludwig Wien).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34321/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solène Scherer, « Des trésors cachés en danger. Études, reconnaissance et valorisation de l’architecture Nachkriegsmoderne (1945-1973) en Autriche »In Situ [En ligne], 47 | 2022, mis en ligne le 16 avril 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/34321 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.34321

Haut de page

Auteur

Solène Scherer

Doctorante à l’université Toulouse-Jean-Jaurès, Centre de recherches et d’études germaniques

solene.scherer@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search