Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Outils et modes de gestion et d’i...La reconnaissance et la protectio...

Outils et modes de gestion et d’intervention

La reconnaissance et la protection d’un patrimoine franco-suisse : le téléphérique du Salève

The recognition and protection of a Franco-Swiss heritage: Salève cable car
Arnaud Dutheil

Résumés

Cet article est le récit d’une demande d’inscription au titre des monuments historiques pour un élément de patrimoine du xxe siècle situé en zone frontalière franco-suisse. Les postures adoptées pourraient traduire un enthousiasme pour la modernité et un consensus pour les dispositifs de protection. Il n’en est rien, et des considérations historiques, géographiques, politiques et culturelles sont à mobiliser pour comprendre les motivations de cette démarche. Celle-ci est surprenante dans un contexte local de défiance vis-à-vis des politiques et instances nationales et fédérales, mais également à l’égard des approches patrimoniales.

La rénovation du téléphérique du Salève, lancée en 2016, cristallise un sentiment d’appartenance à un même territoire de part et d’autre de la frontière. Sa modernité, masquée par des travaux successifs, s’en trouve désormais pleinement assumée. La gouvernance genevoise (franco-suisse) du groupement local de coopération transfrontalière (GLCT) veut la restituer dans toute sa radicalité. Inauguré en 1932, l’année de la confirmation de la zone franche au détriment de la France, le téléphérique est l’expression d’une histoire singulière, ni française ni suisse, mais genevoise.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 DEUCHLER Florens, « Konrad Witz, la Savoie et l’Italie. Nouvelles hypothèses à propos du retable de (...)

1Le téléphérique du Salève, situé sur les communes d’Étrembières et de Monnetier-Mornex (Haute-Savoie) pour la gare supérieure, à proximité immédiate de la frontière suisse, permet l’accès au Salève. Cette montagne émoussée du Jurassique qui domine Genève et le lac Léman est un lieu de représentation symbolique très important pour la population locale. Par sa proximité avec la ville, sa pratique est plus urbaine que montagnarde. Dans le tableau de Konrad Witz (1444), La Pêche miraculeuse (Genève, musée d’Art et d’Histoire), les Genevois n’hésitent d’ailleurs pas à exalter la représentation du Salève en arrière-plan de la scène évangélique. Cette œuvre fait l’objet de nombreuses analyses1 à caractère politique qui impliqueraient la relation entre les États de Savoie et Genève. Aujourd’hui, une démarche de revalorisation de ce site est en cours, qui confronte les approches suisse et française au sein du groupement local de coopération transfrontalière (GLCT) gestionnaire de l’équipement. Ce groupement est composé de la République et canton de Genève, de la commune de Monnetier-Mornex et de la communauté d’agglomération Annemasse-Les Voirons. Ce câble tendu relie donc deux pays, deux manières de penser, trois organisations territoriales, et offre la possibilité d’explorer ce qui les unit ou les sépare concernant la question patrimoniale.

Un bâtiment moderne toujours en fonction

  • 2 Maurice Braillard est assisté par Georges Riondel, ingénieur civil genevois, et par André Rebuffel, (...)

2Inaugurée en août 1932, la gare haute du téléphérique est une icône du Mouvement moderne des Alpes du Nord. Maurice Braillard2 (1879-1965), architecte genevois très reconnu, notamment pour son plan directeur de la ville, a installé, par une utilisation des performances du béton, une silhouette expressive [fig. 1] qui constitue un repère symbolique fort pour tous les habitants. Le programme d’origine n’a pas été réalisé complètement, la partie hôtel-restaurant ayant été abandonnée en cours de chantier. L’exploitation fut lancée et un bâtiment « chalet » construit pour accueillir un restaurant [fig. 2]. Le système de câbles, assez audacieux, fut rénové en 1951, modifiant l’implantation des installations de manière importante. Le recul régulier de la fréquentation amena la fermeture en 1975 [fig. 3]. La mobilisation des collectivités et de personnalités permit de nouveaux investissements et une reprise de l’exploitation en 1982. Des transformations de grande ampleur sont alors menées sans prise en compte du bâtiment d’origine [fig. 4]. La gare basse est démolie et reconstruite. Opérateur depuis 2013, un groupement d’entreprises (dont la RATP est majoritaire) l’entretient et l’exploite avec un retour de la croissance : la fréquentation progresse régulièrement pour atteindre 290 000 trajets aujourd’hui. Le téléphérique est l’un des derniers en activité dans les Alpes du Nord. Ceux du Veyrier [fig. 5], sur le lac d’Annecy, et du Revard, sur le lac du Bourget, ont été démolis ou reconvertis.

Figure 1

Figure 1

Gare haute du téléphérique du Salève, perspective du projet initial, Étrembière (Haute-Savoie), 1931-1932. Dessin conservé dans le Fonds d’archives Pierre Braillard de la Fondation Braillard Architectes (FBA 01.56.283).

© Maurice Braillard / Fonds d’archives Pierre Braillard de la Fondation Braillard Architectes.

Figure 2

Figure 2

Gare haute du téléphérique du Salève, Étrembière (Haute-Savoie), 1935, photo conservée dans le Fonds d’archives Pierre Braillard de la Fondation Braillard Architectes (FBA 04.56.17).

© G. Roset / Fonds d’archives Pierre Braillard de la Fondation Braillard Architectes.

Figure 3

Figure 3

Gare haute du téléphérique du Salève, architecte Maurice Braillard, ingénieur André Rebuffel (1932), Étrembière (Haute-Savoie), 1979.

© Photographe inconnu (CAUE de Haute-Savoie).

Figure 4

Figure 4

Gare haute du téléphérique du Salève, architecte Maurice Braillard, ingénieur André Rebuffel (1932), architectes Lazzarini-Morel-Suard (1984), Étrembière (Haute-Savoie), 2017.

© Jacques Fatras (CAUE de Haute-Savoie).

Figure 5

Figure 5

Gare basse du téléphérique du Veyrier (Haute-Savoie), architecte Auguste Fournier, ingénieur André Rebuffel (1934), 2015.

© Romain Blanchi / CAUE de Haute-Savoie.

  • 3 La Fondation Braillard architectes, créée en 1987, est une institution suisse reconnue d’utilité pu (...)

3En janvier 2016, le GLCT sollicite le conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) de Haute-Savoie pour amorcer une réflexion préalable à la rénovation du téléphérique. Une première phase est proposée autour d’un diagnostic architectural et d’une concertation des différents acteurs. Hubert Lempereur, architecte et historien de l’architecture, est missionné et analyse les différentes campagnes de travaux pour restituer l’histoire de l’édifice. Il s’appuie sur un premier travail de diagnostic réalisé en 2010 par Philippe Grandvoinnet, docteur en architecture, et sur les archives de la Fondation Braillard architectes3.

La reconnaissance patrimoniale fait consensus

  • 4 Il s’agit du projet de Jean-François Garneau, société INITIAL Innovation stratégie et développement (...)
  • 5 Le PLU de Monnetier-Mornex limite l’urbanisation du secteur en application de la directive de prote (...)
  • 6 Selon l’expression de Pierre Cusin, président du syndicat mixte du Salève, lors de la réunion de tr (...)

4L’établissement d’un programme s’avère difficile. La gouvernance franco-suisse nécessite une organisation et un formalisme qui amènent aussi à la rationalisation des choix. Les débats font apparaître des différences culturelles sensibles dans l’approche du bâtiment. Dans le groupe de réflexion mis en place, deux attitudes émergent rapidement : l’agglomération d’Annemasse voit le téléphérique comme une étape pour accéder au Salève et donc le point de départ d’une offre d’activités de loisirs sportifs de plein air, touristiques ou ludiques. Un technicien de l’agglomération d’Annemasse émet d’ailleurs l’idée d’un enrichissement de l’offre faite aux visiteurs en s’appuyant sur des structures déjà présentes sur le Salève. Sont évoqués un espace d’exposition, des espaces ludiques à l’extérieur et même un planétarium. Les Genevois, eux, considèrent le téléphérique comme le but de la promenade et privilégient le renforcement de l’accueil sur place. Le restaurant, bien sûr, un espace de séminaire, mais également l’hôtellerie (un hôtel éco-innovant), renouant ainsi avec le projet d’origine [fig. 6]. Un membre du GLCT sollicite un opérateur œuvrant à l’international qui présente un projet nommé : « Salève expérience nature4 ». En quelques réunions, ces deux positions sont neutralisées, la partie genevoise considérant que la vue sur Genève est un attrait touristique suffisant qui ne nécessite pas le recours à des attractions supplémentaires, et la commune de Monnetier-Mornex refusant la construction d’un resort en s’appuyant sur les règles d’urbanisme5 qui limitent la constructibilité du Salève. Pragmatisme suisse et réglementation française ont raison d’un projet de « Luna Park6 » et permettent de dégager un consensus autour des valeurs originelles du projet : la découverte du paysage et la modernité de la gare haute.

Figure 6

Figure 6

Réhabilitation de la gare haute du téléphérique du Salève, projet perspective du restaurant dans la galerie panoramique, concours 2018.

© Laure Geneste architecte d’intérieur, infographie Devaux & Devaux architectes.

5De manière surprenante, la reconnaissance patrimoniale va se cristalliser rapidement pendant cette phase de réflexion initiale, à la faveur de plusieurs éléments. L’état du téléphérique et notamment l’importance des transformations subies ne rendent pas évidente cette reconnaissance. De plus, la prise en considération des bâtiments présentant un intérêt architectural ou historique ne va pas du tout de soi dans ce territoire transfrontalier. Pourtant, en décembre 2016, le président du GLCT adresse au directeur régional des Affaires culturelles d’Auvergne-Rhône-Alpes, une demande d’inscription au titre des monuments historiques.

De part et d’autre de la frontière, une même défiance vis-à-vis des dispositifs de protection du patrimoine

  • 7 BRULHART Armand & DEUBER ZIEGLER Erica, « Trente ans de défense du patrimoine architectural genevoi (...)
  • 8 AUBERT Gabriel, « La protection du patrimoine architectural en droit genevois », Revue de droit adm (...)
  • 9 Ce service, créé en 1976, a notamment pour mission le recensement architectural du canton, y compri (...)
  • 10 NEMEC-PIGUET Sabine, « La protection du patrimoine à Genève, mise en place et évolution du système (...)
  • 11 EL-WAKIL Leïla, « À quoi sert le recensement architectural du canton de Genève ? », blog, 26 déc. 2 (...)

6La Suisse est un État fédéral et le canton de Genève est responsable de la mise en œuvre de la protection du patrimoine. Comme le rappellent Armand Brulhart et Erica Deuber Ziegler, « Partagé au début du xxsiècle entre une petite élite internationale fortement attachée à la tradition calviniste et à son image culturelle, et une puissante corporation bénéficiant de capitaux et de crédits importants, le canton de Genève s’est longtemps situé dans une position d’attentisme, pour ne pas dire de méfiance vis-à-vis du patrimoine et de l’urbanisme7. » Il semble que cette attitude perdure, alors que le canton de Genève n’a pas délégué cette compétence aux communes comme l’ont fait d’autres cantons. La première loi de protection ne date que de 1920, complétée par une deuxième en 1976. Dans les deux cas, le législateur a agi sous la pression de réactions suscitées par la démolition de bâtiments emblématiques8.L’Office du patrimoine et des sites du canton de Genève9 est rattaché au département du Territoire (anciennement département des Travaux publics) et non à celui de la Culture. Comme le souligne l’ancienne directrice générale de l’Office, Sabine Nemec-Piguet10, ce lien n’est pas anodin, et la lenteur des processus d’inventaire ou des mesures de protection est révélatrice d’une pensée discontinue et d’une volonté politique fluctuante. Le retard genevois dans la mise en place des dispositifs de prise en compte du patrimoine est périodiquement relevé. Ainsi, en 2016, Leïla el-Wakil11, historienne de l’art, dénonce le peu de considération accordé au recensement architectural du canton de Genève de 2015, financé par le département de l’Urbanisme.

  • 12 UMBDENSTOCK Gustave, Cours d’architecture, Paris, Gauthier-Villars & Cie, 1930, vol. 2, p. 32.

7La Haute-Savoie a été constituée en département après le rattachement du duché de Savoie à la France, en 1860, soit postérieurement aux premières démarches de préservation des monuments, initiées à partir de 1830. Les premières listes de protection ne comportent donc pas de bâtiments savoyards. En Haute-Savoie, la première protection (l’abbaye d’Abondance) date seulement de 1875, et la deuxième de 1906 (la cathédrale d’Annecy). Ce retard n’est pas compensé et le patrimoine de ce nouveau département ne bénéficie pas d’une prise en considération particulière. Au début du xxsiècle, il est enseigné dans les cours d’architecture que pour la Savoie « le côté artistique des édifications ne s’affirme pas à la même valeur que celle des habitats des autres parties de la France12 ».

  • 13 Fiche pratique, avril 2021, UDAP74/73, en ligne, https://www.culture.gouv.fr › services-des-UDAP [l (...)
  • 14 Calcul sur la base des chiffres fournis par le site privé https://monumentum.fr.
  • 15 Les espaces montagnards sont l’enjeu d’une protection prioritaire et le regard porté sur ce territo (...)

8Aujourd’hui, avec 192 bâtiments protégés13 au titre des monuments historiques, la Haute-Savoie est très peu concernée par ce dispositif (270 en Savoie), alors que la moyenne de la région Auvergne-Rhône-Alpes est de 40014 édifices par département. Le nombre de sites patrimoniaux remarquables n’est pas plus important : 5 pour la Haute-Savoie. L’unité départementale de l’architecture et du patrimoine (UDAP) de Haute-Savoie est rattachée à celle de la Savoie et la vacance régulière des différents postes montre la difficulté de l’exercice professionnel15. Dans le champ de la valorisation, la mise en place récente par la région d’une politique d’aide aux labels « Petites cités de caractère » et « Plus beaux villages de France » a souligné l’absence de communes de Haute-Savoie référencées dans ces démarches (à l’exception d’Yvoire, « plus beau village de France »).

9Genève et le Genevois français sont donc unis dans une même distance par rapport aux instances nationales ou fédérales responsables du patrimoine. Dans ce contexte, la prise en compte de l’architecture du xxsiècle n’intervient que progressivement, suscitée par des acteurs locaux, architectes ou proches de la profession d’architecte. La décision du GLCT de demander l’inscription comme monument historique est donc, d’une certaine manière, surprenante. La dénaturation opérée par les différentes campagnes de travaux aurait pu également être rédhibitoire. Une convergence d’éléments historiques, géographiques, humains et architecturaux motive toutefois cette démarche.

La tentation de confondre l’intérêt patrimonial du téléphérique avec sa seule modernité

  • 16 VAISSE Pierre, « De la protection du patrimoine en général et à Genève en particulier », in EL-WAKI (...)

10Genève, en accueillant les organisations internationales après la Première Guerre mondiale, est un lieu d’expression important du Mouvement moderne et les débats suscités par certaines réalisations ont laissé des traces. Aujourd’hui, la ville, qui entend devenir une métropole européenne, domine le territoire, y compris sur le plan culturel. L’architecture fait partie du marketing urbain de la ville et du canton en intégrant les réalisations remarquables du xxsiècle. Ainsi, par exemple, en avril 2020, Genève inscrit à son plan de site de la Rade trente bâtiments de l’après-guerre. Si le service des Monuments et des Sites (dirigé par un architecte, Jean-Frédéric Lüscher) est porteur de cette décision, l’architecte cantonal, Francesco Della Casa, qui assiste le chef du département Urbanisme, a un rôle notable dans cette reconnaissance. La qualité des constructions suisses et l’efficacité de la maintenance permettent la transmission de bâtiments dans un excellent état, qui font référence : l’immeuble de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), le pavillon Sicli, l’ensemble du Lignon sont des exemples particulièrement représentatifs. Par ailleurs, les partisans de ces architectures ont de nombreux relais auprès des acteurs de la diffusion d’une culture urbaine métropolitaine. La Maison de l’architecture bien sûr, les lieux d’exposition comme les Berges de Vessy, mais aussi les fondations : la Fondation Braillard, mais surtout Patrimoine suisse Genève, organisation puissante dont le comité comprend beaucoup d’architectes. Ce poids des associations et surtout l’omniprésence de la profession d’architecte sont relevées par Pierre Vaisse, historien de l’art franco-suisse, qui souligne ces spécificités genevoises. Il explique également que « pour le xxsiècle, la tentation existe, dans une ville où le concours pour le siège de la Société des Nations, en 1927, n’est toujours pas considéré avec la distance critique qui sied à l’historien, de confondre l’architecture du siècle avec celle du Mouvement moderne16 ».

Un monument de la zone sarde

11Dans ce contexte de sublimation du Mouvement moderne, la forte représentation des architectes au sein et autour du GLCT fabrique, au fil du temps, l’image iconique du téléphérique. Mais si le brutalisme et l’expressivité architecturale ne suscitent aucun débat, c’est qu’ils viennent conforter d’autres considérations. Lorsqu’en 1816, les frontières du canton de Genève ont été fixées, la conservation des communes du bord du lac fut négociée en contrepartie des communes en piémont du Salève. Le sentiment d’une appartenance historique et culturelle commune est largement implanté sur ce territoire. Celui-ci correspond à une zone franche, dite sarde, contestée par la France mais confirmée par la Cour internationale de justice en 1932. La présence genevoise, dans la gestion et l’architecture du téléphérique surplombant le territoire [fig. 7], est une forme de revendication symbolique.

Figure 7

Figure 7

Vue sur Genève depuis la cabine du téléphérique du Salève, 2017.

© Jacques Fatras (CAUE de Haute-Savoie).

Un équipement alpin

  • 17 Réalisé en 2018 par des étudiants de l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble sous l (...)
  • 18 Se reporter au site internet du CAUE de Haute-Savoie,
  • 19 LAPRADE Albert, « Architecture dans nos provinces françaises. L’œuvre de M. Le Même, à Megève (Haut (...)

12L’agglomération d’Annemasse souffre d’un déficit d’image qui s’est constitué ces quarante dernières années. Le passage d’une économie industrielle à une résidentialisation fondée sur l’emploi frontalier a désorganisé le territoire en le banalisant. Un travail de restructuration urbaine de la ville est entrepris, accompagné d’une politique exigeante en matière de qualité architecturale. La prise en considération du patrimoine xxsiècle est d’abord sporadique avant de devenir un enjeu assumé, notamment par un premier inventaire, en 201817. Par ailleurs, le conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) mène des travaux importants pour faire reconnaître les architectures spécifiques du département18, notamment en montagne. L’aménagement des Alpes a connu un développement spectaculaire au xxsiècle avec la démocratisation des sports d’hiver, suscitant une forte créativité architecturale. Téléphériques, stations intégrées, ouvrages d’art sont des programmes spécifiques à la montagne et la Haute-Savoie peut ainsi revendiquer des architectures emblématiques du Mouvement moderne parfaitement ancrées dans la géographie alpine [fig. 8]. Dépassant l’opposition entre une architecture accusée d’être (trop) de son temps et le désir d’une construction faisant corps avec le lieu, le téléphérique est « à la fois régional, simple et moderne », selon l’expression de l’architecte Albert Laprade (1883-1978)19. Il fait partie de la conquête de la montagne et est intégré dans la culture locale comme un marqueur identitaire. Sa modernité est l’expression juste de cette aventure.

Figure 8

Figure 8

Hôtel Le Flaine de la station de Flaine (Haute-Savoie), architecte Marcel Breuer (1969), 2015.

© Photographe inconnu (CAUE de Haute-Savoie).

Un président convaincu par la dynamique culturelle

  • 20 Se reporter au site internet du CAUE de Haute-Savoie qui lui est consacré : http://expomauricenovar (...)

13Alain Bosson, maire d’Étrembières et président du GLCT, est sensibilisé à l’œuvre de l’architecte Maurice Novarina (1907-2002). Ce dernier, outre son agence parisienne, avait conservé une forte implantation à Thonon et bénéficie toujours d’une aura exceptionnelle en Haute-Savoie. Par lui, la modernité se présente sous le jour aimable d’une architecture ordinaire et locale20. La commune acquiert en 2014 l’église Notre-Dame-de-la-Paix [fig. 9], construite en 1963, pour en faire un lieu d’exposition, et demande en 2016 son inscription au titre des monuments historiques (2021). Cette décision, prise dans le même calendrier que celui du téléphérique, suscite de nombreux débats au sein du conseil municipal, mais conforte le maire dans son choix. La gare basse ayant été démolie, Étrembières pouvait être écartée de la dynamique culturelle en train d’émerger. La commune a trouvé dans cette église proche la possibilité de s’inscrire dans une convergence de projet. Le téléphérique est ainsi porté par des valeurs symboliques nées de l’histoire locale, de l’héritage assumé de la modernité et de l’aménagement de la montagne. Lorsque le président du GLCT propose sa protection au titre des monuments historiques, l’unanimité se fait rapidement. Les démarches sont entreprises en s’appuyant sur le projet établi par l’équipe Devaux et Devaux architectes (DDA).

Figure 9

Figure 9

Église Notre-Dame de la Paix, Étrembières (Haute-Savoie), 2018.

© Jacques Fatras (CAUE de Haute-Savoie).

Des contributions financières motivées par l’attachement patrimonial

  • 21 La Loterie romande est une institution regroupant les six cantons romands. Elle soutient par ses bé (...)

14À l’issue de la phase de programmation, un concours est organisé et l’agence DDA est déclarée lauréate [fig. 10]. La démarche patrimoniale et la possibilité de mettre en service la salle de restaurant, voulue à l’origine dans le projet de Maurice Braillard, ont convaincu le jury. Avec un budget de presque 8 millions d’euros, ce chantier demande une mobilisation financière importante. Chaque membre du groupement est appelé à contribuer à parts égales entre la Suisse et la France pour rembourser l’emprunt nécessaire. Par ailleurs, et selon un montage assez classique, la partie française sollicite l’aide de chaque niveau territorial, département, région, État (DRAC), fonds européen Feder et Interreg et la partie suisse se tourne vers la Loterie romande21 et les fondations. La rapidité de décision est nettement à l’avantage de ces dernières puisque le GLCT dispose déjà des sommes helvétiques alors que les délibérations des instances françaises et européennes sont en attente. L’apport d’argent privé pour restaurer des bâtiments est habituel en Suisse et c’est de la même manière que sont financés des inventaires ou études patrimoniales. Dans le cas du téléphérique, ce soutien représente la somme de 2 850 000 €. L’ampleur de l’engagement montre évidemment un attachement exceptionnel. Du côté français, c’est le conseil départemental de Haute-Savoie qui, avec 1 800 000 €, apporte la plus forte contribution. Déjà principal financeur en 1982, ce soutien constant dépasse le cadre habituel de sa politique culturelle ou touristique.

Figure 10

Figure 10

Intégration paysagère du projet de réhabilitation de la gare haute du téléphérique du Salève, projet perspective extérieure, concours 2018.

© Pascal Olivier paysagiste, infographie Devaux & Devaux architectes.

Un patrimoine ni français ni suisse, mais genevois

15La position de la ville de Genève, entourée par des territoires français, est particulière. Une histoire commune les relie et leur forte interdépendance économique voit la résidentialisation du Genevois français s’accélérer, les déplacements pendulaires des travailleurs frontaliers croître et l’ambition européenne de la métropole s’affirmer. La coopération transfrontalière est efficace, permettant notamment la réalisation de projets structurants dans le domaine de la mobilité. Le champ culturel est le parent pauvre de cette coopération. Le patrimoine bâti en particulier, y compris celui du xxsiècle, ne fait pas l’objet d’une prise en compte à la hauteur de son intérêt. Les dispositifs de protection nationale ou fédérale ont peu d’impact et cette absence n’est pas compensée par des politiques locales particulières.

16La rénovation du téléphérique du Salève, lancée en 2016, cristallise un sentiment d’appartenance à un même territoire de part et d’autre de la frontière. Sa modernité, masquée par des travaux successifs, s’en trouve désormais pleinement assumée. La gouvernance genevoise (franco-suisse) du GLCT veut la restituer dans toute sa radicalité. Inauguré en 1932, l’année de la confirmation de la zone franche au détriment de la France, le téléphérique est l’expression d’une histoire singulière, ni française ni suisse, mais genevoise.

17Par sa fonction, il fait partie de l’aventure de l’ouverture de la montagne au plus grand nombre. La démocratisation de l’accès aux sommets, portée par la pratique du ski, a été à l’origine de programmes nouveaux et d’une créativité architecturale et technique qui a marqué le xxsiècle. Ce téléphérique aux avant-postes des Alpes du Nord en témoigne.

18Les motifs de la demande d’inscription comme monument historique sont donc multiples, et la présence de nombreux architectes dans et autour des instances du GLCT accompagne la reconnaissance de cette architecture du xxsiècle. Le Mouvement moderne, qui revendique la rupture et l’éloignement du régionalisme, fait ici le consensus et rassemble des particularismes parfaitement genevois.

19Les travaux ont démarré en septembre 2021 avec l’objectif d’une livraison au printemps 2023. Le projet du cabinet DDA architectes a emporté l’adhésion du jury et du maître d’ouvrage par la restitution du restaurant prévu dans le projet initial, mais jamais terminé. Surmontant le téléphérique, la salle est restée ouverte à tous les vents dès l’origine et a été, lors de la rénovation de 1982, complètement habillée par un parement en tôle. Pour faciliter l’accessibilité et permettre des fonctions complémentaires, le projet prévoit une prolongation du volume horizontal et l’adjonction d’une circulation verticale. Les dispositions d’origine vont être restituées, en particulier la terrasse, par la démolition du restaurant actuel. L’enduit va être enlevé ainsi que l’habillage en métal et la restauration des bétons engagée redonnera au téléphérique son aspect initial. Lors de sa mise en service, le bâtiment était inachevé et l’intervention en cours ne le complètera donc pas. Les débats au sein du comité scientifique instauré par le maître d’ouvrage se concentrent sur la bonne lisibilité des parties anciennes.

Haut de page

Notes

1 DEUCHLER Florens, « Konrad Witz, la Savoie et l’Italie. Nouvelles hypothèses à propos du retable de Genève », Revue de l’art, no 71, 1986, p. 7-16, disponible en ligne, https://www.persee.fr/doc/rvart_0035-1326_1986_num_71_1_347545 [lien valide en janvier 2022].

2 Maurice Braillard est assisté par Georges Riondel, ingénieur civil genevois, et par André Rebuffel, ingénieur spécialiste des téléphériques.

3 La Fondation Braillard architectes, créée en 1987, est une institution suisse reconnue d’utilité publique, domiciliée à Genève. Son objectif est la diffusion de la culture architecturale et urbaine. Son activité comprend la valorisation de l’architecture du xxsiècle et la recherche en études urbaines et sciences de la ville.

4 Il s’agit du projet de Jean-François Garneau, société INITIAL Innovation stratégie et développement, présenté lors de la réunion de travail du 6 avril 2016.

5 Le PLU de Monnetier-Mornex limite l’urbanisation du secteur en application de la directive de protection et de mise en valeur des paysages prise par décret le 27 février 2008.

6 Selon l’expression de Pierre Cusin, président du syndicat mixte du Salève, lors de la réunion de travail du 6 avril 2016.

7 BRULHART Armand & DEUBER ZIEGLER Erica, « Trente ans de défense du patrimoine architectural genevois. Une évolution lente », in EL-WAKIL Leïla (éd.), Patrimoine genevois : état des lieux, Gollion, Infolio, 2007, p. 57-80, disponible en ligne, https://archive-ouverte.unige.ch/unige:5674 [lien valide en janvier 2022].

8 AUBERT Gabriel, « La protection du patrimoine architectural en droit genevois », Revue de droit administratif et de droit fiscal, vol. 33, no 1, 1977, p. 1-18.

9 Ce service, créé en 1976, a notamment pour mission le recensement architectural du canton, y compris pour le xxsiècle.

10 NEMEC-PIGUET Sabine, « La protection du patrimoine à Genève, mise en place et évolution du système légal », in EL-WAKIL Leïla (éd.), Patrimoine genevois : état des lieux, op. cit., p. 29-56, disponible en ligne https://archive-ouverte.unige.ch/unige:5674 [lien valide en janvier 2022].

11 EL-WAKIL Leïla, « À quoi sert le recensement architectural du canton de Genève ? », blog, 26 déc. 2016, https://lelwakil.blog.tdg.ch/archive/2016/12/26/a-quoi-sert-le-recensement-architectural-du-canton-de-geneve-281097.html [lien valide en janvier 2022].

12 UMBDENSTOCK Gustave, Cours d’architecture, Paris, Gauthier-Villars & Cie, 1930, vol. 2, p. 32.

13 Fiche pratique, avril 2021, UDAP74/73, en ligne, https://www.culture.gouv.fr › services-des-UDAP [lien valide en janvier 2022].

14 Calcul sur la base des chiffres fournis par le site privé https://monumentum.fr.

15 Les espaces montagnards sont l’enjeu d’une protection prioritaire et le regard porté sur ce territoire a négligé le bâti pour privilégier la nature. 182 sites sont classés ou inscrits, représentant 14 % du département. Cette prise en considération par les instances régionales, situées à Lyon, est-elle partagée par les élus locaux ? Il est permis d’en douter car, pour ce qui est des politiques contractuelles de valorisation, la Haute-Savoie fait exception dans les Alpes en ayant refusé toute constitution de parcs nationaux ou régionaux sur son territoire, y compris dans le massif du Mont-Blanc.

16 VAISSE Pierre, « De la protection du patrimoine en général et à Genève en particulier », in EL-WAKIL Leïla (éd.), Patrimoine genevois. État des lieux, op. cit., p. 105-118, disponible en ligne, https://archive-ouverte.unige.ch/unige:5674 [lien valide en janvier 2022].

17 Réalisé en 2018 par des étudiants de l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble sous la conduite de Sophie Paviol, professeure, HDR en histoire de l’art, avec l’appui du CAUE.

18 Se reporter au site internet du CAUE de Haute-Savoie,

https://www.caue74.fr.

19 LAPRADE Albert, « Architecture dans nos provinces françaises. L’œuvre de M. Le Même, à Megève (Haute-Savoie) », L’Architecture, 1933, n2, p. 53-62.

20 Se reporter au site internet du CAUE de Haute-Savoie qui lui est consacré : http://expomauricenovarina.fr. Pour l’église Notre-Dame-de-la-Paix : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA74000040 [lien valide en janvier 2022].

21 La Loterie romande est une institution regroupant les six cantons romands. Elle soutient par ses bénéfices l’action sociale, culturelle et sportive. Sa gouvernance est assurée par des élus des six cantons et par des organismes de répartition cantonaux qui effectuent les arbitrages.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Gare haute du téléphérique du Salève, perspective du projet initial, Étrembière (Haute-Savoie), 1931-1932. Dessin conservé dans le Fonds d’archives Pierre Braillard de la Fondation Braillard Architectes (FBA 01.56.283).
Crédits © Maurice Braillard / Fonds d’archives Pierre Braillard de la Fondation Braillard Architectes.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34604/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Figure 2
Légende Gare haute du téléphérique du Salève, Étrembière (Haute-Savoie), 1935, photo conservée dans le Fonds d’archives Pierre Braillard de la Fondation Braillard Architectes (FBA 04.56.17).
Crédits © G. Roset / Fonds d’archives Pierre Braillard de la Fondation Braillard Architectes.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34604/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 3
Légende Gare haute du téléphérique du Salève, architecte Maurice Braillard, ingénieur André Rebuffel (1932), Étrembière (Haute-Savoie), 1979.
Crédits © Photographe inconnu (CAUE de Haute-Savoie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34604/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Figure 4
Légende Gare haute du téléphérique du Salève, architecte Maurice Braillard, ingénieur André Rebuffel (1932), architectes Lazzarini-Morel-Suard (1984), Étrembière (Haute-Savoie), 2017.
Crédits © Jacques Fatras (CAUE de Haute-Savoie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34604/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Titre Figure 5
Légende Gare basse du téléphérique du Veyrier (Haute-Savoie), architecte Auguste Fournier, ingénieur André Rebuffel (1934), 2015.
Crédits © Romain Blanchi / CAUE de Haute-Savoie.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34604/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 6
Légende Réhabilitation de la gare haute du téléphérique du Salève, projet perspective du restaurant dans la galerie panoramique, concours 2018.
Crédits © Laure Geneste architecte d’intérieur, infographie Devaux & Devaux architectes.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34604/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Figure 7
Légende Vue sur Genève depuis la cabine du téléphérique du Salève, 2017.
Crédits © Jacques Fatras (CAUE de Haute-Savoie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34604/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Figure 8
Légende Hôtel Le Flaine de la station de Flaine (Haute-Savoie), architecte Marcel Breuer (1969), 2015.
Crédits © Photographe inconnu (CAUE de Haute-Savoie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34604/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Titre Figure 9
Légende Église Notre-Dame de la Paix, Étrembières (Haute-Savoie), 2018.
Crédits © Jacques Fatras (CAUE de Haute-Savoie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34604/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre Figure 10
Légende Intégration paysagère du projet de réhabilitation de la gare haute du téléphérique du Salève, projet perspective extérieure, concours 2018.
Crédits © Pascal Olivier paysagiste, infographie Devaux & Devaux architectes.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34604/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Dutheil, « La reconnaissance et la protection d’un patrimoine franco-suisse : le téléphérique du Salève »In Situ [En ligne], 47 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/34604 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.34604

Haut de page

Auteur

Arnaud Dutheil

Directeur du conseil d’architecture d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) de Haute-Savoie

dir@caue74.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search