Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47La situation en FranceLa patrimonialisation des grands ...

La situation en France

La patrimonialisation des grands ensembles : le quartier de l’Abreuvoir à Bobigny (Seine-Saint-Denis), œuvre d’Émile Aillaud

The heritagisation of housing estates: The Abreuvoir neighbourhood in Bobigny (department of Seine-Saint-Denis), Émile Aillaud’s work
Jean-Bernard Cremnitzer

Résumés

Au début des années 1950, la Reconstruction se poursuit avec de vastes programmes publics de logements destinés aux classes populaires, sous l’égide du ministère de la Reconstruction.

C’est à Bobigny, en Seine-Saint-Denis, que va être réalisée, de 1950 à 1959, la cité-jardin de l’Abreuvoir, par l’Office public d’habitations du département de la Seine.

L’architecte Émile Aillaud (1902-1988) adopte le concept de cité-jardin, avec une faible densité et une hauteur de construction limitée, une séparation des circulations piétonnes et des véhicules, et une insertion du bâti dans un vaste parc paysager. La cité-jardin forme une vaste prairie sur laquelle s’implantent des typologies d’immeubles innovantes.

Le quartier de l’Abreuvoir subit depuis les années 1960 divers phénomènes d’obsolescence. Un entretien insuffisant du bâti, avec une ventilation des logements insuffisante. On constate également une obsolescence d’usage, les logements de petites surfaces ne correspondent plus aux usages actuels. Les commerces accusent une perte progressive d’activité, face aux grandes surfaces situées en périphérie.

Enfin, on assiste à une obsolescence patrimoniale, les opérations d’entretien n’ayant pas respecté les fondements architecturaux et paysagers d’origine.

Le projet de requalification urbaine en cours de réalisation (NPNRU) a fait l’objet d’une étude historique et patrimoniale qui a permis d’identifier des ensembles urbains et paysagers cohérents, structurés par des typologies d’habitat originales, et qui s’articulent de façon savante autour d’un mail piétonnier. Un cahier de prescriptions, le Masterplan patrimonial, a été élaboré dans le cadre d’un travail collectif avec les acteurs du projet, notamment l’Architecte des bâtiments de France. Il permet la validation du dossier ANRU et s’intègre au dossier de consultation de maîtrise d’œuvre du projet.

Haut de page

Texte intégral

1Au début des années 1950, la Reconstruction se poursuit avec de vastes programmes publics de logements destinés aux classes populaires, que l’on qualifiera de « grands ensembles des Trente Glorieuses », selon le terme de Gérard Monnier, historien de l’architecture. D’une jauge de l’ordre d’environ 1 500 logements, ils intègrent habitat collectif, espaces verts et équipements publics. Ils accueillent des populations provenant de quartiers insalubres des centres-villes, et également de zones rurales, la population française devenant majoritairement urbaine au milieu des années 1950.

2La région parisienne, dont la population est en forte croissance, fait l’objet de réalisations multiples, avec des délais de construction particulièrement rapides du fait de l’industrialisation croissante du bâtiment et sous l’impact de l’urgence en matière de logements ; l’appel de l’abbé Pierre de l’hiver 1954 est significatif de cette accélération des programmes de logements sociaux, avec l’État comme moteur en termes de décisions politiques et de nouveaux modes de financement (la Caisse des dépôts et consignations jouant ici un rôle majeur). Le quartier de l’Abreuvoir à Bobigny (Seine-Saint-Denis) est emblématique de ce mouvement national.

La création d’une cité-jardin

  • 1 Office public d’habitations du département de la Seine.

3C’est sur des terrains marécageux difficilement constructibles pour de l’habitat individuel et à faible valeur foncière, à Bobigny, en Seine-Saint-Denis, que va être engagée, en 1950, la construction d’une cité-jardin par l’office public d’habitations du département de la Seine, en concertation avec le ministère de la Reconstruction (l’OPHDS1 réalisa dans les années 1930 le programme de cités-jardins initié par Henri Sellier, comme la Butte-Rouge à Châtenay-Malabry, ou la cité-jardin de Suresnes, dans l’actuel département des Hauts-de-Seine). Cette décision, datée de décembre 1950, s’inscrit dans un programme global de neuf opérations en Île-de-France, lancé par l’État. Le financement est assuré par un premier emprunt d’État à 6 % d’un montant de 10 millions de francs, et d’un deuxième à 5,5 % d’un montant de 800 000 francs de la Caisse d’épargne de Paris.

  • 2 Fonds IFA Paris.

4Les principaux acteurs du projet sont l’office public de la Seine, maître d’ouvrage, la municipalité de Bobigny (qui réalise les espaces extérieurs), et le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU) qui a tout pouvoir de décision en matière de programmation, de financement et de choix des architectes, la Caisse des dépôts et consignations, principal financeur, l’architecte Émile Aillaud, ainsi que les entreprises de construction. Émile Aillaud (1902-1988), architecte déjà reconnu pour ses opérations de logements sociaux en Lorraine (cités de Creutzwald et de Saint-Avold, en Moselle) est missionné dans un premier temps par le MRU pour élaborer une « proposition de plan-masse portant sur la zone de Bobigny à laquelle s‘ajoute une enclave sur Drancy, avec une emprise totale de 21 ha2 ». Le plan-masse est validé en 1952 et les plans de la première tranche sont dressés en 1953 ; les travaux démarrent le 31 mai 1954 et se poursuivront jusqu’en 1959, avec au final la création de 1 509 logements. Émile Aillaud est associé à l’architecte Jean Vèdres pour le secteur dit « Les Équerres », à l’est du quartier, auquel il laisse une grande liberté, se concentrant sur le secteur ouest. Le concept de cité-jardin, théorisé par l’urbaniste anglais Ebenezer Howard à la fin du xixsiècle, est interprété par Émile Aillaud, avec comme composantes une faible densité et hauteur de construction, une séparation des circulations piétonnes et des véhicules, et une insertion du bâti dans un vaste parc paysager. Dans ses écrits, il prend comme exemple les ensembles paysagers nordiques de Suède et de Finlande, plutôt que de se référer aux réalisations d’avant-guerre des cités-jardins de la région parisienne. D’autres archétypes sont réinterprétés par Émile Aillaud, comme les Siedlungen de Berlin des années 1920 (Hans Scharoun en particulier) ou le Circus de Bath (John Wood, 1775) qu’il cite comme référence. La cité-jardin forme une vaste prairie sur laquelle s’implantent les typologies d’immeubles.

5Les intentions du projet sont clairement exposées dans une note dactylographiée, probablement rédigée par Émile Aillaud (Institut français d’architecture [IFA], fonds Aillaud) :

Il a dû s’accommoder d’une voirie existante et, pour éviter le morcellement de son ensemble, certains bâtiments enjambent les voies. Il a essayé par une large allée de piétons (4 rangées de tilleuls) longue de près d’un kilomètre, sinueuse et jalonnée de terrains de jeux, de créer un lien et une unité entre les divers éléments de la composition. Il a voulu créer un ensemble varié, avec des groupements de maisons de types différents et des paysages changeants pour le piéton qui se déplace le long du mail. Le paysage général est une prairie naturelle sur laquelle sont posées des constructions généralement basses (3 ou 4 étages) qui tantôt sinuent librement au milieu des arbres, tantôt se groupent en petits bâtiments à trois branches (9 logements) sur trame hexagonale. À l’une des extrémités du mail, les bâtiments bas enferment un large espace sur lequel se dressent 6 tours de 11 niveaux, dont 3 cylindriques et 3 en forme d’étoile. L’architecte a recherché là un paysage frappant qui puisse agir sur l’imagination et l’affectivité des habitants. Deux centres commerciaux forment des places publiques sensiblement circulaires : pôles d’attraction et ossature urbaine de cette agglomération.

6Le végétal constitue un élément essentiel du projet : « Quand d’ici trois ou quatre ans tilleuls et marronniers auront poussé, on ne verra plus de sa fenêtre qu’un immense parasol de feuillage, sous lequel on pourra se promener, lire son journal ou... ne rien faire », peut-on lire dans cette même note dactylographiée.

La composition urbaine, un parc habité

  • 3 Grue circulant sur des rails qui facilitent son déplacement, et augmentent en conséquence les caden (...)

7Contrairement à la plupart des grands ensembles dessinés à cette époque, le projet d’Émile Aillaud ne reprend pas le principe du chemin de grue3 et le système en domino à barres rectilignes. Seul le secteur est, dessiné par Jean Vèdres, adopte le principe de bâtiments en équerre. En opposition avec le principe de la table rase, l’architecte conserve le réseau viaire, les immeubles neufs enjambant les voies existantes par de vastes porches. L’espace du quartier est structuré autour d’un mail végétal planté d’un double alignement de tilleuls qui serpente et forme l’épine dorsale sur laquelle se greffent les espaces de jeux et les espaces publics, notamment les places de l’Europe et des Nations-Unies, support des activités commerciales [fig. 1].

8Figure 1

© Photographe inconnu / reproduction Service culturel du Patrimoine de Seine-Saint-Denis.

  • 4 Interview de Fabio Rieti par J.-B. Cremnitzer, 2018.

9Des typologies d’immeubles variées qualifient chaque secteur. On distingue les tours cylindriques et en étoile de hauteur R+10, à l’ouest, les immeubles en serpentin R+3/4, support du mail central, en courbes et contrecourbes, et les maisons dites en étoile R+2 qui parsèment la prairie. Cet espace végétal est ponctué de vastes pelouses et aires de jeux et de plantations d’arbres d’essences diverses, implantés dans une relation directe au bâti. Une polychromie des façades conçue par l’artiste Fabio Rieti (gendre d’Émile Aillaud) spécifie les typologies d’immeubles et qualifie des séquences du paysage urbain. Les coloris s’inspirent de la palette de l’artiste Pierre Bonnard4. Le plan-masse possède une dimension cinétique ; il définit des relations topologiques, et non géométriques, entre espaces construits et non construits ; il est structuré également par des tracés régulateurs spécifiques à chaque typologie de bâti, tels que des arcs de cercle générant les courbes et contre-courbes des immeubles serpentin ; notons également l’alignement des immeubles en étoile sur des axes parallèles, ou encore des perspectives de composition du bâti générées par les voies préexistantes. Ces tracés régulateurs définissent une composition urbaine où chaque ensemble possède sa propre logique et typologie architecturale, avec des cônes de vue qui offrent au visiteur une découverte progressive des lieux, sous la forme d’une promenade architecturale et paysagère.

Le chantier et sa réception dans les médias

  • 5 Moule que l’on fait glisser le long d’une paroi d’un ouvrage en béton afin de le couler en continu (...)
  • 6 L’Aurore, 12 avril 1960.

10Le chantier du quartier de l’Abreuvoir est traité en lots séparés, en trois tranches successives, de mai 1954 à janvier 1959. Les techniques constructives utilisées sont caractéristiques des années 1950, avec des murs de façade et refends intermédiaires porteurs, des épaisseurs d’immeuble de l’ordre de 7,50 mètres (tranche 1) à 8 mètres (tranches 2 et 3). L’industrialisation est limitée, sauf en ce qui concerne les tours rondes, où est mise en œuvre la technique de coffrages glissants déjà utilisée pour les silos et les châteaux d’eau5 . La plupart des façades sont enduites, selon une polychromie élaborée par Fabio Rieti. En ce qui concerne le végétal, 2 000 arbres seront plantés. Ainsi, en seulement quatre ans et demi de chantier et sous la conduite d’une équipe de maîtrise d’œuvre composée de moins de dix architectes, 1 509 logements sortiront de terre, ainsi que les équipements et espaces extérieurs, offrant aux habitants un espace de vie, un véritable parc habité. En termes de réception, le quartier fait l’objet d’une forte médiatisation dans la presse nationale : « Une cité de l’an 2000 ; à Bobigny, tours cylindriques, et en étoiles et bâtiments en lignes sinueuses offrent 1 500 logements au milieu de pelouses et de 2 000 arbres6. » Dans la production de l’époque, l’Abreuvoir constitue une exception à la règle des compositions à trame orthogonale et parkings au pied des habitations, le concept de base étant une relation dialectique entre bâti et nature.

Un mode d’habiter spécifique

  • 7 AILLAUD Émile, Désordre apparent, ordre caché, Paris, Fayard, 1975.

11Les logements ne correspondent pas totalement aux normes édictées par le ministère de la Reconstruction. Si les surfaces sont bien conformes (c’est-à-dire des cellules de l’ordre de 38 m2 pour un T2, 48 m2 pour un T3 et 58 m2 pour un T4), la répartition obtenue par Émile Aillaud, contre l’avis du ministère, permet d’augmenter le pourcentage de grands appartements familiaux. En termes de confort, on note un éclairage naturel de toutes les cages d’escalier, zénithal pour les tours et immeubles en étoile et vertical pour les immeubles serpentin. Les appartements des immeubles serpentin sont à double orientation ; ceux des tours s’ouvrent sur un panorama à grand angle de 120°, ceux des immeubles en étoile possèdent trois orientations ainsi que des jardins privatifs pour les logements en rez-de-chaussée. Chaque type génère une forme urbaine spécifique. Les immeubles en serpentin forment le support du mail végétal et fabriquent deux espaces urbains majeurs spécifiques (la place des Nations-Unies et la place de l’Europe), les immeubles en étoile ponctuent la prairie au nord du mail, les tours ont une fonction de repère urbain, les immeubles en équerre forment une lisière à l’est du quartier. Comme déjà indiqué, les surfaces des logements sont faibles par rapport aux standards actuels ; les cellules possèdent cependant des qualités que l’on ne retrouve pas dans la production actuelle, telles que la double orientation, la salle de bains à éclairage naturel, etc. On constate également que les pièces humides, comme la salle de bains ou la cuisine, sont d’une taille identique quel que soit le type d’appartement. Les ouvertures de baies sont petites, conformément aux intentions d’Émile Aillaud qui considère le logement comme un cocon, en opposition sur ce point avec les dogmes hygiénistes du Mouvement moderne sur la lumière et l’ensoleillement : « Il faudrait vivre dans un repli. Et le logement est par nature une retraite. La fenêtre, comme l’œil de l’objectif, doit être petite et lumineuse7 » [fig. 2, fig. 3, fig. 4 et fig. 5].

Figure 2

Figure 2

Les immeubles-tours, architecte Émile Aillaud, Bobigny, photographie extraite de l’analyse patrimoniale « Quartier de l’Abreuvoir. Bobigny », Est Ensemble, 2017.

© Photographe inconnu / reproduction Seine-Saint-Denis Habitat.

Figure 3

Figure 3

Le secteur des maisons-étoiles vue depuis le mail piétonnier, architecte Émile Aillaud, Bobigny, 2017.

© Jean-Bernard Cremnitzer.

Figure 4

Figure 4

Les différentes typologies d’immeubles (architectes Émile Aillaud et Georges Védres pour les immeubles en équerres), plan extrait de l’analyse patrimoniale « Quartier de l’Abreuvoir. Bobigny », Est Ensemble, 2017.

© Jean-Bernard Cremnitzer.

Figure 5

Figure 5

Immeuble-porche, architecte Émile Aillaud, Bobigny, 2017.

© Jean-Bernard Cremnitzer.

12Dans l’œuvre d’Émile Aillaud, le quartier de l’Abreuvoir constitue un laboratoire à grande échelle de la production en masse du logement social, initié à partir des expérimentations précédentes de Creutzwald (Cité Bellevue) et Saint-Avold entre 1946 et 1949. À la suite de Bobigny sont réalisées successivement les cités des Courtillières à Pantin (1955 à 1969), de Wiesberg à Forbach (Moselle, 1959 à 1972), de la Noé à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines, 1966 à 1984) et quartiers Pablo-Picasso et des Fontenelles à Nanterre (Hauts-de-Seine, 1973 à 1981).

Obsolescences

  • 8 Définitions de l’obsolescence par Alain Arvois, « Une typologie opérationnelle de l’habitat ancien, (...)

13Depuis sa création, le quartier de l’Abreuvoir a été l’objet de plusieurs phénomènes d’obsolescence8. On peut distinguer tout d’abord une obsolescence technique. Quelques mois seulement après leur réception, les immeubles-tours subissent un sinistre qui se traduit par des infiltrations d’humidité sur les façades ; avec l’accord d’Émile Aillaud, l’enduit est remplacé par une vêture de type Eternit, de teintes noires et vertes. De manière générale, un entretien insuffisant au cours des décennies suivant la réalisation est à la source des dégradations, avec une ventilation des appartements qui s’avère insuffisante, notamment pour les pièces humides. On constate également une obsolescence d’usage. Les logements de petites surfaces ne correspondent plus aux usages actuels ; une population de 3 500 habitants, le plus souvent en voie de paupérisation à la suite des diverses crises économiques, habite ces appartements, les faibles surfaces étant synonymes de loyers à bas coûts (le revenu médian par famille étant de 8 100 €/an). Le quartier a perdu son attractivité ; il est, de plus, éloigné des moyens de transports, métro et tramway. Les commerces accusent une perte progressive d’activité, face aux grandes surfaces situées en périphérie ; seuls les équipements restent performants, en termes d’accueil scolaire, crèche, centre culturel.

14Enfin, on assiste à une obsolescence patrimoniale. Les opérations d’entretien n’ont pas respecté les fondements architecturaux et paysagers d’origine. Qu’il s’agisse de l’isolation thermique par l’extérieur et la perte de la polychromie d’origine, des menuiseries extérieures en bois remplacées par des fenêtres PVC ou de la fermeture des accès des immeubles côté parc à des fins de sécurité, aucune politique de requalification architecturale du projet d’origine n’a véritablement été engagée, hormis l’opération Banlieues 89, qui a eu le mérite de conserver l’essentiel des coloris d’origine (Jean-Maur Lyonnet et Nicole Eleb architectes, à qui sont confiés des secteurs spécifiques du quartier.) En termes de paysage, les espaces majeurs se dégradent peu à peu, qu’il s’agisse des clairières ou du mail planté, dont les tilleuls dépérissent.

Un projet d’envergure : la procédure NPNRU et son volet patrimonial

  • 9 NPNRU : À la suite du PNRU, ce programme de l’État a été lancé en 2014 afin de transformer en profo (...)
  • 10 Unité départementale de l’architecture et du patrimoine de Seine-Saint-Denis.
  • 11 Étude menée par Jean-Bernard Cremnitzer, architecte-urbaniste, et Élodie Gérifaud, archiviste, en a (...)

15Dans le cadre de la politique nationale de requalification des grands ensembles, 216 quartiers d’intérêt national, dont le quartier de l’Abreuvoir, font l’objet depuis 2017 d’une procédure NPNRU9, avec un financement de l’ordre de 6 milliards d’euros. Cette procédure, qui associe principalement l’État, la municipalité et le bailleur social Seine-Saint-Denis habitat (dont il faut souligner l’engagement pour sauvegarder ce patrimoine), est mise en œuvre par l’établissement public territorial Est Ensemble. Différentes études ont été engagées par des bureaux d’étude, d’ordre technique, architectural, urbain, économique et paysager, sur une durée de près de deux ans, qui permettent d’aboutir en 2019 à une convention opérationnelle de renouvellement urbain, élément déclencheur des travaux de réhabilitation. Il convient de signaler le volontarisme du bailleur social qui a réussi à concilier les exigences de qualité architecturale prescrites dans l’analyse architecturale et la réalité de l’opération de renouvellement urbain (contrairement à la plupart des quartiers de ce type où l’ANRU impose un changement d’image notable qui se traduit par des déconstructions importantes du bâti). L’Abreuvoir a reçu en 2008 le label « Patrimoine du xxsiècle » (aujourd’hui label « Architecture contemporaine remarquable »), décerné par le ministère de la Culture. La DRAC d’Île-de-France, ici en l’occurrence l’UDAP 9310 (Saadia Tamelikecht, Architecte des bâtiments de France), est donc partie prenante dans les décisions de sauvegarde des composants architecturaux et paysagers. De ce fait, une étude d’analyse patrimoniale assortie de prescriptions architecturales et paysagères11 a été engagée, sur appel d’offres, en parallèle avec les diagnostics techniques. L’étude patrimoniale s’est déroulée sur une période de dix-huit mois en concertation étroite avec l’UDAP 93. Dans le cadre d’ateliers participatifs ayant pour objectif de mieux cerner les attentes de la population du quartier, un atelier-patrimoine réunissant une vingtaine d’habitants a permis de faire émerger quelques points particuliers. La nostalgie d’une époque est perceptible chez les plus anciens qui regrettent avant tout une convivialité aujourd’hui disparue, avec ses fêtes et ses diverses réunions d’habitants. Le cadre végétal reste l’atout positif le plus ressenti, avec avant tout les vues sur le parc depuis les logements, bien que les espaces extérieurs fassent l’objet d’une faible appropriation. L’obsolescence de l’habitat est relevée par la plupart des participants de l’atelier, tant au niveau des surfaces des pièces, jugées insuffisantes, que des pathologies, telles que celles causées par l’humidité dans les logements. L’impression est celle d’une lente dégradation qui a fait disparaître toute vie sociale. Émile Aillaud est identifié par nombre d’habitants comme le créateur de la cité. Cette parole d’habitant émise lors de l’atelier patrimoine est révélatrice : « Émile Aillaud reviens ! », reconnaissant ainsi le génie du créateur du quartier, et l’abandon progressif des valeurs d’origine [fig. 6].

Figure 6

Figure 6

Morphologie du quartier de l’Abreuvoir (architectes Émile Aillaud et Georges Védres pour les immeubles en équerres).

© Jean-Bernard Cremnitzer.

Analyse et prescriptions sur un patrimoine du xxsiècle

  • 12 Film Les Cités du soleil, réalisateur Jean-Claude Sée (ministère du Logement, 1958) https://www.dai (...)
  • 13 LEROUX-DHUYS Jean-François, L’Architecture selon Émile Aillaud, Paris, Dunod, coll. « Espace & arch (...)
  • 14 AILLAUD Émile, Désordre apparent, ordre caché, Paris, Fayard, 1975.

16Une première phase de l’étude a consisté à établir un inventaire des documents disponibles : archives de Seine-Saint-Denis Habitat, fonds Aillaud à l’IFA, archives du service culturel du Patrimoine de Seine-Saint-Denis, archives municipales, études préalables, dossier Banlieues 89 (archives de l’architecte Jean-Maur Lyonnet), film d’archives12, photographies d’époque, bibliographie sur Émile Aillaud13, ouvrages et articles d’Émile Aillaud lui-même14. À partir de ces sources, il a été procédé à un arpentage de plusieurs jours sur le terrain, avec un relevé des composants bâtis et paysagers : hauteur du bâti, position des entrées, type d’immeuble, coloris des façades, modification par rapport à l’origine, relevé des végétaux et espaces verts, repérage des espaces résiduels ou dégradés. La comparaison entre les états d’origine sur la base de plans et de photos d’archives et l’analyse sur site a permis de repérer les transformations et les diverses obsolescences. On constate également une faible porosité entre le tissu pavillonnaire environnant et le quartier lui-même, ces lieux étant habités par des populations à fortes différences sociales. L’analyse a fait émerger des ensembles urbains et paysagers cohérents, structurés par des typologies d’habitat spécifiques, qui s’articulent de façon savante autour du mail piétonnier qui parcourt la cité [fig. 7].

Figure 7

Figure 7

Le mail, architecte Émile Aillaud, Bobigny, 2017.

© Jean-Bernard Cremnitzer.

17Sur le bâti, on note le remplacement des fenêtres en bois, positionnées au nu extérieur des façades, au profit de fenêtres PVC alignées sur le nu intérieur, la décoloration de la polychromie, le traitement en brique des soubassements, et l’obturation des entrées donnant sur le parc. Les espaces extérieurs ont perdu nombre d’espèces d’arbres, la diversité biologique s’est réduite, les espaces de convivialité se sont effacés et le mobilier urbain a pratiquement disparu. À partir de ce constat, des prescriptions sur la requalification des lieux ont été élaborées dans le cadre d’un travail collectif avec les acteurs du projet, au sein de groupes de travail. Un intense travail de pédagogie et d’argumentation sur la valeur patrimoniale du site a été nécessaire pour pallier les risques de dérives inhérentes à ce type de projet, à savoir une volonté première de détruire un maximum de bâtiments au profit d’immeubles neufs standardisés, de privatiser les espaces extérieurs des immeubles, d’irriguer le quartier par un réseau viaire automobile ou encore de fracturer les immeubles serpentins pour une plus grande transparence avec l’environnement immédiat.

18C’est un cahier des charges précis et structuré, destiné tant à la procédure de validation du dossier ANRU qu’au dossier de consultation des concepteurs chargés de la maîtrise d’œuvre du projet, élaboré dans le cadre de cette étude patrimoniale. Il s’agit de conserver, mettre en valeur et restituer les éléments structurants du projet originel d’Émile Aillaud tout en permettant une actualisation des logements conforme au mode d’habiter actuel, notamment par une restructuration interne des logements trop petits, et en diversifiant l’offre de logements afin d’aboutir à une plus grande mixité sociale. Les prescriptions du Masterplan [fig. 8] sont hiérarchisées, depuis la valorisation de l’image globale du quartier jusqu’aux détails d’architecture.

Figure 8

Figure 8

Le Masterplan patrimonial, plan extrait de l’analyse patrimoniale « Quartier de l’Abreuvoir. Bobigny », Est Ensemble, 2017.

© Jean-Bernard Cremnitzer.

  • 15 Étude sur la faisabilité de réhabilitation des immeubles, Archétude architectes, commandée par Sein (...)
  • 16 Rapport d’étude stratigraphique des polychromies des bâtiments de Émile Aillaud et Jean Vèdres à la (...)

19Il s’agit tout d’abord de valoriser la dimension cinétique du plan-masse, de ses relations d’ordre topologique, toute solution de trame orthogonale étant à proscrire ; l’identité de chaque ensemble urbain est à préserver, notamment le parc habité à l’ouest et la cité-jardin à l’est. Les circulations automobiles restent essentiellement confinées aux abords du quartier. Les cônes de vue sont valorisés, avec la conservation des porches monumentaux sous immeubles. L’équilibre savant entre espace végétal et espace bâti est à sauvegarder, les végétaux et chemins piétonniers (le mail, en particulier) étant à requalifier. Chaque typologie architecturale fait l’objet de prescriptions sur le clos et le couvert (traitement des soubassements, enduits, menuiseries extérieures à restituer au nu extérieur, etc.) [fig. 9]. Une étude menée en parallèle par Archétude15 a permis de confronter ces prescriptions à une simulation des projets sur le bâti. La polychromie étant un objectif majeur de la requalification – avec retour nécessaire aux coloris d’origine –, une étude scientifique de stratigraphie des coloris16, avec 334 sondages sur les façades, a permis d’identifier la gamme polychromique originelle, composée de vingt-deux couleurs.

Figure 9

Figure 9

Entrée d’immeuble-tour, architecte Émile Aillaud, Bobigny.

© Jean-Bernard Cremnitzer, 2017.

20Auprès des instances de l’ANRU, le projet de renouvellement urbain a été argumenté avec comme fondement la valeur architecturale et paysagère, élément qui ne constitue pas une entrave à la requalification mais est au contraire un potentiel de transformation. L’objectif est de respecter et faire partager aux habitants le genius loci de ce site emblématique de l’histoire du logement social du xxsiècle. L’Abreuvoir est en quelque sorte un palimpseste, support sur lequel vient s’appliquer une strate contemporaine qui offre de nouveaux supports d’usage aux habitants. L’une des conditions nécessaires à la réussite du projet est que les actions de requalification établissent un dialogue avec l’architecture distinguée d’Émile Aillaud. Toutefois, la patrimonialisation ne peut être acquise que si elle est appropriée par les habitants de l’Abreuvoir qui, confrontés à des difficultés sociales majeures, peuvent ne pas percevoir la dimension historique du quartier. De ce fait, des actions de médiation culturelle sont à mettre en place en parallèle avec l’opération de réhabilitation, auprès des écoles et des associations. Aspect encore trop souvent négligé dans les projets de renouvellement urbain de cette ampleur, le fait d’habiter un quartier historique à forte valeur patrimoniale constitue un atout réel pour la reconnaissance sociale des habitants.

Haut de page

Notes

1 Office public d’habitations du département de la Seine.

2 Fonds IFA Paris.

3 Grue circulant sur des rails qui facilitent son déplacement, et augmentent en conséquence les cadences d’exécution.

4 Interview de Fabio Rieti par J.-B. Cremnitzer, 2018.

5 Moule que l’on fait glisser le long d’une paroi d’un ouvrage en béton afin de le couler en continu (Wiktionnaire).

6 L’Aurore, 12 avril 1960.

7 AILLAUD Émile, Désordre apparent, ordre caché, Paris, Fayard, 1975.

8 Définitions de l’obsolescence par Alain Arvois, « Une typologie opérationnelle de l’habitat ancien, région Somme-Picardie », 1980, Plan Construction.

9 NPNRU : À la suite du PNRU, ce programme de l’État a été lancé en 2014 afin de transformer en profondeur 490 quartiers défavorisés. Piloté par l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine), il se traduit par la mise en œuvre d’opérations destinées à améliorer la mixité sociale et à stimuler le développement économique dans les quartiers.

10 Unité départementale de l’architecture et du patrimoine de Seine-Saint-Denis.

11 Étude menée par Jean-Bernard Cremnitzer, architecte-urbaniste, et Élodie Gérifaud, archiviste, en association avec Champ Libre paysagiste (Bruno Garnerone), commandée par Est Ensemble (2018-2019), en concertation avec l’UDAP 93.

12 Film Les Cités du soleil, réalisateur Jean-Claude Sée (ministère du Logement, 1958) https://www.dailymotion.com/video/xgj74q [lien valide en janvier 2022].

13 LEROUX-DHUYS Jean-François, L’Architecture selon Émile Aillaud, Paris, Dunod, coll. « Espace & architecture », 1983 ; LEFRANÇOIS Dominique & LANDAUER Paul, Émile Aillaud, Gollion, Paris, Infolio, Éd. du Patrimoine, coll. « Carnets d’architectes », 2011.

14 AILLAUD Émile, Désordre apparent, ordre caché, Paris, Fayard, 1975.

15 Étude sur la faisabilité de réhabilitation des immeubles, Archétude architectes, commandée par Seine-Saint-Denis Habitat, 2018/2019.

16 Rapport d’étude stratigraphique des polychromies des bâtiments de Émile Aillaud et Jean Vèdres à la cité de l’Abreuvoir à Bobigny/Drancy (Seine-Saint-Denis), commandé par Seine-Saint-Denis Habitat, réalisé par F. Joseph et D. Aguilella-Cueco, avril-juin 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Photographe inconnu / reproduction Service culturel du Patrimoine de Seine-Saint-Denis.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Titre Figure 2
Légende Les immeubles-tours, architecte Émile Aillaud, Bobigny, photographie extraite de l’analyse patrimoniale « Quartier de l’Abreuvoir. Bobigny », Est Ensemble, 2017.
Crédits © Photographe inconnu / reproduction Seine-Saint-Denis Habitat.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34729/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Titre Figure 3
Légende Le secteur des maisons-étoiles vue depuis le mail piétonnier, architecte Émile Aillaud, Bobigny, 2017.
Crédits © Jean-Bernard Cremnitzer.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34729/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 4
Légende Les différentes typologies d’immeubles (architectes Émile Aillaud et Georges Védres pour les immeubles en équerres), plan extrait de l’analyse patrimoniale « Quartier de l’Abreuvoir. Bobigny », Est Ensemble, 2017.
Crédits © Jean-Bernard Cremnitzer.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34729/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Titre Figure 5
Légende Immeuble-porche, architecte Émile Aillaud, Bobigny, 2017.
Crédits © Jean-Bernard Cremnitzer.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34729/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Figure 6
Légende Morphologie du quartier de l’Abreuvoir (architectes Émile Aillaud et Georges Védres pour les immeubles en équerres).
Crédits © Jean-Bernard Cremnitzer.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34729/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 658k
Titre Figure 7
Légende Le mail, architecte Émile Aillaud, Bobigny, 2017.
Crédits © Jean-Bernard Cremnitzer.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34729/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Figure 8
Légende Le Masterplan patrimonial, plan extrait de l’analyse patrimoniale « Quartier de l’Abreuvoir. Bobigny », Est Ensemble, 2017.
Crédits © Jean-Bernard Cremnitzer.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34729/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Titre Figure 9
Légende Entrée d’immeuble-tour, architecte Émile Aillaud, Bobigny.
Crédits © Jean-Bernard Cremnitzer, 2017.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34729/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Bernard Cremnitzer, « La patrimonialisation des grands ensembles : le quartier de l’Abreuvoir à Bobigny (Seine-Saint-Denis), œuvre d’Émile Aillaud »In Situ [En ligne], 47 | 2022, mis en ligne le 08 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/34729 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.34729

Haut de page

Auteur

Jean-Bernard Cremnitzer

Architecte-urbaniste et maître-assistant honoraire à l’ENSA Normandie, attaché au laboratoire ATE de l’ENSA Normandie, et praticien de la réhabilitation, spécialisé dans les études patrimoniales

jbcrem@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search