Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47La situation en FranceDu patrimoine du xxe siècle à l’a...

La situation en France

Du patrimoine du xxsiècle à l’architecture contemporaine remarquable

L’action du ministère de la Culture français en faveur de la reconnaissance et de la sauvegarde de l’architecture récente
From the heritage of the 20th century to the outstanding contemporary architecture. The action of the French Ministry of Culture for the recognition and safeguarding of recent architecture
Sophie Masse

Résumés

À la fin des années 1990, la France s’est saisie d’une recommandation du Conseil de l’Europe pour créer le label « Patrimoine du xxsiècle » et tenter de faire face aux menaces pesant sur ce patrimoine architectural récent. Depuis, la connaissance et la reconnaissance de cet héritage ont progressé, mais une action volontariste reste nécessaire pour aller plus loin. C’est pourquoi le dispositif a récemment évolué. Devenant label « Architecture contemporaine remarquable », il investit désormais la question des modalités d’intervention sur les bâtiments, entre préservation et transformation, ainsi que l’accompagnement des maîtres d’ouvrage concernés. Ces problématiques de réhabilitation qualitative et respectueuse de l’existant se retrouvent au cœur de l’actualité à l’échelle européenne, à travers des initiatives diverses.

Haut de page

Texte intégral

Une politique aux racines européennes

1En France, le label « Architecture contemporaine remarquable » représente la mesure phare du ministère de la Culture en faveur de la reconnaissance et de la protection du patrimoine récent.

2Ce label trouve ses origines à l’échelle européenne, avec la prise de conscience de la valeur patrimoniale de l’architecture du xxsiècle, et de sa fragilité. Après la création de l’association DOCOMOMO1 et son assemblée constitutive à Eindhoven en 1990, c’est le Comité des ministres du Conseil de l’Europe qui recommande dès 1991 aux États membres de prendre des mesures de protection du patrimoine architectural du xxsiècle2.

3Le constat est simple : l’architecture du xxsiècle fait intégralement partie du patrimoine historique de l’Europe ; or, elle est fortement menacée. Sa proximité dans le temps, le caractère hétérogène et prolifique de sa production rendent complexes sa connaissance fine, et donc sa reconnaissance patrimoniale ainsi que sa préservation. Afin d’éviter des pertes irréversibles, il est recommandé aux États membres « de mettre en œuvre, dans le cadre de leur politique générale de conservation du patrimoine bâti et lorsque cela est nécessaire par la voie de mesures spécifiques, des stratégies d’identification, d’étude, de protection, de conservation, de restauration et de sensibilisation visant l’architecture du vingtième siècle ».

  • 3 Concernant l’efficacité de la démolition pour résoudre les dysfonctionnements visés, voir LELÉVRIER (...)

4Parallèlement, en France, les décennies 1980 et 1990 voient la politique de la ville se réorienter progressivement : une nouvelle vague de rénovation urbaine arrive, qui vise à résoudre les problèmes sociaux rencontrés dans certains quartiers (notamment, les grands ensembles de logements sociaux) par des interventions spatiales et spécifiquement, par la démolition. Cette tendance se concrétise au début des années 2000 avec la création de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) qui finance, institutionnalise et organise la massification des démolitions3.

5De manière un peu moins spectaculaire mais tout aussi concrète, les injonctions liées au développement durable, plus particulièrement les exigences croissantes en termes de performances énergétiques des bâtiments, entraînent des transformations conséquentes sur de nombreux édifices récents.

6Il existe ainsi une tension grandissante entre un mouvement, encore émergent, de reconnaissance patrimoniale et des pratiques d’intervention de plus en plus lourdes sur l’architecture récente (plus particulièrement, la production de la seconde moitié du xxsiècle).

Le label « Patrimoine du xxsiècle » : de la connaissance à la reconnaissance

  • 4 Circulaire no 169053 du 18 juin 1999 sur le patrimoine du xxsiècle ; circulaire du 25 octobre 199 (...)

7C’est dans ce contexte que le ministère de la Culture crée, au moyen de circulaires publiées entre 1999 et 20014, le label « Patrimoine du xxsiècle ».

8Le label est avant tout conçu comme une mesure de sensibilisation, complémentaire à la mise en place ou au renforcement des mesures existantes de protection juridique, et de restauration ou de sauvegarde de ces architectures récentes (l’objectif étant d’augmenter la proportion d’architecture du xxsiècle, et notamment post-1945, parmi les édifices protégés au titre des monuments historiques ou les espaces protégés).

9Le ministère impulse la démarche en créant le label et en établissant une première liste de repérage, puis le déploiement de cette politique est déconcentré : les directions régionales des Affaires culturelles (DRAC) sont en charge d’inventorier, étudier, sélectionner et finalement labelliser les édifices remarquables de leur territoire. Des groupes de travail spécifiques sont créés, les commissions régionales du patrimoine et des sites (CRPS) sont sollicitées et, progressivement, des listes d’édifices sont labellisées.

10Un logotype et des plaques « Patrimoine du xxsiècle », apposées sur les bâtiments concernés, permettent de communiquer autour de ces actions et de rendre visibles ces architectures remarquables [fig. 1 et 2].

Figure 1

Figure 1

Logotype du label « Patrimoine du xxsiècle », 2001.

© Patrick Rubin et Valérie de Calignon (Canal architecture).

Figure 2

Figure 2

Plaque du label « Patrimoine du xxsiècle » apposée sur l’immeuble siège du journal La Loire républicaine à Saint-Étienne (Loire), conçue par Patrick Rubin et Valérie de Calignon (Canal architecture).

© Daniel Villafruela.

  • 5 La collection « Architectures du xxsiècle », ministère de la Culture, 2015-2017 rassemble cinq mo (...)

11Par la suite, pour appuyer et maintenir cet élan, à l’échelon central, le ministère développe une action scientifique et éditoriale ciblée : il lance et pilote des études sur la production architecturale du xxsiècle dans le domaine du logement. Portant d’abord sur les grands ensembles, puis sur les lotissements remarquables en France métropolitaine, ces travaux de fond donneront lieu à la publication de plusieurs ouvrages – devenus des références –, à l’organisation de campagnes photographiques, de colloques et d’expositions5 [fig. 3, 4 et 5]. Le ministère est également à l’initiative de la collection « Carnets d’architectes » publiée par les Éditions du patrimoine, qui met en lumière des architectes remarquables du xxsiècle et une sélection de leurs réalisations. En 2015 ont été lancés les « Carnets d’architecture », déclinaison de cette première collection, qui évoquent des réalisations emblématiques du siècle dernier avec une entrée cette fois par typologie ou programme, et non par architecte (les Villages Vacances Familles, les maisons-bulles…).

Figure 3

Figure 3

Ouvrages sur les grands ensembles et sur les lotissements remarquables de la seconde moitié du xxsiècle, parus respectivement en 2011 et 2017 et qui font désormais référence sur ces sujets : BRIAND Jean-François & HÉNAULT Philippe (dir.), Les Grands Ensembles, une architecture du xxe siècle, Paris, éditions Dominique Carré, 2011 ; HÉNAULT Philippe (dir.), Les Lotissements. Une histoire de l’habitat individuel groupé de 1940 à nos jours, Paris, éditions Dominique Carré, 2017.

© éditions Dominique Carré.

Figure 4

Figure 4

Campagne photographique sur les lotissements remarquables. Ces photographies de Cyrus Cornut, Sandrine Marc et Jürgen Nefzger sont publiées dans l’ouvrage de 2017 et ont fait l’objet d’une exposition sur les vitrines du ministère de la Culture en 2015. Extrait de HÉNAULT Philippe (dir.), Les Lotissements. Une histoire de l’habitat individuel groupé de 1940 à nos jours, Paris, éditions Dominique Carré, 2017.

© éditions Dominique Carré.

Figure 5

Figure 5

Monographies de grands ensembles remarquables éditées par le ministère de la Culture, 2015-2017. Cette collection « Architectures du xxsiècle » pourrait utilement se poursuivre avec de nouvelles publications traitant de bons exemples de réhabilitation d’architectures contemporaines remarquables.

© Sophie Masse.

12Malgré l’initiation de ces travaux et les avancées qu’ils permettent vers une meilleure connaissance et reconnaissance de l’architecture du xxsiècle, des difficultés opérationnelles subsistent, en particulier autour de la thématique du logement et des grands ensembles. En 2006, une circulaire interministérielle appelle à mobiliser, dans chaque département, les architectes des Bâtiments de France sur les projets de rénovation urbaine6, tandis que le ministère de la Culture et l’ANRU se rapprochent au niveau national, pour mieux dialoguer et tenter de concilier leurs objectifs respectifs lorsqu’il existe des enjeux patrimoniaux forts. Plusieurs projets suscitent des conflits, dont les blocages sont résolus après des négociations interministérielles7.

13Aujourd’hui, les bureaux constituent également une typologie de bâtiments très menacés, en raison notamment de leur adaptation parfois complexe à la règlementation thermique actuelle et à l’accélération importante du calendrier gouvernemental concernant la rénovation énergétique. Ces difficultés mènent souvent, soit à une dénaturation profonde des édifices, soit à leur démolition pure et simple.

14Ces épisodes confirment la nécessité de renforcer les actions menées par le ministère de la Culture en faveur l’architecture du xxsiècle en les combinant pour faire système, depuis la sensibilisation (label) jusqu’à la protection patrimoniale classique (monuments historiques, espaces protégés), en passant par le travail partenarial avec les opérateurs des projets. Pour gagner en efficacité opérationnelle, la politique du label doit s’enrichir d’une logique de dialogue autour du projet.

Le label « Architecture contemporaine remarquable » : vers un accompagnement des travaux

15Dès 2011-2012, le ministère de la Culture mène de premiers travaux d’évaluation de la politique du label « Patrimoine du xxsiècle » pour envisager une évolution du dispositif.

16Outre l’hétérogénéité des situations régionales, inévitable s’agissant d’une politique déconcentrée, on peut noter que, d’une part, une relance globale du label serait souhaitable, car l’élan des premières années s’est quelque peu essoufflé, et que, d’autre part, certains ajustements pourraient être apportés. Il s’agit de mieux documenter les édifices remarquables et de motiver leur labellisation de manière plus précise, ou encore de prévoir l’accompagnement des projets de travaux par les DRAC afin d’aller au-delà du seul signalement des édifices remarquables en devenant partie prenante de leur transformation.

  • 8 Loi no 2016-925 du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patr (...)
  • 9 Toutefois, les édifices construits au début du xxsiècle sont désormais plus facilement reconnus c (...)

17À la suite de ces réflexions, en 2016, la loi dite LCAP8 inscrit le label « Patrimoine du xxsiècle » dans le code du Patrimoine, et le réforme. Son intitulé change pour devenir « Architecture contemporaine remarquable » (ACR) et apporter une modification d’ampleur : le label couvre désormais des réalisations de moins de cent ans et non plus les édifices construits au xxsiècle. Cette inflexion s’inscrit dans le prolongement de la recommandation européenne de 1991 qui visait à favoriser la protection du patrimoine récent, justement trop récent pour être aisément reconnu. Néanmoins, cette règle peut poser question quant au devenir de certains bâtiments puisqu’elle entraîne une dé-labellisation de facto des édifices de plus de cent ans d’âge9.

18En outre, pour clarifier les statuts, label et protection au titre des monuments historiques (MH) ne peuvent plus coexister : la protection la plus forte l’emporte. Ainsi, pour les édifices protégés au titre des MH, le label tombe d’office. En 2016, le corpus des édifices labellisés se voit donc drastiquement réduit (de 3 000 à 1 300 labels environ sur l’ensemble du territoire national), ce qui a pour mérite de recentrer la politique du label sur des périodes dont l’architecture est moins reconnue, comme par exemple les décennies 1960 et 1970. En juillet 2021, on compte désormais 1 591 édifices et ensembles labellisés.

  • 10 Le propriétaire est tenu d’informer la DRAC de son intention au minimum deux mois avant de déposer (...)

19L’attribution du label ACR est également plus exigeante, en termes de description des biens concernés (périmètre) comme de motivation de la décision (éléments spécifiques, caractéristiques remarquables). En effet, si les premières labellisations, par liste, ont permis de lancer cette politique en constituant en quelques années un corpus relativement conséquent, elles présentent aussi certains désavantages, notamment lorsqu’un projet de travaux s’ébauche. Dans ces situations, les services qui ont attribué le label avant 2016-2017 se trouvent souvent dans l’incapacité de préciser son périmètre d’application et de qualifier la valeur patrimoniale de l’œuvre. Ils ne disposent alors pas des éléments de base indispensables pour accompagner les projets de travaux. Avec le nouveau label, cet écueil est évité. Couplées à l’obligation, pour tout propriétaire d’un bien labellisé, de déclarer son intention de faire des travaux10, les conditions minimales sont réunies pour permettre aux services du ministère de la Culture d’accompagner les maîtres d’ouvrage dans leurs projets.

De nouveaux enjeux pour l’architecture récente et le label

20Cette réforme a donc apporté des améliorations, notamment une meilleure connaissance des édifices labellisés et une incitation au dialogue autour des projets de travaux. Des difficultés demeurent cependant, car la procédure est désormais plus lourde (ce qui augmente la charge de travail des services et peut effrayer les propriétaires), sans pour autant garantir aux édifices une protection juridique accrue. Globalement, on peut toutefois considérer que cette évolution constitue une forme de raffinement du dispositif, qui a au moins partiellement rempli ses objectifs initiaux : il s’agit maintenant d’aller plus loin que le signalement, en apportant un soutien pour développer des projets de qualité sur ces bâtiments.

21Parmi les nouveaux défis qui se posent aujourd’hui figure aussi l’accompagnement global : soit pour des labels concernant des ensembles à l’échelle urbaine (et non des édifices isolés), soit pour des maîtres d’ouvrage propriétaires d’un parc immobilier riche en matière d’architecture récente. Le ministère travaille à développer cet aspect de sa politique.

  • 11 Programme incitatif de recherche 2016-2020 « Architecture du xxsiècle, matière à projet pour la v (...)
  • 12 Plusieurs recherches portant sur des problématiques de réhabilitation d’immeubles de logements ont (...)

22Ces évolutions du label s’accompagnent également d’une politique incitative dans le domaine de la recherche en architecture : le ministère soutient depuis cinq ans des travaux relatifs au devenir et à la réhabilitation de l’architecture du xxsiècle11. Ce programme a permis de mettre en lumière l’implication des enseignants-chercheurs des Écoles nationales supérieures d’architecture sur ces thématiques et d’encourager leurs travaux dont certains, très opérationnels, portent sur des problématiques techniques spécifiques12. Ce type de recherches complète utilement le travail des DRAC autour des problématiques de travaux.

  • 13 Par le studio Des Signes.

23Enfin, la médiation culturelle, sous toutes ses formes, reste un outil crucial pour permettre une meilleure appropriation de l’architecture récente par tous les publics ; elle complète et renforce la politique du label ACR. Dans le domaine de la communication, un nouveau logotype et une charte graphique dédiée ont été créés, et des plaques sont en cours de conception13. Des brochures explicatives ont également été réalisées à destination des propriétaires et des collectivités. Des bilans pluriannuels du label sont régulièrement publiés, et une campagne photographique nationale vient d’être lancée par le ministère de la Culture, visant à commander pendant plusieurs années à des photographes professionnels des clichés portant un regard personnel sur l’architecture labellisée partout en France [fig. 6, 7 et 8].

Figure 6

Figure 6

Logotype du label « Architecture contemporaine remarquable », 2019.

© Élise Muchir et Franklin Desclouds (studio Des Signes).

Figure 7

Figure 7

Dépliant « Mode d’emploi propriétaires » du label « Architecture contemporaine remarquable », ministère de la Culture, 2020.

© conception graphique studio Des Signes.

Figure 8

Figure 8

Ouvrage Label Patrimoine du xxe siècle. 15 ans de valorisation de l’architecture du xxsiècle, ministère de la Culture, 2019.

Reproduction Élisabeth Henry.

24En complément de ces bases institutionnelles, de nombreuses actions de sensibilisation sont aussi portées par les services déconcentrés et les établissements publics du ministère (Cité de l’architecture et du patrimoine, Écoles nationales supérieures d’architecture), mais aussi par différents réseaux de promotion de l’architecture (conseils d’architecture, d’environnement et de l’urbanisme (CAUE) ; Maisons de l’architecture ; Villes et Pays d’art et d’histoire ; associations). Il peut s’agir d’études, de publications, de films, de colloques à destination des professionnels ou encore de formations, initiales ou continues pour les architectes, les autres professionnels ou les élus… Les associations de défense du patrimoine, locales ou nationales (voire internationales), sont aussi très impliquées dans la connaissance, la promotion et la sauvegarde du patrimoine récent.

25Des améliorations ont été apportées récemment à la diffusion de la connaissance autour du label14, mais de nombreuses autres restent possibles et, bien sûr, souhaitables. Il serait intéressant, notamment, de mieux diffuser toute la connaissance produite par les études préalables aux labellisations et de valoriser des exemples de bonnes pratiques en termes de réhabilitation.

26Si la politique du label ACR en France est définie et pilotée par le ministère de la Culture et ses services déconcentrés, ses implications plus ou moins directes dépassent largement le cadre strict de l’intervention du seul ministère en la matière. Depuis les années 1990-2000, un chemin important a été parcouru, bien que des progrès restent sans doute à faire pour atteindre les objectifs formulés en 1991 par le Conseil de l’Europe.

  • 15 Ce projet, conçu et réalisé par Anne Lacaton, Jean-Philippe Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hu (...)

27L’actualité européenne témoigne de l’importance de ces thématiques relatives au devenir et à la réhabilitation d’architectures du xxsiècle. On pense notamment au foisonnement de recherches (académiques et appliquées) engagées sur ces sujets depuis quelques années et, spécifiquement, au niveau de la Commission européenne, au prix Mies van der Rohe attribué à l’opération Grand Parc Bordeaux en 201915, au groupe de travail sur la qualité architecturale engagé en 2020 ou encore à l’initiative Nouveau Bauhaus européen lancée en 2021.

Haut de page

Notes

1 « Documentation et conservation des édifices et sites du Mouvement moderne ».

2 Recommandation n° R (91) 13 du Comité des ministres aux États membres relative à la protection du patrimoine architectural du vingtième siècle (adoptée par le Comité des ministres le 9 septembre 1991, lors de la 461e réunion des délégués des ministres).

3 Concernant l’efficacité de la démolition pour résoudre les dysfonctionnements visés, voir LELÉVRIER Christine & DRIANT Jean-Claude, « Démolition (des logements sociaux) », in POLITIQUE DU LOGEMENT. ANALYSES ET DÉBATS, Dictionnaire de l’habitat, Politiquedulogement.com, 2021.

4 Circulaire no 169053 du 18 juin 1999 sur le patrimoine du xxsiècle ; circulaire du 25 octobre 1999 sur le label « Patrimoine du xxsiècle » ; circulaire no 2001/006 du 1er mars 2001 relative à l’institution d’un label « Patrimoine du xxsiècle ».

5 La collection « Architectures du xxsiècle », ministère de la Culture, 2015-2017 rassemble cinq monographies portant sur de grands ensembles remarquables (se référer au lien suivant : https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Architecture/Soutien-a-l-edition-et-a-la-production-audiovisuelle/Publications/Collection-Architectures-du-XXe-siecle) .

6 Circulaire du 6 juin 2006 relative à l’association des services départementaux de l’architecture et du patrimoine dans l’élaboration et la mise en œuvre des projets de rénovation urbaine.

7 Entre autres, le projet de rénovation urbaine de Villetaneuse (Jean Renaudie), des Courtillières à Pantin (Émile Aillaud), ou de la cité de l’Étoile à Bobigny (Georges Candilis, Alexis Josic et Shadrach Woods).

8 Loi no 2016-925 du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine, article 78 aujourd’hui article L650-1 du Code du patrimoine.

9 Toutefois, les édifices construits au début du xxsiècle sont désormais plus facilement reconnus comme un patrimoine historique, et donc plus susceptibles d’être protégés au titre des monuments historiques, qu’il y a vingt ans.

10 Le propriétaire est tenu d’informer la DRAC de son intention au minimum deux mois avant de déposer la demande d’autorisation d’urbanisme.

11 Programme incitatif de recherche 2016-2020 « Architecture du xxsiècle, matière à projet pour la ville durable du xxisiècle », disponible en ligne https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Architecture/Formations-recherche-et-metiers/La-recherche-architecturale-urbaine-et-paysagere-en-France/L-organisation-de-la-recherche/La-politique-de-recherche-incitative/Architecture-du-XXe-siecle [lien valide en décembre 2021].

12 Plusieurs recherches portant sur des problématiques de réhabilitation d’immeubles de logements ont développé différents prototypes pour les panneaux de façade : « Firminy, de la ville durable à la ville moderne » (Jean-Michel Dutreuil et Rachid Kaddour, ENSA de Saint-Étienne, 2017-2019) ; « la réhabilitation des façades légères dans l’habitat du xxsiècle, de l’étude à l’expérimentation » (Philippe Dufieux et Olivier Balaÿ, ENSA de Lyon, 2018-2020).

13 Par le studio Des Signes.

14 Concernant les données du ministère de la Culture, la plateforme ouverte du Patrimoine (POP) présente en ligne les édifices labellisés ACR : environ 1 591 notices descriptives sont accessibles au grand public (dans la base Mérimée). Cette base de données est progressivement enrichie (notices et images), et la géolocalisation de l’ensemble des édifices labellisés au sein de l’Atlas de la culture est en cours.

15 Ce projet, conçu et réalisé par Anne Lacaton, Jean-Philippe Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin, architectes, consistait en la réhabilitation lourde de trois barres de logements sociaux des années 1960.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Logotype du label « Patrimoine du xxsiècle », 2001.
Crédits © Patrick Rubin et Valérie de Calignon (Canal architecture).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34765/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 2
Légende Plaque du label « Patrimoine du xxsiècle » apposée sur l’immeuble siège du journal La Loire républicaine à Saint-Étienne (Loire), conçue par Patrick Rubin et Valérie de Calignon (Canal architecture).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34765/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Figure 3
Légende Ouvrages sur les grands ensembles et sur les lotissements remarquables de la seconde moitié du xxsiècle, parus respectivement en 2011 et 2017 et qui font désormais référence sur ces sujets : BRIAND Jean-François & HÉNAULT Philippe (dir.), Les Grands Ensembles, une architecture du xxe siècle, Paris, éditions Dominique Carré, 2011 ; HÉNAULT Philippe (dir.), Les Lotissements. Une histoire de l’habitat individuel groupé de 1940 à nos jours, Paris, éditions Dominique Carré, 2017.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34765/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Figure 4
Légende Campagne photographique sur les lotissements remarquables. Ces photographies de Cyrus Cornut, Sandrine Marc et Jürgen Nefzger sont publiées dans l’ouvrage de 2017 et ont fait l’objet d’une exposition sur les vitrines du ministère de la Culture en 2015. Extrait de HÉNAULT Philippe (dir.), Les Lotissements. Une histoire de l’habitat individuel groupé de 1940 à nos jours, Paris, éditions Dominique Carré, 2017.
Crédits © éditions Dominique Carré.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34765/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5M
Titre Figure 5
Légende Monographies de grands ensembles remarquables éditées par le ministère de la Culture, 2015-2017. Cette collection « Architectures du xxsiècle » pourrait utilement se poursuivre avec de nouvelles publications traitant de bons exemples de réhabilitation d’architectures contemporaines remarquables.
Crédits © Sophie Masse.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34765/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Figure 6
Légende Logotype du label « Architecture contemporaine remarquable », 2019.
Crédits © Élise Muchir et Franklin Desclouds (studio Des Signes).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34765/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 7
Légende Dépliant « Mode d’emploi propriétaires » du label « Architecture contemporaine remarquable », ministère de la Culture, 2020.
Crédits © conception graphique studio Des Signes.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34765/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Titre Figure 8
Légende Ouvrage Label Patrimoine du xxe siècle. 15 ans de valorisation de l’architecture du xxsiècle, ministère de la Culture, 2019.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34765/img-8.png
Fichier image/png, 4,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Masse, « Du patrimoine du xxsiècle à l’architecture contemporaine remarquable »In Situ [En ligne], 47 | 2022, mis en ligne le 11 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/34765 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.34765

Haut de page

Auteur

Sophie Masse

Architecte des Bâtiments de France, cheffe de l’UDAP de Seine-Saint-Denis

sophie.masse@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search