Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Connaissances et processus de rec...Ivrea, entre sauvegarde et réhabi...

Connaissances et processus de reconnaissance, mise en perspective

Ivrea, entre sauvegarde et réhabilitation du patrimoine architectural du xxe siècle

Ivrea, between safeguard and renovation of the 20th century architectural heritage
Giovanni Conca
Cet article est une traduction de :
La città di Ivrea tra salvaguardia e recupero del patrimonio architettonico del XX secolo [it]

Résumés

Le propos de cet article est de présenter les dynamiques du processus de valorisation de l’architecture moderne dans le cadre réglementaire italien sur le patrimoine culturel, mais aussi de souligner les difficultés de sa sauvegarde dues à différents facteurs. Dans un contexte peu sensible à l’héritage architectural du XXe siècle, la reconnaissance des quartiers modernes d’Ivrea représente un modèle pour lancer une politique de protection de l’architecture plus récente en Italie.

Ville industrielle liée à l’histoire Olivetti, Ivrea est un ensemble architectural unique, regroupant des bâtiments résidentiels, industriels et sociaux d’une qualité exceptionnelle. Son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco en 2018 est le résultat d’un travail de recherche et d’initiatives qui a transformé la ville piémontaise, à partir des années 1990, en un laboratoire d’expérimentation théorique et pratique sans précédent dans le pays, visant à la réhabilitation de son patrimoine architectural. L’ambition est de transformer Ivrea en lieu de culture et de proposer une nouvelle image pour la ville ; néanmoins, il faut se rapporter aux conditions du territoire qui subit, depuis des années, les effets d’une crise et une réduction des ressources disponibles pour sa reprise économique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le projet de loi sur l’architecture a été approuvé par le Conseil des ministres italien en 2003 ; d (...)

1En Italie, l’architecture du xxe siècle apparaît menacée, d’une part, par les intérêts économiques qui sous-tendent les opérations de réaffectation du patrimoine bâti et, d’autre part, par l’absence de politiques et de règlements visant à sa protection. L’État italien n’a pas encore adopté de « loi sur l’architecture1 » qui déclare enfin cette discipline « expression de la Culture » afin de garantir la qualité des constructions publiques et d’assurer la sauvegarde et la valorisation de l’architecture du siècle dernier.

  • 2 Je tiens à remercier le professeur Matteo Sintini, architecte du MiBACT à Milan, pour les suggestio (...)

2Dans un contexte où les valeurs du patrimoine architectural du passé récent sont peu appréciées, la reconnaissance des quartiers modernes d’Ivrea (Ivrée, à proximité de Turin, Piémont) constitue un modèle pour promouvoir une politique concrète de sauvegarde de l’architecture italienne du xxe siècle. Conçue comme un « laboratoire » pour concilier société et production dans une « communauté » insérée dans le territoire, la ville industrielle d’Ivrea est devenue, depuis les années 1990, un champ d’expérimentation théorique et pratique sans précédent dans le pays, visant à conserver et à réhabiliter l’architecture Olivetti. Le résultat de ce projet est un programme ambitieux qui a pour objectif de transformer cette ville du Piémont en un lieu de culture et de proposer des études de rénovation urbaine en rapport avec l’état d’un territoire qui subit, depuis des années, les effets d’une crise et d’une réduction des ressources nécessaires pour sa reprise économique2.

La sauvegarde de l’architecture du xxe siècle dans le contexte italien

  • 3 SALVATORE Settis, Italia S.p.A. L’assalto al patrimonio culturale, Turin, Einaudi, 2002, p. 14-15.
  • 4 L’attention portée au patrimoine culturel s’est largement développée depuis le xvie siècle et même (...)
  • 5 Les douze premiers articles de la Constitution contiennent les « principes fondamentaux », valeurs (...)
  • 6 L’expression trouve son origine avec la Convention pour la protection des biens culturels, signée à (...)
  • 7 Il s’agit de l’article 148 du décret législatif no 112 de 1998. Bien que le décret suivant no 62 de (...)
  • 8 C’est à cette époque qu’a lieu la première expérience importante de conservation de l’architecture (...)
  • 9 DEZZI BARDESCHI Marco, « Archeologia della fabbrica e cultura materiale: immagine, realtà, destino  (...)
  • 10 Voir SALVATORE Settis, op. cit., p. 30-40.
  • 11 La loi de finances 2002 et la « loi Tremonti » ont conduit à la création de deux sociétés, « Patrim (...)

3Selon l’historien Salvatore Settis, « dans notre pays, au cours des derniers siècles, s’est développée une culture de la conservation très consciencieuse [...] dans laquelle la valeur de chaque monument ou objet d’art individuel ne résulte pas de son isolement mais de son insertion dans un environnement vivant. C’est cette culture qui a, avant tout, assuré la conservation des monuments en Italie, dans une plus large mesure qu’ailleurs3 ». L’esprit du « modèle italien » pour gérer et protéger le patrimoine s’attache donc à considérer l’héritage culturel comme un ensemble à préserver, car dépositaire d’une mémoire historique qui appartient aux citoyens4. En lien avec le passé, même la Constitution italienne prévoit la sauvegarde du paysage et du patrimoine culturel parmi les principes fondamentaux de la République5. À partir des années 1960, le système juridique italien a remplacé les notions d’« œuvre d’art » et de « monument » par celle de « bien culturel6 » en tant que « témoignage matériel de la civilisation », jusqu’à reconnaître, au seuil des années 2000, l’importance des biens démo-ethno-anthropologiques, en intégrant à la conception « matérielle » du patrimoine les principes de l’anthropologie et du patrimoine culturel « immatériel »7. Les années 19808 marquent le passage définitif entre une façon de percevoir, de gérer et de protéger les monuments qui s’enracine dans un « jugement de valeur » de chaque œuvre à celle d’un modèle « qui se penche sur le contexte, sur les usages, sur les relations, sur les hommes eux-mêmes qui ont créé cette architecture, l’ont subie ou, plus simplement, l’ont vécue au quotidien9 ». Cette phase entraîne de nouvelles réflexions sur le thème de l’utilité publique et de la possibilité d’exploiter le « gisement culturel » du pays, expression lancée en 1986 par le ministre du Travail Gianni De Michelis, qui va enclencher un processus progressif de cession des biens publics à partir des années 199010. En outre, de nouveaux problèmes apparaissent, liés à la multiplication des synergies entre public et privé, au rôle inédit du patrimoine considéré comme une ressource économique, à l’intensification des menaces sur l’environnement et à l’incapacité des institutions de gouvernement à mener une politique claire de gestion et de défense du patrimoine face à l’augmentation exponentielle du nombre d’objets à protéger, avec le risque de gaspiller les ressources disponibles, déjà insuffisantes en Italie, au détriment des sites et des monuments les plus importants. On a ainsi développé une tendance à identifier dans le patrimoine culturel, plus que l’existence d’une valeur historique, esthétique ou identitaire, celle de son « utilité » publique et, finalement, économique11. Aujourd’hui, en effet, le bien culturel doit être économiquement soutenable et, s’il est nécessaire de le financer avec des fonds publics ou privés, il doit être rentable.

  • 12 Les surintendances sont des institutions dépendant du ministère de la Culture italien, chargées de (...)

4Bien qu’en 2004 un texte unique reprenant les dispositions législatives en matière de patrimoine culturel et de paysage ait été rédigé, le Codice dei beni culturali e del paesaggio présente une faiblesse fondamentale qui découle de la réforme constitutionnelle du titre V de 2001, qui reconnaît l’autonomie des gouvernements locaux dans la gestion de certains intérêts collectifs. Le nouvel article 117 de la Constitution prévoit que l’action de sauvegarde soit réservée à l’État et confiée à des bureaux techniques, les surintendances12, préservées d’un possible « conflit d’intérêts », tandis que l’administration des régions a la charge, principalement, de la mise en valeur du patrimoine et de la promotion des activités culturelles.

5Cette dynamique génère donc une difficulté à coordonner les deux activités, celle de « sauvegarde » et celle de « valorisation », difficulté due non seulement aux relations complexes entre l’État et les collectivités régionales mais aussi au fait que ce sont les régions et les communes qui gèrent le développement urbain de leurs territoires sans que l’État puisse donner son aval aux plans locaux d’urbanisme. En effet, le plan d’urbanisme est l’un des principaux outils pour assurer des revenus économiques et les taxes d’urbanisation sont devenues la ressource la plus importante pour chaque commune. Il en résulte que ces dernières ont tendance à modifier « sur mesure » les règlements d’urbanisme à la demande de particuliers, ce qui représente certainement un risque pour une conservation concrète du patrimoine architectural.

  • 13 Le gratte-ciel Pirelli a néanmoins été reconnu d’intérêt public en 1995 grâce à la loi sur le droit (...)

6À ce problème général s’ajoute une incertitude toute particulière concernant la protection de l’architecture du xxe siècle, un domaine dans lequel l’Italie est à la traîne par rapport aux autres pays européens. En premier lieu, cela est dû à une limite légale : jusqu’en 2011, la loi italienne imposait pour assurer la sauvegarde de l’architecture un délai de soixante-dix ans après la construction pour les bâtiments privés et de cinquante ans pour les bâtiments publics (lois n° 106, 2011). Le problème s’est accentué en 2017, lorsque le seuil de cinquante ans a été porté à soixante-dix (loi n° 124, 2017) : de nombreuses œuvres alors proches d’une éventuelle déclaration d’intérêt culturel ont été exclues de la protection et la perspective de mettre sur pied une sauvegarde étendue de l’architecture de la seconde moitié du xxe siècle s’est éloignée. Par exemple, le gratte-ciel Pirelli (1956-1960) de Gio Ponti (1891-1979) n’aurait plus l’ancienneté requise pour être sous la protection d’une contrainte juridique, bien qu’il soit le principal symbole, internationalement reconnu, de la reconstruction d’après-guerre de Milan13 [fig. 1].

Figure 1

Figure 1

Le gratte-ciel Pirelli, architecte Gio Ponti (1956-1960) à Milan après sa restauration (1998-2004).

© Lanzetta / MiBACT.

  • 14 CARUGHI Ugo, Maledetti vincoli. La tutela dell’architettura contemporanea, Turin, U. Allemandi, col (...)
  • 15 Il est également possible de déclarer l’« intérêt culturel » sur la base de l’article 10, alinéa 3 (...)
  • 16 CARUGHI Ugo, op. cit., p. 53.

7La limite imposée par la loi italienne crée donc un paradoxe selon lequel une architecture est considérée « contemporaine » si elle a moins de soixante-dix ans ; ainsi, « tandis que la critique et l’historiographie reconnaissent la valeur de certaines œuvres, les institutions chargées de leur sauvegarde restent aveugles et immobiles face aux événements de l’architecture14 ». Bien que cela dénote, sans aucun doute, une grave insuffisance des institutions, la question est très complexe et est la conséquence d’un écart entre l’action de sauvegarde prévue par la loi et la recherche dans le domaine de la conservation de l’architecture du xxe siècle. L’interrelation entre ces deux champs est certainement un aspect central, mais elle n’a malheureusement pas encore trouvé beaucoup d’occasions d’échange et de dialogue qui permettraient de préserver efficacement le patrimoine architectural de la seconde moitié du xxe siècle. Le principal instrument juridique, et presque le seul15, pour sauvegarder le « contemporain » en Italie se réduit donc à la loi n° 633 de 1941 sur le « droit d’auteur » qui cependant, « présente tant de limites et de divergences d’interprétation qu’elle constitue une ressource de sauvegarde peu fiable16 ».

  • 17 La sauvegarde de l’architecture de cette période est aujourd’hui encore remise en cause par un cert (...)

8Une deuxième raison est de nature idéologique et concerne en particulier l’architecture de la première moitié du xxe siècle qui a été, surtout dans le passé, condamnée à une damnatio memoriae simplement parce qu’elle était liée au régime fasciste17 : emblématique est l’histoire de l’académie d’escrime (1934-1936) de Luigi Moretti (1907-1973) à Rome, chef-d’œuvre de l’architecture rationaliste qui, après avoir été transformée en tribunal et subi d’importantes dégradations en 1981, attend toujours une restauration complète malgré son classement comme patrimoine national en 1989 [fig. 2].

Figure 2

Figure 2

La façade principale de l’Académie d’escrime, architecte Luigi Moretti (1933-1936) à Rome après sa restauration (2013-en cours).

© Giovanni Conca.

  • 18 REICHLIN Bruno, Préface, in CALLEGARI Guido & MONTANARI Guido (dir.), Progettare il costruito. Cult (...)
  • 19 Depuis 2002, la Direction générale pour l’architecture et l’art contemporain (DARC) du ministère de (...)

9Une troisième difficulté est d’ordre culturel et est due à l’absence d’une connaissance et d’une compréhension suffisantes de l’architecture du xxe siècle. Cela concerne non seulement les institutions mais aussi les architectes eux-mêmes, pour lesquels la réhabilitation du patrimoine architectural moderne et contemporain représenterait, comme le rappelle Bruno Reichlin, « une des grandes opportunités de repenser leur métier18 » ; toutefois, la figure de l’« architecte de la sauvegarde », qui possède connaissances spécifiques théoriques et pratiques, n’est pas encore très répandue en Italie. La présence de professionnels qualifiés pourrait limiter les dommages d’une requalification technologique et énergétique hâtive qui touche notamment les bâtiments d’après-guerre, fréquemment sacrifiés pour laisser place à la smart city et aux opérations de grands fonds immobiliers. À compter des années 2000, heureusement, des efforts ont été faits pour combler cette lacune : les surintendances ont entamé un processus progressif de protection de certains bâtiments exemplaires du xxe siècle et plusieurs ordres professionnels d’architectes ont organisé des formations et des colloques sur la restauration de l’architecture moderne19.

La cité industrielle Olivetti site Unesco

Un cas d’étude emblématique

  • 20 Sur les arguments qui ont permis l’inscription d’Ivrea sur la Liste du patrimoine mondial Unesco, n (...)
  • 21 Principes de La Valette pour la sauvegarde et la gestion des villes et ensembles urbains historique (...)
  • 22 L’histoire d’Ivrea remonte à l’époque romaine ; on en conserve les vestiges de l’amphithéâtre et d’ (...)
  • 23 Sur les nombreux projets urbains et architecturaux promus par Adriano Olivetti, voir notamment OLMO (...)

10La ville moderne d’Ivrea, liée à l’histoire de l’entreprise Olivetti, est devenue en juillet 2018 le 54site de l’Unesco en Italie et le premier qui soit lié à l’architecture du xxe siècle dans ce pays20. Cette récente reconnaissance internationale est le couronnement d’un long parcours de compréhension de l’importance de la cité Olivetti, qui a été entrepris dans les années 1990. Le cas d’Ivrea permet d’analyser quelles sont les stratégies mais aussi les problèmes dans la gestion et la conservation de la ville du xxe siècle, afin qu’elle soit conservée et intégrée « dans la vie sociale, culturelle et économique de notre temps21 ». Ivrea n’est pas seulement une ville historique22, c’est aussi une ville industrielle, conçue par Adriano Olivetti à partir de 1934 et auparavant par son père, Camillo, qui avait fondé en 1908 la Société Ing. Olivetti & Co23 [fig. 3].

Figure 3

Figure 3

Vue aérienne d’Ivrea, du centre historique et de la zone industrielle Olivetti, 1954.

© Photographe inconnu / Istituto Geografico Militare.

  • 24 Les principes de Dublin. Principes conjoints ICOMOS‐TICCIH pour la conservation des sites, construc (...)
  • 25 TARPINO Antonella, Memoria imperfetta. La Comunità Olivetti e il mondo nuovo, Turin, Einaudi, 2020, (...)

11Après la fermeture du dernier atelier de production de l’entreprise en 1997, la ville a subi un lourd processus de désindustrialisation ; elle est aujourd’hui à la recherche d’une nouvelle vocation et de nouveaux modes de développement. Le patrimoine industriel revêt une grande importance de nos jours en raison des nombreuses traces qu’il a laissées, mais il est également « très vulnérable, menacé de disparaître faute de sensibilité, de connaissance, de reconnaissance ou de protection, sous l’effet d’une économie en mutation, de perceptions négatives, d’enjeux environnementaux ou de sa propre taille ou complexité24 ». À cet égard, il est important de souligner que l’inscription d’Ivrea sur la liste du patrimoine mondial n’est pas un cas isolé : l’Unesco y a déjà consigné d’autres sites industriels, parmi lesquels le village ouvrier de Crespi d’Adda (province de Bergame, Lombardie) en 1995 et la ville de La Chaux-de-Fonds, en Suisse, en 2009. La ville suisse et Ivrea sont des exemples exceptionnels de synergie entre industrie et urbanisme mais, si La Chaux-de-Fonds continue d’être une « métropole horlogère » et préserve le tissu social lié à cette activité, le centre piémontais a perdu, en même temps que sa vocation industrielle, ce patrimoine immatériel lié à la « grande utopie concrète qu’était la Communauté Olivetti25 », aujourd’hui uniquement présent dans les mémoires.

La reconnaissance et la sauvegarde de l’architecture moderne d’Ivrea

  • 26 Parmi les premières et les plus importantes opérations de sauvegarde de la ville moderne en Italie, (...)
  • 27 PANE Roberto et al., Il centro antico di Napoli. Restauro urbanistico e piano di intervento, Naples (...)

12L’exemple d’Ivrea constitue un apport fondamental à la sauvegarde de la ville au xxe siècle, pour lequel on a adopté des principes de protection appliqués jusqu’alors uniquement aux centres urbains anciens26. Ainsi, on a atteint l’objectif d’un long parcours qui, depuis l’après-guerre, a conduit à réglementer la question du centre historique, considéré non seulement comme « le centre antique correspondant à sa stratification archéologique » mais, dans une acception plus large, comme « la ville elle-même dans son ensemble, y compris ses agglomérations modernes27 ».

13Dans le centre piémontais, pour la première fois en Italie, la valeur des quartiers du xxe siècle a été reconnue : cela a permis de mettre en valeur, à côté des spécificités architecturales et typologiques de chaque bâtiment, le tissu urbain lui-même [fig. 4].

Figure 4

Figure 4

Via Jervis, Ivrea, années 1960.

© Photographe inconnu / reproduction Associazione Archivio Storico Olivetti.

  • 28 Le répertoire des constructions modernes d’Ivrea a été publié dans GIACOPELLI Enrico & BONIFAZIO Pa (...)
  • 29 GIACOPELLI Enrico, « Una normativa per la salvaguardia del patrimonio architettonico del Novecento (...)

14Au-delà de quelques œuvres isolées qui constituent des références internationales pour l’histoire de l’architecture moderne, il existe trois zones résidentielles remarquables, édifiées en une cinquantaine d’années (1930-1980) : les quartiers de Via Jervis-Castellamonte, Canton Vesco [fig. 5] et Bellavista sont considérés comme des parties de la ville historique d’Ivrea au même titre que le centre-ville à l’intérieur des remparts. Un aspect décisif pour la reconnaissance du patrimoine moderne d’Ivrea a été l’inventaire de deux-cent-dix bâtiments, réalisé entre 1996 et 2000 dans le cadre du projet municipal « Officine Culturali ICO », qui a permis d’identifier quatre catégories basées sur l’importance historique et monumentale des bâtiments, avec des prescriptions d’intervention spécifiques pour chacune d’elles28. Le résultat de ce répertoire a permis, d’une part, de recueillir de nombreuses données pour faciliter la rédaction d’une « Normativa di Salvaguardia29 » de l’architecture moderne d’Ivrea, réglementation qui a ensuite été incluse dans le règlement municipal sur les constructions en 2002 ; d’autre part, il a inspiré quelques-unes des lignes directrices du nouveau Plan directeur général de 2004 (Piano Regolatore Generale (PRG) Ivrea 2000).

Figure 5

Figure 5

Le quartier Canton Vesco, Ivrea, années 1950. La photographie montre les bâtiments résidentiels conçus par différents architectes durant les années 1940 et 1950 et les grands espaces verts de la zone centrale destinés à l’école maternelle et primaire. À l’arrière-plan se trouve un autre quartier construit par Olivetti avec INA-Casa et Gescal : le quartier Bellavista.

© Gianni Berengo Gardin / Reproduction Associazione Archivio Storico Olivetti.

  • 30 La restauration de 16 bâtiments du quartier, réalisée entre 1998 et 2006, a été coordonnée par les (...)

15Le premier champ d’application des principes de sauvegarde a été le programme de conservation de plusieurs bâtiments de Canton Vesco, qui a transformé le quartier en laboratoire pour développer des méthodes d’enquête, des solutions techniques et des procédures administratives appropriées30 [fig. 6 et 7]. Cette expérience a permis d’établir un répertoire de détails de construction à employer comme référence pour les interventions futures, afin de préserver l’image authentique du quartier. Un processus d’échange sur les choix et les décisions envisagées pour chaque projet a également été entrepris avec les habitants des immeubles, parvenant ainsi à concilier les besoins de ces derniers avec les objectifs de restauration.

Figure 6

Figure 6

Bâtiment type C, architectes Marcello Nizzoli et Annibale Fiocchi (1950-1951), dans le quartier de Canton Vesco avant sa restauration (1998-2006).

© Paolo Mazzo / reproduction Archivio G-Studio.

À remarquer l’altération de la couleur originelle de la façade.

Figure 7

Figure 7

Bâtiment type C, architectes Marcello Nizzoli et Annibale Fiocchi (1950-1951), dans le quartier de Canton Vesco après sa restauration (1998-2006).

© Paolo Mazzo / reproduction Archivio G-Studio.

16Le recensement a aussi représenté une étape importante dans la valorisation et la vulgarisation du patrimoine architectural et urbanistique d’Olivetti, avec l’inauguration du Maam (Museo a cielo aperto dell’archittetura moderna, Musée en plein air de l’architecture moderne d’Ivrea) en 2001 [fig. 8]. Né avec l’ambition de diffuser la connaissance du patrimoine architectural de la ville et de réaliser un réaménagement urbain à travers le parcours du musée, le Maam devrait aujourd’hui être relancé et associé au projet « Architecture moderne d’Ivrea – Musée virtuel », créé en 2000 par l’association Archland. Ivrea offrirait ainsi un bon exemple de musée disséminé en plein air de l’architecture moderne en Italie, qui pourrait être exporté dans d’autres contextes et pourrait introduire l’idée d’un musée virtuel de l’architecture italienne du xxe siècle, pour mettre en ligne les connaissances des chercheurs, permettre de confronter les théories dans le domaine de la conservation et impliquer les différents acteurs de la défense du patrimoine en donnant de la visibilité à leurs activités. Dans ce but, l’implication de deux institutions privées est également significative : l’Associazione Archivio Storico Olivetti et la Fondazione Adriano Olivetti. La première conserve le patrimoine documentaire de l’entreprise et réalise un important travail d’inventaire électronique et de numérisation des documents tandis que la deuxième poursuit les activités promues par l’entrepreneur d’Ivrea en faisant connaître son engagement civil, social et politique.

Figure 8

Figure 8

Le site Unesco d’Ivrea et l’itinéraire du Maam, extrait du dossier de candidature Unesco, 2016.

© Unesco.

Acteurs publics et privés en dialogue pour le renouvellement urbain d’Ivrea

17Les principaux efforts pour sauvegarder les quartiers modernes ont été accomplis par l’administration municipale à travers le « PRG Ivrea 2000 », coordonné par l’urbaniste Giuseppe Campos Venuti (1926-2019), et sa récente « Variante Generale » en 2020. Il faut souligner que la protection d’Ivrea n’est pas due aux lois nationales mais au contraire à la prévoyance de la municipalité et au règlement de construction local. Le plan directeur abandonne un modèle urbanistique centré sur le principe d’extension urbaine pour affirmer la requalification de l’existant. En effet, en termes quantitatifs, la ville moderne d’Ivrea constitue 70 % du centre historique et il a paru évident qu’elle ne pouvait être exclue des dynamiques de transformation mais devait jouer un rôle de premier plan dans la définition de la nouvelle physionomie urbaine. Afin de réglementer le développement de la ville, en particulier de la ville moderne, une « Carta per la qualità » a été élaborée dans laquelle les ensembles résidentiels et les objets qui présentent une valeur urbaine et architecturale particulière ont été identifiés pour définir des directives ayant trait aux interventions sur ceux-ci [fig. 9]. Cette charte ne se limite pas à la seule valeur de chaque bâtiment mais s’étend à des ensembles urbains considérables, liant ainsi fortement le concept de qualité au territoire.

Figure 9

Figure 9

Carta per la qualità d’Ivrea, 2004.

© Giuseppe Campos Venuti, Carlo Alberto Barbieri et Federico Oliva (Commune d’Ivrea).

  • 31 Programme de gestion du site Unesco d’Ivrea, actualisation de septembre 2017.
  • 32 La citation est tirée du site web de ICONA (https://www.icona.srl/).

18Le principal défi à relever aujourd’hui est de parvenir à la requalification urbaine de la ville piémontaise en étant bien conscient qu’Ivrea ne joue plus le rôle central qu’elle a pu jouer dans le passé, quand elle était liée à une entreprise hégémonique, mais qu’elle doit au contraire s’inscrire dans un réseau plus large de relations avec Turin, la région du Piémont et le reste de l’Italie. Pour atteindre cet objectif, il est nécessaire d’impliquer les acteurs privés qui détiennent 98 % des immeubles du site Unesco, sachant que sur ces 98 %, 80 % appartiennent à quatre sociétés, dont trois sont des fonds immobiliers, et environ 40 % sont des biens désaffectés ou sous-utilisés31. L’inscription d’Ivrea au patrimoine mondial a favorisé la création, en 2018, d’ICONA, un consortium de 18 entreprises qui vise à développer de nouvelles startups pour essayer de transformer la ville Olivetti en « un laboratoire d’innovation ouvert à la société pour répondre aux défis d’aujourd’hui, en favorisant l’innovation et la croissance économique, sociale et culturelle32 ».

19Tout aussi fondamental est le rôle des citoyens, héritiers de la tradition culturelle que l’on envisage de préserver mais aussi principaux usagers des bâtiments laissés par la grande entreprise.

20Dans la « Variante Generale », la revitalisation d’Ivrea a vocation à attirer les jeunes, qui délaissent la ville piémontaise faute de possibilités, en développant et en renforçant la formation des étudiants à partir du pôle universitaire existant. Axé sur l’informatique, l’innovation et les nouvelles technologies, le projet a pour ambition de relancer le rôle de l’école de design dans les anciens locaux du centre d’études et d’expérimentation, utilisés à l’origine pour la formation des dessinateurs en construction mécanique d’Olivetti, afin de soutenir les entreprises existantes et celles qui pourraient s’installer dans la région.

21Bien que le processus de candidature d’Ivrea au titre de site de l’Unesco n’ait pas considéré la population comme interlocutrice, la participation des habitants à la transformation urbaine d’Ivrea semble donner lieu à des initiatives qui offrent des espaces d’autogestion aux jeunes, aux familles, aux associations et aux groupes libres, entretenant la cohésion sociale que la ville avait autrefois.

22En 2018 est né le projet « Cittadini illumina(n)ti » (« Citoyens éclairés/éclairants »), qui réunit les principales organisations culturelles d’Ivrea avec l’objectif partagé de renforcer la communauté elle-même, en recueillant des informations, des contributions et des suggestions à travers des activités qui amènent les citoyens à prendre conscience du changement en cours et à en saisir les opportunités33.

Réutilisation ou restauration ?

La réhabilitation du patrimoine industriel

23Dans ce scénario, la réhabilitation du patrimoine implique une adaptation réglementaire et fonctionnelle du bâti et pose un problème quant au choix de la solution à adopter : réutilisation ou restauration ?

24Si un objet est restauré et conservé pour des raisons culturelles, parce qu’il a été reconnu « monument » et donc « mémoire », l’existant, lui, n’est réhabilité que pour des raisons économiques et d’utilisation. Pourtant, cette dualité sous-jacente, qui se vérifie surtout pour l’architecture industrielle, peut être réglée si la restauration s’accompagne de nouvelles fonctions compatibles avec le bâtiment et, en tout cas, indispensables pour garantir une « vie » nécessaire au monument.

  • 34 Voir GIACOPELLI Enrico, « I destini dell’architettura moderna di Ivrea : un problema di restauro ?  (...)

25Un aspect déterminant pour la sauvegarde de l’architecture moderne d’Ivrea est par conséquent le choix judicieux des nouvelles affectations. C’est là une responsabilité impliquant directement les propriétaires du bien, qui devraient évaluer les spécificités du bâtiment ainsi que sa capacité à supporter une transformation sans qu’il subisse des changements radicaux ou des altérations irréversibles. En général, cependant, une telle évaluation est rarement faite, à la fois en raison du manque de connaissances des concepteurs concernés dans le projet, mais aussi parce que les exigences du marché immobilier et les circonstances prévalent souvent dans les choix définitifs34. Exemplaire a été la réhabilitation et la conservation de la Centrale ICO (Ing. Camillo Olivetti ; 1936-1948), œuvre iconique qui représente la recherche de légèreté et de transparence exprimée par les architectures Olivetti [fig. 10].

Figure 10

Figure 10

Façade de la ICO Centrale, architectes Luigi Figini et Gino Pollini (1936-1948), sur via Jervis après sa restauration (2004-2006).

© Photographe inconnu / Altrospazio, MiBACT.

26En dépit du caractère exceptionnel du bâtiment, l’absence de l’État a entraîné un dialogue difficile entre deux acteurs : d’une part, la multinationale Vodafone, peu sensible aux enjeux de la restauration ; d’autre part, la commune, soucieuse que les difficultés techniques et les coûts de l’opération ne découragent pas les investisseurs et ne compromettent pas la présence de plus de mille emplois. Face au programme défini par le maître d’ouvrage, qui veillait au respect des normes environnementales et de sécurité les plus rigoureuses, les finalités de la restauration ont été fixées selon trois principes : retrouver l’image initiale du bâtiment, rétablir la transparence du volume, imposer que les transformations et les adaptations respectent l’intégrité formelle et le caractère original de la construction [fig. 11].

Figure 11

Figure 11

Principes pour la restauration des façades de la ICO Centrale établis par l’architecte Enrico Giacopelli à usage de l’équipe du projet, 2004.

© Enrico Giacopelli / reproduction Archivio G-Studio.

  • 35 GIACOPELLI Enrico, « La Olivetti e il mito della trasparenza. Riflessioni attorno al restauro della (...)

27L’aspect le plus important et le plus emblématique de la restauration de la ICO est la double façade vitrée sur la via Jervis : il a été décidé de remplacer la paroi vitrée intérieure existante, tout en respectant des critères dimensionnels et chromatiques précis, par une nouvelle peau afin de répondre aux exigences de confort requises, tandis que le mur-rideau extérieur a été entièrement conservé [fig. 12]. Dans le cas spécifique d’Ivrea, la restauration de la ICO représente « un Landmark qui fixe la norme minimale pour tout projet futur sur les bâtiments du patrimoine Olivetti. Une norme qui concerne davantage l’attitude, la manière d’aborder le monument que des actions spécifiques et des solutions techniques à adopter35 ».

Figure 12

Figure 12

La double façade nord de la ICO Centrale après sa restauration.

© Davide Cerati / reproduction Archivio G-Studio.

Le principe de la « série » pour la protection du patrimoine bâti du xxe siècle

  • 36 Le principe de sérialité semble particulièrement pertinent pour l’architecture industrielle. Il suf (...)
  • 37 Au sujet de l’application des concepts mathématiques de « série » et de « séquence » dans le domain (...)
  • 38 Les exemples sont nombreux : des maisons du Balilla (genre de scout) aux colonies de vacances à la (...)

28La sauvegarde d’Ivrea permet également de développer une réflexion sur le concept de « patrimoine en série », adopté par l’Unesco depuis les années 1980, dans lequel la qualification d’excellence, habituellement attribuée à un seul bien, est transférée à une « série » d’objets caractérisés par des aspects communs et qui appartiennent au même ensemble36. Par leur nature même, les architectures Olivetti s’inscrivent dans un paysage bâti unifié : elles sont en effet le résultat d’un projet précis et planifié qui visait à transposer les principes fondateurs du programme socioculturel de l’entrepreneur piémontais dans le tissu de la ville. Les bâtiments modernes d’Ivrea appartiennent à ce que l’on peut définir comme une « série fermée », puisque l’expérience dont ils sont issus peut désormais être considérée historiquement terminée37. Cela devrait faciliter le jugement critique et la reconnaissance de certains ensembles, plus ou moins grands, d’architecture du xxe siècle, liés à des contextes culturels et sociaux du passé38. La reconnaissance en « série » qui a eu lieu pour les quartiers modernes d’Ivrea pourrait suggérer une mise à jour législative pour la sauvegarde du patrimoine bâti du xxe siècle. Il serait ainsi possible de créer une forme de « protection en réseau » grâce à laquelle le patrimoine architectural national ne serait plus perçu dans sa dimension épisodique et ponctuelle mais comme un ensemble de bâtiments et de sites.

29On assurerait en même temps une meilleure coordination dans la protection et la mise en valeur, et cela permettrait l’adoption de critères communs d’évaluation. Bien que la notion de « patrimoine en série » soit absente du Code du patrimoine culturel italien, quelques surintendances ont néanmoins entrepris la sauvegarde de certains ensembles urbains du xxe siècle en appliquant les dispositions en vigueur. Toutefois, les méthodes et les outils appliqués ne semblent pas toujours appropriés : alors que les récentes obligations en matière de paysage prescrites aux quartiers Coppedè et Trieste à Rome en 2020 reconnaissent la qualité architecturale étendue du complexe et sont conçues comme un outil de planification urbaine, les contraintes imposées au quartier QT8 à Milan en 2019 semblent démesurées par rapport à la valeur culturelle actuelle du quartier, irrémédiablement altérée depuis déjà des décennies.

  • 39 HEINICH Nathalie, La Fabrique du patrimoine. « De la cathédrale à la petite cuillère », Paris, Édit (...)

30L’expérience d’Ivrea permet ainsi de comprendre que le procédé de la « contrainte » et de la « norme » restera, par sa nature propre, toujours insuffisant et incomplet et que la perspective pour une réelle sauvegarde du patrimoine architectural du xxe siècle est, au contraire, d’alimenter un processus conjoint d’approfondissement des connaissances et d’actions, qui conduise à une reconnaissance « socialement construite39 » de l’architecture du xxe siècle.

Haut de page

Notes

1 Le projet de loi sur l’architecture a été approuvé par le Conseil des ministres italien en 2003 ; depuis, il est toujours en cours d’examen par le Parlement.

2 Je tiens à remercier le professeur Matteo Sintini, architecte du MiBACT à Milan, pour les suggestions qu’il a apportées à la rédaction de cet article. Je remercie également l’architecte Enrico Giacopelli, fondateur de G-Studio, qui a fourni de précieuses images pour illustrer ce texte.

3 SALVATORE Settis, Italia S.p.A. L’assalto al patrimonio culturale, Turin, Einaudi, 2002, p. 14-15.

4 L’attention portée au patrimoine culturel s’est largement développée depuis le xvie siècle et même aux époques précédentes. Voir EMILIANI Andrea (dir.), Leggi, bandi e provvedimenti per la tutela dei beni artistici e culturali negli antichi stati italiani, 1571-1860, Bologne, Alfa, 1978.

5 Les douze premiers articles de la Constitution contiennent les « principes fondamentaux », valeurs de l’institution républicaine qui ne peuvent être modifiées. L’article 9 énonce : « La République promeut le développement de la culture et de la recherche scientifique et technique. Elle préserve le paysage et le patrimoine historique et artistique de la Nation. » L’Italie est l’un des rares pays au monde où la protection du patrimoine culturel figure dans la Constitution comme un devoir de l’État.

6 L’expression trouve son origine avec la Convention pour la protection des biens culturels, signée à La Haye en 1954, et s’impose ensuite dans différentes législations nationales. En Italie, elle a été introduite par les travaux de la Commission Franceschini, instituée en 1964.

7 Il s’agit de l’article 148 du décret législatif no 112 de 1998. Bien que le décret suivant no 62 de 2008 ait définitivement adopté en Italie la protection du patrimoine « immatériel », l’article 7 bis de la loi est ambigu, car sa reconnaissance n’intervient que « lorsque des témoignages matériels sont présents ».

8 C’est à cette époque qu’a lieu la première expérience importante de conservation de l’architecture du xxe siècle, avec la restauration de la cité du Weißenhof (Le Corbusier et Pierre Jeanneret, 1927) à Stuttgart.

9 DEZZI BARDESCHI Marco, « Archeologia della fabbrica e cultura materiale: immagine, realtà, destino », Restauro, nos 38-39, juillet-octobre, 1978, p. 33-50.

10 Voir SALVATORE Settis, op. cit., p. 30-40.

11 La loi de finances 2002 et la « loi Tremonti » ont conduit à la création de deux sociétés, « Patrimonio S.p.a » et « Infrastrutture S.p.a », pour la cession des biens de l’État, suscitant une vive inquiétude sur l’avenir du patrimoine culturel en Italie.

12 Les surintendances sont des institutions dépendant du ministère de la Culture italien, chargées de la protection du patrimoine au niveau territorial.

13 Le gratte-ciel Pirelli a néanmoins été reconnu d’intérêt public en 1995 grâce à la loi sur le droit d’auteur, à la demande des héritiers de l’architecte Gio Ponti. Voir RANALDI Antonella, « La tutela delle architetture del secondo Novecento a Milano », in CANELLA Gentucca & MELLANO Paolo (dir), Il diritto alla tutela. Architettura d’autore del secondo Novecento, Milan, FrancoAngeli, coll. « Architetti italiani del Novecento », 2019, p. 54-163.

14 CARUGHI Ugo, Maledetti vincoli. La tutela dell’architettura contemporanea, Turin, U. Allemandi, coll. « I testimoni dell’ architettura », 2012, p. 21.

15 Il est également possible de déclarer l’« intérêt culturel » sur la base de l’article 10, alinéa 3 du « Codice dei beni culturali e del paesaggio », indépendamment de la date de réalisation et de l’auteur, uniquement s’il existe un « intérêt particulièrement important » pour la culture en général. Peu de bâtiments sont protégés grâce à ce subterfuge bureaucratique. Enfin, il existe la « contrainte indirecte », prévue par l’article 45 du même Code, qui s’applique à un secteur sauvegardé, selon un principe similaire mais moins efficace que celui qui était appliqué aux ZPPAUP en France.

16 CARUGHI Ugo, op. cit., p. 53.

17 La sauvegarde de l’architecture de cette période est aujourd’hui encore remise en cause par un certain « populisme médiatique » d’outre-Atlantique (voir BEN-GHIAT Ruth, « Why are so many Fascist monuments still standing in Italy? », The New Yorker, 5 octobre 2017 ; en réponse au professeur américain, voir IRACE Fulvio, « Il populismo giornalistico che ignora i capolavori dell’architettura fascista », Il Sole 24 ore, 9 octobre 2017, et GENTILE Emilio, « Demoliamo i monumenti fascisti per creare lavoro: se ascoltassimo il New Yorker... », Il Sole 24 ore, 10 octobre 2017) mais aussi par les forces politiques italiennes de gauche (voir CONTI Paolo, « L’architettura fascista è storia. Assurdo demolire dei capolavori », Corriere della Sera, Rome, 19 avril 2015).

18 REICHLIN Bruno, Préface, in CALLEGARI Guido & MONTANARI Guido (dir.), Progettare il costruito. Cultura e tecnica per il recupero del patrimonio architettonico del xx secolo, Milan, Franco Angeli, 2001, p. 11.

19 Depuis 2002, la Direction générale pour l’architecture et l’art contemporain (DARC) du ministère de la Culture italien a lancé un recensement national de l’architecture italienne de la seconde moitié du xxe siècle (http://www.architetturecontemporanee.beniculturali.it/architetture/index.php) et dès 2020, elle a promu, avec la Fondazione Scuola dei beni e delle attività culturali, le projet « Ereditare il presente. Architettura italiana dal 1945 > Conoscere | Tutelare | Valorizzare », un programme de recherche et de formation sur la sauvegarde de l’architecture moderne.

20 Sur les arguments qui ont permis l’inscription d’Ivrea sur la Liste du patrimoine mondial Unesco, nous renvoyons au rapport d’évaluation de l’ICOMOS.

21 Principes de La Valette pour la sauvegarde et la gestion des villes et ensembles urbains historiques. Adoptées par la 17e assemblée générale de l’ICOMOS le 28 novembre 2011.

22 L’histoire d’Ivrea remonte à l’époque romaine ; on en conserve les vestiges de l’amphithéâtre et d’autres bâtiments publics. Entre le ve et le viie siècle, la ville devint la capitale de l’un des duchés lombards et conserva un rôle important sous le Saint-Empire romain germanique. Le carnaval d’Ivrea, qui trouve ses origines dans d’anciennes fêtes de quartier, est célèbre ; son importance est telle qu’en 1956, il a été reconnu par l’État comme un événement majeur au niveau international.

23 Sur les nombreux projets urbains et architecturaux promus par Adriano Olivetti, voir notamment OLMO Carlo (dir.), Costruire la città dell’uomo. Adriano Olivetti (1945-1960) e l’urbanistica, Turin, Edizioni di Comunità, 2001 ; BONIFAZIO Patrizia & SCRIVANO Paolo, Olivetti Builds: Modern Architecture in Ivrea, Milan, Skira, 2001.

24 Les principes de Dublin. Principes conjoints ICOMOS‐TICCIH pour la conservation des sites, constructions, aires et paysages du patrimoine industriel. Adoptés par la 17e assemblée générale de l’ICOMOS le 28 novembre 2011.

25 TARPINO Antonella, Memoria imperfetta. La Comunità Olivetti e il mondo nuovo, Turin, Einaudi, 2020, p. 6.

26 Parmi les premières et les plus importantes opérations de sauvegarde de la ville moderne en Italie, il y a celle de Tresigallo (Ferrare, Émilie-Romagne) et de la ville industrielle de Carbonia (Sardaigne), réalisées pendant la période fasciste. Sur les expériences italiennes et européennes de protection du patrimoine urbain au xxe siècle, voir PEGHIN Giorgio & SANNA Antonello (dir.), Modern Urban Heritage. Experiences and Reflections for the Twentieth-Century City, Turin, Londres, U. Allemandi & Co, coll. « Eyewitnesses to architecture », 2012.

27 PANE Roberto et al., Il centro antico di Napoli. Restauro urbanistico e piano di intervento, Naples, Edizioni scientifiche italiane, coll. « Collana di storia dell’architettura ambiente, urbanistica, arti figurative », 1971, vol. I, p. 15.

28 Le répertoire des constructions modernes d’Ivrea a été publié dans GIACOPELLI Enrico & BONIFAZIO Patrizia (dir.), Il paesaggio futuro. Letture e norme per il patrimonio dell’architettura moderna di Ivrea, Turin, U. Allemandi and Co, 2007.

29 GIACOPELLI Enrico, « Una normativa per la salvaguardia del patrimonio architettonico del Novecento di Ivrea », in CALLEGARI Guido & MONTANARI Guido, op. cit., p. 93-104.

30 La restauration de 16 bâtiments du quartier, réalisée entre 1998 et 2006, a été coordonnée par les architectes Riccardo Avanzi et Enrico Giacopelli, qui ont été chargés par la ville de rédiger la « Normativa di Salvaguardia ». Voir GIACOPELLI Enrico, « Prove di salvaguardia nel quartiere Canton Vesco a Ivrea », in BORIANI Maurizio (dir.), La sfida del Moderno. L’architettura del xx secolo tra conservazione e innovazione, Milan, Unicopli, 2003, p. 117-134.

31 Programme de gestion du site Unesco d’Ivrea, actualisation de septembre 2017.

32 La citation est tirée du site web de ICONA (https://www.icona.srl/).

33 Les activités du projet « Cittadini illumina(n)ti » sont visibles sur le site https://www.cittadini-illuminanti.org/.

34 Voir GIACOPELLI Enrico, « I destini dell’architettura moderna di Ivrea : un problema di restauro ? », Parametro, n° 262, mars-avril 2006, p. 56-63.

35 GIACOPELLI Enrico, « La Olivetti e il mito della trasparenza. Riflessioni attorno al restauro della ICO Centrale », in GRAF Franz & ALBANI Francesca (dir.), Il vetro nell’architettura del xx secolo. Conservazione e restauro, Mendrisio, Mendrisio Academy Press, 2011, p. 259-275 et 276-288, texte en italien et en anglais.

36 Le principe de sérialité semble particulièrement pertinent pour l’architecture industrielle. Il suffit de penser, par exemple, aux nombreuses œuvres de Pier Luigi Nervi, Angelo Mangiarotti et Marco Zanuso qui, bien qu’elles soient souvent des « prototypes de la sérialité », sont liées par des caractéristiques communes, dues à la recherche de procédures de construction modulaire et de préfabrication.

37 Au sujet de l’application des concepts mathématiques de « série » et de « séquence » dans le domaine de la sauvegarde en architecture, voir CARUGHI Ugo, op. cit., p. 22-24.

38 Les exemples sont nombreux : des maisons du Balilla (genre de scout) aux colonies de vacances à la mer et à la montagne construites pendant la période fasciste, des villages de vacances pour les ouvriers, tel que celui construit par Eni (Ente Nazionale Idrocarburi) à Borca di Cadore (Belluno, Vénétie) à l’initiative d’Enrico Mattei, à quelques ensembles balnéaires réalisés après la guerre comme la Pineta, à Arenzano (Gênes, Ligurie).

39 HEINICH Nathalie, La Fabrique du patrimoine. « De la cathédrale à la petite cuillère », Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France », Paris, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Le gratte-ciel Pirelli, architecte Gio Ponti (1956-1960) à Milan après sa restauration (1998-2004).
Crédits © Lanzetta / MiBACT.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Figure 2
Légende La façade principale de l’Académie d’escrime, architecte Luigi Moretti (1933-1936) à Rome après sa restauration (2013-en cours).
Crédits © Giovanni Conca.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Figure 3
Légende Vue aérienne d’Ivrea, du centre historique et de la zone industrielle Olivetti, 1954.
Crédits © Photographe inconnu / Istituto Geografico Militare.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34938/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 821k
Titre Figure 4
Légende Via Jervis, Ivrea, années 1960.
Crédits © Photographe inconnu / reproduction Associazione Archivio Storico Olivetti.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34938/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 5
Légende Le quartier Canton Vesco, Ivrea, années 1950. La photographie montre les bâtiments résidentiels conçus par différents architectes durant les années 1940 et 1950 et les grands espaces verts de la zone centrale destinés à l’école maternelle et primaire. À l’arrière-plan se trouve un autre quartier construit par Olivetti avec INA-Casa et Gescal : le quartier Bellavista.
Crédits © Gianni Berengo Gardin / Reproduction Associazione Archivio Storico Olivetti.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34938/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre Figure 6
Légende Bâtiment type C, architectes Marcello Nizzoli et Annibale Fiocchi (1950-1951), dans le quartier de Canton Vesco avant sa restauration (1998-2006).
Crédits © Paolo Mazzo / reproduction Archivio G-Studio.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34938/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 7
Légende Bâtiment type C, architectes Marcello Nizzoli et Annibale Fiocchi (1950-1951), dans le quartier de Canton Vesco après sa restauration (1998-2006).
Crédits © Paolo Mazzo / reproduction Archivio G-Studio.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34938/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 8
Légende Le site Unesco d’Ivrea et l’itinéraire du Maam, extrait du dossier de candidature Unesco, 2016.
Crédits © Unesco.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34938/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 9
Légende Carta per la qualità d’Ivrea, 2004.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34938/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Titre Figure 10
Légende Façade de la ICO Centrale, architectes Luigi Figini et Gino Pollini (1936-1948), sur via Jervis après sa restauration (2004-2006).
Crédits © Photographe inconnu / Altrospazio, MiBACT.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34938/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Titre Figure 11
Légende Principes pour la restauration des façades de la ICO Centrale établis par l’architecte Enrico Giacopelli à usage de l’équipe du projet, 2004.
Crédits © Enrico Giacopelli / reproduction Archivio G-Studio.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34938/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Figure 12
Légende La double façade nord de la ICO Centrale après sa restauration.
Crédits © Davide Cerati / reproduction Archivio G-Studio.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/34938/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giovanni Conca, « Ivrea, entre sauvegarde et réhabilitation du patrimoine architectural du xxe siècle »In Situ [En ligne], 47 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/34938 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.34938

Haut de page

Auteur

Giovanni Conca

Architecte diplômé de l’Académie d’architecture de Mendrisio, doctorant en architecture au LéaV (Ensa-Versailles/Université de Paris-Saclay) arch.conca@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search