Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47La situation en FranceLe patrimoine architectural du Cr...

La situation en France

Le patrimoine architectural du Crédit Agricole et de la Mutualité sociale agricole en Languedoc-Roussillon

Sièges régionaux et agences. Les bâtiments administratifs à l’épreuve du monde du travail d’aujourd’hui
Crédit Agricole and Mutualité sociale agricole’s architectural heritage in Languedoc-Roussillon (former region of France). Regional headquarters and branches. Administrative buildings under the test of today’s working world
Florence Marciano

Résumés

Le Crédit Agricole et la Mutualité sociale agricole ont construit dans les régions des sièges sociaux et de nombreuses agences dans les années 1970-1980 en faisant appel à des architectes nationaux ou locaux. Ce patrimoine, important et varié en Languedoc-Roussillon, représente tout un pan de l’histoire de l’architecture, celle des bureaux. Mais aujourd’hui, ces grands bâtiments sont confrontés à plusieurs problèmes : conception obsolète vis-à-vis des exigences d’économie d’énergie, taille des bâtiments excessive pour le secteur de l’agriculture qui emploie de moins en moins de personnes, usage actuel des bureaux et allocation spatiale par poste de travail, au moment où le télétravail se développe, phénomène encore accéléré par la pandémie récente. L’avenir de ces bâtiments est donc menacé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Labellisé « Patrimoine du xxsiècle » en 2016.

1Le patrimoine architectural du Crédit Agricole et de la Mutualité sociale agricole (MSA) en Languedoc-Roussillon a été étudié lors du recensement en vue de l’attribution du label « Patrimoine du xxsiècle », devenu label « Architecture contemporaine remarquable » (« ACR » ; depuis 2016). Les grands ensembles de bureaux des années 1965-1980 construits pour le Crédit Agricole et la Mutualité sociale agricole l’ont été pendant les Trente Glorieuses. Ils célèbrent à la fois par leur présence et leur luxe la puissance de la banque et consacrent le développement du tertiaire de ces années. Ce sont des sièges régionaux du Crédit Agricole, sièges de la Mutualité sociale agricole dans les départements, agences locales, ou autres prototypes comme l’« autobanque » de Béziers (Roger Marcorelles, 1974). Les directeurs régionaux font appel à des agences d’architectes d’envergure nationale (Daniel Badani et Pierre Roux-Dorlut, pour Montpellier en 1965, Lattes en 1974 ; et Louis Arretche et Marcel Nouviale pour Perpignan en 1975) ou à des architectes régionaux de talent, maintenant reconnus (Joseph Massota pour Alès en 1972 et Armand Pellier dans le Gard). Le siège du Crédit Agricole de Bourgogne à Auxerre (1969), puis du Loiret à Saint-Jean-de-Braye de Michel Andrault, Pierre Parat et Jean-Pierre Sarrazin (1974) en sont un emblème : implantation libre dans le paysage, massivité et clarté des volumes, opposition et jeux de couleurs des matériaux classiques et modernes, et sculpture-jardin géante de briques du patio intérieur pour le second1.

2Cinquante ans plus tard, ils se trouvent cependant à une époque charnière et paradoxale. C’est au moment où ils sont étudiés et reconnus que plusieurs facteurs se liguent pour décréter leur vétusté : exigences des nouvelles normes de performance énergétique, diminution des besoins en surface des bureaux à l’heure de l’informatisation accélérée qui favorise le télétravail. La DRAC d’Occitanie a dû faire face à des refus de labellisation par peur des contraintes que le label pourrait imposer aux propriétaires, alors même que ceux-ci projettent des transformations importantes, voire des destructions (même phénomène avec les sièges d’autres entreprises). En Languedoc-Roussillon, ces grands ensembles n’échappent pas aux restructurations. Certains sont encore préservés, parce qu’ils ont été rachetés par des administrations publiques locales ; d’autres ont été dénaturés. Au cours de ces quatre dernières années, l’abandon de nombre de ces bâtiments par leurs commanditaires a signé la fin d’une époque.

Les années 1966-1980 : affirmation des sièges régionaux de la Mutualité sociale agricole et du Crédit Agricole

3Le Crédit Agricole, né à la fin du xixsiècle en tant qu’organisation mutualiste, connaît une importante évolution tout au long du xxsiècle, prend son autonomie par rapport à l’État et étend petit à petit le champ de ses compétences. Il a toujours été organisé en caisses régionales, fédérées en 1948 autour de la Caisse nationale du Crédit Agricole. Il est devenu une banque indépendante en 1966, sortant alors de son activité traditionnelle tournée vers le monde rural tout en restant sa banque principale. Dans le même temps, la Mutualité sociale agricole se développe. Deuxième régime de protection sociale en France, elle assure la protection sociale du monde agricole et rural.

4C’est dans les années 1970 que les caisses régionales, qui ont une tradition d’indépendance, affirment la puissance de la banque par la création de sièges.

  • 2 Remarque de Roger Marcorelles, entretien de septembre 2017. Étant une entreprise privée, elle n’éta (...)
  • 3 133 IFA, dossier DAU no 26 et 27. Le commentaire souligne aussi la possibilité qu’ont eue les archi (...)

5L’appel à de grands architectes contemporains pour construire ces bâtiments répond à cet enjeu. Les architectes ont aussi une grande liberté pour leurs projets dans la conception et le choix des entreprises qu’ils font travailler2. Les sièges régionaux du Crédit Agricole présentent une importante variété de bâtiments. Le principe étant d’affirmer l’image de banque rurale, les sièges sont construits « à la campagne », en fait dans les banlieues de villes en pleine expansion, faciles d’accès grâce au développement des axes routiers. Les terrains sont grands et les projets se déploient de façon monumentale. Ces idées sont parfaitement résumées dans la plaquette de présentation de la Caisse régionale du Crédit Agricole mutuel à Orléans (Loiret) : « un maître d’ouvrage dynamique, un programme extraordinairement travaillé, précis, un terrain essentiellement rural3. » La modernité s’exprime par l’ampleur des volumes mais aussi par l’emploi de matériaux modernes : béton, verre, acier, aluminium, etc.

La modernité sous le signe du mur-rideau

La Maison de l’agriculture à Montpellier (1965-1970), Daniel Badani (1914-2006) et Pierre Roux-Dorlut (1919-1996)

  • 4 « Maison de l’agriculture à Montpellier », Architecture française, n° 335-336, 1970, p. 33-35.
  • 5 EMPEREUR Hubert, « Badani et Roux-Dorlut, des orfèvres de la grande échelle », Le Moniteur, no 224, (...)

6La Maison de l’agriculture regroupe des organismes et administrations liés au monde agricole : mutuelles agricoles, chambre d’agriculture, syndicats d’exploitants, habitat rural, direction des Services agricoles, Eaux et Forêts, Génie rural, etc. Elle quitte le centre-ville en profitant de la modernisation de la ville. Ce programme de grande ampleur était prévu en deux tranches, mais la seconde n’a jamais été exécutée (les sept petits bâtiments côté ouest)4 [fig. 1]. Une longue barre de bureaux de trois étages occupe à l’est toute la longueur du terrain, flanquée au nord d’un ensemble de bâtiments bas de services, et au sud d’un second bâtiment disposé en parallèle. Dans cet ensemble, la « cour d’honneur » à deux niveaux est notable : l’étage est dédié aux piétons (accès par un grand degré, bancs de pierre) et le dessous, aux voitures [fig. 2]. Les différents niveaux sont séparés par des halls, terrasses, galeries couvertes, patios, autour de la grande place centrale aménagée en jardin selon le modèle méridional que Daniel Badani et Pierre Roux-Dorlut ont beaucoup étudié et reproduit5 ; elle permet d’assurer une desserte indépendante des organismes.

Figure 1

Figure 1

Montpellier (Hérault), maison de l’Agriculture, maquette du projet, photo Jean Biaugeaud, Arcueil (18 x 23,5 cm), Dossier Daniel Badani et Pierre Roux-Dorlut. Fonds DAU. DAU. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture contemporaine, 271K, Florence Marciano, 2015.

© Florence Marciano (CRMH Occitanie).

Figure 2

Figure 2

Montpellier (Hérault), maison de l’Agriculture, vue de l’entrée, maquette du projet, photo G. Baldous, Photo Art et Loisirs, Montpellier, (18 x 23,5 cm), dossier Daniel Badani et Pierre Roux-Dorlut. Fonds DAU. DAU. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture contemporaine, Florence Marciano, 2015, IFA 350K.

© Florence Marciano (CRMH Occitanie).

  • 6 DELUMEAU Gwenaël & LEMONIER Aurélien (dir.), Badani, Roux-Dorlut, architectes. La conquête du milie (...)
  • 7 Abidjan, Dakar, Niamey, Cameroun. Ils ont beaucoup expérimenté les systèmes de pare-soleil mais aus (...)
  • 8 Ils ont collaboré avec Jean Prouvé pour la façade de la Cité scolaire de la Dullague à Béziers (Hér (...)

7Les architectes utilisent pour les façades des murs-rideaux, dont ils ont été les premiers expérimentateurs après-guerre6. Ils puisent également dans leur expérience en Afrique7 pour établir un système de pare-soleil constitué de ventelles verticales mobiles en aluminium anodisé composé de quatre lames courtes et de deux lames longues, portées par deux potelets orthogonaux à la façade8 [fig. 3]. Aujourd’hui ne restent que les potelets, les lames ont disparu. Le relief donné par les brise-soleil et l’alternance de panneaux Glasal vert amande et de fenêtres animaient les façades, aujourd’hui beaucoup plus monotones [fig. 4].

Figure 3

Figure 3

Montpellier (Hérault), maison de l’Agriculture, système de brise-soleil, Florence Marciano, 2015, photo Jan Coussi, (24 x 18 cm), dossier Daniel Badani et Pierre Roux-Dorlut. Fonds DAU. DAU. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture contemporaine, 289 K.

© Florence Marciano (CRMH Occitanie).

Figure 4

Figure 4

Montpellier (Hérault), maison de l’Agriculture, vue du bâtiment ouest, Florence Marciano, 2015, IFA 598 K, DAU 23.

© Florence Marciano (CRMH Occitanie).

8Beaucoup d’immeubles de bureaux présentent des murs-rideaux. Un des premiers est celui construit par Joseph Massota (1925-1989)9 en 1962, la Maison de l’agriculture à Nîmes (Gard), en centre-ville, 9, rue Aton. Ce bâtiment en L de sept étages se caractérise par l’emploi de façades lisses contrastant avec un socle en pierre du Gard à l’angle des deux rues. Ce socle a été entièrement sculpté par Paule Pascale (1932-2018)10. Ce dispositif est à la fois caractéristique de Joseph Massota, du goût de Paule Pascale pour la sculpture monumentale et de la volonté de ce type d’institutions d’orner leurs immeubles de bureaux11.

  • 12 « Immeuble administratif. Mutualité Sociale agricole du Gard. ZUP. De Nîmes, Architecture dans le G (...)

9En 1970, la Mutualité sociale agricole du Gard fait construire à Nîmes par Marc Chausse (1924-2014) un immeuble administratif dans la ZUP Pissevin, nouvellement créée12. Le bâtiment regroupe de nombreux services, sous la forme d’une tour de neuf étages pour 5 000 m2 de bureaux paysagers (forme de croix en ailes de moulin) qui s’harmonise avec les grands ensembles de logements tout autour. L’architecte utilise les techniques récentes : éléments préfabriqués de ciment blanc, murs-rideaux, panneaux de façades Emalit et verre fumé de couleur châtaigne [fig. 5].

Figure 5

Figure 5

Nîmes (Gard), Mutualité sociale agricole, vue générale, Florence Marciano, 2016, 273 K.

© Florence Marciano (CRMH Occitanie).

  • 13 Il a entièrement été restructuré en 2018 par l’agence ABC, qui l’a « allégé » en remplaçant le verr (...)
  • 14 CAUE Saône-et-Loire, Guide d’architecture en Bourgogne, 1893-2007, Paris/Montceau-les-Mines, Picard (...)

10Comme en témoignent beaucoup de bâtiments construits à la même époque, le mur-rideau est l’emblème de la modernité de cette époque. À Toulouse, la Caisse régionale du Crédit Agricole mutuel (1971-1976) s’installe au centre-ville, contrairement aux autres. Son bâtiment allie de grandes masses courbes et orthogonales entièrement en verre fumé et une structure couleur bronze. Il suscite une polémique dans un quartier d’architecture traditionnelle en brique13. À Varennes-Vauzelles (à côté de Nevers, Nièvre), le bâtiment de la direction départementale (François Lebas, 1975) est un simple rectangle de deux niveaux, entièrement en verre réfléchissant14.

Les agences locales : une exception gardoise, les agences du Crédit Agricole d’Armand Pellier et Paule Pascal

11André Costabel, directeur régional du Crédit Agricole entre 1960 et 1984, a joué un rôle majeur. Il « souhaitait que l’architecture porte un message et propose une ambiance de travail élevant l’esprit15 ». Il fait appel à l’architecte Armand Pellier (1910-1989)16 pour la construction de douze agences dans le Gard ; celui-ci collabore avec Paule Pascal de façon constante. Elle a créé une sculpture monumentale à l’entrée de la Caisse régionale à Nîmes, et pour les autres agences (Aigues-Mortes, Beaucaire, Bagnols-sur-Cèze, construite par Armand Pellier, agence des Arènes à Nîmes, Uzès, Saint-Ambroix), des murs sculptés en pierre du Pont-du-Gard, situés dans les halls, les cages d’escalier. Certains murs sont très en relief, d’autres plus lisses, tous avec des motifs abstraits, géométriques ou non17.

  • 18 Architecture dans le Languedoc et le Comtat, n° 13, septembre 1972, p. 81.
  • 19 « Caisse de Crédit Agricole d’Alès », Architecture dans le golfe du Lion et le Comtat, n15, sept. (...)
  • 20  FRANÇOIS Michel (dir.), Le label « Architecture contemporaine remarquable » dans le Gard et l’Héra (...)

12En 1972, l’architecte Joseph Massota (1925-1989) se voit confier la construction de l’agence du Crédit Agricole à Alès (Gard), au centre-ville18. Celle-ci est alors considérée comme une agence importante en prévision de la reconversion industrielle de la région cévenole. En plus des services habituels dans une agence bancaire, « elle abrite un étage destiné à de nombreuses organisations agricoles, ce qui confère à cet édifice le caractère d’une véritable Maison de l’agriculture dépassant le cadre d’une simple banque19 ». À l’étage se trouvait la Mutualité sociale agricole. À une façade arrondie relativement sobre sur deux rues répond un intérieur monumental (label « Architecture contemporaine remarquable », 2015). La partie centrale de l’agence est couverte par une forme tronconique en béton brut entourée par une série de coupoles circulaires assurant l’éclairage zénithal. Ce dispositif en arrondi est souligné par un escalier à rampes pleines dont l’aspect épouse celui de la coupole et rejoint une galerie à l’étage. Ce jeu dans l’espace de lignes courbes, spectaculaire, en béton brut, s’accompagne d’un décor important : le hall d’accueil est tapissé sur toute sa hauteur d’un décor de carreaux de lave émaillée réalisé par Pierre Saint-Paul (1926-2018). L’entrée directe vers la salle de conférences est également entièrement couverte d’une céramique dans les mêmes tons. Au sous-sol, une autre salle de conférences est située à l’aplomb de la coupole du grand hall20.

Les autres agences : modernité et luxe

  • 21 « Crédit agricole mutuel du midi. Agde », Architecture dans le golfe du Lion et le Comtat, n° 17, 1 (...)

13Roger Marcorelles (1942-), qui a été un des architectes d’exécution pour le siège de Lattes (Hérault), était dans les années 1970 l’architecte attitré de la Caisse régionale pour l’Hérault et l’Aude. À ce titre, il a construit quelques agences locales. On remarque des correspondances entre les expérimentations du siège social de la Caisse et ses agences : Agde (1974), Béziers (1974), Clermont-l’Hérault (1979). La première se signale par un décor intérieur très soigné : plafond plaqué en palissandre, revêtement mural en marbre de Sienne éclaté, sol en marbre de Carrare. Marcorelles conçoit également entre les deux étages un escalier innovant qui, sur une paillasse en béton, comporte un noyau central et un garde-corps en acier inoxydable. Le noyau central, dépassant la cage d’escalier, sert de luminaire ; des petits spots y sont fixés sur toute la hauteur21.

  • 22 « Caisse de Crédit Agricole de Clermont-l’Hérault », Architecture dans le golfe du Lion et le Comta (...)

14L’agence de Clermont-l’Hérault est caractérisée par un traitement de l’entrée privée par deux cylindres-tours extérieures assurant la circulation verticale entre les cinq niveaux22. Elles sont traitées en béton cannelé pour affirmer leur aspect contemporain. Elles abritent deux escaliers intérieurs qui font l’objet d’un traitement particulier : les marches sont en acier inoxydable et sont scellées dans le mur extérieur. Le noyau central est fait de tubes qui s’allongent sur toute la hauteur de la cage d’escalier. La main courante est également en acier [fig. 6].

Figure 6

Figure 6

Clermont-l’Hérault (Hérault), agence du Crédit Agricole vue de l’un des deux escaliers intérieurs, Florence Marciano, 2016, 391 K. nb.

© Florence Marciano (CRMH Occitanie).

  • 23 « Auto-banque du Crédit Agricole mutuel Béziers », Architecture dans le golfe du Lion et le Comtat, (...)

15Quant à l’agence de Béziers, c’est son principe même qui est novateur. Elle a été pensée en 1974 comme une « autobanque », c’est-à-dire un « drive »23, à la demande de Robert Boulanger, alors secrétaire général du Crédit Agricole, intéressé par le modèle américain : pouvoir tout faire en voiture. La parcelle triangulaire, entre trois rues (dont un axe nord-sud très passant vers les quartiers nouveaux), permettait une circulation autour du site [fig. 7]. Marcorelles a conçu l’agence sur une trame triangulaire qui est longée par un grand auvent sous lequel se situaient le guichet extérieur et la rampe d’accès. Comme souvent, les espaces extérieurs sont soignés (petit jardin, murets de pierre). Cette agence prototype destinée à être abondamment reproduite est finalement restée unique.

Figure 7

Figure 7

Béziers (Hérault), agence du Crédit Agricole, vue générale et passage sous l’auvent où se situait la rampe d’accès au guichet extérieur (disparu), Florence Marciano, 2016, 447 K.

© Florence Marciano (CRMH Occitanie).

Les années 1970-1980 : le béton roi 

L’architecture-paysage de la Caisse régionale du Crédit Agricole mutuel à Lattes (Hérault)

  • 24 Société d’aménagement foncier et d’établissement rural.
  • 25 La Mission Racine est une mission interministérielle créée par l’État en 1963 en vue d’aménager et (...)
  • 26 « Caisse régionale de Crédit mutuel agricole du Midi à Maurin Lattes », Architecture dans le Langue (...)

16À Montpellier, malgré le départ de nombreux services pour la Maison de l’agriculture, la Caisse régionale se trouve à l’étroit et ses services sont contraints d’essaimer dans plusieurs lieux. Elle quitte à son tour le centre-ville. Son départ est facilité par la proposition de la SAFER24 pour un terrain à Maurin (Lattes), vers la mer, dans le territoire qu’est en train d’aménager la mission Racine25. Daniel Badani et Pierre Roux-Dorlut sont à nouveau désignés pour ce projet. Le terrain de 52 000 m2 se situe dans un environnement monotone, sans échelle. Les deux architectes vont « créer » le paysage en installant le bâtiment autour d’un spectaculaire bassin de 96 mètres de diamètre. Tout autour, des plantations et des cheminements participent à la création du paysage [fig. 8]. Le bâtiment des bureaux, en double épaisseur, comporte une partie basse et une partie haute, orientées vers le bassin. Elles sont séparées par quatre grands patios arborés, apportant ombre et fraîcheur. Le côté nord est entièrement taluté. Le hall d’entrée, totalement transparent sur une double hauteur, se prolonge par une large allée vers le bassin. Un second bâtiment carré, détaché, abrite les services (cantine, services sociaux et de loisirs)26.

Figure 8

Figure 8

Lattes (Hérault), siège régional du Crédit Agricole du Midi, vue générale depuis la pièce d’eau, Florence Marciano, 2016, 347 K.

© Florence Marciano (CRMH Occitanie).

  • 27 Le premier en 1983, le second en 2004, au nord-ouest du terrain (R. Marcorelles) puis en 2008, un b (...)

17Deux extensions destinées aux services informatiques ont été construites : celle de l’extrémité nord a été dessinée par les deux architectes. Une troisième a été construite mais sans toucher à l’ensemble27. En revanche, depuis, les talus ont été arasés pour donner plus de lumière aux bureaux du rez-de-chaussée. À l’entrée, un petit édifice octogonal fonctionnant comme agence bancaire a été ajouté par Daniel Badani et Pierre Roux-Dorlut en 1980.

18Les matériaux employés ont été choisis pour s’insérer dans l’environnement local : pierre du pays de teinte ocre et béton architectonique de couleur claire. L’attention au problème de la régulation thermique se traduit par des recherches sur l’allège des fenêtres, en béton blanc, formant une corniche double au-dessus de chaque étage [fig. 9].

Figure 9

Figure 9

Lattes (Hérault), siège régional du Crédit Agricole du Midi, vue de l’angle nord-est du bâtiment, Florence Marciano, 2016, 453 K.

© Florence Marciano (CRMH Occitanie).

  • 28 « Escalier d’honneur du siège administratif de la Caisse régionale du Crédit mutuel agricole du Mid (...)
  • 29 L’association BETOCIB est importante. Elle fait la promotion du béton blanc, sous l’égide de Luc Ar (...)
  • 30 Le Telelift a également équipé le ministère de l’Économie quinze ans plus tard.

19Ce chantier, sur lequel les deux architectes sont très présents, aussi bien lors de la conception que de la construction, est pour eux l’occasion d’expérimenter des techniques nouvelles. Ils dessinent dans le grand hall d’entrée un escalier d’honneur entièrement en acier suspendu sur câbles [fig. 10]28. Le béton blanc a fait l’objet de recherches particulières, en relation avec BETOCIB29. Dans ce bâtiment tout en longueur, ils installent au sous-sol un système de transmission du courrier et des documents par wagonnets sur rails, le « Télélift »30.

Figure 10

Figure 10

Lattes (Hérault), siège régional du Crédit Agricole du Midi, escalier d’honneur suspendu en acier inox, Florence Marciano, 2016, 465 K.

© Florence Marciano (CRMH Occitanie).

Le site de la Mutualité sociale agricole et du Crédit Agricole à Perpignan (Pyrénées-Orientales) (1976-1980)

  • 31 Ce bâtiment, construit en même temps, a fait l’objet d’un permis de construire distinct (1976-1980)
  • 32 Cinq pavillons carrés de différentes surfaces et hauteur reliés entre eux ; volumes simples, dont l (...)

20Au début des années 1970, les bureaux de l’Union des caisses de mutualité agricole sont dispersés dans le centre-ville de Perpignan, d’un accès difficile et sans possibilité d’extension. Un vaste terrain de 19 hectares est acquis au sud de la ville, sur un des axes sud de Perpignan, dans le quartier de la Porte d’Espagne. Ce terrain, légèrement en hauteur, s’ouvre à la fois sur les Pyrénées et sur la Méditerranée. Il est prévu d’y construire trois bâtiments, les sièges de la Mutualité sociale agricole et du Crédit Agricole et un ensemble commun, pour les services31. Le siège du Crédit Agricole est édifié par deux architectes de Perpignan, Michel Mosser et Marc Nebinger (1976-1978)32. Les architectes étaient différents, mais un document présent dans le permis de construire établit la « palette des matériaux et couleurs proposés pour l’ensemble des bâtiments et des espaces libres ».

  • 33 Ils collaboreront encore pour les bureaux des assurances AGF à Bordeaux-Mériadeck (Gironde ; 1980-1 (...)

21Un concours pour la MSA est lancé en 1975. Louis Arretche (1905-1991) est retenu avec Marcel Nouviale33. Louis Arretche a déjà travaillé dans la région, notamment en tant qu’urbaniste dans les années 1960. Il dessine pour la ville un plan d’aménagement qui ne sera que très partiellement réalisé. Il a également réalisé deux édifices dans le département : le sanatorium interdépartemental à Osséja (1950-1963) et l’institut médico-pédagogique à Los Masos en 1971 (foyer les Pardalets) pour la Mutualité sociale agricole, par le biais de l’association Jules-Sauvy.

  • 34 AMOUROUX Dominique, Louis Arretche, Paris, Éditions du Patrimoine, coll. « Carnets d’architectes », (...)

22Louis Arretche installe ses bâtiments au sommet de la colline. Il procède par « collage, démarche récurrente dans son œuvre34 ». L’entrée principale est marquée par une grosse tour de brique, d’architecture régionaliste. Elle rappelle les deux châteaux d’eau en brique situés sur les collines de Saint-Martin et du Moulin-à-Vent, qui marquent le paysage de la ville. Elle contraste fortement avec le reste des monuments [fig. 11]. Quatre structures, trois rectangulaires et une carrée, sont disposées autour d’un jardin intérieur. Cette composition régulière est interrompue par trois tours de forme ovoïde irrégulière contenant des circulations verticales, quasi aveugles, en béton strié. Les bureaux des étages courants ont une façade double : d’abord des bandes de fenêtres séparées par de larges bandeaux de béton puis un panneau de béton ajouré, très en relief, qui sert de brise-soleil. Le rez-de-chaussée, en retrait, sert de socle à l’ensemble. Taluté, il est percé de grands hublots ovales et couvert d’un béton de petits cailloux.

Figure 11

Figure 11

Perpignan (Pyrénées-Orientales), Mutualité sociale agricole, vue générale, photo de fin de chantier, tirage argentique, 24 x 30 cm, Conseil départemental, Jean-François Peiré, 2020484K.

© Jean-François Peiré (CRMH Occitanie).

  • 35 Ibid., p. 151.

23Le public n’est admis qu’au rez-de-chaussée. Il a accès au patio intérieur entièrement occupé par un bassin entouré d’un portique circulaire [fig. 12]. On retrouve ici l’idée de l’architecture méditerranéenne, avec son îlot de fraîcheur intérieure. Ce dispositif est complété par un canal contournant le bâtiment à l’angle sud-ouest, utilisé comme régulateur thermique. D’ailleurs, le rez-de-chaussée de la tour, en briques, comme le mobilier fixe, et les reflets de l’eau du canal donnent à ce hall « une ambiance de salle fraîche en contraste avec la brutalité de la chaleur du soleil35 ». L’étage de la tour, où se situe la ligne des percements en plein cintre, abrite la salle du conseil. La série de fenêtres éclaire toute la salle et les voûtes biaises obligent à se déplacer pour profiter du paysage.

Figure 12

Figure 12

Perpignan (Pyrénées-Orientales), Mutualité sociale agricole, vue du patio. Le bassin d’origine a été vidé et on y a posé un plancher. Seuls les îlots de jardin sont d’origine, Jean-François Peiré, 2020, 430 K.

© Jean-François Peiré (CRMH Occitanie).

  • 36 La tour de la MSA sert de publicité pour la briqueterie Sainte-Marcelle de Saint-Jean-Pla-de-Corts (...)
  • 37 LOCHARD Thierry & PAGNIEZ Lisabelle, « L’architecture privée à Perpignan, 1900-1950 : de l’esthétiq (...)

24L’utilisation de matériaux locaux, galets, briques de Saint-Jean-Pla-de-Corts36, marbre, place le bâtiment dans l’histoire locale, dans la continuité d’une tradition régionaliste très fortement ancrée, telle qu’avait pu l’exprimer Édouard Mas-Chancel (1886-1955) dans ses édifices comme dans ses écrits37.

25Au nord de l’ensemble de la MSA et du Crédit Agricole se trouve un troisième édifice, destiné aux services communs aux deux administrations, restaurant et crèche. Le premier se présente sous la forme d’une rotonde, la seconde, qui lui est accolée, comme un bâtiment carré où le toit à double pente inversée s’incline vers deux patios intérieurs. Là aussi, Louis Arretche joue des contrastes en construisant le premier volume en briques, quand le second est un parallélépipède lisse et blanc [fig. 13].

Figure 13

Figure 13

Perpignan (Pyrénées-Orientales), Mutualité sociale agricole, restaurant d’entreprise et crèche, vue de la façade est, plan du permis de construire, Louis Arretche, Marcel Nouviale, plan au 1/500e, octobre 1976-2020, 283K ; archives municipales de Perpignan, 60W741, P.C. n° 22 400.

© Florence Marciano (CRMH Occitanie).

Continuité, transformation, rupture : le devenir des grands ensembles de bureaux

Évolution constante de l’informatique, question énergétique : une double contrainte

26Dans le cadre de la campagne pour la labellisation de l’architecture du xxsiècle en Languedoc-Roussillon, la DRAC s’est heurtée à plusieurs refus de labellisation de la part des entreprises propriétaires de sièges administratifs : le Crédit Agricole à Lattes, la Maison de l’agriculture ou le centre de recherches de Sanofi à Montpellier. La raison principale en était les projets de transformation ou de destruction de ces sites : évolution du monde du travail, changement de destination, espaces obsolètes, pression foncière mais surtout la question de l’entretien et de la dépense énergétique, cruciale aujourd’hui. Ces sites de bureaux n’ont pas tous été construits avant le premier choc pétrolier, mais cette donnée a été peu prise en compte dans les programmes.

27Le rôle important du développement de l’informatique influence non seulement les projets architecturaux, mais aussi la façon de travailler et le management. L’entreprise doit s’adapter dans son ensemble, y compris dans ses espaces. Ce phénomène est aussi corrélé et amplifié par le sujet des économies d’énergie pour les constructions de la seconde moitié du xxsiècle et par celui de la sécurité sanitaire, avec l’amiante.

  • 38 On peut citer aussi l’impressionnant bâtiment pour l’informatique et la télématique de F. Lombard à (...)

28La question des services informatiques est importante : ils se sont développés dans les années 1970-1980, nécessitant parfois la construction de bâtiments supplémentaires, alors que les installations prennent énormément de place, comme à Lattes, où il y a eu deux extensions successives38 (1983, 2004). L’arrivée de la micro-informatique rend ensuite ces espaces inutiles.

  • 39 SERVE Stéphanie (UPEC)) & ROUSSELET Évelyne (UPEM), « Fermetures des agences bancaires : une tendan (...)
  • 40 CLIER Josette & FRANÇOIS Michèle, « Paule Pascal… », op. cit., p. 8, note 19.

29Depuis les années 2010, la digitalisation est devenue une tendance de fond ; c’est une donnée croissante du modèle bancaire ; les opérations courantes se traitant grâce à Internet, les agences bancaires n’ont plus la même utilité de proximité : 19,8 % du parc a été fermé entre 1999 et 201839. Pour les petites agences du Gard, le travail d’Armand Pellier et Paule Pascal s’en est fortement ressenti : « À Aigues-Mortes, le mur, pourtant de grande dimension, a été masqué ; à Beaucaire, le mur incrusté de verres colorés a été privatisé ; l’agence du Grau-du-Roi a déménagé et à Bagnols-sur-Cèze, tout a disparu lors des travaux de 2011. À Uzès, l’animation de mur n’est plus visible, mais celle de Saint-Ambroix (voir dans la base Mérimée : notice EA30000027) est encore en place40. »

30Il faut aussi signaler l’évolution spécifique du secteur de l’agriculture : étant donné la baisse constante du nombre d’agriculteurs et de salariés agricoles depuis les années 1970, il est logique que la MSA adapte ses moyens et ses effectifs.

31Tous les sièges ont été construits pour offrir un grand nombre de bureaux, le plus souvent des bureaux individuels, parfois prévus pour accueillir un petit espace de réunion ; ils ont été souvent décloisonnés. À ce confort spatial s’oppose aujourd’hui la question des économies d’énergie, encore accentuée par la prise en compte du réchauffement climatique ; le coût de l’entretien de ces ensembles est très élevé, d’autant que les grands bâtiments ont été construits à une époque où cette notion ne faisait pas partie des contraintes auxquelles les architectes avaient à apporter des solutions.

32En fait, la question de la dématérialisation de l’ensemble des activités économiques, qui transforme le management lui-même, est amplifiée par cette contrainte du coût de fonctionnement. L’essor du télétravail, source de confort pour les employés du tertiaire (soulagés des contraintes de transport dans les grandes agglomérations) encourage la disparition des espaces de bureaux. Et puisque tous les employés sont présents en alternance, le bureau individuel disparaît au profit de bureaux moins nombreux, collectifs et interchangeables. La crise récente de la pandémie de Coronavirus a accéléré ce mouvement, par la force de l’obligation. Et quand une enquête du cabinet de conseil Cap Gemini souligne que les entreprises constatent une hausse de 63 % de la productivité des salariés en télétravail, il semble que la tendance soit durable41.

  • 42 Les bassins ont été supprimés à Saint-Jean-de-Braye et à Perpignan pour faire des économies d’entre (...)
  • 43 Direction régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt.

33Parmi les ensembles cités, ceux qui continuent de fonctionner en tant que bureaux ont été rachetés : à Perpignan, à Nîmes (Maison de l’agriculture) et à Auxerre (Yonne), le conseil général y a installé ses propres bureaux en gardant les bâtiments42, ce qui permet de préserver l’architecture. En 2018, Groupama, propriétaire de 75 % du site de la Maison de l’agriculture de Montpellier, envisageait la reconstruction de ses bureaux sur place (les anciens étant jugés « obsolètes et vétustes »). Finalement, Groupama occupe maintenant tout le site depuis le départ de la MSA et de la DRAAF43 en 2018 dans des locaux neufs. La MSA de Nîmes a également quitté le siège de la rue Lalo en avril 2021. En ce qui concerne le site du siège du Crédit Agricole régional de Maurin-Lattes, le projet de déménagement du siège serait à l’étude. Le site de Saint-Césaire à Nîmes est en vente (juin 2021).

  • 44 Compagnie d’aménagement du Bas-Rhône et du Languedoc.

34D’autres bâtiments importants de cette époque connaissent le même sort : le siège de la BRL44 est à l’abandon depuis des années ; seul le coût du désamiantage fait obstacle à sa destruction. La cité scolaire de la Dullague, à Béziers (Daniel Badani, Pierre Roux-Dorlut, façades Jean Prouvé, 1965), connaît une certaine désaffection. À Orléans, l’ensemble d’IBM de Michel Andrault et Pierre Parat, désaffecté, doit être démoli en dépit du label « Patrimoine du xxsiècle ».

Une solution : la transformation ?

  • 45 Loi pour l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique.
  • 46 Attribué à l’agence Moatti-Rivière pour la livraison en 2016 de 90 logements à Charenton-le-Pont. L (...)

35Une question fréquemment soulevée est celle de la transformation des bureaux en logements, car ils constituent des espaces très convoités dans les grandes agglomérations. Plusieurs lois successives ont encouragé ce principe. Techniquement complexe, il est aussi freiné par des pesanteurs administratives, malgré la volonté des législateurs (loi Élan45, 2018). En Île-de-France, où le manque de logements est important et le nombre de bureaux vides, tout autant (3 millions de m2 en 2018), une convention a été signée en février 2018 entre le ministère en charge du Logement et les dix principaux acteurs immobiliers de la place parisienne. En 2019, un prix international pour la transformation des bureaux en logements a été créé pour encourager cette pratique46. L’exemple du sauvetage de deux immeubles de la Mouzaïa, à Paris (1974), pour faire des logements pour étudiants et jeunes travailleurs par l’agence Canal architecture reste exceptionnel ; le no 58, dû à Claude Parent et André Remondet, exemple de l’architecture brutaliste, a été soigneusement pris en compte. Mais si certains immeubles de centre-ville de type haussmanniens supportent bien la transformation, pour la plupart des bureaux construits dans les quarante dernières années, la contrainte est presque rédhibitoire. On pourrait envisager une vente à la découpe, mais, souvent, les plateaux ne sont pas indépendants les uns des autres : l’immeuble est conçu avec une source unique de fluides pour l’ensemble et la séparation est complexe, tout comme la mise à niveau technique et la notion de partition des espaces. Les bâtiments ne sont pas toujours modulables, sans compter la présence systématique d’amiante, cause ou alibi pour empêcher une restructuration lourde.

Haut de page

Notes

1 Labellisé « Patrimoine du xxsiècle » en 2016.

2 Remarque de Roger Marcorelles, entretien de septembre 2017. Étant une entreprise privée, elle n’était pas assujettie aux obligations du moins-disant, ce qui a permis de choisir les entreprises.

3 133 IFA, dossier DAU no 26 et 27. Le commentaire souligne aussi la possibilité qu’ont eue les architectes de « surmonter l’obstacle de l’étroitesse budgétaire, quand elle n’est pas intellectuelle, des maîtres d’ouvrage ».

4 « Maison de l’agriculture à Montpellier », Architecture française, n° 335-336, 1970, p. 33-35.

5 EMPEREUR Hubert, « Badani et Roux-Dorlut, des orfèvres de la grande échelle », Le Moniteur, no 224, mai 2011, disponible en ligne, https://www.lemoniteur.fr/article/badani-roux-dorlut-des-orfevres-de-la-grande-echelle.736514 [lien valide en février 2022].

6 DELUMEAU Gwenaël & LEMONIER Aurélien (dir.), Badani, Roux-Dorlut, architectes. La conquête du milieu, Orléans, Éditions Hyx, 2016. Notamment au centre de recherches nucléaires de Marcoule en 1954, ou à l’extension de la Fédération du bâtiment à Paris (1957).

7 Abidjan, Dakar, Niamey, Cameroun. Ils ont beaucoup expérimenté les systèmes de pare-soleil mais aussi de claustras.

8 Ils ont collaboré avec Jean Prouvé pour la façade de la Cité scolaire de la Dullague à Béziers (Hérault, 1962), système de brise-soleil à lames mobiles, encore en partie en place, et pour un système de « Pyradôme » à la faculté des sciences de Constantine (Algérie, 1965).

9 Le « Label architecture remarquable » dans le Gard et l’Hérault, Montpellier, DRAC Occitanie, coll. « Duo. Monuments Objets », 2020. Joseph Massota, architecte qui a bâti une œuvre singulière dans le sud de la France, est aujourd’hui reconnu. Neuf de ses bâtiments ont été labellisés « Patrimoine xxsiècle » en 2015 par la DRAC Languedoc-Roussillon.

10 PLOUVIER Paule, CLIER Josette & FRANÇOIS Michèle, Paule Pascale, femme sculpteur dans les années 1960-1985. La rencontre de la matière et de l’espace, Montpellier, DRAC Occitanie, coll. « Duo. Monuments Objets », 2017, disponible en ligne, https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Occitanie/Ressources-documentaires/Publications/Collection-DUO/Paule-Pascal-femme-sculpteur-des-annees-1960-1985.-La-rencontre-de-la-matiere-et-de-l-espace [lien valide en mars 2022] ; Massota et Pascal travaillent ensemble cinq ans plus tard pour le siège de la SADA à Nîmes, rue Scatisse (« Patrimoine Label xxsiècle », 2015) et pour l’agence Chaix de Nîmes en 1976.

11 Ibid., p. 42-43. https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Occitanie/Ressources-documentaires/Publications/Collection-DUO#Pat_XXe [lien valide en mars 2022].

12 « Immeuble administratif. Mutualité Sociale agricole du Gard. ZUP. De Nîmes, Architecture dans le Golfe du Lion et le Comtat, n° 22, sept. 1979, p. 141-146. Marc Chausse (1924-2014). Avec Jean-Pierre Agnel, ils ont été les premiers à créer un immeuble de bureaux à murs-rideaux à Nîmes, en 1966, pour la Compagnie nationale d’aménagement du Bas-Rhône et du Languedoc.

13 Il a entièrement été restructuré en 2018 par l’agence ABC, qui l’a « allégé » en remplaçant le verre fumé par du verre clair et la structure couleur bronze par de l’acier gris.

14 CAUE Saône-et-Loire, Guide d’architecture en Bourgogne, 1893-2007, Paris/Montceau-les-Mines, Picard/CAUE, 2008. Présence d’un patio-jardin.

15 CLIER Josette & FRANÇOIS Michèle, « Paule Pascal, sculpteur au service de l’architecture dans les années 1960-1980 dans le Gard », In Situ 32 | 2017, [En ligne], http://journals.openedition.org/insitu/14899 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.14899 [lien valide en février 2022].

16 LlANTA Anne-Marie, CLIER Josette & FRANÇOIS Michèle, Armand Pellier, architecte, de la pierre du Pont du Gard à la modernité, Montpellier, DRAC de Languedoc-Roussillon, coll. « Duo. Monuments Objets », 2012, p. 30-31, disponible en ligne, https://www.culture.gouv.fr/Media/Regions/Drac-Occitanie/Files/Doc-Ressources-documentaires/Doc-Publications/Doc-collection-DUO/Patrimoine-XXe/Armand-Pellier-architecte-de-la-pierre-du-Pont-du-Gard-a-la-modernite [lien valide en février 2022].

17 Ibid. https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Occitanie/Ressources-documentaires/Publications/Collection-DUO#Pat_XXe https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Occitanie/Ressources-documentaires/Publications/Collection-DUO#Pat_XXe, p. 30-31.

18 Architecture dans le Languedoc et le Comtat, n° 13, septembre 1972, p. 81.

19 « Caisse de Crédit Agricole d’Alès », Architecture dans le golfe du Lion et le Comtat, n15, sept. 1973, p. 36-38.

20  FRANÇOIS Michel (dir.), Le label « Architecture contemporaine remarquable » dans le Gard et l’Hérault, Montpellier, DRAC de Languedoc-Roussillon, coll. « Duo. Monuments Objets », , p. 82-83, disponible en ligne https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Occitanie/Ressources-documentaires/Publications/Collection-DUO/Le-label-Architecture-contemporaine-remarquable-dans-le-Gard-et-l-Herault [lien valide en février 2022].

21 « Crédit agricole mutuel du midi. Agde », Architecture dans le golfe du Lion et le Comtat, n° 17, 1974, p. 33 et 71.

22 « Caisse de Crédit Agricole de Clermont-l’Hérault », Architecture dans le golfe du Lion et le Comtat, n° 22, 1979, p. 57.

23 « Auto-banque du Crédit Agricole mutuel Béziers », Architecture dans le golfe du Lion et le Comtat, n° 17, septembre 1974, p. 67-68.

24 Société d’aménagement foncier et d’établissement rural.

25 La Mission Racine est une mission interministérielle créée par l’État en 1963 en vue d’aménager et de développer le littoral de quatre départements : Hérault, Gard, Aude et Pyrénées-Orientales ; elle est rattachée à la DATAR. Elle est à l’origine de la création de stations balnéaires.

26 « Caisse régionale de Crédit mutuel agricole du Midi à Maurin Lattes », Architecture dans le Languedoc et le Comtat, n° 23, sept. 1980, p. 92-95.

27 Le premier en 1983, le second en 2004, au nord-ouest du terrain (R. Marcorelles) puis en 2008, un bâtiment triangulaire est inséré entre l’administratif et les services (D. Ferrant).

28 « Escalier d’honneur du siège administratif de la Caisse régionale du Crédit mutuel agricole du Midi. Maurin Lattes (Hérault) », L’acier pour construire, n° 2, 1984, p. 10-13. L’escalier a été construit par l’entreprise Pagès, sur recommandation de Marcorelles, qui avait fait travailler cette entreprise sur le chantier de l’agence d’Agde en 1974.

29 L’association BETOCIB est importante. Elle fait la promotion du béton blanc, sous l’égide de Luc Arsène-Henry, son président d’alors, et de Pierre Aury, ingénieur. Le Crédit Agricole a fait l’objet d’une visite particulière par les membres de l’association. L’excellent état du bâtiment cinquante ans plus tard montre d’ailleurs la qualité de ce béton.

30 Le Telelift a également équipé le ministère de l’Économie quinze ans plus tard.

31 Ce bâtiment, construit en même temps, a fait l’objet d’un permis de construire distinct (1976-1980).

32 Cinq pavillons carrés de différentes surfaces et hauteur reliés entre eux ; volumes simples, dont les façades en sont protégées par des brise-soleil en éléments préfabriqués de béton blanc, référence à l’agence d’IBM d’Andrault et Parat à Saint-Jean-de-Braye (Loiret) (1966).

33 Ils collaboreront encore pour les bureaux des assurances AGF à Bordeaux-Mériadeck (Gironde ; 1980-1982).

34 AMOUROUX Dominique, Louis Arretche, Paris, Éditions du Patrimoine, coll. « Carnets d’architectes », 2010, p. 150.

35 Ibid., p. 151.

36 La tour de la MSA sert de publicité pour la briqueterie Sainte-Marcelle de Saint-Jean-Pla-de-Corts (Architecture méditerranéenne, no 36, 1991).

37 LOCHARD Thierry & PAGNIEZ Lisabelle, « L’architecture privée à Perpignan, 1900-1950 : de l’esthétique “Beaux-Arts” au pittoresque moderne », In Situ [En ligne], 6 | 2005, [En ligne], http://journals.openedition.org/insitu/8657 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.8657 [lien valide en février 2022]). Arretche accentue le soubassement de ses bâtiments par cet effet de talus, en concordance avec le traitement des soubassements de Mas-Chancel, qui utilise « des matériaux extraits de ce sol même et qui vieillissent si bien ».

38 On peut citer aussi l’impressionnant bâtiment pour l’informatique et la télématique de F. Lombard à Nîmes : « Centre de traitement de l’informatique du Crédit Agricole mutuel du Gard », Architecture méditerranéenne, no 28, septembre 1985, p. 152-153.

39 SERVE Stéphanie (UPEC)) & ROUSSELET Évelyne (UPEM), « Fermetures des agences bancaires : une tendance amorcée bien avant la Covid », La Tribune, 3 février 2021, disponible en ligne, https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/fermetures-des-agences-bancaires-une-tendance-amorcee-bien-avant-la-covid-876237.html [lien valide en février 2022].

40 CLIER Josette & FRANÇOIS Michèle, « Paule Pascal… », op. cit., p. 8, note 19.

41 Site Capgemini.fr., « Le futur du travail, du digital vers l’hybride », rapport publié le 15 décembre 2020.

42 Les bassins ont été supprimés à Saint-Jean-de-Braye et à Perpignan pour faire des économies d’entretien. Ces rachats se font parfois au prix de rénovations extrêmement coûteuses.

43 Direction régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt.

44 Compagnie d’aménagement du Bas-Rhône et du Languedoc.

45 Loi pour l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique.

46 Attribué à l’agence Moatti-Rivière pour la livraison en 2016 de 90 logements à Charenton-le-Pont. Lauréate de l’édition 2021 : l’agence La Soda, pour les logements collectifs « les Cèdres » à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Montpellier (Hérault), maison de l’Agriculture, maquette du projet, photo Jean Biaugeaud, Arcueil (18 x 23,5 cm), Dossier Daniel Badani et Pierre Roux-Dorlut. Fonds DAU. DAU. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture contemporaine, 271K, Florence Marciano, 2015.
Crédits © Florence Marciano (CRMH Occitanie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35020/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Figure 2
Légende Montpellier (Hérault), maison de l’Agriculture, vue de l’entrée, maquette du projet, photo G. Baldous, Photo Art et Loisirs, Montpellier, (18 x 23,5 cm), dossier Daniel Badani et Pierre Roux-Dorlut. Fonds DAU. DAU. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture contemporaine, Florence Marciano, 2015, IFA 350K.
Crédits © Florence Marciano (CRMH Occitanie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35020/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Titre Figure 3
Légende Montpellier (Hérault), maison de l’Agriculture, système de brise-soleil, Florence Marciano, 2015, photo Jan Coussi, (24 x 18 cm), dossier Daniel Badani et Pierre Roux-Dorlut. Fonds DAU. DAU. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture contemporaine, 289 K.
Crédits © Florence Marciano (CRMH Occitanie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35020/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 589k
Titre Figure 4
Légende Montpellier (Hérault), maison de l’Agriculture, vue du bâtiment ouest, Florence Marciano, 2015, IFA 598 K, DAU 23.
Crédits © Florence Marciano (CRMH Occitanie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35020/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Figure 5
Légende Nîmes (Gard), Mutualité sociale agricole, vue générale, Florence Marciano, 2016, 273 K.
Crédits © Florence Marciano (CRMH Occitanie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35020/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 6
Légende Clermont-l’Hérault (Hérault), agence du Crédit Agricole vue de l’un des deux escaliers intérieurs, Florence Marciano, 2016, 391 K. nb.
Crédits © Florence Marciano (CRMH Occitanie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35020/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 7
Légende Béziers (Hérault), agence du Crédit Agricole, vue générale et passage sous l’auvent où se situait la rampe d’accès au guichet extérieur (disparu), Florence Marciano, 2016, 447 K.
Crédits © Florence Marciano (CRMH Occitanie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35020/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre Figure 8
Légende Lattes (Hérault), siège régional du Crédit Agricole du Midi, vue générale depuis la pièce d’eau, Florence Marciano, 2016, 347 K.
Crédits © Florence Marciano (CRMH Occitanie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35020/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Figure 9
Légende Lattes (Hérault), siège régional du Crédit Agricole du Midi, vue de l’angle nord-est du bâtiment, Florence Marciano, 2016, 453 K.
Crédits © Florence Marciano (CRMH Occitanie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35020/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Figure 10
Légende Lattes (Hérault), siège régional du Crédit Agricole du Midi, escalier d’honneur suspendu en acier inox, Florence Marciano, 2016, 465 K.
Crédits © Florence Marciano (CRMH Occitanie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35020/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 11
Légende Perpignan (Pyrénées-Orientales), Mutualité sociale agricole, vue générale, photo de fin de chantier, tirage argentique, 24 x 30 cm, Conseil départemental, Jean-François Peiré, 2020484K.
Crédits © Jean-François Peiré (CRMH Occitanie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35020/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Figure 12
Légende Perpignan (Pyrénées-Orientales), Mutualité sociale agricole, vue du patio. Le bassin d’origine a été vidé et on y a posé un plancher. Seuls les îlots de jardin sont d’origine, Jean-François Peiré, 2020, 430 K.
Crédits © Jean-François Peiré (CRMH Occitanie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35020/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Figure 13
Légende Perpignan (Pyrénées-Orientales), Mutualité sociale agricole, restaurant d’entreprise et crèche, vue de la façade est, plan du permis de construire, Louis Arretche, Marcel Nouviale, plan au 1/500e, octobre 1976-2020, 283K ; archives municipales de Perpignan, 60W741, P.C. n° 22 400.
Crédits © Florence Marciano (CRMH Occitanie).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35020/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Marciano, « Le patrimoine architectural du Crédit Agricole et de la Mutualité sociale agricole en Languedoc-Roussillon »In Situ [En ligne], 47 | 2022, mis en ligne le 11 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/35020 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.35020

Haut de page

Auteur

Florence Marciano

Chargée de mission DRAC Occitanie – Patrimoine scolaire xxsiècle

florencemarciano@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search