Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Connaissances et processus de rec...Patrimonialiser l’œuvre d’Adolf L...

Connaissances et processus de reconnaissance, mise en perspective

Patrimonialiser l’œuvre d’Adolf Loos : acteurs et enjeux en Autriche et en République tchèque, 1920-2020

Granting heritage status to the work of Adolf Loos: players and issues in Austria and in the Czech Republic, 1920-2020
Cécile Poulot

Résumés

Cet article interroge les différentes étapes de l’élaboration de la valeur patrimoniale de l’œuvre d’Adolf Loos (1870-1933), considéré aujourd’hui comme l’un des protagonistes majeurs de l’architecture moderne, à travers une étude comparative des cas tchèques et autrichiens. Cet architecte né à Brno, dans l’Empire austro-hongrois, a accompli la majeure partie de sa carrière à Vienne entre 1896 et 1918 avant de choisir la nationalité tchécoslovaque et de construire ensuite en République tchèque et en Autriche : ces deux pays partagent aujourd’hui un patrimoine commun. Celui-ci comprend à la fois l’œuvre bâtie de Loos (villas, magasins, aménagements d’intérieurs) ainsi que les archives de l’architecte, principalement conservées en Autriche (à la bibliothèque de l’Hôtel de ville de Vienne et au musée de l’Albertina, à Vienne). Ces deux aspects seront étudiés afin d’identifier les acteurs et les enjeux des démarches patrimoniales entreprises depuis les années 1920 jusqu’à aujourd’hui. Les élaborations parallèles de la patrimonialisation de Loos, c’est-à-dire les processus par lesquels l’œuvre de l’architecte s’est transformée en objet de patrimoine digne de conservation et de restauration (liste et inventaire, classement, restauration, protection) avec leurs réceptions multiples et leurs différentes mises en valeur (maison-musée, exposition, titre de capitale européenne de la Culture…) seront ainsi mis en lumière.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’année 2020, qui marque le 150anniversaire de la naissance d’Adolf Loos, a été l’occasion de célébrations organisées de part et d’autre de la frontière austro-tchèque par de nombreux acteurs issus de communautés scientifiques – celle des architectes incluse –, des musées grâce au soutien des collectivités (villes et régions). Cet article interroge à travers une étude comparative des cas tchèques et autrichiens les différentes étapes de l’élaboration de la valeur patrimoniale de l’œuvre d’Adolf Loos (1870-1933), considéré aujourd’hui comme l’un des protagonistes majeurs de l’architecture moderne.

2L’Autriche et la Tchécoslovaquie ont constitué deux ancrages majeurs dans la trajectoire artistique de l’architecte. Né en 1870 à Brno, dans l’Empire austro-hongrois, Adolf Loos suit une formation restée inachevée à Dresde, avant de s’installer à Vienne en 1896 où il débute sa carrière. Parallèlement, il entretient dès les années 1900 des relations étroites avec des intellectuels du futur État tchécoslovaque et cherche à y diffuser ses théories et à y bâtir. Surtout, après 1920, Loos y séjourne à plusieurs reprises et construit des édifices dans les villes de Plzeň (Pilsen), Brno et Prague. Si ce partage entre Autriche et Tchécoslovaquie est le résultat des commandes que reçoit Loos, il révèle également les relations complexes qu’entretient l’architecte avec Vienne et plus largement avec l’Autriche. En faisant le choix de devenir tchécoslovaque en 1918, Loos signe de fait une rupture avec sa première ville d’adoption.

3La République tchèque et l’Autriche partagent donc aujourd’hui un patrimoine commun qui comprend l’œuvre bâtie de Loos (villas privées, magasins, aménagements d’intérieurs) comme ses archives, principalement conservées en Autriche (à la bibliothèque de l’Hôtel de ville de Vienne et au musée de l’Albertina, également à Vienne). Nous étudierons conjointement ces deux héritages afin d’identifier les acteurs et les enjeux des démarches patrimoniales entreprises des années 1930 à aujourd’hui. L’objectif est de caractériser les élaborations parallèles de la patrimonialisation de Loos, c’est-à-dire les processus par lesquels l’œuvre de l’architecte s’est transformée en objet de patrimoine digne de conservation et de restauration (liste et inventaire, classement, restauration, protection) avec différentes mises en valeur (maison-musée, exposition, titre de Capitale européenne de la culture…) du fait de réceptions contrastées.

4Les premières démarches patrimoniales, qui datent des années 1930, sont le fait d’initiatives privées (médiateurs, familles, commanditaires) de part et d’autre de la frontière austro-tchèque ; elles concernent moins l’œuvre bâtie que la pensée de Loos qu’il n’a eu de cesse de diffuser par la publication d’essais et d’articles. L’un des enjeux majeurs de ces démarches est d’apporter un soutien financier à l’architecte dans les dernières années de sa vie. À partir de 1938, après l’Anschluss et l’annexion de la Tchécoslovaquie par l’Allemagne nazie, ces actions visent également à préserver la mémoire d’un temps et d’un espace qui semblent voués à disparaître. Après la Seconde Guerre mondiale, l’entreprise de patrimonialisation s’inscrit dans des contextes nationaux distincts et autour de régimes de valeurs différents. Si, en Autriche, Loos est reconnu comme un des représentants de la Vienne fin-de-siècle dès les années 1960, il faut attendre la chute du régime communiste, à la fin des années 1980, pour que la République tchèque entreprenne la valorisation de l’œuvre de Loos en mettant en exergue son identité tchèque et européenne. Dans ce dernier temps, les restaurations et protections du bâti – parfois accompagnées d’ouverture au public – s’opèrent en parallèle de la mise en valeur des archives de Loos après leur acquisition par des institutions patrimoniales.

Des années 1930 au début de la Seconde Guerre mondiale : des initiatives privées de patrimonialisation menées de part et d’autre de la frontière pour soutenir Adolf Loos

  • 1 POULOT Cécile, « Adolf Loos à Vienne, Paris et Prague : habiter l’Europe de l’entre-deux-guerres (1 (...)
  • 2 KULKA Heinrich, Adolf Loos: das Werk des Architekten, Vienne, Anton Schroll, coll. « Neues Bauen in (...)

5En Autriche, les premières initiatives autour de la patrimonialisation concernent les archives de Loos. Cet intérêt est développé par ses proches collaborateurs, Heinrich Kulka (1900-1971), qui a travaillé sur nombre de ses chantiers, et Grete Klimt-Hentschel (1892-1987), soucieux de protéger la mémoire d’un maître et ami. Cette préservation s’organise contre le souhait de Loos. Ce dernier avait en effet ordonné en 1924 la destruction de ses archives lors de sa démission du poste d’architecte en chef des logements sociaux pour la municipalité de Vienne après le choix de cette dernière du modèle de grands immeubles d’habitation denses (Höfe) plutôt que celui anglais de la cité-jardin qu’il prônait. Ces initiatives sont entreprises au moment où il part s’installer à Paris jusqu’en 19281, mettant ainsi toujours plus de distance avec Vienne dont il n’a eu de cesse de critiquer, depuis le début de sa carrière, les choix architecturaux, les politiques urbaines ou les modes de vie qu’il considère « en retard » par rapport à ceux des États-Unis ou de l’Angleterre. Kulka et Klimt-Hentschel passent outre la volonté de Loos, et la conservation de ces documents permet à Heinrich Kulka de rédiger la première monographie publiée sur Loos en 19312.

6Pour la rédaction de cet ouvrage, Kulka contacte les historiens d’art et amis viennois de Loos, Franz Glück (1899-1981) et Ludwig Münz (1889-1957), et commande au photographe viennois spécialisé dans la photographie d’architecture, Martin Gerlach junior (1879-1944) une campagne de prises de vues. L’ouvrage est ponctué d’extraits de textes de Loos, pour la plupart déjà publiés dans des journaux, et est illustré de plans et descriptions conservés par Kulka. Une autre initiative est le fait de la maison d’édition Schroll (où travaille Franz Glück), qui s’attache à rassembler des documents sur Loos par le biais de questionnaires envoyés dans toute l’Europe, Autriche et Tchécoslovaquie réunies, aux clients, amis et proches de Loos, les appelant à déposer les documents qu’ils possèdent ou à retracer les relations qu’ils ont entretenues avec lui.

  • 3 GLÜCK Franz, Adolf Loos, Paris, George Crès, coll. « Les artistes nouveaux », 1931.
  • 4 « Ein Adolf-Loos-Archiv in Wien », Neues Wiener Journal, 24 octobre 1934, p. 9, et « Ein Adolf-Loos (...)

7Ainsi, quand Loos meurt en 1933, « ses » archives rassemblent les documents détenus par Kulka, les photographies commandées en 1931 et les résultats de la collecte de la maison d’édition Schroll. C’est en 1934 que le terme d’« archives Adolf Loos » apparaît, lorsque Franz Glück3 et Ludwig Münz publient un second appel dans la presse quotidienne pour collecter de nouveaux documents ayant rapport à l’architecte et à son travail4. Les démarches de collecte, toujours orchestrées par des proches de Loos, se poursuivront de manière moins officielle jusque dans les années 1960 et 1980 : cet ensemble est aujourd’hui conservé dans les institutions viennoises. La création des archives de Loos coïncide avec les dernières années de la vie de l’architecte et leur collecte s’est étalée sur près de cinquante ans. Ce rassemblement issu d’initiatives diverses à différents moments reste lacunaire : débuté quarante ans après les premiers travaux de l’architecte, il ne les reconstitue qu’imparfaitement puisque certains plans ont disparu, quelques clients sont inconnus et tous les intérieurs n’ont pas été photographiés.

8Les initiatives de patrimonialisation en Tchécoslovaquie débutent à peu près à la même période et elles y associent l’Autriche. En revanche, elles ne concernent pas tant l’œuvre et la pensée de l’architecte que l’architecte lui-même puisqu’elles visent à améliorer sa situation financière particulièrement précaire. La première, mêlant acteurs privés et État, se déroule en 1930 lors de la cérémonie organisée par sa femme, Claire Beck Loos (1904-1942), et par le professeur d’esthétique et ami de l’architecte Bohumil Markalous (1882-1952) pour les soixante ans d’Adolf Loos. Celle-ci se tient au Společenského klubu, un club social ouvert à Prague en 1927 et géré par le ministère des Affaires étrangères. L’historien d’art Zdeněk Wirth, envoyé par le ministère de l’Éducation tchécoslovaque, annonce à cette occasion l’octroi d’une pension en reconnaissance du travail réalisé par Loos.

  • 5 Lettre de Claire Beck à Bohumil Markalous, 12 août 1932 (Prague, Literární archiv Památníku národní (...)
  • 6 « Den Ertrag dieses Buches widme ich als Beitrag zur Errichtung eines Loosgrabmales », extrait de l (...)
  • 7 Claire Beck meurt dans un camp de concentration près de Riga en 1942 ; Ludwig Münz fuit en Angleter (...)

9D’autres initiatives, largement soutenues par Claire Beck Loos et Bohumil Markalous, suivent. C’est tout d’abord la campagne menée pour que la ville de Prague achète l’appartement viennois conçu par Loos en 1903 et qu’il n’occupe plus guère en raison de problèmes de santé qui l’obligent à de nombreux séjours dans des sanatoriums5. C’est ensuite, en 1933, au moment du décès de l’architecte, la recherche de fonds pour financer la tombe qu’il avait dessinée. Les ventes de l’autobiographie de Claire Beck Loos, publiée en 1936, devaient expressément servir ce projet6. Si le premier projet échoue, le deuxième n’aboutit qu’en 1958, lors du 25anniversaire de la mort de l’architecte : la construction du tombeau au cimetière central de Vienne est contrariée à la fin des années 1930 par le manque d’argent, puis par la situation politique qui contraint les principaux acteurs du projet à fuir l’Autriche7.

  • 8 KULKA Heinrich, Adolf Loos: das Werk des Architekten, op. cit. Il est important de souligner ici le (...)

10Ces premières tentatives permettent d’une part d’établir un inventaire de l’œuvre de Loos en Autriche dès 1931 et de l’autre d’en souligner l’intérêt afin de la transmettre aux générations futures. L’architecte est alors présenté comme l’un des pères du modernisme architectural – il est même parfois qualifié de « prophète » par ses contemporains –, du fait de ses prises de position contre une ornementation trop riche et omniprésente, des formes épurées et cubiques de ses réalisations ainsi que de la conception tridimensionnelle de l’espace qui caractérise ses constructions avec une imbrication des différents plans et pièces selon leur fonction (cette conception est théorisée en 1931 sous le terme de Raumplan par Heinrich Kulka8). Mises en œuvre de son vivant, ces actions de patrimonialisation lui apportent aussi une aide économique et le soutiennent psychologiquement alors qu’il peine à trouver une place durable tant en Autriche qu’en Tchécoslovaquie. La dimension nationale vaut d’ailleurs d’être soulignée côté tchécoslovaque : la Première République tchécoslovaque, fondée en 1918, cherche alors à se doter d’une identité nationale forte via l’intégration et la reconnaissance officielle d’artistes tels qu’Adolf Loos.

L’après-guerre (1945-1990) : patrimonialiser de part et d’autre du rideau de fer

11À rebours des premières initiatives de patrimonialisation portant quasi exclusivement sur le seul travail théorique de Loos, celles d’après-guerre prennent en compte son œuvre bâtie. Si les acteurs engagés dans la patrimonialisation se diversifient (architectes, institutions muséales et étatiques), les actions menées sont en revanche moins importantes et souvent cantonnées aux espaces nationaux séparés par le rideau de fer : la Tchécoslovaquie, dirigée par un régime communiste entre 1948 et 1989, est peu tournée vers l’Autriche, et les recherches autour de l’architecture moderne et de la Première République tchécoslovaque sont quasiment interdites.

Vers une prise en compte plus globale du patrimoine loosien en Autriche

  • 9 LOOS Adolf, Sämtliche Schriften in zwei Bänden, édité par Franz Glück, Vienne, Herold, 1962.
  • 10 MÜNZ Ludwig, Adolf Loos, Milan, Il Balcone, 1956.
  • 11 MÜNZ Ludwig & KÜNSTLER Gustav, Der Architekt Adolf Loos: Darstellung seines Schaffens nach Werkgrup (...)

12À Vienne, les engagements de Ludwig Münz et de Franz Glück envers l’œuvre de Loos ne faiblissent pas et s’ouvrent aux réalisations architecturales. Après avoir été écarté de son poste à la maison d’édition Schroll au moment de l’Anschluss en 1938, Glück, devenu directeur du musée de la Ville de Vienne entre 1949 et 1958, s’occupe à ce titre de l’héritage de Loos : il fait acheter son appartement en 1951 – projet que Claire Beck Loos avait initié dès 1932 mais en faveur de la ville de Prague. Il poursuit parallèlement la collecte de documents sur Loos et s’intéresse particulièrement à ses écrits : il projette de publier les textes de l’architecte en deux tomes mais seul le premier paraît en 19629. De manière similaire, Ludwig Münz s’attache à valoriser les archives rassemblées par Kulka et d’autres envoyées par les clients et amis de Loos à partir de 1934. Après les avoir déposées au Royal Institute of British Architects de Londres lors de son exil, Münz rapatrie ces archives dans la capitale viennoise à son retour à Vienne en 1947. Promu directeur de la galerie de peintures de l’Académie des beaux-arts de Vienne, poste qu’il occupera jusqu’en 1957, il poursuit sa quête autour de Loos avec l’aide de sa femme, Maria Münz, et publie en Italie en 1956 un premier ouvrage à partir des archives rassemblées10. Après sa mort, le travail est repris par l’historien Gustav Künstler qui fait paraître en 1964 la deuxième monographie consacrée à l’architecte11. L’ensemble des documents collectés par le couple est acheté en 1966 par le musée de l’Albertina et constitué officiellement en « archives Adolf Loos » en 1968 : ce moment marque un véritable tournant dans la patrimonialisation de l’œuvre de l’architecte en Autriche.

  • 12 RUKSCHCIO Burkhardt & SCHACHEL Roland, Adolf Loos, Leben und Werk, Salzbourg, Vienne, Residenz, 198 (...)

13Parallèlement à la mise en valeur de ces archives par des historiens d’art puis par le musée de l’Albertina qui collecte et inventorie ses dessins, la communauté des architectes viennois s’intéresse à l’œuvre bâtie de Loos à partir des années 1950. Ainsi, Hans Hollein, Hermann Czech, Friedrich Kurrent, Hans Puchhammer travaillent-ils en étroite collaboration avec Burkhardt Rukschcio, à la fois architecte et conservateur à l’Albertina12. Ce groupe mène quelques opérations de restauration pendant que l’État engage plusieurs procédures de protection. Si les premiers classements au titre de patrimoine historique interviennent dans les années 1947 et 1949 pour ladite Looshaus (1908) [fig. 1], la villa Moller (1928) et la villa Rufer (1922), la majorité des démarches se déroulent entre les années 1950 et 1980, conduisant au classement des édifices viennois en totalité ou en partie. Après celui du Kärtner Bar (ou American Bar, 1908) en 1959, la décennie 1970 enregistre le plus grand nombre de classements : la villa Scheu (1912-1913) en 1971, le magasin de vêtements masculins Kniže (1913), le portail de la librairie Manz et du magasin Leschka ainsi que la villa Horner en 1972, la villa Strasser (1918) et le portail de la banque anglo-saxonne (Anglo-Österreichische Bank) en 1973, puis la villa Stoessl (1911) ainsi que les villas du Werkbundsiedlung (1931) en 1978 [fig. 2].

Figure 1

Figure 1

Façade de l’immeuble dit « Looshaus », architecte Adolf Loos,1908, Vienne (Autriche).

© Cécile Poulot, 2015.

Figure 2

Figure 2

Façade des deux maisons familiales, architectes Adolf Loos et Heinrich Kulka,1931-1932, Werkbundsiedlung, Vienne (Autriche).

© Cécile Poulot, 2018.

  • 13 MATTL-WURM Sylvia, « Jeder sei sein eigener Dekorateur »: zur Geschichte der Loos-Räume in Wien I., (...)
  • 14 BANHAM Reyner, « “Ornament and Crime”, The Decisive Contribution of Adolf Loos », The Architectural (...)
  • 15 Casabella-continuità, rivista internazionale di architettura e di urbanistica, no 233, novembre 195 (...)

14Les derniers classements concernent l’appartement Horowitz, la villa Mandl (1916-1917) et la villa Duschnitz (1915-1916) en 1982 et la villa Steiner (1910) en 1996. Pour autant, la quasi-totalité des réalisations de Loos reste des propriétés privées non accessibles ; les quelques intérieurs visibles par le public ont été démontés pour être exposés dans des musées. La ville de Vienne a toutefois acheté et restauré l’intérieur de l’appartement de la famille Boskovits (1927)13 dans les années 1980 et 1990 afin d’y présenter sa collection ayant trait à la musique. Deux discours justifient cet intérêt pour l’œuvre architecturale de Loos : celui sur l’architecture moderne qui en fait un précurseur14 mais aussi celui, plus critique, relevant notamment du postmodernisme qui voit en Loos le premier architecte postmoderne. Les architectes Aldo Rossi (1931-1997), Ernesto Rogers (1909-1969) et Richard Neutra (1892-1970) – qui fut un élève de Loos avant la Première Guerre mondiale – soulignent en 1959 dans un numéro spécial de la revue Casabella-continuità15 la dualité au cœur de son travail : entre attachement à l’histoire et à la tradition et caractère pionnier au sein du modernisme, l’œuvre de Loos n’est plus seulement comprise comme une rupture et une nouveauté radicale et les architectes viennois postmodernes Hans Hollein et Hermann Czech puiseront largement dans l’œuvre de Loos pour élaborer leurs propositions architecturales.

  • 16 Lettre de l’ambassade d’Autriche au nom du ministre des Affaires étrangères autrichien au ministre (...)
  • 17 Arrêté ministériel pour l’inscription au titre des monuments historiques des façades et de la cage (...)

15Le gouvernement autrichien appuie également les démarches entamées en 1970 pour protéger une partie de la villa que Loos construisit entre 1927 et 1928 pour la famille du poète Tristan Tzara, avenue Junot dans le XVIIIarrondissement de Paris : l’ambassadeur d’Autriche en France demande le 14 septembre 1970, au nom du ministre des Affaires étrangères, au ministre français d’État chargé des Affaires culturelles son classement, insistant sur une nécessaire protection16. L’arrêté ministériel pour l’inscription des façades et de la couverture sur l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques en France ne sera finalement publié qu’en janvier 197517, après la division de la maison en plusieurs appartements et d’importantes modifications des intérieurs. Cette villa est aujourd’hui la seule trace de l’activité d’Adolf Loos en France.

Un héritage largement nationalisé et transformé en Tchécoslovaquie

16En 1948, l’instauration du régime communiste en Tchécoslovaquie conduit à la nationalisation de plusieurs des réalisations d’Adolf Loos ; certaines avaient d’ailleurs déjà fait l’objet de réquisitions après l’occupation de la Tchécoslovaquie et la création en 1939 du protectorat de Bohême-Moravie (Reichsprotektorat Böhmen und Mähren) du fait de l’appartenance à la communauté juive d’un grand nombre de propriétaires, notamment à Plzeň et à Prague. Les institutions Zentralstelle für jüdische Auswanderung et Auswanderungsfond für Böhmen und Mähren sont alors créées pour gérer les propriétés juives réquisitionnées, après la fuite ou la déportation de leurs propriétaires : ce fut le cas de la villa Winternitz (1931) à Prague, achetée par la Ville en 1941, deux ans avant que la famille Winternitz ne soit déportée à Theresienstadt. Tout en reconnaissant le statut de propriétaires des quelques commanditaires revenus de déportation, le régime communiste exigea de leur part de tels impôts après la guerre qu’ils ne purent s’en acquitter pour se réinstaller dans leurs villas : elles furent soit cédées à l’État, soit nationalisées et réquisitionnées partiellement ou dans leur totalité.

  • 18 https://pamatkovykatalog.cz/mullerova-vila-12849087 [lien valide en mars 2022].
  • 19 Lettre de Milada Müller à Adolf Loos, 4 janvier 1960 (Prague, villa Müller, centre de documentation (...)
  • 20 DOMANICKÝ Pavel, « Pilsen, Husova Trída, das Haus von Jan und Jana Brummel. Die Geschichte des Haus (...)

17Les deux villas pragoises réalisées par Adolf Loos ont connu la même trajectoire. La villa Müller (1928-1930) fut nationalisée en 1955 ; Milada Müller fut autorisée à vivre dans la partie originellement dédiée au personnel jusqu’à sa mort, en 1968, alors que l’autre partie était utilisée par la Galerie nationale puis par l’Institut du marxisme-léninisme entre 1968 et 1989. L’intérieur fut totalement transformé pour ce nouvel usage : le salon divisé en deux espaces distincts avec une salle de réunion d’un côté et des bureaux de l’autre. Parallèlement, la villa est répertoriée en 1964 comme « preuve particulièrement précoce de l’architecture constructiviste » par la Commission nationale du patrimoine (NPÚ, Národní památkovy ústav)18 [fig. 3], et dans une lettre de 1960 au peintre et ami de Loos Oskar Kokoschka, Milada Müller évoque même un projet de musée consacré à l’architecte19. La villa est finalement restituée à la fille des commanditaires, Eva Müller, en 1989. De la même manière, la villa Winternitz est utilisée en tant qu’école maternelle par la municipalité de Prague et listée comme monument à partir de 1958. Dans la ville de Plzeň, la maison de la famille Brummel (1928) constitue un cas similaire : transformée en appartements destinés à plusieurs familles – dont les Brummel eux-mêmes – entre 1945 et 1953, elle accueillit également le club des architectes jusqu’en 1991, ce qui permit sa relative préservation avec une première protection en 1969. La maison a été finalement restituée aux descendants des commanditaires en 1991 puis classée monument historique en 200220.

Figure 3

Figure 3

Fiche relative à la protection et au classement de la villa Müller à Prague (République tchèque), 1964-2015.

© Reproduction Národní památkovy ústav.

  • 21 ČERNOUŠKOVÁ Dagmar, « Zdeněk Kudělka und die wissenchaftliche Erkenntnis des Werkes von Adolf Loos (...)
  • 22 KUDĚLKA Zdeněk, « Činnost Adolfa Loose v Československu I ; II » (Die Tätigkeit von Adolf Loos in d (...)
  • 23 BEHALOVA Vera, « Pilsner Wohnungen von Adolf Loos », Bauforum II, 1970, p. 49-56 ; Ead., « Adolf Lo (...)
  • 24 MEDER Iris, « Neuere Forschung und Forschungslücken zur Architektur in der Tschechoslowakei », Boh (...)
  • 25 NOVY Otakar, « Adolf Loos. Der Menschen menschlichster », Wir und Sie im Herzen Europas, avril 1965 (...)
  • 26 CHATRNÝ Jindřich & ČERNOUŠKOVÁ Dagmar, « The Adolf Loos Days in Brno 1970. František Kalivoda and t (...)

18Malgré les transformations, voire les détériorations des réalisations de Loos du fait des multiples réquisitions perpétrées au cours de la Seconde Guerre mondiale puis sous le régime communiste, certains historiens d’art engagent des études sur l’inscription de Loos en Tchécoslovaquie à partir des années 1970. Zdeněk Kudělka (1926-2000)21, acteur très engagé dans une réflexion sur la patrimonialisation de l’architecture moderne, établit le premier inventaire des réalisations de Loos dans le pays22. En 1970, l’historienne de l’art Vera Behalova (1922-2010)23 analyse, quant à elle, plusieurs appartements à Plzeň et rédige sa thèse à l’université de Vienne sur la villa Karma (1903-1906), construite en Suisse par l’architecte. En dépit du petit nombre d’études ainsi menées, quasi à contre-courant des injonctions officielles, la Tchécoslovaquie se réapproprie petit à petit son héritage d’avant 193924 et différents projets viennent reconnaître le patrimoine loosien. Une exposition est consacrée à Loos en 1964 et 1965 à Brno puis Prague25 ; en 1968, Zdeněk Kudělka fait apposer une plaque commémorative sur sa maison natale à Brno – depuis remplacée par l’hôtel Continental [fig. 4]. Surtout, l’architecte et spécialiste de Loos František Kalivoda (1913-1971) conçoit en 1970 plusieurs expositions et colloques à l’occasion du centième anniversaire de l’architecte, organisés en partenariat avec le musée de la Ville de Brno et l’Institut chargé des monuments historiques – et avec le concours d’Oskar Kokoschka : l’objectif était de convier des architectes étrangers afin d’ouvrir la ville de Brno au-delà des frontières tchécoslovaques et d’intégrer Loos dans un contexte plus largement européen26. Mais ces célébrations sont finalement restreintes aux seuls espaces et acteurs tchécoslovaques.

Figure 4

Figure 4

Plaque commémorative sur le lieu de naissance d’Adolf Loos, Jiří Marek et Bohuslav Fuchs, 1968, Brno (République tchèque).

© M. Dvořáková (Brněnský architektonický manuál).

19La fin du régime communiste inaugure en revanche une nouvelle phase de patrimonialisation avec une protection plus contraignante de l’œuvre de Loos, sa restauration et sa mise en valeur pour le grand public. La villa Müller est classée en 1995 et achetée la même année par la Ville de Prague, qui entame sa restauration à partir de 1998 : elle est ouverte au public en 2000 quand Prague est déclarée capitale européenne de la Culture [fig. 5]. La villa est désormais accessible via des visites guidées et accueille le centre de documentation Norbertov dont la mission est notamment de renseigner l’œuvre de Loos et plus généralement, l’architecture de l’entre-deux-guerres. Le classement, la restauration et l’ouverture au public de la villa Müller marquent véritablement la première étape significative engagée en République tchèque pour préserver l’œuvre de l’architecte.

Figure 5

Figure 5

Vue extérieure de la villa Müller, architecte Adolf Loos,1928, Prague (République tchèque).

© Cécile Poulot, 2019.

20La villa Winternitz, restituée aux descendants des propriétaires en 1997, connaît une trajectoire un peu différente : elle demeure une propriété privée mais après avoir été louée à des entreprises, elle a été restaurée et ouverte au public en 2018 [fig. 6].

Figure 6

Figure 6

Entrée et façade principale de la villa Winternitz, architecte Adolf Loos, 1931, Prague (République tchèque).

© Cécile Poulot, 2019.

  • 27 SCHORSKE Carl Emil, Fin-de-siècle Vienna: Politics and Culture, New York, A. A. Knopf, 1979.
  • 28 MACIUIKA John V., « Adolf Loos and the Aphoristic style: Rhetorical practice in Early Twentieth-Cen (...)

21Les archives et l’œuvre bâtie d’Adolf Loos sont ainsi protégées et mises en valeur dans un même mouvement par les acteurs de la communauté scientifique et l’État dans l’Autriche d’après-guerre. Ces démarches s’inscrivent dans un contexte plus large lié aux travaux scientifiques menés sur la Vienne fin-de-siècle27 et aux expositions organisées pour le grand public sur ce même thème comme celle de Vienne, « Traum und Wirklichkeit », scénographiée par Hans Hollein en 1985, ou de Paris, « Vienne. Naissance d’un siècle (1880-1938) » l’année suivante. C’est donc en tant qu’architecte et intellectuel, témoin direct de la chute de l’Empire austro-hongrois contre lequel il publie de nombreux articles en jouant volontiers de l’excès et de la provocation28, que Loos connaît une patrimonialisation en Autriche. Si certaines de ses réalisations sont listées dès les années 1960 en Tchécoslovaquie, la situation politique d’après-guerre a conduit à leur transformation dans le cadre de nouveaux usages et empêché leur mise en valeur. Plusieurs initiatives menées par la communauté scientifique ou d’anciens commanditaires se font jour toutefois dans une réappropriation de l’héritage architectural d’avant 1939. Elles inscrivent l’œuvre bâtie de Loos dans une histoire de l’architecture tchèque de l’entre-deux-guerres, aux côtés du « rondocubisme » et du fonctionnalisme et, plus largement, dans l’histoire de la première République tchécoslovaque.

Des années 2000 à nos jours : insérer le patrimoine loosien dans une perspective européenne et mondiale

22Un long processus a mené à la patrimonialisation des archives de Loos en Autriche et à Vienne, depuis les premiers appels à collecte en 1934 jusqu’à 2008, date de l’acquisition par la bibliothèque de l’Hôtel de ville de Vienne du fonds d’archives rassemblé par Franz Glück. Les archives de Loos ont ainsi été tour à tour un espace de publication, un espace privé lorsque Glück et Münz en étaient les propriétaires, pour devenir un espace public dans deux institutions de la capitale autrichienne. L’Albertina et la bibliothèque de l’Hôtel de ville de Vienne ont candidaté ensemble pour le classement des fonds Loos auprès du programme « mémoire du monde » de l’Unesco dans la catégorie autrichienne29 [fig. 7]. Porté par un musée national et une bibliothèque, ce classement des archives de Loos a eu un double effet : il a contribué à relancer la recherche sur Loos en permettant la révélation d’éléments inédits30 et a permis au patrimoine loosien d’accéder à une reconnaissance internationale.

Figure 7

Figure 7

Formulaire d’inscription des archives Adolf Loos sur la liste de « Mémoire du monde » à l’Unesco dans la catégorie autrichienne, 2008.

© Unesco.

  • 31 Discussion en ligne à l’occasion de l’exposition temporaire « Adolf Loos Privathäuser » au musée de (...)
  • 32 LONG Christopher, Der Fall Loos, Vienne, Amalthea, 2015. C. Long a ensuite publié une version angla (...)
  • 33 La prise en charge assez sommaire des jeunes filles durant l’instruction ainsi que les relations de (...)

23Reste que l’anniversaire des 150 ans de la naissance de Loos a été relativement discret en Autriche : de petites expositions ont été organisées dans quatre institutions de la capitale, à la bibliothèque de l’Hôtel de ville de Vienne, à l’Albertina, au centre d’architecture de Vienne (Az W, Architekturzentrum Wien) et au Hofmobiliendepot (l’équivalent autrichien du Mobilier national). Chacune a proposé une facette d’Adolf Loos tout en insistant sur son actualité et les nombreuses interférences avec le travail d’autres architectes. La bibliothèque a également proposé un ensemble de promenades architecturales dans Vienne sur le modèle de celles organisées par Loos lui-même dans les années 1910 dans le cadre de son enseignement. L’engagement de la Ville et de l’État autrichien31 semble toutefois bien en deçà de celui de la République tchèque : aucun achat de villa, alors que la villa Scheu, mise en vente en 2006, a eu du mal à trouver preneur et aurait pu accueillir un centre dédié à l’architecte ou à la période. En effet, alors que la ville de Vienne rassemble le plus grand nombre de réalisations de Loos en Europe – dont certaines visibles par le public comme le magasin Kniže, la librairie Mandl et l’American Bar, dont les usages n’ont pas changé – à l’inverse de la villa Duschnitz, transformée en club de bridge, et du rez-de-chaussée de la Looshaus – elle ne s’est pas imposée comme un centre majeur de la recherche loosienne. L’un des éléments d’explication tient sans nul doute à la réputation sulfureuse de l’architecte, confirmée par la publication en 2015 des actes du procès dont Loos fit l’objet à Vienne en 1928 pour atteinte à la pudeur et attouchements sur des jeunes filles mineures. Si le procès était bien connu de la communauté scientifique et présent dans quasiment tous les écrits ayant trait à Loos, la publication d’actes inédits, dont les témoignages des jeunes victimes (de 8 à 11 ans), a été largement relayée et débattue dans la presse locale [fig. 8] ; l’historien américain Christopher Long y a d’ailleurs consacré un ouvrage en 2015 pour retracer le contexte politique et intellectuel de l’époque32. L’arrestation de Loos à Vienne le 5 septembre 1928 et l’instruction du procès jusqu’à la fin du mois de novembre de la même année firent grand bruit dans la presse autrichienne et tchécoslovaque. Entouré de trois avocats, dont deux anciens commanditaires très engagés à gauche de l’échiquier politique, Loos plaida non coupable et des doutes furent émis sur la véracité des témoignages des jeunes filles. À l’issue du procès, Loos fut condamné à quatre mois de prison pour atteinte à la pudeur et soumis à une période de probation de trois ans33.

Figure 8

Figure 8

Couverture du Falter, « Adolf Loos délinquant sexuel », n° 6/15, 4 février 2015.

© Falter / reproduction Cécile Poulot.

24Contrairement à l’Autriche, la République tchèque a largement célébré Loos et multiplié les événements autour de l’architecte. À l’occasion de son titre de Capitale européenne de la culture en 2015 – dans un mouvement assez similaire à celui mené à Prague en 2000 –, la ville industrielle de Plzeň34 a restauré et ouvert au public six intérieurs aménagés par Adolf Loos – deux restent inaccessibles. Des visites guidées en tchèque, allemand et anglais y sont organisées par la municipalité et le musée d’Art de Bohême de l’Ouest (Západočeská galerie v Plzni), l’un des partenaires les plus engagés dans ce projet de restauration et de mise en valeur du patrimoine loosien à Plzeň35. Le musée a d’ailleurs acquis une des réalisations de Loos, la maison de la famille Semler (1931), qui sera prochainement transformée en centre de recherche dédié à Adolf Loos et à l’architecture de la région de Plzeň36. Cette reconnaissance par la ville de l’héritage loosien participe d’une logique de marketing territorial, visant à changer l’image de la ville jusqu’ici cantonnée à son patrimoine industriel (automobile et brasseries) pour la doter d’un profil international afin d’attirer un public intéressé par l’architecture de l’entre-deux-guerres.

25Les célébrations autour du 150anniversaire de la naissance d’Adolf Loos dans les villes de Brno, Plzeň et Prague en 2020 soulignent plus encore ce fort engagement de l’État et des acteurs des institutions culturelles tchèques en faveur du patrimoine loosien, ce dernier étant désigné comme un levier économique et touristique pour la République tchèque. Les trois villes ont organisé des expositions et plusieurs ouvrages sont venus éclairer des aspects encore inédits du travail de Loos en République tchèque. Une sculpture en mémoire de Loos réalisée par Oldřich Morys et Jaroslav Sedlák a été dévoilée à Brno en 2020 : cet ensemble de cubes de béton et d’onyx disposé près du site de la maison natale de l’architecte renvoie tant à la pierre tombale de Loos installée au cimetière central de Vienne qu’au Raumplan, c’est-à-dire à la conception de l’espace développée par Loos et son élève Heinrich Kulka en 1931 [fig. 9].

Figure 9

Figure 9

Sculpture à la mémoire d’Adolf Loos, Oldřich Morys et Jaroslav Sedlák, 2020, Brno (République tchèque).

© M. Dvořáková (Brněnský architektonický manuál).

  • 37 https://www.spilberk.cz/kalendar/evropan-adolf-loos/ [lien valide en mars 2022].
  • 38 HUBATOVÁ-VACKOVÁ Lada & NIKOLENKO Valentyna, The Villa of Jenny and Josef Winternitz, Prague, Acade (...)
  • 39 SZADKOWSKA Maria, VAN DUZER Leslie & ČERNOUŠKOVÁ Dagmar (dir.), Adolf Loos - dílo v českých zemích (...)
  • 40 CHATRNÝ Jindřich & ČERNOUŠKOVÁ Dagmar, Brněnské stopy Adolfa Loose, Brno, Muzeum města Brna, 2010.
  • 41 DOMANICKÝ Petr & JINDRA Petr, Loos-Pilsen-Connections, Pilsen, Zapadoceska galerie, 2011.

26L’ouverture au public de la villa Müller à Prague en 2000 et celle des appartements de Plzeň en 2015, lorsque ces deux villes étaient Capitales européennes de la culture, souligne la forte dimension européenne que les autorités nationales et locales souhaitent affirmer à travers le patrimoine loosien. Le classement au patrimoine mondial de l’Unesco en 2001 de la villa Tugendhat construite à Brno en 1928 par Mies van der Rohe s’inscrit dans la même logique : il vient souligner la dimension européenne et internationale de l’architecture en République tchèque et nombre d’écrits récents ont établi des liens avec l’œuvre de Loos. Cette volonté d’ancrage européen était déjà présente dans les célébrations de 1930 sous le double patronage de Bohumil Markalous et Claire Beck Loos ou encore dans le projet de 1970 de František Kalivoda. La dernière exposition montée par le musée de la Ville de Brno en 2020, « Adolf Loos, l’Européen. Son héritage à Brno et au-delà37 », en témoigne tout autant. Pourtant, au-delà de son titre, elle peine à insérer pleinement Loos dans un espace et une problématique européenne : la dimension nationale, voire locale, l’emporte encore ; d’autant qu’avec la quasi-absence de recherche scientifique et de restauration de l’œuvre de Loos pendant la période communiste (1948-1989), l’inventaire et la documentation de ses œuvres en République tchèque ne sont pas achevés. La restauration et l’ouverture au public en 2018 de la villa Winternitz ont ainsi donné lieu à la publication d’éléments inédits quant à son élaboration38. Cette dimension nationale reste d’ailleurs au cœur des récents ouvrages publiés sur Loos : ceux sur son travail en République Tchèque39, à Brno40 ou encore à Plzeň41 en sont des exemples.

Conclusion

27Les différents acteurs engagés dans la patrimonialisation de l’œuvre d’Adolf Loos en Autriche ont pris en compte tant ses archives que ses réalisations architecturales alors que les acteurs tchécoslovaques puis tchèques ont surtout considéré son architecture. Les étapes de l’élaboration de ce patrimoine ont en revanche été relativement similaires : il s’est d’abord agi d’établir un inventaire de l’œuvre bâtie de Loos et ce, dès 1931 en Autriche puis vers 1970 en Tchécoslovaquie avant d’envisager sa restauration et sa protection au titre de patrimoine par des institutions étatiques. Si les premières initiatives ont pu être communes dans les années 1930, dans le but notamment d’aider financièrement l’architecte, la Seconde Guerre mondiale marque une réelle rupture : l’exil ou la mort de certains acteurs puis la mise en place d’un régime communiste à partir de 1948 en Tchécoslovaquie ont conduit à des trajectoires différentes et ont fortement influencé l’élaboration du patrimoine loosien. Ainsi l’Autriche récupère-t-elle d’une certaine manière le patrimoine loosien dès les années 1950 alors que la République tchèque ne se le réapproprie qu’à partir des années 2000 – le temps de la patrimonialisation de l’œuvre de Loos y a été beaucoup plus long du fait des transformations et des utilisations successives des réalisations de l’architecte. D’un patrimoine commun et partagé de part et d’autre de la frontière, celui-ci est ensuite devenu distinct. Les initiatives les plus récentes comme le classement des archives sur la liste Mémoire du monde de l’Unesco en 2018 ou encore l’exposition de 2020 « Adolf Loos l’Européen » semblent en revanche renouer avec l’idée d’un patrimoine commun transnational, voire élargi à l’Europe et au monde.

Haut de page

Notes

1 POULOT Cécile, « Adolf Loos à Vienne, Paris et Prague : habiter l’Europe de l’entre-deux-guerres (1918-1931) », thèse en études germaniques et en histoire de l’architecture, Paris, Université Sorbonne Nouvelle / Università della Svizzera italiana, 2020.

2 KULKA Heinrich, Adolf Loos: das Werk des Architekten, Vienne, Anton Schroll, coll. « Neues Bauen in der Welt, 4 », 1931.

3 GLÜCK Franz, Adolf Loos, Paris, George Crès, coll. « Les artistes nouveaux », 1931.

4 « Ein Adolf-Loos-Archiv in Wien », Neues Wiener Journal, 24 octobre 1934, p. 9, et « Ein Adolf-Loos-Archiv wird angelegt », Die Stunde, 25 octobre 1934, p. 5.

5 Lettre de Claire Beck à Bohumil Markalous, 12 août 1932 (Prague, Literární archiv Památníku národního písemnictví (Memorial of National Literature), fonds Bohumil Markalous, 26/G/2). Lettre de Claire Beck Loos à Bohumil Markalous, 27 août 1933 (Prague, villa Müller, centre de documentation Nobertov).

6 « Den Ertrag dieses Buches widme ich als Beitrag zur Errichtung eines Loosgrabmales », extrait de la préface de BECK LOOS Claire, Adolf Loos privat, Vienne, Johannes-Presse, [1936], p. 5.

7 Claire Beck meurt dans un camp de concentration près de Riga en 1942 ; Ludwig Münz fuit en Angleterre et Heinrich Kulka s’installe en Nouvelle-Zélande.

8 KULKA Heinrich, Adolf Loos: das Werk des Architekten, op. cit. Il est important de souligner ici les divergences entre les acteurs proches de Loos et les réceptions des architectes contemporains de Loos : H. Kulka, L. Münz et F. Glück insistent sur les différentes conceptions architecturales de Loos quand des architectes tels que Le Corbusier ou Francis Jourdain, par exemple, s’emparent quasi uniquement de l’essai/conférence Ornement et crime (1908-1910) pour asseoir l’équation entre ornement et crime. L’intérêt pour la dimension sociale de l’architecture de Loos ne se développe qu’après-guerre et ne donne pas lieu à une patrimonialisation du bâti.

9 LOOS Adolf, Sämtliche Schriften in zwei Bänden, édité par Franz Glück, Vienne, Herold, 1962.

10 MÜNZ Ludwig, Adolf Loos, Milan, Il Balcone, 1956.

11 MÜNZ Ludwig & KÜNSTLER Gustav, Der Architekt Adolf Loos: Darstellung seines Schaffens nach Werkgruppen; chronologisches Werkverzeichnis, Vienne/Munich, Schroll, 1964.

12 RUKSCHCIO Burkhardt & SCHACHEL Roland, Adolf Loos, Leben und Werk, Salzbourg, Vienne, Residenz, 1982.

13 MATTL-WURM Sylvia, « Jeder sei sein eigener Dekorateur »: zur Geschichte der Loos-Räume in Wien I., Bartensteingasse 9, Vienne, Metroverlag, 2013.

14 BANHAM Reyner, « “Ornament and Crime”, The Decisive Contribution of Adolf Loos », The Architectural Review, 121, février 1957, p. 85-88.

15 Casabella-continuità, rivista internazionale di architettura e di urbanistica, no 233, novembre 1959, « Adolf Loos », dir. Aldo Rossi. Aldo Rossi publie par la suite plusieurs réflexions sur le travail écrit et bâti d’Adolf Loos.

16 Lettre de l’ambassade d’Autriche au nom du ministre des Affaires étrangères autrichien au ministre d’État chargé des Affaires culturelles pour le classement, 14 septembre 1970 (Dossier de protection, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine).

17 Arrêté ministériel pour l’inscription au titre des monuments historiques des façades et de la cage d’escalier de la maison de Tristan Tzara au 15, avenue Junot, 15 janvier 1975 (Dossier de protection, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine. https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00086746 [lien valide en mai 2021]).

18 https://pamatkovykatalog.cz/mullerova-vila-12849087 [lien valide en mars 2022].

19 Lettre de Milada Müller à Adolf Loos, 4 janvier 1960 (Prague, villa Müller, centre de documentation Nobertov).

20 DOMANICKÝ Pavel, « Pilsen, Husova Trída, das Haus von Jan und Jana Brummel. Die Geschichte des Hauses und die Renovierung des Loos’schen Interieurs », in Adolf Loos, Das Werk und seine Rekonstruktion. Internationales Symposium anlässlich des 70. Todestages, Prague, Muzeum hlavního města Prahy, 2005, p. 70-74.

21 ČERNOUŠKOVÁ Dagmar, « Zdeněk Kudělka und die wissenchaftliche Erkenntnis des Werkes von Adolf Loos in der Tschechoslowakei », in Adolf Loos, Das Werk und seine Rekonstruktion, op. cit., p. 62-65.

22 KUDĚLKA Zdeněk, « Činnost Adolfa Loose v Československu I ; II » (Die Tätigkeit von Adolf Loos in der Tschechoslowakei), Sborník prací Filozofické fakulty brněnské univerzity, 1974, p. 7-32 et p. 141-155.

23 BEHALOVA Vera, « Pilsner Wohnungen von Adolf Loos », Bauforum II, 1970, p. 49-56 ; Ead., « Adolf Loos and Glass Design: Loos’ correspondence with Stephan Rath », Journal of Glass Studies, 1974, p. 120-124. Ead., « Beitrag zu einer Kulka-Forschung », Bauforum, no 43, 1974, p. 22-31 ; Ead., « Zwei bekannte Loos-Möbel : der ‘Ägyptische Hocker’ und der ‘Elefantenrüsseltisch’ », Alte und Moderne Kunst, XXVII, 1982, p. 56-57.

24 MEDER Iris, « Neuere Forschung und Forschungslücken zur Architektur in der Tschechoslowakei », Bohemia Zeitschrift für Geschichte und Kultur der böhmischen Länder, no 43, 2002, p. 412-431.

25 NOVY Otakar, « Adolf Loos. Der Menschen menschlichster », Wir und Sie im Herzen Europas, avril 1965, p. 21-23.

26 CHATRNÝ Jindřich & ČERNOUŠKOVÁ Dagmar, « The Adolf Loos Days in Brno 1970. František Kalivoda and the celebration of Loos », in Eid., et KOŘÍNKOVÁ Jana (dir.), Adolf Loos, European. His legacy in Brno and beyond, Brno, Muzeum města Brna, 2020, p. 433-441.

27 SCHORSKE Carl Emil, Fin-de-siècle Vienna: Politics and Culture, New York, A. A. Knopf, 1979.

28 MACIUIKA John V., « Adolf Loos and the Aphoristic style: Rhetorical practice in Early Twentieth-Century Design Criticism », Design Issues, 2000, vol. 16, no 2, p. 75-86.

29 https://www.unesco.at/kommunikation/dokumentenerbe/memory-of-austria/verzeichnis/detail/article/adolf-loos-archiv-der-albertina-in-wien-und-schriftlicher-nachlass-von-adolf-loos-in-der-wienbibliot [lien valide en mars 2022]. Ce programme, fondé par l’Unesco en 1992, vise à protéger des documents considérés comme fragiles et à favoriser leur conservation et leur diffusion ; il se compose de deux listes : l’une nationale et l’autre internationale – sur laquelle figurent par exemple les archives du compositeur Arnold Schönberg, ami de Loos.

30 KRISTAN Markus, MATTL-WURM Sylvia & MURAUER Gerhard, Adolf Loos. Schriften, Briefe, Dokumente aus der Wienbibliothek im Rathaus, Vienne, Metroverlag, 2018.

31 Discussion en ligne à l’occasion de l’exposition temporaire « Adolf Loos Privathäuser » au musée des Arts décoratifs de Vienne (MAK) entre les deux commissaires d’exposition Rainald Franz (MAK) et Markus Kristan (Albertina) et l’architecte spécialiste de Loos Andreas Vass. https://www.youtube.com/watch?v=6wkHGK6HkYQ [lien valide en avril 2021].

32 LONG Christopher, Der Fall Loos, Vienne, Amalthea, 2015. C. Long a ensuite publié une version anglaise remaniée et plus détaillée en 2017: LONG Christopher, Adolf Loos on Trial, Prague, Kant, 2017.

33 La prise en charge assez sommaire des jeunes filles durant l’instruction ainsi que les relations de Loos avec différents sympathisants et membres du parti des libéraux au moment où la situation politique de l’Autriche était particulièrement instable ont sans aucun doute influencé le verdict en sa faveur.

34 Plzeň est le berceau de la marque automobile Škoda fondée en 1895.

35 https://www.adolfloosplzen.cz/ [lien valide en mars 2022].

36 http://semler.cz/historie-domu-a-bytu/ [lien valide en mars 2022].

37 https://www.spilberk.cz/kalendar/evropan-adolf-loos/ [lien valide en mars 2022].

38 HUBATOVÁ-VACKOVÁ Lada & NIKOLENKO Valentyna, The Villa of Jenny and Josef Winternitz, Prague, Academy of Arts, Architecture and Design, 2020.

39 SZADKOWSKA Maria, VAN DUZER Leslie & ČERNOUŠKOVÁ Dagmar (dir.), Adolf Loos - dílo v českých zemích (Adolf Loos: works in the Czech lands), Prague, Kant, 2009.

40 CHATRNÝ Jindřich & ČERNOUŠKOVÁ Dagmar, Brněnské stopy Adolfa Loose, Brno, Muzeum města Brna, 2010.

41 DOMANICKÝ Petr & JINDRA Petr, Loos-Pilsen-Connections, Pilsen, Zapadoceska galerie, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Façade de l’immeuble dit « Looshaus », architecte Adolf Loos,1908, Vienne (Autriche).
Crédits © Cécile Poulot, 2015.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35099/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Titre Figure 2
Légende Façade des deux maisons familiales, architectes Adolf Loos et Heinrich Kulka,1931-1932, Werkbundsiedlung, Vienne (Autriche).
Crédits © Cécile Poulot, 2018.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35099/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Titre Figure 3
Légende Fiche relative à la protection et au classement de la villa Müller à Prague (République tchèque), 1964-2015.
Crédits © Reproduction Národní památkovy ústav.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35099/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Figure 4
Légende Plaque commémorative sur le lieu de naissance d’Adolf Loos, Jiří Marek et Bohuslav Fuchs, 1968, Brno (République tchèque).
Crédits © M. Dvořáková (Brněnský architektonický manuál).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35099/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Figure 5
Légende Vue extérieure de la villa Müller, architecte Adolf Loos,1928, Prague (République tchèque).
Crédits © Cécile Poulot, 2019.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35099/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Figure 6
Légende Entrée et façade principale de la villa Winternitz, architecte Adolf Loos, 1931, Prague (République tchèque).
Crédits © Cécile Poulot, 2019.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35099/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Figure 7
Légende Formulaire d’inscription des archives Adolf Loos sur la liste de « Mémoire du monde » à l’Unesco dans la catégorie autrichienne, 2008.
Crédits © Unesco.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35099/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 8
Légende Couverture du Falter, « Adolf Loos délinquant sexuel », n° 6/15, 4 février 2015.
Crédits © Falter / reproduction Cécile Poulot.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35099/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Figure 9
Légende Sculpture à la mémoire d’Adolf Loos, Oldřich Morys et Jaroslav Sedlák, 2020, Brno (République tchèque).
Crédits © M. Dvořáková (Brněnský architektonický manuál).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35099/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Poulot, « Patrimonialiser l’œuvre d’Adolf Loos : acteurs et enjeux en Autriche et en République tchèque, 1920-2020 »In Situ [En ligne], 47 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/35099 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.35099

Haut de page

Auteur

Cécile Poulot

Docteure en histoire de l’art et en études germaniques, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 / Università della Svizzera italiana, Lugano

cecile.poulot@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search