Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47VariaDeucalion et les os de la mère

Résumés

Si les matériaux possèdent des caractéristiques objectives, ils détiennent aussi toute une part de mythologie au sens que Roland Barthes ou que Roger Caillois, pour la pierre, pouvaient donner à ce terme. Reprenant cette filiation, l’article rappelle un certain nombre de mythes ou de rêveries autour des pierres, et souligne combien les choix qui sont faits en matière de construction, de sculpture ou de Land Art sont souvent tributaires d’une histoire technique au moins autant que d’une histoire mythifiée et rêvée. À travers un parcours mêlant art, architecture et littérature, allant de la Chine aux États-Unis en passant par la Grèce et l’Italie, le propos tisse des fils et des liens entre des périodes et des techniques qui peuvent sembler fort éloignées. Ce vagabondage temporel et géographique établit ainsi des filiations et des correspondances, soulignant la richesse symbolique des matériaux et l’ancienneté de ces traditions dont nous n’avons pas toujours conscience. Dans le domaine de l’art et de l’architecture, ce qui est dit et pensé est au moins aussi important que ce qui est réalisé.

béton, mythe, architecture, sculpture, poésie, histoire, régionalisme, Chine, école de Chicago, Italie, Grèce, Bretagne

Haut de page

Texte intégral

À Notre-Dame

dont « … dans quelque mille ans, le Temps fera broncher

Comme un loup fait un bœuf, cette carcasse lourde,

Tordra ces nerfs de fer, et puis d’une dent sourde

Rongera tristement ses vieux os de rocher ! »

Gérard de Nerval, Notre-Dame, Odelettes, 1834

  • 1 Ce texte est issu de la conférence inaugurale prononcée lors d’une journée d’études sur la pierre o (...)

1Pour les scientifiques, géologues ou physiciens1, la pierre est définie comme un « matériau inorganique poreux ». Or, une des légendes qui racontent la naissance ou plutôt, ici, la renaissance de l’humanité met en scène Deucalion et Pyrrha : pour mémoire, selon les récits d’Hésiode et d’Ovide, les dieux, révoltés par l’humanité, décidèrent de mettre à mort cette dernière en la noyant sous un déluge, et n’en sauvèrent que ce couple vertueux réfugié sur le Parnasse.

  • 2 OVIDE, Les Métamorphoses, Bibliotheca classica selecta (disponible en ligne http :// bcs.fltr.ucl.a (...)
  • 3 ABEILLE Jacques, Les Jardins statuaires [1982], Paris, éditions Attila, coll. « Le cycle des contré (...)

2Une fois la destruction opérée, la déesse Thémis donne l’ordre à Deucalion et Pyrrha de repeupler la terre, face voilée, puisqu’il s’agit là de l’accomplissement d’un mystère divin, en jetant derrière eux les « os de [leur] grande mère », à savoir, après un temps d’incertitude, les pierres, car, suppose Deucalion : « La grande mère est la terre ; les pierres dans le corps de la terre, ce sont, à mon avis, ses os que nous pouvons jeter derrière nous2. » Ces pierres se transforment donc en femmes ou en hommes selon qu’elles sont jetées par Pyrrha ou Deucalion. À l’autre bout du temps et du mythe, dans les Jardins statuaires de Jacques Abeille, roman d’influence surréaliste, paru en 1982, de zélés jardiniers taillent et bouturent les statues qui bourgeonnent dans les jardins clos où poussent les osselettes à partir desquelles elles prendront forme3. Les illustrations de l’artiste de bandes dessinées François Schuiten, et la republication par les deux auteurs du Cycle des contrées, titre de cet ensemble de romans, ont redonné de l’élan et une célébrité nouvelle à cet univers. On l’aura compris, le propos est d’emmener les lecteurs dans une sorte de promenade, à la lumière des réflexions de Michel Serres sur la puissance des mythes, et de celles de Jean Baudrillard sur la puissance des signes.

  • 4 SERRES Michel, Statues. Le second livre des fondations [1987], Paris, Flammarion, coll. « Champs », (...)
  • 5 CAILLOIS Roger, Pierres [1966], dans Œuvres, éd. Dominique Rabourdin, Paris, Gallimard, coll. « Qua (...)
  • 6 YOURCENAR Marguerite, « L’Homme qui aimait les pierres », discours prononcé le 22 janvier 1981, rep (...)
  • 7 Le dieu Mithra est ainsi dit pétrogène (né de la pierre), autogenitus et primogenitus. Pour un rapp (...)
  • 8 On appelle ainsi, dans le sud de l’île d’Eubée, des maisons construites en pierres de très grande t (...)

3C’est que les mythes ne sont pas choses mortes, ainsi que le souligne Michel Serres dans Statues : « Comme la terre qui nous porte et le ciel qui nous contient, nous héritons de millions d’années de formation et donc restons archaïques pour plus des neuf dixièmes de notre épaisseur, enfoncés jusqu’aux yeux dans le passé immensément long de l’attente de la science. Cette formidable vieillesse nous tient4. » Cette « formidable » vieillesse, au sens latin du terme de ce qui inspire la crainte, le respect, est celle attribuée à la pierre, au roc « du début de la planète » selon une formule de Roger Caillois5 – « l’homme qui aimait les pierres » pour Marguerite Yourcenar6 – et que le roc soit une puissance vivante, apte à donner la vie, se retrouve dans divers mythes indo-européens, sémites et orientaux7. Ce temps des pierres renvoie l’homme à la préhistoire, voire à la création du monde et aux immenses forces magmatiques à l’œuvre, sensibles dans le plissé des pierres et le gigantisme des temps néolithiques. Les maisons dites de dragons ou drakospita8 du sud de l’Eubée, les dragons étant puissances chtoniennes par excellence [fig. 1], les cairns, les menhirs ou pierres levées [fig. 2] témoignent de cet âge de la « pierre nouvelle », autrement dit le néolithique.

Figure 1

Figure 1

Drakospita (maison de dragons), nord de l’Eubée, Styra (Grèce), 2015.

© Klaus-Norbert, distr. Commons Wikimedia (sous la licence CC BY 3.0).

Figure 2

Figure 2

Champ de pierres levées, Carnac (France), 2017.

© A. Magnien.

4Nous descendrions donc des pierres, ce qui au vu de l’état de notre cœur, parfois, n’est pas très étonnant, et nous courons le risque de retourner à cet état pierreux, en cas de mauvaise rencontre avec Méduse, comme dans ce tableau de Jean-Marc Nattier où la couleur de la pierre envahit les corps en voie de pétrification9, ou avec ces animaux mythiques que sont les basilics et les cocatrix, réputés changer les hommes en pierre. Les vrais amateurs et cinéphiles auront, bien sûr, reconnu le thème majeur du deuxième volet de la saga d’Harry Potter10 dans lequel ce dernier affronte l’immense basilic, aux ordres de Voldemort, qui, caché dans les profondeurs de Poudlard, pétrifie ses petits camarades.

  • 11 BOSSI Laura, De l’agalmatophilie ou L’amour des statues, Paris, L’Échoppe, 2012, passim.
  • 12 Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu, chap. 16, versets 13-23.
  • 13 RABELAIS François, Tiers livre [1546], Tours, CESR, 2009 (disponible en ligne),
  • 14 Deuxième épître de saint Pierre apôtre, 5-6.

5Si, parfois, la matière s’anime, et que la pierre se met à marcher comme la statue de la Vénus d’Ille (Prosper Mérimée), ou celle du Commandeur chez Don Juan, si elle est aimée à l’égal de femmes ou hommes de chair, en cas d’agalmatophilie ou d’« amour des statues 11», ou si elle se met à chanter comme la statue de Memnon, il s’agit là, davantage, de l’imago et de ses pouvoirs ; on parlera, néanmoins, chez les statuaires, d’un « marbre gentil » ou d’une « pierre rebelle », attribuant ainsi à la pierre des qualités humaines. On pourrait poursuivre ce petit jeu de métaphores et de va-et-vient entre l’humain et la pierre, depuis le « Tu es Pierre et sur toi je bâtirai mon église12 » de l’évangile de Matthieu, jusqu’à Rabelais, « Je ne bâtis que pierres vives, ce sont hommes13 », écho de la deuxième épître de saint Pierre : « le Seigneur est la pierre vive, rejetée des hommes » ou encore, « Vous aussi comme des pierres vives êtes édifiés pour être une maison spirituelle », et surtout, « Voici que je pose en Sion la pierre angulaire, précieuse14 ». Cela permet de mieux comprendre la tradition de la pose de la première pierre dans un édifice ainsi que la place qu’elle peut occuper dans une église.

  • 15 Se dit ishi-wotateru.
  • 16 BERTHIER François, Le Jardin du Ryôanji. Lire le zen dans les pierres, Paris, Adam Biro, 1989.

6Dans les civilisations orientales, en Chine ou au Japon, la pierre brute, la pierre en soi n’a pas besoin d’être sculptée de main d’homme ni même travaillée : « Pierres brutes dressées / Cours d’eau méandreux / Joie infinie » dit le poète japonais Musō Soseki (1275-1351). Au Japon, par exemple, créer un jardin est assimilé à l’art de « dresser les pierres15 » et l’on connaît bien les jardins secs de la tradition zen, destinés à la contemplation et au voyage intérieur [fig. 3]16.

Figure 3

Figure 3

Jardin sec méridional regardant le hōjō (方丈), période Shōwa (1926-1989), Kansai, Kyoto, Tofuku-ji (Japon), 2006.

© T. Zimmer.

  • 17 DU WAN, Yunlin shipu, 1127-1132.
  • 18 Cité dans DELACOUR Catherine (dir.), Rochers de lettrés. Itinéraires de l’art en Chine, cat. exp., (...)
  • 19 Ces aberrations du fluide vital sont très souvent mentionnées dans la littérature ancienne chinoise (...)
  • 20 DELACOUR Catherine (dir.), Rochers de lettrés…, op. cit., p. 32.
  • 21 Les Présocratiques, éd. Jean-Paul Dumont, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1 (...)

7Dans la tradition chinoise, l’énergie du monde, le qi, circulant entre le ciel et la terre, se concentre sous la forme de rochers, ce qui apparaît dans le traité de Du Wan (ou Tu Wan) dans le Catalogue des pierres de la forêt des Nuages (xiisiècle)17, où il est écrit : « Ce qui constitue l’essence la plus pure du ciel et de la terre se condense en rochers. Ils portent la terre dont ils surgissent. » Et plus loin : « ils naissent dans la terre18. » Cette sorte de confusion entre l’inanimé et l’animé est courante, et les formes de rochers imitant naturellement des créatures vivantes fascinent les esprits19. De nombreux auteurs comme Guo Xi (1020-1090) écrivent, dans des formules assez proches les unes des autres, que les rochers sont « les os du ciel et de la terre20 », et le présocratique Anaximène (v. 380-v.320 av. J.-C.), de son côté, a émis une idée assez semblable : « [l’air] diffère selon les substances du fait de sa raréfaction ou de sa condensation : devenant plus subtil, il devient feu ; se condensant, il devient vent, puis nuage et plus loin encore eau, puis terre, puis pierres, et les autres créatures procèdent de celles-ci21 ».

  • 22 Le lac Tai se trouve près de Shanghaï et Suzhou. Les jardins de lettrés prennent naissance sous les (...)
  • 23 L’attrait pour ce genre de pierres n’est pas spécifiquement chinois ; dans une lettre à Caillois de (...)

8Les pierres du lac Tai qui ornent les jardins de lettrés22, et que l’on retrouve dans les jardins de la Cité interdite, du mausolée de Maoling, ou des lacs artificiels de Nanxung [fig. 4 et 5], semblent informes avec leurs trous et leurs formes contournées ; leur esthétique est opposée, non pas au beau, mais à la fabrication humaine, à l’artifice que pourrait représenter la pierre sculptée voire le marbre précieux de nos jardins occidentaux. Les pierres du lac Tai en appellent au naturel, à la simplicité, au brut ; issues de la nature et de la puissance tellurique, du chaos originel qui leur a donné cette forme, elles en gardent la trace et les vertus23. Leur imperfection et la capacité de la pierre, en tant que matériau, à se modifier par l’usure, les invasions microbiologiques, bref, le temps qui passe, sont aussi la marque de la vie : une chose parfaite est morte… et donc sans intérêt. Les pierres, si dures soient-elles, peuvent être couvertes de mousses et de lichens, érodées, usées, craquelées et détruites… comme les hommes.

Figure 4

Figure 4

Cité interdite, pierres du lac Tai, Pékin (Chine), 2015.

© A. Magnien.

Figure 5

Figure 5

Pierre dressée du lac Tai, Nanxung, province du Zhejiang (Chine), 2019.

© A. Magnien.

  • 24 Voir aussi le dialogue entre Su Shi (1037-1101) et un rocher dans « Éloge à un rocher grotesque (Yo (...)

9Elles nous enseignent ainsi à leur tour cette impermanence dont la pleine conscience mène à la sagesse, et c’est pourquoi le Bodhidharma aurait médité pendant neuf ans devant un rocher. Capables de parvenir à l’éveil, comme le montre l’histoire du philosophe Daosheng (v. 360-434) qui, rejeté par ses pairs, dut se rendre sur la colline du Tigre près de Suzhou pour y enseigner aux pierres qui finirent par acquiescer à sa doctrine – car seule la sainteté permet d’éveiller l’esprit des rochers –, les pierres peuvent apparaître comme les frères des hommes24. Dans son livre Passagère du silence, Fabienne Verdier, formée à la calligraphie [fig. 6], si proche en Chine de la peinture de paysage traditionnelle et de la poésie, analysant les pierres de rêve du jardin de Suzhou, évoque ce qui est pour elle une intuition fondamentale :

  • 25 VERDIER Fabienne, Passagère du silence [2003], Paris, Librairie générale française, coll. « Le Livr (...)

Si les peintres de paysages ont réussi à reproduire leurs visions avec une puissance telle qu’elles semblent presque réelles sur le papier, c’est parce qu’ils ont compris, avec une suprême humilité, qu’ils étaient les petits frères des pierres et des arbres sur cette terre et que nous étions capables, par notre alchimie intérieure, de donner vie au minéral comme la nature nous donne vie25.

  • 26 Voir DELACOUR Catherine (dir.), Rochers de lettrés…, op. cit., p. 39, et PARKES Graham, « La Pensée (...)

10Cette idée de fraternité, entre l’homme et la pierre, rappelle la célèbre anecdote du peintre chinois Mi Fu s’inclinant en habit de cérémonie devant un rocher, et l’appelant, certes avec une certaine provocation, « frère aîné (shixiong)26 ».

Figure 6

Figure 6

Remonter le fleuve, Fabienne Verdier, acrylique et technique mixte sur toile, 252 x 183 cm, 2018.

© Fabienne Verdier / reproduction Inès Dieleman (Galerie Lelong & Co).

11Les pierres de rêve, ou pierres de philosophie, ou encore pierres paysages, dont le goût est lancé au xviisiècle en Chine, sont de fines plaques de marbre veiné extraites des carrières de Dali (ou Tali) dans le Yunnan, au sud de la Chine, et qui se présentent comme des tableaux, le plus souvent de forme ronde. Leurs veines de différentes couleurs et formes évoquent la terre, des arbres, de l’herbe, de la mousse ou encore de l’eau et suggèrent des paysages à la fois sauvages et poétiques que les poètes chinois ont souvent ornés de textes calligraphiés. On trouve aussi dans les cabinets de lettrés des « pierres-montagnes » ou shanzi, soclées avec raffinement, et qui sont des montagnes miniatures en intérieur [fig. 7].

Figure 7

Figure 7

« Pierres de rêve », auteur inconnu, s. d., ancienne collection part., Nanxung, province du Zhejiang (Chine).

Reproduction A. Magnien.

  • 27 KIRCHER Athanase, Mundus subterraneus […], quo […] universae denique naturae majestas et divitiae s (...)
  • 28 Mundus subterraneus, XII.i.3, 330 cité par HIRAI Hiro, in « Interprétation chymique de la création (...)
  • 29 KIRCHER Athanase, China monumentis […] illustrata, Amsterdam, J. Jansson a Waesberge, E. Weyerstrae (...)
  • 30 Voir BRINDEAU Véronique, Louange des mousses [2012], Arles, Philippe Picquier, 2018.

12L’Europe du xviisiècle a également connu et collectionné dans les cabinets de curiosités ces plaques minérales au sein desquelles se dessinent des paysages et des architectures qui paraissent tracés de main d’homme, que l’Italie nomme paesine. Cette capacité créatrice qu’ont les pierres de peindre et de dessiner, qui peut paraître égale à celle des hommes dans un étrange jeu de miroirs, a fasciné les érudits, les penseurs et des artistes comme le peintre flamand Mathieu Dubus (v. 1590-1666). Le jésuite Athanase Kircher (1602-1680), dans son Mundus subterraneus, édité à Amsterdam en 1664-1665, indique : « Les dessins et les méandres de l’albâtre et de l’agate, des jaspes et des marbres sont interprétés comme des oiseaux, des tortues ou des écrevisses, des villes, des rivières et des forêts, des crucifix, des évêques, des têtes de mort, des Infidèles à turbans27. » La mystérieuse propriété de la pierre qui lui permet de former ces images est appelée « puissance minérale formative des pierres », ou gamahés (vis mineralis lapidum formativa) par Albert le Grand (1193-1280), « esprit plastique architectonique » (spiritus plasticus architectonicus) par Athanase Kircher, « puissance séminale lithogène » (vis seminalis lapidifica) par l’astronome Pierre Gassendi (1592-1655). Pour Kircher, cela repose par exemple sur l’idée d’une semence universelle de la nature, une « panspermie » à partir de laquelle Dieu a différencié les êtres et créé « les autres choses comme les cieux, les étoiles, les minéraux, les plantes et les animaux28 ». Il faut souligner que Kircher publie également en 1667 un ouvrage rassemblant les savoirs du temps sur la Chine, China illustrata, dans lequel une des planches, « Idolum FE in Monte expressum », évoque, me semble-t-il, ces conceptions29. La puissance créative de la nature s’exerce non seulement à travers les pierres mais aussi les mousses et « leur délicat tissage », et s’il existe des jardins de pierres, il existe aussi au Japon des jardins de mousses30.

13Cette tradition de la peinture chinoise lettrée, interdite en Chine durant la période de la révolution culturelle mais qui revient en grâce aujourd’hui, imprègne encore la pensée actuelle. L’architecte contemporain chinois, Wang Shu, prix Pritzker 2012, s’inscrit dans cette tradition lorsqu’il déclare avoir dessiné le musée d’Histoire de Ningbo (province du Zhejiang, 2008) comme on le fait d’une montagne, et souligne ainsi le lien entre nature et architecture, peinture lettrée et construction. Car ce n’est pas seulement à la vraie montagne que Wang Shu se réfère, mais tout autant aux montagnes des peintres de la dynastie Song. Il joue ainsi sur le lien entre microcosme et macrocosme, le plus petit concentrant toutes les vertus du plus grand et, par conséquent, les accentuant.

  • 31 Voir PARKES Graham, « La Pensée des Rochers – La Vie des Pierres. Réflexions sur une passion chinoi (...)
  • 32 Cité par HÉBERT-STEVENS François, « Retour aux sources de l’architecture moderne », in GLIBOTA Ante (...)

14La conception chinoise d’un vaste flux d’énergie circulant indifféremment au sein de la terre, du ciel et des êtres vivants, cette idée que la séparation entre l’humain et le non-humain est dépourvue de fondement réel, a trouvé un écho en Occident à travers, en particulier, deux philosophes et écrivains américains, Ralph Waldo Emerson (1803-1882) et Henry David Thoreau (1817-1862), nourris eux-mêmes d’orientalisme et de bouddhisme31. Le mouvement transcendantaliste qu’ils représentent touche l’architecture à travers Henry Hobson Richardson (1838-1886) dans des constructions comme Ames Gate Lodge (North Easton, Massachusetts, 1880) et la Robert Treat Paine Estate/Stonehurst (1886) où il utilise la pierre brute et les matériaux non finis. Un de ses ouvrages majeurs, l’immeuble du Marshall Field’s Wholesale Store (Chicago, 1885-1887) aujourd’hui détruit [fig. 8], avait été commenté en ces termes par Louis Sullivan (1856-1924) dans ses Kindergarten Chats (1901) : « La pierre et le mortier ici jaillissent de vie et ne sont plus des objets matériels, des choses sordides… Fait de quatre coins et brun, il est debout, comme un fait physique, un monument au commerce, à la puissance et au progrès de l’époque, à l’énergie et à la ressource de l’individualité et à la force du caractère et à la force32. »

Figure 8

Figure 8

Marshall Field’s Wholesale Store, auteur inconnu, s.d., architecte Henry Hobson Richardson (1885-1887, détruit), Chicago. Extrait de Chicago. 150 ans d’architecture, 1833-1983, Ante Glibota & Frédéric Edelmann, musée-galerie de la Seita, Paris, 1983, p. 19.

Reproduction Aline Magnien.

  • 33 BROOKS Harold Allen & SCULLY Vincent, The Prairie School; Frank Lloyd Wright and his Midwest Contem (...)

15Henry Hobson Richardson est un des maîtres des architectes de la Prairie School, mouvement porté par Louis Sullivan et Frank Lloyd Wright (1867-1959), et qui s’étend de la fin du xixsiècle jusqu’à la guerre de 1914, à Chicago, dans l’Illinois, le Minnesota, ou encore le Wisconsin. On y trouve à la fois le goût de la ligne droite, trace de « l’esprit de la prairie », avec son horizon sans fin, symbolisant l’essence de la démocratie américaine, et des matériaux naturels comme la pierre, dont la présence est forte dans les premières maisons de F. L. Wright, celles de Taliesin 1, dans le Wisconsin, par exemple [fig. 9], et qui envahit jusqu’au salon de la très célèbre Maison sur la cascade (« Fallingwater », Mill Run, Pennsylvanie)33.

Figure 9

Figure 9

Taliesin 1 (détail), architecte Frank Llyod Wright (1911), Wisconsin (États-Unis), 2012.

© A. Magnien.

  • 34 VIOLLET-LE-DUC Eugène Emmanuel, Entretiens sur l’architecture [1863-1872], Bruxelles, Pierre Mardag (...)
  • 35 Voir THIESSE Anne-Marie, La Création des identités nationales, Europe xviiie-xixsiècle [1999], Pa (...)
  • 36 BALZAC Honoré de, Béatrix [1839]. Œuvres complètes. Scènes de la vie privée, Paris, A. Houssiaux, 1 (...)

16Cette exaltation de la terre, et du sol, se retrouve dans les mouvements régionalistes français et européens de l’entre-deux-guerres, qui ont revendiqué l’utilisation des pierres locales. Viollet-le-Duc avait déjà évoqué cette question34 car l’anthropologie, qui travaille le monde intellectuel au xixsiècle, comme les mouvements philosophiques et politiques qui contribuent à la naissance et à la constitution des identités nationales35, assimilent volontiers l’homme à la terre et au sol dont il est issu. C’est peut-être à une autre tradition que cela se réfère, qui n’est pas tout à fait étrangère à la conception chinoise et orientale, mais qui, plus près de nous, s’inscrit dans la veine romantique allemande, en particulier chez Goethe, auteur d’un court traité sur le granit. Goethe en fait la pierre fondamentale, le symbole de la puissance primitive créatrice. Or, la représentation provinciale, en particulier, repose sur l’association de la « race », du caractère, des mœurs et du climat entendu au sens large, c’est-à-dire aussi aux caractéristiques physiques du sol. Ainsi Balzac, dans les premières pages de Béatrix, en 1839, caractérise-t-il le baron de Guénic par cette formule lapidaire (c’est le cas de le dire !) : « En lui, le granit breton s’était fait homme36. »

  • 37 TARQUIS Magda, « Du style “régional” dans l’architecture », La Bretagne touristique. Revue mensuell (...)
  • 38 BAUDRILLARD Jean, Pour une critique de l’économie politique du signe, Paris, Gallimard, coll. « Les (...)

17Un très beau texte, qui m’a été indiqué par Daniel Le Couédic, sous la plume de Magda Tarquis, la muse du poète Saint-Pol-Roux (1861-1940), nous ramènerait presque à notre point de départ et à Deucalion. En 1923, dans un article intitulé « Du style “régional” dans l’architecture », Magda Tarquis réclame une véritable attention aux particularités locales. Elle écrit : « L’originaire d’un pays, l’indigène, est un jaillissement partiel de limon, limon relevant du sol immédiat qu’il foulera, et ce jet vivant de terre ancestrale va être façonné par les âges jusqu’à sa forme parfaite de statue pensante, et voici l’homme du pays graduellement doré par le soleil natal. » Aussi, s’interroge-t-elle, pourquoi « ce limon qui marche », avec un cœur portant en soi « l’harmonie secrète de la race qu’il glorifiera », n’habiterait-il pas une maison faite « sinon du même limon que son maître, du moins de ces pierres qui sont comme les os de la terre locale, et de ces bois montés de ses profondeurs37 » ? Ainsi le néo-breton se caractérise-t-il entre autres choses par l’usage de la pierre locale, le granit ou, dans certains endroits, le schiste. Souvent réduit à l’entourage des portes et des fenêtres dans les maisons ordinaires modernes, ou à la cheminée, le granit ici a « valeur de signe » [fig. 10]. Car les matériaux, s’ils existent en eux-mêmes et pour leurs caractéristiques concrètes et objectives, sont aussi chargés d’une dimension symbolique et mythologique, au sens que donnaient à ce mot Roland Barthes et surtout Jean Baudrillard, en particulier dans son texte Pour une critique de l’économie politique du signe. Il y souligne : « c’est la valeur d’échange-signe qui est fondamentale, la valeur d’usage n’en étant souvent que la caution38. »

Figure 10

Figure 10

Maison néo-bretonne, près de Brest (France), 2018.

© A. Magnien.

  • 39 HOURTICQ Louis, La Pierre de France, Paris, A. Lahure, 1943.
  • 40 Sur les nouveaux matériaux et les représentations qu’ils véhiculent, voir NÈGRE Valérie, L’Art et l (...)
  • 41 HOURTICQ Louis, « Causerie de M. Louis Hourticq », Art national construction, Association nationale (...)
  • 42 MAUCLAIR Camille, « La Bâtisse “Volapuk” », Art national construction, Association nationale des ar (...)

18L’historien et critique d’art Louis Hourticq (1875-1944) qui célèbre la Pierre de France39 et l’oppose au « ciment », c’est-à-dire au béton, en est un excellent exemple. François Coignet (1814-1888), l’inventeur du béton-pisé, qualifie ce matériau qu’il vient d’inventer vers 1850, de « pierre sans fin ». Fouriériste, Coignet voit dans son matériau un moyen pour les hommes d’échapper aux lois de la nature40. Mais ce n’est pas cela pour L. Hourticq. Dans les attaques qu’il lance contre ce matériau, son argumentaire se développe sur plusieurs axes, il oppose la pierre vivante au ciment « amorphe », « docile », « indifférent » : « L’architecte a créé des édifices qui sont des organismes vivants parce qu’en façonnant les pierres, en luttant contre une matière parfois rétive, il en a compris les volontés secrètes » ; considérant que « le caractère d’un peuple tient aux ressources de son sol », en abandonnant la pierre au profit d’ « une matière impersonnelle comme le ciment », l’homme, et le Français, en l’occurrence, « s’il renonçait à utiliser la pierre de son sol, il ne pourrait qu’oublier la qualité fondamentale de son génie ethnique41 ». Dans un autre numéro de la même revue, Camille Mauclair, critique d’art, admirateur de Rodin, dont les évolutions idéologiques l’avaient conduit vers l’extrême droite, publie en 1934 « La Bâtisse “Volapuk” » texte dans lequel il stigmatise cet « ersatz » de la pierre42. Outre la condamnation de « machines à habiter », l’argument de Mauclair porte aussi sur le lien entre le sol et la pierre : « Une architecture est nationale, ou n’est que de la bâtisse posée sur le sol sans faire corps avec lui, sans répondre à l’appel séculaire de son âme. » Et de poursuivre sa démonstration : « Le ciment, c’est un volapuk. Et je ne dis même pas un « esperanto » de sonorité plus douce. Je dis volapuk, parce que ce mot barbare me semble mieux correspondre aux abominations lecorbusières et soviétiques qu’on s’acharne à nous infliger. » Les implications sociales et politiques de ces conceptions apparaissent plus encore dans le compte rendu que fit LAction française en 1944 de La Pierre de France, livre paru en 1943. Outre que le ciment nuit à la diversité des architectures locales, selon L’Action française, il fait disparaître le savoir ouvrier, atrophie la satisfaction de ce dernier à travailler et

  • 43 BRECY René, « Pierre et ciment », L’Action française, n° 77, 31 mars 1944, p. 2.

abolit pour nous des modes d’habitat qui sont le cadre de bien des habitudes morales qu’il nous faut défendre. C’est, peut-on croire, une des raisons pour lesquelles certains apôtres du ciment, très conscients de ce qu’ils entreprennent, bolchevisants et ennemis de toutes nos traditions, veulent implanter chez nous une architecture dont le plus illustre spécimen est à Paris ce hideux pavillon de la Cité universitaire que Louis Hourticq appelle fort justement « quadrupède », œuvre qui devrait attacher au nom de son auteur, M. Le Corbusier, une honte indélébile. Il s’agit de nous défranciser, nos désastres aidant43 [fig. 11].

Figure 11

Figure 11

Fondation suisse, Le Corbusier (1933), Cité universitaire, Paris (France).

© Marius Gravot (Fondation Le Corbusier).

  • 44 ATTIA Kader (éd.), Les Racines poussent aussi dans le béton, cat. exp., 14 avril-16 septembre 2018, (...)

19L’exposition de l’artiste d’origine algérienne Kader Attia, au Mac Val, intitulée « Les Racines poussent aussi dans le béton » constitue une forme de réponse à ce type de considérations44. La réflexion et le travail de l’artiste s’articulent, dans cette exposition, autour de l’exil, évoquent les expériences architecturales en béton, de l’autre côté de la Méditerranée et, bien sûr, ces cités bétonnées où l’on a souvent relégué les pauvres, dont les immigrés. Mais, souligne Kader Attia, de cet exil, de cette relégation naît une nouvelle culture, poussent des racines nouvelles qui s’arriment à ces barres de béton et leur donnent la valeur que l’on accorde à tout lieu où l’on a vécu, souffert, été heureux. Qu’il en ait été pleinement conscient ou non, l’artiste, qui a creusé dans son travail la notion de « réparation », souligne ainsi que, malgré tout, le béton dévalorisé peut constituer le terreau d’une nouvelle identité.

20La réalisation de « quadrupèdes » en béton n’a pas empêché, cependant, le même Le Corbusier, pour des villas privées, de jouer la carte de l’ancrage local et d’user de roches brutes pour leur édification et leur inscription dans un lieu particulier. L’utilisation d’une fausse meulière dans une architecture, que l’on dira actuelle, relève de ce même processus sous une forme dégradée, comme une citation, et « signe » ainsi l’appartenance de ces immeubles à un matériau caractéristique des maisons de l’Île-de-France, au pavillon rêvé auquel ils tentent ainsi de s’assimiler et de faire penser [fig. 12]. La présence de pierres monumentales, non utilisées sur le chantier de l’Opéra en raison de leur mauvais état, semble-t-il, mais conservées et placées dans les angles du sous-sol, n’est pas non plus tout à fait innocente et ajoute à la dimension monumentale, voire pharaonique d’un projet où tout est pensé pour signifier [fig. 13].

Figure 12

Figure 12

Immeuble moderne, appareillage de fausse meulière, à Champs-sur-Marne (France), 2019.

© A. Magnien.

Figure 13

Figure 13

Sous-sol de l’Opéra Garnier, architecte Charles Garnier (1861-1875), Paris, 2019.

© A. Magnien.

  • 45 VITTORINI Rosalia, « Techniques constructives et langage architectonique : l’habillage pierre dans (...)
  • 46 Milan ; Gio Ponti, Antonio Fornaroli, Eugenio Soncini, Milan, 1936-1938.
  • 47 Cité par VITTORINI Rosalia , « Techniques constructives et langage architectonique : l’habillage pi (...)
  • 48 Voir JULIEN Pascal, Marbres. De carrières en palais : du Midi à Versailles, du sang des dieux à la (...)

21Dans un article intitulé « Techniques constructives et langage architectonique : l’habillage pierre dans l’architecture italienne du xxsiècle », Rosalia Vittorini souligne combien le marbre, matériau italien et romain par excellence, est investi par le régime mussolinien « pour sa valeur intrinsèquement évocatrice et expressive45 ». Dans la Casa delle Armi (Rome, 1933-1936) de Luigi Moretti [fig. 14], les fines plaques de marbre sont ainsi utilisées sur toute la façade comme un enduit, et à propos du Palazzo Montecatini46, Gio Ponti, l’un de ses auteurs, écrit : « Dans les édifices modernes, les pierres et les marbres sont non seulement utilisés mais s’expriment avec une telle volonté de clarté, avec une telle compréhension amoureuse de la beauté, avec une telle conception liée dès l’origine à l’usage du marbre, que cela représente vraiment un phénomène nouveau47. » Ce phénomène architectural est étroitement lié au contexte de fermeture des frontières, à l’autarcie revendiquée pour valoriser les matériaux nationaux, et aux ressources propres de l’Italie, mais Louis XIV n’avait pas fait autre chose en valorisant à la fin du xviisiècle l’exploitation des carrières pyrénéennes48 ; ainsi le quartier romain du E42 ou l’EUR, construit pour l’Esposizione universale di Roma, qui ne se tiendra pas en raison de la guerre, est réalisé en marbre, pierre et granit, ou à tout le moins recouvert de placage dans ces matériaux, pour répondre à cet ordre moral et patriotique, aux yeux duquel le béton apparaît apatride et d’un internationalisme suspect.

Figure 14

Figure 14

Vue d’ensemble de la Casa delle Armi, architecte Luigi Moretti (1933-1936), Rome (Italie), 2019.

© A. Magnien.

  • 49 YOURCENAR Marguerite, art. cit., p. 21. Elle évoque la « fêlure » qui s’était faite chez lui comme (...)
  • 50 GOURIO Anne, Chants de pierres, Grenoble, ELLUG, coll. « Ateliers de l’imaginaire », 2005, p. 12.
  • 51 Ibid., p. 8.
  • 52 POUILLON Fernand, Les Pierres sauvages, Paris, Seuil, 1964 : voir en particulier le dialogue entre (...)

22Les deux guerres meurtrières du xxsiècle, pour ne prendre que les plus proches de nous dans l’espace, ont profondément éprouvé les notions d’humain et d’inhumain, de culture et de nature, de barbarie et de civilisation. Cette « ligne de partage des eaux » à laquelle se réfère Marguerite Yourcenar à propos du texte Patagonie de Roger Caillois, elle l’a elle-même éprouvée, commençant « à fréquenter, avec une passion qui n’a fait que grandir, le monde non humain ou pré-humain des bêtes des bois et des eaux, de la mer non polluée et des forêts non encore jetées bas ou défoliées par nous49 ». L’art et la poésie de la deuxième moitié du xxsiècle, comme le montre Anne Gourio dans son livre Chants de pierre50, donnent ainsi aux pierres une importance particulière que l’on pense à Caillois, bien sûr, mais aussi à Eugène Guillevic, Loránd Gáspár ou François Cheng, pour ne citer qu’eux. La pierre « Venue des temps / Où elle n’avait qu’elle-même / Pour compagnie » (Guillevic) occupe une place particulière : « élément privilégié de la tradition ésotérique, la pierre qu’elle soit guérisseuse ou plus largement miraculeuse, s’est longtemps montrée le débouché de Dieu sur terre51. » Elle cristallise donc la crise existentielle de l’après-guerre et devient chez Albert Camus le protagoniste majeur du mythe de Sisyphe. Rien d’étonnant non plus si un architecte comme Fernand Pouillon (1912-1986), intitulant son roman sur la construction du Thoronet Les Pierres sauvages, en exalte les dimensions mystiques et, à maintes reprises, en fait un être vivant, une des héroïnes du livre52.

23Pour beaucoup d’auteurs, qui bouclent la boucle et renouent avec les traditions dont nous sommes partis, la pierre dialogue étroitement avec les nuages et autres éléments :

Je n’en pouvais plus

D’entendre ce morceau de granit

Me raconter son histoire

Depuis les origines.

J’avais beau lui dire : je sais,

Le morceau de granit continuait :

Soleil, déluge, incendie, ténèbres

Et le pire : l’eau goutte à goutte

Pendant des millénaires.

  • 53 GUILLEVIC Eugène, Art poétique [1989], Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 2001, p. 284.

(Guillevic, Art poétique53)

  • 54 DRURY Chris, Silence art espace, traduit de l’anglais par Magali Guénette, Paris, Catleya, 1998, p. (...)

24Certains artistes contemporains, en particulier dans le Land Art, renouent avec l’idée d’une puissance tellurique convoquée à travers les pierres et les rochers comme Birth of Energy de Chris Drury (1948-), pour lequel « la nature et la culture sont une seule et même chose54 ». C. Drury fabrique ainsi des abris en pierre (mais aussi en d’autres matériaux) dans toutes les régions du monde ; cela peut parfois passer pour de simples huttes traditionnelles, mais l’emplacement et les procédés subtils de construction en font des lieux d’expérimentation spirituelle, un peu comme dans la tradition indienne des huttes de sudation. Il les équipe parfois de périscopes qui permettent une autre vue du monde et les baptise « chambre à nuages », « chambre à vagues ».

25Parmi les artistes contemporains, outre les artistes du Land Art, déjà évoqués à travers le cas de Chris Drury, quelques sculpteurs totémiques, comme Eugène Dodeigne (1923-2015) ou, plus près de nous, Denis Monfleur (1962-), ont donné à la pierre brute une présence particulière dans le paysage esthétique français [fig. 15]. Dans le cas de Denis Monfleur, l’unicité de l’œuvre sculptée, la confrontation avec des matériaux d’une extrême dureté, les orgues basaltiques, la lave du mont Dore contribuent à la dimension mythologique de la sculpture et à la double exaltation de l’art sculptural et de la matière. Ses œuvres les plus récentes, qu’il émaille dans des fours, font renouer ces matériaux basaltiques avec le feu des origines, renforçant l’aura mythique qui les entoure.

Figure 15

Figure 15

Tête monumentale, Denis Monfleur, 2010, granit, Fondation Pierre de Coubertin, Saint-Rémy-lès-Chevreuse, 2012.

© A. Magnien.

  • 55 AILLAUD Gilles, BAILLY Jean-Christophe, ZISCHLER Hanns & TSAÏ Gilberte, D’après nature. Encyclopédi (...)

26Ce sentiment d’une profonde unité entre animé et inanimé, venu pour partie de l’influence des présocratiques, soutient le projet et la philosophie du peintre Gilles Aillaud (1928-2005) et, dans leur action commune, celle du philosophe Jean-Christophe Bailly : leur ouvrage, D’après nature. Encyclopédie de tous les animaux, y compris les minéraux55, en porte la trace. Comme l’écrit J.-C. Bailly :

  • 56 AILLAUD Gilles, BAILLY Jean-Christophe, ZISCHLER Hanns & TSAÏ Gilberte, D’après nature. Encyclopédi (...)

Inclure la pierre (ou aussi bien l’obsidienne ou l’acacia) dans l’Encyclopédie ne relève toutefois pas seulement du trait d’esprit. S’il y a là quelque chose d’un pied de nez à la science et à ses classifications, je crois que la portée est plus ample et qu’elle sous-entend qu’il puisse y avoir pour l’animalité […] une amplification, un élargissement, en direction du vivant (les plantes) et de l’inanimé (les pierres) comme en direction bien sûr de l’homme56.

  • 57 Gilles Aillaud, Vivarium, 1975, huile sur toile, 195,3 x 170,5 cm, Musée Boijmans Van Beuningen, Ro (...)

27Certains tableaux d’Aillaud illustrent cette position philosophique et confondent même pierres et animaux comme dans l’œuvre Vivarium (1975), où les règnes minéral et végétal se distinguent difficilement57.

28Ce propos au fil de l’eau qui nous a amenés à survoler bien des sujets d’une grande complexité avait surtout pour but de montrer qu’on ne peut jamais prendre et considérer un matériau tel qu’en lui-même. Qu’il s’agisse de la pierre ici, mais aussi du bois, du béton, de la terre, le discours, les représentations et les significations qui y sont attachées sont évidemment à prendre en compte dans un projet de construction mais aussi de restauration. N’étant ni géologue, ni architecte, ni historienne de l’architecture, mon propos se situe dans un ailleurs dont la prise en compte est cependant loin d’être négligeable quand on inscrit l’architecture et les projets qui la touchent dans une société, quelle qu’elle soit.

  • 58 PONGE Francis, Le Parti pris des choses [1942], précédé de Douze petits écrits et suivi de Proêmes, (...)

29Ne voulant pas que, pour paraphraser Francis Ponge et le Parti pris des choses, on en vienne à dire : « Ayant entrepris d’écrire une description de la pierre, [elle] s’empêtra58 », j’arrêterai là mes considérations sur ce matériau.

Haut de page

Notes

1 Ce texte est issu de la conférence inaugurale prononcée lors d’une journée d’études sur la pierre organisée à l’École de Chaillot par Catherine Graindorge et Jean-Didier Mertz, « Une histoire taillée sur mesure : la pierre dans le bâti patrimonial », 7 décembre 2018. Il a été nourri par un échange très éclairant avec Daniel Le Couédic que je remercie pour ses judicieuses suggestions. Il se trouve qu’il entre en résonance avec plusieurs expositions consacrées à la pierre à peu de choses près au même moment, dont Être pierre, musée Zadkine, 29 septembre 2017-11 février 2018.

2 OVIDE, Les Métamorphoses, Bibliotheca classica selecta (disponible en ligne http :// bcs.fltr.ucl.ac.be [lien valide en janvier 2022]), trad. Anne-Marie Boxus et Jacques Poucet, Bruxelles, 2005-2009, 1, 381-394 : « Mota dea est sortemque dedit :"Discedite templo/et velate caput cinctasque resoluite vestes/ossaque post tergum magnae iactate parentis !" », et Deucalion de conclure : « Magna parens terra est : lapides in corpore terrae/ossa reor dici ; iacere hos post terga iubemur ».

3 ABEILLE Jacques, Les Jardins statuaires [1982], Paris, éditions Attila, coll. « Le cycle des contrées », 2010, p. 27.

4 SERRES Michel, Statues. Le second livre des fondations [1987], Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1989, p. 19.

5 CAILLOIS Roger, Pierres [1966], dans Œuvres, éd. Dominique Rabourdin, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2008, p. 1037. On consultera bien sûr avec profit et plaisir les textes que Caillois consacre aux pierres et aux sciences géologiques naissantes. Voir aussi André Frénaud évoquant « Le cheminement du sang ferrugineux dans la pierre », in FRÉNAUD André, Il n’y a pas de paradis. Poèmes, Paris, Gallimard, 1962.

6 YOURCENAR Marguerite, « L’Homme qui aimait les pierres », discours prononcé le 22 janvier 1981, repris dans CAILLOIS Roger, Œuvres, op. cit., p. 13-29.

7 Le dieu Mithra est ainsi dit pétrogène (né de la pierre), autogenitus et primogenitus. Pour un rappel des mythes et légendes concernant les pierres, voir les synthèses rapides de R. Caillois au début de son texte Pierres : « Des pierres de la Chine » et « Des pierres de l’Antiquité classique », ibid., p. 1039 et 1041.

8 On appelle ainsi, dans le sud de l’île d’Eubée, des maisons construites en pierres de très grande taille ; les plus visibles sont sur le mont Ochi et à Styra.

9 Jean-Marc Nattier, Persée, assisté par Minerve, pétrifie Phinée et ses compagnons en leur présentant la tête de Méduse, 1718, huile sur toile, Musée des Beaux-Arts de Tours.

10 ROWLING Joanne Kathleen, Harry Potter et la chambre des secrets, Paris, Gallimard, coll. « Folio Junior », 1999. Le film de Chris Columbus, éponyme, est réalisé en 2002.

11 BOSSI Laura, De l’agalmatophilie ou L’amour des statues, Paris, L’Échoppe, 2012, passim.

12 Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu, chap. 16, versets 13-23.

13 RABELAIS François, Tiers livre [1546], Tours, CESR, 2009 (disponible en ligne),

ch. VI : « Pour quoy les nouveaulx mariéz estoient exemptz d’aller en guerre », p. 57 : « & les beaux bastisseurs nouveaulx de pierres mortes ne sont escripz en mon livre de vie. Je ne bastis que pierres vives, ce sont hommes », dit Pantagruel. C’est d’ailleurs le point de départ, semble-t-il, du bâtiment regroupant archives et bibliothèque construit par Zaha Hadid à Montpellier et baptisé « Pierres vives ».

14 Deuxième épître de saint Pierre apôtre, 5-6.

15 Se dit ishi-wotateru.

16 BERTHIER François, Le Jardin du Ryôanji. Lire le zen dans les pierres, Paris, Adam Biro, 1989.

17 DU WAN, Yunlin shipu, 1127-1132.

18 Cité dans DELACOUR Catherine (dir.), Rochers de lettrés. Itinéraires de l’art en Chine, cat. exp., Paris, musée des arts asiatiques Guimet, 28 mars-25 juin 2012, Paris, musée Guimet/RMN, 2012, en particulier le chapitre « Histoire de l’appréciation des rochers », p. 31-41 et ici p. 33. Voir SCHAFER Edward Hetzel, Tu Wan’s Stone Catalogue of Cloudy Forest [1961], Warren, Floating World editions, 2005.

19 Ces aberrations du fluide vital sont très souvent mentionnées dans la littérature ancienne chinoise, voir SCHAFER Edward Hetzel, ibid., p. 3.

20 DELACOUR Catherine (dir.), Rochers de lettrés…, op. cit., p. 32.

21 Les Présocratiques, éd. Jean-Paul Dumont, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, p. 42. Pour un bref rappel de cette tradition qui place la matière au centre de la pensée ésotérique et alchimique, voir YOURCENAR Marguerite, « L’Homme qui aimait les pierres », discours prononcé le 22 janvier 1981, repris dans CAILLOIS Roger, Œuvres, éd. Dominique Rabourdin, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2008, p. 25.

22 Le lac Tai se trouve près de Shanghaï et Suzhou. Les jardins de lettrés prennent naissance sous les Song (960-1279) lorsque les lettrés se retirent dans leurs jardins et se consacrent aux arts. La bibliographie sur leur amour des pierres est très importante : voir COUËTOUX Sophie & BAUD-BERTHIER Gilles, Le Jardin du lettré. Synthèse des arts en Chine, cat. exp., Boulogne-Billancourt, musée Albert Kahn, 11 mai-17 octobre 2004, Paris/Boulogne, Les Éditions de l’Imprimeur/musée Albert-Kahn, 2004, ou encore ESCANDE Yolaine, Jardins de sagesse. En Chine et au Japon, Paris, Seuil, 2013 ou encore YOULIN Lin, Suyuan shipu [Catalogue des pierres du simple jardin], 1613, fac-similé, Yangzhou, 2006. L’article de Rolf Stein, « Jardins en miniature d’Extrême-Orient », Bulletin de l'École française d’Extrême-Orient, 1942, t. 42, p. 1-104, disponible en ligne: https://www.persee.fr/doc/befeo_0336-1519_1942_num_42_1_5492 [lien valide en décembre 2021] reste tout à fait pertinent.

23 L’attrait pour ce genre de pierres n’est pas spécifiquement chinois ; dans une lettre à Caillois de décembre 1975, Claude Lévi-Strauss lui indique : « Dans les forêts des confins Champagne-Bourgogne d’où je vous écris, il y a aussi des pierres perforées ; indignes certes de votre attention car ce sont de grossières masses calcaires, percées et repercées comme des éponges, et que les gens vont ramasser pour en orner leur jardin » (médiathèque de Vichy, fonds Caillois, cité dans CAILLOIS Roger, Œuvres, op. cit., p. 74).

24 Voir aussi le dialogue entre Su Shi (1037-1101) et un rocher dans « Éloge à un rocher grotesque (Yong guaishi) ». Voir YANG Xiaoshan, Metamorphosis of the private sphere: gardens and objects in Tang-Song Poetry, Cambridge, Harvard University Press, coll. « Harvard East Asian Monographs », 2003.

25 VERDIER Fabienne, Passagère du silence [2003], Paris, Librairie générale française, coll. « Le Livre de Poche », 2005, p. 254.

26 Voir DELACOUR Catherine (dir.), Rochers de lettrés…, op. cit., p. 39, et PARKES Graham, « La Pensée des Rochers – La Vie des Pierres. Réflexions sur une passion chinoise », Diogène, 2004/3, no 207, p. 95-111. Rappelons que la revue Diogène est fondée par R. Caillois en 1952.

27 KIRCHER Athanase, Mundus subterraneus […], quo […] universae denique naturae majestas et divitiae summa rerum varietate exponuntur, Amsterdam, Jansson, Weyerstraet, 1664-1665. Sur cette question des pierres à images, voir BALTRUSAITIS Jurgis, Aberrations. Quatre essais sur la légende des formes, Paris, O. Perrin, coll. « Jeu savant », 1957, en particulier le chapitre « Pierres imagées », p. 47-72.

28 Mundus subterraneus, XII.i.3, 330 cité par HIRAI Hiro, in « Interprétation chymique de la création et origine corpusculaire de la vie chez Athanasius Kircher », Annals of Science, 2007, vol. 64, n° 2, p. 217-234.

29 KIRCHER Athanase, China monumentis […] illustrata, Amsterdam, J. Jansson a Waesberge, E. Weyerstraet, 1667.

30 Voir BRINDEAU Véronique, Louange des mousses [2012], Arles, Philippe Picquier, 2018.

31 Voir PARKES Graham, « La Pensée des Rochers – La Vie des Pierres. Réflexions sur une passion chinoise », Diogène, 2004/3, no 207, p. 95-111.

32 Cité par HÉBERT-STEVENS François, « Retour aux sources de l’architecture moderne », in GLIBOTA Ante & EDELMANN Frédéric, Chicago. 150 ans d’architecture, 1833-1983, cat. exp., Paris, musée-galerie de la Seita, 1983, p. 86.

33 BROOKS Harold Allen & SCULLY Vincent, The Prairie School; Frank Lloyd Wright and his Midwest Contemporaries [1972], New York/Londres, W.W. Norton & Co, 2006, et KAUFMANN Edgar, An American Architecture. Frank Lloyd Wright [1955], San Francisco, Pomegranate, 2006.

34 VIOLLET-LE-DUC Eugène Emmanuel, Entretiens sur l’architecture [1863-1872], Bruxelles, Pierre Mardaga éditeur, 1977, t. II, douzième entretien : « Sur la construction des bâtiments », p. 53-54.

35 Voir THIESSE Anne-Marie, La Création des identités nationales, Europe xviiie-xixsiècle [1999], Paris, Seuil, coll. « Points. Histoire », 2001, passim.

36 BALZAC Honoré de, Béatrix [1839]. Œuvres complètes. Scènes de la vie privée, Paris, A. Houssiaux, 1855, t. III, p. 299.

37 TARQUIS Magda, « Du style “régional” dans l’architecture », La Bretagne touristique. Revue mensuelle illustrée des intérêts moraux, économiques et touristiques de Bretagne, n° 21, 1923, p. 288-290.

38 BAUDRILLARD Jean, Pour une critique de l’économie politique du signe, Paris, Gallimard, coll. « Les Essais », 1972, p. 8.

39 HOURTICQ Louis, La Pierre de France, Paris, A. Lahure, 1943.

40 Sur les nouveaux matériaux et les représentations qu’ils véhiculent, voir NÈGRE Valérie, L’Art et la matière. Les artisans, les architectes et la technique (1770-1830), Paris, Classiques Garnier, 2016, p. 153-154 et passim.

41 HOURTICQ Louis, « Causerie de M. Louis Hourticq », Art national construction, Association nationale des architectes anciens combattants, n° 18, février 1933, p. 2-4, p. 3 ici.

42 MAUCLAIR Camille, « La Bâtisse “Volapuk” », Art national construction, Association nationale des architectes anciens combattants, janvier 1934, p. 8-10.

43 BRECY René, « Pierre et ciment », L’Action française, n° 77, 31 mars 1944, p. 2.

44 ATTIA Kader (éd.), Les Racines poussent aussi dans le béton, cat. exp., 14 avril-16 septembre 2018, Vitry-sur-Seine, MacVal, commissaire Frank Lamy. Voir le catalogue sous la direction de Jean-Michel Diaz, 2018.

45 VITTORINI Rosalia, « Techniques constructives et langage architectonique : l’habillage pierre dans l’architecture italienne du xxsiècle », in CARVAIS Robert, GUILLERME André, NÈGRE Valérie & SAKAROVITCH Joël (dir.), Édifice & artifice. Histoires constructives, Paris, Picard, 2010, p. 549-557.

46 Milan ; Gio Ponti, Antonio Fornaroli, Eugenio Soncini, Milan, 1936-1938.

47 Cité par VITTORINI Rosalia , « Techniques constructives et langage architectonique : l’habillage pierre dans l’architecture italienne du xxsiècle », in CARVAIS Robert, GUILLERME André, NÈGRE Valérie & SAKAROVITCH Joël (dir.), Édifice & artifice. Histoires constructives, Paris, Picard, 2010, p. 553.

48 Voir JULIEN Pascal, Marbres. De carrières en palais : du Midi à Versailles, du sang des dieux à la gloire des rois, xvie-xviiisiècle, Manosque, Le Bec en l’air, 2006 et les travaux de MOUQUIN Sophie, dont « Entre curiosité et science : lithothèques et marmothèques au xviiisiècle », Studiolo, n° 9, décembre 2012, p. 75-97, sur les collections de pierre et surtout de marbres, et Versailles en ses marbres. Politique royale et marbriers du roi, Paris, Arthéna, 2018.

49 YOURCENAR Marguerite, art. cit., p. 21. Elle évoque la « fêlure » qui s’était faite chez lui comme chez elle.

50 GOURIO Anne, Chants de pierres, Grenoble, ELLUG, coll. « Ateliers de l’imaginaire », 2005, p. 12.

51 Ibid., p. 8.

52 POUILLON Fernand, Les Pierres sauvages, Paris, Seuil, 1964 : voir en particulier le dialogue entre Bernard et le narrateur, p. 86-90, et p. 195-196 où la pierre devient une puissance vivante et capricieuse.

53 GUILLEVIC Eugène, Art poétique [1989], Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 2001, p. 284.

54 DRURY Chris, Silence art espace, traduit de l’anglais par Magali Guénette, Paris, Catleya, 1998, p. 12.

55 AILLAUD Gilles, BAILLY Jean-Christophe, ZISCHLER Hanns & TSAÏ Gilberte, D’après nature. Encyclopédie de tous les animaux, y compris les minéraux, Paris, Bordas, 1988-2000, 4 tomes.

56 AILLAUD Gilles, BAILLY Jean-Christophe, ZISCHLER Hanns & TSAÏ Gilberte, D’après nature. Encyclopédie de tous les animaux, y compris les minéraux, Marseille, André Dimanche, 2010, p. 19.

57 Gilles Aillaud, Vivarium, 1975, huile sur toile, 195,3 x 170,5 cm, Musée Boijmans Van Beuningen, Rotterdam.

58 PONGE Francis, Le Parti pris des choses [1942], précédé de Douze petits écrits et suivi de Proêmes, Paris, Gallimard, coll. « Poésies », 1967, p. 101.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Drakospita (maison de dragons), nord de l’Eubée, Styra (Grèce), 2015.
Crédits © Klaus-Norbert, distr. Commons Wikimedia (sous la licence CC BY 3.0).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35145/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Figure 2
Légende Champ de pierres levées, Carnac (France), 2017.
Crédits © A. Magnien.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35145/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Titre Figure 3
Légende Jardin sec méridional regardant le hōjō (方丈), période Shōwa (1926-1989), Kansai, Kyoto, Tofuku-ji (Japon), 2006.
Crédits © T. Zimmer.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35145/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Figure 4
Légende Cité interdite, pierres du lac Tai, Pékin (Chine), 2015.
Crédits © A. Magnien.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35145/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Titre Figure 5
Légende Pierre dressée du lac Tai, Nanxung, province du Zhejiang (Chine), 2019.
Crédits © A. Magnien.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35145/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Figure 6
Légende Remonter le fleuve, Fabienne Verdier, acrylique et technique mixte sur toile, 252 x 183 cm, 2018.
Crédits © Fabienne Verdier / reproduction Inès Dieleman (Galerie Lelong & Co).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35145/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Figure 7
Légende « Pierres de rêve », auteur inconnu, s. d., ancienne collection part., Nanxung, province du Zhejiang (Chine).
Crédits Reproduction A. Magnien.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35145/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Figure 8
Légende Marshall Field’s Wholesale Store, auteur inconnu, s.d., architecte Henry Hobson Richardson (1885-1887, détruit), Chicago. Extrait de Chicago. 150 ans d’architecture, 1833-1983, Ante Glibota & Frédéric Edelmann, musée-galerie de la Seita, Paris, 1983, p. 19.
Crédits Reproduction Aline Magnien.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35145/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Titre Figure 9
Légende Taliesin 1 (détail), architecte Frank Llyod Wright (1911), Wisconsin (États-Unis), 2012.
Crédits © A. Magnien.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35145/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Figure 10
Légende Maison néo-bretonne, près de Brest (France), 2018.
Crédits © A. Magnien.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35145/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 11
Légende Fondation suisse, Le Corbusier (1933), Cité universitaire, Paris (France).
Crédits © Marius Gravot (Fondation Le Corbusier).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35145/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Figure 12
Légende Immeuble moderne, appareillage de fausse meulière, à Champs-sur-Marne (France), 2019.
Crédits © A. Magnien.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35145/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 13
Légende Sous-sol de l’Opéra Garnier, architecte Charles Garnier (1861-1875), Paris, 2019.
Crédits © A. Magnien.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35145/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Figure 14
Légende Vue d’ensemble de la Casa delle Armi, architecte Luigi Moretti (1933-1936), Rome (Italie), 2019.
Crédits © A. Magnien.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35145/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Figure 15
Légende Tête monumentale, Denis Monfleur, 2010, granit, Fondation Pierre de Coubertin, Saint-Rémy-lès-Chevreuse, 2012.
Crédits © A. Magnien.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35145/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aline Magnien, « Deucalion et les os de la mère »In Situ [En ligne], 47 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/35145 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.35145

Haut de page

Auteur

Aline Magnien

Directrice du Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search