Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47VariaDe Paul Abadie à Yves-Marie Froid...

Varia

De Paul Abadie à Yves-Marie Froidevaux

Des clochetons traditionnels au décor contemporain
From Paul Abadie to Yves-Marie Froidevaux. From traditional pinnacles to contemporary decor
Kerstin Wittmann-Englert
Traduction de Françoise Joly
Cet article est une traduction de :
Von Paul Abadie zu Yves-Marie Froidevaux [de]

Résumés

Le grand nombre de coupoles et de clochetons qui animent le paysage des toits de la cathédrale Saint-Front de Périgueux impressionne. Cette silhouette est due à l’architecte Paul Abadie qui a travaillé une trentaine d’années, de 1852 à 1883, sur la cathédrale. Cependant, ce n’est pas son action, mais celle des jeunes étudiantes et étudiants de l’Atelier pratique de l’École des Beaux-Arts, dans la seconde moitié du xxe siècle, qui est au centre du présent article. Nous avons pu retrouver quelques-uns de ces artistes – Jean-Claude Athané, Geneviève Bourdet et Philippe Scrive notamment –, qui avaient à l’époque œuvré à Périgueux. Cette histoire évoquant une courte phase de création artistique dans la conservation du patrimoine est étroitement liée à la personne de Yves-Marie Froidevaux. En tant qu’architecte en chef des monuments historiques, celui-ci est, à partir de 1939, responsable des bâtiments classés du département de la Dordogne et donc, entre autres, de Saint-Front de Périgueux, jusqu’à sa nomination au rang d’inspecteur général des monuments historiques en 1974. Cette brève incursion dans le contemporain peut désormais être admirée de près grâce aux passerelles aménagées au cours de l’été 2019 sur le toit qui conduisent jusqu’à deux des trois clochetons modernes auxquels est consacrée cette contribution.

Haut de page

Dédicace

Cette contribution est dédiée au sculpteur Jean-Claude Athané, décédé le 22 décembre 2020, qui nous avait mis sur la piste des étudiantes et étudiants ayant participé à la restauration.

Texte intégral

  • 1 Information communiquée par écrit à Kerstin Wittmann-Englert par Jean-Claude Athané le 6 février 20 (...)

1« Il fallait respecter les chapiteaux en tant que chapiteaux1 ». C’est ce qu’a fort justement pointé Jean-Claude Athané (†2020), l’un des étudiants de l’École des beaux-arts qui, au milieu des années 1950 et au début des années 1960, réalisèrent des chapiteaux, des frises et des couronnements pour les coupoles de la cathédrale Saint-Front de Périgueux dans le cadre de deux campagnes de restauration – une habile traduction des formes traditionnelles dans un langage et des motifs contemporains.

2Le toit de Saint-Front dessine une silhouette qui marque le paysage de la ville : de quelque côté que l’on s’en approche, ses coupoles font penser à des montagnes [fig. 1]. L’église, dont le plan est en forme de croix grecque, est surmontée de cinq coupoles, une au-dessus de chaque bras de la croix et une autre au-dessus de la croisée [fig. 2].

Figure 1

Figure 1

Vue des clochetons de la cathédrale Saint-Front de Périgueux du sud de la ville, 2019.

© Eckart Wittmann.

Figure 2

Figure 2

Schéma du positionnement des coupoles de la cathédrale Saint-Front de Périgueux, 1973.

© Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.

  • 2 Pour les mesures, voir le croquis manuscrit, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (MAP), (...)

3Chacune d’entre elles repose sur un tambour qui va se rétrécissant légèrement vers le haut ; elles sont plus ou moins semi-circulaires et surmontées d’un lanternon. Le toit comprend en outre douze clochetons en forme de tour dont la fonction rappelle celle des pinacles gothiques dans la mesure où, agissant comme des contrepoids sur les puissants piliers des coupoles, ils servent vraisemblablement à stabiliser leur poussée. Ces douze clochetons sont soutenus par des troncs de pyramides carrés et répondent dans leur structure aux lanternons des cinq coupoles. Seize minces fûts de colonne, chacun d’un diamètre de 22 cm et d’une hauteur de 130 cm, avec plinthe et base, chapiteau et abaque, supportent un entablement d’une bonne soixantaine de centimètres de hauteur2. Celui-ci comprend une architrave étroite, une zone de frise sans décor et une corniche présentant une frise ornementale. Le tout se termine par un dôme effilé dont le couronnement comporte différents motifs de pommes de pin, bourgeons fermés et flammes jaillissantes.

  • 3 Thierry Baritaud, ingénieur à l’Unité départementale de l’architecture et du patrimoine (DRAC Nouve (...)

4Ce sont trois de ces clochetons qui font l’objet de cette contribution. Ils datent de 1955-1956 et 1960-1961 et leur décor sculpté contemporain est passé largement inaperçu jusqu’ici3. Il vaut pourtant que l’on s’y attarde et, depuis juin 2019, un nouveau passage aménagé sur le toit permet d’observer de près deux de ces trois clochetons modernes.

5C’est sur la base de nos propres observations et photographies réalisées entre 2010 et 2019 ainsi que des documents d’archives de Paris et de Périgueux que nous avons pu consulter et, surtout, en nous appuyant sur les informations fournies par certains des sculpteurs impliqués dans la restauration que nous avons pu retrouver que nous retracerons ici l’histoire de ces clochetons.

Paul Abadie restaure

  • 4 Paul Abadie, architecte : 1812-1884, cat. exp., Paris, musée national des Monuments français, 4 nov (...)

6La silhouette actuelle de la cathédrale de Périgueux est essentiellement l’œuvre de l’architecte Paul Abadie (1812-1884). À partir de 1844, il est missionné par la commission des Monuments historiques pour étudier les édifices du sud-ouest de la France et, cinq ans plus tard, nommé inspecteur du comité des Édifices diocésains et architecte diocésain pour Angoulême, Périgueux et Cahors. Il travaille à la cathédrale de Périgueux pendant une bonne trentaine d’années, de 1852 à 1883. Abadie est d’abord relativement discret dans ses interventions mais, entre 1854 et 1879, il fait déposer les cinq coupoles ainsi que les piliers, pendentifs et arcs, qu’il fait remplacer par de nouvelles constructions4.

  • 5 VIOLLET-LE-DUC Eugène Emmanuel, « Restauration », dans Id., Dictionnaire raisonné de l’architecture (...)
  • 6 Pour les restaurations réalisées par Paul Abadie, voir WITTMANN-ENGLERT Kerstin, « Konstruiertes Mi (...)

7Cette cathédrale constitue un exemple typique de la politique de conservation des monuments dans la France du xixsiècle, qui se reflète dans la phrase fréquemment citée aujourd’hui de son représentant probablement le plus fameux, Viollet-le-Duc : « Restauration – Le mot et la chose sont modernes. Restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut ne jamais avoir existé à un moment donné5. » Une position qui pourrait bien avoir également marqué Paul Abadie, bien qu’il se distingue de Viollet-le-Duc sur un point important : le plus souvent, Abadie choisit des formes régionales comme modèles6.

  • 7 AUBERT Marcel, L’Art français à l’époque romane. Architecture et sculpture, Paris, A. Morancé, 1929 (...)
  • 8 Paul Abadie, architecte…, op. cit., p. 121.
  • 9 VIOLLET-LE-DUC Eugène-Emmanuel, Rapport sur l’église de St.-Front, Cathédrale de Périgueux, s. d., (...)

8Comme l’église à coupoles, le clocher remonte au xiisiècle. Selon l’historien de l’art français Marcel Aubert (1884-1962), la construction de Saint-Front, commencée en 1120, fut achevée au plus tard en 1173, année d’une translation d’ossements d’évêques importante pour l’église7. Le bâtiment fut classé au titre des monuments historiques en 1841 et un membre de la commission des Monuments historiques, Maximilien Lion, atteste dans un rapport du 10 août 1842 qu’à l’exception de quelques fissures au niveau de la corniche, l’édifice présente un assez bon état de conservation8. Ce constat incluait les coupoles que Lion avait pu examiner lors de son inspection des combles. À l’époque, les coupoles n’étaient pas visibles de l’extérieur, car elles étaient dissimulées par des toits en croupe flanqués de toits en appentis sur les bas-côtés. Dans un rapport non daté sur la cathédrale de Périgueux, Viollet-le-Duc préconise une silhouette à coupoles et souligne par ailleurs la « solidité inaltérable » de la cathédrale dont il conclut que la restauration n’entraînera pas des frais trop élevés9. Une conclusion erronée, comme il s’avérera par la suite.

9Dans ce qui suit, nous nous attacherons aux mesures prises dans les années 1950 et 1960 et donc aux strates ultérieures qui, il est vrai, sont indissociables de Paul Abadie. La restauration mise en œuvre par l’architecte, où l’on reconnaît également la signature de l’architecte du Sacré-Cœur à Paris, constitue le fondement de tout ce qui sera par la suite réalisé à Saint-Front.

Un héritage difficile ?

  • 10 Compte rendu de la séance du comité consultatif des Monuments historiques du 17 avril 1950, MAP, Fr (...)
  • 11 Jusqu’en 1852, l’administration des Beaux-Arts est placée sous la tutelle du ministère de l’Intérie (...)

10« Nous sommes maintenant esclaves de la restauration qui a été effectuée et il est difficile de la modifier », déclarait le comité consultatif des Monuments historiques en avril 195010. Yves-Marie Froidevaux (1907-1983) ne se voyait probablement pas comme l’esclave d’Abadie. À partir de 1939, il est en tant qu’architecte en chef des monuments historiques responsable des bâtiments classés du département de la Dordogne et donc, entre autres, de Saint-Front de Périgueux, jusqu’à sa nomination au rang d’inspecteur général des monuments historiques en 1974. L’avant-veille de Noël 1946, Froidevaux explique dans une lettre détaillée adressée au ministre de l’Éducation nationale11 son point de vue sur l’héritage d’Abadie :

  • 12 Courrier d’Yves-Marie Froidevaux du 23 janvier 1946, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/ (...)

Les historiens et les architectes peuvent regretter une restauration aussi radicale, sans doute, mais la question n’est plus là. St. Front nous est parvenu complètement repensé par un homme du xixs. [...] les polémiques suscitées par cette restauration ne sont pas même terminées, nous devons transmettre loyalement aux générations qui nous suivront cette œuvre d’un de nos proches anciens12.

  • 13 Rapport à la commission des Monuments historiques du 23 janvier 1947, MAP, Froidevaux, Périgueux, S (...)
  • 14 Rapport de l’architecte en chef des monuments historiques Charles-Henri Besnard, Restauration d’un (...)
  • 15 Lettre de Yves-Marie Froidevaux au directeur général des Beaux-Arts Louis Hautecœur, ministère de l (...)
  • 16 Voir sur ce point un court rapport du 17 septembre 1990 de Bernard Fonquernie, architecte en chef d (...)
  • 17 Rapport de l’inspecteur général des monuments historiques Henri Nodet du 31 décembre 1932, MAP, Dor (...)

11Même si le résultat de la restauration peut faire l’objet de critiques, il faut, selon Froidevaux, le respecter en tant que tel, car il fait partie de l’histoire du bâtiment. De plus, Froidevaux a souligné à plusieurs reprises que « le caractère et l’aspect de Saint-Front est devenu classique. Ils ont été popularisés par la photographie, l’affiche, les peintures. La silhouette si connue des touristes est chère aux Périgourdins13 ». Mais si la préservation du paysage des coupoles d’Abadie a donné lieu à diverses discussions, c’est sans doute dû entre autres au fait qu’il avait grandement besoin d’être restauré. Des nombreux rapports sur les mesures de restauration de la cathédrale de Périgueux conservés dans les archives de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine à Paris, il ressort clairement une chose : les matériaux utilisés pour la zone de la toiture – un calcaire de Chancelade pour les soubassements des clochetons, et une pierre de Périgueux – avaient leurs faiblesses. Dès les années 1930 et 1940, on rapportait l’urgente nécessité de travaux de restauration pour éviter la chute des clochetons14. La pierre manquait de solidité. De plus, elle était posée en délit, c’est-à-dire avec un lit vertical, contre son lit de carrière, ce qui limitait considérablement sa stabilité15. Nous connaissons la technique de la pose en délit pour les piliers des églises gothiques, c’est-à-dire dans des espaces intérieurs ; or la pierre des clochetons et des lanternons de la cathédrale de Périgueux est au contraire en permanence exposée aux intempéries – ce qui fait que ses couches extérieures se délitent en partie dans le sens de la longueur. Les documents d’archives comportent en outre de nombreuses indications concernant la mauvaise qualité de la pierre16. En bref, moins de cinquante ans après l’achèvement en 1883 des travaux de réaménagement conçus par Paul Abadie, la toiture de la cathédrale avait grand besoin d’être restaurée. Les décisions à prendre étaient, comme nous l’avons noté, indissociables de la valeur (de conservation) qu’au milieu du xxsiècle l’on pouvait accorder aux innovations radicales de Paul Abadie. Le débat portait aussi sur la question de savoir s’il fallait renoncer ou non aux lanternons et aux clochetons comme en témoigne, entre autres, une lettre dans laquelle l’architecte en chef de l’époque, Charles-Henri Besnard, avance l’idée de remplacer l’un des clochetons qui faisait office de cheminée par lequel s’échappait la fumée du chauffage de l’intérieur de la cathédrale par un simple chapeau de cheminée17.

  • 18 Lettre de Yves-Marie Froidevaux du 20 janvier 1940 avec réponse non datée du ministère de l’Instruc (...)
  • 19 Saint Front, Devis descriptif et estimatif. Travaux à exécuter en vue de Réparation des clochetons (...)
  • 20 Voir facture de Maxime Chiquet et lettre de Yves-Marie Froidevaux, toutes les deux du 11 octobre 19 (...)

12Même si Besnard avait à plusieurs reprises, dans les années 1930, mis en garde contre le danger de chute des tours, dans un premier temps rien ne bougea. Son successeur, Yves-Marie Froidevaux, n’oublia pas le problème et tenta de convaincre de remplacer les clochetons du côté nord, en particulièrement mauvais état. Certes, le ministère de l’Instruction publique accéda peu après à cette demande mais les mesures qui avaient été approuvées ne purent être exécutées, probablement en raison de la guerre18. À partir de 1946, les archives témoignent d’un intense échange sur les clochetons entre le ministère et les Monuments historiques. À la fin de 1946, Yves-Marie Froidevaux proposait une « réparation » globale des clochetons étalée sur plusieurs années. En 1949, le sculpteur Maxime Chiquet fut chargé de la restauration de trois d’entre eux [fig. 2, « B » et « E »], et ce « d’après le modèle existant19 », c’est-à-dire que les chapiteaux, frises et couronnements devaient correspondre dans leur forme à ceux du xixsiècle, et c’est ce qui fut fait [fig. 3]. Le choix se porta sur une pierre de Chauvigny (Vienne), beaucoup plus dure et plus solide20.

Figure 3

Figure 3

La cathédrale Saint-Front de Périgueux, coupole ouest (1950-1951) vue du sud-ouest, avec les chapiteaux de l’Atelier Chiquet, 2019.

© Eckart Wittmann.

  • 21 Rapport de Yves-Marie Froidevaux du 23 janvier 1947, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/ (...)

13Parmi les différentes approches de la question de la conservation des monuments discutées en France à la fin des années 1940, il y avait aussi l’idée de rétablir un état disparu depuis longtemps. À Saint-Front, la possibilité « de rétablir un état primitif21 » ne se présentait pas du fait du manque de documentation quant à l’état médiéval de la cathédrale. On restaura donc principalement d’après le modèle de Paul Abadie.

14Avec l’exception que constituent les trois clochetons de forme moderne datant du milieu des années 1950 et du début des années 1960 que nous avons mentionnés ci-dessus. Ils prouvent que sur une période de six ans à partir du milieu des années 1950, Froidevaux parvint à modifier et à moderniser l’édifice dans le détail avec une grande précaution.

Innover au lieu d’imiter

15Alors que la plupart des clochetons existant aujourd’hui, dont certains datent des années 1970 et 1990, suivent le modèle d’Abadie, trois d’entre eux présentent au contraire des parties sculptées dont les thèmes sont souvent contemporains, dans un langage formel de leur temps, tout en recourant aux formes de base de la sculpture médiévale.

16Sur le plan en coupe [fig. 2] des coupoles, ces clochetons sont indiqués par les lettres « F », « G » et « H ». Les deux premiers, « F » et « G », encadrent la coupole nord sur le côté nord [fig. 4 et 5], et le troisième, marqué « H », se situe au nord-ouest de la coupole ouest [fig. 6]. Tous les trois expriment une réflexion sur la sculpture de chapiteau médiévale, mais sans qu’il y ait imitation. Les deux clochetons situés au nord de la coupole nord datent de 1955-1956, celui de la coupole ouest de 1960-1961 – un intervalle de quelques années seulement, mais qui est néanmoins lisible dans l’exécution et les motifs ainsi que dans une créativité beaucoup plus libre.

Figure 4

Figure 4

Coupole nord, clocheton nord-est de la cathédrale Saint-Front de Périgueux, 2019.

© Eckart Wittmann.

Figure 5

Figure 5

Coupole nord, clocheton nord-ouest de la cathédrale Saint-Front de Périgueux, 2019.

© Eckart Wittmann.

Figure 6

Figure 6

Coupole ouest, clocheton nord-ouest, août 2019.

© Eckart Wittmann.

Réalisés par Jean-Claude Athané, les quatre chapiteaux de la moitié droite de la photo représentent respectivement un combat de boxe, le Tour de France, un couple d'amoureux et un violoncelliste (1960-1961).

17La « modernisation » des motifs traditionnels manifeste de la diversité et parfois même de l’humour. Par exemple, la frise qui court autour de la corniche du clocheton nord-ouest de la coupole nord – dans le décor des clochetons classiques, c’est généralement une frise de palmettes – montre un motif en rapport figurant des cygnes sur l’eau et des chevaux cabrés [fig. 7]. Motif qui rappelle les frises animalières des façades des églises romanes du xiisiècle, comme celle du portail sud de l’église Saint-Pierre d’Aulnay (Charente-Maritime) [fig. 8].

Figure 7

Figure 7

Coupole nord, clocheton nord-ouest de la cathédrale Saint-Front de Périgueux. Le chapiteau comportant des éléphants est une création du Canadien Philippe Scrive (né en 1927), août 2019.

© Eckart Wittmann.

Figure 8

Figure 8

Détail du portail sud de l’église Saint-Pierre d’Aulnay, xiisiècle, septembre 2007.

© Eckart Wittmann.

18Les chapiteaux de ce clocheton parlent un tout autre langage que ceux réalisés cinq ans plus tôt par le sculpteur Maxime Chiquet dans le style classique. Chiquet s’était limité à un feuillage traditionnel adhérant au corps du chapiteau [fig. 3]. Ses chapiteaux forment un relief plat dont seuls les angles, et encore, font saillie. D’un point de vue structurel, cette différenciation entre bas- et haut-relief vaut également pour les chapiteaux du clocheton moderne situé au nord-est de la coupole nord – à la différence près qu’il s’agit dans ce dernier cas de variations sur des animaux, des plantes et également des figures. Les têtes des animaux représentés remplacent les volutes d’angle, par exemple celles de dauphins tenant un ballon en équilibre entre eux, de serpents, de lions dansant et de chevaux ou bien encore les poings d’un singe. Le répertoire est vaste, l’adaptation au volume imposé est virtuose.

19Les deux clochetons du milieu des années 1950 se répondent quant à leur structure et leur motif. Sur leurs chapiteaux figurent des ours, des trompettes, des éléphants en équilibre sur des ballons et des personnages schématisés qui font penser à ceux de Keith Haring (1958-1990). Cependant, les intempéries ayant dégradé les surfaces, les structures internes ont souvent disparu.

  • 22 Voir CAZES Quitterie & SCELLÈS Maurice, Le Cloître de Moissac, Bordeaux, Sud-Ouest, 2001.

20Les trompettes sont saisissantes, non seulement en raison du motif lui-même, mais aussi par la manière inhabituelle dont le volume est articulé : les instruments semblent moins taillés directement dans la pierre qu’apposés au cœur du chapiteau. En outre, l’artiste, dont nous ignorons le nom, a renoncé à la symétrie de la surface qui, sur les autres chapiteaux, renvoie à la sculpture architecturale romane – il suffit de penser à la sculpture des chapiteaux du cloître de Moissac (Tarn-et-Garonne)22. Ici donc, c’est la sculpture du siècle au cours duquel la cathédrale a été édifiée qui a servi de source d’inspiration. Mais l’effet que les deux clochetons produisent de loin reste cependant proche du modèle du xixsiècle.

  • 23 Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 84e année, 1957, p. 96.
  • 24 Lettre de Max Sarradet, conservateur de la grotte de Lascaux, à Yves-Marie Froidevaux du 7 juin 195 (...)

21Toutefois, au moment de leur achèvement, les couronnes des deux clochetons nord furent tout à fait identifiées comme étant des éléments modernes qui ne trouvèrent d’ailleurs pas grâce aux yeux de tous, comme en témoigne la remarque du secrétaire général de la Société historique et archéologique du Périgord de l’époque, Géraud Lavergne. Dans une note publiée dans le Bulletin de la société, il se demande pourquoi, dans ces deux, cas les pommes de pin ont été remplacées par « des motifs sculptés parfaitement insolites et déplacés par rapport à la décoration générale de l’édifice » [fig. 9 et 10]23. Une question qu’il adressa d’ailleurs également au ministère de l’Éducation nationale, lequel la transmit à son tour à Froidevaux, dont aucune réponse n’est conservée dans les archives. Sur la lettre du ministère, cependant, on peut lire l’indication manuscrite : « pas de réponse convenable à faire24 », dont l’origine est vraisemblablement le bureau de Froidevaux. L’acrobate dressé sur les épaules, tenant un ballon en équilibre sur ses jambes croisées, est une création du Canadien Philippe Scrive (né en 1927), comme l’un des chapiteaux comportant des éléphants [fig. 7] ; quant aux chevaux de cirque, ils sont, d’après les souvenirs de Jean-Claude Athané, l’œuvre de l’artiste Jacques Bourdet.

Figure 9

Figure 9

Coupole nord, clocheton nord-est de la cathédrale Saint-Front de Périgueux vu depuis le nord-ouest, août 2019.

© Eckart Wittmann.

L’acrobate dressé sur les épaules, tenant un ballon en équilibre sur ses jambes croisées, est une création du Canadien Philippe Scrive (né en 1927), comme l’un des chapiteaux comportant des éléphants.

Figure 10

Figure 10

Chevaux de cirque probablement sculptés par Jacques Bourdet et figurant sur la coupole du clocheton nord vu du nord-ouest, août 2019.

© Eckart Wittmann.

22C’est en 1960-1961 que furent exécutées les parties sculptées du clocheton du début des années 1960 (« H »), qui présentent une iconographie très inhabituelle [fig. 10]. Les chapiteaux se distinguent clairement par leur thématique contemporaine et leur langage formel. Même si les surfaces latérales également travaillées semblent moins remarquables du fait de la densité de l’entrecolonnement, chaque chapiteau raconte une histoire différente, qui est saisie avec une grande virtuosité sur la face avant et sur les deux surfaces latérales. Nous y découvrons des métiers tels que maçon, tonnelier, paysan et forgeron, une femme et un prêtre dans un confessionnal, côtoyant un autre chapiteau montrant une femme en tenue plutôt légère accompagnée de deux hommes, ou bien encore des enseignants et des élèves.

  • 25 Information communiquée par écrit à Kerstin Wittmann-Englert par Jean-Claude Athané le 6 février 20 (...)

23Parmi les surprises de ce clocheton, citons un combat de pieds et de poings en guise de volutes, deux cyclistes du Tour de France, un couple d’amoureux de cinéma avec un projecteur et des bobines de film en guise de volutes ou encore un violoncelliste dont la tête vient remplacer la volute tandis que le manche du violoncelle souligne le centre. Le pendant de la tête du violoncelliste est une épaule qui – toujours à l’emplacement de la volute d’angle – appartient à un homme assis sur un tabouret et tourné vers l’arrière. La tête et l’épaule, utilisées comme pendants, figurent également sur le chapiteau orné des deux cyclistes. La plupart de ces chapiteaux, qui se distinguent nettement les uns des autres non seulement par le motif mais aussi par leur facture respective, livrent une traduction astucieuse et pleine d’humour de l’organisation classique des chapiteaux – tout à fait dans le sens du constat de Jean-Claude Athané que nous avons cité au début et qu’il a d’ailleurs complété de manière si pertinente par cette règle : « Respecter la structure des chapiteaux. Points forts sur les angles25. »

24Athané a participé au travail sur les trois clochetons. C’est lui qui est l’auteur des frises des deux premiers clochetons comportant des cygnes et des chevaux ainsi que des dromadaires et des serpents, des chapiteaux avec des singes et des ours ou des éléphants de cirque assis dos à dos formant élégamment des volutes avec leurs trompes [fig. 5]. La symétrie des motifs représentés à cet endroit est abandonnée dans le troisième clocheton où il réalise, entre autres, les trois chapiteaux montrant le Tour de France, les amoureux [fig. 11] et le violoncelliste.

Figure 11

Figure 11

Chapiteaux sculptés par Jean-Claude Athané (1960-1961) de la coupole du clocheton nord-ouest de la cathédrale Saint-Front de Périgueux, aoȗt 2019.

© Eckart Wittmann.

25Toutes témoignent de l’ingéniosité de l’étudiant en sculpture qu’il était alors dans sa manière de traiter la forme, contrainte obligée, du chapiteau. Mais Athané n’était pas le seul à travailler ainsi, comme le montrent les deux étudiants avec des parchemins [fig. 12] : des têtes expressives, des formes doucement arrondies et la dynamique des rouleaux de papier animent le corpus de ce chapiteau dont l’auteur est malheureusement inconnu.

Figure 12

Étudiants avec des parchemins (anonyme) de la coupole du clocheton nord-nord-ouest de la cathédrale Saint-Front de Périgueux, août 2019.

© Eckart Wittmann.

26Ce que l’on peut voir, ce sont donc des œuvres autonomes réalisées par de jeunes artistes imaginatifs qui ont été autorisés à exercer leur talent sur la cathédrale pour une mission sans doute plutôt inhabituelle – un motif libre, fruit d’une imagination parfois exubérante, mais toujours lié à la contrainte d’une forme de base donnée.

27Tous les artistes mentionnés ici ont en commun d’avoir fait leurs études dans les Ateliers pratiques de l’École des beaux-arts.

« L’Atelier pratique »

  • 26 Voir par exemple le rapport de Froidevaux du 26 novembre 1954, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Fron (...)
  • 27 Les listes de présence des élèves dans les ateliers sont conservées aux Archives nationales (Pierre (...)

28Et cela nous conduit à l’importante interrogation quant à l’auteur de ces œuvres. Certains noms ont déjà été mentionnés, ce que révèle une partie du résultat de nos recherches dans la mesure où ils n’apparaissent pas dans les documents rendant officiellement compte des restaurations. Toute mission était précédée d’un rapport de l’architecte en chef comportant une description de l’état des lieux, l’énoncé d’intention de toutes les mesures projetées ainsi que l’ébauche d’un programme pour leur réalisation. Pendant plusieurs années, Froidevaux se contenta de nommer les parties de la sculpture à réaliser : couronnes, chapiteaux et frises. Ce n’est que dans le cas de la rénovation des clochetons nord que le rapport comporte l’ajout suivant, révélateur : « Ce travail pourrait peut-être s’exécuter en utilisant les capacités de l’Atelier pratique de l’École des beaux-arts26. » Il faisait allusion aux classes de sculpture de l’École des beaux-arts. Au milieu des années 1950, trois à quatre professeurs, et au début des années 1960, quatre à six professeurs enseignaient chaque semaine à de petits groupes d’étudiants dont les noms étaient inscrits à la main dans des registres de présence27. L’un des professeurs était Georges Saupique (1889-1961), mentionné par Yves-Marie Froidevaux dans une lettre du 24 juillet 1957 adressée au conservateur des Monuments historiques – une lettre d’un intérêt particulier dans la mesure où elle semble être la seule preuve que Froidevaux ait sollicité la classe de Georges Saupique :

  • 28 Lettre de Froidevaux du 24 juillet 1957, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/12.

Ces premières expériences nous ont incités à faire appel à de jeunes artistes travaillant sous la direction du sculpteur SAUPIQUE, suivant les conseils d’ailleurs de l’Inspection générale (1953). Comme les sculpteurs du Moyen Âge, ceux-ci travaillent en taille directe, c’est-à-dire sans maquette et suivant un thème d’imagination, arbitrairement choisi, comme il était de règle dans les parties hautes des édifices, où les figures les plus diverses et les plus imprévues donnent cet aspect si savoureux à nos édifices anciens. La première réalisation sur les deux clochetons nord justifie pleinement cette façon de faire28.

29Ce qui est frappant, c’est qu’il fasse à plusieurs reprises dans cette lettre allusion au fait que les artistes travaillaient sans modèle, ce qui – intentionnellement ou pas – coupait court à toute discussion sur les motifs et sur le style. De cette façon, Froidevaux protégeait les dessins des étudiants des commentaires critiques, il leur permettait de travailler spontanément en leur accordant toutes les libertés dans leur conception. Mais l’absence de discussion préalable sur les sujets et sur l’exécution est sans doute l’une des raisons pour lesquelles cette sculpture contemporaine a été ignorée, voire dénigrée par les autorités.

  • 29 Geneviève Bourdet indiquait à Kerstin Wittmann-Englert dans un courrier électronique du 13 février (...)

30Les listes d’inscription des Ateliers pratiques nous ont conduite à Jean-Claude Athané, Philippe Scrive, Geneviève Bulloz (puis Bourdet) et Jacques Bourdet. Geneviève Bulloz (†2021) constitue une intéressante interface : bien qu’inscrite dans la classe de sculpture de Georges Saupique de la fin des années 1940 au milieu des années 1950, elle n’a pas participé au travail sur les trois clochetons modernes mais sur celui des clochetons « classiques » de l’Atelier Chiquet qui avait précédé dans le temps le travail sur les modernes. Geneviève Bulloz était la nièce de Froidevaux mais selon elle, ce n’est pas par son intermédiaire qu’il avait fait la connaissance de Georges Saupique29.

  • 30 Rapport de Froidevaux, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/12.

31Dans l’œuvre des artistes mentionnés et dans celle de Geneviève Bourdet, les clochetons de la cathédrale de Périgueux marquèrent le début de leur réflexion sur les monuments historiques. Philippe Scrive ainsi que Geneviève et Jacques Bourdet travaillèrent plus tard pour les cathédrales de Reims et de Chartres, mais cette fois selon un principe de reconstruction. Il nous semble donc d’autant plus important de réfléchir délibérément à la petite fenêtre temporelle de six ans –1955-1956 à 1960-1961 – que nous avons présentée ici, car elle manifeste une position spécifique dans le cadre de la conservation des monuments. Position qui, à Périgueux, est tout particulièrement liée à la personne d’Yves-Marie Froidevaux. Lorsque dans la première moitié des années 1970, il fallut de nouveau intervenir et remplacer la lanterne de la coupole est [fig. 2, « C »], Froidevaux nota dans le rapport y afférent du 3 octobre 1973 : « Ce travail pourrait être confié au sculpteur qui avait exécuté les derniers chapiteaux réalisés30. » Il faisait sans doute allusion au clocheton du début des années 1960, le dossier de Froidevaux au MAP ne faisant état d’aucune autre commande en matière de clochetons entre 1961 et 1973. On ne sait cependant pas exactement à qui Froidevaux pensait dans l’équipe de Saupique, qui par ailleurs était décédé en 1961. L’idée de Froidevaux resta lettre morte. Après son départ pour Paris en 1974, la restauration suivante eut lieu en 1975 et ce avec un décor plus traditionnel, donnant ainsi un coup d’arrêt à cette brève excursion dans le contemporain.

Conclusion

  • 31 SAUPIQUE Georges, « Quelques réflexions sur le problème de la sculpture dans la restauration », dan (...)

32Jusqu’en 2019, avant l’installation de la passerelle sur le toit, les trois clochetons présentés ici pouvaient facilement passer inaperçus. Pour le piéton, ils se trouvent à une distance telle que l’œil humain ne peut pas les voir sans instrument optique. L’architecte des monuments historiques Yves-Marie Froidevaux et le sculpteur Georges Saupique étaient manifestement tous les deux convaincus que l’époque contemporaine pouvait aussi s’inscrire dans les monuments d’importance historique. Dans une réflexion sur les problèmes de la sculpture en matière de restauration, Saupique constate que de nombreux exemples prouvent que chaque époque laisse sur les bâtiments l’empreinte de son propre style. Ayant vraisemblablement à l’esprit le xixsiècle et son adaptation des styles historiques antérieurs, il se demande pourquoi le xxsiècle a évité les interventions contemporaines dans les restaurations31. Saupique recommande l’intégration dans les chantiers de restauration de jeunes artistes de talent et surtout passionnés. À Périgueux, et notamment pour le troisième clocheton, les participants purent développer une thématique très profane, parfois même osée, sans rompre avec la forme chapiteau – souvenons-nous des volutes formées d’objets et de diverses parties du corps. Les artistes ont réussi à s’inscrire de manière convaincante, voire exceptionnelle, dans le patrimoine culturel – tout en le respectant mais en y apportant chacun une signature individuelle qui mérite d’être tirée de l’anonymat.

Haut de page

Notes

1 Information communiquée par écrit à Kerstin Wittmann-Englert par Jean-Claude Athané le 6 février 2020. Nous remercions son fils, Alexandre Athané, d’avoir bien voulu transmettre nos questions. Jean-Claude Athané nous a mis sur la piste de quelques-uns des étudiants qui avaient participé au travail sur les clochetons modernes. Cet article a été publié en allemand : « Von Abadie zu Froidevaux – Saint Front in Périgueux weitergebaut », in BOGNER Simone, BUTENSCHÖN Sylvia, ELZANOWSKI Jurek et al., Denkmalwelten und Erbediskurse. Für Gabi Dolff-Bonekämper, Berlin, Urbanophil, 2021, p. 207-221, disponible en ligne, https://urbanophil.net/verlag/denkmalwelten-und-erbediskurse/ [lien valide en mars 2022]. Toutes les photographies ont été prises par Eckart Wittmann, qui a attiré notre attention sur le sujet et a participé aux recherches.

2 Pour les mesures, voir le croquis manuscrit, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (MAP), Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/12. Nous remercions ici Jean-Charles Forgeret (MAP) qui nous a spontanément aidée dans la recherche des dossiers pertinents et nous a communiqué de nombreuses informations.

3 Thierry Baritaud, ingénieur à l’Unité départementale de l’architecture et du patrimoine (DRAC Nouvelle-Aquitaine), est l’auteur d’une brève présentation monographique dans la brochure Les Clochetons de la cathédrale de Saint-Front. Il y mentionne l’Atelier Maxime Chiquet comme auteur des sculptures modernes des clochetons, une attribution qui a pu être corrigée sur la base des archives et des informations transmises par les artistes qui avaient participé au travail de restauration.

4 Paul Abadie, architecte : 1812-1884, cat. exp., Paris, musée national des Monuments français, 4 novembre 1988-16 janvier 1989, Paris, Éditions de la RMN, 1988, p. 117, 122–123.

5 VIOLLET-LE-DUC Eugène Emmanuel, « Restauration », dans Id., Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvisiècle, Paris, B. Bance/A. Morel, 1854-1868, vol. 8, 1866, p. 14.

6 Pour les restaurations réalisées par Paul Abadie, voir WITTMANN-ENGLERT Kerstin, « Konstruiertes Mittelalter. Paul Abadie restauriert », INSITU, Zeitschrift für Architekturgeschichte, 3année, 2011, p. 87–104.

7 AUBERT Marcel, L’Art français à l’époque romane. Architecture et sculpture, Paris, A. Morancé, 1929-1950, vol. II, Poitou, Saintonge, Angoumois…, 1930, p. 13.

8 Paul Abadie, architecte…, op. cit., p. 121.

9 VIOLLET-LE-DUC Eugène-Emmanuel, Rapport sur l’église de St.-Front, Cathédrale de Périgueux, s. d., Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (MAP), Dordogne, Périgueux, St. Front : 81/24/C35.

10 Compte rendu de la séance du comité consultatif des Monuments historiques du 17 avril 1950, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/12.

11 Jusqu’en 1852, l’administration des Beaux-Arts est placée sous la tutelle du ministère de l’Intérieur, puis à partir de la IIIe République et jusqu’en 1959, du ministère de l’Instruction publique/Éducation nationale (NdÉ).

12 Courrier d’Yves-Marie Froidevaux du 23 janvier 1946, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/12.

13 Rapport à la commission des Monuments historiques du 23 janvier 1947, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/12.

14 Rapport de l’architecte en chef des monuments historiques Charles-Henri Besnard, Restauration d’un clocheton, 1er octobre 1930, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/12.

15 Lettre de Yves-Marie Froidevaux au directeur général des Beaux-Arts Louis Hautecœur, ministère de l’Instruction publique, du 20 janvier 1940 : « Les colonnettes soutenant ces lanternons, sont constituées d’une pierre très tendre et posée en délit. » (MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/12).

16 Voir sur ce point un court rapport du 17 septembre 1990 de Bernard Fonquernie, architecte en chef des monuments historiques, en charge de la Dordogne entre 1980 et 1992, au sujet d’une étude sur la maladie de la pierre.

17 Rapport de l’inspecteur général des monuments historiques Henri Nodet du 31 décembre 1932, MAP, Dordogne, Périgueux, St. Front : 81/24/C35.

18 Lettre de Yves-Marie Froidevaux du 20 janvier 1940 avec réponse non datée du ministère de l’Instruction publique, MAP, Froidevaux, St. Front, Périgueux : 80/36/12.

19 Saint Front, Devis descriptif et estimatif. Travaux à exécuter en vue de Réparation des clochetons des dômes, 28 décembre 1949, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/12.

20 Voir facture de Maxime Chiquet et lettre de Yves-Marie Froidevaux, toutes les deux du 11 octobre 1951, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/12.

21 Rapport de Yves-Marie Froidevaux du 23 janvier 1947, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/12.

22 Voir CAZES Quitterie & SCELLÈS Maurice, Le Cloître de Moissac, Bordeaux, Sud-Ouest, 2001.

23 Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 84e année, 1957, p. 96.

24 Lettre de Max Sarradet, conservateur de la grotte de Lascaux, à Yves-Marie Froidevaux du 7 juin 1957, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/12.

25 Information communiquée par écrit à Kerstin Wittmann-Englert par Jean-Claude Athané le 6 février 2020.

26 Voir par exemple le rapport de Froidevaux du 26 novembre 1954, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/12.

27 Les listes de présence des élèves dans les ateliers sont conservées aux Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine), AJ 52/559 et AJ 52/561.

28 Lettre de Froidevaux du 24 juillet 1957, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/12.

29 Geneviève Bourdet indiquait à Kerstin Wittmann-Englert dans un courrier électronique du 13 février 2020 : « Cela n’est pas par mon intermédiaire, mon oncle et M. Saupique ont convenu tous les deux de faire travailler les élèves de l’atelier Saupique afin de les habituer à travailler ensemble et concrètement sur un chantier. Mon mari [Jacques Bourdet] a été chargé pour ce projet de former un groupe dans l’atelier Georges Saupique et y a donc œuvré. »

30 Rapport de Froidevaux, MAP, Froidevaux, Périgueux, St. Front : 80/36/12.

31 SAUPIQUE Georges, « Quelques réflexions sur le problème de la sculpture dans la restauration », dans Congrès international des architectes et techniciens des monuments historiques, Paris, 6–11 mai 1957, Paris, Vincent, Fréal et Cie, 1960, p. 254–258, ici p. 254.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Vue des clochetons de la cathédrale Saint-Front de Périgueux du sud de la ville, 2019.
Crédits © Eckart Wittmann.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35310/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Figure 2
Légende Schéma du positionnement des coupoles de la cathédrale Saint-Front de Périgueux, 1973.
Crédits © Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35310/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Figure 3
Légende La cathédrale Saint-Front de Périgueux, coupole ouest (1950-1951) vue du sud-ouest, avec les chapiteaux de l’Atelier Chiquet, 2019.
Crédits © Eckart Wittmann.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35310/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 4
Crédits Coupole nord, clocheton nord-est de la cathédrale Saint-Front de Périgueux, 2019.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35310/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Figure 5
Légende Coupole nord, clocheton nord-ouest de la cathédrale Saint-Front de Périgueux, 2019.
Crédits © Eckart Wittmann.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35310/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Figure 6
Légende Coupole ouest, clocheton nord-ouest, août 2019.
Crédits © Eckart Wittmann.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35310/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Figure 7
Légende Coupole nord, clocheton nord-ouest de la cathédrale Saint-Front de Périgueux. Le chapiteau comportant des éléphants est une création du Canadien Philippe Scrive (né en 1927), août 2019.
Crédits © Eckart Wittmann.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35310/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 8
Légende Détail du portail sud de l’église Saint-Pierre d’Aulnay, xiisiècle, septembre 2007.
Crédits © Eckart Wittmann.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35310/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Figure 9
Légende Coupole nord, clocheton nord-est de la cathédrale Saint-Front de Périgueux vu depuis le nord-ouest, août 2019.
Crédits © Eckart Wittmann.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35310/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Figure 10
Légende Chevaux de cirque probablement sculptés par Jacques Bourdet et figurant sur la coupole du clocheton nord vu du nord-ouest, août 2019.
Crédits © Eckart Wittmann.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35310/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Figure 11
Légende Chapiteaux sculptés par Jean-Claude Athané (1960-1961) de la coupole du clocheton nord-ouest de la cathédrale Saint-Front de Périgueux, aoȗt 2019.
Crédits © Eckart Wittmann.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35310/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kerstin Wittmann-Englert, « De Paul Abadie à Yves-Marie Froidevaux »In Situ [En ligne], 47 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/35310 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.35310

Haut de page

Auteur

Kerstin Wittmann-Englert

Professeur à l’Université technique de Berlin

kerstin.wittmann-englert@tu-berlin.de

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search