Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Décor, mobilier et objetsLe « Goût de la Justice » : la po...

Décor, mobilier et objets

Le « Goût de la Justice » : la politique artistique de la Chancellerie (1800-1962)

Justice’s taste: the artistic policy of the Chancellery (1800-1962)
Thomas Deshayes

Résumés

Cet article pose la question de l’existence d’une politique artistique propre au ministère de la Justice. Le circuit de la commande ou de l’attribution d’œuvres fait intervenir de nombreux acteurs : administration des Beaux-Arts, architectes, gardes des Sceaux. Cette diversité n’est pas sans poser problème dans la mise en œuvre de cette politique. Malgré d’incontestables réussites esthétiques, la difficulté de définir et de conserver sur le long terme une iconographie de la Justice propre à l’action même de la Chancellerie est évidente. Au travers des œuvres encore présentes place Vendôme et celles qui sont désormais déposées dans d’autres lieux, c’est la question du « goût de la Justice » qui est soulevée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 PAU Clémence, « L’hôtel de Bourvallais, place Vendôme : symbole patrimonial du ministère de la Just (...)

1L’hôtel de Bourvallais, 13 place Vendôme à Paris, abrite la Chancellerie de France depuis le début du xviiisiècle. Clémence Pau en rappelle l’histoire et évoque son architecture1. L’ancienneté de cette implantation a contribué à la constitution, et au maintien dans les lieux, d’un important patrimoine artistique. Au cours des deux derniers siècles, l’hôtel a connu d’importants travaux qui ont transformé son aspect et enrichi son décor. Le ministère de la Justice a fait exécuter ou obtenu une série d’œuvres d’art dont certaines sont encore en place. La question qui se pose immédiatement est celle du choix des œuvres et des artistes. Quelle place les considérations politiques ou les orientations esthétiques y occupent-elles ? L’hôtel est à la fois le siège du ministère et le lieu de vie du ministre. Cette frontière mouvante entre espace privé et espace public n’est pas sans incidences : quels liens entre ces œuvres entretiennent-elles avec la fonction judiciaire ?

  • 2 KAHNWEILER Daniel-Henry, Mes galeries et mes peintres, entretiens avec Francis Crémieux [1961], Par (...)

2D’emblée, la diversité des thèmes et des techniques retenus interroge l’existence réelle d’une politique artistique à l’échelle du ministère. Comme le disait de manière sarcastique le marchand d’art Kahnweiler : « Pourquoi voulez-vous que l’État ait du goût ? L’État ne peut pas avoir de goût2. » C’est donc conscient de ces difficultés que nous devons nous interroger sur les spécificités éventuelles des œuvres d’art réalisées ou déposées à la Chancellerie et dans cette perspective, retourner la question de Kahnweiler pour se demander : quel est le goût du ministère de la Justice ?

Les mécanismes d’une politique complexe

3Tracer les contours d’une politique artistique propre au ministère de la Justice semble une gageure :

  • 3 ROULLIER Clothilde, « Les décors dans les administrations depuis 1945 : sources et acteurs », In Si (...)

Il n’y a pas de spécificité, du point de vue de l’action administrative, du décor dévolu à l’administration. Autrement dit, les procédures administratives qui permettent d’aboutir à l’installation d’un décor dans ou devant une administration ne sont pas spécifiques. […] Le corpus des décors dans les administrations est, de ce fait, difficile à établir, de même que les sources archivistiques qui l’accompagnent3.

  • 4 GORGEL Chantal, 1848, la République et l'art vivant, Paris, Fayard / Réunion des musées nationaux, (...)
  • 5 On citera en particulier, dans la série F21, les fonds des Travaux d’art (dossiers d’artistes et de (...)

4À la suite des travaux qui existent sur le sujet4, l’analyse des différents fonds d’archives conservés, en particulier ceux de la série F21 des Archives nationales5, permet néanmoins de tenter de définir cette politique aux rouages complexes.

Les acteurs de la politique artistique : les Beaux-Arts, l’architecte et le ministre

  • 6 ROULLIER Clothilde, « Des Travaux d’art à la Création artistique : histoire de l’administration déd (...)

5La première difficulté réside dans le caractère, a priori extérieur au ministère de la Justice, de cette politique qui dépend théoriquement de l’administration des Beaux-Arts6. La création d’un bureau des Beaux-Arts rattaché au ministère de l’Intérieur en l’an VIII (1800) marque la première étape de la structuration de cette administration. Rattaché successivement à divers ministères, le bureau change à plusieurs reprise d’appellation pour devenir à partir de 1882 le bureau des Travaux d’art au sein du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. Jusqu’en 1962, date de la fusion au sein du service de la Création artistique du nouveau ministère des Affaires culturelles, les Travaux d’art auront la charge des commandes et des acquisitions d’œuvres d’art comme de leur affectation au sein des différentes institutions. Il nous a donc semblé pertinent d’inscrire notre étude dans les limites chronologiques de l’action de ce bureau, afin de tenter de comprendre les spécificités de sa traduction à la Chancellerie. Le but premier de la politique des Beaux-Arts est de soutenir et encourager les artistes vivants. La prise en compte du lieu de destination n’est que secondaire. Ainsi, si la traduction en marbre de sa Muse exilée [fig. 1] est commandée à Jean-Baptiste Champeil (1866-1913) pour les jardins de la Chancellerie, c’est aussi, et peut-être surtout, pour lui procurer des secours :

  • 7 Lettre de Mme Geneviève Delcassé, épouse du ministre des Affaires étrangères, à Henry Roujon, direc (...)

M. Champeil a déjà éprouvé les faveurs de votre administration, qui a bien voulu lui commander, sous votre inspiration, une reproduction de sa « Muse exilée ». Ce jeune lauréat de Rome a toute une famille à soutenir et comme l’appétit vient en mangeant, il s’est dit que sa statue en marbre serait un stimulant bien autrement réconfortant pour les estomacs de ses vieux parents, que s’il l’exécutait en plâtre. Cette idée ne nous serait-elle pas venue si nous étions dans cette situation ? Alors comme nous ne tenons pas à nous y mettre, soyez bon, Monsieur, et tirez quelques deniers des caisses de l’État pour les donner à l’escarcelle de ce pauvre diable7.

Figure 1

Figure 1

Muse exilée, Jean-Baptiste Champeil, 1903, marbre, 210 x 152 x 70 cm, conservé par le Centre national des arts plastiques (n° inv. FNAC 1215), en dépôt dans les jardins du ministère de la Justice depuis 1909.

© Thomas Deshayes (MJ / SEM / DADP / Mission du patrimoine mobilier), 2020.

  • 8 Minute de note pour le chef de la division de l’Enseignement et des Travaux d’art, 13 septembre 190 (...)
  • 9 Dossier Delamarre, lettre du directeur général de l’Architecture à Robert Rey, directeur des Arts p (...)
  • 10 Lettre de M. Mariaud, architecte en chef, au sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, 22 juin 1909 (A (...)

6Si le bureau des Travaux d’art est un acteur central de cette politique, l’architecte joue également un rôle important mais inconfortable, placé entre les autres services dépendant des Beaux-Arts et ceux de la Justice. Attaché au ministère, il est l’interlocuteur direct du garde des Sceaux mais il rend également compte au conseil des Bâtiments civils et Palais nationaux. Le rôle des Bâtiments civils en ce qui concerne la question des œuvres reste néanmoins limité : « Le service des Bâtiments civils n’est, en effet, chargé, en ce qui concerne le ministère de la Justice que des travaux de grosses réparations8. » De plus, l’avis du Conseil reste consultatif et pas toujours préalable. Ainsi, en 1945, le Conseil émet « le vœu d’être consulté sur le principe des décorations sculpturales à effectuer dans un Bâtiment civil ou un Palais national, avant que la commande soit passée à un artiste déterminé9 ». L’avis de l’architecte, à la fois interne et externe au ministère, est donc d’importance. Sa connaissance des dispositions du bâtiment permet l’adaptation de la politique des Travaux d’art aux spécificités de la place Vendôme. Certains architectes choisissent ainsi directement les œuvres à destination de l’hôtel de Bourvallais. C’est le cas de l’architecte en chef Marcel Mariaud (1850-après 1920), qui sélectionne à la Manufacture de Sèvres le modèle de vases « pouvant le mieux convenir à la décoration du perron de façade sur jardin de Monsieur le garde des Sceaux10 ». Son choix se porte sur les vases dits « des quatre saisons », 2grandeur, en grès cérame [fig. 2]. À partir des années 1930, l’architecte en chef Paul Tournon (1881-1964) joue un rôle majeur dans les orientations artistiques des multiples commandes passées dans les années 1940-1950.

Figure 2

Figure 2

Vase dit « des quatre saisons », manufacture de Sèvres, vers 1909, grès cérame installé dans les jardins du ministère de la Justice.

© Thomas Deshayes (MJ / SEM / DADP / Mission du patrimoine mobilier), 2020.

  • 11 Pierre-Denis de Peyronnet (1778-1854), garde des Sceaux, ministre de la Justice (14 décembre 1821 – (...)
  • 12 Le Moniteur universel et La Gazette de France, dans leurs éditions datées de ce jour, attribuent ce (...)
  • 13 BERGERET Pierre-Nolasque, Lettre d’un artiste sur l’état des arts en France, considérés sous les ra (...)
  • 14 ALLARD Sébastien, Le Louvre à l’époque romantique : les décors du palais, 1815-1835, Lyon / Paris, (...)

7Il ne faut cependant pas croire que le ministère de la Justice – et en particulier le garde des Sceaux – assiste en simple spectateur à une politique décidée ailleurs. Selon les époques, il joue même un rôle de premier ordre dans les choix décoratifs de la Chancellerie. Vers 1822-1823, le comte de Peyronnet11 demande ainsi directement au peintre Pierre-Nolasque Bergeret (1782-1863) la réalisation d’un ensemble de quatre toiles représentant des chanceliers ou gardes des Sceaux célèbres de l’Ancien Régime : Michel de L’Hospital, Mathieu Molé, Pierre Séguier et Henri-François d’Aguesseau [fig. 3]. Cette commande vaut à l’artiste le titre de « peintre de la Chancellerie ». Nommé par le roi le 13 janvier 182412, il doit abandonner ce titre quelques jours plus tard, suite à une brouille avec Peyronnet : « J’avais, pendant plus de deux ans, exercé les fonctions de peintre de la Chancellerie, et […] je le fus en titre de six à huit jours13. » Ce titre, même éphémère et unique, montre l’importance accordée par Peyronnet à l’animation d’une politique artistique propre à la Chancellerie. En ce début de siècle et vis-à-vis d’une administration beaucoup plus récente que lui, le ministère de la Justice semble donc jouir d’une grande autonomie. Cela tient également à la forte personnalité du comte de Peyronnet qui n’hésite pas à s’investir dans les choix esthétiques hors de la Chancellerie. Ainsi, à l’occasion du chantier décoratif des nouvelles salles du Conseil d’État au Louvre, le garde des Sceaux approuve lui-même le choix de sujets retenus en forçant la main à son confrère des Beaux-Arts14.

Figure 3

Figure 3

Le salon du Sceau (actuel bureau du Directeur de cabinet) à l’hôtel de Bourvallais avec les toiles de Pierre-Nolasque Bergeret (1782-1863).

© Joachim Bertrand (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication), 2018.

  • 15 D’ANTIN, « Notes Parisiennes », La Liberté, 16 octobre 1910, 45e année, n° 16209, p. 1.
  • 16 Minute de lettre du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts à Louis Barthou, ministre (...)
  • 17 Les nombreuses notes du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts au directeur des Beaux (...)

8L’importance du ministre dans la prise de décision doit néanmoins être tempérée par la grande instabilité gouvernementale particulièrement sensible sous la Troisième et la Quatrième République. Lorsqu’un ministre ne reste en fonction que quelques mois, voire quelques semaines, il ne peut raisonnablement pas s’investir dans de grands programmes décoratifs dont la réalisation s’étale sur plusieurs années. Ainsi, des revirements de situation, des atermoiements dans la prise de décision peuvent sans doute s’expliquer par les fréquents changements de titulaires du portefeuille de la Justice, comme le relève avec ironie un journaliste : « La carrière de nos gardes des Sceaux est généralement un beau sujet pour un peintre qui aime les couleurs changeantes15. » Malgré tout, certains ministres continuent à s’intéresser aux œuvres commandées, après leur départ. En 1921, Louis Barthou se fait l’intermédiaire de la veuve de Gaston La Touche auprès de l’administration des Beaux-Arts concernant le règlement du solde de sa commande d’un ensemble de toiles destiné à l’antichambre des salons d’apparat de la Chancellerie16. Barthou, alors ministre de la Guerre, connaît bien le dossier pour l’avoir initié comme garde des Sceaux, ministre de la Justice (24 juillet 1909-2 novembre 1910, 21 janvier 1913-22 mars 1913) puis accompagné comme Président du Conseil, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (22 mars 1913-9 décembre 1913) ! Grâce à son active médiation, une solution avantageuse est trouvée17. Louis Barthou, plus jeune ministre de la Troisième République, est aussi un homme de lettres, historien, académicien, grand bibliophile, collectionneur et donateur des musées. Il joue donc un rôle éminent dans la politique artistique du ministère de la Justice, rôle qui mériterait de plus amples recherches.

Comment se traduit cette politique ?

  • 18 GUIOCHON Xavier-Philippe & BETTINELLI Philippe, « La politique de l’État en matière de décor de bât (...)

L’État a mené une politique de décoration des lieux de pouvoirs qui repose largement sur un double système de dépôts d’œuvres – achetées directement auprès des artistes ou sur le marché de l’art – et de commandes publiques in situ. […] Que l’État donne-t-il à voir de lui-même par le biais de cette activité décoratrice ?18.

9Si la Chancellerie n’hésite pas à recourir à la commande artistique, la montée en puissance de l’administration des Beaux-Arts comme la diminution de ses crédits en faveur des arts contribuent au développement de la pratique du dépôt. C’est un moyen efficace pour le ministère de décorer l’hôtel sans engager son propre budget, comme le rappelle le directeur de cabinet du garde des Sceaux en 1905 :

  • 19 Lettre du directeur de cabinet du garde des Sceaux au ministre de l’Instruction publique et des Bea (...)

Les bureaux du ministère de la Justice sont dépourvus de tous ornements artistiques et l’insuffisance de mes crédits ne nous permet pas de remédier à cet état de chose. J’ai donc l’honneur de faire appel à votre bienveillant concours en vous priant de bien vouloir disposer d’un certain nombre de gravures en faveur de ma Chancellerie19.

  • 20 Lettre du directeur de cabinet du garde des Sceaux au sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, 4 mai (...)
  • 21 RÉAU Louis, « L’exotisme russe dans l’œuvre de J.B Le Prince », Gazette des beaux-arts, 5e période, (...)

10Le ministère dispose également d’un fonds d’œuvres en propre mais la distinction entre ses collections et les œuvres confiées par les Beaux-Arts est parfois difficile à faire. Ainsi, en 1879, le directeur de cabinet du garde des Sceaux interroge le sous-secrétariat d’État : « J’ai dans ma chambre à coucher à la Chancellerie, un Leprince qui se détériore. Cette toile appartient-elle au ministère de la Justice, ou est-elle simplement un prêt fait par les Beaux-Arts ? Je n’en sais rien […]. Si donc je n’en suis que dépositaire l’entretien de cette toile vous concerne20. » La toile en question [fig. 4], Un Baptême russe, le morceau de réception de Jean-Baptiste Leprince (1734-1781) à l’Académie en 1765, avait probablement été attribuée au ministère durant la Révolution. En 1921, Louis Réau, dans la Gazette des beaux-arts, s’émeut que le tableau soit encore « au ministère de la Justice où il est […] aujourd’hui relégué dans un couloir obscur à l’abri de toutes les curiosités21 » et appelle alors de ses vœux son transfert au Louvre où l’œuvre est actuellement conservée (inv. 7331).

Figure 4

Figure 4

Un Baptême russe, Jean-Baptiste Le Prince, 1765, morceau de réception à l’Académie, 73 x 92 cm, huile sur toile conservée au musée du Louvre, département des Peintures (n°°inv. 7331).

Reproduction Tony Querrec (RMN-Grand Palais).

11La multiplicité des intervenants, couplée à l’absence manifeste de concertation générale, est source de difficultés, voire d’erreurs dans les orientations décoratives retenues. À ce titre, l’exemple de la commande de Gaston La Touche (1854-1913) [fig. 5] est emblématique.

Figure 5

Figure 5

Le Poète (340 x 325 cm), Le Peintre (337 x 323 cm), Le Sculpteur (337 x 321 cm) et Le Musicien (340 x 155 cm), Gaston La Touche (1854-1913), ensemble décoratif pour l’antichambre du ministère de la Justice, huile sur toile conservée au musée d’Orsay, déposée au Sénat (n° inv. LUX 1154,1155,1156,1157).

Reproduction Hervé Lewandowski (RMN-Grand Palais).

  • 22 Note du chef de la division de l’Enseignement et des Travaux d’art au sous-secrétaire d’État aux Be (...)
  • 23 Les quatre panneaux sont finalement attribués en 1896 à l’hôtel de ville de Saint-Cloud (Hauts-de-S (...)
  • 24 Paris, musée d’Orsay, N° Inv. LUX 1156 bis [lien valide en juillet 2022].
  • 25 Ces panneaux ont été déposés en 1937 au musée des Beaux-Arts de Marseille, Inv. FNAC 2150, 2151, 21 (...)
  • 26 La commande comprenait également deux dessus-de-porte en grisaille : L’Architecture et L’Art des ja (...)
  • 27 Cette antichambre n’existe plus, ayant été divisée en deux bureaux. Le parcellaire contraint de la (...)

12Le 26 juin 1909, celui qu’on surnomme le « Watteau du xixsiècle » se voit confier la réalisation de « la décoration picturale de l’antichambre du grand appartement du ministère de la Justice22 ». C’est alors un artiste installé et sa renommée lui a déjà valu plusieurs commandes de l’État. Dès 1895, il peint une décoration sur le thème des quatre saisons pour la salle du Conseil du ministère du Commerce 23. En 1906, il réalise une très grande toile, intitulée Fête de nuit, pour le palais de l’Élysée24. En 1907, c’est pour le salon ovale du ministère de l’Agriculture que l’artiste reçoit la commande de quatre panneaux : Le Désir de plaire, La Bonté d’âme, La Tendresse du cœur et L’Amour maternel25. On retrouve dans la commande pour la place Vendôme le style plein de poésie de l’artiste, sa palette lumineuse et chaude où dominent les tons dorés, automnaux, ainsi que son goût pour l’univers aquatique et les effets de miroitements qu’il induit. L’ensemble donne à l’œuvre de Gaston La Touche un sentiment mélancolique et gracieux qui a fait son succès. Pour le ministère de la Justice, l’artiste fait le choix d’un cycle sur le thème des Arts. Les grands panneaux représentent ainsi le poète, le sculpteur et le peintre sous les traits de l’artiste. Le panneau d’entre-fenêtre, plus étroit, représente quant à lui le musicien26. Ses travaux, achevés dès 1910, sont présentés au Salon de la Société nationale des beaux-arts (n° 746 à 749) la même année et remportent un certain succès critique. L’ensemble doit prendre place dans l’une des deux antichambres de la Chancellerie : celle donnant accès aux salons sur le jardin27. Malheureusement, l’opération est plus complexe que prévu et les très grandes dimensions des panneaux réalisés ne permettent pas leur mise en place à la Chancellerie en 1913 :

  • 28 Lettre de Gaston La Touche, 11 février 1913 (AN, F21 4231, dossier 49).

Les travaux décoratifs que j’ai exécutés pour le Ministère de la Justice auraient été transportés place Vendôme, tous montés sur leur châssis, de sorte que malgré tous les efforts d’un personnel incompétent quoique zélé, il aurait été impossible de faire passer, par les portes ou les fenêtres, ma décoration. J’ai connu autrefois un brave homme qui était convaincu que l’on avait construit le Louvre autour des Noces de Cana, serait-il par hasard devenu un de vos ministres ? […] J’ai oublié de vous dire que la décoration fut renvoyée par les services de la place Vendôme et remportée par les vôtres… Que voulez-vous qu’ils fissent ?28

  • 29 Lettre de M. Mariaud au sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, 11 avril 1910 (AN, F21 6092, dossier (...)
  • 30 Comité consultatif des Bâtiments civils et Palais nationaux, extrait du procès-verbal de la séance (...)
  • 31 Lettre du garde des Sceaux au sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, 19 septembre 1913 (AN, F21 423 (...)

13À qui la faute ? Dès le printemps 1910, l’architecte en chef Mariaud avait pourtant alerté les Beaux-Arts : « La conception de cette décoration pour cette pièce d’antichambre implique une transformation complète, des modifications aux menuiseries et des dispositions nouvelles pour encadrer ces peintures29. » Le conseil des Bâtiments civils et des Palais nationaux, dans sa séance du 13 octobre 1910, observe amèrement « qu’il est regrettable que le service des Bâtiments civils n’ait été prévenu de cette commande qu’après son exécution30 ». La commande a donc été passée par le bureau des Travaux d’art sans tenir compte des caractéristiques techniques du lieu de destination. Lorsque l’artiste décède, le 12 juillet 1913, un seul panneau a pu être installé « provisoirement pour être agréable à ce peintre », comme le précise le service intérieur du ministère de la Justice : « On avait surtout acquiescé pour convaincre l’artiste que les dimensions de cette toile ne permettaient pas son installation dans les locaux du ministère31. » Après de nombreux atermoiements, les panneaux sont finalement attribués par arrêté du 16 juillet 1914 au musée du Luxembourg. Le 1er septembre 1920, ils sont installés définitivement dans le palais du Luxembourg mitoyen, siège du Sénat. Au-delà des différends entre acteurs qu’elles traduisent, les peintures de Gaston La Touche posent clairement la question de la prise en compte du lieu de destination dans la pratique des commandes. Plus qu’une question de dimensions, n’est-ce pas plutôt le peu de rapport entre le cycle de La Touche et le monde judiciaire qui a posé problème ?

  • 32 SEGARD Achille, Peintres d'aujourd’hui. Les décorateurs, Paris, Librairie Paul Ollendorff, 1914, vo (...)

Le garde des Sceaux aurait-il désiré que les sujets représentés dans cette antichambre eussent quelque rapport avec l’administration de la Justice ? Il se peut. […] Mais peut-être en choisissant ces sujets, M. Gaston La Touche avait-il volontairement fait abstraction de la destination générale du ministère de la Justice. On peut croire qu’ils eussent été mieux en harmonie avec la destination du palais de la direction des Beaux-Arts. Peut-être aussi […] n’a-t-il pas suffisamment pris conseil des dimensions relativement restreintes de l’antichambre qu’il était chargé de décorer. Si ces peintures étaient marouflées dans la pièce relativement petite pour laquelle elles ont été faites, peut-être, en effet, y aurait-il entre elles et les dimensions générales quelque désaccord. […] Un désaccord de même nature s’est manifesté entre les pouvoirs publics et l’artiste au sujet du grand panneau décoratif que M. Henry Marcel [alors directeur des Musées nationaux] avait commandé à M. Gaston La Touche pour l’un des salons du palais de l’Élysée. Le sujet n’a pas paru en accord avec la destination32.

Le choix des œuvres

14En effet, au-delà des intervenants et de circuits administratifs, la question des sujets retenus et de leur adéquation aux lieux permet de juger de la pertinence de la notion de politique artistique de la Chancellerie.

Quelle place pour la Justice ?

  • 33 BERGERET Pierre-Nolasque, Lettre d’un artiste sur l’état des arts en France, considérés sous les ra (...)

J’eus le temps d’examiner les appartements de la Chancellerie ; il faut dire que les salons étaient vieux, enfumés, décorés de vieilles tapisseries des Gobelins […]. Pendant mes visites, je fis remarquer à M. Dutroïul, secrétaire particulier du ministre, que ces appartements n’avaient aucune décoration qui rappelât les fonctions d’un garde des Sceaux ; il me demanda quel serait mon avis pour arranger le logement convenablement à un ministre de la Justice33.

15L’un des éléments les plus frappants des décors de la Chancellerie est le peu – voire l’absence – de liens qu’ils entretiennent avec l’univers judiciaire. À plusieurs reprises pourtant, des œuvres ayant pour thème la Justice sont commandées, ou obtenues, montrant la volonté du ministère d’adapter pleinement l’hôtel à sa fonction.

  • 34 Ce salon, au rez-de-chaussée sur jardin, donne accès à la bibliothèque de la Chancellerie (actuel b (...)
  • 35 Sur ce sujet, voir notamment GAEHTGENS Thomas & WEDEKIND Gregor (dir.), Le Culte des grands hommes, (...)

16C’est le cas des quatre grands portraits de chanceliers, déjà mentionnés, du peintre Bergeret. Les œuvres sont conçues pour prendre place dans le Salon vert (actuel salon des Oiseaux), au premier étage, au centre de l’enfilade des salons d’apparat donnant sur le jardin, ce qui témoigne de l’importance accordée à ce cycle. À l’occasion de la refonte totale du décor de ce salon sous le Second Empire, les peintures sont déplacées et installées dans le salon du Sceau (actuel bureau du directeur de cabinet34). Ce nouvel espace ne permettant pas d’accrocher les quatre toiles, le portrait du chancelier Séguier est déposé aux archives, alors situées dans les combles de l’hôtel, et n’est malheureusement plus localisé depuis. Cette commande montre que la construction d’une iconographie propre à la Justice passe, en cette première moitié du xixsiècle, par une célébration des grands hommes35. Les quatre chanceliers ou gardes des Sceaux retenus, L’Hospital, Molé, Séguier et d’Aguesseau sont des figures consensuelles. Trois d’entre eux – L’Hospital, Molé et d’Aguesseau – avait déjà été retenus par le comte d’Angiviller, à la fin du xviiisiècle, pour figurer au sein de la série dite des « Hommes illustres de la France ». La présence du portrait de d’Aguesseau s’explique d’autant plus, place Vendôme, qu’il fut le premier chancelier à habiter l’hôtel. La Restauration encourage le recours aux grandes figures historiques afin de légitimer son pouvoir. Ces tableaux permettent ainsi de retisser le fil de l’Histoire et de faire du garde des Sceaux en place le successeur direct du chancelier de l’ancienne monarchie.

17La mode de l’historicisme explique également ce choix, comme en témoigne la méthode de travail de Bergeret. Pour être au plus près de cette vérité historique recherchée, le peintre prend contact avec les descendants des chanceliers afin de travailler d’après les portraits d’époque. Le goût historiciste n’empêche pas d’ailleurs une certaine liberté d’invention. Au contraire, le caractère pittoresque des scènes est mis en avant, ce qui entraîne quelques divergences de vues entre Bergeret et certains descendants,

notamment au sujet d’une correction qu’il fallut faire au portrait du chancelier d’Aguesseau. Quand M. le marquis de ce nom vit le tableau de son aïeul, dans lequel j’avais introduit au fond de la composition, pour y jeter du pittoresque, l’aspect d’un château avec un jet d’eau, il se récria comme si j’avais commis une inconvenance des plus graves, en disant qu’à Fresnes, terre de sa famille, il n’y en avait point.

18Le peintre, sur l’insistance de Mme de La Villéon, fille du comte de Peyronnet, s’exécute : la fontaine a disparu du tableau final [fig. 6].

Figure 6

Figure 6

Le Chancelier d’Aguesseau, Pierre-Nolasque Bergeret, vers 1823, conservé à l’hôtel de Bourvallais (n° inv. MJ 1123) dans le salon du Sceau (actuel bureau du Directeur de cabinet).

Reproduction Joachim Bertrand (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication), 2018.

  • 36 ,Minute des lettres envoyés par le ministre de la Justice aux descendants des ministres à portraitu (...)

19Ce mouvement historiciste culmine avec le règne de Louis-Philippe qui fait de l’histoire un instrument de sa politique de réconciliation nationale. C’est dans ce contexte que s’inscrit pleinement le garde des Sceaux Nicolas Martin du Nord (1790-1847) lorsqu’il décide « de faire placer dans les salons de la Chancellerie, les portraits de plusieurs ministres de la Justice et des Cultes qui ont exercé leurs fonctions depuis 178936 » [fig. 7]. Les ministres des différents régimes politiques qui se sont succédé en France depuis la Révolution sont donc convoqués dans une volonté d’amnistie manifeste. Celle-ci n’est cependant que partielle et quelques ministres ne sont pas représentés, au premier rang desquels le comte de Peyronnet, mis en accusation par le nouveau régime. Les portraits des gardes des Sceaux retenus sont commandés à deux artistes en vogue. Abel de Pujol (1785-1861) réalise les portraits de Merlin de Douai, Barbé-Marbois, Courvoisier et de Portalis père. Louis-Henri de Rudder (1807-1881) est, lui, chargé d’exécuter les portraits de Cambacérès, du duc de Massa, de Serre et de Bigot de Préameneu. Cambacérès [fig. 8], Portalis et Bigot de Préameneu ont contribué à la rédaction du Code civil, ce qui renforce l’intérêt de leur représentation à la Chancellerie. Les peintures sont intégrées, comme dessus de portes, dans un des salons les plus prestigieux des appartements d’apparat, au premier étage sur jardin. En effet, l’ancien Grand Salon ou Salon doré du chancelier d’Aguesseau est le seul à avoir conservé un très beau décor Régence, datant des premières années de l’hôtel. Il porte aujourd’hui le nom de salon des Portraits.

Figure 7

Figure 7

Le salon des portraits de l’hôtel de Bourvallais (Paris), 2017.

© Joachim Bertrand (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication).

Figure 8

Figure 8

Jean Jacques Régis de Cambacérès, Louis Henri de Rudder, 1846-1847, huile sur toile conservée au Centre national des arts plastiques (n° inv. FNAC PFH-5726), en dépôt au salon des portraits de l’hôtel de Bourvallais depuis 1848.

Reproduction Joachim Bertrand (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication), 2017.

  • 37 Lettre de Paul Léon, directeur général des Beaux-Arts à Paul Reynaud, garde des Sceaux, ministre de (...)

20Avatar tardif de ce goût, en mars 1932, Paul Reynaud, alors garde des Sceaux, demande pour son cabinet de travail un portrait de magistrat. La direction des Beaux-Arts, en liaison avec celle des Musées nationaux, met à sa disposition un portrait de Guillaume du Vair, garde des Sceaux de Louis XIII, copie d’après Pourbus de Théodore Chassériau (1819-1856) provenant des collections de Versailles37 [fig. 9].

Figure 9

Figure 9

Guillaume du Vair, garde des Sceaux, Théodore Chassériau (1819-1856) d'après Frans Pourbus le Jeune, 1837, 86 x 57 cm, huile sur toile conservée au Château de Versailles (n° inv. MV 3394), déposée de 1932 à 1954 au ministère de la Justice.

Reproduction Hervé Lewandowski (RMN-Grand Palais).

  • 38 AN, O2 877, cité par FENAILLE Maurice, État général des tapisseries de la manufacture des Gobelins (...)
  • 39 Il s’agit d’une pièce de la 6e tenture de l’Ancien Testament tissée dans l’atelier de basse-lisse d (...)
  • 40 La pièce passe alors pour avoir été offerte à la Chancellerie par Louis XVIII et confiée aux tapiss (...)
  • 41 MARCHAL Pierre-François, « Discours devant la Chambre des députés, séance du 4 mai 1829 », Le Monit (...)

21Afin de mettre au cœur de son décor le thème de la Justice, le ministère sollicite donc un certain nombre de dépôts d’œuvres d’art. Le 3 vendémiaire an XII (26 septembre 1803), le duc de Massa, Grand Juge, ministre de la Justice, demande au ministre de l’Intérieur, dont dépendent alors les manufactures, de mettre à sa disposition pour l’hôtel de Bourvallais une tapisserie représentant le Jugement de Salomon38. La tapisserie a toujours occupé une place importante dans le décor de la Chancellerie, qui donne même son nom aux pièces portant les armes royales et offertes par les souverains à leurs chanceliers à titre personnel. Le ministre Chaptal propose une tenture de l’Ancien Testament d’après Antoine Coypel39 [fig. 10]. Cette thématique biblique, illustrant le Bon Jugement, paraît tout à fait adaptée au décor du ministère. Cependant, cette tapisserie ne reste à l’hôtel qu’une vingtaine d’années. En effet, elle est cédée, non sans une vive polémique, sous le ministère du comte de Peyronnet40. Certains commentateurs font pourtant remarquer que le thème semblait fort à propos place Vendôme. Le député Marchal suggère devant la Chambre que la tapisserie avait été placée à la Chancellerie « sans doute pour rappeler constamment au chef de la justice la sagesse qui doit inspirer toute ses actions »41. Le Constitutionnel rappelle ironiquement que cette

  • 42 Le Constitutionnel, 26 avril 1829, no 114, p. 1.

très belle tapisserie des Gobelins, représentant le jugement de Salomon […] a longtemps décoré une des salles de cette administration, où elle paraissait très bien placée ; mais le sujet a paru beaucoup trop sérieux à un ministre de déplorable mémoire, dont les yeux aimaient à se reposer sur des images plus riantes. Cette vieillerie lui a paru du plus mauvais goût. Il l’a, en conséquence, cédée à un tapissier, en échange d’une tenture plus élégante et plus gracieuse42.

Figure 10

Figure 10

Tapisserie Le Jugement de Salomon, 2e tenture de l’Ancien Testament (1re bordure), tissage en haute-lisse d’après Antoine Coypel à la Manufacture des Gobelins (atelier de Jans et Lefebvre), 473 x 543 cm, conservée au Mobilier national (n° inv. GMTT 24 / 6) à Paris : il s’agit de ce modèle de tapisserie, avec une bordure différente, qui fut déposée à la Chancellerie.

Reproduction Mobilier national.

22Au travers de cet exemple se pose donc clairement la question du statut de l’hôtel et de sa capacité réelle à incarner le pouvoir judicaire au-delà de son rôle d’habitation particulière.

  • 43 Minute de lettre du directeur des Beaux-Arts au directeur des Bâtiments civils et des Palais nation (...)
  • 44 Centre national des arts plastiques, n° inv. FNAC 45. Commandée à l’origine, en 1866, pour le palai (...)
  • 45 Lettre du directeur des Affaires civiles et du Sceau, président du Conseil d’administration du mini (...)
  • 46 Inventaire général du mobilier de la Chancellerie de France (1829-1840), chapitre 16, no 21 (Archiv (...)

23En 1890, le garde des Sceaux formule une nouvelle demande de mise à disposition de tapisseries43. C’est finalement une peinture et une sculpture qui sont proposées en dépôt par les Travaux d’art : une copie par Albert Bréauté (1853-1939) de La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime d’après Prud’hon [fig. 11] et une statue en pied de Jean-Étienne Portalis par Émile-François Chatrousse44 (1829-1896). Il s’agit d’une des rares propositions de dépôt faites par les Beaux-Arts ayant un rapport direct avec la Justice. La toile de Bréauté est néanmoins signalée, dès 1911, au milieu d’autres « marbres ou tableaux inutilisés et d’ailleurs en magasin depuis bien des années45 ». Dans le même esprit, on note la présence dans l’inventaire du mobilier de la Chancellerie dressé en 1829 de « deux grands tableaux octogones, représentant la Justice et la Vérité, peints à l’huile46 ». Ces deux toiles sont remises aux Domaines dès le 8 septembre 1830. Ces différents exemples montrent la difficulté de fixer, sur le long terme, une iconographie de la Justice à la Chancellerie.

Figure 11

Figure 11

La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, Albert Bréauté (1853-1939) d’après Pierre-Paul Prud’hon, 243 x 292 cm, huile sur toile conservée au Centre national des arts plastiques (n° inv. FNAC 126).

Reproduction CNAP, Service photographique interne.

L’esprit des lieux

24L’esprit des lieux joue aussi son rôle. Plusieurs espaces, véritables lieux artistiques, focalisent les interventions et contribuent à inscrire la Chancellerie dans le paysage artistique de son époque.

  • 47 Rapport de l’administrateur général du Mobilier national au secrétaire général des Beaux-Arts, 16 j (...)

25Point d’entrée des visiteurs et nœud distributif de l’hôtel, l’escalier d’honneur est un de ces lieux au cœur des expériences artistiques. C’est également l’un des rares espaces dont l’environnement, vierge, est susceptible d’accueillir des œuvres de grand format. On l’a vu en 1890, le ministère de la Justice demandait le dépôt de tapisseries. Au début de la Seconde Guerre mondiale, avec la coopération de l’administration du Mobilier national, il réfléchit au remplacement des tapisseries anciennes et abîmées et à la possibilité de faire réaliser un nouvel ensemble « destiné à encadrer la cage du grand escalier d’honneur du Ministère, remplaçant ainsi des tapisseries anciennes très fatiguées qu’il est matériellement impossible d’exposer plus longtemps à une détérioration lente mais progressive47 ». Le grand intérêt de cette commande est qu’elle véritablement conçue pour s’adapter au lieu, à ses dimensions et à sa fonction. Jean Dupas (1882-1964) est choisi pour réaliser les cartons le 21 juillet 1941 pour la somme de 60 000 francs, rapidement réduite à 35 000. Le peintre-décorateur emblématique de l’Art déco est alors très en vogue, en particulier depuis ses réalisations pour les paquebots Île-de-France (1927) et Normandie (1932-1935). Les sujets retenus sont la Fortune, la Paix et la Justice. Les échanges, fructueux cette fois, entre l’artiste, Paul Tournon, l’architecte du ministère et Guillaume Jeanneau, l’administrateur du Mobilier national, conduisent en effet à un choix figuratif dans l’esprit des grandes productions des manufactures et du « retour à l’ordre » de l’époque :

  • 48 Rapport de l’administrateur général du Mobilier national au secrétaire général des Beaux-Arts, 16 j (...)

M. Jean Dupas envisage avec beaucoup de raison une composition qui laisserait au lissier une grande initiative et qui, reprenant ainsi les anciennes traditions, utiliserait peu de tons mais des tons francs de manière à recouvrer le caractère monumental qui s’impose. Dans notre pensée à tous trois, Mrs. Tournon, Dupas et moi-même, le principe de la décoration doit se substituer à celui d’une représentation figurative. J’estime qu’une pareille expérience est destinée à déterminer toute une orientation nouvelle encore que très conforme aux enseignements éprouvés du passé48.

  • 49 Lettre de Jean Dupas, conservateur du musée Marmottan, à Pierre Goutal, chef du bureau des Travaux (...)
  • 50 Lettre de Jean Dupas à Robert Rey, directeur des Arts plastiques, 9 janvier 1947 (AN, F21 6825).
  • 51 Lettre de Jean Dupas à Robert Rey, directeur des Arts plastiques, 9 janvier 1947 (AN, F21 6825).
  • 52 Lettre de Jean Dupas au bureau des Travaux d’art, 3 novembre 1944 (AN, F21 6825).

26Occupé par d’autres réalisations à Bordeaux, Dupas tarde – probablement volontairement – à présenter ces compositions. À la fin de l’année 1944, le travail semble bien avancé49 mais en 1947, les cartons ne sont toujours pas achevés et Dupas demande à l’administration un délai supplémentaire : « Les esquisses destinées au Ministère de la Justice sont assez avancées mais ne me donnent pas toutes satisfaction. Voulez-me permettre de disposer encore de quelque temps pour les mener à bonne fin afin de vous les soumettre dans un état convenable50 ? » L’artiste a en effet réorienté son travail autour du thème exclusif de la Justice : « L’ordre qui contient la Paix et tout ce qui en découle, problème difficile à résoudre mais passionnant51. » Malgré l’importance pour Dupas de « cette besogne qu’[il] considère d’une très grande importance étant donné l’endroit qui lui est destinée52 », le projet est abandonné, sans que l’on puisse aujourd’hui clairement déterminer à quelle date ou pour quelle raison. Ainsi, les tapisseries ne furent finalement jamais tissées et la commande fut oubliée, constituant un nouveau rendez-vous manqué de la Chancellerie avec l’iconographie judiciaire. En octobre 2019, le ministère de la Justice a cependant pu acquérir en vente publique, avec l’exercice du droit de préemption de l’État, une esquisse préparatoire de Dupas intitulée La Marseillaise et datée de 1945 [fig. 12]. Cette acquisition, complétée en 2020-2021 par trois dessins préparatoires supplémentaires, vient opportunément rappeler le souvenir de cette importante commande artistique dans le lieu pour lequel elle avait été conçue.

Figure 12

Figure 12

La Marseillaise, Jean Théodore Dupas, 1945, 47 x 60,5 cm, huile sur carton conservée dans les collections du ministère de la Justice (n° inv. MJ 1436).

Reproduction ministère de la Justice.

  • 53 L’Été par Henri Lombard (1803-1895), musée d’Orsay (no inv. RF 1452) ; L’Automne par Gustave Michel (...)
  • 54 FRÉMINE Charles, « Notes d’art : les envois de Rome », Le Rappel, 28 juin 1898, no 10336, p. 1.

27Le jardin est un autre lieu de l’hôtel où les arts vont se déployer. Cet espace de verdure et de calme, aujourd’hui l’un des derniers et des plus grands jardins de la place Vendôme, a toujours reçu une attention spécifique de la part des gardes des Sceaux successifs. En 1908-1909, sous les ministères Aristide Briand et Louis Barthou, un programme de transformation complète des jardins est conduit. À cette occasion, plusieurs sculptures rejoignent le jardin et en font une sorte de musée de sculpture en plein-air. On a déjà cité la Muse exilée (1903) de Jean-Baptiste Champeil ainsi que les vases dits « des quatre saisons » de Sèvres, qui y sont installés en février 1909. Quelques mois plus tard, l’architecte en chef Mariaud sélectionne deux autres statues : Le Printemps (1907) de Raoul Larche (1860-1912) [fig. 13] et L’Aurore (1904) de Marguerite Syamour (1857-1945). On touche là encore aux limites de cette politique artistique. En effet, les deux statues ne sont pas prévues à l’origine pour orner les jardins de la Chancellerie mais sont destinées au parc de Saint-Cloud. Ainsi, Le Printemps de Larche, conçu pour former un ensemble sur le thème des quatre saisons, se retrouvent aujourd’hui séparé des trois autres statues53. Ces œuvres témoignent cependant du goût de l’époque, véritable âge d’or de la statuaire publique, en particulier dans les parcs et jardins, et du style, marqué par l’Art nouveau. Certains critiques jugeront cependant mièvres ces créations dont le mouvement et la ligne sinueuse rompent avec un certain académisme : « Quant à cette Muse exilée, de M. Champeil, qui se tient accoudée sur un rocher, au bord de la mer, une lyre à sa main défaillante – deficiente manu – elle est d’un affaissement – j’allais dire d’un écroulement – vraiment lamentable54. »

  • 55 Lettre de François Mitterrand, ministre de la Justice, 1956 (AN, 19810663, 440), citée dans PAU Clé (...)

28Le jardin de la Chancellerie est donc en 1909 un jardin caractéristique du goût de son temps. Durant la Première Guerre mondiale, il est malheureusement endommagé par les prélèvements de terre réalisés pour protéger la colonne Vendôme. François Mitterrand trouvant le jardin « si peu conforme à ce que l’on serait en droit d’attendre du cadre réservé à [sa] Chancellerie » le fait entièrement réaménager, tout en conservant l’ensemble statuaire précédemment constitué et toujours en place55.

Figure 13

Figure 13

Le Printemps, Raoul Larche, 1907, 190 x 85 x 75 cm, marbre conservé au Centre national des arts plastiques (n° inv. FNAC 2344), en dépôt dans les jardins du ministère de la Justice depuis 1909.

© Thomas Deshayes (MJ / SEM / DADP / Mission du patrimoine mobilier), 2020.

29L’une des difficultés de la politique artistique au ministère est l’adaptation des œuvres à des lieux existants. C’est pourquoi le programme de construction, au fond de la parcelle, d’un nouveau bâtiment de bureaux, baptisé « Cambon neuf », est si intéressant. C’est l’occasion de concevoir un programme décoratif parfaitement adapté et réalisé en même temps que la construction du bâtiment. Initié dès 1936 par l’architecte en chef Paul Tournon, le chantier du nouveau bâtiment démarre en 1941 mais les travaux sont stoppés l’année suivante. Ils ne reprendront qu’en 1946 et ne seront achevés que dix ans plus tard, en 1956. Afin d’orner ce bâtiment, plusieurs commandes sont passées. La première, confiée au sculpteur Raymond Delamarre (1890-1986) en 1943, concerne la réalisation d’un fronton et de deux bas-reliefs pour l’entrée du bâtiment sur la rue Cambon :

  • 56 Lettre de Raymond Delamarre à Vincent Poli, secrétaire général des Beaux-Arts, 13 mai 1943 (AN, F21(...)

À la suite de notre conversation, je me suis mis en rapport avec M. Tournon et lui ai proposé un parti pour la partie sculptée du fronton de l’entrée du ministère de la Justice, rue Cambon. Le projet comporterait une figure centrale, aussi grande d’échelle que le permettent les dimensions de la pierre (figure d’environ 3 mètres debout) et aussi saillante et colorée que possible. Cette figure symbolisant la Justice serait flanquée de petits groupes d’enfants. Sur les deux bas-reliefs latéraux, d’une saillie moindre, deux figures de 2m50 symboliseraient la Prudence et la Loi, ou quelque chose dans cette esprit56.

  • 57 Ils sont aujourd’hui conservés au Centre national des arts plastiques, n° inv. FNAC 6536.
  • 58 Lettre du directeur général de l’Architecture au directeur général des Arts plastiques, 14 novembre (...)
  • 59 Lettre du directeur de l’École nationale supérieure des beaux-arts au directeur général de l’Archit (...)

30Les difficultés de la guerre ralentissent le travail de l’artiste. Les modèles en plâtre sont achevés en février 194457 mais la traduction en pierre de taille n’intervient qu’à partir de 1946, Robert Rey, le nouveau directeur des Arts plastiques, souhaitant valider le travail préparatoire de l’artiste et le conseil des Bâtiments civils et des Palais nationaux désirant que l’artiste modifie sa composition. Le fronton est terminé la même année mais les bas-reliefs latéraux ne sont finalement pas exécutés, l’artiste, en accord Paul Tournon, ayant souhaité épurer sa proposition. L’œuvre réalisée [fig. 14] est en totale adéquation avec le lieu et sa fonction. Tirant parti de la forme délicate du fronton, Delamarre représente une figure monumentale de la Justice tenant d’une main un lourd glaive et s’appuyant sur les Tables de la Loi. La commande pour l’autre façade du bâtiment, sur jardin, n’entretient pas le même lien avec le lieu. En 1950, à la demande de l’architecte, le bureau des Travaux d’art commande aux élèves de six ateliers de l’École nationale supérieure des beaux-arts la réalisation de six groupes sculptées. Dès le début, le directeur général de l’architecture s’inquiète « de la nécessité de maintenir une suffisante unité entre les six groupes pour que leur ensemble forme une harmonie véritable. L’échelle et les couleurs devront s’apparenter suffisamment afin d’éviter de rendre la composition disparate58 ». Néanmoins, cinq après, les travaux du bâtiment traînant en longueur, les sculptures n’ont toujours pas été installées et sont stockées dans la cour des Beaux-Arts sur des socles en bois provisoires, pourris avec le temps, et manquant de basculer59. La commande, mal documentée, mériterait de plus amples recherches. Elle semble ne jamais avoir été mise en place et a été dispersée. Nous avons retrouvé la trace de quelques-uns de ces groupes : celui sculpté par Jacques Bulot est aujourd’hui à Sélestat (Bas-Rhin ; FNAC 7319), celui de Richard-Camille Fath (1900-1952), Le Printemps (FNAC 7313) est au Chambon-Feugerolles (Loire) tandis que celui de Jacqueline Quinsac-Baudriot, Les Moissonneurs – L’Été ? – (FNAC 7321) est à Langon (Gironde) [fig. 15].

Figure 14

Figure 14

La Justice, Raymond Delamarre, 1946, fronton du ministère de la Justice, rue Cambon, pierre de taille conservée au Centre national des arts plastiques (n° inv. FNAC 6802), en dépôt depuis 1946.

© Caroline Montagne (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication).

Figure 15

Figure 15

Les Moissonneurs (L’Été ?), Jacqueline Quinsac-Baudriot, 1949-50, conservé au Centre national des arts plastiques (n° inv. FNAC 7321), en dépôt à Langon (Gironde) depuis 1957.

© Olivier Aumage, dist. Wikimedia comons (sous licence CC-BY-SA-2.0-fr), 2006.

31Au terme de ce parcours, la question de la politique artistique conduite par le ministère de la Justice apparaît dans toute sa complexité. En 1951, la création du dispositif du 1 % artistique, qui introduit l’obligation de consacrer 1 % du budget d’édification d’un édifice public à la réalisation d’une œuvre d’art déporte la commande au profit de la construction contemporaine. Côté Justice, c’est dans les juridictions (cours et tribunaux), dont les constructions neuves se multiplient dans la seconde moitié du xxsiècle, que la commande publique se développe. Le ministère y jouera un rôle moindre, d’autant plus après le transfert de la compétence du 1 % au profit des collectivités territoriales. Dès le début du xixsiècle, l’organisation judiciaire née de la Révolution avait d’ailleurs appelé la construction de palais de justice, la création ou le renouvellement de décors. On peut donc se demander si les juridictions ne sont pas les véritables laboratoires d’une symbolique judicaire et si l’hôtel de Bourvallais, hôtel particulier, n’est pas le témoin du goût d’une époque, d’un ministre plus celui que du ministère.

Haut de page

Notes

1 PAU Clémence, « L’hôtel de Bourvallais, place Vendôme : symbole patrimonial du ministère de la Justice », In Situ. Revue des patrimoines, 2022, n° 46 [en ligne] https://journals.openedition.org/insitu/33807 [lien valide en juillet 2022].

2 KAHNWEILER Daniel-Henry, Mes galeries et mes peintres, entretiens avec Francis Crémieux [1961], Paris, Gallimard, 1998, coll. « L’imaginaire », p. 73, cité par BANAT-BERGER Françoise, « Préface », in HOTTIN Christian & ROULLIER Clothilde (dir.), Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens, 1945-1965, catalogue d’exposition (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 30 mars-13 juillet 2017), Paris / Rennes, Archives nationales / Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 9.

3 ROULLIER Clothilde, « Les décors dans les administrations depuis 1945 : sources et acteurs », In Situ. Revue des patrimoines, 2018, n° 34 [en ligne] https://journals.openedition.org/insitu/15672 [lien valide en juillet 2022].

4 GORGEL Chantal, 1848, la République et l'art vivant, Paris, Fayard / Réunion des musées nationaux, 1998 ; HOTTIN Christian & ROULLIER Clothilde, Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens, 1945-1965.

5 On citera en particulier, dans la série F21, les fonds des Travaux d’art (dossiers d’artistes et de commandes) et ceux des Bâtiments civils et Palais nationaux (dossiers de travaux). Les archives de la Justice sont malheureusement très lacunaires sur ces sujets. Quelques éléments se trouvent néanmoins dans la série BB.

6 ROULLIER Clothilde, « Des Travaux d’art à la Création artistique : histoire de l’administration dédiée aux artistes plasticiens vivants », in HOTTIN Christian & ROULLIER Clothilde (dir.), Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens, 1945-1965.

7 Lettre de Mme Geneviève Delcassé, épouse du ministre des Affaires étrangères, à Henry Roujon, directeur des Beaux-Arts, 30 août [1899] (Archives nationales [ci-après AN], F21 4186, dossier 62).

8 Minute de note pour le chef de la division de l’Enseignement et des Travaux d’art, 13 septembre 1909 (AN, F21 6092, dossier 3-1909).

9 Dossier Delamarre, lettre du directeur général de l’Architecture à Robert Rey, directeur des Arts plastiques (AN, F21 6875).

10 Lettre de M. Mariaud, architecte en chef, au sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, 22 juin 1909 (AN, F21 6092, dossier « Bustes, statues, peintures »).

11 Pierre-Denis de Peyronnet (1778-1854), garde des Sceaux, ministre de la Justice (14 décembre 1821 – 4 janvier 1828).

12 Le Moniteur universel et La Gazette de France, dans leurs éditions datées de ce jour, attribuent ce titre au peintre sur décision royale.

13 BERGERET Pierre-Nolasque, Lettre d’un artiste sur l’état des arts en France, considérés sous les rapports politiques, artistiques, commerciaux et industriels, Paris, chez l’auteur, 1848, p. 252, disponible en ligne https://books.google.fr/books?id=eK9bAAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false [lien valide en juillet 2022].

14 ALLARD Sébastien, Le Louvre à l’époque romantique : les décors du palais, 1815-1835, Lyon / Paris, musée du Louvre / Fage, 2006, p. 90.

15 D’ANTIN, « Notes Parisiennes », La Liberté, 16 octobre 1910, 45e année, n° 16209, p. 1.

16 Minute de lettre du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts à Louis Barthou, ministre de la Guerre, 10 novembre 1921 : « Monsieur le Président, vous avez bien voulu signaler à mon attention Mme Gaston La Touche […]. J’ai l’honneur de vous informer qu’une note toute particulière est prise de l’intérêt que vous attachez au règlement de cette affaire » ; Billet de Louis Barthou, 24 novembre 1921 : « Madame Gaston La Touche est pour quelques jours seulement à Paris, 6, rue Daubigny, 17e. Je vous prie de la convoquer et de la recevoir le plus tôt possible pour régler l’affaire dont je vous ai parlé à deux reprises. » (AN, F21 4231, dossier 49).

17 Les nombreuses notes du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts au directeur des Beaux-Arts dans le dossier montrent les effets de l’intervention de Louis Barthou. Pour solder la commande, la veuve de l’artiste donne à l’État cinq études : Étude de nu (FNAC 7560), Intérieur chez le peintre Bracquemond (FNAC 7561), Vue de Versailles, Fontaine (FNAC 7562), Vue de Venise (FNAC 7563) et Portrait du peintre Lhermitte (FNAC 7564). Ces cinq œuvres ont été déposées en 1927 à l’ambassade de France à Athènes.

18 GUIOCHON Xavier-Philippe & BETTINELLI Philippe, « La politique de l’État en matière de décor de bâtiments administratifs : un art national ? », In Situ. Revue des patrimoines, 2018, n° 34, [en ligne], http://journals.openedition.org/insitu/15934 [lien valide en juillet 2022].

19 Lettre du directeur de cabinet du garde des Sceaux au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 6 avril 1905 (AN, F21 7056).

20 Lettre du directeur de cabinet du garde des Sceaux au sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, 4 mai 1879 (AN, F21 4400, dossier 4).

21 RÉAU Louis, « L’exotisme russe dans l’œuvre de J.B Le Prince », Gazette des beaux-arts, 5e période, t. III, 714e Livraison, mars 1921, p. 151-152.

22 Note du chef de la division de l’Enseignement et des Travaux d’art au sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, 14 février 1910 (AN, F21 4231, dossier 49).

23 Les quatre panneaux sont finalement attribués en 1896 à l’hôtel de ville de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), où ils sont encore conservés (dépôt du Centre national des arts plastiques, n° inv. FNAC 553-556). Ils ont été classés monuments historiques en 1998, PM92000330, PM92000331, PM92000332, PM92000333 [liens valides en juillet 2022].

24 Paris, musée d’Orsay, N° Inv. LUX 1156 bis [lien valide en juillet 2022].

25 Ces panneaux ont été déposés en 1937 au musée des Beaux-Arts de Marseille, Inv. FNAC 2150, 2151, 2152 et 2153 (dépôt du Centre national des arts plastiques).

26 La commande comprenait également deux dessus-de-porte en grisaille : L’Architecture et L’Art des jardins, non réalisés à la mort de l’artiste mais réglés par l’administration, ce qui explique l’échange avec la veuve de l’artiste mentionné supra.

27 Cette antichambre n’existe plus, ayant été divisée en deux bureaux. Le parcellaire contraint de la place Vendôme explique en effet le plan complexe de l’hôtel, qui comprenait deux appartements, l’un donnant sur la place et l’autre sur les jardins, chacun desservi par une antichambre depuis l’escalier d’honneur.

28 Lettre de Gaston La Touche, 11 février 1913 (AN, F21 4231, dossier 49).

29 Lettre de M. Mariaud au sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, 11 avril 1910 (AN, F21 6092, dossier 6-1913).

30 Comité consultatif des Bâtiments civils et Palais nationaux, extrait du procès-verbal de la séance du 13 octobre 1910 (AN, F21 6092, dossier 6-1913).

31 Lettre du garde des Sceaux au sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, 19 septembre 1913 (AN, F21 4231, dossier 49).

32 SEGARD Achille, Peintres d'aujourd’hui. Les décorateurs, Paris, Librairie Paul Ollendorff, 1914, vol. 1, p. 161-164, disponible en ligne https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9775705g.texteImage [lien valide en juillet 2022].

33 BERGERET Pierre-Nolasque, Lettre d’un artiste sur l’état des arts en France, considérés sous les rapports politiques, artistiques, commerciaux et industriels, p. 243.

34 Ce salon, au rez-de-chaussée sur jardin, donne accès à la bibliothèque de la Chancellerie (actuel bureau du ministre). Il sert alors de salle d’attente mais abritait anciennement l’audience du Sceau, la cérémonie solennelle, sous l’Ancien Régime, de scellement des lois royales. Sur ce sujet, voir TESSIER Georges, « L’audience du sceau », Bibliothèque de l’École des chartes, 1951, t. 109/1, p. 51-95, disponible en ligne https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1951_num_109_1_449427 [lien valide en juillet 2022].

35 Sur ce sujet, voir notamment GAEHTGENS Thomas & WEDEKIND Gregor (dir.), Le Culte des grands hommes, 1750-1850, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009, disponible en ligne https://journals.openedition.org/ahrf/11973 [lien valide en juillet 2022].

36 ,Minute des lettres envoyés par le ministre de la Justice aux descendants des ministres à portraiturer, 29 septembre 1846 (AN, BB17 A 146, dossier 7).

37 Lettre de Paul Léon, directeur général des Beaux-Arts à Paul Reynaud, garde des Sceaux, ministre de la Justice, 17 mars 1932 (AN F21 7056). Le tableau porte le no inv. MV 3394 [lien valide en juillet 2022].

38 AN, O2 877, cité par FENAILLE Maurice, État général des tapisseries de la manufacture des Gobelins depuis son origine jusqu'à nos jours. 1600-1900, Paris, Hachette, 1903-1923, t. 3, Dix-huitième siècle. Première partie, 1699-1736, 1904, p. 96.

39 Il s’agit d’une pièce de la 6e tenture de l’Ancien Testament tissée dans l’atelier de basse-lisse de Cozette fils aux Gobelins entre 1789 et 1792.

40 La pièce passe alors pour avoir été offerte à la Chancellerie par Louis XVIII et confiée aux tapissiers Darrac et Charre pour être mise en vente. Sur François-Louis Darrac-Castelnaux (?-1862), tapissier du roi, et Noël Charre, son associé, voir l’article de DESHAYES Thomas & MEISSONNIER Antoine, « La Restauration des sièges du Salon rouge de l’hôtel de la Chancellerie entre usages contemporains et patrimoine », In Situ. Revue des patrimoines, 2022, n° 48, à paraître. À l’occasion de son procès, le comte de Peyronnet contesta le prix de vente et la méthode mais pas la sortie de cette tapisserie des collections nationales : « On n’a certainement pas oublié cette pièce de tapisserie qui représentait le jugement de Salomon, et qui a fait, en son temps, quelque bruit. Elle avait été, disait-on, détournée dans les derniers mois de mon ministère, et sa valeur était, tantôt de 24,000 Fr., tantôt de 40,000. Eh bien, cette tapisserie, détournée en 1827, était encore, en 1829, au pouvoir de l’Administration. Elle a été mise en vente par l’administration des domaines, sous le ministère de M. Bourdeau. La mise à prix était de trois cents francs, et il ne s’est pas trouvé d’enchérisseur. Personne n’en a voulu à ce prix. » Voir PEYRONNET Pierre-Denis, comte de, « Discours de Mr. le comte de Peyronnet, prononcé devant la Cour des pairs, le 19 décembre 1830 », Le Moniteur, 20 décembre 1830. La tapisserie, non localisée aujourd’hui, est située en 1900 par Maurice Fenaille dans la collection Ephrussi, FENAILLE Maurice, État général des tapisseries de la manufacture des Gobelins depuis son origine jusqu'à nos jours. 1600-1900, p. 7.

41 MARCHAL Pierre-François, « Discours devant la Chambre des députés, séance du 4 mai 1829 », Le Moniteur universel, 5 mai 1829, no 125, p. 6.

42 Le Constitutionnel, 26 avril 1829, no 114, p. 1.

43 Minute de lettre du directeur des Beaux-Arts au directeur des Bâtiments civils et des Palais nationaux, 22 novembre 1889 (AN, F21 4400, dossier 4).

44 Centre national des arts plastiques, n° inv. FNAC 45. Commandée à l’origine, en 1866, pour le palais du Conseil d’État au quai d’Orsay, la statue de Chatrousse est restée sans affectation après l’incendie de celui-ci en 1871. Elle fut déposée en 1910 au Palais de justice de Paris.

45 Lettre du directeur des Affaires civiles et du Sceau, président du Conseil d’administration du ministère de la Justice au sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, 30 juin 1911 (AN, F21 7056).

46 Inventaire général du mobilier de la Chancellerie de France (1829-1840), chapitre 16, no 21 (Archives de Paris, DQ12 57). Ces deux tableaux ne sont pas aujourd’hui identifiés.

47 Rapport de l’administrateur général du Mobilier national au secrétaire général des Beaux-Arts, 16 juillet 1941 (AN, F21 6825).

48 Rapport de l’administrateur général du Mobilier national au secrétaire général des Beaux-Arts, 16 juillet 1941 (AN, F21 6825).

49 Lettre de Jean Dupas, conservateur du musée Marmottan, à Pierre Goutal, chef du bureau des Travaux d’art, 13 novembre 1944 : « Les esquisses des cartons de tapisseries que je suis chargé d’établir pour le ministère de la Justice sont assez avancées et j’envisage de pouvoir vous les soumettre terminées fin juin 1945. » (AN, F21 6825).

50 Lettre de Jean Dupas à Robert Rey, directeur des Arts plastiques, 9 janvier 1947 (AN, F21 6825).

51 Lettre de Jean Dupas à Robert Rey, directeur des Arts plastiques, 9 janvier 1947 (AN, F21 6825).

52 Lettre de Jean Dupas au bureau des Travaux d’art, 3 novembre 1944 (AN, F21 6825).

53 L’Été par Henri Lombard (1803-1895), musée d’Orsay (no inv. RF 1452) ; L’Automne par Gustave Michel (1851-1924), musée d’Orsay (no inv. RF 1550). Ces statues, après avoir été longtemps déposées aux Tuileries, ont été installées en 2001 dans le parc de Saint-Cloud pour lequel elles avaient été commandées. L’Hiver, de Jules Desbois (musée d’Orsay, RF 1538) a rejoint en 2001 le musée consacré à cet artiste à Parçay-les-Pins (Maine-et-Loire).

54 FRÉMINE Charles, « Notes d’art : les envois de Rome », Le Rappel, 28 juin 1898, no 10336, p. 1.

55 Lettre de François Mitterrand, ministre de la Justice, 1956 (AN, 19810663, 440), citée dans PAU Clémence, L’Hôtel de Bourvallais : 300 ans de justice place Vendôme, Paris, ministère de la Justice, 2019, p. 79.

56 Lettre de Raymond Delamarre à Vincent Poli, secrétaire général des Beaux-Arts, 13 mai 1943 (AN, F21 6875).

57 Ils sont aujourd’hui conservés au Centre national des arts plastiques, n° inv. FNAC 6536.

58 Lettre du directeur général de l’Architecture au directeur général des Arts plastiques, 14 novembre 1950 (AN, F21 7056).

59 Lettre du directeur de l’École nationale supérieure des beaux-arts au directeur général de l’Architecture, 24 septembre 1955 (AN, F21 7056).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Muse exilée, Jean-Baptiste Champeil, 1903, marbre, 210 x 152 x 70 cm, conservé par le Centre national des arts plastiques (n° inv. FNAC 1215), en dépôt dans les jardins du ministère de la Justice depuis 1909.
Crédits © Thomas Deshayes (MJ / SEM / DADP / Mission du patrimoine mobilier), 2020.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Figure 2
Légende Vase dit « des quatre saisons », manufacture de Sèvres, vers 1909, grès cérame installé dans les jardins du ministère de la Justice.
Crédits © Thomas Deshayes (MJ / SEM / DADP / Mission du patrimoine mobilier), 2020.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35482/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Figure 3
Légende Le salon du Sceau (actuel bureau du Directeur de cabinet) à l’hôtel de Bourvallais avec les toiles de Pierre-Nolasque Bergeret (1782-1863).
Crédits © Joachim Bertrand (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication), 2018.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35482/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Titre Figure 4
Légende Un Baptême russe, Jean-Baptiste Le Prince, 1765, morceau de réception à l’Académie, 73 x 92 cm, huile sur toile conservée au musée du Louvre, département des Peintures (n°°inv. 7331).
Crédits Reproduction Tony Querrec (RMN-Grand Palais).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35482/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Figure 5
Légende Le Poète (340 x 325 cm), Le Peintre (337 x 323 cm), Le Sculpteur (337 x 321 cm) et Le Musicien (340 x 155 cm), Gaston La Touche (1854-1913), ensemble décoratif pour l’antichambre du ministère de la Justice, huile sur toile conservée au musée d’Orsay, déposée au Sénat (n° inv. LUX 1154,1155,1156,1157).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35482/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 6
Légende Le Chancelier d’Aguesseau, Pierre-Nolasque Bergeret, vers 1823, conservé à l’hôtel de Bourvallais (n° inv. MJ 1123) dans le salon du Sceau (actuel bureau du Directeur de cabinet).
Crédits Reproduction Joachim Bertrand (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication), 2018.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35482/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Titre Figure 7
Légende Le salon des portraits de l’hôtel de Bourvallais (Paris), 2017.
Crédits © Joachim Bertrand (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35482/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Figure 8
Légende Jean Jacques Régis de Cambacérès, Louis Henri de Rudder, 1846-1847, huile sur toile conservée au Centre national des arts plastiques (n° inv. FNAC PFH-5726), en dépôt au salon des portraits de l’hôtel de Bourvallais depuis 1848.
Crédits Reproduction Joachim Bertrand (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication), 2017.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35482/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 9
Légende Guillaume du Vair, garde des Sceaux, Théodore Chassériau (1819-1856) d'après Frans Pourbus le Jeune, 1837, 86 x 57 cm, huile sur toile conservée au Château de Versailles (n° inv. MV 3394), déposée de 1932 à 1954 au ministère de la Justice.
Crédits Reproduction Hervé Lewandowski (RMN-Grand Palais).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35482/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 10
Légende Tapisserie Le Jugement de Salomon, 2e tenture de l’Ancien Testament (1re bordure), tissage en haute-lisse d’après Antoine Coypel à la Manufacture des Gobelins (atelier de Jans et Lefebvre), 473 x 543 cm, conservée au Mobilier national (n° inv. GMTT 24 / 6) à Paris : il s’agit de ce modèle de tapisserie, avec une bordure différente, qui fut déposée à la Chancellerie.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35482/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Figure 11
Légende La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, Albert Bréauté (1853-1939) d’après Pierre-Paul Prud’hon, 243 x 292 cm, huile sur toile conservée au Centre national des arts plastiques (n° inv. FNAC 126).
Crédits Reproduction CNAP, Service photographique interne.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35482/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Figure 12
Légende La Marseillaise, Jean Théodore Dupas, 1945, 47 x 60,5 cm, huile sur carton conservée dans les collections du ministère de la Justice (n° inv. MJ 1436).
Crédits Reproduction ministère de la Justice.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35482/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 13
Légende Le Printemps, Raoul Larche, 1907, 190 x 85 x 75 cm, marbre conservé au Centre national des arts plastiques (n° inv. FNAC 2344), en dépôt dans les jardins du ministère de la Justice depuis 1909.
Crédits © Thomas Deshayes (MJ / SEM / DADP / Mission du patrimoine mobilier), 2020.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35482/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 874k
Titre Figure 14
Légende La Justice, Raymond Delamarre, 1946, fronton du ministère de la Justice, rue Cambon, pierre de taille conservée au Centre national des arts plastiques (n° inv. FNAC 6802), en dépôt depuis 1946.
Crédits © Caroline Montagne (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35482/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 15
Légende Les Moissonneurs (L’Été ?), Jacqueline Quinsac-Baudriot, 1949-50, conservé au Centre national des arts plastiques (n° inv. FNAC 7321), en dépôt à Langon (Gironde) depuis 1957.
Crédits © Olivier Aumage, dist. Wikimedia comons (sous licence CC-BY-SA-2.0-fr), 2006.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35482/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Deshayes, « Le « Goût de la Justice » : la politique artistique de la Chancellerie (1800-1962) »In Situ [En ligne], 48 | 2022, mis en ligne le 23 août 2022, consulté le 06 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/35482 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.35482

Haut de page

Auteur

Thomas Deshayes

Chef de la mission du Patrimoine mobilier,

Ministère de la Justice, département des Archives, de la Documentation et du Patrimoine

thomas.deshayes@justice.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search