Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Décor, mobilier et objetsLe Cycle pictural de la cour d’ap...

Décor, mobilier et objets

Le Cycle pictural de la cour d’appel de Toulouse par Georges d’Espagnat (1942-1944) : un témoignage de la permanence d’une formule décorative

The painting cycle of the Court of Appeal of Toulouse by Georges d’Espagnat (1942-1944): a witness to the persistence of a decorative method
Coralie Machabert

Résumés

Dans l’aile ancienne du palais de justice de Toulouse, la cour d’appel conserve un ensemble pictural datant des années 1940 aujourd’hui méconnu. Occulté par le faste des prestigieux salons Doré et d’Hercule, classés en 1999, le modeste décor, inauguré en 1944, exécuté par Georges d’Espagnat, prend pourtant une autre dimension au recul de l’histoire.

En une période où le genre se tarit, la commande est portée par des soutiens institutionnels, esthètes impliqués, au premier rang desquels se trouve le premier président Joseph Guérin. Ce projet initié dans les années 1930 découle en effet d’une démarche personnelle de sa part. Le déroulement des tractations démontre l’importance des relations entre acteurs locaux et instances dirigeantes. Elles mènent, en 1942, à la réalisation par le peintre Georges d’Espagnat d’un grand panneau, une allégorie de la Justice protectrice encadrée d’un historique de la magistrature toulousaine, agrémentant l’escalier d’honneur. Deux toiles vantant la richesse des ressources régionales, agraires et spirituelles, le complètent. Deux autres, destinées à la salle des pas perdus, exaltent le travail et la famille.

Le peintre sollicité est représentatif de la tendance du « juste-milieu ». Il décline, en un style mesuré, une iconographie traditionnelle teintée de terroir, en adéquation avec la période et en convenance avec la fonction du lieu. Ce programme, marqué d’un goût typique de la Troisième République, subsiste comme une trace d’une conception patrimoniale des édifices de justice héritée du xixe siècle alors surannée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier pour leur aide et leur témoignage M. le substitut général Gilles Neyrant et (...)
  • 2 Des extensions avaient déjà été réalisées en 1971 et 1986. Le projet d’agrandissement est amorcé en (...)
  • 3 Voir les explications du maître d’œuvre dans Palais de justice de Toulouse, Paris, APIJ, p. 26-28, (...)

1L’actuel palais de justice de Toulouse est un lieu hybride, associant des vestiges antiques et médiévaux à une architecture contemporaine1. Cet état composite, fruit de transformations entreprises au gré des besoins, a connu récemment une ultime mutation2. La cité judiciaire inaugurée en 2008 revendique dorénavant un parti pris fonctionnel, valorisant parallèlement son patrimoine pluriséculaire3.

  • 4 Il s’agit aujourd’hui d’une copie de l’œuvre d’Achille Valois (1785-1862) installée en 1850 et remp (...)
  • 5 Le parlement de Toulouse est institué une première fois par lettres patentes en 1419, rétabli par l (...)

2Dans la partie construite sur les assises de l’enceinte romaine de Tolosa siège encore la cour d’appel [fig. 1]. La façade septentrionale ouvre sur la place du Salin, au centre de laquelle trône une statue de Jacques Cujas4. La figure de l’éminent jurisconsulte rappelle la stabilité et la permanence de la justice toulousaine rendue en ce haut lieu historique, jadis résidence des comtes puis domaine du premier parlement de province5. Après qu’une série de bâtiments a été rétablie au xvisiècle sur les fondations du Château narbonnais, l’espace est restructuré au xixsiècle, simultanément aux grands travaux urbanistiques métamorphosant la Ville rose. Les remaniements, confiés à Jean-Pierre Laffon (1787-1865), débutent conjointement en 1824 à la cour d’assises et à la cour d’appel, achevée en 1833. En 1859-1860, sous la direction de Jean-Jacques Esquié (1817-1884), de nouveaux aménagements sont opérés, complétés en 1896 par une extension réalisée sur les plans de Joseph Thillet (1850-1937).

Figure 1

Figure 1

Cour d’appel de Toulouse, place du Salin, 2020.

© Coralie Machabert.

  • 6 Inscrits par arrêté du 16 mars 1994 : cour d’appel (une partie des façades et toitures, salle des p (...)
  • 7 FRONTON-WESSEL Marie-Laure, « Le plafond peint de la Grand’chambre de la cour d’appel de Toulouse » (...)

3Cette aile de l’ancien parlement, inscrite à l’Inventaire des monuments historiques depuis 19946 et dernière rénovée en 2017, conserve les traces de son riche passé. La Grand’chambre renferme notamment un plafond peint du xvsiècle tandis que des caissons sculptés du xviie ornent les salons dits Doré et d’Hercule7 [fig. 2 et fig. 3]. Une traditionnelle galerie de portraits voisine avec ces prestigieux ouvrages. Mobilier de cuir et velours, cheminées de marbre, tentures et moulures dorées ajoutent au décorum et, combinés à la rigueur de l’architecture classique, confèrent toute sa solennité à ce lieu de pouvoir.

  • 8 Classement par arrêté du 8 septembre 1999 : cour d’appel : première grande chambre avec sa chapelle (...)
  • 9 Joseph Guérin, cité dans DRUÏLLE Jean, « Inauguration des peintures de Georges d’Espagnat à la cour (...)

4Cet écrin abrite aussi un cycle pictural installé au printemps 1944 [fig. 4]. Discret, il ne rivalise guère face à la majesté des éléments d’apparat classés8 mais n’en demeure pas moins intéressant pour l’histoire. Le programme décoratif est significativement imprégné par l’esprit de la Troisième République, depuis le déroulement de sa commande au choix de l’artiste chargé de son exécution, Georges d’Espagnat (1870-1950). Bénéficiant du soutien d’un réseau influent, le projet traduit la tonalité d’un goût local attaché à la tradition. Il représente, selon les termes mêmes de son récepteur, un « témoignage de la vitalité de l’art français9 ». Son orientation esthétique, puisant dans un répertoire académique teinté de terroir, est caractéristique de l’entre-deux-guerres. L’iconographie évocatrice des cinq panneaux les ancre, quant à elle, pleinement dans l’époque, et résonne avec le temps.

Figure 2

Figure 2

Salon doré, cour d’appel de Toulouse. 2016.

© B. Saltel (Médiathèque du patrimoine et de la photographie), distr. RMN-GP.

Figure 3

Figure 3

Salon d’Hercule, cour d’appel de Toulouse, 1994.

© Jean-François Peiré (Inventaire général, Région Occitanie) ; © Ville de Toulouse.

Figure 4

Figure 4

Étage de la cour d’appel de Toulouse, 2020. Vue sur escalier d’honneur et la toile de Georges d’Espagnat : Histoire de la Justice à Toulouse (1943).

© Coralie Machabert.

Un processus de commande au long cours

  • 10 Joseph Guérin, cité dans DRUÏLLE Jean, « Inauguration des peintures de Georges d’Espagnat à la cour (...)
  • 11 Joseph Guérin, cité dans DRUÏLLE Jean, « Inauguration des peintures de Georges d’Espagnat à la cour (...)

5Lors de son inauguration, le programme fait figure d'exception à Toulouse, où les commandes décoratives se raréfient. Néanmoins, il semble que le projet se soit amorcé antebellum, en une période faste. Cette initiative n’est subordonnée à aucun chantier spécifique de réaménagement du site, pas plus qu’elle n’est motivée par des préoccupations électoralistes affichées. Sa seule vocation, notifiée par le président de la cour, Joseph Guérin, est d’offrir un agrément dans la « lourde atmosphère du prétoire10 » afin « d’[en] atténuer la rigide froideur11 ». Le dévoilement public des peintures en 1944 coïncide toutefois avec les cinq cents ans du rétablissement du parlement de Toulouse. Cependant, eu égard au contexte, la date n’est pas célébrée.

Une conjoncture initiale favorable

  • 12 Entre autres : La Dépêche de Toulouse, 29 août 1942, p. 2 ; Le Journal de Toulouse, 6 septembre 194 (...)

6L’idée d’un nouveau programme décoratif destiné à l’escalier de la cour d’appel de Toulouse germe, ainsi que le laissent entendre les chroniqueurs locaux, avant le second conflit mondial12. Les discussions sont alors engagées avec le peintre sans que la commande, vraisemblablement interrompue par le déclenchement des hostilités, ne soit encore entérinée par le ministère.

  • 13 REY Robert, « L’Action de l’État dans la renaissance du grand décor mural », L’Art vivant, 1938, no(...)
  • 14 REY Robert, « L’Action de l’État dans la renaissance du grand décor mural », L’Art vivant.
  • 15 Sur la politique d’achats et commandes sous la Troisième République, voir : MONNIER Gérard, L’Art e (...)
  • 16 Sur cet organisme voir particulièrement BERTRAND-DORLÉAC Laurence, Art, culture et société : l’exem (...)
  • 17 L’assemblée constitutive de la section Sud-Ouest se réunit à Toulouse le 3 juin 1941. (Déclaration (...)
  • 18 Certificat attestant du travail de Colette Rodde, 19 novembre 1942 (archives municipales de Toulous (...)

7Le projet naît en pleine phase de retour vers la peinture murale, décrite par Robert Rey comme un temps de « merveilleuse activité décorative13 ». Selon l’inspecteur des Beaux-Arts, par son action, « génératrice d’une renaissance de la grande peinture14», l’État renoue avec une tradition lointaine de mécénat15. Cette dynamique répond en effet à une mission portée par l’idéal républicain et perpétuée face à l’indigence de la guerre. C’est ainsi que, pour apporter assistance morale et secours matériel aux artistes, naît l’Entr’aide des artistes16 dont des antennes régionales sont créées en 194117. De la sorte, à Toulouse, en 1942, l’Entr’aide d’Occitanie fait confier à la spécialiste de l’art mural Colette Rodde un décor pour la salle commune du nouveau « foyer du soldat » de la ville18. La section Sud-ouest dispose également d’une galerie et décerne des bourses aux élèves de l’école des Beaux-Arts. Le délégué régional du Secours national, Joseph Guérin, préside la structure.

Des relais institutionnels efficients

  • 19 Antoine Joseph Guérin, 1877, Sens-1954, Toulouse. Docteur en droit, avocat à la cour d’appel de Par (...)
  • 20 Officiellement créée le 10 septembre 1943 (Journal officiel de l’État français, 10 septembre 1943, (...)
  • 21 Lettre de Georges d’Espagnat, 10 juillet 1942 (Archives nationales (AN), F/21/6826).
  • 22 Lettre de Georges d’Espagnat, 10 juillet 1942 (Archives nationales (AN), F/21/6826).
  • 23 Lettre de Georges d’Espagnat, 10 juillet 1942 (Archives nationales (AN), F/21/6826).

8Ce dernier s’avère être avant tout le premier président de la cour d’appel19. Nommé à Toulouse en 1935, le collectionneur s’impose, sitôt sa prise de fonction, comme un maillon influent du foyer culturel toulousain. Militant actif de la refondation d’une académie des Arts à Toulouse, le magistrat siège au directoire de la société, représentant la classe des amateurs et critiques d’art20. Ici, Joseph Guérin s’engage donc pour l’aboutissement de la commande à double titre, en sa qualité de président de l’Entr’aide des artistes d’Occitanie et en tant qu’affectataire. Au début des années 1940, il relance le projet finalement validé par la commission des Achats et Commandes de l’État en janvier 1942. Toutefois, Georges d’Espagnat est rapidement contraint d’en suspendre l’étude, faute de renseignements précis sur les dimensions des espaces à décorer21. L’affaire se décante quelques mois plus tard, après la venue de l’artiste dans la région. En juillet 1942, l’architecte Félix Thillet (1886-1957), fils du dernier maître d’œuvre du bâtiment, lui remet les plans et le peintre examine les lieux en compagnie du premier président. Ensemble, ils s’accordent sur la meilleure manière d’agrémenter les murs. Le décorateur modifie en conséquence ses premières esquisses, faites « à tout hasard22 » et soumet un programme pictural adapté à son environnement. Il suggère, entre autres, de laisser vide « une grande surface de l’escalier à cause des obliques causés par les marches23 ».

  • 24 Carte de Georges d’Espagnat, 10 juillet 1942 (AN, F/21/6826).
  • 25 La Dépêche de Toulouse, 29 août 1942, p. 2, disponible en ligne https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/b (...)
  • 26 Visite le 3 août, note manuscrite, secrétariat d’État (AN, F/21/6826).
  • 27 Arrêté du ministère, secrétaire d’État à l’Éducation nationale, 5 août 1942 (AN, F/21/6826).
  • 28 Note pour le bureau des Travaux d’art, 5 décembre 1942 (AN, F/21/6826).
  • 29 Arrêté du ministère, secrétaire d’État à l’Éducation nationale, 12 avril 1943 (AN, F/21/6826).
  • 30 Note pour le bureau des travaux d’art, 14 avril 1944 (AN, F/21/6826).
  • 31 Maurice Bézagu est élu associé de l’académie des Arts de Toulouse en 1946, titulaire en 1952 dans l (...)
  • 32 Lettre de Georges d’Espagnat, 10 juillet 1942 (AN, F/21/6826).

9Pressé de débuter enfin son travail, l’artiste demande aux autorités de faire le nécessaire pour « hâter la commande24 ». Le passage à Toulouse de Robert Rey – membre lui aussi de l’Entr’aide – a été décisif dans la conclusion d’un accord25. À la suite d’un entretien entre d’Espagnat et le chef du service des Travaux d’art26, la proposition est approuvée par Louis Hautecœur. L’arrêté du 5 août 1942 alloue la somme de 60 000 francs27 pour une partie du décor de l’escalier couvrant 25 m2. Cette première fraction, promptement exécutée, est réceptionnée le 4 décembre28. En avril suivant, 70 000 francs sont octroyés pour orner une surface de 27 m2, complétant le précédent ensemble29. Bien que l’arrêté exige leur achèvement avant la fin de l’année 1943, les nouveaux panneaux ne sont livrés que le 13 avril 194430 et immédiatement marouflés. L’inauguration du décor, cinq jours plus tard, réunit, sous le patronage du préfet de région, les acteurs institutionnels impliqués. En effet, nombre d’entre d’eux, esthètes, sont intervenus, à leur échelle, dans la progression du projet. D’Espagnat rapporte notamment que le préfet délégué Maurice Bézagu, collectionneur d’art31, a permis de résoudre la question de la remise en état des murs32.

  • 33 Propos cités dans : DELUZE Isabelle, « Georges d’Espagnat : la justice dans un jardin », La Dépêche (...)

10L’artiste, rompu à l’exercice, signe là une de ses dernières compositions d’envergure. Pour le peintre, mort en 1950, cette commande « a été d’un grand réconfort » ainsi que le confie son fils qui résume : « Cette décoration, c’est son chant du cygne33. »

Un choix approprié d’artiste

11Si cette commande est une opportunité bienvenue pour Georges d’Espagnat, la vocation de soutien n’explique pas à elle seule sa désignation.

Vecteurs locaux

  • 34 SENTENAC Paul, « La Cour d’appel de Toulouse décorée par Georges d’Espagnat ».
  • 35 Il ne participe à aucun salon régional et, s’il est présent parmi les artistes des Salons d’automne (...)
  • 36 Voir https://www.photo.rmn.fr/archive/10-548328-2C6NU0MCY8_T.html [lien valide en juin 2022]. Le pa (...)
  • 37 BAZIN Germain, L’Amour de l’art, p. 181.
  • 38 Ils se retrouvent notamment à la galerie Druet, aux Salons de la Société nationale des beaux-arts, (...)

12Le choix de ce peintre peut étonner puisqu’il déroge à la coutume localiste privilégiant les contrats avec des « enfants du pays ». Or, d’Espagnat ne revendique aucune racine méridionale ni attaches directes avec Toulouse. Paul Sentenac, comme pour défendre cette décision, rappelle tout de même qu’il a acquis, en 1921, une résidence à Fourmagnac. C’est dans ce lieu de villégiature lotois qu’il se replie avec sa famille en juillet 1942. Cet ancrage en ferait donc « presque34 » un Toulousain. Cependant, le décorateur se tient à distance de la vie artistique régionale et ne se mêle guère aux manifestations collectives35. Les raisons de cette préférence se devinent en observant le réseau reliant les artisans du projet. Le frère aîné du président de la cour d’appel, Charles Guérin (1875-1939), est un peintre à la notoriété établie, souvent comparé à Georges d’Espagnat36. De parcours analogues, tous deux sont définis comme des mainteneurs de « la tradition française37 ». De même génération, ils fréquentent les mêmes salons et galeries38. De surcroît, le père de Georges d’Espagnat exerça comme juge au tribunal de Melun. Ce détail n’a pu que favoriser le rapprochement entre l’artiste et le magistrat. L’appartenance des deux protagonistes à l’académie des Arts dès sa création éclaire encore ces jeux de relations.

  • 39 Raymond Escholier et Joseph Guérin intègrent en 1943 la classe des historiens et critiques d’art. D (...)
  • 40 Cantegril, opéra-comique en quatre actes, livret Raymond Escholier, musique Roger Ducasse, décors e (...)
  • 41 TRUNO Bernadette, Raymond et Marie-Louise Escholier. De l’Ariège à Paris un destin étonnant, Canet, (...)

13À la lisière, il est également révélateur de noter l’amitié du peintre avec un autre sociétaire, Raymond Escholier (1882-1971)39. Georges d’Espagnat a réalisé les décors de Cantegril, adapté par l’écrivain et joué à l’Opéra-Comique en 193140. Durant la guerre, le conservateur du Petit Palais, qui occupe les fonctions de maire à Mirepoix, participe activement à la vie culturelle régionale. Membre du comité du Salon d’automne, il assure un relais avec la Capitale. Il endosse le rôle de correspondant à Toulouse de la section Occitanie de l’Entr’aide, dont il est nommé vice-président41. L’ancien critique d’art à la Dépêche de Toulouse reste, en outre, connu pour avoir été l’un des promoteurs de l’art dit du « Juste-Milieu » dont Georges d’Espagnat incarne l’un des modèles.

Facteurs esthétiques

  • 42 Selon l’analyse de Pierre Vaisse, l’intervention des destinataires locaux « principaux intéressés » (...)
  • 43 ESPAGNAT Bernard d’ (dir), « Georges d’Espagnat “peintre de l’école française” », in Georges d’Espa (...)
  • 44 FAURE Élie, « De grands tableaux tout rouges et des mers bleues », in Georges d’Espagnat, p. 13.
  • 45 Voir https://www.musee-orsay.fr/fr/oeuvres/la-pergola-16997 [lien valide en juin 2022].
  • 46 CABANNE Pierre, « Espagnat, Georges d’ », in CABANNE Pierre & SCHURR Gérard, Dictionnaire des petit (...)
  • 47 DUCREUX Anne-Claire, in Georges d’Espagnat, « la vive couleur », catalogue d’exposition (12 avril-7 (...)

14Au-delà de ces accointances, des critères esthétiques plaident en sa faveur42. Les inclinations artistiques de Joseph Guérin, amateur averti, illustrent le goût moyen dominant le microcosme toulousain de la première tranche du siècle, tourné vers une figuration à la modernité modérée. Georges d’Espagnat s’inscrit dans une mouvance à son apogée durant l’entre-deux-guerres. La technique de cet autodidacte, formé avec l’étude des maîtres au Louvre, manifeste sa fidélité aux repères figuratifs classiques. Assumant cet héritage, il se qualifie lui-même de « peintre de l’École française43 ». S’il effectue quelques aménagements décoratifs d’hôtels particuliers à ses débuts, dont celui de son marchand Paul Durand-Ruel, sa pleine maîtrise s’affirme avant tout dans la peinture de chevalet. Son art, toujours décoratif ainsi que le souligne Élie Faure44, s’épanouit dans des représentations de plein-air ou d’intérieurs intimes45. Ces scènes de quiétude et félicité signalent, dans leur touche, une filiation impressionniste. La symphonie des couleurs et le dessin vaporeux montrent une imprégnation fauve. Georges d’Espagnat, ami de Renoir et proche du cercle des Nabis, se nourrit de la fréquentation de ses contemporains. Néanmoins, s’il expose dès 1892 au Salon des indépendants et adhère, à sa fondation, au Salon d’automne avant d’en devenir vice-président en 194246, son parcours est dicté par une autonomie stylistique. Entre tradition et modernité, d’Espagnat trace une voie personnelle, faisant peu évoluer sa manière. La touche évanescente et le syncrétisme des traits adoptés dès le tournant du siècle sont employés par l’artiste jusqu’à la fin de sa carrière. Les panneaux toulousains témoignent d’un simple adoucissement des teintes apparu avec la maturité. Anne-Claire Ducreux le souligne, il n’a « jamais été un peintre “à la mode”47». Cette constance lui permet de traverser les courants et de s’émanciper des classifications. Les années 1930 correspondent chez d’Espagnat à un retour vers l’art décoratif. Il compte parmi les artistes fréquemment sollicités lors des campagnes qui se multiplient en cette décennie, contribuant entre 1935 et 1939 à une succession de chantiers : pour le paquebot Normandie, la mairie de Vincennes, le palais de la Découverte ou le palais du Luxembourg.

  • 48 Jean Druïlle écrit : « D’Espagnat réussit, dans un art temperement (sic) sévère, des allégories de (...)
  • 49 Joseph Guérin, cité dans DRUÏLLE Jean, « Inauguration des peintures de Georges d’Espagnat à la cour (...)

15Aussi, le style tempéré appliqué à la cour d’appel par Georges d’Espagnat concorde avec les préférences des édiles locaux48. Le résultat, conforme aux attentes, satisfait Joseph Guérin, convaincu par la « sérénité et l’harmonie qui se dégagent49 » des œuvres. De fait, la forme convenue de la suite de peintures habillant des murs jusque-là vides sied à la sacralité du lieu et concourt à instaurer une ambiance feutrée.

Une iconographie de son temps : entre traditionalisme et régionalisme

  • 50 Citons pour simples exemples de palais de justice à l’esthétique Art déco et au décor épuré : Béthu (...)

16Sans autre impératif que d’ornement, le cycle pictural toulousain se situe à rebours du mouvement de modernisation enclenché dans les années 1930 qui engendre une reconsidération de la place des motifs ornementaux dans les édifices publics50. Il se distancie aussi des vastes ensembles emphatiques de la Troisième République visant à asseoir un pouvoir. Son iconographie, intemporelle, ne dit rien des innovations techniques et transformations de la société.

  • 51 Lettre de Georges d’Espagnat, Fourmagnac, 10 juillet 1942 (AN, F/21/6826).

17L’artiste écarte d’emblée l’option d’une peinture murale, qu’il juge trop contraignante. Les cinq toiles sont donc réalisées dans son atelier parisien et marouflées par ses soins. La commande est scindée en deux phases. Pour la première tranche, Georges d’Espagnat prévoit pour le mur du palier intermédiaire de l’escalier central un panneau de « 4,50 / 90 sur 7 m de large51 ». Deux autres toiles, de 2,5 m sur 2, doivent lui faire face à l’étage.

L’Allégorie de la Justice

  • 52 Lettre de Georges d’Espagnat, Fourmagnac, 10 juillet 1942 (AN, F/21/6826).
  • 53 Voir notamment : RESNIK Judith & CURTIS Dennis, « Representing Justice : from Renaissance Iconograp (...)

18L’œuvre débutant la série s’impose, par son format, sa position et son sujet, comme le morceau majeur [fig. 5]. En une composition symétrique, elle figure une allégorie de la Justice « entourée des représentants des diverses magistratures propres à Toulouse, aux diverses périodes de l’Histoire : depuis la justice des Comtes de Toulouse et des Capitouls, jusqu’au Parlement et jusqu’à la Cour actuelle52 », indique précisément l’artiste. Cette trame est implantée dans un paysage champêtre. La rotonde de briques roses qui enceint la scène est percée de quatre arcades laissant entrevoir les coteaux languedociens. Au centre, une niche encadrée de colonnes à l’antique sert de trône à la Justice. L’allégorie siège simplement coiffée du casque de Minerve. La terminologie classique est convoquée avec parcimonie, la balance est absente et aucun bandeau ne masque son regard qui scrute le lointain. Déchargée de ces attributs, cette Justice s’éloigne de l’image mythique développée à partir de la Renaissance53. À ses pieds, deux Vertus complètent la composition pyramidale. Une jeune femme consultant les livres de lois symbolise la Jurisprudence. À droite, une mère enveloppant un nouveau-né renvoie à l’Innocence que la Justice protège d’un geste de mansuétude. L’allégorie n’écrase pas par sa gravité. Le visage stoïque et la posture hiératique traduisent son impartialité. La fonction répressive de la Justitia est signalée par son glaive tranchant mais sans gestuelle grandiloquente. Distante, elle domine sans effacer le reste de l’audience, située sur un même plan.

Figure 5

Figure 5

Allégorie de la Justice ou Histoire de la Justice à Toulouse, Georges d’Espagnat, 1942, huile sur toile accrochée à la cour d’appel de Toulouse, 2020.

© Coralie Machabert.

19De part et d’autre de la figure axiale, deux groupes se répartissent. Les représentants de l’institution à travers le temps, discernables par leur tenue, conversent avec décontraction. Manteaux entrouverts, toques retirées, les magistrats ne sont pas montrés en solennité ni en plein exercice sentenciel. Si les visages sont trop peu individualisés pour permettre une identification formelle, il s’agit vraisemblablement d’une juxtaposition de portraits. La justice seigneuriale débute la frise. Le premier jalon est incarné par un homme en costume médiéval. Campant à gauche et prenant appui sur sa crosse épiscopale, il fait face à un évêque en aube blanche et mitre. Cette réunion anachronique se poursuit avec la justice parlementaire. L’évolution des détails vestimentaires est décrite, depuis les toges de velours rouge et épaulettes de fourrure blanche emblématiques des capitouls aux robes contemporaines. Parmi cet aéropage, un juriste – dont les traits, le port altier et la carrure imposante ne sont pas sans rappeler ceux de Joseph-Gaspard de Maniban, premier président en 1723 – se différencie. Le noir de son habit d’audience sert l’équilibre chromatique. Cet abrégé historique se clôture probablement par le dernier nommé en date et commanditaire, Joseph Guérin, pourvu de l’épitoge et d’un mortier.

20Les canons académiques et l’iconologie explicite déclinés dans cette Histoire de Toulouse garantissent une lecture aisée pour le visiteur.

Les richesses régionales

  • 54 Lettre de Georges d’Espagnat, Fourmagnac, 10 juillet 1942 (AN, F/21/6826).
  • 55 Lettre de Georges d’Espagnat, Fourmagnac, 10 juillet 1942.

21Accompagnant le panneau principal, deux allégories célèbrent les ressources intarissables de la région. Une première toile vante la richesse spirituelle de la ville [fig. 6]. À droite, d’Espagnat a positionné « la personnification de Toulouse cité des arts (jeux floraux, peinture, musique, architecture)54 ». La palette diluée transcrit la couleur locale. Tandis que se détachent dans l’horizon ses monuments emblématiques, la Ville, identifiée par un diadème crénelé, est figurée, couronne de lauriers à la main, nonchalamment appuyée sur un soubassement de briques roses caractéristiques. L’élégante muse irradie littéralement de sa pure blancheur et son aura rayonne alentour. Sur la gauche, quatre poètes mainteneurs de la langue d’oc, troubadours du consistoire du Gai Savoir et félibriges, déclament à l’unisson leur admiration. Assises avec révérence aux pieds de la Cité, la mystique bienfaitrice de l’académie des Jeux floraux Clémence Isaure et la légendaire Belle Paule expriment leur dévouement. À l’avant-plan, les allégories de la Musique, de la Sculpture et de la Peinture, captives, paraissent, elles aussi, vivifiées en sa compagnie. À la « Toulouse inspiratrice des Arts » répond La Garonne ou La Richesse de la campagne [fig. 7]. D’Espagnat illustre la prospérité du territoire languedocien à travers « récoltes, pêche, navigation55 ». En parfaite symbiose, ses occupants puisent en ce sol nourricier et des naïades profitent de la luxuriante nature.

Figure 6

Figure 6

Toulouse cité des Arts, Georges d’Espagnat, 1943-1944, huile sur toile, 250 x 200 cm, cour d’appel de Toulouse, 2020.

© Coralie Machabert.

Figure 7

Figure 7

La Garonne richesse du Languedoc, Georges d’Espagnat, 1943-1944, huile sur toile, 250 x 200 cm, cour d’appel de Toulouse, 2020.

© Coralie Machabert.

  • 56 Lettre de Georges d’Espagnat, Fourmagnac, 10 juillet 1942.
  • 57 DELUZE Isabelle, « Georges d’Espagnat : la justice dans un jardin ». Confirmé par les témoignages. (...)

22La seconde commande comprend deux toiles de 2 m de haut sur 2,5 de large, encadrant l’entrée de la Grand’chambre au rez-de-chaussée, en remplacement des niches existantes « vides et de mauvaises proportions » selon d’Espagnat. En dehors de cet argument d’agencement, les explications du décorateur quant au contenu des panneaux sont laconiques : ils sont consacrés « l’un au Travail, l’autre à la Famille56 ». Le diptyque dépeint les mœurs d’une époque révolue. Une famille de cultivateurs répète des tâches ancestrales. Dans le premier volet, l’aîné et son aïeul s’attellent au ramassage du bois alors que la mère se charge de la récolte, suivie par ses plus jeunes enfants [fig. 8]. Au champ, les hommes vaillants dirigent les bœufs de trait qui labourent. Dans le pendant, les hommes entretiennent le jardin potager tandis que les femmes et les enfants cueillent fleurs et fruits [fig. 9]. Cette ultime composition comporte une dimension plus personnelle pour le peintre qui prend pour modèle sa femme et son fils Bernard pour incarner la tendre maternité57 [fig. 10].

Figure 8

Figure 8

Le Travail, Georges d’Espagnat, 1943-1944, huile sur toile, 200 x 250 cm, cour d’appel de Toulouse, 2020.

© Coralie Machabert.

Figure 9

Figure 9

La Famille, Georges d’Espagnat, 1943-1944, huile sur toile, 200 x 250 cm, cour d’appel de Toulouse.

© Coralie Machabert.

Figure 10

Figure 10

La Famille (détail), Georges d’Espagnat, 1943-1944, huile sur toile, 200 x 250 cm, cour d’appel de Toulouse.

© Coralie Machabert.

  • 58 SENTENAC Paul, « La Cour d’appel de Toulouse décorée par Georges d’Espagnat ».
  • 59 Associant tranches de vie familiale et travaux agricoles, il est possible de songer aux toiles : La (...)
  • 60 Pierre Vaisse renvoie à cet exemple : « Décoration peinte des bâtiments judiciaires », in ASSOCIATI (...)
  • 61 Sur la représentation picturale paysanne, voir les travaux d’Héliane Bernard, notamment : BERNARD H (...)
  • 62 Gérard Monnier le retient dans son étude comme exemple de l’utilisation politique du décor artistiq (...)
  • 63 Toby Norris remarque les similarités nombreuses entres les peintres qu’il met en parallèle. Voir NO (...)
  • 64 Les six toiles se sont trouvées au cœur de polémiques en 2008 lors de leur dépose pour être vendues
  • 65 Voir l’analyse de ces décors dans JUSKIEWENSKI Claude, « Henri Martin paysagiste et décorateur lang (...)
  • 66 Voir FAURE Christian, Le Projet culturel de Vichy. Folklore et révolution nationale, 1940-1944, Lyo (...)

23Aucune composante de l’imagerie paysanne ne manque (labeur, unité familiale…). Le juriste Paul Sentenac avance à l’époque, pour justifier les motifs traités : « Les tribunaux ne protègent-ils pas le travail et la famille ?58 » S’ils sont sans rapport direct avec la fonction de l’édifice de destination, ces sujets agraires empruntent à une iconographie récurrente dès l’aube du siècle dans le corpus de l’artiste59. Pareils aux vues du Jura « unissant le goût du paysage […] à l’exaltation du pays […]60 » peintes par Émile Isenbart (1846-1921) pour le hall de la cour d’appel de Besançon en 1911-1912 ; ces codes conventionnels sont alors déployés dans nombre d’institutions publiques. De Gustave Jaulmes (1873-1959) à Roger Chapelain-Midy (1904-1992), le thème est plébiscité, surtout par les figures de la « peinture de tradition » en quête d’authenticité. Cette tendance, dans la lignée des pastorales de Puvis de Chavannes (1824-1898), trouve ses racines plus avant, sous le pinceau de Jules Breton (1827-1906) et évidemment Jean-François Millet (1814-1875) chez qui les outils – fourches ou paniers – servaient à matérialiser la répartition structurante des rôles dans les campagnes. Les représentations du monde agricole abondent toujours dans les années 193061, à l’instar des fresques de la bourse du travail de Bordeaux, inaugurée en 193862. Au détour de l’escalier du palais Art déco – pensé comme une œuvre totale peu comparable avec Toulouse – des points communs peuvent se détecter, particulièrement dans les activités de pêche et fenaison restituées par Camille de Buzon (1885-1964). Des analogies peuvent encore être relevées dans les réalisations que le natif de Toulouse, Henri Martin63 (1860-1943), conçoit pour le Conseil d’État [fig. 11]. Les panneaux immortalisant le Travail de la terre prennent pour toile de fond les plaines du Lauragais. Plus près, le maître languedocien signe, en 1932, une autre variation d’inspiration régionaliste à la chambre de commerce de Béziers64. Henri Martin y évoque les vendanges, de façon similaire au triptyque de la préfecture de Cahors65. Aussi, la célébration de ces valeurs, loin d’être nouvelle, rencontre cependant un écho favorable au moment de l’inauguration du décor de la cour d’appel de Toulouse. Le climat est spécialement propice alors que la paysannerie est devenue un des piliers fondateurs de la Révolution nationale66. Flattant les sentiments grégaires, la propagande du régime de Vichy mise sur le mythe rural pour diffuser l’idéologie officielle.

  • 67 Le cycle prend une signification qui interpelle au recul de l’histoire, toutefois Pierre Vaisse met (...)

24S’il apparaît donc, a priori, anodin, le cycle toulousain, reflétant l’esprit de l’époque, transcende l’anecdote nostalgique pour s’inscrire dans l’Histoire67.

Figure 11

Figure 11

Peinture murale Les moissons de Henri Martin (vers 1926), salle des assemblées générales au Conseil d’État, Palais royal (Paris), 2007.

© Jean Gourbeix (Médiathèque du patrimoine et de la photographie), distr. RMN-GP.

Conclusion

  • 68 Des scènes de la vie locale, culturelle et festive, complètent l’ensemble de peintures et sculpture (...)

25L’aménagement pictural présenté à la cour d’appel de Toulouse intervient en une phase transitoire, à l’aube d’un changement d’orientation en matière de décoration des édifices publics. Dans ce contexte, le projet, fortement marqué artistiquement et connoté politiquement, démontre la subsistance d’un modèle archaïque. Cette commande, unitaire et mobilisant un seul exécutant, perpétue un principe qui s’avère obsolète devant les bouleversements sociétaux des Trente Glorieuses. L’image véhiculée à travers ces compositions, propageant des vertus ancestrales, apparaît surannée en cette ère d’industrialisation du territoire. Après la Libération, pareil archétype ne cadre plus avec le discours politique local. Preuve en est, dix ans plus tard, ce sont les relations commerciales et l’expansion économique de la région qui sont à l’honneur dans le programme d’embellissement de la chambre de commerce, ultime commande toulousaine d’envergure du siècle68.

  • 69 L’Auta que bufo un cop cado més, no 288, février 1960, p. 28. Plus tard, Paul Mesplé se souvient sa (...)

26Au chapitre stylistique, le décor élaboré par Georges d’Espagnat, infusé de culture classique, ne correspond pas à l’évolution des goûts. En 1960, un chroniqueur local les signale brièvement dans un descriptif du palais comme des œuvres « au symbolisme assez flottant69 ». Ces peintures murales ne renouvellent pas le genre ni ne se distinguent dans la carrière de l’artiste.

  • 70 Projet de restauration de l’œuvre de G. d’Espagnat (ADHG, 5891W16).
  • 71 Gilbert Cousteaux, délégué à l’Équipement, cherchant alors une œuvre pour une future salle de la co (...)
  • 72 La galerie mène au parquet général. Aucune indication n’est disposée à proximité des toiles. Sous L (...)

27Tous ces éléments additionnés ont sans doute favorisé leur rapide mise à l’écart et conduit à leur oubli. Les panneaux sont déposés moins d’une vingtaine d’années après leur marouflage et ne sont remis en place qu’au début des années 199070 [fig. 12]. L’Allégorie de la Justice, conservée roulée dans les réserves municipales et restaurée en décembre 1993 après sa redécouverte fortuite, retrouve sa localisation initiale 71. Les deux paires de diptyques, de même format, sont réinstallées en enfilade dans un couloir adjacent à l’étage et désormais peu visibles72.

  • 73 Voir entre autres MADRANGES Étienne, Les Palais de justice de France. Architecture, symboles, mobil (...)

28Si cette entreprise toulousaine n’est pas passée à la postérité, elle demeure toutefois comme un témoignage, semble-t-il isolé, de la survivance d’une conception architecturale des lieux d’exercice de la justice qui expire à l’heure où se développent les palais modernes73.

Figure 12

Figure 12

Disposition actuelle des toiles dans le couloir menant au parquet général, à l’étage de la cour d’appel de Toulouse, 2020.

© Coralie Machabert.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier pour leur aide et leur témoignage M. le substitut général Gilles Neyrant et M. le Président de chambre honoraire à la cour d’appel de Toulouse Gilbert Cousteaux.

2 Des extensions avaient déjà été réalisées en 1971 et 1986. Le projet d’agrandissement est amorcé en 1991, le concours lancé en 1995 est remporté par Pascal Prunet, architecte en chef des monuments historiques. Sur ce nouveau bâtiment, voir notamment : BEC Jean-Louis, « Petites et grandes histoires de la construction du palais de justice de Toulouse », Histoire de la justice, Paris, Association française pour l’histoire de la Justice, 2011, no 21, p. 155-176, disponible en ligne https://www.cairn.info/revue-histoire-de-la-justice-2011-1-page-155.htm [lien valide en juin 2022].

3 Voir les explications du maître d’œuvre dans Palais de justice de Toulouse, Paris, APIJ, p. 26-28, [en ligne] http://www.apij.justice.fr/fichier/i_download/1330/26.apij_toulouse_web.pdf [lien valide en juin 2022].

4 Il s’agit aujourd’hui d’une copie de l’œuvre d’Achille Valois (1785-1862) installée en 1850 et remplacée, après son déboulonnement en 1942, par une taille en pierre d’Albert de Jaeger (1908-1992). Lors de la rénovation de la place, inaugurée le 12 avril 2019, la statue a été nettoyée et réorientée.

5 Le parlement de Toulouse est institué une première fois par lettres patentes en 1419, rétabli par l’édit signé à Saumur en octobre 1443 et installé lors de sa séance inaugurale au Château narbonnais en juin 1444. PRIN Maurice & ROCACHER Jean, Le Château narbonnais : le Parlement et le palais de justice de Toulouse, Toulouse, Privat, coll. « Le midi et son histoire », 1991 ; Cinq siècles de justice à Toulouse, catalogue d’exposition (Toulouse, cour d’assises de la Haute-Garonne, octobre-novembre 1994), Toulouse, Archives départementales de la Haute-Garonne, 1994.

6 Inscrits par arrêté du 16 mars 1994 : cour d’appel (une partie des façades et toitures, salle des pas perdus et grand escalier) ; cour d’assises (ensemble du bâtiment) ; tribunal de grande instance (une partie des façades et toitures). Voir dans la base Mérimée : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00132672 [lien valide en juin 2022].

7 FRONTON-WESSEL Marie-Laure, « Le plafond peint de la Grand’chambre de la cour d’appel de Toulouse », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, Toulouse, 1999, t. LIX, p. 163-175, disponible en ligne https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6576093v.image.langFR.r=M%C3%A9moires%20Bulletins%20Soci%C3%A9t%C3%A9%20arch%C3%A9ologique%20midi%20France [lien valide en juin 2022].

8 Classement par arrêté du 8 septembre 1999 : cour d’appel : première grande chambre avec sa chapelle attenante ; salon Doré, salon d’Hercule, vestibule de la troisième chambre avec son décor peint du xivsiècle. Voir dans la base Mérimée : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00132672 [lien valide en juin 2022].

9 Joseph Guérin, cité dans DRUÏLLE Jean, « Inauguration des peintures de Georges d’Espagnat à la cour d’appel de Toulouse », Le Midi socialiste, 21 avril 1944, p. 2.

10 Joseph Guérin, cité dans DRUÏLLE Jean, « Inauguration des peintures de Georges d’Espagnat à la cour d’appel de Toulouse », Le Midi socialiste.

11 Joseph Guérin, cité dans DRUÏLLE Jean, « Inauguration des peintures de Georges d’Espagnat à la cour d’appel de Toulouse », Le Midi socialiste.

12 Entre autres : La Dépêche de Toulouse, 29 août 1942, p. 2 ; Le Journal de Toulouse, 6 septembre 1942, p. 2 ; SENTENAC Paul, « La Cour d’appel de Toulouse décorée par Georges d’Espagnat », Le Journal des arts, 30 octobre 1943, n119, musée des Années Trente, Boulogne-Billancourt, dossier Georges d’Espagnat. Malheureusement, aucune archive n’a été trouvée concernant l’origine du projet.

13 REY Robert, « L’Action de l’État dans la renaissance du grand décor mural », L’Art vivant, 1938, no 218, p. 391.

14 REY Robert, « L’Action de l’État dans la renaissance du grand décor mural », L’Art vivant.

15 Sur la politique d’achats et commandes sous la Troisième République, voir : MONNIER Gérard, L’Art et ses institutions en France, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 1995, p. 246-261. Sur la décoration des édifices publics (conditions, style, iconographie) voir : VAISSE Pierre, La Troisième République et les peintres, Paris, Flammarion, coll. « Art, Histoire, Société », 1995, chap. viii-x, p. 175-305.

16 Sur cet organisme voir particulièrement BERTRAND-DORLÉAC Laurence, Art, culture et société : l’exemple des arts plastiques à Paris entre 1940 et 1944, thèse de doctorat d’histoire, Paris, Institut d’études politiques, 1990, vol. 1, p. 86-88, voir source supplémentaire via https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3328632c.texteImage [lien valide en juin 2022].

17 L’assemblée constitutive de la section Sud-Ouest se réunit à Toulouse le 3 juin 1941. (Déclaration de société du 9 juillet 1941, archives départementales de la Haute-Garonne (ADHG), 1672W9, dossier Entr’aide).

18 Certificat attestant du travail de Colette Rodde, 19 novembre 1942 (archives municipales de Toulouse, 301W7) ; Le Midi socialiste, 20 juillet 1942, p. 2.

19 Antoine Joseph Guérin, 1877, Sens-1954, Toulouse. Docteur en droit, avocat à la cour d’appel de Paris, juge à Nîmes, conseil à la cour d’appel de Douai, d’Aix, puis président de chambre à Pau en 1931. En poste à Toulouse de 1935 à 1944 (archives départementales de l’Yonne, 2E387/135 (numérisé 5Mi890) état civil-naissance). Notice biographique. Voir http://www.laconference.net/?promo=joseph-guerin [lien valide en juin 2022].

20 Officiellement créée le 10 septembre 1943 (Journal officiel de l’État français, 10 septembre 1943, n° 217, p. 2396). Elle est impulsée par l’avocat Pierre de Gorsse et initialement présidée par l’avocat général Pierre Lespinasse. Elle entend participer au développement artistique de la région et se prononce en faveur du « maintien du caractère traditionnel local ». (Statuts de l’académie des Arts de Toulouse, article 1er. Délibérés à Toulouse lors de l’assemblée générale constitutive du 30 juillet 1943). Le groupement se réclame de l’ancienne Académie royale de peinture et de sculpture de Toulouse, instituée en 1751. Placée sous l’égide du préfet, il cadre avec la doctrine régionaliste vichyste et reçoit le soutien personnel de Pétain (ADHG, 1672W10 et M1911).

21 Lettre de Georges d’Espagnat, 10 juillet 1942 (Archives nationales (AN), F/21/6826).

22 Lettre de Georges d’Espagnat, 10 juillet 1942 (Archives nationales (AN), F/21/6826).

23 Lettre de Georges d’Espagnat, 10 juillet 1942 (Archives nationales (AN), F/21/6826).

24 Carte de Georges d’Espagnat, 10 juillet 1942 (AN, F/21/6826).

25 La Dépêche de Toulouse, 29 août 1942, p. 2, disponible en ligne https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4149567t/f2.item [lien valide en juin 2022].

26 Visite le 3 août, note manuscrite, secrétariat d’État (AN, F/21/6826).

27 Arrêté du ministère, secrétaire d’État à l’Éducation nationale, 5 août 1942 (AN, F/21/6826).

28 Note pour le bureau des Travaux d’art, 5 décembre 1942 (AN, F/21/6826).

29 Arrêté du ministère, secrétaire d’État à l’Éducation nationale, 12 avril 1943 (AN, F/21/6826).

30 Note pour le bureau des travaux d’art, 14 avril 1944 (AN, F/21/6826).

31 Maurice Bézagu est élu associé de l’académie des Arts de Toulouse en 1946, titulaire en 1952 dans la classe des amateurs et collectionneurs.

32 Lettre de Georges d’Espagnat, 10 juillet 1942 (AN, F/21/6826).

33 Propos cités dans : DELUZE Isabelle, « Georges d’Espagnat : la justice dans un jardin », La Dépêche du Midi, 1er octobre 1994.

34 SENTENAC Paul, « La Cour d’appel de Toulouse décorée par Georges d’Espagnat ».

35 Il ne participe à aucun salon régional et, s’il est présent parmi les artistes des Salons d’automne, des artistes décorateurs et des Tuileries, auxquels il prend habituellement part dans la Capitale et exceptionnellement regroupés au musée des Augustins en 1941, ce n’est que grâce au prêt d’un collectionneur de deux de ses toiles. Il est absent de la seconde édition, en 1942 (Artistes des Salons d’Automne, des Tuileries et des Décorateurs, Toulouse, musée des Augustins, 1941 ; Salon d’art contemporain 1942, Toulouse, musée des Augustins, 1942.)

36 Voir https://www.photo.rmn.fr/archive/10-548328-2C6NU0MCY8_T.html [lien valide en juin 2022]. Le parallèle est notamment opéré par Germain Bazin, aux côtés de peintres tels que Pierre Laprade (1875-1931) ou Maurice Asselin (1882-1947) ; voir : BAZIN Germain, L’Amour de l’art, juillet 1933, no 7, p. 180-181. Frantz Jourdain, dans son rapport pour l’attribution de la Légion d’honneur à Charles Guérin, parle, lui, de « compagnon[s] d’armes ». (Extrait de rapport, v1919, AN, 19800035/1330/54219). Voir dans la base Léonore : https://www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr/ui/notice/174496 [lien valide en juin 2022].

37 BAZIN Germain, L’Amour de l’art, p. 181.

38 Ils se retrouvent notamment à la galerie Druet, aux Salons de la Société nationale des beaux-arts, des indépendants, d’automne…

39 Raymond Escholier et Joseph Guérin intègrent en 1943 la classe des historiens et critiques d’art. D’Espagnat – trouvant une opportune assise locale à faire valoir ? – est nommé en 1943 mais ne siégea pas aux réunions. Le président de l’académie, dans sa lettre de condoléances à la veuve du peintre, souligne que Joseph Guérin était de ses « amis personnels » (Pierre de Gorsse à Mme d’Espagnat, 24 avril 1950, ADHG, fonds de Gorsse, 92J136). Pour clore la boucle des facteurs circonstanciels, la Société projette d’organiser une exposition au musée des Augustins pour les 500 ans de la fondation du parlement en octobre-novembre 1944. (Le Journal de Toulouse, 25 juin 1944, p. 2 ; Le Grand Écho du Midi, 10 juin 1944, p. 2.)

40 Cantegril, opéra-comique en quatre actes, livret Raymond Escholier, musique Roger Ducasse, décors et costumes Georges d’Espagnat, avec Roger Bourdin et Marie Thérèse Gauley, création et représentation février 1931, Opéra-Comique, Paris.

41 TRUNO Bernadette, Raymond et Marie-Louise Escholier. De l’Ariège à Paris un destin étonnant, Canet, Trabucaire, 2004, p. 155.

42 Selon l’analyse de Pierre Vaisse, l’intervention des destinataires locaux « principaux intéressés » est une « pratique largement répandue et symptomatique de l’esprit libéral ou de la faiblesse de l’administration » de la Troisième République. Voir VAISSE Pierre, La Troisième République et les peintres, p. 225.

43 ESPAGNAT Bernard d’ (dir), « Georges d’Espagnat “peintre de l’école française” », in Georges d’Espagnat, Paris, Bibliothèque des Arts, 1990, p. 61.

44 FAURE Élie, « De grands tableaux tout rouges et des mers bleues », in Georges d’Espagnat, p. 13.

45 Voir https://www.musee-orsay.fr/fr/oeuvres/la-pergola-16997 [lien valide en juin 2022].

46 CABANNE Pierre, « Espagnat, Georges d’ », in CABANNE Pierre & SCHURR Gérard, Dictionnaire des petits maîtres de la peinture. 1820-1920, Paris, Éditions de l’Amateur, 1996, vol. 1, A-H, p. 410.

47 DUCREUX Anne-Claire, in Georges d’Espagnat, « la vive couleur », catalogue d’exposition (12 avril-7 juillet 1996), Marly-le-Roi-Louveciennes, Musée-Promenade, 1996.

48 Jean Druïlle écrit : « D’Espagnat réussit, dans un art temperement (sic) sévère, des allégories de bon aloi. » (DRUÏLLE Jean, « Inauguration des peintures de Georges d’Espagnat à la cour d’appel de Toulouse »), tandis que Paul Sentenac s’enthousiasme : « Les cinq peintures décoratives de Georges d’Espagnat ne pouvaient qu’être une réussite. Elles valent par l’éclat et la chaleur des tons, l’harmonie de leurs rapports, l’ordonnance de la composition, le rythme des personnages, l’aspect moelleux de la pâte. » (SENTENAC Paul, « La Cour d’appel de Toulouse décorée par Georges d’Espagnat »).

49 Joseph Guérin, cité dans DRUÏLLE Jean, « Inauguration des peintures de Georges d’Espagnat à la cour d’appel de Toulouse ».

50 Citons pour simples exemples de palais de justice à l’esthétique Art déco et au décor épuré : Béthune, construit en 1930 sur les plans de Paul Decaux ou le pavillon Montyon de Marseille, édifié en 1933 par Gaston Castel.

51 Lettre de Georges d’Espagnat, Fourmagnac, 10 juillet 1942 (AN, F/21/6826).

52 Lettre de Georges d’Espagnat, Fourmagnac, 10 juillet 1942 (AN, F/21/6826).

53 Voir notamment : RESNIK Judith & CURTIS Dennis, « Representing Justice : from Renaissance Iconography to Twenty-First-Century Courthouses », Proceedings of the American Philosophical Society, june 2007, vol. 151, no 2, p. 139-183.

54 Lettre de Georges d’Espagnat, Fourmagnac, 10 juillet 1942 (AN, F/21/6826).

55 Lettre de Georges d’Espagnat, Fourmagnac, 10 juillet 1942.

56 Lettre de Georges d’Espagnat, Fourmagnac, 10 juillet 1942.

57 DELUZE Isabelle, « Georges d’Espagnat : la justice dans un jardin ». Confirmé par les témoignages. Tous deux sont fréquemment représentés dans ses toiles dans les années 1930 ; LUX Aude & JACQUEMOND J.-D., « Biographie », in Georges d’Espagnat, « la vive couleur », catalogue d’exposition.

58 SENTENAC Paul, « La Cour d’appel de Toulouse décorée par Georges d’Espagnat ».

59 Associant tranches de vie familiale et travaux agricoles, il est possible de songer aux toiles : La Cueillette des pommes, 1897, 118 x 128 cm ; Verger en septembre, 1905.

60 Pierre Vaisse renvoie à cet exemple : « Décoration peinte des bâtiments judiciaires », in ASSOCIATION FRANÇAISE POUR L’HISTOIRE DE LA JUSTICE, La Justice en ses temples. Regards sur l’architecture judiciaire en France, Paris / Poitiers, Errance / Broussaud, 1992, p. 283. De même : CROSNIER LECONTE Marie-Laure, « La Croix, le glaive et la balance : les grands décors des palais de justice au xixsiècle », Monuments historiques, no 200, janvier-février 1996, « Les palais de justice », p. 32.

61 Sur la représentation picturale paysanne, voir les travaux d’Héliane Bernard, notamment : BERNARD Héliane, « Symbolisme de la charrue et du labour. Des images de la Terre fécondée (1920-1940) », Bulletin du centre Pierre Léon, no 2-3, 1987, p. 99-117, disponible en ligne https://bcpl.msh-lse.fr/bcpl.msh-lse.fr/1987_N_2-3/8SYMBOLIS/index.pdf [lien valide en juin 2022] ; BERNARD Héliane, « La Terre et ses mythes, voyage au centre de l’image. Le mythe rural dans la peinture française, 1920-1955 », thèse de doctorat d’histoire, Lyon, université Lumière-Lyon 2, 1988, voir source supplémentaire via https://presses.univ-lyon2.fr/product/show/la-terre-toujours-reinventee/347 [lien valide en juin 2022].

62 Gérard Monnier le retient dans son étude comme exemple de l’utilisation politique du décor artistique ; iconographie axée sur l’exaltation de la prospérité locale et le choix d’artistes académiques locaux (MONNIER Gérard, L’Art et ses institutions en France, p. 258-261). Le bâtiment est classé en totalité par arrêté du 25 juin 1998. Voir dans la base Mérimée : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00083158 [lien valide en juin 2022].

63 Toby Norris remarque les similarités nombreuses entres les peintres qu’il met en parallèle. Voir NORRIS Toby, « Between the Lines : The Juste milieu in Interwar France (No Man’s Land : Henri Martin and Georges d’Espagnat) », in ADAMSON Natalie & NORRIS Toby (dir.), Academics, Pompiers, Official Artists and the Arrière-garde, defining Modern and Traditional in France, 1900-1960, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars, 2009, p. 148-156.

64 Les six toiles se sont trouvées au cœur de polémiques en 2008 lors de leur dépose pour être vendues.

65 Voir l’analyse de ces décors dans JUSKIEWENSKI Claude, « Henri Martin paysagiste et décorateur languedocien », thèse d’histoire de l’art, Toulouse, université Toulouse Le Mirail, 1974.

66 Voir FAURE Christian, Le Projet culturel de Vichy. Folklore et révolution nationale, 1940-1944, Lyon, Presses universitaires de Lyon / Éditions du CNRS,coll. « Hors collection », 1989, disponible en ligne https://books.openedition.org/pul/15665?lang=fr [lien valide en juin 2022].

67 Le cycle prend une signification qui interpelle au recul de l’histoire, toutefois Pierre Vaisse met en garde dans son étude au sujet de l’interprétation des décors publics de la Troisième République : si l’on peut, à raison, y voir « une propagande par l’image […] » il faut aussi « tenir compte du poids des traditions iconographiques, ou des conditions dans lesquelles s’est élaborée l’œuvre » (VAISSE Pierre, La Troisième République et les peintres, p. 270).

68 Des scènes de la vie locale, culturelle et festive, complètent l’ensemble de peintures et sculptures glorifiant la ville et sa région. Elles sont réalisées par des artistes locaux, entre 1948 et 1957, à l’initiative du président Gabriel Barlangue.

69 L’Auta que bufo un cop cado més, no 288, février 1960, p. 28. Plus tard, Paul Mesplé se souvient sans regret de ces toiles d’un artiste « très agréable dans les formats mineurs, mais qui n’était pas fait pour les grandes surfaces » (L’Auta que bufo un cop cado més, n° 372, juin 1970, p. 129). Cette opinion est partagée. En 1987, dans le catalogue de l’exposition du musée d’Alençon, il est possible de lire « la peinture d’histoire correspond mal au tempérament de Georges d’Espagnat qui interprète les compositions avec une certaine raideur (le palais de justice de Toulouse par exemple) ». LUX Aude (dir.), Georges d’Espagnat : 1870-1950, catalogue d’exposition (Alençon, musée des Beaux-Arts et de la Dentelle, juin-septembre 1987), Alençon, 1987, p. 29.

70 Projet de restauration de l’œuvre de G. d’Espagnat (ADHG, 5891W16).

71 Gilbert Cousteaux, délégué à l’Équipement, cherchant alors une œuvre pour une future salle de la cour, est informé de l’existence de la peinture. Il se met en quête de financements pour la restauration, effectuée par l’atelier Eczet en 1993 grâce à la contribution conjointe de la DRAC, l’Ordre des avocats, la Chambre des avoués, le conseil régional, la mairie de Toulouse et le conseil général. Elle connaît quelques vicissitudes avant son accrochage, la signature est volée et le panneau lacéré. Les quatre autres panneaux avaient précédemment été restaurés. L’œuvre est inscrite à l’Inventaire supplémentaire des objets mobiliers. (ADHG, 5891W16, dossier DRAC Occitanie).

72 La galerie mène au parquet général. Aucune indication n’est disposée à proximité des toiles. Sous L’Allégorie de la Justice, dans l’escalier, une plaque mentionne les contributeurs au financement de sa restauration.

73 Voir entre autres MADRANGES Étienne, Les Palais de justice de France. Architecture, symboles, mobilier, beautés et curiosités, Paris, LexisNexis, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Cour d’appel de Toulouse, place du Salin, 2020.
Crédits © Coralie Machabert.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre Figure 2
Légende Salon doré, cour d’appel de Toulouse. 2016.
Crédits © B. Saltel (Médiathèque du patrimoine et de la photographie), distr. RMN-GP.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35524/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 747k
Titre Figure 3
Légende Salon d’Hercule, cour d’appel de Toulouse, 1994.
Crédits © Jean-François Peiré (Inventaire général, Région Occitanie) ; © Ville de Toulouse.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35524/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 4
Légende Étage de la cour d’appel de Toulouse, 2020. Vue sur escalier d’honneur et la toile de Georges d’Espagnat : Histoire de la Justice à Toulouse (1943).
Crédits © Coralie Machabert.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35524/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Figure 5
Légende Allégorie de la Justice ou Histoire de la Justice à Toulouse, Georges d’Espagnat, 1942, huile sur toile accrochée à la cour d’appel de Toulouse, 2020.
Crédits © Coralie Machabert.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35524/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 6
Légende Toulouse cité des Arts, Georges d’Espagnat, 1943-1944, huile sur toile, 250 x 200 cm, cour d’appel de Toulouse, 2020.
Crédits © Coralie Machabert.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35524/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Figure 7
Légende La Garonne richesse du Languedoc, Georges d’Espagnat, 1943-1944, huile sur toile, 250 x 200 cm, cour d’appel de Toulouse, 2020.
Crédits © Coralie Machabert.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35524/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Figure 8
Légende Le Travail, Georges d’Espagnat, 1943-1944, huile sur toile, 200 x 250 cm, cour d’appel de Toulouse, 2020.
Crédits © Coralie Machabert.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35524/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 9
Légende La Famille, Georges d’Espagnat, 1943-1944, huile sur toile, 200 x 250 cm, cour d’appel de Toulouse.
Crédits © Coralie Machabert.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35524/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Figure 10
Légende La Famille (détail), Georges d’Espagnat, 1943-1944, huile sur toile, 200 x 250 cm, cour d’appel de Toulouse.
Crédits © Coralie Machabert.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35524/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Titre Figure 11
Légende Peinture murale Les moissons de Henri Martin (vers 1926), salle des assemblées générales au Conseil d’État, Palais royal (Paris), 2007.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35524/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Titre Figure 12
Légende Disposition actuelle des toiles dans le couloir menant au parquet général, à l’étage de la cour d’appel de Toulouse, 2020.
Crédits © Coralie Machabert.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35524/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coralie Machabert, « Le Cycle pictural de la cour d’appel de Toulouse par Georges d’Espagnat (1942-1944) : un témoignage de la permanence d’une formule décorative »In Situ [En ligne], 48 | 2022, mis en ligne le 23 août 2022, consulté le 07 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/35524 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.35524

Haut de page

Auteur

Coralie Machabert

Docteure en Histoire de l’art contemporain, université Toulouse 2 Jean Jaurès

coralie.machabert@neuf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search