Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Décor, mobilier et objetsÉtude, protection et valorisation...

Décor, mobilier et objets

Étude, protection et valorisation d’objets de la centrale de détention de l’abbaye de Fontevraud (Maine-et-Loire)

Research, protection and promotion of the objects of Fontevraud Abbey’s central prison (Maine-et-Loire department)
Clémentine Mathurin

Résumés

Fondée en 1101 par Robert d’Arbrissel, l’abbaye de Fontevraud connaît un développement considérable au Moyen Age et à l’époque moderne. Transformé en centrale de détention en 1804, le site connaît d’importantes transformations pour adapter les lieux à ce nouvel usage. Après la fermeture de la Centrale en 1963, commence une grande campagne de travaux destiné à rendre aux lieux leur lustre du passé, l’ensemble étant devenu un site culturel. Dans cette dynamique d’effacement, les meubles et objets liés à la prison sont détruits ou dispersés dans leur très grande majorité. La prise de conscience progressive de l’importance de garder des traces de la longue période d’occupation pénitentiaire du site permet cependant la mise à l’abri de quelques 200 objets souvent très modestes mais témoins importants du passage de centaines de détenus et de gardiens entre les murs de l’abbaye de Fontevraud. La Drac des Pays de la Loire en a conduit la protection au titre des monuments historiques, conférant ainsi à cette collection un statut patrimonial à la hauteur de son intérêt.

Haut de page

Texte intégral

De l’abbaye à la centrale

1Fondée en 1101 par Robert d’Arbrissel, l’abbaye de Fontevraud connaît un développement considérable au Moyen Âge et à l’époque moderne, bénéficiant de soutiens royaux, de la dynastie Plantagenêt aux Bourbons. Se constitue peu à peu un complexe monastique de onze hectares, transformé en bien national à la Révolution française. Créée par décret impérial du 26 vendémiaire an XIII (18 octobre 1804), une centrale de détention prend place sur le site. Les travaux sont nombreux pour adapter les lieux à ce nouvel usage : miradors, magasins, dortoirs, ateliers sont construits ou aménagés dans les bâtiments monastiques réaffectés. La prison accueille jusqu’à 2 000 détenus [fig. 1].

Figure 1

Figure 1

Vue aérienne de la centrale de détention de l’abbaye de Fontevraud, en 1950.

© Photographe inconnu (École nationale d'administration publique).

Une prise de conscience tardive de la valeur patrimoniale des traces de l’histoire pénitentiaire

  • 1 MATHURIN Clémentine & STALDER Florian, « La maison centrale de Fontevraud, un patrimoine ! » in « P (...)

2La centrale de Fontevraud ferme ses portes en 1963. En 1965, le ministère de la Justice en confie la gestion au ministère de la Culture, qui y crée, en 1975, le centre culturel de l’Ouest (CCO), structure qui existe toujours. Des travaux de grande ampleur sont alors lancés, destinés à effacer le passé carcéral des lieux pour rendre à l’abbaye royale son lustre d’Ancien Régime. En quelques années, les ateliers, dortoirs ou quartiers cellulaires sont abattus ainsi que les adjonctions qui venaient agrandir, un peu partout sur le site, les bâtiments abbatiaux. Malgré ces nombreuses destructions, la période pénitentiaire marque encore le site : des bâtiments jugés utiles ou dont l’esthétique s’harmonise bien avec les édifices antérieurs ont en effet été conservés1 mais l’essentiel a disparu, en particulier le mobilier. Dans cette dynamique d’effacement, les meubles et objets, dans leur très grande majorité, sont détruits ou dispersés rapidement après la fermeture de la prison pour libérer les lieux.

3Ce n’est qu’à la fin des années 1980 que la suppression des bâtiments pénitentiaires commence à faire débat, lorsque la commission supérieure des Monuments historiques prend position contre la destruction des galeries pénitentiaires édifiées dans le cloître du Grand Moûtier. Cette prise de conscience progressive touche également les objets mobiliers. Grâce à des personnalités dynamiques, conscientes de l’importance de la conservation de ces traces matérielles, des objets sont en effet collectés à partir des années 1980 et rassemblés à l’abbaye.

  • 2 Ils sont en grande partie pris en charge et mis à l’abri par Bertrand Menard, régisseur du CCO qui (...)

4Une série d’objets est retrouvée lors des travaux conduits sur le site dans les années 1980-19902. Puis, en 1995, l’abbé Pohu, aumônier de la prison, fait don d’une dizaine de fers et d’entraves mais aussi de lettres et de poèmes de détenus qu’il avait préservés de la destruction. Cette dynamique de dons se poursuit jusqu’à nos jours : une chaise fabriquée dans l’atelier de production de la centrale, créé en 1919 et seul témoin restant sur place d’une activité qui a pu occuper jusqu’à 200 détenus simultanément, et trois uniformes de gardien entrent ainsi dans la collection. Les autres objets aujourd’hui conservés dans une réserve au sein du site étaient restés sur place après le départ de l’administration pénitentiaire et ont été peu à peu rassemblés et considérés comme des pièces à conserver. Ils sont aujourd’hui inventoriés et conditionnés au même titre que les objets d’art relevant de l’abbaye royale.

Description de la collection

5L’inventaire réalisé par la direction régionale des Affaires culturelles des Pays de la Loire rassemble 180 numéros. Un premier groupe d’objets témoigne des difficiles conditions de détention de la prison : entraves et menottes servant au transport des prisonniers, fers et boulets mais aussi portes de cachot, ou deux barreaux de fenêtres, modestes vestiges [fig. 2 et fig. 3].

Figure 2

Figure 2

Porte de cachot avec série de graffiti, s.d., conservée à l’abbaye royale de Fontevraud (Fontevraud l’Abbaye, Maine-et-Loire).

© P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).

Figure 3

Figure 3

Série d’entraves datant du XIXe siècle, conservée à l’abbaye royale de Fontevraud (Fontevraud l’Abbaye, Maine-et-Loire).

© P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).

6Un second ensemble d’objets illustre la vie quotidienne des prisonniers et des gardiens : uniformes, ustensiles de cuisine, brassard, boutons, insignes ainsi qu’un uniforme de prisonnier fabriqué à la centrale de Nîmes, des galoches, sabots ou des chaussures à semelles de clous, utilisées pour les corvées extérieures [fig. 4 et fig. 5].

Figure 4

Figure 4

Uniforme de gardien dans les années 1940-1950, conservé à l’abbaye royale de Fontevraud (Fontevraud l’Abbaye, Maine-et-Loire).

© P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).

Figure 5

Figure 5

Sabots de détenus, s.d., conservés à l’abbaye royale de Fontevraud (Fontevraud l’Abbaye, Maine-et-Loire)

© P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).

7Enfin, une dernière série touche à la production des détenus, tant officielle qu’officieuse. Le travail dans différents ateliers de tissage, cordonnerie ou fabrication de mobilier tenait en effet une place fondamentale dans le quotidien des prisonniers. De la production de boutons, développée par l’entreprise Peramy dès le xixsiècle, nous ne gardons aujourd’hui sur place que quelques fragments, retrouvés enfouis dans le sol. Une production clandestine s’est également développée dans la prison, dont témoignent une vingtaine d’objets, parfois cachés et retrouvés pendant les travaux de restauration. Citons ici des jeux de cartes fabriqués avec des cartons alimentaires, des jetons en bois, une bague en os ou des graffitis qui témoignent de cet « art populaire de résistance » qu’ont développé les prisonniers face aux conditions d’enfermement [fig. 6].

Figure 6

Figure 6

Jeu de cartes fabriqué par un détenu, s.d., conservé à l’abbaye royale de Fontevraud (Fontevraud l’Abbaye, Maine-et-Loire).

© P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).

8À ces objets s’ajoutent des immeubles par nature ou par destination laissés en place lors des restaurations. Si les barreaux ont été systématiquement déposés, l’urgence étant d’effacer ces traces évidentes de l’enfermement, quelques portes pénitentiaires restent en place. Une série de « cages à poules » est conservée dans les Infirmeries Saint-Benoît [fig. 7]. Si certains graffitis ont été déposés pour conservation, d’autres ont hélas disparu quand les pierres sur lesquelles ils avaient été gravés ont été remplacées. Depuis maintenant plusieurs années, une attention particulière est portée, lors des travaux, à ces traces ténues mais importantes pour la mémoire du site. Des campagnes photographiques sont réalisées en amont des travaux et une démarche de conservation préventive est menée. La conservation sur place est privilégiée à la dépose. Pour ce faire, des consolidations sont conduites et des protections peuvent être mises en place [fig. 8].

Figure 7

Figure 7

Ensemble de cages à poule, premier étage des Infirmeries Saint-Benoît, abbaye royale de Fontevraud (Fontevraud l’Abbaye, Maine-et-Loire).

© P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).

Figure 8

Figure 8

Graffiti sur le mur d’enceinte au niveau du prieuré de la Madeleine, abbaye royale de Fontevraud (Fontevraud l’Abbaye, Maine-et-Loire), 2016.

© P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).

La protection au titre des Monuments historiques, démarche de patrimonialisation et de mémoire

9En 2014, quand a été lancée la campagne de protection, trois pièces seulement relevant directement de l’histoire pénitentiaire de l’abbaye sont protégées au titre des monuments historiques : une maquette de la centrale classée en 1970 et deux plans inscrits en 1992, comme si on avait pris soin de protéger les traces documentaires palliant la destruction massive des édifices pénitentiaires dans les années 1960. Tous les autres objets collectés et inventoriés sont inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du 21 novembre 2014. Le choix est fait de protéger l’ensemble des pièces, sans tri : les séries de boutons ou de portes sont ainsi protégées dans leur ensemble.

10Souvent très modestes, ces objets sont pourtant gardiens d’une mémoire collective, celle de milliers de détenus et de membres de l’administration pénitentiaire, témoins de cent cinquante ans d’histoire de ce site majeur du patrimoine national. Quelques rares pièces peuvent être rattachées à des histoires individuelles : les uniformes de gardien, par exemple, dont les dons sont consignés, mais aussi des graffitis donnant suffisamment d’informations pour que des recherches aboutissent. Ainsi, sur une pierre déposée se trouve gravée l’inscription suivante : « Machefer / 1910-2 / 6522 = encore 510 jours », qu’il est possible d’attribuer, après recherche dans les registres d’écrou, à Albert Machefer, matricule 6522 [fig. 9].

Figure 9

Figure 9

Graffiti sur un carreau de terre cuite déposé lors de travaux et conservé dans la réserve d’objets de l’abbaye.

© P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).

11Cette collection, disposant désormais d’un statut patrimonial à la hauteur de son intérêt, est valorisée au sein du parcours de visite dans un espace muséographique retraçant l’histoire pénitentiaire du site. Y sont intégrées des interviews d’hommes qui racontent « leur » centrale de Fontevraud, recueillies par le service régional de l’Inventaire dans une démarche ethnographique qui rend vivante cette période historique encore récente3.

Haut de page

Notes

1 MATHURIN Clémentine & STALDER Florian, « La maison centrale de Fontevraud, un patrimoine ! » in « Patrimoine et architecture carcérale », Revue d’histoire pénitentiaire, volume 11, 2016, [en ligne] https://criminocorpus.hypotheses.org/19604 [lien valide en mars 2022].

2 Ils sont en grande partie pris en charge et mis à l’abri par Bertrand Menard, régisseur du CCO qui consigne la localisation de ces découvertes.

3 Voir https://www.youtube.com/user/patpaysdelaloire [lien valide en mars 2022].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Vue aérienne de la centrale de détention de l’abbaye de Fontevraud, en 1950.
Crédits © Photographe inconnu (École nationale d'administration publique).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35579/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 678k
Titre Figure 2
Légende Porte de cachot avec série de graffiti, s.d., conservée à l’abbaye royale de Fontevraud (Fontevraud l’Abbaye, Maine-et-Loire).
Crédits © P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35579/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Figure 3
Légende Série d’entraves datant du XIXe siècle, conservée à l’abbaye royale de Fontevraud (Fontevraud l’Abbaye, Maine-et-Loire).
Crédits © P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35579/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Figure 4
Légende Uniforme de gardien dans les années 1940-1950, conservé à l’abbaye royale de Fontevraud (Fontevraud l’Abbaye, Maine-et-Loire).
Crédits © P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35579/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Figure 5
Légende Sabots de détenus, s.d., conservés à l’abbaye royale de Fontevraud (Fontevraud l’Abbaye, Maine-et-Loire)
Crédits © P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35579/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 6
Légende Jeu de cartes fabriqué par un détenu, s.d., conservé à l’abbaye royale de Fontevraud (Fontevraud l’Abbaye, Maine-et-Loire).
Crédits © P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35579/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Figure 7
Légende Ensemble de cages à poule, premier étage des Infirmeries Saint-Benoît, abbaye royale de Fontevraud (Fontevraud l’Abbaye, Maine-et-Loire).
Crédits © P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35579/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Figure 8
Légende Graffiti sur le mur d’enceinte au niveau du prieuré de la Madeleine, abbaye royale de Fontevraud (Fontevraud l’Abbaye, Maine-et-Loire), 2016.
Crédits © P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35579/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 893k
Titre Figure 9
Légende Graffiti sur un carreau de terre cuite déposé lors de travaux et conservé dans la réserve d’objets de l’abbaye.
Crédits © P. Giraud (Région Pays de la Loire. Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35579/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Mathurin, « Étude, protection et valorisation d’objets de la centrale de détention de l’abbaye de Fontevraud (Maine-et-Loire) »In Situ [En ligne], 48 | 2022, mis en ligne le 23 août 2022, consulté le 06 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/35579 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.35579

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search