Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Décor, mobilier et objetsPatrimoines en usage : la conserv...

Décor, mobilier et objets

Patrimoines en usage : la conservation et la restauration des chaînes d’huissiers du ministère de la Justice

Heritages in use: the conservation and restoration of the chains of the Ministry of Justice’s ushers
Clara Huynh, Antoine Meissonnier et Leslie Villiaume

Résumés

D’un emploi ancien mais non datable, sur un modèle très diffusé du graveur Adolphe Rivet (1855-1925), les chaînes et médailles des huissiers de la Chancellerie s’inscrivent dans une longue tradition de représentation qui remonte à l’Ancien Régime. La restauration de ces objets mal connus et peu documentés aura permis de mettre en lumière le rôle discret des huissiers, qui participent du bon fonctionnement du cabinet.

Bien qu’étant d’une production relativement courante, les chaînes et médailles de la Chancellerie demeurent intéressantes par leur usage continu au ministère de la Justice depuis la monarchie de Juillet, même si le modèle actuel a probablement été acquis au milieu du xxsiècle.

Cette caractéristique de « patrimoine en usage » a été un fil directeur dans les décisions de restauration et a orienté les préconisations de conservation sur le long terme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le bureau du Cabinet (BDC) ne doit pas être confondu avec le cabinet : ce dernier est constitué des (...)
  • 2 Situé au 11-13 place Vendôme à Paris, dans un des corps centraux de cette place prestigieuse, l’hôt (...)

1C’est une sollicitation du bureau du Cabinet1 (BDC) auprès du département des Archives, de la Documentation et du Patrimoine du ministère de la Justice au printemps 2019 qui a fait ressurgir un patrimoine méconnu de l’hôtel de Bourvallais2 : les quatre médailles des huissiers de la Chancellerie et leurs chaînes [fig. 1]. Personnels d’accueil des visiteurs du cabinet du ministre, les huissiers ministériels les portent non de façon quotidienne mais régulièrement, sur leur queue-de-pie, lors d’événements d’importance.

Figure 1

Figure 1

Chaînes et médailles des huissiers du ministère de la Justice, avant (à droite) et après (à gauche) la restauration, atelier de restauration CH.conservation, octobre 2019.

© Joachim Bertrand (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication).

2Ces chaînes et ces médailles présentaient les traces d’une utilisation régulière. L’usure du temps en rendait la restauration nécessaire. Ce chantier a été l’occasion d’une collaboration fructueuse entre plusieurs services du ministère et une conservatrice-restauratrice indépendante, assistée d’une horlogère, autour de ce patrimoine de la justice encore en usage. Outre leur restauration proprement dite, nous nous arrêterons sur l’histoire et l’usage de ces médailles, patrimoine d’un pouvoir en représentation.

Un patrimoine de représentation : de la Chambre du roi aux réseaux sociaux

3Nous reviendrons sur l’histoire matérielle des chaînes et médailles dont il est ici question mais penchons-nous d’abord sur leur usage. Ces chaînes et médailles d’huissiers s’inscrivent dans une longue tradition de représentation du pouvoir qui remonte à l’Ancien Régime.

  • 3 BLAIN Christophe & LANZAC Abel, Quai d’Orsay : chroniques diplomatiques, Paris, Dargaud, 2010, t. 1 (...)

4Précisons d’emblée qu’il ne faut pas confondre les huissiers du ministère de la Justice qui portent ces chaînes et qu’on retrouve dans d’autres ministères, avec les huissiers de justice, officiers publics ministériels nommés par le ministre de la Justice et auxiliaires des décisions de justice. La fameuse bande dessinée Quai d’Orsay nous fournit une évocation saisissante de l’huissier en poste dans un ministère dès la deuxième planche de son premier tome3 : un personnage massif, en queue-de-pie et gants blancs, dominant son interlocuteur de sa haute stature, accueille le personnage principal par ces mots : « Veuillez me suivre », avant de le conduire jusqu’au bureau du ministre des Affaires étrangères avec qui le narrateur a rendez-vous. Au centre de la surface noire de la queue-de-pie de l’huissier se trouve un disque doré, pendant au bout d’une chaîne : la fameuse médaille d’huissier, telle qu’elle est toujours portée aujourd’hui à la Chancellerie [fig. 2].

Figure 2

Figure 2

Huissier du ministère de la Justice en tenue de réception, sur les marches de l’hôtel de Bourvallais, ministère de la Justice, avril 2018.

© Joachim Bertrand (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication).

  • 4 Il est difficile de trouver des travaux sur cette fonction. On peut souligner les lignes que leur c (...)
  • 5 Décret n°58-652 du 30 juillet 1958 portant règlement d’administration publique relatif aux disposit (...)

5Les huissiers des ministères font partie des discrets personnels, trop souvent oubliés4, qui participent du bon fonctionnement du cabinet. Au quotidien, ils accueillent les visiteurs à l’hôtel, les guident vers leurs rendez-vous, réunions, entretiens ou repas officiels, dans le dédale des salons et bureaux. Ils font aussi le lien entre les différents secrétariats, en apportant parapheurs et courrier. Aujourd’hui intégrés à des corps techniques génériques, ces postes appartenaient à un corps spécifique de la fonction publique jusqu’en 20025.

6Au ministère de la Justice, les huissiers revêtent leur queue-de-pie, leur chaîne et leur médaille uniquement pour l’accueil des hôtes de marque (notamment des ministres étrangers) ou encore lors des scellements des lois constitutionnelles. Après une enquête orale non exhaustive, l’usage de ces objets d’apparat dans d’autres ministères, attesté auparavant, semble s’être parfois totalement perdu. Il n’a pas été possible de trouver un texte officiel décrivant la tenue d’apparat des huissiers des ministères de la République française, qui semble pourtant bien avoir fait l’objet d’une uniformisation. On notera cependant que les huissiers de l’Assemblée nationale portent un élément d’orfèvrerie différent : une double chaînette ponctuée de médaillons.

  • 6 Qu’il me soit permis de remercier ici Mme Alice Juillard, numismate de la société CGB Numismatique, (...)

7Il a été possible de trouver en mains privées des exemplaires d’autres chaînes d’huissiers ministériels datables de la Troisième République6. Les chaînes et les médailles sont toujours de facture différente, mais la composition d’ensemble reste la même. On peut noter dans un cas un système de crochet similaire au modèle de la Chancellerie, qui permet de fixer la médaille au costume de l’huissier afin d’éviter qu’elle ne ballote trop lors des déplacements. La médaille ne présente parfois que le titre (« huissier », « huissier du gouvernement ») ou le nom de l’institution (« ministère des Pensions »). Dans un cas, plus tardif, elle porte déjà une Marianne vue de profil, sans plus de détails sur l’institution où elle était utilisée.

  • 7 Je tiens à remercier M. Thomas Deshayes, chef de la mission du Patrimoine mobilier du ministère de (...)

8La fonction des « huissiers de la chaîne » remonte à l’Ancien Régime7. Le terme d’« huissier » est très ancien et renvoie à l’huis, ancien mot désignant la porte, que l’on retrouve dans des expressions comme « huis clos » ou le terme « huisserie ». Le Dictionnaire de l’Académie française (4édition, 1762) décrit ainsi cette fonction : « Officier dont la charge est d’ouvrir et de fermer la porte du cabinet, de la chambre du Roi ; il se dit aussi de ceux qui gardent les portes d’une juridiction, d’un tribunal, pendant que les juges sont sur les sièges, et qui sont chargés de signifier les actes de Justice. » Progressivement, le rôle de l’huissier évolue, de garde de la porte à celui d’introducteur des visiteurs : « Officier qui se tient dans l’antichambre des ministres, des hauts fonctionnaires, etc., pour introduire les personnes qu’ils reçoivent. » Dictionnaire de l’Académie française, 8édition, 1932-1935.

9Sous l’Ancien Régime, le terme spécifique d’huissiers de la chaîne désigne que « les Huissiers qui sont à la suite du Conseil, et qui sont chargés de l’exécution des arrêts du Conseil ; on les appelle ainsi parce qu’ils portent une chaîne d’or au cou, avec la médaille du Roi ». Dictionnaire de l’Académie Française, 4édition, 1762. Cette chaîne, symbole de l’autorité de l’État, s’est ensuite généralisée aux autres huissiers. Elle est donc toujours utilisée de nos jours, même si l’image de la République a remplacé le portrait du roi.

10C’est en effet aujourd’hui le profil de Marianne, coiffée de son bonnet phrygien ceint d’une couronne de lauriers, qui occupe la médaille en argent portée par les huissiers de la Chancellerie [fig. 3]. Symbole largement diffusé dans l’iconographie du pouvoir républicain français, Marianne s’est imposée comme allégorie de la République au cours de la Troisième République. Le dessin même des médailles du ministère de la Justice a d’ailleurs été réalisé par Adolphe Rivet (1855-1925), médailler et sculpteur français [fig. 4]. Cela ne signifie pas que les médailles actuelles du ministère remontent à cette époque car le modèle de la Marianne de Rivet a été largement diffusé et est toujours fabriqué aujourd’hui.

Figure 3

Figure 3

Le profil de la Marianne d’Adolphe Rivet, atelier de restauration CH.conservation, octobre 2019.

© Joachim Bertrand (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication).

Figure 4

Figure 4

Détail de la signature de l’artiste « A. Rivet » sur la médaille des huissiers du ministère de la Justice, atelier de restauration CH.conservation, octobre 2019.

© Clara Huynh.

11Tant par leur iconographie que par leur usage, lors des cérémonies les plus solennelles, ces médailles participent de la communication de la République. Aujourd’hui, elles semblent bien surannées, presqu’oubliées. L’opération de restauration que nous allons décrire a été l’occasion de leur redonner un peu de prestige grâce à un moyen dans l’air du temps. Le ministère de la Justice a en effet publié sur Instagram plusieurs photographies témoignant de l’opération de restauration et faisant connaître ce patrimoine d’apparat8.

Restaurer un patrimoine en usage

12Comme nous l’avons expliqué, les chaînes et médailles des huissiers du ministère de la Justice sont toujours en usage, ce qui était à prendre en compte dans les choix de restauration.

Histoire matérielle

  • 9 Archives départementales, Paris, 1DQ12/57.
  • 10 Archives départementales, Paris, 4DQ12/86.
  • 11 Archives du ministère de la Justice, 1970 MJ 1.
  • 12 Archives départementales, Paris, 6DQ12/58.
  • 13 Archives du ministère de la Justice, 1970 MJ 1.

13L’histoire matérielle de ces objets reste malheureusement peu connue. Les inventaires anciens du ministère de la Justice ne permettent pas de connaître précisément le modèle de médaille utilisé, mais ils attestent dès 1839 de la présence de trois « chaînes en argent pour huissier9 ». On en retrouve mention dans l’inventaire suivant ouvert en 1841, mis à jour jusqu’en 185610. Sous la monarchie de Juillet et le Second Empire, les chaînes d’huissiers ne devaient pas présenter la figure de Marianne. Dans l’inventaire suivant, ouvert en 1857 et clos en 1875, sont d’abord citées trois « chaînes en argent pour les huissiers », corrigées en « quatre » à une date ultérieure non précisée11. L’inventaire en vigueur au début de la Troisième République, entre 1877 et 1896, indique dès sa création que le ministère possède « quatre chaînes et leurs médailles en argent pour les huissiers12 ». On retrouve cette mention dans l’inventaire tenu entre 1897 et 192713.

  • 14 DUBAND Victor, Les Ouvrages d’or et d’argent. Législation française et étrangère sur le titre des o (...)

14On ne sait pas exactement à quelle époque Adolphe Rivet a gravé le profil de Marianne repris sur les médailles de la Chancellerie. Ses dates d’activité, entre la fin du xixe siècle et sa mort en 1925, fournissent un terminus post quem à l’existence de ces chaînes. Mais ce type de médaille est toujours fabriqué par la Maison Drago, ce qui n’en facilite pas la datation. L’étude des poinçons ne révèle pas de poinçons de garantie. En revanche, on lit sur la tranche de la médaille un poinçon de maître de forme triangulaire ressemblant à un « A » et une seconde lettre qui pourrait être un « B ». L’apposition de ces marques de fabrique a été imposée aux ateliers privés par l’arrêté du 15 décembre 1903. La forme triangulaire renvoie à un objet dans un métal commun. À l’intérieur doivent être inscrites les initiales de l’atelier de fabrication14. « AB » pourrait correspondre à la société Arthus-Bertrand, dont Drago est aujourd’hui une filiale.

15Les altérations que nous allons décrire renvoient à un usage tout de même ancien avec des réparations qui semblent dater du xxsiècle. Sans pouvoir en être sûr, on pourrait donc envisager une acquisition de ces chaînes par la Chancellerie au milieu du xxsiècle.

Description et constat global

  • 15 Informations recueillies lors d’un échange oral avec des huissiers au ministère de la Justice en oc (...)

16Chaque objet est composé d’une longue chaîne et d’une médaille. La médaille, de forme circulaire, munie d’une bélière à laquelle est lié un anneau, porte sur l’avers un profil de Marianne entourée en lettres capitales des mots « République française ». Le revers est vierge. La chaîne est faite d’anneaux ovales, réalisés chacun en une pièce de fil d’argent rond aplati sur l’arrondi, s’effilant à une extrémité en un double anneau formé par les deux extrémités du brin. Portée autour du cou, le crochet central long arrimé à une boutonnière du gilet de la tenue des huissiers permet à la chaîne de prendre la forme de « W » considérée comme correcte15, avec la médaille se plaçant au centre, bien à plat [fig. 5].

Figure 5

Figure 5

Vue du crochet en « S » (à gauche) ; chaîne portée, adoptant la forme en « W » (à droite), atelier de restauration CH.conservation, 2019.

© Clara Huynh.

17L’homogénéité d’aspect des chaînes entre elles est importante car les huissiers sont en général deux lors des cérémonies. Avant leur restauration, on pouvait constater des modifications structurelles des chaînes : ajouts et petits aménagements avec les moyens du bord (crochets improvisés, anneau type « porte-clé » attaché à la bélière) probablement réalisés pour adapter les chaînes ponctuellement ou pour remplacer au plus vite un élément manquant. Ces réparations de fortune introduisaient une hétérogénéité des objets entre eux [fig. 6].

Figure 6

Figure 6

Irrégularités et reprises de montage, atelier de restauration CH.conservation, octobre 2019.

© Clara Huynh.

18La documentation manque pour connaître le contexte des interventions réalisées par le passé. Par la force du quotidien, on note des pratiques d’entretien et des habitudes parfois peu adaptées à la conservation sur le long terme.

19L’argent non protégé se ternit en présence de soufre. Cette oxydation est accélérée par la présence de polluants dans l’air : elle est donc très rapide à Paris, lieu de stockage et de conservation de ces objets. Il en a résulté des nettoyages fréquents, visibles par l’usure de la surface et la présence de nombreuses rayures fines. Ces dernières sont également liées à l’usage.

Cheminement décisionnel et mesures de conservation-restauration appliquées

20Il a été nécessaire d’avoir une vision globale des objets afin de proposer des solutions réalistes et applicables à des objets destinés à être portés régulièrement, en dehors d’un contexte muséal.

21Les choix de conservation ont donc eu pour objectif de favoriser la conservation de ces objets patrimoniaux sans entraver les usages quotidiens qui restent les leurs. Cela a été rendu possible par un dialogue constant entre responsables des œuvres et conservateur-restaurateur.

22Les objectifs de la restauration ont ainsi été définis :

  • Atténuer ou retirer :

  • La sulfuration de l’argent qui se traduisait par un ternissement et une coloration progressive allant du jaune au noir

  • L’encrassement léger des chaînes, ainsi que l’usure de l’argent et les rayures d’usage

  • Assainir la structure et obtenir une homogénéité d’apparence au sein du corpus

  • Améliorer le système de fixation

  • Améliorer la conservation sur le long terme des objets et éviter des nettoyages abrasifs « d’entretien ».

23Pour atteindre ces objectifs, un protocole de traitement des surfaces a été défini. Après un passage au tensioactif neutre pour ôter les dépôts gras et produits exogènes, les sulfures ont été éliminés par un nettoyage mécanique doux avec une pâte à base de carbonate de calcium. Plusieurs rinçages soigneux, dont le dernier à l’eau déminéralisée, ont été réalisés pour ôter les résidus de la surface, avant un rinçage au solvant (éthanol) permettant un séchage satisfaisant. Avec ce traitement, les objets ont retrouvé un aspect homogène et une couleur régulière. La surface du métal se trouve libérée des produits de corrosion sulfurés.

24Ensuite, un traitement structurel a été appliqué aux chaînes. Des crochets ainsi que des anneaux en fil d’argent massif ont été réalisés sur mesure. Une réorganisation et recomposition complète ont permis d’homogénéiser l’apparence des chaînes. Après traitement, elles présentent toutes la même séquence d’éléments et se positionnent correctement une fois portées.

25Pour garantir que le bénéfice de ces interventions perdure le plus longtemps possible dans un contexte d’usage, des mesures de conservation préventive ont été mises en œuvre.

26Les médailles ont été protégées avec un vernis acrylique incolore composé de Paraloid B44® dilué à 20 % dans un mélange de solvants d’acétate d’éthyle et de diacétone alcool (70 / 30 %). Ce produit est réversible, stable dans le temps et ne jaunit pas. La protection permet d’espacer les nettoyages en isolant la surface du métal des polluants de l’air. Elle doit cependant être entretenue par un renouvellement tous les 3 à 5 ans, ou en cas d’endommagement. Il n’a pas été jugé utile de vernir les chaînes car le frottement des maillons entre eux dégraderait rapidement la protection, la rendant inefficace.

27Un stockage adapté, inexistant à l’origine, a été réalisé [fig. 7. Il s’agit d’une boîte en carton neutre tapissée de mousses de conservation (Etafoam® et Plastazote®) préalablement creusée de logements prévus pour recevoir les chaînes. Chaque médaille est placée dans un sachet de coton noir sans apprêt. Une feuille de Tyvek® garnit la boîte et permet en cas de besoin de poser les chaînes sur une surface propre et inerte. Ce conditionnement protège les chaînes de la lumière, de la poussière et fait tampon avec l’extérieur. Le calage permet de diminuer le risque de rayures dues aux contacts des chaînes entre elles. Enfin, à la façon d’un écrin, il leur donne une protection supplémentaire en adéquation avec leur valeur symbolique.

Figure 7

Figure 7

Mise en place des chaînes après traitement, dans un conditionnement sur mesure, atelier de restauration CH.conservation, octobre 2019.

© Clara Huynh.

28Il était également nécessaire de donner des instructions pour former les utilisateurs à la manipulation et à l’entretien de ces objets [fig. 8. Un kit d’entretien sur mesure a été fourni avec des gants en nitrile pour les manipulations, ainsi qu’un sachet de chamoisines (lingettes imprégnées peu abrasives) pour nettoyer les chaînes si elles se ternissent. Cela permet d’entretenir le lustre de ces objets d’apparat tout en ménageant les surfaces et en évitant certains produits du commerce trop agressifs.

Figure 8

Figure 8

Aperçu de la fiche de recommandations fournie par l’atelier de restauration CH.conservation, mars 2020.

© Clara Huynh.

29La restauration de ces objets mal connus et peu documentés aura permis de mettre en lumière le rôle des huissiers. Elle a conduit à rechercher des sources pour essayer de dater les médailles et chaînes. Bien qu’étant d’une production relativement courante, ces objets demeurent intéressants par leur usage constant au sein de la Chancellerie. Cette caractéristique de « patrimoine en usage » a été un fil directeur dans les décisions de restauration et a orienté les préconisations de conservation sur le long terme.

Haut de page

Notes

1 Le bureau du Cabinet (BDC) ne doit pas être confondu avec le cabinet : ce dernier est constitué des conseillers qui assistent le ministre dans la définition et la mise en œuvre de sa politique. Ils sont nommés peu après l’arrivée du ministre et partiront à son départ. Le BDC est un service administratif pérenne qui gère l’intendance et les moyens nécessaires au travail du cabinet et notamment le personnel d’accueil de l’hôtel de Bourvallais.

2 Situé au 11-13 place Vendôme à Paris, dans un des corps centraux de cette place prestigieuse, l’hôtel de Bourvallais est le plus ancien hôtel à vocation ministérielle de Paris : saisi par la royauté en 1718, il a été affecté dès ce moment au logement du chancelier de France, grand officier de la Couronne, chef des tribunaux royaux, avant d’accueillir le ministère de la Justice à sa création en 1791, soit plus de 300 ans d’occupation au service de l’État. Sur l’histoire de l’hôtel de Bourvallais, voir PAU Clémence, L’Hôtel de Bourvallais : 300 ans de justice place Vendôme, Paris, ministère de la Justice, 2019, en savoir plus via https://journals.openedition.org/insitu/33807 [lien valide en mai 2022].

3 BLAIN Christophe & LANZAC Abel, Quai d’Orsay : chroniques diplomatiques, Paris, Dargaud, 2010, t. 1, p. 4.

4 Il est difficile de trouver des travaux sur cette fonction. On peut souligner les lignes que leur consacre l’anthropologue Anne Vega dans le contexte particulier de sa recherche sur les cuisines des ministères : VEGA Anne, Dans les cuisines des ministères, Paris, Hachette, 2003.

5 Décret n°58-652 du 30 juillet 1958 portant règlement d’administration publique relatif aux dispositions statutaires communes applicables aux corps d’agents de service des services extérieurs et aux corps d’agents de service et d’huissiers des administrations centrales des ministères et administrations assimilées, modifié par le décret n°71-989 du 13 décembre 1971 relatif aux dispositions statutaires communes applicables aux corps d'agents de service des services extérieurs et aux corps d'agents de service et d'huissiers des administrations centrales des ministères et établissements publics de l'État, lui-même abrogé par le décret n°2002-121 du 31 janvier 2002 relatif au recrutement sans concours dans certains corps de fonctionnaires de catégorie C de la fonction publique de l'État.

6 Qu’il me soit permis de remercier ici Mme Alice Juillard, numismate de la société CGB Numismatique, pour le signalement de ces objets, ainsi que pour les précisions sur les poinçons évoqués plus bas.

7 Je tiens à remercier M. Thomas Deshayes, chef de la mission du Patrimoine mobilier du ministère de la Justice, qui avait rassemblé ces éléments historiques pour contextualiser la restauration des chaînes d’huissiers dont il est ici question.

8 Voir https://www.instagram.com/p/B3rydwIIsaq/ [lien valide en mai 2022].

9 Archives départementales, Paris, 1DQ12/57.

10 Archives départementales, Paris, 4DQ12/86.

11 Archives du ministère de la Justice, 1970 MJ 1.

12 Archives départementales, Paris, 6DQ12/58.

13 Archives du ministère de la Justice, 1970 MJ 1.

14 DUBAND Victor, Les Ouvrages d’or et d’argent. Législation française et étrangère sur le titre des ouvrages d’or et d’argent, Besançon, J. Millot, 1909, p. 191-192, disponible en ligne https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5526122j.texteImage [lien valide en mai 2022].

15 Informations recueillies lors d’un échange oral avec des huissiers au ministère de la Justice en octobre 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Chaînes et médailles des huissiers du ministère de la Justice, avant (à droite) et après (à gauche) la restauration, atelier de restauration CH.conservation, octobre 2019.
Crédits © Joachim Bertrand (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Figure 2
Légende Huissier du ministère de la Justice en tenue de réception, sur les marches de l’hôtel de Bourvallais, ministère de la Justice, avril 2018.
Crédits © Joachim Bertrand (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35624/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre Figure 3
Légende Le profil de la Marianne d’Adolphe Rivet, atelier de restauration CH.conservation, octobre 2019.
Crédits © Joachim Bertrand (ministère de la Justice, délégation à l'Information et à la Communication).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35624/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre Figure 4
Légende Détail de la signature de l’artiste « A. Rivet » sur la médaille des huissiers du ministère de la Justice, atelier de restauration CH.conservation, octobre 2019.
Crédits © Clara Huynh.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35624/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Figure 5
Légende Vue du crochet en « S » (à gauche) ; chaîne portée, adoptant la forme en « W » (à droite), atelier de restauration CH.conservation, 2019.
Crédits © Clara Huynh.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35624/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Figure 6
Légende Irrégularités et reprises de montage, atelier de restauration CH.conservation, octobre 2019.
Crédits © Clara Huynh.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35624/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 702k
Titre Figure 7
Légende Mise en place des chaînes après traitement, dans un conditionnement sur mesure, atelier de restauration CH.conservation, octobre 2019.
Crédits © Clara Huynh.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35624/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Figure 8
Légende Aperçu de la fiche de recommandations fournie par l’atelier de restauration CH.conservation, mars 2020.
Crédits © Clara Huynh.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35624/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Huynh, Antoine Meissonnier et Leslie Villiaume, « Patrimoines en usage : la conservation et la restauration des chaînes d’huissiers du ministère de la Justice »In Situ [En ligne], 48 | 2022, mis en ligne le 23 août 2022, consulté le 06 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/35624 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.35624

Haut de page

Auteurs

Clara Huynh

Conservatrice-restauratrice, spécialité métal (Entreprise CH Conservation)

ch.conservation@gmail.com

Antoine Meissonnier

Conservateur du patrimoine, chef du département des Archives, de la Documentation et du Patrimoine (ministère de la Justice, secrétariat général)

Antoine.Meissonnier@justice.gouv.fr

Articles du même auteur

Leslie Villiaume

Doctorante à l’EHESS et restauratrice en horlogerie

lvhorlogerie@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search